Le lipofilling dans les pathologies faciales

12 190 vues

Publié le

Présentation lors du Congrès International de l'Association Canadienne de Chirurgie Plastique & Esthetique (SCCPE) Février 2013 par le Dr Ahcène Madjoudj Chirurgien esthéticien et plasticien.

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
12 190
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8 364
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le lipofilling dans les pathologies faciales

  1. 1. Le lipofilling dans les pa- thologies faciales Docteur Ahcene Madjoudj
  2. 2. Congrés de lAssociation des Spécialistes enChirurgie Plastique et Esthétique du Québec. (ASCPEQ) Estérel Québec Canada, Février 2013
  3. 3. Docteur Ahcene Madjoudj„„ Chirurgien Plasticien.„„ J’exerce dans le secteur libéral à Alger (Algérie).„„Je collabore avec les services de chirurgieplastique et de neurochirurgie des Centres Hospitalo-Universitaires.„„Membre de la société canadienne de chirurgie plastiqueesthétique(csaps).
  4. 4. DéfinitionLe lipofilling consiste en une auto-greffe de graisse .Celle ci est prélevée d’un site et réinjectée pour le comblementd’un autre site.
  5. 5. GénéralitésToute disgrâce au niveau de la face, détériore l’image de soi.Ces pathologies affectent gravement la vie sociale et professionnelle despatients.Le lipofilling, technique en pleine expansion permet de se substituer àdes interventions chirurgicales lourdes .
  6. 6. Histoire du lipofillingLa greffe du tissu graisseux a été rapportée dés la fin du 19iéme siècle.On peut distinguer trois périodes importantes dans l’évolution du lipofil-ling.„„La période de greffe à ciel ouvert:L’excision et le remplissage se faisaient à ciel ouvert.„„La période non purifiée:La graisse est aspirée par lipoaspiration et réinjectée .„„La période purifiée:La graisse est purifiée avant sa réinjection.„„ Avenir du lipofillingL’ingénierie tissulaire offre des perspectives prometteuses pour le lipofillinggrâce à une meilleure connaissance du développement des adipocytes.
  7. 7. La techniquedu lipofilling
  8. 8. L’anesthésieL’anesthésie des zones de prélèvements :„„ Pas d’incision. On pique avec une aiguille 14G afin de créer un orifice„„pour l’introduction d’une petite canule d’infiltration àbout mousse.„„Infiltration de xylocaine adrénalinée à 2% diluée avecdu sérum physiologique.Les volumes de solutions anesthésiques à infiltrer sontmodérés du fait du faible volume de graisse à prélever.„„ Action antalgique et hémostatique. Nous évitons la tumescence qui peut altérer les lo-„„bules adipeux.
  9. 9. Sites de prélèvement„„L’abdomen.La graisse abdominale se résorbe peu et s’hypertrophie facilement avecune prise de poids même minime.„„La région trochanterienne.S’il ya lieu de pratiquer une liposuccion.„„La face interne des genoux .la graisse est facile à prélever et ne s’hypertrophie pas facilement . Ce siteest notre premier choix.Même en absence de zones graisseuses localisées, il est toujours possiblede prélever de la graisse au niveau des fesses.
  10. 10. Instrumentation pour le prélèvement graisseuxNous utilisons des petites canules delipoaspiration reliées à desseringues de 10 ou 5cc.
  11. 11. Aspiration de la graisseNous utilisons des petites canules reliées à des seringues de 10cc que nousmettons manuellement en pression négative.Pour la face, le volume de graisse nécessaire varie entre 10cc et 60cc.
  12. 12. La purification graisseuseLe consensus sur la méthode de purification graisseuse est la techniquede Coleman, essentiellement basée sur l’utilisation d’une centrifugeuse(1).Nous utilisons une autre méthode de purification simple à mettre enœuvre et donnant des résultats satisfaisants.
  13. 13. Instrumentation pour la purification (un peu de cui-sine!!) Une cupule. Une passoire. Une cuillère. Un flacon de sérum physio- logique.
