Vraisembl

163 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
163
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Vraisembl

  1. 1. Chapitre 9 Estimateurs au maximum de vraisemblance Avec ce chapitre nous commen¸cons l’´etude de quelques outils centraux de la statistique. 9.1 Estimateur D´efinition : Soit n > 0 un entier. Nous appellerons n-´echantillon d’une loi L toute suite X1, . . ., Xn de v.a. ind´ependantes de loi L. La statistique-pratique est un ensemble de techniques de traitement de donn´ees qui, face `a la donn´ee de n nombres (ou plus g´en´eralement vecteurs) x1, . . ., xn produits par “´echantillonage” - c’est-`a-dire selon un protocole exp´erimental propre au domaine consid´er´e (sociologie, contrˆole de qualit´e, etc.) - choisit un n-´echantillon au sens de la d´efinition ci-dessus pour mod`ele math´ematique sugg´erant un traitement de ces donn´ees. Prenons l’exemple d’un r´ef´erendum (ou d’un pl´ebicite) o`u les ´electeurs ne peuvent que r´epondre par “oui” ou “non” (les abstentions ´etant sans influence sur le r´esultat, ce qui exclut les cas o`u il y a un quorum `a atteindre). Choisissons n = 1000, et posons xi = 1 si la i-`eme personne interrog´ee d´eclare savoir ce qu’elle ira voter et vouloir voter “oui” (si elle d´eclare ne pas savoir ou ne pas envisager de voter, on ´ecarte cette r´eponse de la pr´esente analyse) et xi = 0 si elle d´eclare vouloir voter “non”. Cette situation simple est g´en´eralement mod´elis´ee par un 1000-´echantillon X1, . . ., X1000 d’une loi de Bernoulli B(1, p), et on consid`ere que l’opinion est en faveur du “oui” si et seulement si p 0.5. On est alors confront´e au probl`eme “d’estimer” la valeur de p. Dans le mod`ele condisid´er´e ici (Bernouilli) la loi des grands nombres vient `a notre secours : elle assure que limn!+1(X1+. . .+Xn)/n = E(X1) = p ; on dit dans ce cas que ˆp := (X1 +. . .+Xn)/n est un estimateur du param`etre p ; en pratique, on choisit alors p = p := (x1 + . . . + x1000)/1000. Nous nous int´eresserons ici `a la statistique param´etrique, o`u la loi L = L() retenue peut ˆetre car-act ´eris´e par un param`etre , qui est un nombre ou un vecteur. Ainsi, par exemple, si Xi ; B(1, p), alors = p est un nombre, mais si Xi ; N(μ, ), alors = (μ, ) est un vecteur, tout comme dans le cas d’un d´e pip´e o`u l’on peut choisir = (p1, . . . ,p5) (et p6 = 1− (p1 + . . . + p5)) et pk := P({Xi = k}). D´efinition : On dit que ˆ : (x1, . . . ,xn)7! ˆn := ˆ(x1, . . . ,xn) est un estimateur convergeant vers si et seulement si , en loi, on a = limn!+1 ˆ(X1, . . . ,Xn) pour toute suite de v.a. Xi ind´ependantes, de loi L(). 9.2 Vraisemblance 9.2.1 Heuristique et d´efinition Nous avons vu que la loi des grands nombres fournit “spontan´ement” un estimateur de l’esp´erance d’une loi, mais si l’on recherche une m´ethode un peu g´en´erale pour deviner un estimateur, la m´ethode du maximum de vraissemblance est une strat´egie souvent efficace. En voici le principe : Si un ´echantillonage a produit la suite finie x1 , ..., x n de nombres et qu’on a choisit de mod´eliser cette situation par un n-´echantillon X1, .. ., Xn de v.a. ind´ependantes de loi L(), et si le choix de la 43
