Structure d'un tarif binôme

68 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
68
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Structure d'un tarif binôme

  1. 1. STRUCTURE DU TARIF BINÔME QUELLE DYNAMIQUE DANS UN OLIGOPOLE? L’EXEMPLE DU MARCHÉ DE L’ÉLECTRICITÉ.
  2. 2. LES SUPPORTS  Le papier:  “Nonlinear Pricing and Tariff Differentiation” Stephen Davies, Catherine Waddams of Price ESRC Centre for Competition Policy, University of East Anglia & Chris M. Wilson School of Business and Economics, Loughborough University (2011)  Les données françaises:  CRE, EDF, Direct Energie et les sites de consommateurs (Kelwatt.fr, fournisseurs-electricité.com …)
  3. 3. LE BUT DE L’ÉTUDE  Comment expliquer la structure d’un tarif binôme et ses variations  Nous n’analysons pas le tarif en lui-même mais la différence de structure  Quels sont les facteurs qui peuvent expliquer ces variations si elles existent:  Les coûts ?  Les caractéristiques du marché ?  Le comportement des consommateurs ?  Les stratégies des entreprises ?  Une opposition modèle théorique vs données empiriques
  4. 4. LE CADRE ÉCONOMIQUE  Royaume-Uni  La période 1999 – 2005 post libéralisation  Un marché oligopolistique avec 4 types d’entreprises:  Les majors : principaux et plus anciens fournisseurs.  Le distributeur de gaz.  Les anciens monopoles régionaux (qui peuvent être des majors).  Les indépendants : nouveaux fournisseurs.
  5. 5. LE MODÈLE THÉORIQUE  Armstrong and Vickers (2001) and Rochet and Stole (2002)  Les hypothèses  Deux entreprises 𝐿 et 𝑅  Un même coût par consommateur 𝐶 𝑞  Un tarif binôme prix-quantité 𝑇𝑗 𝑞 = 𝐹 + 𝑝 ∗ 𝑞
  6. 6. LES IMPLICATIONS DU MODÈLE  Les propositions émises  Le marché est couvert  Indépendance des préférences (pas lien entre quantité demandé et une entreprise)  Symétrie dans la distribution des préférences pour les entreprises (brand loyalty)  Symétrie des coûts  Conséquences  Il y a un tarif unique et identique  Par un mécanisme de marché nous avec p = 𝐶′ 𝑞 (Tirole 1989)  La structure du tarif est donc basée sur les coûts
  7. 7. LES FAITS  Propositions et réalité  Le marché est couvert au RU comme en France (100% - Banque Mondiale)  Indépendance des préférences : Bonatti 2011 et Sonderegger 2011  Possible asymétrie des préférences pour les fournisseurs  Une asymétrie limitée des coûts  Des tarifs binômes bien différents  Même si les coûts diffèrent les tarifs sont toujours basés sur les coûts (Yin 2004)
  8. 8. TARIFS BINÔMES BRITANNIQUES Part Fixe = Fixe Fee, F Part Variable = Marginal Price, p
  9. 9. LES COÛTS DES FOURNISSEURS • Tarifs régulés Transmission • Tarifs régulés Distribution • Intégration verticale vs non integration Génération • Brand loyalty et frictions de marché Fournisseur
  10. 10. SOURCES D’ASYMÉTRIE POSSIBLES  Nous avons donc plusieurs explications possibles dans l’asymétrie des tarifs.  Un avantage dans la génération grâce à l’intégration verticale, souvent le cas des Majors.  L’entreprise aurait une partie variable plus faible (Giulietti et al 2010)  Un avantage dans la relation clientèle grâce aux interactions passées avec le client, souvent le cas des anciens monopoles.  L’entreprise aurait une partie fixe plus élevé (Waddams Price and Hancock 1998)
  11. 11. MÉTHODOLOGIE  1: Comparaison des structures des différents types d’entreprises  Major vs Gaz ; Nouveaux vs Anciens …  2: Comparaison des tarifs des différents types d’entreprises  Même panel  3: Comparaison des résultats avec les modèles théoriques  Contradiction ou validation ?
