1
FOCUS PRESSE SUR LE PROCESSUS ELECTORAL ET SUR LA MISE EN PLACE DES
INSTITUTIONS, 19 MARS 2014
L’agenda de la presse
Le ...
2
décisions fermes à leur propos, révèle La Nation. Le président lui-même semble éviter ce sujet malgré
l’avènement d’un n...
3
parlementaire canadienne. (p.3) La question est de savoir s’il s’agit d’une erreur protocolaire ou d’un séjour trop cour...
4
Le parti Arema compte organiser un congrès national, dimanche prochain. Le but est sans doute de recoller les
morceaux d...
5
Communauté Internationale
La chambre de commerce et d’industrie Afrique du Sud-Madagascar est née. Les relations économi...
6
Un développement rapide et durable, une politique d’inclusion sociale, la promotion de l’industrie agricole et d’un clim...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Centre de Presse Malagasy - Focus presse du 19 mars 2014

336 vues

Publié le

Focus presse sur le processus électoral et sur la mise en place des institutions, 19 mars 2014

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
336
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Centre de Presse Malagasy - Focus presse du 19 mars 2014

  1. 1. 1 FOCUS PRESSE SUR LE PROCESSUS ELECTORAL ET SUR LA MISE EN PLACE DES INSTITUTIONS, 19 MARS 2014 L’agenda de la presse Le séjour américain de la délégation malgache retient encore l’attention de la presse du jour. Entre succès et rendez- vous manqué, tout le monde attend des résultats concrets de ce voyage. Par ailleurs, les évènements au sein de l’Assemblée nationale font également couler beaucoup d’encre. Encore aujourd’hui, la question de la dissolution du bureau permanent de la chambre basse provoque des tensions entre les deux partis majoritaires, au même titre que les rendez-vous annulés entre les parlementaires canadiens et malgaches. 1/ Présidence Les Etats-Unis maintiennent leurs conditions, titre L’Express de Madagascar. Ils attendent des actions concrètent de la part du Président de la République. Les promesses ne suffisent pas à restaurer la confiance des bailleurs en Madagascar. Cette fermeté pourrait s’expliquer par le rejet d’une demande d’audience de la délégation malgache auprès de Susan Rice, Conseillère à la sécurité nationale du président américain. Face à cette situation, le Président Hery Rajaonarimampianina a tenté de défendre sa politique lors de la conférence de presse donnée aux médias internationaux. Ce fut à cette occasion que le Président a tracé les grandes lignes de son programme qui étonnamment ressemblent à presque mot pour mot aux conditions émises par les Etats-Unis, remarque le journal. (p.3) Un second rendez-vous manqué est mentionné par L’Express de Madagascar. En effet, la délégation malgache devait rencontrer le directeur général du FMI, Christine Lagarde, mais la rencontre n’a pas eu lieu, car celle-ci était en voyage en Chine. Le Directeur général adjoint de l’institution, Min Zhu, les a donc reçus. Le président a pu tout de même rencontrer le président de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim et Agapito Mendes Dias, directeur exécutif. L’Express de Madagascar (p.5) La Gazette de la Grande Ile estime donc que les Etats-Unis ne comptent pas débloquer les aides à Madagascar tant que le gouvernement ne sera pas mis en place. Au regard du résultat de la mission présidentielle teintée de demi- échec, il serait temps de chercher un autre modèle de développement sans pour autant couper les ponts avec les partenaires traditionnels. Peut-être qu’il faudrait s’adresser à la Chine qui dispose des moyens financiers permettant la relance économique, suggère le journal. (p.3) Courrier de Madagascar estime par contre que cette première sortie constitue un pari gagné. Le voyage a été fructueux comme le prouve les rencontres avec les personnalités américaines et Onusiennes, un bon présage pour les relations internationales de Madagascar. Courrier de Madagascar (p.3)  Hery Rajaonarimampianina déclare n’avoir aucun lien particulier avec Marc Ravalomanana. Il rappelle qu’il ne se focalise pas sur le cas de l’ancien président, mais se préoccupe des 20 millions de Malgaches comme il le répond à un membre de la presse internationale. Ses relations avec Marc Ravalomanana pourront se renforcer si ce dernier est animé d’un sentiment de patriotisme. Il affirme l’avoir une seule fois pour lui dire qu’il serait souhaitable qu’il tienne compte de l’intérêt national en restant pour le moment là où il est. Midi Madagascar (p.10) Le retour de l’ancien président n’est donc pas envisagé dans l’immédiat. Les Nouvelles (p.3) Madagascar Laza (p.3) La Vérité met toutefois en avant le fait que les Notam ne seront plus utilisés à des fins politiques conformément à la déclaration du nouveau DG de L’ACM qui pourrait constituer une aubaine pour l’ancien président exilé et ses partisans.  La Vérité revient sur les propos du Président de la République selon lesquels il n’y avait plus de prisonniers politiques à Madagascar. D’après le journal, 92 dossiers de demande d’amnistie sur requête sont parvenus auprès de la FFM. Cette déclaration est donc tout à fait surprenante. A rappeler également que la famille du général Raoelina a récemment lancé un appel pour sa libération. (p.2) Les prisonniers politiques risquent de passer encore beaucoup de temps derrière les barreaux, la justice n’arrivant pas à prendre de
