Chapitre 1 2014

498 vues

Publié le

Chapitre 1 2014

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
498
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chapitre 1 2014

  1. 1. Décembre 2013 Information et technologies de l’information Par Mohamed Louadi ISG-Tunis Veuillez éteindre vos portables SVP Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com1
  2. 2. Mise en contexte Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com2
  3. 3. Mise en contexte Incertitude environnementale Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com3
  4. 4. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins en informations Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com4
  5. 5. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins en informations Disponibilité des informations Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com5
  6. 6. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins en informations Disponibilité des informations Capacité de traitement de l’information Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com6
  7. 7. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins en informations Disponibilité des informations Capacité de traitement de l’information Structure organisationnelle Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com7
  8. 8. Structure Mise en contexte organisationnelle Formalisation Complexité Centralisation Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com8
  9. 9. Mise en contexte Formalisation Complexité Centralisation • Standardisation • Réglementation Structure organisationnelle • Différentiation verticale • Différentiation horizontale • Différentiation spatiale • Participation dans la prise de décision • Hiérarchie de l’autorité Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com9
  10. 10. Mise en contexte Formalisation Complexité Centralisation • Standardisation (codification des tâches administratives) • Réglementation (règles écrites, rituels, etc.) Structure organisationnelle • Différentiation verticale (nombre de départements, de fonctions, etc.) • Différentiation horizontale (nombre de niveaux hiérarchiques, degré de spécialisation) • Différentiation spatiale (nombre de sites géographiques) • Participation dans la prise de décision • Hiérarchie de l’autorité (division du travail, degré d’autonomie, etc.) Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com10
  11. 11. Mise en contexte Source: Drucker, P. (1988). The Coming of the New Organization, Harvard Business Review, Vol. 66, No.1, pp. 45-53, http://home.base.be/vt6195217/neworganization.pdf, consulté le 12 octobre 2012. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com11
  12. 12. L’empire britannique? Mise en contexte Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com12
  13. 13. Mise en contexte Source: Fleet Air Arm Archive, 1939-1945 (2000-2005). British Empire, Dominion, Commonwealth Countries and the FAA 1939- 1945, http://www.fleetairarmarchive.net/CommonwealthCountries/Index.htm, consulté le 12 octobre 2012. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com13
  14. 14. Mise en contexte Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com14
  15. 15. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins en informations = Disponibilité des informations Capacité de traitement de l’information Technologies de l’information et de la communication (TIC) Structure organisationnelle Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com15
  16. 16. Mise en contexte Technologies de l’information et de la communication Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com16
  17. 17. Balanced Scorecards Gouvernance Learning Organization Empowerment Teamworking Mise en contexte Reengineering Downsizing Total Quality Management (TQM) Economic Value Analysis (EVA) Outsourcing Benchmarking Quality Circles Just in Time (JIT) MBO Matrix Management Scientific Management 360-degree feedback Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com17
  18. 18. Mise en contexte 1983 1993 Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com18
  19. 19. Balanced Scorecards Gouvernance Learning Organization Empowerment Teamworking Mise en contexte Reengineering Downsizing Total Quality Management (TQM) Economic Value Analysis (EVA) Outsourcing Benchmarking Quality Circles Just in Time (JIT) MBO Matrix Management Scientific Management 360-degree feedback VDSL HDSL X.25 Téléphone SaaS Wiki Facebook Google Cloud Computing Blog SCM ERP 3G VoIP UMTS GPRS CRM SMS Bluetooth WAP i-mode WiMAX XML WiFi Frame Relay Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com19 LS ebXML VoiceXML RNIS PC ADLS SDSL
  20. 20. Mise en contexte Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com20
  21. 21. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins informationnels Faible Disponibilité informationnelle Faible Elevée Elevée Capacité de traitement de l’information • Technologies de l’information et de la Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com21 communication • Structure organisationnelle
