Chapitre 17 – Finance et stratégie                                                      Plan    Ø Les fusions et acquisiti...
Les fusions et acquisitions    Ø Acquisition = prise de contrôle d ’une société par une autre.    Ø Fusion = rassemblement...
Les fusions et acquisitions pour se diversifier ?      Ø Avant fusion,            Possibilité d ’acquérir les 2 actions av...
Les filialisations (spinoffs)    Ø Création d ’une société distincte pour le      développement d ’une activité          A...
Filialisations    Ø Exemple (suite)          Monozygote détient 1 M d ’actifs et 0.5 milliard de la dette d ’Hétérozygote....
Les options réelles    Ø Options réelles : options qui portent sur des actifs réels, par      opposition à des actifs fina...
Exemple : arbre de décision                                                                          Non                  ...
Options réelles : exemple    Ø Impact de l ’incertitude    Ø VAN de - 4 millions à 4 millions d ’euros    Ø Possibilité po...
Application de la formule de Black et Scholes    Ø Exemple       Gros Mangeur envisage de racheter Petit Beurre.       Deu...
Évaluation des options réelles           C = N ( d 1 ) S − N (d 2 ) E × e − rT                           d1 =             ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Chap 11 Finance Et StratéGie

910 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
910
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chap 11 Finance Et StratéGie

  1. 1. Chapitre 17 – Finance et stratégie Plan Ø Les fusions et acquisitions Ø Les filialisations Ø Les investissements dans options réelles 1Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  2. 2. Les fusions et acquisitions Ø Acquisition = prise de contrôle d ’une société par une autre. Ø Fusion = rassemblement de deux sociétés qui n ’en font plus qu ’une. Ø Raisons Ø Synergies Ø Réduction d ’impôts Ø Décotes sur les marchés financiers Ø Diversification ? 2Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  3. 3. Les fusions et acquisitions pour se diversifier ? Ø Avant fusion, Possibilité d ’acquérir les 2 actions avec la répartition souhaitée. Ø Après fusion, En l ’absence d ’autres gains, la société résultante vaut moins que la somme des valeurs des deux sociétés initiales : la fusion a un prix. Ø Fusionner pour se diversifier Ø Coût supplémentaire Ø Pas d ’assurance de nouveaux gains Ø Réduction des opportunités d ’investissement sur le marché 3Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  4. 4. Les filialisations (spinoffs) Ø Création d ’une société distincte pour le développement d ’une activité Activité dont la société principale souhaite se dégager. Exemple La société Hétérozygote a deux divisions, avec des actifs de 1 milliard d ’euros chacune. Les deux activités ont une corrélation négative parfaite => Hétérozygote a une rentabilité sans risque. Hétérozygote est endettée à LT pour 1 M à 5% (taux sans risque). Hétérozygote veut filialiser une de ces activités. 4Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  5. 5. Filialisations Ø Exemple (suite) Monozygote détient 1 M d ’actifs et 0.5 milliard de la dette d ’Hétérozygote. La valeur des actifs des 2 sociétés est toujours de 2 milliards d ’euros. La valeur de la dette a baissé. Cette baisse de valeur vient augmenter la richesse des actionnaires, qui deviennent actionnaires de 2 sociétés moins endettées. Ø Répartition de la dette => Augmentation de la richesse des actionnaires au détriment de celle des créanciers. 5Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  6. 6. Les options réelles Ø Options réelles : options qui portent sur des actifs réels, par opposition à des actifs financiers. Ø Exemples : décisions de lancement, de délai, de développement ou d ’abandon d ’un projet Ø Ressemblance fondamentale avec options d ’achat sur actions: le décideur a le droit mais pas l ’obligation d ’acheter un bien à une date future. => Décomposition de l ’analyse d ’un projet en une suite de décisions => Clarification de l ’incertitude dans l ’évaluation de projets => Méthode d ’évaluation des options réelles par application de la méthode d ’évaluation des calls. 6Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  7. 7. Exemple : arbre de décision Non 0 Oui Réaliser 4 millions le film ? Oui VAN = 4 millions Acheter droits Oui Livre = d ’adaptation succès ? du livre ? Non 0 Non Non Oui Réaliser 0 le film ? - 4 millions VAN = - 4 millions 7Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  8. 8. Options réelles : exemple Ø Impact de l ’incertitude Ø VAN de - 4 millions à 4 millions d ’euros Ø Possibilité pour les décideurs de prendre des décisions futures Ø Une augmentation d ’incertitude sur le projet, augmente sa valeur Ø Part de la valeur des options réelles dans le projet total ? Dépend du projet. 8Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  9. 9. Application de la formule de Black et Scholes Ø Exemple Gros Mangeur envisage de racheter Petit Beurre. Deux sociétés financées par actions, sans dettes: 1 million d ’actions chacune. Petit Beurre vaut 100 millions avec un écart type de sa rentabilité de 0.2. Gros Mangeur propose d ’acheter 100% des actions Petit Beurredans 1 an à 106 millions. Le taux sans risque est de 6%. Si l ’option coûte 6 millions d ’euros, est-ce rentable ? 9Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  10. 10. Évaluation des options réelles C = N ( d 1 ) S − N (d 2 ) E × e − rT d1 = ln( S / E) + (r + σ 2 / 2)T où : σ T C = prix du call d 2 = d1 − σ T S = cours de l’action E = prix d’exercice de l’option r = taux sans risque (taux de rendement annuel – TRA – d’un actif sans risque de même échéance que l’option) T = durée jusqu’à l’échéance de l’option, en années σ = écart-type du taux de rentabilité annuel (en continu) de l’action L ’option vaut 8 millions . La VAN est de 2 millions. Le projet est intéressant. Si le projet n ’implique pas d ’option d ’achat explicite mais inclut une option réelle : VAN traditionnelle = Valeur actuelle du projet à échéance - coût total du projet 10Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002

×