  2. 2. 2 décisions fermes à leur propos, révèle La Nation. Le président lui-même semble éviter ce sujet malgré l’avènement d’un nouveau régime dans le pays. (p.3) Tia Tanindrazana (p.3) Inona ny vaovao (p.3)  En prévision du voyage présidentiel à Paris. Les conseillers spéciaux français du président François Hollande, de François Ayrault, premier ministre et ceux de Laurent Fabius se mobilisent. Cependant, aucune rencontre entre le Président français et le son homologue malgache n’est encore programmée. Par ailleurs, le voyage présidentiel à Paris sera d’ordre économique plutôt que politique. Un déjeuner de travail réunira le Président de la République et les dirigeants d’Ubi-France, l’agence française pour le développement international des entreprises, le 21 mars prochain.  La diplomatie malgache a failli à sa mission selon l’éditorial de la Gazette de la Grande Ile. En effet, le voyage du président Hery Rajaonarimampianina a été mal préparé. Ainsi, aucun évènement d’envergure n’a été prévu à part cette photo avec le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon. En outre, le président aurait dû former son gouvernement avant son départ, en signe de politesse envers les personnalités rencontrées durant son périple. Selon l’éditorial, les conseillers spéciaux qui l’entourent constituent une machine à perdre. (p.5)  Toujours concernant ce voyage, le président Hery Rajaonarimampianina a réfuté l’information selon laquelle une société américaine l’a pris en charge. Il a affirmé pouvoir se payer des vacances, mais son voyage est d’ordre professionnel. L’Observateur (p.2) 2/ Primature Une interview accordée à la rédaction de Midi Madagascar avant qu’il ne s’embarque pour New-York lui a permis de faire le point sur la nomination de son futur premier ministre. Il a ainsi déclaré que ces 50 jours à la tête du pays lui ont permis de mieux connaître les personnes qui l’entourent. Il affirme qu’il n’est pas en mesure de dépouiller les centaines de CV qui lui sont parvenus. Pour lui, le gouvernement n’est pas le seul moyen pour mettre en œuvre la réconciliation nationale, d’autant plus que tout le monde ne pourra pas être ministre. Le nombre de ministère sera compris entre une vingtaine et une trentaine. Il se réserve la nomination des ministères de souveraineté, cependant l’existence des vice-PM reste incertaine. A noter que la nomination des ambassadeurs, attributions spécifiques du président de la république, se fera en fonction de la diplomatie économique qui sera appliquée. Midi Madagascar (p.9) La nomination du premier ministre sera effectuée le 24 mars prochain. Cette date n’a pas été prise de commun accord avec le MAPAR alors que ce dernier devrait être partie prenante du processus de nomination, regrette L’Observateur. Aucune déclaration n’a été pourtant faite par la plateforme. Des zones d’ombre restent donc sur le choix du 24 mars. (p.2) Du point de vue de Tia Tanindrazana, cette plateforme risque de se faire des illusions si le Président de la République se conforme aux recommandations des partenaires financiers de Madagascar. Il devra ainsi accepter l’ouverture prônée par Hery Rajaonarimampianina et accepter de partager les sièges acquis avec les autres forces politiques. (p.3) D’après Les Nouvelles, tout le monde ne se focalise pas sur le futur premier ministre. D’autres s’intéressent plutôt à la constitution du gouvernement qui inclura plus de techniciens que de politiciens. Ils seront issus de toutes les régions de l’île comme l’a déclaré le Président de la République. En attendant, le premier ministre Omer Beriziky continue de travailler avec son gouvernement, ce qui ne constitue pas un obstacle aux négociations avec les bailleurs de fonds. (p.2) Conformément à la volonté affichée du président d’appliquer sa politique d’ouverture, La Gazette de la Grande Ile affirme que Roland Ravatomanga a réussi à maintenir son poste de ministre de l’agriculture. Il est aussi d’ores et déjà acquis que Sarah Georget dirigera le ministère de l’Environnement et des Forêts. (p.5). 