1
Les Trente Glorieuses : de la croissance à la contestation
Proposition de correction
Depuis les chocs pétroliers, crises...
2
Au total, une fois surmonté le défi de la construction et stimulée par celui-ci, l’après-guerre se caractérise
donc pour...
3
C
Par ailleurs, au-delà de la dénonciation des inachèvements, c’est parfois radicalement que le modèle est contesté. La ...
4
La structure idéale d’un paragraphe est celle-ci :
1 - Présentation de l’idée (introduction sous forme d’un argument qui...
5
*
* *
Il est désormais possible d’écrire une brève introduction en respectant ses trois ‘’moments’’: accroche,
problémat...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les trente glorieuses - structure de la dissertation

2 309 vues

Publié le

Correction du devoir sur les trente glorieuses

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 309
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les trente glorieuses - structure de la dissertation

  1. 1. 1 Les Trente Glorieuses : de la croissance à la contestation Proposition de correction Depuis les chocs pétroliers, crises et chômage endémique donnent, rétrospectivement, une saveur de paradis perdu aux décennies qui, de la guerre aux années 1970, sont passés à l’Histoire sous le nom de « Trente Glorieuses ». Quelles furent les particularités, mais aussi les limites, du formidable essor économique que connurent les pays d’Europe occidentale, les Etats-Unis et le Japon? Nous traiterons dans un premier temps les conditions générales qui ont rendu possible la croissance, avant d’en analyser les mécanismes. Enfin, nous envisagerons quelques-uns des angles morts, souvent occultés, de cette période. * * * Le nouveau rôle dévolu à l’Etat et la modification des structures économiques et juridiques du marché constituent les facteurs d’une croissance qui durera jusqu’aux années 1970. D’une part, la libéralisation des échanges internationaux s’impose sous l’influence idéologique des Etats- Unis. Ainsi, les accords du GATT en 1947 suivis régulièrement par d’autres accords conduisent à une réduction des tarifs douaniers. A l’échelle régionale, la mise en place du marché commun entre la France, l’Allemagne, l’Italie et le Benelux dans le cadre de la CEE participe de la même logique. En moyenne, les échanges internationaux augmentent de 8% par an durant la période. Dans ces conditions, la réduction du temps et des coûts de transport contribuent à la multiplication des échanges marchands. Mais, d’autre part, on constate une intervention plus importante des Etats dans l’économie. C’est le triomphe des théories de l’économiste anglais John Maynard Keynes avec la mise en place de l’Etat providence. Des mécanismes de redistribution comme l’impôt progressif, ou de solidarité – telle la création en 1945 de la sécurité sociale en France et au Royaume Uni - tendent à une réduction des inégalités. Allié à une forte croissance démographique, qui ne fera sentir pleinement ces effets qu’à partir des années 1960, ces dispositifs permettent une hausse du pouvoir d’achat et donc de la consommation soutenant la production. La marque du keynésianisme se fait, de plus, sentir dans la part nouvelle que l’Etat s’octroie, de l’Italie aux Etats-Unis en passant par le Royaume Uni et le Japon, en matière économique. Le processus de nationalisation, parfois entamé avant la guerre, se poursuit à la fin de celle-ci. L’Etat français prend ainsi le contrôle, dès 1946, des principaux établissements bancaires et assurantiels, ainsi que des plus importantes entreprises dans les secteurs clefs de l’énergie et des transports. Cette capacité d’intervention directe dans l’économie est complétée, la même année, par la création d’un Commissariat au plan, chargé de coordonner le développement de l’économie nationale. De telles formes d’interventions étatiques, de la planification indicative aux financements des secteurs stratégiques, forme le socle d’une expérience commune au sein des pays industrialisés. Contradictoires en apparence, de nouveaux rapports entre secteur privé et secteur public président au développement économique d’après-guerre. * * * L’essor des Trente Glorieuses se développe autour de la production et de la commercialisation de biens de consommation et de