PROJET DE RECHERCHE
Titre : exploration de la perception du réseautage par les immigrants économiques
dans leur intégratio...
1
CHAPITRE 1
PROBLÉMATIQUE
Le Canada s’est construit sur des vagues successives d’immigration depuis le début
de la coloni...
2
reconnaissance des acquis, la discrimination à l’embauche et la méconnaissance des
méthodes de recherche d’emploi (Béji ...
3
affichés sur les canaux classiques de recherche d’emploi (Emploi Québec http://empl
oiquebec.gouv.qc.ca/fileadmin/fichie...
4
CHAPITRE 2
CADRE DE RECHERCHE
Ce chapitre portera sur la définition des quatre concepts qui sous-tendent cette
recherche...
5
de deux cadres de référence : le cadre de référence apporté avec soi et le cadre trouvé
sur le lieu d’immigration (Legau...
6
composé des réseaux sociaux entretenus par la personne, constituerait un élément
important dans « l’appariement de l’imm...
7
socioprofessionnelle, les immigrants de cette catégorie devraient être plus
particulièrement concernés par cette questio...
8
2.2 Recension des écrits
2.2.1 Place du réseautage dans les démarches de recherche d’emploi au Québec
Selon les études r...
9
disponibles, pour en connaître davantage sur le domaine d’emploi visé et pour
contacter des personnes influentes (Cardin...
10
2.2.3 Rôle du réseautage dans l’intégration socioprofessionnelle des immigrants
Le réseau familial sert de réseau d’inf...
11
perceptions et leurs expériences aux nouveaux arrivants, ce qui engendre des biais et
des écarts informationnels (Béji ...
12
qu’elle est désormais fortement contestée par les gestionnaires en ressources
humaines en raison de l’impact financier ...
13
Concernant les immigrants d’ex-Yougoslavie, le réseautage, tel qu’il existe au
Canada, est un concept non familier, car...
14
2.4 Questions spécifiques de recherche
Cette recherche propose de répondre aux questions suivantes :
 Que signifie le ...
15
CHAPITRE 3
MÉTHODOLOGIE
Ce chapitre porte sur le devis de recherche, la description des participants, les
instruments d...
16
3.2 Participants
Les participants seront des immigrants reçus au Québec au titre de l’immigration
économique. Pour répo...
17
dessus. Les rencontres avec les participants auront lieu avant qu’ils commencent un
de ces programmes, afin de comprend...
18
La chercheuse tiendra un journal de bord tout au long de la collecte et de l’analyse
des données pour noter les observa...
19
avec les personnes intéressées par le projet pour confirmer leur accord à participer à
la recherche, pour clarifier les...
20
CONCLUSION
Faisabilité de la recherche
Cette recherche requiert peu de moyens financiers. Les instruments de collecte d...
21
RÉFÉRENCES
Abou, S. (1988). L’insertion des immigrés : approche conceptuelle. Dans I. Simon-
Barouh et P-J. Simon (dir....
22
Chicha, M-T. (2010). La déqualification des immigrées hautement qualifiées à
Montréal : une question de degré ? Nos div...
23
Limoges, J., Lemoine, G. et Lampron, C. (2008). Zoom sur la dimension Lieu de la
recherche d’emploi. Québec : Septembre...
24
Vatz Laaroussi, M. (2004). Immigrants et vie associative dans les régions du Québec.
Dans J. Gatugu, S. Amoranitis, A. ...
25
ANNEXE I
Réseaux sociaux et contexte d’installation des nouveaux arrivants d’origine maghrébine
(Arcand et al., 2009, p...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Droniou (2015). eexploration de la perception du réseautage par les immigrants économiques

615 vues

Publié le

Droniou, K. (2015). Exploration de la perception du réseautage par les immigrants économiques dans leur intégration socioprofessionnelle au Québec. Projet de recherche. Sous la direction de Lise Lachance, professeure. Montréal: Université du Québec à Montréal.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
615
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
13
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Droniou (2015). eexploration de la perception du réseautage par les immigrants économiques

  1. 1. PROJET DE RECHERCHE Titre : exploration de la perception du réseautage par les immigrants économiques dans leur intégration socioprofessionnelle au Québec Katia Droniou, étudiante à la maîtrise en carriérologie Université du Québec à Montréal Avril 2015
  2. 2. 1 CHAPITRE 1 PROBLÉMATIQUE Le Canada s’est construit sur des vagues successives d’immigration depuis le début de la colonisation (Legault et Rachédi, 2008). Depuis 1962, le Canada a mis en place une immigration plus sélective, en instaurant un système de pointage pour identifier des candidats à l’immigration susceptibles de participer au développement économique du pays (Legault et Rachédi, 2008). Selon Citoyenneté et Immigration Canada, en 2014 le Canada prévoyait accueillir 164 500 immigrants au titre de l’immigration économique et le Québec 31 900 immigrants au titre de cette catégorie (http://www.cic.gc.ca/francais/ministere/media/avis/2013-11-01.asp). Cette catégorie d’immigration, représentant la majorité des immigrants reçus au Canada et au Québec, est composée de personnes scolarisées et expérimentées, sélectionnées en fonction de ces éléments prédicteurs d’une insertion réussie sur le marché du travail (Palardy et Filip, 2014). Cependant, le taux de chômage des immigrants reçus demeure supérieur à