3/ Parlement Rencontre entre le Président de l’Assemblée nationale et l’association parlementaire canadienne annulée. Le bureau permanent soupçonne le ministère des affaires étrangères d’avoir empêché la délégation parlementaire indépendante canadienne de rendre visite à Christine Razanamahasoa. Les membres du bureau permanent estiment qu’il s’agit d’une ingérence. Cette déclaration est démentie par Ulrich Andriatiana, car son ministère n’est pas l’instigateur du programme de cette mission canadienne. Il précise en outre que toutes les visites officielles ont été annulées exceptées celle de la CENIT. L’Express de Madagascar (p.5) Cette affaire est également reprise par Les Nouvelles qui confirme que le ministère des Affaires étrangères n’a rien à voir avec le programme de la mission
  3. 3. 3 parlementaire canadienne. (p.3) La question est de savoir s’il s’agit d’une erreur protocolaire ou d’un séjour trop court. Lanto Rakotomanga, deuxième questeur chargée des relations internationales, estime que cette situation est honteuse, elle se demande comment un programme, déjà prévu au départ, est annulé à la dernière minute, rapporte Madagascar Laza (p.2) Selon Abel Zafimahatratra, député élu à Manakara, les rencontres ont été annulées par le représentant diplomatique de la Grande île en poste au Canada. La Vérité (p.3) Au sein du parlement, la PMP reste solidaire. C’est ce qu’affirme Me Hanitra Razafimanantsoa, députée élue dans le 1er arrondissement. Pour elle, ce sont les autres qui tentent de les diviser en faisant allusion au MAPAR. Les alliances au sein de l’Assemblée nationale se font et se défont dans l’attente de la nomination du premier ministre. Midi Madagascar (p.9)  La mouvance Ravalomanana revendique des places dans le futur gouvernement, évoque Madagascar Matin. Les membres de la mouvance au sein de l’Assemblée nationale font de leur mieux pour rester dans la PMP afin de donner un meilleur ancrage au Président de la République, mais le principal combat est de pouvoir inclure le gouvernement à venir. (p.2)  Benja Urbain Andriantsizehena, député élu à Manakara, estime que les forces majoritaires au sein de la chambre basse devraient figurer dans le futur gouvernement parmi lesquelles le parti dont il est issu le VPM- MMM qui est selon lui la 3e force politique du pays. Madagascar Laza (p. 2) Concernant l’élargissement du bureau permanent, les avis se multiplient. Ainsi le député Malement Liahosoa se déclare contre la décision de Christine Razanamahasoa. Ce député d’Ampanihy Ouest et un des fondateurs de la PMP veut que le contrôle de constitutionnalité soit effectué afin que tout se passe dans la légalité. L’élection des membres des représentants à la HCC ne se fera que lorsque le problème du bureau permanent sera réglé. Madagascar Laza (p.3)  C’est dans ce contexte tendu que la PMP se prépare à procéder à sa destitution. Les tractations se sont ainsi intensifiées pour la formation d’un nouveau bureau. Parmi les plus côtoyés figurent Harimampianina Andrianarivo, député indépendant élu à Ambositra, Jean Max Rakotomamonjy du Leader Fanilo ou encore Pierre Laisoa dit Jaovato, député indépendant d’Antalaha. Madagascar Laza (p.3).  Pour sa part, Christine Razanamahasoa indique que l’avis de la HCC ne devrait plus avoir sa raison d’être. Le contrôle de constitutionnalité du règlement intérieur régissant l’élection du BP ne devrait plus être d’actualité puisque le processus de partage des sièges est déjà engagé. Courrier de Madagascar (p.2)  Le député Randriamahefa ne cache pas son dépit concernant la situation. Il pense que le blocage actuel vient du ralliement de la mouvance Ravalomanana à Hery Rajaonarimampianina alors qu’elle avait voté contre ce dernier. Sa place naturelle devrait pourtant se trouver dans l’opposition. L’Observateur (p.3)  Le MAPAR ne reste pas les bras croisés. Lanto Rakotomanga et Abel Zafimahatratra ont défendu leur légitimité au poste de questeur 2 et de vice-président du bureau permanent. Pour eux, 147 députés ont participé aux élections, leurs votes devraient donc être respectés. La dissolution du bureau permanent n’est pas envisageable, se défendent-ils. Madagascar matin (p.2) 4/ Cadre politique Intervention suspecte d’un conseiller du président et d’un Contrôleur général de la police dans le cadre d’une affaire de blanchiment d’argent et de trafic d’or impliquant une famille indopakistaine. Midi Madagascar rapporte l’implication d’un haut responsable du ministère de la justice, mais également des individus précités qui ont tenté de bloquer les procédures au niveau de la chaîne pénale anti-corruption. L’officier