Sécurité dans les Opérations

SÉCURITÉ DANS LES ACTIVITÉS DE LABORATOIRE
CONCEPTION ET AMÉNAGEMENT DES LABORATOIRES

Ingén...
1

IMPLANTATION ET DIMENSION DES LABORATOIRES
L’implantation des laboratoires sur des sites industriels impose le respect ...
2

II -

VENTILATION - PRESSURISATION
Compte tenu de la diversité des produits utilisés et mis en œuvre dans les laboratoi...
3

H 3 -2

Air neuf
Galerie
tech

Cas 1
-

8

8

Bureaux

Couloir

-

Laboratoires

Laboratoires

Couloir

Laboratoires

A...
4

H 3 -2

III - PAILLASSES
1-

CONSTRUCTION
De dimensions standards (profondeur 600-630 mm) à une hauteur de 0,9 m, elles...
5

H 3 -2

Revêtement en acier
Dans ce cas, le plateau support est recouvert d’un revêtement constitué par une plaque d’ac...
6

Les sorbonnes doivent être équipées :
-

d’un dispositif permettant de contrôler l’efficacité de l’aspiration
d’un disp...
7

VI - MAGASIN DE PRODUITS CHIMIQUES
Le magasin de produits chimiques doit être conçu pour :
-

éviter que le personnel d...
8

H 3 -2

b - Les gaz
Les gaz en bouteille sont stockés à l’extérieur des bâtiments (ou dans un lieu très aéré) à l’abri ...
9

3-

H 3 -2

MATÉRIEL DE SÉCURITÉ
Un stockage de solide (granulés, coussins, boudins, …) adsorbant doit être disponible ...
10

H 3 -2
ANNEXE 1
Page 1/3

EXEMPLE DE SURVEILLANCE
DE LA VENTILLATION

LABORATOIRES 15
BÂTIMENT N° 031 - Zone 15
1. Car...
11

ANNEXE 1
Page 2/3

Zone Hotte
Les polluants poussières, caractéristiques de la pollution spécifique au niveau de cette...
12

H 3 -2
ANNEXE 1
Page 3/3
Oui

Non

Conforme

Non
conforme

Observations

X

X

À rédiger

X

X

À rédiger

Non
conform...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

securite dans les activites de labiratoir 2

497 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
497
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
15
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