celui des natifs canadiens, même pour les personnes diplômées d’études postsecondaires. En 2014, le taux de chômage de l’ensemble des immigrants reçus au Québec était de 10,8 % et de 17,4 % pour les immigrants reçus depuis moins de cinq ans, alors que le taux de chômage des natifs québécois était de 5,8 % (Statistique Canada http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum- som/l02/cst01/labor89a-fra.htm). En 2012, le taux de chômage des personnes immigrantes reçues au Québec, détenant un diplôme d’études postsecondaires obtenu en Europe et aux États-Unis, était de 7,8 % et de 15,1 % pour les diplômés des autres régions du monde, alors que le taux de chômage des natifs québécois diplômés d’études postsecondaires était de 5 % (Boudarbat et Connolly, 2013). Certains obstacles rencontrés par les immigrants qualifiés pourraient expliquer leurs difficultés d’intégration sur le marché du travail au Québec, notamment la non-
  3. 3. 2 reconnaissance des acquis, la discrimination à l’embauche et la méconnaissance des méthodes de recherche d’emploi (Béji et Pellerin, 2010; Chicha, 2010; Eid, 2012; Touré, 2012; Bégin et Renaud, 2012). La non-reconnaissance des acquis et des diplômes, notamment par les ordres professionnels qui régissent les professions réglementées, amène les immigrants à modifier leur choix de carrière et à occuper des emplois pour lesquels ils sont surqualifiés (Kilolo-Malambwe, 2013). La probabilité d’occuper un emploi exigeant un niveau de scolarité inférieur à leurs qualifications est plus grande chez les immigrants que chez les natifs : en 2012, en moyenne quatre immigrants sur dix occupaient un emploi pour lequel ils étaient surqualifiés, contre trois natifs sur dix (Kilolo-Malambwe, 2013). Cet écart demeure dans le temps puisqu’environ 20 % des participants de l’étude occupent un emploi pour lequel ils sont surqualifiés, pendant leurs trois premières années de résidence au Québec (Bégin et Renaud, 2012). De plus, les stéréotypes présents chez certains employeurs engendrent une discrimination à l’embauche, malgré la législation en vigueur, notamment la Charte des droits et libertés de la personne, qui rend cette pratique illégale. La discrimination à l’embauche s’effectue dès la lecture du CV par les employeurs potentiels, les personnes ayant un nom à consonance canadienne et des expériences professionnelles au Canada auraient en moyenne deux fois plus de chances d’être invitées à une entrevue que les personnes ayant un nom à consonance étrangère (Oreopoulos, 2011).Une discrimination systémique, basée sur des comportements et des règles préjudiciables aux personnes immigrantes, existe au Québec (Chicha, 2013). Les obstacles rencontrés par les immigrants dans leur intégration sur le marché du travail se situent donc dès les premières étapes de leur recherche d’emploi (Béji et Pellerin, 2010). Un élément majeur préconisé pour la recherche d’emploi au Québec est le recours à un réseau socioprofessionnel actif permettant d’avoir accès au marché caché de l’emploi qui regroupe la majorité des postes à pourvoir qui ne seront jamais
  4. 4. 3 affichés sur les canaux classiques de recherche d’emploi (Emploi Québec http://empl oiquebec.gouv.qc.ca/fileadmin/fichiers/pdf/Publications/00_emp_guiderecherche- emploi.pdf). Les entreprises recrutent principalement par leurs relations, par les personnes recommandées par leurs employés et en cherchant dans leur banque de candidatures récentes, le poste à pourvoir ne sera donc pas affiché et accessible au grand public (Cardinal, 2004). La création d’un réseau socioprofessionnel et son utilisation demeurent des obstacles dans les démarches de recherche d’emploi des immigrants (Bernier, 2012; Béji et Pellerin, 2010; Touré, 2012). Ces recherches identifient la difficulté de créer un réseau professionnel, en particulier pour les immigrants récemment arrivés et dont le réseau privé est encore limité, et la compréhension erronée de ce que signifie le réseautage professionnel. Bernier (2012) s’est intéressée au rôle du réseau social dans le processus d’intégration socioprofessionnelle des immigrants. Les recherches citées précédemment portent donc essentiellement sur la façon dont les immigrants utilisent ou non le réseautage, les difficultés qu’ils rencontrent pour créer et utiliser leur réseau professionnel, ainsi que les résultats qui en découlent pour leur intégration sur le marché du travail. La recension des écrits n’a pas permis de trouver de recherches portant spécifiquement sur la façon dont les immigrants perçoivent le réseautage et les facteurs qui influencent cette perception. La présente étude portera donc sur ce sujet, ce qui devrait permettre non seulement d’analyser la question du réseautage chez les immigrants sous un nouvel angle, pour une meilleure compréhension du phénomène, mais également d’enrichir la pratique des intervenants en employabilité en les sensibilisant à la perception des immigrants à ce sujet, pour offrir un soutien et un accompagnement mieux adaptés aux besoins de cette clientèle. La présente étude tentera d’apporter des réponses à la question suivante : quelle perception du réseautage ont les immigrants économiques dans leur intégration socioprofessionnelle au Québec ?