services. La demande se développe également parce que les pays industrialisés entrent dans une société de consommation de masse. La hausse des salaires en période de prospérité économique associée au développement du crédit, mais aussi à une soif de consommer orientée par la publicité vont soutenir la demande et la croissance. En fait, la consommation n'a plus seulement pour but de satisfaire des besoins, elle sert aussi à affirmer une position sociale. Les ménages s’équipent ainsi d’une voiture, d’appareils électroménagers. ; le poste de télévision remplace le poste de radio. Le peintre américain Andy Warhol, l’un des chefs de file du mouvement pop art, élève les boîtes de conserves Campbell’s au rang d’œuvre d’art, témoignant d’une dénonciation/fascination de la société de consommation. Cette croissance s’appuie donc sur celle de secteurs clefs. Ainsi, la production mondiale d’automobiles triple (grâce à la généralisation du fordisme et à la hausse de la productivité) pendant la période entraînant avec elles beaucoup d’entreprises intégrées au sein de la filière automobile. Des voitures sont produites en très grande série comme la « Coccinelle » qui atteint le million d’exemplaires en 1954 et 16 millions au total jusqu’en 1973. De surcroît, la période voit les prémices de ce que l’on appelle communément la 3ème Révolution industrielle, liée aux hautes technologies : électronique (transistor inventé en 1948), nucléaire, aéronautique. Ces secteurs profitent notamment de la rivalité est-ouest et de la course aux armements dans le cadre de la Guerre froide.
  2. 2. 2 Au total, une fois surmonté le défi de la construction et stimulée par celui-ci, l’après-guerre se caractérise donc pour les anciens belligérants par une extraordinaire période de croissance économique. Durant deux décennies, l’Allemagne, l’Italie et la France connaissent des taux annuels de croissance du PNB supérieurs à 5% tandis que le Japon dépasse les 10% de moyenne annuelle. Paradoxalement, les anciens vainqueurs, le Royaume-Uni et, dans une moindre mesure, les Etats-Unis connaissent une croissance plus faible (3 et 4% respectivement). Cependant, cette ère de prospérité n’est pas partagée par tous. * * * Le bien-être général ne parvient pas à masquer les ambiguïtés d’une période faite aussi de bouleversements et de luttes. Période de prospérité, les Trente glorieuses n'ont toutefois pas fait disparaître la pauvreté. Il n'y a certes pas de chômage massif, mais il subsiste de la précarité et aussi de nombreux emplois mal payés qui suffisent à peine pour vivre dignement. Les victimes sont généralement des immigrés, des mères célibataires ou encore des personnes âgées. En France, il subsiste des bidonvilles jusqu'au début des années 1970 tels ceux de Saint-Denis ou de Nanterre qui accueillent des ouvriers immigrés. Au sein des pays industrialisés, on constate aussi d’importantes inégalités régionales, comme si certaines régions avaient été " oubliées par la croissance ". C'est ainsi le cas de régions rurales victimes de la déprise (départ des ruraux et déclin des activités agricoles) comme le Mezzogiorno italien. Par ailleurs, au-delà de la dénonciation des inachèvements, c’est parfois radicalement que le modèle est contesté. La course à la productivité imposant sa dure cadence dans les usines, l’emprise de la publicité qui semble assujettir l’esprit à la marchandise et un modèle éducatif que la jeunesse accuse de la conditionner, vont conduire, conjugués localement à de nombreux autres facteurs, aux violentes contestations de 1968. De même, la réflexion écologiste se développe en réaction à des scandales industriels importants comme, par exemple, la pollution au mercure à Minamata au Japon dans les années 1960. La fin, à partir des années 1970, d’une période rétrospectivement parée de toutes les grâces, gommera des mémoires certains de ses traits négatifs. * * * Prenant appui sur le nouveau rôle de l’Etat en matière économique et une redéfinition des conditions du commerce international, portée par une consommation, la période de croissance économique qui s’ouvre après- guerre ne laisse pourtant pas de créer des inégalités sur ces marges et un fort mécontentement en son cœur même. Alors que le temps tendra à effacer des mémoires