  2. 2. 1 44 CHAPITRE 9. ESTIMATEURS AU MAXIMUM DE VRAISEMBLANCE valeur du param`etre est le probl`eme auquel on est confront´e, on peut consid´erer l’´ev`enement E = {X1 = x, . . . ,Xn = xn}, et plus g´en´eralement E(x1, . . . ,xn) = {X1 = x1, . . . ,Xn = xn} = {X1 = x1} . . . {Xn = xn} 1 et sa probabilit´e L(x1, . . . ,xn ; ) :=P(E(x1, . . . ,xn)) = P({X1 = x1}. . .{Xn = xn}) = P({X1 = x1})·. . .·P({Xn = xn}), cette derni`ere ´egalit´e r´esultant de l’hypoth`ese d’ind´ependance des v.a. Xi. L’id´ee tr`es heuristique est alors que le choix qu’il convient d’effecteur pour , est celui pour lequel cette probabilit´e est maximale pour les valeurs x, . . ., x n obtenues, et donc de poser = Argmax {L(x1 , . . . ,x n ; )}, c’est-`a-dire la valeur (si elle existe et est unique) de pour laquelle la fonction 7! L(x1 , . . . ,x n ; ) est maximale. Souvent, ceci peut se ramener `a r´esoudre en l’´equation @L @ (x1 , . . . ,x n ; ) = 0. D´efinition : La fonction Ln : (x1, . . . ,xn ; )7! Ln(x1, . . . ,xn ; ) = Qn i=1 P({Xi = xi}) pour des Xi ; L() s’appelle la vraisemblance de la loi L. La v.a. obtenue en appliquant la fonction (x1, . . . ,xn)7! Argmax {L(x1, . . . ,xn ; )} appliqu´ee au n-´echantillon (X1, . . . ,Xn) s’appelle l’estimateur au maximum de vraisemblance du param`etre de la loi discr`ete L(). 9.2.2 Exemples Referendum Reprenons l’exemple o`u les Xi suivent une loi de Bernoulli B(1, p), et donc = p. Introduisons la notation s := x1 + . . . + x1000 pour la somme des valeurs observ´ees sur l’´echantillon x1, ..., x1000, c’est-`a-dire le nombre de personnes interrog´ees qui ont d´eclar´e qu’elles voterons “oui”. Nous avons donc Ln(x1, . . . ,xn ; ) = Qn i=1 P({Xi = xi}) = s(1 − )n−s, pour = p, n = 1000, et s = x1 + . . . + xn, puisque = p = P({Xi = 1}) et 1 − = 1− p = P({Xi = 0}). Les extr´emit´es de l’intervalle [0, 1] auquel appartient ne peuvent ˆetre des extrema (sauf si s = sn 0 ou s = n) et le maximum de la fonction concave s(1 − )n−s est donc un z´ero de la d´eriv´ee @ @Ln(x1, . . . ,xn ; ) = s−1(1−)n−s−1(s−n), d’o`u = = x1+...+xn n . En d’autres termes, l’estimateur au maximum de vraisemblance ˆp de p est donc ˆ := X1+...+Xn n , c’est `a dire le mˆeme estimateur que l’estimateur de l’esp´erance E(X1) trouv´e en appliquant la loi des grands nombres, ce qui convient, puisque p = E(Xi). Variables poissoniennes Supposons que le tirage d’un n-´echantillon X1, . . . ,Xn de v.a. suivant une loi de Poisson P(), 0 inconnu, ait produit l’´echantillon x1, . . . ,xn. Ici = , et P({Xi = xi}) = e− xi xi ! ; la vraisem-blance de l’´echantillon x1, . . . ,xn est donc ici Ln(x1, . . . ,xn; ) = Qn i=1 e− xi xi Qn xi ! = e−n Pn i=1 , et donc xi ! i=1 Ln(x1, . . . ,xn; ) = e−n s Qn i=1 xi ! , o`u l’on a une nouvelle fois pos´e s := x1 + . . . + xn. Il est un peu plus commode de calculer avec le logarithme de cette expression est comme ln est une fonction croissante, il nous suffit de rechercher le maximum de ln(x1, . . . ,xn; ) = ln(Ln(x1, . . . ,xn; )) = −n + s ln() − Xn i=1 ln(xi !). Cette fonction est concave et son extremum est donc le z´ero de la d´eriv´ee @ @ ln(x1, . . . ,xn; ) = −n+s , c’est `a dire = sn . Nous trouvons donc une nouvelle fois ˆ := X1+...+Xn n comme estimateur de , ce qui convient, puisque = E(Xi) pour toute v.a. Xi ; P().