  5. 5. 4 CHAPITRE 2 CADRE DE RECHERCHE Ce chapitre portera sur la définition des quatre concepts qui sous-tendent cette recherche, puis sur une recension des écrits relativement à la question de recherche exposée précédemment, et enfin sur une synthèse des écrits et sur les questions spécifiques de recherche. 2.1 Définition des concepts 2.1.1 La perception En psychologie cognitive, la perception est un concept de catégorisation basée sur un processus consistant à ordonner les éléments recueillis par la personne dans son environnement grâce à quatre de ses sens : la vue, le toucher, l’ouïe et l’odorat (Salès- Wuillemin, 2006). La catégorisation des données recueillies est non seulement subjective, mais évolue en fonction de la situation dans laquelle se trouve la personne puisque les données recueillies et les catégories pour les ordonner sont les produits de la perception (Salès-Wuillemin, 2006). La perception est un comportement orienté vers un but qui est de donner du sens à ce qui entoure la personne, en lien avec les besoins de la personne et ce qu’elle perçoit comme étant la réalité (Postman et Bruner, 1948). La démarche de perception est teintée et filtrée par les schèmes intellectuels et culturels propres à chaque être humain (Beji et Pellerin, 2010). Ces schèmes influencent la perception des informations reçues par un immigrant et son interprétation de la pertinence ou non de ces informations (Beji et Pellerin, 2010). Dans le cas d’une personne immigrante, la compréhension et l’incompréhension de ce qui l’entoure mettent en relief la présence
  6. 6. 5 de deux cadres de référence : le cadre de référence apporté avec soi et le cadre trouvé sur le lieu d’immigration (Legault et Rachédi, 2008). La présence de ces deux cadres de référence engendre fréquemment ce que les auteurs nomment un choc culturel qui est « une réponse psychologique et psychosomatique aux expositions à un environnement non familier » (Legault et Rachédi, 2008, p.52). Le contact avec cet environnement non familier est marqué par des idées préconçues, façonnées par la culture d’origine de la personne et son « répertoire d’évidences » (Legault et Rachédi, 2008, p.52). Les idées préconçues vont alors conditionner la perception qu’aura l’immigrant de la situation nouvelle dans laquelle il évolue (Legault et Rachédi, 2008). 2.1.2 Le réseautage Plusieurs recherches citées dans ce projet ont porté sur le concept de réseautage ainsi que sur les liens sociaux-professionnels et le capital social qui sont des concepts étroitement reliés. La définition suivante du réseautage regroupe les éléments principaux identifiés dans les recherches recensées : Le fait de se constituer un réseau de relations personnelles et professionnelles et de savoir en tirer profit, notamment sur le plan professionnel. Le réseautage réunit un ensemble de relations qui organisent, alimentent et utilisent leurs contacts pour recueillir et partager des informations pertinentes aux intérêts de chacun » (Gauthier, 2004, p.13). Le réseau représenterait donc une communauté non hiérarchisée dans laquelle les membres bénéficient des mêmes droits et avantages et partagent des relations solides et significatives (Gauthier, 2004). Le capital social comprend non seulement la relation sociale, mais également l’étendue du réseau des liens entretenus par la personne, c’est-à-dire le nombre de personnes qui composent ce réseau, ainsi que la qualité des liens entretenus (Bourdieu, 1985, cité dans Xue, 2008). Le capital social,
  7. 7. 6 composé des réseaux sociaux entretenus par la personne, constituerait un élément important dans « l’appariement de l’immigrant avec le marché du travail » (Xue, 2008). Une personne peut entretenir deux types de liens avec son réseau : des liens forts qui caractérisent un réseau dense, basé sur la quantité de temps, l’intensité émotionnelle, la confiance mutuelle et les services réciproques qui caractérisent ce réseau et des liens faibles qui caractérisent un réseau moins dense (Granovetter, 2008). D’autres chercheurs vont définir le réseau en établissant une différence entre réseaux formels et réseaux informels (Hily et al., 2004; Cardinal, 2004). Les réseaux informels sont constitués de liens tissés sur des bases parentales, biologiques ou encore spirituelles, liens apparentés à une communauté naturelle puisqu’ils ne nécessitent pas que la personne adhère volontairement à ce réseau pour en faire partie. Les réseaux formels font appel à une organisation structurée des liens, dans le cadre d’une association notamment, à laquelle les personnes adhèrent de façon volontaire (Hily et al., 2004). 2.1.3 Les immigrants économiques La catégorie des immigrants économiques se définit ainsi : Catégorie d’immigration qui regroupe les immigrants qui ont été sélectionnés par le Québec en raison de leurs caractéristiques socioprofessionnelles, de leurs compétences et de leur capacité à contribuer à l'économie. Les immigrants doivent se destiner à une activité économique : selon le cas, occuper un emploi, gérer une entreprise ou investir. (Palardy et Filip, 2014, p.5). Le choix de porter la recherche sur cette catégorie d’immigration repose sur deux raisons. Tout d’abord, la majorité des immigrants reçus en 2014 au Canada et au Québec le sont au titre de cette catégorie. De plus, l’objectif de la recherche étant d’explorer la perception du réseautage dans le processus d’intégration
  8. 8. 7 socioprofessionnelle, les immigrants de cette catégorie devraient être plus particulièrement concernés par cette question. En effet, une forte majorité d’entre eux exprimaient une volonté d’intégration sur le marché du travail lors de leur processus d’immigration, dans une étude menée de 2009 à 2013 (Palardy et Filip, 2014). 2.1.4 L’intégration socioprofessionnelle L’intégration socioprofessionnelle se définit comme : « l’intégration de l’individu sur le marché du travail correspondant à ses attentes, notamment en matière d’adéquation entre emploi et qualifications » (Beji et Pellerin, 2010, p.563). Ces auteurs ajoutent que le succès du processus migratoire se mesure, pour les immigrants, par rapport à la vitesse à laquelle ce processus d’intégration se fait, à partir de leur arrivée au Québec. L’intégration socioprofessionnelle ne se limite pas à l’insertion des immigrants en emploi (Beji et Pellerin, 2010; Abou, 1988), mais comprend également l’insertion dans les structures économiques, sociales et politiques du pays d’accueil. L’intégration comporterait trois niveaux (Abou, 1988). Tout d'abord, le niveau d’intégration de fonctionnement est atteint lorsque la personne immigrante peut communiquer dans la langue du pays d’accueil et subvenir à ses besoins de façon autonome. Ensuite, le niveau d’intégration de participation se mesure au rôle actif joué par la personne dans la société d’accueil, notamment par son implication syndicale, politique ou sociale. Enfin, le niveau d’intégration d’aspiration est atteint lorsque la personne immigrante choisit « de lier son avenir et celui de ses enfants aux projets d’avenir du groupe comme membre à part entière de la société » (Abou, 1988, p.128).