securite dans les activites de labiratoir 2

  1. 1. Sécurité dans les Opérations SÉCURITÉ DANS LES ACTIVITÉS DE LABORATOIRE CONCEPTION ET AMÉNAGEMENT DES LABORATOIRES Ingénieurs en Sécurité Industrielle I H3 - IMPLANTATION ET DIMENSION DES LABORATOIRES ........................................................ 1 II - VENTILATION - PRESSURISATION ........................................................................................ 2 III - PAILLASSES ............................................................................................................................. 4 1 - Construction .......................................................................................................................................4 2 - Revêtements.......................................................................................................................................4 IV - SORBONNES - HOTTES .......................................................................................................... 5 1 - Sorbonnes .......................................................................................................................................... 5 2 - Hottes .................................................................................................................................................6 V - LAVERIE ................................................................................................................................... 6 VI - MAGASIN POUR PRODUITS CHIMIQUES.............................................................................. 7 1 - Conception .........................................................................................................................................7 2 - Classement et précautions .................................................................................................................7 3 - Matériel de sécurité ............................................................................................................................ 9 VII - ARRÊT D’URGENCE ................................................................................................................ 9 VIII - ISSUES DE SECOURS............................................................................................................. 9 ANNEXE SE LAB - 01385_B_F - Rév. 0 Ce document comporte 13 pages  2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training 03/10/2005 -2
  2. 2. 1 IMPLANTATION ET DIMENSION DES LABORATOIRES L’implantation des laboratoires sur des sites industriels impose le respect de certaines normes. Il doit répondre a au moins une des 3 prescriptions suivantes : – être hors des zones classées – être en surpression d’au moins 2,5 mm CE par rapport à l’extérieur avec des vitesses de passages d’au moins 0,3 m/s à travers tous les orifices – utiliser le même type de matériels que sur les unité et ne comporter aucun point dont la température serait supérieure à la température d’auto-inflamation des vapeurs potentiellement présentes dans la zone d’implantation. De plus, le bâtiment laboratoire doit se situer à au moins 10 m de toutes autres constructions. Il ne devrait pas compter plus de deux étages. Il faut éviter d’implanter des laboratoires en sous-sol. Les salles doivent avoir une hauteur minimale de 2,8 m. Chaque occupant doit avoir au moins 10 m3 à sa disposition. La surface au sol doit être compatible avec le nombre d’occupants travaillant dans la salle. D MEQ 3049 A Bouteilles gaz Espace technique ventilation fluides 8 8 8 E 8 D 8 8 Laboratoire Couloir Sas Circulation E D V 8 Bureau Armoires D V Déchets Vestiaires Douches lave-oeil Écritoires Poste rotovap Armoires ventilées 8 E 8 Sorbonne Paillasse Dessertes roulantes Aire de réception Pesées Douche Lavage / transvasement Fours / étuve Ventilation Vitrage Guichet 01385_B_F  2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training D MEQ 3049 A I- H 3 -2