  22. 22. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins informationnels Faible Disponibilité informationnelle Faible Elevée Elevée Capacité de traitement de l’information • Technologies de l’information et de la Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com22 communication • Structure organisationnelle Adéquation
  23. 23. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins informationnels Faible Disponibilité informationnelle Faible Elevée Elevée Capacité de traitement de l’information • Technologies de l’information et de la Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com23 communication • Structure organisationnelle Adéquation Adéquation
  24. 24. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins informationnels Faible Disponibilité informationnelle Faible Elevée Elevée Capacité de traitement de l’information • Technologies de l’information et de la Inadéquation Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com24 communication • Structure organisationnelle Adéquation Adéquation
  25. 25. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins informationnels Faible Disponibilité informationnelle Faible Elevée Elevée Capacité de traitement de l’information • Technologies de l’information et de la Inadéquation Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com25 communication • Structure organisationnelle Adéquation Adéquation Inadéquation
  26. 26. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins informationnels Faible Disponibilité informationnelle Faible Elevée Elevée Capacité de traitement de l’information • Technologies de l’information et de la Inadéquation Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com26 communication • Structure organisationnelle Adéquation Adéquation Inadéquation
  27. 27. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins informationnels Faible Disponibilité informationnelle Faible Elevée Elevée Capacité de traitement de l’information • Technologies de l’information et de la Inadéquation Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com27 communication • Structure organisationnelle Adéquation Adéquation Inadéquation Restructuration
  28. 28. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins informationnels Faible Disponibilité informationnelle Faible Elevée Elevée Capacité de traitement de l’information • Technologies de l’information et de la Inadéquation Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com28 communication • Structure organisationnelle Adéquation Adéquation Inadéquation
  29. 29. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins informationnels Faible Disponibilité informationnelle Faible Elevée Elevée Capacité de traitement de l’information • Technologies de l’information et de la Inadéquation Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com29 communication • Structure organisationnelle Adéquation Adéquation Inadéquation Diversification
  30. 30. Mise en contexte Incertitude environnementale Besoins en informations = Disponibilité des informations Capacité de traitement de l’information Technologies de l’information et de la communication (TIC) Structure organisationnelle Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com30
  31. 31. Mise en contexte Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com31
  32. 32. • Introduction générale • La théorie des systèmes • Le modèle d’Anthony • Le modèle de Nolan • Les décisions et les structures de décision Plan général • Définitions • Les différents types de systèmes • Les systèmes d’information fonctionnels CHAPITRE 1 Théories et modèles CHAPITRE 2 Les SI informatisés CHAPITRE 3 L’entreprise intégrée et l’entreprise étendue • Le cycle transactionnel • Les évolutions récentes • Les systèmes ERP • Les avantages et les inconvénients • Les systèmes ERP «libres» • Les systèmes ERP en mode hébergé • Les systèmes ERP II • Les systèmes SCM • Les systèmes CRM • Conclusion Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com32
  33. 33. Plan général Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com33 CHAPITRE 4 Le Knowledge Management • Définitions • Les composantes du savoir • Le savoir et les entreprises • Les types de savoir • Les TIC et la gestion des connaissances • Le data mining • Conclusion
  34. 34. Introduction générale Management Information Systems Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com34 Electronic Data Processing (EDP) Management Information Systems (MIS) Information Systems (IS) Information Technology (IT) Information & Communication Technology (ICT)
  35. 35. Introduction générale Ordinateur Télévision Smartphone Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com35 Traitement des données Communication Divertissement Internet
  36. 36. Introduction générale Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com36 Nov. 21, 1993 Special Report Business Week (1993). The Information Appliance, Business Week, Special Report, November 21, http://www.businessweek.com/stories/1993-11-21/the-information-appliance, consulté le 10 février 2014.