  9. 9. 8 2.2 Recension des écrits 2.2.1 Place du réseautage dans les démarches de recherche d’emploi au Québec Selon les études recensées, le réseautage est une méthode de recherche d’emploi particulièrement utilisée au Québec. Cette méthode est notamment enseignée au sein des Clubs de recherche d’emploi, créés au Québec en 1984, qui fondent la démarche de recherche d’emploi sur la mise à profit des relations personnelles et professionnelles du chercheur d’emploi (Fournier, 2004). Le recours au réseautage est préconisé dans les méthodes de recherche d’emploi au Québec comme étant une porte d’entrée à privilégier pour s’intégrer sur le marché du travail, étant donné que plus de la moitié des postes à pourvoir ne seront pas affichés sur les canaux usuels de diffusion tels que les journaux, les agences pour l’emploi et internet (Limoges et al., 2008). Ces auteurs préconisent une superposition des réseaux (réseau familial, réseau géographique et personnes d’influence), afin d’augmenter l’efficacité de cette méthode, car le réseau ne se limite pas aux personnes de l’entourage proche, mais s’étend également aux personnes que l’entourage connaît. Les liens faibles seraient plus efficaces dans une démarche de recherche d’emploi, liens basés sur des contacts occasionnels (Granovetter, 2008; Bernier, 2012). Ces liens apporteraient des contacts plus variés susceptibles de fournir de nouvelles informations, ce qui est moins probable en ayant recours uniquement aux liens forts entretenus avec les personnes de l’entourage proche (Granovetter, 2008). L’importance de consacrer des efforts au réseautage, non seulement dans le cadre de la recherche d’emploi, mais également dans une perspective de développement des affaires, a fait ses preuves (Cardinal, 2004). Le réseautage doit être combiné à d’autres outils pour être pleinement efficace, notamment un CV adapté au poste recherché et des diplômes et des expériences professionnelles pertinents (Cardinal, 2004). Le réseautage n’aide pas à trouver directement un emploi, même si cela peut se produire, mais il est surtout utile pour obtenir des informations sur les postes
  10. 10. 9 disponibles, pour en connaître davantage sur le domaine d’emploi visé et pour contacter des personnes influentes (Cardinal, 2004). Cependant, le fait que les entreprises continuent de recruter principalement par le biais du réseautage défavorise les immigrants qui n’ont pas un accès aisé au réseautage (Touré, 2012). La majorité des travailleurs dans les entreprises canadiennes n’étant pas issus de l’immigration, ils seront moins enclins à recruter un immigrant, ce qui ne favorise pas chez les immigrants la création de contacts professionnels et l’accès aux réseaux socioprofessionnels (Touré, 2012). 2.2.2 Difficultés de création d’un réseau socioprofessionnel chez les immigrants La difficulté de pénétrer les réseaux socioprofessionnels au Québec constitue un obstacle à l’intégration des immigrants sur le marché du travail, dans un emploi correspondant à leurs qualifications (Renaud et Fortin, 2004; Chicha, 2010). La création d’un réseau, alors que la personne vient d’arriver et a un cercle de connaissances restreint, voire inexistant, rend l’exercice difficile (Touré, 2012). Le réseautage peut alors être perçu comme une démarche à long terme, et non un moyen rapide et efficace de trouver un emploi (Touré, 2012). De plus, créer des liens avec des Québécois natifs semble être difficile et conduit les immigrants à s’intégrer dans des réseaux ethniques de leur communauté d’origine ou d’autres communautés immigrantes (Arcand et al., 2009; Bernier, 2012). La compréhension du type de lien avec les personnes faisant partie du réseau est culturelle (Bernier, 2012). Les immigrants dont la culture d’origine est collectiviste se heurtent à une vision plus individualiste et utilitaire du lien à l’autre au Québec, ce qui engendre des chocs culturels et des difficultés pour établir et maintenir un lien durable (Bernier, 2012).
  11. 11. 10 2.2.3 Rôle du réseautage dans l’intégration socioprofessionnelle des immigrants Le réseau familial sert de réseau d’information et de références et consiste en une ressource essentiellement utilitaire pour des références sur le marché du travail, le logement ou encore l’éducation des enfants (Legault et Rachédi, 2008). Au Québec, le bénévolat et le réseautage sont présentés comme des outils reconnus pour faciliter l’intégration sociale des immigrants, voire comme les clés de l’insertion socioéconomique, même si aucune étude ne semble démontrer les effets réels de ces outils (Vatz Laaroussi, 2004). D’autres auteurs vont plus loin en indiquant que les réseaux sociaux ne joueraient pas un rôle majeur dans l’intégration des immigrants d’origine maghrébine (Arcand et al., 2009). Les difficultés rencontrées par les immigrants d’origine maghrébine ne seraient pas liées à un manque de réseau, mais au peu d’impact de ces réseaux dans le processus d’intégration (Arcand et al., 2009). La façon dont les immigrants traitent l’information transmise par leur réseau est importante pour comprendre l’impact de ces réseaux sur leur cheminement (Béji et Pellerin, 2010). Le recours au réseau ethnique, c’est-à-dire les relations au sein de la communauté du pays d’origine, est fréquent chez les immigrants puisqu’il s’agit d’un réseau accessible relativement facilement et qui occupe une place importante pour le soutien moral et financier au cours du processus d’immigration (Béji et Pellerin, 2010). Cette source d’information risque de devenir la seule source d’information utilisée et les informations transmises peuvent être décalées par rapport à l’information pertinente qui devrait permettre d’augmenter les chances d’intégration socioprofessionnelle des immigrants (Béji et Pellerin, 2010). En effet, les chercheurs parlent d’effet miroir de la communauté plutôt que de levier à l’insertion, le miroir pouvant être déformant et refléter les obstacles et les possibilités de façon biaisée (Arcand et al., 2009). Ces auteurs notent que certains immigrants vont se distancer de leur communauté, considérant qu’il s’agit d’un exemple à ne pas suivre. Les personnes ayant vécu des difficultés d’intégration vont transmettre leurs