  14. 14. Préparation de la graisse pour le transfert1. La graisse est placée dans une passoire en acier inoxydable stérilisée.2. La graisse est purifiée par lavage au sérum physiologique.3. La graisse purifiée est transférée dans des seringues de 5cc en positionverticale.Cette technique nous donne pleine satisfaction depuis plus de 20 ans, aussinous n’éprouvons pas le besoin d’utiliser la technique de Coleman.
  15. 15. Transfert graisseuxIl s’effectue dans les zones de comblement préalablement tracées,sous anesthésie tronculaire, générale ou locale.Nous utilisons pour le transfert des aiguilles àbout mousse de cathéter de péridurale pour lesraisons suivantes: Atraumatiques pour les travées que nous„„créons. Lors de l’injection, la graisse semble mieux pro-„„gresser.L’aiguille est poussée au delà de la limite du sitede comblement.La graisse est injectée lors du retrait de l’aiguille .Une hypercorrection est nécessaire pour compen-ser la faible résorption du transfert graisseux.
  16. 16. Les suites opératoires „„ Les œdèmes:Ils se résorberont au bout de 2 semaines.Pour lutter contre les œdèmes, on utilise des compresses d’eau froidependant les premières 72h.Le patient dort en position proclive .„„ Les ecchymoses:Ils se résorbent au bout de 2 deux semaines.
  17. 17. Les complications„„ Les complications post-opératoires:Les traumatismes musculaires et nerveux dus à la canule sont rares.Les infections sont très rares.„„ Les complications à long termeMigration de la graisse.Déformation du site donneur.
  18. 18. Le lipofilling dans les pathologies faciales
  19. 19. Le lipofilling dans leshemi-atrophies faciales progressives ou syndrome de Parry-Romberg
  20. 20. DéfinitionMaladie caractérisée par une atrophie progressive des structuressous-cutanées, cutanées, musculaires et osseuses de l’hémiface.
  21. 21. Généralités„„ Maladie orpheline Étiologie mal connue : Maladie auto immune? Génétique?„„dysraphie ? Sclérodermie ?„„ Prédominance féminine„„ Intéresse le plus souvent le coté gauche de la face.„„ Évolue entre 2-20ans„„ Au USA 200 000 cas dans la population(NIH 2009)„„ Pas de statistiques en Algérie, 27 cas rencontrés en 15 ans .
  22. 22. Signes cliniquesAtrophie progressive sous-cutanée ,cutanée, musculaire puis osseuse del’hémiface . Elle commence au niveau de la joue ou entre l’aile du nez et lebord externe de la bouche.Cette atrophie peut s’étendre au cadre orbitaire avec enophtalmie, à lalangue, aux cheveux de l’hémiface qui blanchissent.Parfois on note une atrophie localisée d’une bande de tissu au niveaufrontal appelée coup de sabre.
  23. 23. Les formes cliniquesSelon les cas rencontrés nous proposons la classification suivante:„„ La forme discrète:L’atrophie intéresse une petite surface de la face sans aucun autre signe.„„ La forme modérée:L’atrophie est localisée avec enfoncement de la joue visible, elle peut êtreest étendue à toute l’hémiface, sans déformation de la bouche ou de l’or-bite oculaire.„„La forme sévère:Lorsque il y a atteinte osseuse avec déformation de l’œil , la bouche etlatéro-déviation mandibulaire.
  24. 24. Forme discrète Forme modérée Forme sévère Forme modérée Forme sévère
  25. 25. „„Signes associés :Névralgie du trijumeau, troubles oculaires, épilepsie de type Bravais Jack-son.„„ Les examens complémentaires :IRM confirme l’atrophie graisseuse.„„ Diagnostic positif:Il est surtout clinique.„„Diagnostic différentiel :se pose avec la sclérodermie ou on trouve une atrophie en bande avec in-duration et atteinte d’autres organes.
  26. 26. Le préopératoire:On retiendra les sites de prélèvement et de comblement en fonction del’examen physique.Une bilan préopératoire est pratiqué.