général de la police aurait même intercédé auprès des magistrats en charge du dossier contenant les preuves irréfutables de l’existence dudit trafic. Face à ce genre de situation, le Président de la République devrait prendre les mêmes mesures restrictives que dans le cadre de la lutte contre le trafic de bois de rose. Midi Madagascar (p.27) S’agissant de la lutte contre le trafic illicite de bois de rose. Le comité de pilotage, mis en place pour la gestion du stock, travaille en étroite collaboration avec la Banque mondiale. Cette institution effectue en ce moment une enquête y afférant. Trois équipes sont déployées sur le terrain d’après le Dr Emmanuel Rakotovahiny, membre du comité et haut responsable auprès du ministère de l’environnement. Madagascar Laza (p.2)
  4. 4. 4 Le parti Arema compte organiser un congrès national, dimanche prochain. Le but est sans doute de recoller les morceaux d’un parti désintégré par la longue absence de son leader Didier Ratsiraka. Ce congrès sera l’occasion pour le parti de présenter les nouveaux membres du bureau national. C’est le premier congrès en présence de l’ancien président depuis 2002. Madagascar matin (p.3) Les associations de natifs des régions se pressent pour faire des déclarations au contenu parfois divergeant, critique La Gazette de la Grande Ile. Dans leur déclaration de soutien à une personne au poste de premier ministre, ces associtions se proclament porte-paroles de la région alors qu’elles ne sont souvent constituées que d’une vingtaine de personnes. Celles-ci ne pensent souvent qu’à leurs propres intérêts alors que leurs compatriotes souffrent de la famine et qu’ils sont très souvent oubliés par le pouvoir local. (p.2) L’administrateur civil et ex-chef de district de Betroka, Paolo Raolinarivo, s’exprime sur les militaires dirigeant les services administratifs. De son point de vue, ce sont les civils qui devraient diriger les militaires comme cela se fait en pays démocratique. Il est étonnant de ce fait que le préfet de police ne fasse aucune déclaration médiatique, laissant la place aux gendarmes, policiers et militaires. La Gazette de la Grande Ile (p.5) Le soutien de la mouvance Ravalomanana à Hery Rajaonarimampianina continue de surprendre les observateurs car il s’agit d’un revirement politique total, s’insurge Courrier de Madagascar. Il n’est cependant pas sincère si l’on se réfère à la déclaration de l’ancien CST Leriva Manahirana, au Magro Behoririka. Il a en effet annoncé que le régime actuel ne tiendra pas 5 ans dans sa forme actuelle. Il a en outre appelé les partisans de la mouvance à se préparer à d’éventuelles élections et aux communales. Alors que toutes les parties prenantes tentent de trouver un terrain d’entente, l’ancien CST tente de créer la pyschose sans tenir compte de l’intérêt général, sans doute pour se faire un nom. (p.2) Les planteurs de canne à Ambilobe concoctent une grève sans que le centre malgache de la canne et du sucre sous la tutelle de la vice-primature en charge de l’économie et de l’industrie et du ministère de l’Agriculture gérés par la mouvance Ravalomanana ne réagisse à la situation. Cette dernière risque pourtant d’embraser la région Nord-ouest de l’île. Par ailleurs, la tension y est encore forte suite à l’éviction par la CES du candidat à la députation à Antsiranana I, Papa Soulé. Ces ingrédients peuvent pousser la population à descendre dans la rue. Courrier de Madagascar (p.2) Le PDS de Fianarantsoa Pety Rakotoniaina s’est exprimé concernant les grèves incessantes du personnel de la mairie. A son avis, cette grève sauvage a une coloration politique. Les contribuables doivent savoir que le régisseur général et le régisseur de service économique faisaient partie des grévistes. Si des dysfonctionnements ont été enregistrés c’est en partie à cause d’eux. L’Observateur (p.2) 5/ Cadre électoral Le PNUD apportera son aide pour l’organisation des élections communales. C’est ce qui ressort de la rencontre entre Hery Rajaonarimampianina et l’administrateur du PNUD Helen Clark. Madagascar matin (p.2) Dans la commune d’Ambondromisotra, du district d’Ambatofinandrahana, Ramanantsoniarivo Honoré a annoncé sa candidature aux communales. Inona ny vaovao (.3) Femmes Les chiffres publiés par l’Eisa démontrent que sur les 212 femmes têtes de listes dans les 88 circonscriptions électorales du pays, seules 32 femmes ont été élues lors des élections législatives. Du point de vue de certaines parlementaires ayant participé à la formation dispensée par l’Eisa, la culture locale constitue un blocage à la participation des femmes à la vie politique. Ainsi, dans certaines régions, les hommes refusent d’être