  37. 37. Micro-onde Introduction générale Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com37 Traitement des données Communication Divertissement Internet Ordinateur Télévision Smartphone
  38. 38. Introduction générale The iPhone-exclusive wireless door lock En utilisant un produit d'UniKey, un utilisateur d'iPhone n’a qu’à tapoter sur la serrure pour avoir accès. Le système, opérant avec quatre piles de type AA durant plus d’une année, balaye pour s'assurer qu’un iPhone autorisé est dans les parages. Un utilisateur est notifié que la serrure est ouverte par le biais d’une lumière verte. Par ailleurs, le système accepte des clefs traditionnelles. 1 1 http://appleinsider.com/articles/13/05/08/unikey-kevo-aims-to-turn-apples-iphone-into-the-ultimate-secure-wireless-house-key, ainsi que : http://www.iclarified.com/30002/kwikset-kevo-lock-uses-your-iphone-as-a-key Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com38
  39. 39. Introduction générale MMaannaaggeemmeenntt IInnffoorrmmaattiioonn Systems Systems MtaonMagaenmageent Information Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com39
  40. 40. Introduction générale Management Information Systems Systems to Manage Information Information Systems for Management Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com40
  41. 41. Introduction générale Management Information Systems Systems to Manage Information Information Systems for Management Management oIfnformation Systems etc. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com41
  42. 42. Introduction générale Management Information Systems Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com42
  43. 43. L’oeil de Horus* Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com43 1/8 =5/8 1/2 1/8 1/2 1/4 1/16 1/32 1/64 =63/64 * Un dieu égyptien, fils d’Isis et d’Osiris
  44. 44. Le code de Hammourabi (2000 av. J.C.) Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com44
  45. 45. Le code de Hammourabi (2000 av. J.C.) Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com45
  46. 46. Le code de Hammourabi (2000 av. J.C.) Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com46
  47. 47. Le code de Hammourabi (2000 av. J.C.) Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com47
  48. 48. Le code de Hammourabi (2000 av. J.C.) La première gestion systématique de l’information économique et commerciale que nous connaissons date de l’époque de Hammourabi (1793-1750 av. J.C.): Le code contient 282 art. de loi tenant sur 3600 lignes gravées sur des stèles. Ex: §104 - Si un négociant a confié à un commis blé, laine, huile, ou toute autre denrée pour le trafic, le commis inscrira l'argent et le rendra au négociant. Le commis prendra un signé (ou reconnaissance) de l'argent qu'il a donné au négociant. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com48
  49. 49. Les caractéristiques de l’information Quantité? Estimant à 40 Go d’espace disque disponible à chaque utilisateur, une organisation de 100 employés peut générer plus de 4To de données (1To=1024 Go). Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com49
  50. 50. Les caractéristiques de l’information Quantité? Estimant à 40 Go d’espace disque disponible à chaque utilisateur, une organisation de 100 employés peut générer plus de 4To de données (1To=1024 Go). Unité Symbole Taille kilooctet Ko mégaoctet Mo gigaoctet Go téraoctet To petaoctet Po exaoctet Eo zetaoctet Zo yottaoctet Yo brontooctet Bo 210 octets 220 octets 230 octets 240 octets 250 octets 260 octets 270 octets 280 octets 290 octets Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com50
  51. 51. Les caractéristiques de l’information Quantité? Estimant à 40 Go d’espace disque disponible à chaque utilisateur, une organisation de 100 employés peut générer plus de 4To de données (1To=1024 Go). Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com51 Prix d’un Go 1981 - 1987 - 1990 - 1994 - 1997 - 2000 - 2004 - 2010 - $300,000.00 $50,000.00 $10,000.00 $1,000.00 $100.00 $10.00 $1.00 $0.10 Source: Smith, J. (2011). Hard Drive Prices Over Time: Price per GB from 1981 to 2010, http://notebooks.com/2011/03/09/hard-drive- prices-over-time-price-per-gb-from-1981-to-2010/, last accessed April 26, 2011.
  52. 52. Les caractéristiques de l’information Le monde produit entre un et deux héxaoctets d’informations inédites chaque année, ce qui équivaut à 250 mégaoctets pour chaque homme, femme, et enfant sur terre. Unité Symbole Taille kilooctet Ko mégaoctet Mo gigaoctet Go téraoctet To petaoctet Po exaoctet Eo zetaoctet Zo yottaoctet Yo brontooctet Bo 210 octets 220 octets 230 octets 240 octets 250 octets 260 octets 270 octets 280 octets 290 octets Source: Lyman, P. et Varian, H.R. (2000). Reprint: How Much Information? The Journal of Electronic Publishing, Vol. 6, No. 2, Déc., http://quod.lib.umich.edu/cgi/t/text/text-idx?c=jep;view=text;rgn=main;idno=3336451.0006.204 Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com52
  53. 53. Les caractéristiques de l’information Le monde produit entre un et deux héxaoctets d’informations inédites chaque année, ce qui équivaut à 250 mégaoctets pour chaque homme, femme, et enfant sur terre. Unité Symbole Taille kilooctet Ko mégaoctet Mo gigaoctet Go téraoctet To petaoctet Po exaoctet Eo zetaoctet Zo yottaoctet Yo brontooctet Bo 210 octets 220 octets 230 octets 240 octets 250 octets 260 octets 270 octets 280 octets 290 octets Un zetaoctet = une pile de livres de la planète Terre à la planète Pluton (20 fois) Source: Lyman, P. et Varian, H.R. (2000). Reprint: How Much Information? The Journal of Electronic Publishing, Vol. 6, No. 2, Déc., http://quod.lib.umich.edu/cgi/t/text/text-idx?c=jep;view=text;rgn=main;idno=3336451.0006.204 Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com53