  12. 12. Majors Anciens Gaz Nouveaux Intégration verticale Oui Oui Oui Non Brand Loyalty Non Oui Oui Non
  13. 13. ETUDE EMPIRIQUE: L’INTÉGRATION VERTICALE  Gaz vs Anciens  Partie variable plus faible  Contradiction avec l’hypothèse de similitude des coûts  Major vs Anciens  Partie variable plus faible  Contradiction avec l’hypothèse de similitude des coûts
  14. 14. GAS VS ANCIENS
  15. 15. MAJOR VS ANCIENS
  16. 16. ETUDE EMPIRIQUE : BRAND LOYALTY ET FRICTIONS DE MARCHÉ  Une existence vérifiée:  10 % des consommateurs ont changé leur fournisseurs durant la période étudiée(RU)  1% des consommateurs ont changé leur fournisseurs en 2016 (France – Cre)  Nouveaux vs Anciens  Partie fixe plus importante  Contradiction avec l’hypothèse de brand loyalty  Major vs Major  Partie fixe et variables différentes  Contradiction avec l’hypothèse de similitude des coûts  Gaz vs Anciens
  17. 17. NOUVEAUX VS ANCIENS
  18. 18. RÉSUMÉ: INTÉGRATION VERTICALE Majors Anciens Gaz Nouveaux Majors = Anciens = = - Gaz = Nouveaux + Majors Anciens Gaz Nouveaux Majors - Anciens + + + Gaz - Nouveaux - Modèle Observations
  19. 19. RÉSUMÉ  Malgré l’existence d’asymétries et selon les observations:  La structure des coûts (intégration verticale) ne peut expliquer la structure des parties variables dans ce marché oligopolistique.  Le comportement des consommateurs (brand loyalty) n’explique pas non plus la structure des parties variables.  Quel facteur ?
  20. 20. UNE NOUVELLE ASYMÉTRIE  Une asymétrie dans le comportement des firmes.  Une idée: les entreprises proposeraient des tarifs différents pour viser différents types de consommateurs (caractérisés par leur volume).  Une statistique centrale : Le Fixed to Marginal Ratio. 𝐹𝑀 = 𝐹 𝑝
  21. 21. LA SEGMENTATION  Un FM élevé indique une volonté de cibler des consommateurs avec de gros volumes  Un FM faible indique une volonté de cibler des consommateurs avec de faibles volumes  Quelles entreprises pour quelles stratégies ?
  22. 22. http://dhenriet.perso.centrale- marseille.fr/micro/Chapitre22/tarification/art2.htm
  23. 23. ANALYSE EMPIRIQUE  Fait 1:  Une dualité Gaz – Anciens  Le fournisseur de gaz ciblerait principalement les gros consommateurs.  A l’inverse les anciens cibleraient les plus petits consommateurs.  Fait 2:  Deux groupes de Majors:  Un groupe autours du fournisseur de gaz.  Un groupe autours des anciens.  Fait 3:  Il semble exister un facteur temps dans la stratégie.  Et donc un changement de stratégie au fil du temps.
  24. 24. CONCLUSION SUR LA DYNAMIQUE DES TARIFS BINÔMES  Dans un marché d’électricité oligopolistique les fournisseurs pratiquent une discrimination sous forme de tarif binôme.  Les tarifs binômes varient d’un fournisseur à un autre quelque soit leur type.  Ces variations ne semblent pas dues à un asymétrie de coûts ou à des comportements des consommateurs mais viendraient plutôt des stratégies des fournisseurs.  L’étude du FM ratio indique que ces stratégies ne sont pas fixes dans le temps.
  25. 25. CONCLUSION  Dans le marché de l’électricité de type britannique dans les années 1999 – 2005 la structure des tarifs discriminants de type binôme est expliquée en majorité par une stratégie de segmentation des clients par les entreprises fournisseurs.  Les hypothèses classiques ne tiennent plus dans cet espace économique.  Possible application dans le marché français.  Quel impact avec la nouvelle loi?  Besoin de moduler les hypothèses à cause d’une structure de marché différente.

×