dirigés par les femmes même si au sein des foyers, les femmes sont les principales responsables. La Vérité (p.4) Sécurité Une opération armes à feu serait actuellement préparée par les malfaiteurs selon une source proche des Forces de l’ordre. Selon elle, ce renseignement aurait été reçu par les services de renseignements de l’Armée, de la Gendarmerie et de la Police Nationale. Il s’agirait d’une opération visant à obtenir les armes à feu des gardes du corps et des éléments de la police de la route par la force lorsqu’ils rentrent tard ou quand ils sont en état d’ivresse comme c’est le cas depuis quelques temps. Des mesures strictes ont été prises pour éviter tout dérapage. Midi Madagasikara (p.10)
  5. 5. 5 Communauté Internationale La chambre de commerce et d’industrie Afrique du Sud-Madagascar est née. Les relations économiques et commerciales entre Madagascar et l’Afrique du Sud se renforcent depuis que Madagascar revient dans l’ordre constitutionnel. L’Ambassadeur de l’Afrique du Sud, les ministres des Affaires étrangères, des mines et du Commerce de Madagascar, était présents à la cérémonie marquant la création de cet organisme de coopération entre les deux pays. L’objectif est de participer à la relance économique du pays. Le président de la MASACCI a déclaré que l’Afrique du Sud, la SADC et l’ensemble de la communauté internationale sont prêts à soutenir Madagascar dans les efforts fournis afin de stabiliser l’économie sociale et économique du pays. La MASACCI et l’Afrique du Sud collaboreront avec tous les acteurs du secteur et joueront un rôle de plus en plus important dans la promotion et la facilitation de la coopération économique entre les deux pays. Midi Madagascar (p.3) La coopération entre le Japon et Madagascar reprendra aussitôt que le gouvernement sera formé selon Kakuda Takanari, chargé d’affaires de l’Ambassade du Japon. Cette collaboration se fera dans le secteur de l’agriculture, de l’éducation et de la santé entre autres. La Vérité (p.5) Style et Déontologie « Les étoiles Unies » titre l’éditorial de Les Nouvelles. Les Etats-Unis ont promis d’apporter leur aide à Madagascar. Le pays n’a jamais reçu autant de considération d’autant plus que le Président de la République a pu rencontrer les éventuels investisseurs. Il est clair que Hery Rajaonarimampianina n’a pas encore décroché la lune, dixit le journal, mais il peut se targuer d’avoir touché les étoiles, bien que ces étoiles puissent encore se modifier sur le court terme. Mais cela laisse déjà présager d’une bonne coopération avec les Etats-Unis. Il ne reste donc plus au chef d’Etat qu’à concrétiser les acquis et tenter de décrocher les étoiles unies. (p.3) La normalisation des relations internationales est plombée par l’affaire China-Sonangol, évoque La Vérité. Pour l’heure, les Etats-Unis n’ont émis que des déclarations d’intention. Les relations de Madagascar avec la nébuleuse China-Sonangol risque de ne pas être du goût de l’Oncle Sam dans la mesure où ce tentaculaire conglomérat menace les intérêts américains dans plusieurs pays africains. Par ailleurs, les accords passés par China-Sonangol avec ses partenaires africains ne font pas preuves de transparence, n’allant donc pas dans le sens de la bonne gouvernance prônée par la communauté internationale. La Vérité (p.4) Takoritsika est très critique envers Ravonison Tintin, un politicien et un auditeur connu pour ses fréquentes interventions dans les émissions interactives. Voulant être premier ministre, il se rétracte en disant qu’il accepterait le premier ministre qui sera nommé prochainement et ce après avoir fait le tour des radios pour dénigrer l’actuel régime. Aujourd’hui, il veut proposer un grand projet au futur chef de gouvernement, ce qui laisse dubitatif selon le journaliste. (p.2) Formats de couverture Les caricatures visent pratiquement tous Hery Rajaonarimampianina et son comportement face aux Etats-Unis. Il est représenté versant de l’eau dans une passoire aux couleurs des Etats-Unis. L’Express de Madagascar (p.2) puis sautant de joie après avoir reçu la reconnaissance internationale (p.6). Les Nouvelles le met en scène en face de l’Oncle Sam et demandant un premier ministre (p.2). C’est également ainsi qu’il est représenté face à Ban Ki-moon. L’Observateur (p.3) et en page 4. Il est représenté par La Gazette de la Grande Ile (p.4) faisant attendre son peuple pour la nomination de PM. (p.4) Cette nomination, il en rêve carrément comme le montre la caricature de l’Observateur (p.6) FOCUS WEB SUR LE PROCESSUS ELECTORAL ET SUR LA MISE EN PLACE DES INSTITUTIONS, 17 MARS 2014 Politique économique : Hery Rajaonarimampianina sur les pas de Marc Ravalomanana.