  54. 54. Les caractéristiques de l’information • L’année 2002 est considérée le début de l’âge numérique (the digital âge), c’est l’année ou la capacité numérique mondiale dépassa la capacité analogique mondiale. Hilbert, M. et Priscila López, P. The World's Technological Capacity to Store, Communicate, and Compute Information. Science, 10 février 2011 DOI:10.1126/science.1200970 et ScienceDaily (11 février 2011). How Much Information Is There in the World? http://www.sciencedaily.com/releases/2011/02/110210141219.htm Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com54
  55. 55. 2002 Visualisé: Rise of the digital information age, Posted by Jack Dutch, http://4feb2011.blogspot.com/ Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com55
  56. 56. Les caractéristiques de l’information • L’année 2002 est considérée le début de l’âge numérique (the digital âge), c’est l’année ou la capacité numérique mondiale dépassa la capacité analogique mondiale. • En 2007, presque 94% de la mémoire de l’humanité était sous forme numérique. Hilbert, M. et Priscila López, P. The World's Technological Capacity to Store, Communicate, and Compute Information. Science, 10 février 2011 DOI:10.1126/science.1200970 et ScienceDaily (11 février 2011). How Much Information Is There in the World? http://www.sciencedaily.com/releases/2011/02/110210141219.htm Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com56
  57. 57. Les caractéristiques de l’information 94% Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com57
  58. 58. Les caractéristiques de l’information En 2013, le numérique représente plus de 98% du total. Les Anglo-Saxons ont forgé un terme pour désigner cette masse: big data. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com58
  59. 59. Les caractéristiques de l’information Combien d’heures, en moyenne, passez-vous dans chacune des activités suivantes? Source: Bohn, R.E. et Short, J.E. (2009). How Much Information? 2009 Report on American Consumers, http://hmi.ucsd.edu/pdf/HMI_2009_ConsumerReport_Dec9_2009.pdf, consulté le 26 mai 2011. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com59
  60. 60. Les caractéristiques de l’information Consommation quotidienne d’information: Source: Bohn, R.E. et Short, J.E. (2009). How Much Information? 2009 Report on American Consumers, http://hmi.ucsd.edu/pdf/HMI_2009_ConsumerReport_Dec9_2009.pdf, consulté le 26 mai 2011. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com60
  61. 61. Les caractéristiques de l’information • Le Web renferme plus de 170 téraoctets d’information à la surface; cela représente 17 fois la taille totale des volumes de la bibliothèque du Congrès américain. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com61
  62. 62. Les caractéristiques de l’information • Le Web renferme plus de 170 téraoctets d’information à la surface; cela représente 17 fois la taille totale des volumes de la bibliothèque du Congrès américain. • La messagerie instantanée génère 5 milliards de messages par jour (750Go), soit 274 téraoctets par an. • L’email génère autour de 400,000 téraoctets d’informations inédites chaque année. • L’Américain moyen • Utilise le téléphone pendant 16,17 heures par mois, • Écoute la radio pendant 90 heures par mois, et • Regarde la télé pendant 131 heures par mois. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com62
  63. 63. Les caractéristiques de l’information Quantité? Estimant à 40 Go d’espace disque disponible à chaque utilisateur, une organisation de 100 employés peut générer plus de 4To de données (1To=1024 Go). Qualité? 9 responsables sur 10 admettent qu’ils ont pris des décisions basées sur des informations inadéquates ou erronées. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com63
  64. 64. Les caractéristiques de l’information Selon certains ouvrages, pour être de qualité, l’information doit être: •• Exacte • Complète Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com64 • • Économique • Flexible • Fiable • Significative • Simple • Pertinente • Vérifiable • Comparable Le meilleur SI ne peut donner que ce qu’il a…
  65. 65. Les caractéristiques de l’information PASSONS… • Exacte: Une information exacte est dénuée d’erreurs. • Complète: Une information complète renferme tous les éléments Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com65 importants. • Économique: Une information doit être relativement peu coûteuse à produire. • Flexible: Une information flexible peut être utilisée pour un ensemble d’objectifs. • Fiable: Une information est fiable lorsqu’on peut s’y fier pour prendre des décisions. • Significative: Une information doit être significative aux yeux d’un décideur. • Simple: Une information doit être simple, c’est-à-dire, dénuée de toute complexité superflue. • Pertinente: Une information pertinente est produite lorsqu’on en a besoin. • Vérifiable: C’est-à-dire qu’il y a moyen de vérifier si elle est correcte. • Comparable: Une information doit être susceptible d’être comparée avec une autre information ou une autre source.