  3. 3. 9.3. CAS D’UNE LOI CONTINUE 45 9.3 Cas d’une loi continue 9.3.1 Heuristique et d´efinition Si la loi L() suivie par les Xi est une loi continue, comme U[a,b] ou N(μ, ), on a P({Xi = xi}) = 0, et la vraisemblance que nous avons consid´er´ee jusqu’ici est tout bonnement (ou plutˆot “mauvaisement”) nulle, et tous les sont des extrema, ce qui ne nous avance gu`ere. L’id´ee est alors de remplacer P({Xi = xi}) par P({|Xi − xi| Q }) pour une 0 suffisamment petit, puis de rechercher maximisant n i=1 P({|Xi −xi| }). On peut se d´ebarasser du qui est arbitraire par la remarque suivante dans le cas o`u la densit´e x7! f(x) caract´erisant la loi L() est une fonction continue au point xi : dans ce cas le th´eor`eme de la moyenne assure l’existence de fonctions 7! i,() telles que P({|Xi − xi| }) = 2(f(xi) + i,()), avec lim!0 i,() = 0 ; le (ou les) rendant maximal Qn i=1 P({|Xi − xi| }) sont les mˆeme que ceux maximisant Yn i=1 1 2P({|Xi − xi| }) = Yn i=1 (f(xi) + i,()) ; en faisant tendre vers 0, cette expression devient Ln(x1, . . . ,xn; ) := Yn i=1 f(xi) (9.1) que nous adoptons comme vraisemblance dans ce cas : D´efinition : Si la loi L() des Xi est une loi continue de densit´e f, on appelle vraisemblance de l’´echantillon (x1, . . . ,xn) pour la loi continue L() la fonction Ln(x1, . . . ,xn; ) :=Qn i=1 f(xi) . 9.3.2 Exemples Distribution uniforme On suppose que l’´echantillon x1, ..., xn est tir´e de mani`ere uniforme entre 0 et a, mais a et b sont inconnus. On mod´elise donc le probl`eme par une loi uniforme U[a, b] dont la densit´e est f(a,b) := 1 b−a I[a,b] et on va chercher un estimateur de = (a, b) par la m´ethode du maximum de vraisemblance. La vraisemblance de l’´echantillon x1, . . ., xn est donc Ln(x1, . . . ,xn; ) := Qn i=1 f(xi) = Qn i=1 1 b−a I[a,b](xi) = 1 (b−a)n si tous les xi 2 [a, b] et vaut 0 si un des xi /2 [a, b]. On voit donc que Ln(x1, . . . ,xn; ) est maximal si = = (a, b) = (Min {x1, . . . ,xn}, Max{x1, . . . ,xn}), puisque ceci nous donne la plus petite valeur de b − a sans annuler la vraisemblance. Ceci nous conduit `a consid´erer l’estimateur ˆ = (ˆa,ˆb) = (Min {X1, . . . ,Xn}, Max{X1, . . . ,Xn}) . Il reste a `montrer que si X1, . . ., Xn est un n-´echantillon de loi U[a, b], alors Min {X1, . . . ,Xn} converge bien, en probabilit´e, vers a et que Max{X1, . . . ,Xn} converge en probabilit´e vers b. Consid´erons par exemple le cas de Min {X1, . . . ,Xn}. On a {a+ Min {X1, . . . ,Xn}} = {a+ X1, . . . ,a + Xn}, d’o`u, comme les Xi sont ind´ependants, P({a+ Min {X1, . . . ,Xn}}) = P({a+ X1}. . .{a+ Xn}) = P({a + X1}) · . . . · P({a + Xn}) = b−a− b−a n , qui tend bien vers 0 lorsque n tend vers +1. On montrerais de mˆeme que Max{X1, . . . ,Xn} converge en probabilit´e vers b. Variables normales On suppose `a pr´esent que l’´echantillon x1, . . ., xn est tir´e de mani`ere normale avec une esp´erance μ et un ´ecart-type , mais μ et sont inconnus. On mod´elise donc le probl`eme par une loi normale N(μ, ) dont la densit´e est f(μ,)(x) := p1 2 e−(x−μ)2 22 et on va chercher un estimateur de = (μ, ) par la m´ethode du maximum de vraisemblance. La vraisemblance de l’´echantillon x1, . . ., xn est donc Ln(x1, . . . ,xn; ) : = Yn i=1 f(xi) = Yn i=1 1 p 2 e−(xi−μ)2 22 = 1 p 2 n e− Pn (xi−μ)2 22 . i=1
  4. 4. 46 CHAPITRE 9. ESTIMATEURS AU MAXIMUM DE VRAISEMBLANCE Ici, il est une nouvelle fois plus agr´eable de consid´erer la log-vraisemblance ln(x1, . . . ,xn; ) := ln(Ln(x1, . . . ,xn; )) = −n(ln() + ln( p 2)) − 1 22 Xn i=1 (xi − μ)2. Pour que = (μ, ) soit un extremum sur R × R+ il faut que les deux d´eriv´ees @ @μln(x1, . . . ,xn; ) = 1 2 Pn i=1(xi−μ) = 1 2 (s−nμ) o`u s = Pn i=1 xi, et @ @ ln(x1, . . . ,xn; ) = −n + 1 3 Pn i=1(xi−μ)2 s’annulent pour = , ce qui implique que μ = sn = 1n Pn i=1 xi, et 2 = 1n Pn i=1(xi − μ)2. Ceci nous conduit donc `a envisager l’estimateur ˆ = (ˆμ, ˆ) = 1n Pn i=1 Xi,

×