  3. 3. 2 II - VENTILATION - PRESSURISATION Compte tenu de la diversité des produits utilisés et mis en œuvre dans les laboratoires la ventilation a une place importante dans la sécurité face aux risques de toxicité et d’explosion. Dans la majorité des cas le principe de ventilation est du type introduction d’air neuf et extraction mécanique. Les débits nécessaires sont obtenus par des ventilateurs et des extracteurs. Généralement ces installations sont associées au chauffage des locaux et assurent des taux de renouvellement d’air de 3 à 10 volumes par heure. Ces taux peuvent être doublés suivant les circonstances notamment lors de la détection de gaz inflammables. L’air neuf est introduit en partie haute, l’extraction se faisant en partie basse ou partie haute et basse à la fois. Il faut savoir que la défaillance de l’un de ces appareils perturbe notablement la ventilation et le chauffage du local concerné. De même lorsque ces appareils sont centralisés et qu’ils desservent plusieurs locaux, toute modification (obturation d’une bouche) perturbe les débits de ventilation des locaux voisins. Les locaux seront maintenus en légère dépression. Dans les salles blanches ou dans les salles d'analyses particulières on assure en même temps que la ventilation une surpression évitant l’entrée de poussières ou de gaz. Cette surpression est obtenue par l’étanchéité des volumes et un sas d’accès. Ces systèmes de ventilation et d'extraction doivent être maintenus en service permanent. Les grilles doivent être nettoyées périodiquement (1 fois par mois). Si le local n’est pas équipé d’un système indiquant un mauvais fonctionnement, il appartient aux utilisateurs de vérifier son bon fonctionnement et de signaler les anomalies. 01385_B_F  2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training H 3 -2
  4. 4. 3 H 3 -2 Air neuf Galerie tech Cas 1 - 8 8 Bureaux Couloir - Laboratoires Laboratoires Couloir Laboratoires Air neuf Cas 2 Air neuf 8 8 8 Air usée - 8 - 8 ventilation mécanique air neuf : prise en partie sud du bâtiment rejet : en partie centrale du bâtiment appareillages de ventilation situés en galerie technique toiture plusieurs laboratoires peuvent être desservis par le même système de ventilation ventilation mécanique galerie technique possibilité de doubler manuellement le taux de renouvellement d’air commande manuelle et asservie à la détection gaz du local 8 Air neuf 8 Cas 3 8 Laboratoires 8 D MEQ 1523 A Couloir - ventilation mécanique prise d’air neuf et rejet façade Exemple de ventilation : En général on considère qu’il faut 45 m3/h d’air frais par utilisateur du laboratoire. L’évacuation de l’air doit être faite au travers de canalisations en matériaux incombustibles. Ces gaines sont calculées pour que les vitesses de passages soient supérieures à 15 m/s. On ne doit pas installer de clapet coupe-feu sur ces gaines. Les ventilateurs et extracteurs seront choisis pour leur résistance aux substances corrosives et combustibles (moteur de type IP 55). En cas d’incendie l’arrêt de la ventilation doit faire l'objet d'une discussion entre tous les services concernés. Un exemple de surveillance de la ventilation est donnée en annexe 1. En cas d’épandage ou de fuites de produits dangereux - fermeture des ponts de communication arrêt du soufflage d’air frais pour être en dépression et pour éviter le recyclage de l’air vicré augmentation du débit d’aspiration de l’air vicré par ventilateur d’aspiration 01385_B_F  2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training
  5. 5. 4 H 3 -2 III - PAILLASSES 1- CONSTRUCTION De dimensions standards (profondeur 600-630 mm) à une hauteur de 0,9 m, elles doivent être revêtues d’un matériau imperméable aux liquides, difficilement inflammable et résistant aux agents chimiques. Les éviers seront équipés de siphons et munis d’une prise de ventilation. Les paillasses peuvent être surmontées d’étagères, elles doivent être en matériaux inflammables ou CF1h et résister aux agents chimiques. L’alimentation électrique doit se faire par des racks situés audessus des paillasses. Il est nécessaire de prévoir un maximum de prises afin d’éviter que les câbles d’alimentation des appareils courent sur la paillasse. Profondeur Largeur Hauteur D MEQ 1524 A Profondeur Paillasses 2- REVÊTEMENTS Revêtement en mélamine ou formica Il convient aux dessus de paillasses utilisés pour ces travaux courants de laboratoire, les travaux médicaux et quelques types d’opérations chimiques. Le revêtement peut se dissoudre avec certains solvants. Revêtement en céramique Lors de l’utilisation de carrelage anti-acide comme dessus de paillasse, il faut tenir compte du fait qu’en raison du grand nombre de joints, ce type de revêtement est très sensible. Les joints peuvent se fissurer, ce qui entraîne l’infiltration des acides ou des solvants qui, à leur tour, peuvent atteindre la plaque support et la détériorer. Les revêtements composés de plaques céramiques de grand format sont tout à fait appropriés pour les travaux chimiques. Le matériau vitrifié résiste à presque tous les acides (à l’exception de l’acide fluorhydrique) et à tous les solvants. Il est cependant sensible aux élévations de températures hétérogènes ou ponctuelles. Il faut éviter les températures dépassant 120°C. Revêtement en PVC ou polypropylène Ces revêtements sont faits de plaques recouvertes de 4 à 5 mm de plastique fort avec débordement par dessous les arêtes et couverture partielle de la face inférieure. Toutes les jointures sont soudées. On obtient ainsi des surfaces de travail sans joint et aux dimensions voulues. La résistance aux rayures et à la chaleur est faible. Par contre, la résistance aux acides est bonne. Les solvants attaquent les revêtements à base de PVC. Dans ce cas, il est préférable d’utiliser du polypropylène. 