  66. 66. Les évolutions Fumée, tam-tam, et pigeons voyageurs Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com66
  67. 67. Les évolutions Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com67
  68. 68. Introduction générale Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com68 • PDP11 • 24Ko de mémoire • Unix (16Ko) • Disque dur de 512Ko
  69. 69. Introduction générale Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com69
  70. 70. Introduction générale Le Titan de Cray était le supercalculateur le plus puissant de tous les temps avec pas moins de 17,59 pétaflops (milliards de milliards d’opérations par seconde). Rapidement, ce fut le tour de Tianhe-2, le supercalculateur chinois développé par la National University of Defense Technology (NUDT). C’est le no.1 mondial actuel avec une puissance de calcul de 33,86 petaflop/seconde. Ceci fut annoncé le 17 juin 2013 lors de la séance d’ouverture de la International Supercomputing Conference tenue à Leipzig, en Allemagne. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com70
  71. 71. Le Tianhe-2 - Le supercalculateur no. 1 du monde 384.000 coeurs de processeurs Source: China’s Tianhe-2 Supercomputer Takes No. 1 Ranking on 41st TOP500 List, http://www.top500.org/blog/lists/2013/06/press-release/, consulté le 3 décembre 2013. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com71
  72. 72. Le Tianhe-2 - Le supercalculateur no. 1 du monde Dans la liste complète des nouveaux supercalculateurs (2013)1, la Chine détient 66 superordinateurs, le Japon en a 30, le Royaume Uni 29, l’Allemagne 19 et les Etats-Unis 252. 1 http://www.top500.org/list/2013/06/ Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com72
  73. 73. Introduction générale Au plan technique, le Tianhe-2 comporte 16000 noeuds, chacun avec 2 processeurs Intel Xeon IvyBridge et 3 processeurs Xeon Phi pour une puissance de calcul totale de 3 120 000 coeurs de calcul. Le système d’exploitation est un Kylin Linux gérant 1 024 000 GB. Source: http://alliancegeostrategique.org/2013/07/01/sun-tzu-a-dit-tianhe-2-vaincra-titan/#sthash.lcsxVCSL.dpuf Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com73
  74. 74. Introduction générale Sommes-nous en train d’aller trop vite? L’âge de pierre L’imprimerie L’ère numérique La machine à écrire Janvier J1u98iJn3u 1in9 914997Août 1M99a8i 2M0a0r0s 200M4ai 2005 Déc 2D00é5cM 2a0r0s7 2M00a8i 2S0e0p8t 2009 Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com74
  75. 75. Introduction générale Sommes-nous en train d’aller trop vite? Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com75
  76. 76. Introduction générale Sommes-nous en train d’aller trop vite? Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com76
  77. 77. Les évolutions Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com77
  78. 78. Les évolutions Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com78
  79. 79. Les évolutions Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com79
  80. 80. Les évolutions أحنا صحاب في فايس بوك؟ والله ما نعرف Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com80
  81. 81. Les évolutions Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com81 vipe.tn
  82. 82. Les évolutions www.faceommek.com Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com82
  83. 83. Les évolutions • Les années 50: ils ont dit que la télé ferait disparaître Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com83 le cinéma. • Les années 70: ils ont dit que les lecteurs vidéo feraient disparaître le cinéma. • Les années 90: ils ont dit que le commerce en ligne ferait disparaître les centres d’achat. • Les années 2000: ils ont dit que les places de marché électroniques feraient disparaitre les fournisseurs et les agents d’achat au chômage.