  27. 27. Les résultats:„„ Aspect définitif à partir de 3 mois.„„ Les résultats à long terme sont stables.
  28. 28. Les inconvénients:„„ Parfois on est appelé à combler une seconde fois en cas de résorptionapparente.„„ Il est important de noter que la graisse injectée garde les mêmes pro-priétés que celle du site donneur. Elle s’hypertrophie dès prise de poids.Une liposuccion de correction est parfois nécessaire pour équilibrer lesdeux joues.
  29. 29. Avantages de la techniqueAucune réaction inflammatoire contrairement aux produits de comble-ments synthétiques.Très peu de morbidité.Pratiquée en ambulatoire, simple,rapide, répétitive et peu onéreuse.
  30. 30. CAS CLINIQUES
  31. 31. Cas de maladie de Romberg discretUn seul remplissage .Résultat final après deux ans
  32. 32. Cas de maladie de Romberg modéréPatiente ayant nécessité un second comblement après 3 mois.Résultat final après deux ans .
  33. 33. Maladie de Romberg modéréUn seul lipofilling sur les cotés droit et gauche pour harmoniser les deuxhemiphases .Résultat final après deux ans.
  34. 34. Cas de maladie de Romberg modéré.Résultat final après deux ans.
  35. 35. Maladie de Romberg sévère:Cas suivi depuis 1997Résultat final après deux séances de remplissage
  36. 36. Difficulté de remplissage dans un cas de maladie de Romberg sévèrePatiente ayant subi une pose d’une plaque de silicone qui s’est extériorisée, lais-sant une cicatrice rétractile au niveau de région malaire empêchant un remplis-sage homogène. nous avons eu recours à une petite greffe rétro-auriculaire.Le second remplissage s’est avéré satisfaisant.Patiente suivie sur 6 ans
  37. 37. Difficulté de remplissage dans un cas de maladie de Romberg sévère as-socié à une séquelle de brûlure :Ce cas a nécessité une greffe cutanée au niveau de la séquelle de brûlurequi a permis un remplissage homogène en deux séances .Patiente suivie sur 6 ans
  38. 38. Autres techniques
  39. 39. Les lambeaux1. Musculaires pédicules :Le peaucier.2. Les lambeaux libres dermo-graisseux et musculaires .Le lambeau scapulaire.Le lambeau inguinale.Le lambeau du latissimus dorsi.Lambeau du droit.Inconvénients.Interventions longues.Risque de thrombose veineuse du lambeau.Risque d’ischémie.Risque de détérioration des résultats à long terme.
  40. 40. Les Implants solides (Greffe osseuse , plaquede silicone sculptée - Medpor)Les inconvénients„„ Résorption osseuse plus ou moins importante.„„ Risque d’extériorisation des implants.„„ Risque infectieux importants.Les produits de comblement synthétiquesRarement indiqués en première intention dans la maladie de Romberg.
  41. 41. Lipoatrophies faciales
  42. 42. DéfinitionAtrophie primaire idiopathique du tissus adipeux.Affection rare sans étiologie connue.On distingue 3 types:1. Totale:Congénitale ou acquise entraînant souvent une fonte de tout les tissusadipeux du corps associés à une hépatomégalie, des troubles rénaux, lipi-diques ,diabète et immunologiques.2. Localisée:Perte localisée du tissus graisseux, intéressant plusieurs zones .3. Partielle:Celle qui nous intéresse, se manifeste de manière symétrique au niveaude la face avec ou sans atrophie des bras et du tronc.
