1	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  L	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  2DOSSIER	  DE	  PRESSE...
  2	  Le Pop veut être l’art du banal : mais qu’est-ce que le banalsinon une catégorie métaphysique,version moderne de la ...
  3	  Mohamed Kahouadji	  Née le 22 mars 1979 à Alger.1996-1998 : pendant mes années lycée, j’expérimente le graffiti. J’y...
  4	  L’œuvre de Mohammed Kahouadji oscille entre l’humour et l’ironie. Jouant sans cesse avec lespersonnalités mythiques ...
  5	  Toujours construites de manière à susciter l’étonnement, quelque chose, dans ces images, résisteà l’interprétation l...
  6	  	  	  	  «	  Talkie	  walkie	  »	  acrylique	  sur	  toile	  120x120cm,	  2012	  	  «	  Here	  come	  the	  hot	  st...
  7	  	  	  
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mohamed Kahouadji à la galerie Detais

849 vues

Publié le

La galerie Detais vous présente l'artiste Mohamed Kahouadji

Publié dans : Formation
1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
849
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
16
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mohamed Kahouadji à la galerie Detais

  1. 1.   1                      L                                          2DOSSIER  DE  PRESSE  1La galerie Detais est heureuse de vous présenter l’exposition deMohamed KahouadjiThugs and PrincessVernissage le mardi 4 juin à partir de 18hExposition du 4 juin au 29 juin 2013Galerie Detais 10, rue Notre Dame de Lorette 75009 ParisContact : Sabine Bayasli – 01 45 26 40 54 ou 06 34 29 40 82www.galerie-detais.com
  2. 2.   2  Le Pop veut être l’art du banal : mais qu’est-ce que le banalsinon une catégorie métaphysique,version moderne de la catégorie du sublime ?Jean Baudrillard            «  Break  your  neck  »  acrylique  sur  toile,  100x100cm,  2013  « Mohamed Kahouadji »Ou l’humanisme Pop  
  3. 3.   3  Mohamed Kahouadji  Née le 22 mars 1979 à Alger.1996-1998 : pendant mes années lycée, j’expérimente le graffiti. J’y apprends la maitrise del’espace et des couleurs.2000-2006 : premier cycle et deuxième cycle d’études médicales à la faculté Lariboisière Saint-Louis à Paris.Maîtrise en science biologique et médicale : en épidémiologie appliquée à la recherche clinique eten biostatistiques et modélisations.2006-2012 : Troisième cycle d’études médicale en stomatologie et chirurgie maxillo-faciale àfaculté de médecine d’Angers.2012 : Doctorat en médecine mention honorable Faculté de médecine d’Angers : « Les canons dela beauté ».Diplôme d’études spécialisées en chirurgie stomatologique et maxillo-faciale.          Peintures, sculptures et performanceshttp://www.thugsandprincess.com2009 : Lauréat du tremplin jeunes talents2009-2013 : Exposition galerie Bréheret, 17 rue Toussaint à Angers 49100.2011 : Juin exposition Brick Lane gallery à Londres.Juillet 2011 exposition London west bank gallery à Londres.8 août : Article dans le journal Libération suite aux expositions à Londres.2012-2013 : Exposition galerie Detais, 10 rue Notre Dame de Lorette Paris 75009.2013 : Lauréat du 58èmesalon d’art contemporain de la ville de Montrouge (2700 participants).Biographie  
  4. 4.   4  L’œuvre de Mohammed Kahouadji oscille entre l’humour et l’ironie. Jouant sans cesse avec lespersonnalités mythiques qui nous hantent – rock stars, hommes politiques, héros de dessinsanimés, ces peintures ne sont jamais de simples caricatures, ni moins encore la reproductionmécanique d’un état de fait. Quelque chose comme un élan d’amour les traverse ; comme uneenvie de guérir les plaies même du Pop Art et de prendre à contre-pied le cynisme de sadémarche. Et si, à l’instar de ce que voulu faire la Figuration Narrative avec l’objet manufacturé,la peinture Pop retrouvait ici sa part d’humanité, et par là même, le sens de sa vocation ?  «  Purple  rain  »  acrylique  sur  toile,  195x97cm,  2012  Enfant chéri de son époque, l’artiste est toujours le fils de la culture qu’il reçoit. Mais c’est en tantque fils, aussi, qu’il se saisit des images et des valeurs qu’on lui donne, et qu’il les juge à son tour;affirmant contre elles sa puissance propre. Ni tout à fait servile, ni vraiment indépendante,l’imagination de Kahouadji épouse les formes qu’elle contemple, tout en leur ajoutant unsupplément d’âme. A la lettre, cet artiste fabrique des « objections d’images » ou, pour le direencore autrement, des petites machines de guerre picturales destinées à renverser le pouvoir desclichés qui structure l’économie symbolique de nos sociétés du spectacle. Et si l’image devenaitl’antidote ?Dans une atmosphère hallucinée, un zèbre aux couleurs acidulées, broute (ou bien alors lèche-t-il?) les parties nobles d’un lion - lui-même couché sur le dos et comme saisit d’un ronronnementd’extase. Que ce soit dans cette toile When we were kings, ou bien encore dans cette autreintitulée Laissés sans défense, le propre des œuvres de Kahouadji est de faire coexister, en unseul espace, différents niveaux de sens et de narrations. C’est pourquoi, nous serions tentésd’attribuer à Kahouadji cette maxime paradoxale : la valeur d’une peinture se mesure au nombrede contradictions internes qu’elle connote.Mais ne nous y trompons pas : cette complexité du discours visuel ne vise à aucun obscurantismepictural - bien au contraire. En opposant au pouvoir tyrannique des médias (à leur univocité morne– à leur transparence dépressive), la puissance anagogique d’un regard singulier (pour ne pas direéclairer), la peinture acquiert ici une portée à la fois éthique et politique. Ethique d’abord,puisqu’elle force celui qui la contemple à se déprendre des évidences visuelles que véhicule lemonde de la publicité et de la communication. Politique enfin, en ce sens qu’elle permet auspectateur d’acquérir une distance critique vis-à-vis de certains faits marquants de l’actualité(comme la guerre du Golf, l’élection d’Obama, etc.)
  5. 5.   5  Toujours construites de manière à susciter l’étonnement, quelque chose, dans ces images, résisteà l’interprétation littérale. C’est pourquoi, il nous semble possible de dire que la peinture deMohammed Kahouadji est dialectique, au sens où ses compositions ne sont jamais simples, nidirectement lisibles ou compréhensibles sans un effort de notre part. Renversant le sacro saintprima du signifié sur le signifiant (le caractère « lisible » du toute image figurative), cette œuvreredonne à la culture populaire de notre temps, son véritable sens, et par là même, sa consistance.Que ce soit les figures héroïques de David Bowie ou de Madonna, ou bien encore, celle pluscontroversée d’Amy Winehouse, la problématique est toujours la même : comment rendre à lapersonne « sacralisée » (emprisonnée dans le cocon de son cliché) l’épaisseur de sa vie vécueshors de la sphère médiatique ? Comment ouvrir l’image fétiche et la rendre au mystère qui la porte; à l’être concret qui, derrière le masque de son apparence – souffre et s’efface dans sa visibilitémême – dans le fantasme collectif qui l’abrège et la rend difforme ?*Si Andy Warhol est le nom propre du Pop Art, Kahouadji en est la rature insigne ; sa descendanceen rupture de ban. Prenant acte du changement de paradigme que le Pop Art a introduit dansl’iconographie contemporaine, l’œuvre de Kahouadji en déclos le sens resté latent. Substituant à lanéo-iconologie Pop (dont Marilyn Monroe est la figure tutélaire – la Nouvelle Eve), l’image de sonexcès (de sa souffrance), son œuvre nous dévoile le fond refoulé dont Andy Warhol fut le voile.par Frederic Charles Baitingercritique dart et journaliste Artension »«  Disco  inferno  »  acrylique  sur  toile  100x100cm,  2012  
  6. 6.   6        «  Talkie  walkie  »  acrylique  sur  toile  120x120cm,  2012    «  Here  come  the  hot  stepper  »  acrylique  sur  toile  100x100cm,  2013  «  I  like  my  sugar  with  coffee  »  acrylique  sur  toile  100x100  cm,  2013  «  Partir  de  cero  »  acrylique  sur  toile  100x100cm,  2013      
  7. 7.   7      

×