les taches les plus sombres, un nouvel ordre économique, industriel et social se met en place durant les années 1980 et semble triompher après la dissolution de l’URSS: l’âge néolibéral s’ouvre; Hayek prend sa revanche sur Keynes. * * * Explications A La marque du keynésianisme se fait, de plus, sentir dans la part nouvelle que l’Etat s’octroie, de l’Italie aux Etats-Unis en passant par le Royaume Uni et le Japon, en matière économique. Le processus de nationalisation, parfois entamé avant la guerre, se poursuit à la fin de celle-ci. L’Etat français prend ainsi le contrôle, dès 1946, des principaux établissements bancaires et assurantiels, ainsi que des plus importantes entreprises dans les secteurs clefs de l’énergie et des transports. Cette capacité d’intervention directe dans l’économie est complétée, la même année, par la création d’un Commissariat au plan, chargé de coordonner le développement de l’économie nationale. De telles formes d’interventions étatiques, de la planification indicative aux financements des secteurs stratégiques, forme le socle d’une expérience commune au sein des pays industrialisés. B Au total, une fois surmonté le défi de la construction et stimulée par celui-ci, l’après-guerre se caractérise donc pour les anciens belligérants par une extraordinaire période de croissance économique. Durant deux décennies, l’Allemagne, l’Italie et la France connaissent des taux annuels de croissance du PNB supérieurs à 5% tandis que le Japon dépasse les 10% de moyenne annuelle. Paradoxalement, les anciens vainqueurs, le Royaume-Uni et, dans une moindre mesure, les Etats-Unis connaissent une croissance plus faible (3 et 4% respectivement).
  3. 3. 3 C Par ailleurs, au-delà de la dénonciation des inachèvements, c’est parfois radicalement que le modèle est contesté. La course à la productivité imposant sa dure cadence dans les usines, l’emprise de la publicité qui semble assujettir l’esprit à la marchandise et un modèle éducatif que la jeunesse accuse de la conditionner, vont conduire, conjugués localement à de nombreux autres facteurs, aux violentes contestations de 1968. De même, la réflexion écologiste se développe en réaction à des scandales industriels importants comme, par exemple, la pollution au mercure à Minamata au Japon dans les années 1960. D Période de prospérité, les Trente glorieuses n'ont toutefois pas fait disparaître la pauvreté. Il n'y a certes pas de chômage massif, mais il subsiste de la précarité et aussi de nombreux emplois mal payés qui suffisent à peine pour vivre dignement. Les victimes sont généralement des immigrés, des mères célibataires ou encore des personnes âgées. En France, il subsiste des bidonvilles jusqu'au début des années 1970 tels ceux de Saint-Denis ou de Nanterre qui accueillent des ouvriers immigrés. Au sein des pays industrialisés, on constate aussi d’importantes inégalités régionales, comme si certaines régions avaient été " oubliées par la croissance ". C'est ainsi le cas de régions rurales victimes de la déprise (départ des ruraux et déclin des activités agricoles) comme le Mezzogiorno italien. E Mais, d’autre part, on constate une intervention plus importante des Etats dans l’économie. C’est le triomphe des théories de l’économiste anglais John Maynard Keynes avec la mise en place de l’Etat providence. Des mécanismes de redistribution comme l’impôt progressif, ou de solidarité – telle la création en 1945 de la sécurité sociale en France et au Royaume Uni - tendent à une réduction des inégalités. Allié à une forte croissance démographique, qui ne fera sentir pleinement ces effets qu’à partir des années 1960, ces dispositifs permettent une hausse du pouvoir d’achat et donc de la consommation soutenant la production. F La demande se développe également parce que les pays industrialisés entrent dans une société de consommation de masse. La hausse des salaires en période de prospérité économique associée au développement du crédit, mais aussi à une soif de consommer orientée par la publicité vont soutenir la demande et la croissance. En fait, la consommation n'a plus seulement pour but de satisfaire des besoins, elle sert aussi à affirmer une position sociale. Les ménages s’équipent ainsi d’une voiture, d’appareils électroménagers. ; le