  84. 84. Les évolutions I think there is a world market for maybe five computers Thomas Watson 1943 640K ought to be enough for anybody Bill Gates 1981 Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com84
  85. 85. Les évolutions I think there is a world market for maybe five computers Thomas Watson 1943 There is no reason anyone would want a computer in their home Ken Olson, Founder of Digital Equipment Corp. 1977. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com85
  86. 86. Les évolutions Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com86
  87. 87. Les évolutions – Le VKB Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com87 http://www.vkb-support.com/
  88. 88. 01:1 7 Les évolutions – Le VKB Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com88
  89. 89. Les évolutions – Le VKB Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com89
  90. 90. Les évolutions Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com90
  91. 91. • Introduction générale • La théorie des systèmes • Le modèle d’Anthony • Le modèle de Nolan • Les décisions et les structures de décision Plan général CHAPITRE 1 Théories et modèles CHAPITRE 2 Les SI informatisés CHAPITRE 3 L’entreprise intégrée et l’entreprise étendue CHAPITRE 4 Le Knowledge Management Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com91
  92. 92. La théorie des systèmes Un système ouvert accepte des inputs et fournit des outputs … Input Output Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com92
  93. 93. La théorie des systèmes Un système ouvert accepte des inputs et fournit des outputs … Input Output Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com93
  94. 94. La théorie des systèmes Chaque sous-système est, à son tour, composé de sous-sous-systèmes… Il Un est système composé ouvert de sous-accepte systèmes des inputs en interaction et fournit les des uns outputs avec … les autres … INPUT OUTPUT/INPUT OUTPUT INPUT OUTPUT Input Output INPUT OUTPUT INPUT OUTPUT Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com94 INPUT INPUT OUTPUT/INPUT INPUT OUTPUT INPUT OUTPUT OUTPUT INPUT OUTPUT INPUT OUTPUT INPUT INPUT OUTPUT/INPUT INPUT OUTPUT INPUT OUTPUT OUTPUT INPUT OUTPUT INPUT OUTPUT INPUT INPUT OUTPUT/INPUT INPUT OUTPUT INPUT OUTPUT OUTPUT INPUT INPUT INPUT OUTPUT
  95. 95. La théorie des systèmes Un voyage qui commence et finit dans des dimensions difficiles à imaginer par l’esprit humain. Il commence à 10 millions d’années-lumière dans l’espace, et finit à 100 atomes/m sur Terre: 01:2 8 National NASA Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com95
  96. 96. La théorie des systèmes Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com96
  97. 97. La théorie des systèmes Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com97
  98. 98. La théorie des systèmes au toucher. Le premier, touchant le ventre, reconnut un mur; celui palpant la queue que c’était un serpent; celui qui s’occupa de l’oreille reconnut un éventail; celui qui était à proximité de la patte y Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com98 mur. C’est un mur! corde. C’est une corde! C’est un serpent serpent. éventail. arbre. C’est une lance C’est un éventail! C’est un arbre On a demandé à six aveugles de reconnaitre quelque chose jura que c’était une corde; celui touchant la trompe crut reconnut un arbre; quant à celui qui toucha la défense, il y reconnut une lance. Traduit de: Six Blind Men & The Elephant, http://www.himandus.net/elefunteria/library/culture+religion/six_blind_men.html, consulté le 26 mars 2013.