  12. 12. 11 perceptions et leurs expériences aux nouveaux arrivants, ce qui engendre des biais et des écarts informationnels (Béji et Pellerin, 2010). Les informations transmises peuvent alors véhiculer des difficultés d’intégration sur le marché du travail qui correspondent à la réalité de la personne qui en témoigne, mais qui ont pour principal effet de décourager les nouveaux immigrants (Touré, 2012). De plus, les immigrants sont soumis à une importante quantité d’informations qui nourrit une « infobésité », rendant la recherche d’information pertinente particulièrement difficile (Béji et Pellerin, 2010). La transparence et la convergence des informations transmises aux immigrants favoriseraient leur intégration socioprofessionnelle (Béji et Pellerin, 2010). Le schéma en annexe 1 résume les étapes franchies par les immigrants d’origine maghrébine dans leur processus d’insertion socioéconomique au Québec, et le rôle des réseaux sociaux dans ce processus (Arcand et al., 2009). Ce schéma met en évidence l’impact du capital social et des réseaux pré-migratoires de l’immigrant dans son processus d’insertion socioéconomique, mais aussi le rôle joué par la société d’accueil grâce aux programmes de soutien et d’aide à la recherche d’emploi et grâce à l’accès des immigrants à des réseaux sociaux extracommunautaires, donc en dehors de leur communauté d’origine. 2.2.4 Perceptions du réseautage chez les immigrants Selon la recension des écrits effectuée dans le cadre de ce projet, aucune recherche n’a porté spécifiquement sur la perception du réseautage par les immigrants. Certaines recherches, portant sur l’utilisation du réseautage par les immigrants, ont fourni quelques éléments reliés à la perception. Cardinal (2004) aborde la perception du réseautage sous l’angle du « piston » et des « postes politiques » qui signifient l’obtention d’un poste par un candidat grâce à ses contacts et non à ses compétences. Cardinal (2004) confirme que cette méthode a eu cours au Québec et en Europe, mais
  13. 13. 12 qu’elle est désormais fortement contestée par les gestionnaires en ressources humaines en raison de l’impact financier de recruter une personne incompétente, ce que les entreprises ne peuvent pas se permettre dans un contexte économique extrêmement concurrentiel. Cependant, cette perception négative du réseautage demeure présente chez certains immigrants et freine le recours à cette méthode dans leurs démarches de recherche d’emploi (Bernier, 2012). En effet, le réseautage est associé au favoritisme, au piston et à la corruption pour certains participants à l’étude de Bernier (2012), en raison de l’utilisation des réseaux sociaux dans leur pays d’origine. Le réseautage serait donc pour ces personnes un terme plus neutre, mais porteur de la même signification que la corruption ou le favoritisme, soit obtenir un emploi non par ses compétences, mais grâce à ses relations (Bernier, 2012). Gauthier (2004) nomme le refus de nombreuses personnes de faire partie d’un réseau de contacts en raison de leur perception que des jeux de pouvoir se jouent dans ces réseaux et que l’opportunisme, les manœuvres politiques et la manipulation y règnent. D’autres perceptions du réseautage émergent, notamment sur le manque d’efficacité du réseautage étant donné le nombre restreint de personnes qui composent ce réseau et la situation économique précaire de ses membres qui ne favorise pas l’échange d’informations pertinentes (Bernier, 2012). Ces perceptions favorisent le recours à des méthodes formelles de recherche d’emploi, telles que la consultation de sites internet spécialisés en recrutement ou la participation à des programmes d’employabilité (Bernier, 2012). La recherche menée par Bauder (2005) indique que les immigrants originaires d’ex- Yougoslavie sont plus réticents à faire appel à leur réseau pour leur recherche d’emploi que les immigrants d’origine sud-asiatique. Un conseiller en emploi ayant participé à cette étude explique que les immigrants d’origine sud-asiatique ont recours à leur réseau ethnique, tout au long de leur parcours d’intégration au Canada, pour obtenir de l’information, s’entraider et obtenir un emploi au sein de leur communauté.
  14. 14. 13 Concernant les immigrants d’ex-Yougoslavie, le réseautage, tel qu’il existe au Canada, est un concept non familier, car la façon de trouver un emploi dans leur pays d’origine est basée sur les qualifications de la personne et sur le recours à des réseaux professionnels institutionnalisés, et non sur des réseaux sociaux ou personnels. Le manque de connaissance des pratiques régissant le marché du travail au Canada constitue un obstacle important pour les nouveaux immigrants dans leur intégration sur le marché du travail (Bauder, 2005). 2.3 Synthèse des écrits, lacunes dans les connaissances et contribution de cette étude Les recherches recensées démontrent l’importance du réseautage dans l’intégration socioprofessionnelle au Québec et ouvrent la porte à l’exploration de la perception du réseautage chez les immigrants. Le réseautage est perçu négativement par certains immigrants, en raison notamment de leur expérience et de la connotation reliée au réseautage dans leur pays d’origine (Bernier, 2012). De plus, la perception du manque d’efficacité du réseautage semble présente chez plusieurs participants aux études recensées. Cependant, ces études ne précisent pas les facteurs susceptibles d’influencer la perception et la compréhension qu’ont les immigrants du réseautage. Ces études ont exploré en partie la perception des immigrants quant au réseautage, mais n’ont pas procédé à une analyse ciblée pour identifier et comprendre ce qui influence cette perception. L’objectif de cette recherche est donc d’explorer et de comprendre comment les immigrants, reçus au titre de la catégorie économique, perçoivent le réseautage dans leur intégration socioprofessionnelle et les facteurs qui influencent cette perception.
  15. 15. 14 2.4 Questions spécifiques de recherche Cette recherche propose de répondre aux questions suivantes :  Que signifie le réseautage pour les immigrants économiques ?  Quels sont les facteurs pouvant influencer leur perception du réseautage ?  Quels sont les enjeux engendrés par la perception qu’ont les immigrants économiques du réseautage ?