poste de télévision remplace le poste de radio. Le peintre américain Andy Warhol, l’un des chefs de file du mouvement pop art, élève les boîtes de conserves Campbell’s au rang d’œuvre d’art, témoignant d’une dénonciation/fascination de la société de consommation G Cette croissance s’appuie donc sur celle de secteurs clefs. Ainsi, la production mondiale d’automobiles triple (grâce à la généralisation du fordisme et à la hausse de la productivité) pendant la période entraînant avec elles beaucoup d’entreprises intégrées au sein de la filière automobile. Des voitures sont produites en très grande série comme la « Coccinelle » qui atteint le million d’exemplaires en 1954 et 16 millions au total jusqu’en 1973. De surcroît, la période voit les prémices de ce que l’on appelle communément la 3ème Révolution industrielle, liée aux hautes technologies : électronique (transistor inventé en 1948), nucléaire, aéronautique. Ces secteurs profitent notamment de la rivalité est-ouest et de la course aux armements dans le cadre de la Guerre froide. H D’une part, la libéralisation des échanges internationaux s’impose sous l’influence idéologique des Etats-Unis. Ainsi, les accords du GATT en 1947 suivis régulièrement par d’autres accords conduisent à une réduction des tarifs douaniers. A l’échelle régionale, la mise en place du marché commun entre la France, l’Allemagne, l’Italie et le Benelux dans le cadre de la CEE participe de la même logique. En moyenne, les échanges internationaux augmentent de 8% par an durant la période. Dans ces conditions, la réduction du temps et des coûts de transport contribuent à la multiplication des échanges marchands.
  4. 4. 4 La structure idéale d’un paragraphe est celle-ci : 1 - Présentation de l’idée (introduction sous forme d’un argument qui sera développé tout au long du paragraphe) 2 - Reprise développé de l’idée (argument plus circonstancié) 3 - Exemple (Evénements précis, localisés et datés – Protagonistes – Phénomènes et données chiffrées) 4 - Résumé / ouverture (Conclusion reprenant l’argument développé en anticipant si possible sur le paragraphe suivant) Le paragraphe A présente précisément cette structure. Tous les paragraphes ne peuvent répondre aussi précisément à ce schéma qui, suivi de façon trop rigide, peut aboutir à une certaine monotonie. Toutefois il doit rester la règle. L’alternance argument-illustration est quant à elle irréductible : on ne peut en aucun cas y déroger. * * * Chacune de ces phases est explicité par un connecteur logique chargé de rendre visible l’argumentation. Ordonner les idées Apporter une information complémentaire ou supplémentaire Marquer une opposition Introduire un exemple Au total (B) Donc (B, G) Dans ces conditions (H) De plus (A) Ainsi que (A) Et (A, B, C, D, E, F, G, H) Tandis que (B) Paradoxalement (B) Par ailleurs (C) De même (C) Aussi (D, F) Allié à (E) Donc (E) Egalement (F) Associé à (F) Mais aussi (F) De surcroît (G) Donc Tandis que (B) Toutefois (D) Certes (D) Mais (D) Ou (D, E) D’une part / mais, d’autre part (E, H) En fait (F) Ainsi (A, D, F, G, H) Comme (C, D, G) Par exemple (C) Avec (E) Tel, -le, -s (E) Grâce à (G) * * * La première étape, qui précède et permet l’élaboration du plan, est la mise par écrit de la problématique. Les Trente Glorieuses : de la croissance à la contestation Eléments clefs Relations Mise au point “Les 30 Gorieuses” “:” Ce sont bien les Trente Glorieuses qui nous intéressent en priorité. Elles sont l’objet d’étude (défini par le cadre) Ses effets économiques et sociaux, sont présentés comme secondaires Ils n’en sont qu’une modalité (envisagée selon une perspective) Limites chronologiques : De la fin de la guerre au chocs pétroliers (1973-79) Limites géographiques : Les pays industrialisés d’Europe, les Etats-Unis et le Japon “La croissance” “La contestation” “de … à …” Le passage de l’un à l’autre implique une bonne compréhension du phénomène (croissance) pour comprendre ce qui est contesté (et éventuellement sous quelles formes). Limites thématiques : Aspects économiques (croissance) et sociaux (contestation) Problématique: Quelles furent les particularités du formidable essor économiques des pays industrialisés de l’après-guerre aux chocs pétroliers et ses conséquences sociales?