  43. 43. Les lipoatrophies partiellesL’étiologie est inconnue, actuellement des recherches tendent à démon-trer une mutation de gènes.Les signes cliniques:„„Visage enfoncé avec un aspect plissé et unesurface fripée.„„ La peau est souple et saine.„„ La pathologie intéresse la face de manièresymétrique touchant le tissu adipeux sans par-ticipation des structures musculaires ou os-seuses.„„ Elle peut atteindre toute la face ou juste unepartie mais toujours de manière bilatérale.„„ On recherche d’autres sites d’atrophie lesbras, le ventre…
  44. 44. Examens complémentairesL’imagerie et les examens biologiques ne sont pas spécifiques.L’histopathologie montre une atrophie des cellules graisseuses.Le diagnostic positif est essentiellement clinique .Recherche de lésions associées:1. Néphrite.2. Sclérodermie .3. Lupus érythémateux.4. Infections récurrentes.5. Thyroïdite.
  45. 45. Autres techniques :Produits de comblement synthétique (3) :„„ Acide hyaluronique.„„ Collagène.„„ Acide polylactique(New fill).„„ Hydroxyapatite(Radiesse).„„ Poly-alkil-ilise(bialcamid).„„ Implants solides.Inconvénients„„C’est des produits synthétiques qui induisent des réactions inflamma-toires de degrés variables et une résorption à plus ou moins long terme. Ces techniques sont indiquées quand l’atrophie est très importante ou„„après échec du lipofilling .
  46. 46. Cas cliniques
  47. 47. Lipoaspiration de la culotte de cheval,remplissage avec la graisse liposuc-cée au niveau trochonterien.Résultat final après trois ans
  48. 48. Chez cette patiente nous avons éliminé une anorexie mentale.
  49. 49. Lipoatrophies faciale ayant nécessité une réinjectionRésultat après 2 ans
  50. 50. Lipofilling dans les lésionspost-traumatiques
  51. 51. Séquelles de traumatisme de l’adolescence.Diagnostic différentiel s’est posé avec une scléro-dermie.Lipofilling sous anesthésie locale sans réinjection.Résultats permanents.
  52. 52. Séquelles de traumatisme facial avec enfoncement osseux ensus-orbitaire droit.
  53. 53. Lipofilling dansles malformations cranio-faciales
  54. 54. Cas clinique
  55. 55. Plagiocéphalie négligée avec latéro-déviation mandibulaire.Lipofilling de la zone parieto-temporale gauche et latéro-faciale droite etgauche.Résultats probants sur le front avec persistance de la latéralo-déviationmandibulaire.
  56. 56. Lipofilling facial dans les HIVSelon une étude française(4) les infections dues au virus HIV seraient res-ponsables de 20 à 40% des cas de lipoatrophies faciales. Cette étudeconduite sur 317 cas a démontré l’efficacité du lipofilling et le recom-mande comme traitement en première intention.Nous n’avons pas été confronté aux lipoatrophies faciales dues au HIV.
  57. 57. ConclusionLe lipofilling reste la meilleure indication en première intention pour lespathologies faciales nécessitant un comblement.Les avantages sont nombreux :„„ C’est une auto-greffe .„„ Les résultats sont durables voire permanents.„„Intervention en ambulatoire, rapide, répétitive, peu onéreuse avec une morbidité très réduite et des résultats très probants.
  58. 58. Bibliographie Facial Augmentation with structural fat, Clinics in plastic surgery oct„„2006, Sidney R Coleman.„„Classification and treatment of facial tissue atrophy in Parry-Romberg disease,Aesthetic Plast Surg. 2007 Sep-Oct;31(5):424-34. Guerrerosantos J, Guerrerosan-tos F, Orozco J.„„Stratégies thétrapeutiques dans les prises en charge des lipoatrophies du vi-sage, Hôpital Conception/Hôpital Saint-Joseph Marseille, Dr Christophe Compa-gnon.„„Traitement de la lipoatrophie faciale par lipofilling chez les patients infectéspar le VIH, Annales de Chirurgie Plastique Esthétique, Volume 57, Issue 3, June2012, Pages 210-216 , C. Uzzan, D. Boccara, A. Lacheré, M. Mimoun, M. Chaouat.
  59. 59. je vous remercie..Présentation disponible sur le site:http://www.chirurgieesthetiquealgerie.com/lipofilling-pathologies-facialesEmail : madjoudj-ahcene@esthetiquealgerie.com

×