  16. 16. 15 CHAPITRE 3 MÉTHODOLOGIE Ce chapitre porte sur le devis de recherche, la description des participants, les instruments de mesure utilisés, le déroulement de la recherche et se termine par la description de la méthode d’analyse des données. 3.1 Devis de recherche La présente recherche sera menée en utilisant des données qualitatives qui permettront d’induire et de comprendre le vécu subjectif des participants quant à leur perception du réseautage. En effet, une recherche qualitative « s’intéresse à la complexité d’un phénomène et à la façon dont les personnes perçoivent leur propre expérience à l’intérieur d’un contexte social donné » (Fortin, 2010, p.268). L’approche de recherche utilisée sera une approche descriptive interprétative qui est une démarche inductive visant à rendre compte de la complexité des phénomènes humains, pour comprendre le sens donné par la personne à sa situation et pour découvrir les éléments composant le phénomène à l’étude (Gallagher, 2014). Cette approche correspond bien à l’objectif de la présente recherche d’explorer la perception du réseautage chez les immigrants et les facteurs susceptibles d’influencer cette perception. La méthode de collecte des données sera une entrevue semi-dirigée. Ce moyen permettra de recueillir les informations utiles pour comprendre la signification du phénomène de la perception du réseautage, du point de vue des participants (Fortin, 2010).
  17. 17. 16 3.2 Participants Les participants seront des immigrants reçus au Québec au titre de l’immigration économique. Pour répondre à la question et à l’objectif de cette recherche, il sera important de recueillir la perception des immigrants récemment arrivés puisque leur perception du réseautage pourrait changer au cours de leur processus d’intégration au Québec. L’échantillon sera composé de douze personnes, six d’origine française et six d’origine algérienne, ayant immigré au Québec au titre de la catégorie économique depuis deux ans et moins. Le projet portera sur les immigrants originaires des deux principaux pays de provenance des immigrants accueillis au Québec en 2013, au titre de la catégorie économique, après la Chine (Palardy et Filip, 2014). L’échantillon étant sélectionné dans une population fortement représentée dans la communauté immigrante au Québec, cela devrait donc favoriser un recrutement rapide des participants. L’atteinte de la saturation des données dans une recherche descriptive interprétative est possible avec cette taille d’échantillon, selon Gallagher (2014), si l’échantillon présente des caractéristiques homogènes, ce qui est le cas dans ce projet quant à l’origine ethnique des participants et à la durée d’immigration. La collecte des données sera faite en français, langue parlée par la majorité des immigrants originaires des deux pays sélectionnés. L’échantillonnage sera établi selon une méthode non probabiliste, par choix raisonné, afin de sélectionner des participants qui répondent aux critères d’inclusion relatifs à la durée de l’immigration et au pays d’origine (Fortin, 2010). La sélection des participants se fera en contactant deux organismes montréalais qui offrent notamment un programme de club de recherche d’emploi aux immigrants récemment arrivés au Québec : le club de recherche d’emploi Montréal Centre-Ville (CREMCV) et le centre de recherche d’emploi de l’est (CREEST). Ces organismes proposent des sessions régulières de recherche d’emploi en groupe, pour une clientèle immigrante, ce qui permettra d’avoir accès à un grand bassin de participants et de pouvoir rapidement sélectionner des candidats répondant aux critères d’inclusion énoncés ci-
  18. 18. 17 dessus. Les rencontres avec les participants auront lieu avant qu’ils commencent un de ces programmes, afin de comprendre la perception du réseautage avec laquelle ils amorcent leurs démarches de recherche d’emploi et avant que le réseautage soit expliqué dans le cadre du programme. 3.3 Instrumentation L’entrevue semi-dirigée sera enregistrée grâce à un enregistreur numérique et durera une heure en moyenne. Elle aura lieu dans les locaux des deux organismes participants, dans un bureau fermé afin d’assurer le calme et la confidentialité indispensables au bon déroulement de la rencontre. Un guide d’entrevue sera utilisé lors de l’entrevue semi-dirigée. Il sera composé de cinq questions visant à identifier la perception qu’ont les immigrants du réseautage. Certaines questions seront formulées ainsi : - Qu’est-ce que signifie le réseautage pour vous ? - Comment avez-vous développé votre réseau socioprofessionnel dans votre pays d’origine ? - Comment avez-vous développé votre réseau socioprofessionnel depuis votre arrivée au Québec ? Le guide d’entrevue contiendra également une reformulation des questions et des sous questions, afin que chaque participant comprenne correctement les énoncés et réponde aux éléments recherchés dans le cadre de ce projet, tout en favorisant la standardisation du processus de collecte des données. Un formulaire sociodémographique sera utilisé pour obtenir des informations concernant l’âge des participants, le sexe, la date d’arrivée au Québec, le statut d’immigration, le niveau de scolarité et la profession exercée dans le pays d’origine.