  99. 99. Le modèle d’Anthony L’entreprise considérée comme un système dans son niveau le plus abstrait. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.com99
  100. 100. Le modèle d’Anthony Le premier niveau de décomposition: Les 3 niveaux de gestion. Chaque niveau est considéré comme un sous-système. Le premier niveau de décomposition d’Anthony: Les 3 niveaux de gestion. Chaque niveau est considéré comme un sous-système. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co0m0
  101. 101. Le modèle d’Anthony Le premier niveau de décomposition: Les 3 niveaux de gestion. Chaque niveau est considéré comme un sous-système. Planification stratégique Contrôle de gestion Gestion transactionnelle et opérationnelle L’information est • Exceptionnelle • Irrégulière • Hypothétique • Externe • Qualitative • De portée générale L’information est • Préétablie • Périodique • Détaillée • Fréquente • Historique • Factuelle • Interne • Quantitative Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co0m1
  102. 102. Le modèle d’Anthony La deuxième décomposition consiste en ce qu’on appelle les divisions fonctionnelles. La fonction Marketing La fonction financière Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co0m2
  103. 103. Le modèle d’Anthony La combinaison des deux décompositions génère une multitude de sous-systèmes. Un système de sous-systèmes Le niveau stratégique de la fonction financière Le niveau opérationnel (transactionnel) de la fonction financière Le niveau opérationnel (transactionnel) de la fonction marketing Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co0m3
  104. 104. Le modèle d’Anthony Un système de sous-systèmes chacun disposant de sa PROPRE informatique. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co0m4
  105. 105. Le modèle d’Anthony Avec tous les problèmes que cela sous-entend: • Double saisie • Redondance • Double contrôle • etc. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co0m5
  106. 106. Le modèle d’Anthony Débouchant parfois sur une constellation de matériels et donc de différents fournisseurs à gérer. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co0m6
  107. 107. Le modèle d’Anthony Et sur une constellation d’applications et de technologies en spaghettis Source: Storr, D.W. (2007). Basics of Enterprise Application Integration (EAI), Service-Oriented Architecture (SOA), Enterprise Service Bus (ESB), Model-Driven Architecture (MDA), http://www.storrconsulting.com/sc219.html, consulté le 17 janvier 2012. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co0m7
  108. 108. Le modèle d’Anthony Alors que nous savons que l’entreprise est UNE. Un Chacun système jouant de sa sous-propre systèmes musique… chacun disposant de sa PROPRE informatique. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co0m8
  109. 109. Le modèle d’Anthony • Chaque unité s’acquiert un système qui est propre à ses activités • Les unités ont tendance à gérer leurs propres données et à traiter leurs «propres» informations devenant ainsi des silos quasi cloisonnés • Ces informations sont nommées, générées, traitées et affichées différemment selon les besoins de l’unité Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co0m9
  110. 110. Le modèle d’Anthony • Ces informations sont par conséquent difficiles à concilier quand elles sont redondantes (le cas où une information est gérée par plusieurs unités) • Ces informations ne peuvent être traitées que sur les systèmes des unités Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co1m0
  111. 111. Le modèle de Nolan ou l’informatisation des entreprises Maturité Administration Intégration Contrôle Contagion Initiation 1ère étape 2ème étape 3ème étape 4ème étape 5ème étape 6ème étape Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co1m1
  112. 112. Le modèle de Nolan ou l’informatisation des entreprises Peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse Alfred de Musset Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co1m2
  113. 113. Le modèle de Nolan ou l’informatisation des entreprises Matériel Maturité Administration Intégration (automatisation) Contrôle Contagion Initiation Information (informatisation) 1ère étape 2ème étape 3ème étape 4ème étape 5ème étape 6ème étape Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co1m3
  114. 114. Le modèle de Nolan Automatisation vs. informatisation Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co1m4
  115. 115. Le modèle de Nolan Automatisation vs. informatisation 3. Saisie Base de 2. Formulaire données Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co1m5 Avant: 1. Ecriture 4. Storage
  116. 116. Le modèle de Nolan Automatisation vs. informatisation Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co1m6 1. Ecriture Base de données Aujourd’hui: Ecriture=Saisie sur le formulaire en ligne 2. Enregistrement
  117. 117. Le modèle de Nolan Automatisation vs. informatisation Aujourd’hui: 01:1 1 Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co1m7
  118. 118. Le modèle de Nolan La métaphore de la grenouille bouillie Source: Marty Rubin (1987), The Boiled Frog Syndrome. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co1m8
  119. 119. Le modèle de Nolan ou l’informatisation des entreprises Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co1m9
  120. 120. Le modèle de Nolan ou l’informatisation des entreprises Anciens Technologie Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co2m0 Processus Nouveaux Ancienne Nouvelle Automatisation