01385_B_F  2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training
  6. 6. 5 H 3 -2 Revêtement en acier Dans ce cas, le plateau support est recouvert d’un revêtement constitué par une plaque d’acier inoxydable. Toutes les configurations sont ainsi possibles, sans l’aide d’aucun joint, y compris les éviers, les augets, etc … De telles surfaces de travail seront installées partout où une désinfection efficace devra être effectuée. Le revêtement est insensible aux solvants et résiste, sous certaines conditions, aux acides mais la surface polie sera exposée aux rayures. Des surchauffes locales peuvent entraîner des déformations. La fabrication de ce type de revêtement est difficile à effectuer sur place. IV - SORBONNES - HOTTES 1- SORBONNES C’est une enceinte située au-dessus du plan de travail, fermée de tous côtés et reliée à un système de ventilation. L’intérieur doit pouvoir être observé facilement et être accessible grâce à un panneau frontal coulissant horizontalement ou verticalement. Vers le ventilateur d'extraction Écran mobile Fentes d'extraction Plenum d'extraction Ouverture Schéma du fonctionnement général d'une sorbonne D MEQ 3051 A Plan de travail Les prises de courant et les appareils de mesures doivent être situés à l’extérieur des sorbonnes. On minimise ainsi les risques de formations d’arcs. Les utilités installées dans la sorbonne doivent posséder des robinets de barrages situés à au moins 15 m de l’enceinte. Les écrans des sorbonnes devront être en verre feuilleté ou en polycarbonates. Les vitres en verre trempé se transforment en milliers de fragments lors d’une explosion, le verre armé présente des fils métalliques sur la tranche et certains plastiques se cassent en fragments pointus (ex : le polyméthacrylate de methyle : 30 fois moins resistant que le polycarbonate). Les panneaux frontaux à coulissant verticaux doivent posséder des dispositifs anti-chute. L’éclairage doit être du type ATEX. Les rideaux en position fermé doivent laisser un passage pour l’air (3 à 5 cm). Les dispositifs d’aspirations des sorbonnes devront comporter des orifices en niveau bas et niveau haut. De plus, ils doivent comporter des volets de réglage à commandes extérieures. 01385_B_F  2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training
  7. 7. 6 Les sorbonnes doivent être équipées : - d’un dispositif permettant de contrôler l’efficacité de l’aspiration d’un dispositif de réglage du tirage afin de maintenir constant le débit d’aspiration d’un témoin de marche Les vitesses de l’air dans la sorbonne doivent être au moins égal à 0,4 m/s (0,5 m/s en moyenne) avec rideau levé de 40 cm. Suivant le type d’utilisation (produits cancérigènes par exemple), ces vitesses devront être supérieures : 0, 6 à 0,8 m/s. La vérification des sorbonnes doit être effectuée chaque année (tirage + vitesse frontale + dispositif des panneaux ouvrant). De plus, il est bon de vérifier trimestriellement l’encrassement des bouches de captation. Les sorbonnes n’étant pas des armoires de rangement, il est recommandé de ne pas y stocker des produits. En cas d’incendie dans la sorbonne : - maintenir en fonctionnement le ventilateur d’extraction afin d’éviter une supression et l’émission de vapeurs toxiques dans le laboratoires et extinction à l’eau pulvérisé - s’il existe des extincteurs automatiquees à gaz neutre ou inhibiteur : arrêter le ventilateur, obturer la gaine d’aspiration 2- HOTTES Il s’agit de sorbonnes autonomes qui ne possèdent pas de ventilation vers l’extérieure, elles sont simplement reliées à un filtre absorbant. L’air filtré est recyclé dans le laboratoire. Elles sont réservées à des produits connus et efficacement absorbés par un filtre adapté. Un dispositif automatique doit signaler un insuffisance de filtration. V- LAVERIE La laverie doit être distincte du laboratoire. Le matériel de laboratoire doit être