  6. 6. 6 Un développement rapide et durable, une politique d’inclusion sociale, la promotion de l’industrie agricole et d’un climat d’investissement pouvant attirer les investisseurs étrangers… des orientations qui ne sont pas étrangères aux oreilles malgaches. Telles sont les grandes lignes de la politique de relance économique évoquée par le président Hery Rajaonarimampianina hier, aux Etats-Unis. «La reconstruction d’un pays comme Madagascar nécessite la venue d’investisseurs étrangers » déclare Hery Rajaonarimampianina. Des propos qui font penser au message de l’ancien Président Marc Ravalomanana contenu dans le Madagascar Action Plan (MAP) de 2007. En effet, dans ce document, Marc Ravalomanana avait établi que « nous devons attirer les investissements étrangers pour relancer notre économie ». Ce programme de redressement de l’économie nationale est, selon l’actuel Président de la République, tributaire d’une gouvernance exempte de corruption et de l’inclusion de toutes les parties prenantes. Un bon climat d’investissement : Le secteur privé, les investisseurs étrangers ou encore les 80% de Malgaches employés dans le secteur agricole. Selon les termes du locataire d’Ambohitsirohitra, « il est tout à fait normal que je crée, avec mon gouvernement, un environnement qui soit favorable à l’implantation des investisseurs ». Ce qui, toujours d’après lui, « suppose qu’il y ait un Etat de droit qui nous permettra d’asseoir une véritable justice équitable et impartiale à Madagascar ». Ceci favoriserait ainsi la lutte contre la corruption ainsi qu’une garantie à long terme des investissements. Développement rapide et durable : Hery Rajaonarimampianina compte en effet procéder à la mise en œuvre d’une politique de développement rapide et durable. Laquelle impactera rapidement sur la lutte contre la pauvreté en passant par la promotion du secteur agricole à tous les niveaux. Encore un parallèle avec la vision du MAP de Marc Ravalomanana. Ce dernier avait présenté sa politique dans ce document comme étant « un plan d’action ambitieux, qui définit la feuille de route et les priorités de notre nation ». Et toujours d’après son message, « le MAP décrit les engagements, les stratégies et les actions qui conduiront à une croissance économique rapide, contribueront à la réduction de la pauvreté, et permettront au pays de tirer avantage de la mondialisation ». Développement rural : Intégré dans cette politique de développement durable évoqué par le président Hery Rajaonarimampianina, nous retrouvons également le programme de promotion du secteur agricole dénommé « Révolution verte ». Ce, en vue de le « transformer en une vraie industrie agricole ». L’agriculture sera sans conteste mieux productive et plus compétitive sur le marché mondial. Le rétablissement des relations avec les bailleurs tels que le FMI fait également partie des actions de redressement économique déclarées par le Président. Cela profiterait ainsi aux 80% de malgaches œuvrant dans ce secteur agricole qui nécessite, selon lui, le plus d’investissements. L’écotourisme serait également à promouvoir davantage. De même pour « la création d’infrastructures et d’un environnement sécuritaire ». Cependant, tous ces points ont déjà été intégrés dans les objectifs et les réformes du MAP. Quelles seraient alors les mesures que le gouvernement Hery Rajaonarimampianina va adopter pour réussir et atteindre ces mêmes objectifs fixés par le gouvernement Marc Ravalomanana et où il a, quelque peu, échoué ? www.ledaily.mg

×