  121. 121. 100 80 60 40 20 L’évolution de la part du logiciel dans les dépenses informatiques 1970 1980 1990 2000 2010 Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co2m1 0 Matériel Logiciel Le modèle de Nolan ou l’informatisation des entreprises
  122. 122. La loi de Moore: 2300 transistors 820 millions de transistors Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co2m2
  123. 123. La loi de Moore Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co2m3
  124. 124. La loi de Moore 0 1 0 0 0 1 0 Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co2m4
  125. 125. La loi de Moore 0 1 0 0 0 1 0 0 1 0 1 0 0 0 1 0 0 1 0 Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co2m5
  126. 126. La loi de Moore 0 1 0 0 0 1 0 0 1 0 1 0 0 0 1 0 0 1 0 0 1 0 1 0 0 0 1 0 0 1 0 0 1 0 1 0 0 0 1 0 0 1 0 Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co2m6
  127. 127. La loi de Moore Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co2m7
  128. 128. L’évolution des structures des dépenses informatiques Logiciel et services Personnel Télécom et divers 2000 2005 2010 Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co2m8 50 40 30 20 10 0 0 Matériel 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010
  129. 129. L’évolution des structures des dépenses informatiques Ce tableau résume quelques statistiques concernant la situation de l’informatique dans 52 pays Source; IDC (2009). Aid to Recovery: The Economic Impact of IT, Software, and the Microsoft Ecosystem on the Global Economy, October 2009, White paper, Sponsored by Microsoft, http://www.intertic.org/Policy%20Papers/IDC.pdf, last accessed September 14, 2012. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co2m9
  130. 130. L’évolution des structures des dépenses informatiques La structure des dépenses TIC globales dans ces 52 pays (2009): 38% 41% 21% Matériel Logiciel Services Source; IDC (2009). Aid to Recovery: The Economic Impact of IT, Software, and the Microsoft Ecosystem on the Global Economy, October 2009, White paper, Sponsored by Microsoft, http://www.intertic.org/Policy%20Papers/IDC.pdf, consulté le 14 septembre 2012. Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co3m0
  131. 131. L’évolution des structures des dépenses informatiques La structure des dépenses TIC globales en Tunisie et au Maroc tend vers celle de la France Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co3m1 54% 23% 23% Tunisie Logiciel Services Matériel 50% 25% 25% Maroc Logiciel Services Matériel Source: Centre du Commerce International 46% 35% 19% France Logiciel Services Matériel
  132. 132. L’évolution des structures des dépenses informatiques Alors que les sources de revenus sont: Source: Wikibon (2012) et http://wikibon.org/wiki/v/Big_Data_Market_Size_and_Vendor_Revenues Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co3m2
  133. 133. • Introduction générale • La théorie des systèmes • Le modèle d’Anthony • Le modèle de Nolan • Les décisions et les structures de décision Plan général CHAPITRE 1 Théories et modèles CHAPITRE 2 Les SI informatisés CHAPITRE 3 L’entreprise intégrée et l’entreprise étendue CHAPITRE 4 Le Knowledge Management Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co3m3
  134. 134. Les décisions et les structures de décision • Les décisions structurées • Les décis•ioRnsé pnéotinti vsetrsucturées • Routinières • Basées sur une procédure Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co3m4
  135. 135. Les décisions et les structures de décision Début • Les décisions structurées • Répétitives Oui Temp Non • Routinières < 32? • Basées sur une procédure Recouvrir les légumes Découvrir les légumes • Les décisions non structurées Fin Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co3m5
  136. 136. Les décisions et les structures de décision Source: http://publib.boulder.ibm.com/infocenter/dmndhelp/v6r1mx/index.jsp?topic=/com.ibm.btools.help.modeler.doc/doc/concepts/widmodeli ng/bpelswitch.html Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co3m6
  137. 137. Les décisions et les structures de décision Quelle est la quantité optimale à commander? Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co3m7
  138. 138. Les décisions et les structures de décision Quelle est la quantité optimale à commander? La procédure est claire et facile à suivre Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co3m8
  139. 139. Les décisions et les structures de décision Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co3m9
  140. 140. Les décisions et les structures de décision • Les décisions structurées • Répétitives • Nouvelles • Rares Routinières Basées sur une procédure • Les décisions non structurées Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co4m0
  141. 141. Les décisions et les structures de décision • Décisions structurées • Répétitives • Routinières • Basées sur une procédure • Décisions non structurées • Nouvelles • Rares Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co4m1
  142. 142. Les décisions et les structures de décision • Décisions structurées Des situations où les procédures à suivre quand une décision est à prendre peuvent être spécifiées à l’avance • Décisions non structurées Des situations où il n’est pas possible de spécifier à l’avance la procédure à suivre Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co4m2
  143. 143. Les décisions et les structures de décision • Décisions structurées • Décisions nonD sétrcuiscitounrése ssemi-structurées Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co4m3
  144. 144. MERCI Mohamed Louadi, PhD Tunis mlouadi@louadi.1co4m4

×