  5. 5. 5 * * * Il est désormais possible d’écrire une brève introduction en respectant ses trois ‘’moments’’: accroche, problématique et annonce du plan. Depuis les chocs pétroliers, crises et chômage endémique donnent, rétrospectivement, une saveur de paradis perdu aux décennies qui, de la guerre aux années 1970, sont passés à l’Histoire sous le nom de « Trente Glorieuses ». Quelles furent les particularités, mais aussi les limites, du formidable essor économique que connurent les pays d’Europe occidentale, les Etats- Unis et le Japon? Nous traiterons dans un premier temps les conditions générales qui ont rendu possible la croissance, avant d’en analyser les mécanismes. Enfin, nous envisagerons quelques-uns des angles morts, souvent occultés, de cette période. Vous constaterez qu’une fois posée avec précision la problématique (grâce à l’analyse faite dans le tableau), il est possible, du point de vue stylistique, de répartir les différents éléments ayant trait à la définition de l’objet d’étude (limites géographiques et chronologiques) entre la phrase d’accroche et la problématique proprement dite. Vous noterez également que l’annonce du plan, très simple est scandé par des connecteurs temporels qui permettent de comprendre la structure de votre développement sans difficultés. * * * La conclusion, quant à elle, doit se garder de deux erreurs : ajouter de nouveaux éléments argumentatifs ou illustratifs et porter un jugement moral sur le phénomène étudié. Prenant appui sur le nouveau rôle de l’Etat en matière économique et une redéfinition des conditions du commerce international, portée par une consommation, la période de croissance économique qui s’ouvre après-guerre ne laisse pourtant pas de créer des inégalités sur ces marges et un fort mécontentement en son cœur même. Alors que le temps tendra à effacer des mémoires les taches les plus sombres, un nouvel ordre économique, industriel et social se met en place durant les années 1980 et semble triompher après la dissolution de l’URSS: l’âge néolibéral s’ouvre; Hayek prend sa revanche sur Keynes. Un peu moins rigide formellement, la conclusion, idéalement organisée en trois mouvements (résumé – réponse – ouverture) peut, en pratique, voir les deux premières phases fusionner, pour des questions de style. I –Conditions Générales de la croissance Introduction de partie: (1) 1. La fluidité des échanges ( H ) 2. Une meilleur redistribution des revenus ( E ) 3. Le rôle direct de l’Etat ( A ) Conclusion de partie: (2) II - Les mécanismes à l’œuvre Introduction de partie: (3) 1. Une croissance basée sur la consommation ( F ) 2. Des secteurs moteurs ( G ) 3. Une croissance exceptionnelle ( B ) Conclusion de partie : ( 6 ) III -La part d’ombre Introduction de partie: ( 5 ) 1. Les limites de la croissance ( D ) 2. Un modèle de développement contesté ( C ) Conclusion de partie : ( 4 ) Cohérence et cohésion sont la clé d’une composition réussie: l’organisation du plan ainsi que la mise en page qui en rend compte, déterminent la première; les phrases de transitions aussi bien que les connecteurs logiques assurent la seconde. Les introductions et conclusions de partie ne servent pas seulement à annoncer et à résumer le contenu des parties. Elles servent également à articuler harmonieusement les parties entre elles et sont donc tout autant des transitions. Ces deux fonctions sont rendues sensibles par la présence d’articulateurs logiques.

×