  19. 19. 18 La chercheuse tiendra un journal de bord tout au long de la collecte et de l’analyse des données pour noter les observations faites lors de ces étapes. 3.4 Déroulement La présente recherche sera réalisée après l’obtention d’un certificat éthique auprès du comité d’éthique de la recherche pour les projets étudiants impliquant des êtres humains (CERPÉ) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). L’ensemble des données recueillies dans le cadre de cette recherche sera conservé dans un endroit fermé à clé, avec un accès autorisé uniquement à la chercheuse responsable, de manière à préserver la confidentialité des données et l’anonymat des participants. Les informations sur les participants seront codées. Le formulaire de consentement, remis et expliqué à chaque participant avant qu’il accepte de participer à la recherche, permettra de s’assurer qu’il prenne une décision éclairée. Le formulaire sera signé par les deux parties et une copie sera remise au participant. Le formulaire de consentement aura pour but d’expliquer aux participants les objectifs, les modalités et les enjeux de la recherche. Il y sera précisé la durée de l’entrevue semi-dirigée, les avantages et les inconvénients de la participation et la possibilité de renoncer à participer à la recherche, à tout moment et sans aucun préjudice. Il sera également précisé que la participation à la recherche ne donnera lieu à aucune compensation financière et que les données seront conservées dans le respect de la confidentialité et de l’anonymat. Une annonce précisant le thème, les modalités de la recherche et les coordonnées de la chercheuse sera affichée dans les locaux des deux organismes participants. La chercheuse sera présente, lors des rencontres organisées par ces organismes pour sélectionner les personnes pouvant bénéficier des programmes d’employabilité, pour expliquer le but de la recherche. Une rencontre individuelle sera ensuite organisée
  20. 20. 19 avec les personnes intéressées par le projet pour confirmer leur accord à participer à la recherche, pour clarifier les conditions de leur participation et leur faire signer un formulaire de consentement. Lors d’une seconde rencontre, chaque participant remplira un questionnaire sociodémographique, puis répondra aux questions dans le cadre de l’entrevue semi-dirigée. 3.5 Plan d’analyse des données Les données recueillies lors de l’entrevue semi-dirigée seront traitées selon une méthode d’analyse thématique, afin de transposer les réponses des participants en thèmes représentatifs du contenu manifeste exprimé par chacun, liés à la problématique de ce projet (Paillé et Mucchielli, 2003). Cette méthode d’analyse est appropriée à une recherche descriptive interprétative (Gallagher, 2014). L’analyse thématique se déclinera en trois étapes : le repérage des thèmes, leur regroupement, et l’examen discursif des thèmes abordés. Le corpus discursif sera analysé avec le logiciel de traitement de données NVIVO, en se basant sur le contenu manifeste exprimé par chaque participant pour s’assurer d’analyser les dires de la personne et non les éléments sous-entendus. Le contenu des entrevues fera l’objet d’une transcription écrite dans le logiciel, sous la forme d’un verbatim qui reprend les dires de chaque participant. Ensuite, les éléments de chaque verbatim seront analysés et regroupés par thèmes, selon une démarche de thématisation en continu. Cette démarche permettra d’identifier des thèmes au fur et à mesure de la lecture de chaque verbatim, afin de concevoir un arbre thématique contenant les thèmes centraux et les thèmes associés (Paillé et Mucchielli, 2003). L’examen discursif des thèmes mettra en relief les différents thèmes identifiés, dans une logique plus interprétative, afin de nuancer les liens entre ces thèmes, pour parvenir à une discussion des résultats (Paillé et Mucchielli, 2003).
  21. 21. 20 CONCLUSION Faisabilité de la recherche Cette recherche requiert peu de moyens financiers. Les instruments de collecte de données sont créés par la chercheuse. Le logiciel NVIVO et l’enregistreur vocal sont disponibles sans frais à l’université d’attache de la chercheuse. Des contacts avec les organismes cités pour le recrutement des participants sont déjà établis, ce qui facilitera le déroulement de la recherche. Limite La chercheuse étant elle-même immigrante, des biais lors de l’analyse des données pourraient intervenir, renforcés par le fait que le concept de perception fait appel à la subjectivité de la personne. Pour pallier cette limite, la chercheuse sera assistée par la directrice de la recherche pour valider les thèmes identifiés et procéder ainsi à un accord inter juges. Retombées possibles Ce projet devrait permettre de sensibiliser les intervenants en employabilité à la perception du réseautage chez leurs clients immigrants, ce qui favoriserait des interventions mieux ajustées aux besoins de cette clientèle. Les résultats de ce projet pourraient contribuer au développement de programmes de soutien à l’employabilité plus adaptés à la clientèle immigrante. Cela pourrait aider les immigrants à surmonter certains obstacles liés au réseautage, rencontrés dans leur processus d’intégration socioprofessionnelle et ainsi favoriser leur pleine réussite sur le marché du travail québécois. Enfin, cette recherche ouvrirait des possibilités pour de futures recherches sur la perception du réseautage chez des immigrants d’autres origines que celles identifiées dans ce projet.