prénettoyé par l’utilisateur afin d’éviter tout accident provoquer par la présence de résidus. Le lavage pouvant nécessité l’emploi de produits dangereux, la présence de sorbonne est indispensable. Le matériel lavé est séché dans des études ventilées. (Très souvent la verrerie est rincée avec un liquide inflammable, le séchage doit donc être effectué dans les armoires ventilées). Les opérations de nettoyage doivent être confiées à des personnes ayant une formation de chimiste et non a une femme de ménage. Le matériel abîmé ou ébréché doit être retirer de la circulation. Pour les appareils métalliques, le nettoyage doit se faire avec des tampons ayant une dureté inférieure, ou par ultrasons. 01385_B_F  2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training H 3 -2
  8. 8. 7 VI - MAGASIN DE PRODUITS CHIMIQUES Le magasin de produits chimiques doit être conçu pour : - éviter que le personnel de chaque laboratoire stocke une trop grande quantité de produits faire face à l’augmentation des équipes de chimistes éviter les ruptures de stocks Grâce à une gestion informatisée le dernier cas tend à disparaître. 1- CONCEPTION Il est évident que le magasin doit être installé au rez-de-chaussée du bâtiment afin d’éviter le transport des produits chimiques sur une trop grande distance. La ventilation doit comporter 2 vitesses : - faible vitesse pour une aération permanente grande vitesse en cas de rupture d’un stockage ventilation avec aspiration en point bas. Taux de renouvellement ~ 20/l Dans le magasin le chauffage n’est pas indispensable il est même interdit si on stocke des produits particulièrement inflammables (CS2 par exemple). Généralement les produits chimiques s'accommodent mieux des basses températures. Attention, toutefois, aux trop basses températures si on stocke des solutions aqueuses dans les flacons en verre. L’éclairage doit permettre de lire sans peine les étiquettes des produits chimiques. Tous les emplacements de stockage doivent être bien éclairés. Les cloisons et parois des emplacements de stockage sont en matériaux coupe-feu et pare-flamme de degré 1/2 heure au moins. Les étagères métalliques (aluminium, alliages, etc …) sont à proscrire car attaquées par les acides ou certains hydroxydes. On préfère les matériaux en résines + minéraux inertes. Sous chaque stockage il est recommandé de construire des cuvettes de rétention. Les fûts, conteneurs ou bidons de plus de 5 litres seront stockés le plus près possible du sol. Les emballages plus petits seront placés sur des étagères. Ces étagères pourront être compartimentées. Les emballages pourront être aussi placés dans des armoires cloisonnées, ou dans des tiroirs. 2- CLASSEMENT ET PRÉCAUTIONS a - Liquides et solides Les fûts métalliques contenant des substances inflammables seront reliés à une prise de terre. Le rangement des produits peut se faire par ordre alphabétique. Malheureusement nous avons vu que certains produits étaient capables de donner des réactions dangereuses lorsqu’ils étaient mélangés. Cela peut arriver au magasin en cas de casse. On préférera donc un rangement par origine de dangers (inflammable, oxydant, explosif, …). 01385_B_F  2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training H 3 -2
  9. 9. 8 H 3 -2 b - Les gaz Les gaz en bouteille sont stockés à l’extérieur des bâtiments (ou dans un lieu très aéré) à l’abri des intempéries, du rayonnement direct du soleil et de toute source de chaleur et sur un sol sec afin de ne pas accélérer les phénomènes de corrosion. Comme pour les liquides ou les solides on évite de stocker côte à côte des gaz incompatibles. Les gaz de nature différente sont séparés par des cloisonnements en maçonnerie. Stockées verticalement, les bouteilles doivent être attachées par des chaînes situées à mi hauteur afin de prévenir leur chute. Afin de faciliter l’identification des produits, les ogives des cylindres de gaz comprimés sont peintes selon des couleurs conventionnelles faisant l’objet de la norme française NF X 08-106 d’octobre 1978. Exemples : - air : noir, bandes blanches oxygène : blanc azote : noir hydrogène : rouge orangé acétylène : marron clair argon : jaune hélium : brun éthylène : violet protoxyde d’azote : bleu dioxyde de carbone : gris métallisé ammoniac : vert Le nom du produit est en outre peint sur l’ogive. Il est déconseillé d’entreposer des cylindres de plus de 20 litres dans les laboratoires. Il est recommandé de les placer à l’extérieur, le gaz arrivant au laboratoire par une canalisation fixe. Dans le cas contraire, il faut les placer dans le couloir en les fixant solidement. c - Stockages particuliers Produits Précautions Matières explosives : Locaux spéciaux Matières pyrophoriques Magasins indépendants Produit à forte tension de vapeur Chambre froide Azote liquide Ventilation appropriée + oxygènomètres 01385_B_F  2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training
  10. 10. 9 3- H 3 -2 MATÉRIEL DE SÉCURITÉ Un stockage de solide (granulés, coussins, boudins, …) adsorbant doit être disponible à proximité de chaque rayonnage afin d’empêcher les flaques de liquide de s’étendre. Un dispositif d’extinction automatique aux gaz neutres ou inhibiteurs est conseillé. L’extinction automatique avec de l’eau est à éviter car beaucoup de produits sont sensibles à l’eau. Un détecteur d’oxygène avec alarme à 17 % doit aussi être installé. À proximité des produits corrosifs il est nécessaire de prévoir une douche de sécurité ainsi qu’un masque respiratoire autonome avec gants et bottes en caoutchouc. VII - ARRÊT D’URGENCE À la porte de chaque laboratoire, il faut placer un dispositif d’arrêt d’urgence (coup de poing) qui est destiné à couper l’alimentation de tous les appareils, des prises de courant, à l’exception des alarmes, de la ventilation, des appareils d’éclairage fixes et des ascenseurs. L'arrêt d'urgence doit être parfaitement accessible. Ces arrêts d’urgence sont couplés à des électrovannes montées sur les canalisations de distribution des fluides. Le réarmement des robinets de barrages doit se faire de manière spécifique distincte de la réalimentation du réseau électrique. Cas des expériences hors heures ouvrables (HHC) En plus de l’autorisation du service sécurité, les expériences marchant hors heures ouvrables doivent faire l’objet d’une étude très détaillée. Il faut : - décrire la manipulation faire des études de cas (baisse de tension, coupure électrique, etc …) expliquer les sécurités mises en place vérifier que les réseaux sont indépendants des laboratoires connexes posséder un dispositif permettant la mise à l’arrêt de l’installation en toute sécurité En ce qui concerne l’appareillage électronique ne devant ou ne pouvant être arrêter HHO - il faut vérifier que le démarrage est impossible en cas de coupure électrique et avertir le service sécurité qui tiendra une liste de ces appareils à jour. VIII - ISSUES DE SECOURS Le principe fondamental de la sécurité des personnes est de faciliter leur évacuation. Les issues de secours et les sorties doivent être adaptées : - aux locaux aux effectifs De plus, elles doivent être dégagées et facilement repérables. La largeur de ces issues doit être d’au moins 0,80 m. Elle dépend aussi du nombre de personnes susceptibles de les emprunter. 21 < 100 < personnes personnes < 100 < 300 L ≥ 1,5 m L≥3m Dans les laboratoires aucune personnes ne doit être à moins de 10 m d’une sortie. Chaque laboratoire doit poser au moins 2 sorties. L’ouverture doit se faire dans le sens de la sortie chaque issue doit comporter un oculus (fenêtre). Les couloirs doivent avoir une largeur d’environ 2 m. Il est préférable de se limiter à cette largeur afin d’éviter que ces couloirs ne se transforment en lieu de stockage. 01385_B_F  2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training
  11. 11. 10 H 3 -2 ANNEXE 1 Page 1/3 EXEMPLE DE SURVEILLANCE DE LA VENTILLATION LABORATOIRES 15 BÂTIMENT N° 031 - Zone 15 1. Caractéristiques du local Local à pollution spécifique (article R 232.5.1 du code du travail) Volume : 698 m3 Effectif / 8H : 3 Nombre d'ouvrants : 10 vasistas et une porte donnant sur l'extérieur Locaux commerciaux : locaux 19A et 14 (à pollution spécifique) et sur couloir 2. Prescriptions réglementaires générales Débit d'air neuf requis : – 45 m3/h par travailleur effectuant un travail physique léger Pour le métabolisme humain, le débit d'air neuf minimal à introduire mécaniquement dans le local est de 135 m 3/h. L'installation de ventilation se compose de : – 1 arrivée d'air neuf réchauffé par deux batteries de chaud/froid type CIAT CLT n°772784P Diffusion de l'air par cinq bouches - débit total : 5 x 2120 = 10600 m3/h. Ces installations fonctionnent constamment pour permettre un renouvellement d'air. – 2 extracteurs bas avec deux grilles par gaines - débit unitaire : 1620 m3/h – 1 réseau de captage avec trois points de captation (dont deux fermés) - référence MP 48SO n°77278A - débit total du réseau : 5600 m3/h – 1 réseau de captage avec trois points de captation (deux sorbonnes et une hotte) référence MP 48 SO n°28503809 - débit de chaque captage : 430 m3 /h soit au total 1290 m3/h. Cette installation est reliée à un dépoussiéreur type NSP n°5325-01 possédant des filtres avant rejets : références filtres illisibles. Chaque installation d'arrivée d'air neuf est pourvue de deux filtres et deux préfiltres métalliques, d'efficacité respective 85 % et 65 %, dimension 60 x 71. La maintenance de ceux-ci est effectuée tous les trois mois (nettoyage des filtres). Lors de notre passage, nous avons constaté que les grilles d'extraction étaient particulièrement encrassées. 01385_B_F  2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training