  22. 22. 21 RÉFÉRENCES Abou, S. (1988). L’insertion des immigrés : approche conceptuelle. Dans I. Simon- Barouh et P-J. Simon (dir.), Les étrangers dans la ville. Le regard des sciences sociales (p. 126-138). Paris : Éditions L’Harmattan. Arcand, S., Lenoir-Achdjian, A. et Helly, D. (2009). Insertion professionnelle d’immigrants récents et réseaux sociaux : le cas de maghrébins à Montréal et Sherbrooke. Cahiers canadiens de sociologie, 34(2), 373-402. Bauder, H. (2005). Habitus, rules of the labour market and employment strategies of immigrants in Vancouver, Canada. Social and Cultural Geography, 6(1), 81-97. Bégin, K. et Renaud, J. (2012). Emploi qualifié et sous-qualifié chez les travailleurs immigrants sélectionnés du Québec : cheminements en emploi et effet de la grille de sélection. Recherches sociographiques, 53(2), 287-313. Béji, K. et Pellerin, A. (2010). Intégration socioprofessionnelle des immigrants récents au Québec : le rôle de l’information et des réseaux sociaux. Relations industrielles, 65(4), 562-583. Bernier, E. (2012). Travailleurs immigrants qualifiés à Sherbrooke : réseaux et stratégies d’insertion professionnelle. (Mémoire de maîtrise). Université de Sherbrooke. Récupéré de Savoirs UdS, plateforme web en accès libre de l’Université de Sherbrooke http://savoirs.usherbrooke.ca/bitstream/handle/11143/5 643/MR88814.pdf?sequence=1&isAllowed=y Boudarbat, B. et Connolly, M. (2013). Évolution de l’accès à l’emploi et des conditions de travail des immigrants au Québec, en Ontario et en Colombie- Britannique entre 2006 et 2012. Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations CIRANO. Récupéré le 27 avril 2015 de http://www.cirano.qc.ca/ pdf/publication/2013s-28.pdf Cardinal, L. (2004). Réseautage d’affaires : mode de vie. Montréal : Les Éditions Transcontinental. Charte des droits et libertés de la personne. LRQ c C-12. Récupéré de http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?typ e=2&file=/C_12/C12.HTM
  23. 23. 22 Chicha, M-T. (2010). La déqualification des immigrées hautement qualifiées à Montréal : une question de degré ? Nos diverses cités, 7, 79-84. Chicha, M-T. (2013). La discrimination à l’embauche. Relations, 763, 20-21. Citoyenneté et Immigration Canada. Avis – Renseignements supplémentaires – Plan des niveaux d’immigration pour 2014. Récupéré le 9 octobre 2014 de http://www.cic.gc.ca/francais/ministere/media/avis/2013-11-01.asp Eid, P. (2012). Les inégalités « ethnoraciales » dans l’accès à l’emploi à Montréal : le poids de la discrimination. Recherches sociographiques, 53(2), 415-450. Emploi Québec. Guide pratique de recherche d’emploi. Récupéré le 2 octobre 2014 de http://emploiquebec.gouv.qc.ca/fileadmin/fichiers/pdf/Publications/00_emp_gui derecherche-emploi.pdf Fortin, M-F. (2010). Fondements et étapes du processus de recherche. Méthodes quantitatives et qualitatives (2e éd.). Montréal : Chenelière Éducation. Fournier, S. (2004). Le Club de recherche d’emploi. Une intervention communautaire en employabilité. LaSalle : Éditions de l’Acreq. Gallagher, F. (2014). La recherche descriptive interprétative. Dans M. Corbière et N. Larivière (dir.), Méthodes qualitatives, quantitatives et mixtes : dans la recherche en sciences humaines, sociales et de la santé (p. 5-27). Québec : Presses de l’Université du Québec. Gauthier, C. (2004). Le réseautage : l’importance d’un réseau de contacts pour réussir. Outremont : Les Éditions Quebecor. Granovetter, M. (2008). Sociologie économique. Paris : Éditions du Seuil. Hily, M-A., Berthomière, W. et Mihaylova, D. (2004). La notion de « réseaux sociaux » en migration. Hommes et Migrations, 1250, 6-12. Kilolo-Malambwe, J-M. (2013). La surqualification au sein des grands groupes professionnels au Québec. État des lieux en 2012. Institut de la Statistique du Québec. Récupéré le 2 octobre 2014 de http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/tra vail-remuneration/population-active-chomage/surqualification-2012.pdf Legault, G. et Rachédi, L. (2008). L’intervention interculturelle (2e éd.). Montréal : Gaétan Morin Éditeur.
  24. 24. 23 Limoges, J., Lemoine, G. et Lampron, C. (2008). Zoom sur la dimension Lieu de la recherche d’emploi. Québec : Septembre éditeur. Oreopoulos, P. (2011). Why do skilled immigrants struggle in the labor market? A field experiment with thirteen thousand resumes. American economic journal. Economic policy, 3(4), 148-171. Paillé, P. et Mucchielli, A. (2003). L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales. Paris : Armand Collin. Palardy, C. et Filip, R.P. (2014). L’immigration permanente au Québec selon les catégories d’immigration et quelques composantes 2009-2013. Direction de la recherche et de l’analyse prospective : portraits statistiques, au catalogue du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Québec. Récupéré le 9 octobre 2014 de http://www.midi.gouv.qc.ca/publications/fr/recherches- statistiques/Portraits_categories_2009-2013.pdf Postman, L. et Bruner, J.S. (1948). Perception under stress. Psychological Review, 55(6), 314-323. Renaud, J. et Fortin, S. (2004). Stratégie d’établissement en contexte montréalais. Une diversité de modalités ? Dans J. Renaud, A. Germain, X. Leloup (dir.), Racisme et discrimination. Permanence et résurgence d’un phénomène inavouable (p. 31-59). Québec : Les Presses de l’Université Laval. Salès-Wuillemin, E. (2006). La catégorisation et les stéréotypes en psychologie sociale. Paris : Dunod Éditeur. Statistique Canada. Caractéristiques de la population active, selon le statut d’immigrant de la population âgée de 25 à 54 ans et la province (Atlantique, Québec, Ontario). Récupéré le 9 octobre 2014 de http://www.statcan.gc.ca/tables- tableaux/sum-som/l02/cst01/labor89a-fra.htm Touré, M. (2012). Immersion professionnelle et intégration en emploi des immigrants : l’exemple du PRIIME (Programme d’aide à l’intégration des immigrants et des minorités visibles en emploi). (Mémoire de maîtrise). Université de Montréal. Récupéré de Papyrus, dépôt institutionnel numérique de l’Université de Montréal https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/8515/T oure_Mareme_2012_memoire.pdf?sequence=4
  25. 25. 24 Vatz Laaroussi, M. (2004). Immigrants et vie associative dans les régions du Québec. Dans J. Gatugu, S. Amoranitis, A. Manço (dir.), La vie associative des migrants : quelles (re)connaissances ? Réponses européennes et canadiennes (p. 181-201). Paris : Éditions L’Harmattan. Xue, L. (2008). Capital social et entrée sur le marché du travail des nouveaux immigrants au Canada. Recherche et évaluation, Ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration, Ottawa. Récupéré le 13 novembre 2014 de http://www.cic.gc.ca/fra ncais/ressources/publications/marche-du-travail/estimations.asp
  26. 26. 25 ANNEXE I Réseaux sociaux et contexte d’installation des nouveaux arrivants d’origine maghrébine (Arcand et al., 2009, p.396)

×