  12. 12. 11 ANNEXE 1 Page 2/3 Zone Hotte Les polluants poussières, caractéristiques de la pollution spécifique au niveau de cette zone sont dus à l'utilisation d'acides et d'amines aromatiques. Sur cette unité, il y a un captage fixe de la pollution émise. Oui – Existence de système de captage près de la source – Au niveau du captage, la pollution résiduelle est évacuée par la ventilation générale – Existence de consignes d'utilisation des captages Non X – Existence d'une valeur indicative admissible de concentration du polluant (amines aromatiques) – La concentration en polluant est inférieure à la valeur admissible – Le polluant est inflammable – La concentration en polluant est inférieure à 10 % de la LIE Non conforme Observations X X X X X X À rédiger X – Existence de mesure en cas de panne des captages – La déficience du système de captage est décelable par les travailleurs – Existence d'un avertisseur automatique de déficience des installations – Le personnel est exposé à l'émission du polluant 8 h Conforme X À rédiger X Médecin du travail X X X Zone sorbonnes Les polluants vapeurs, caractéristiques de la pollution spécifique au niveau de cette zone sont dus à l'utilisation d'acides et amines aromatiques. Sur cette unité il y a trois captages fixes dont deux sont inutilisés. Oui Non Conforme – Existence de système de captage près de la source X X X Observations X – Au niveau du captage, la pollution résiduelle est évacuée par la ventilation générale – Existence de consignes d'utilisation des captages Non conforme X – Existence d'une valeur indicative admissible de concentration du polluant (amines aromatiques) – Le polluant est inflammable – La concentration en polluant est inférieure à 10 % de la LIE – La concentration en polluant est inférieure à la valeur admissible – Existence d'une valeur indicative admissible de concentration du polluant (acide sulfurique) _ La concentration en polluant est inférieure à la valeur admissible – Le polluant est inflammable X À rédiger X – Existence de mesure en cas de panne des captages – La déficience du système de captage est décelable par les travailleurs – Existence d'un avertisseur automatique de déficience des installations – Le personnel est exposé à l'émission du polluant 8 h X X À rédiger X Médecin du travail X X X X 1 mg/m3 À mesurer X 01385_B_F  2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training H 3 -2
  13. 13. 12 H 3 -2 ANNEXE 1 Page 3/3 Oui Non Conforme Non conforme Observations X X À rédiger X X À rédiger Non conforme Observations – Existence d'une ventilation mécanique générale • Introductions d'air neuf X X • Extracteurs X X – Existence de consignes d'utilisation du matériel de ventilation – Existence de mesures en cas de panne des installations d'aération X X – L'air neuf est pris loin de sources de pollution X X – L'air neuf et pris loin des points d'extractions X X – Existence de système de filtration X – Le débit d'air neuf/effectif est réglementaire X – La classe d'efficacité des filtres est connue X – Le local est à l'abri des émanations des égouts, puisards, fosses X X – Le local est à l'abri des sources d'infection X X - L'air neuf est pris à l'air libre X 3. Prescriptions réglementaires par zone de travail Zone sorbonnes (vers dépoussiéreur) La sorbonne n'est pas utilisée pour l'instant. Sur cette unité il y a deux captages fixes sur cette sorbonne. Oui Non Conforme – Existence de système de captage près de la source X X – Au niveau du captage, la pollution résiduelle est évacuée par la ventilation générale X X X – Existence de consignes d'utilisation des captages X X À rédiger _ Existence de mesure en cas de panne des captages X X À rédiger – La déficience du système de captage est décelable par les travailleurs X – Existence d'un avertisseur automatique de déficience des installations X X À mettre en place 01385_B_F  2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training

×