I/ PRÉSENTATION DE L’ENSEIGNE INTERMARCHÉ
1) Historique
Intermarché est une enseigne française de grande distribution du g...
quelques années, de commercialiser des produits de marque distributeur sans pour autant que le nom Intermarché
n’apparaiss...
Les unités de production fabriquent les marques propres du Groupement dans des secteurs très diversifiés comme les
produit...
« Nous avons créé 1,4 millions de cartes en 2013 et autant en 2014. Au total, nous en comptons plus de 10 millions. »
Inte...
Après plusieurs tests dans différentes conditions, ITM Logistique Alimentaire a décidé d’équiper la nouvelle base logistiq...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Enseigne INTERMARCHÉ

541 vues

Publié le

Présentation de l'enseigne Intermarché issue de mon rapport de stage merchandising (noté 16/20).

Publié dans : Alimentation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
541
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Enseigne INTERMARCHÉ

  1. 1. I/ PRÉSENTATION DE L’ENSEIGNE INTERMARCHÉ 1) Historique Intermarché est une enseigne française de grande distribution du groupement Les Mousquetaires fondée en 1969 sous l'enseigne EX Offices par Jean-Pierre Le Roch. Par la suite, les EX deviendront Intermarché. Jean-Pierre Le Roch fondateur et premier président de cette enseigne française de grande distribution qui est une coopérative regroupant des "adhérents", en a assuré la direction jusqu'en 1994, directement, puis par l'intermédiaire du groupement Les Mousquetaires rendu nécessaire par la création d'autres enseignes. a) Dates clés b) Chiffres clés 4 « Tous unis contre la vie chère », « Producteurs, commerçants », des formats de magasin à taille humaine dont le pourcentage de clients fidèles atteint les 70% (pour les formats petite et moyenne surface) ainsi que l’ouverture de point de vente « économe et écolo » sont des explications possibles de l’affection que les français portent à l’enseigne en la plaçant, en 2014, quatrième de leurs entreprises préférées. 6 Avec ses 6 enseignes, les Mousquetaires sont aujourd’hui présents dans : • l’alimentaire (Intermarché et Netto) • l’équipement de la maison (Bricomarché et Brico Cash) • l’entretien et la réparation automobile (Roady) • la restauration (Poivre Rouge) 15 Chez les Mousquetaires on ne parlera pas de Marque De Distributeur mais de PNM ou de PNF. Ce n’est pas unique, mais particulier dans la grande distribution française. En effet, l’enseigne alimentaire des Mousquetaires a fait le choix il y a 1969 • La scission entre E.Leclerc et 92 adhérents « centre E.LECLERC » donne naissance à « EX Offices de distribution » 1972 • La naissance d’une marque : en 1972, « EX » devient « INTERMARCHÉ » son siège social s’installe à Paris 1974 • L’affirmation d’un esprit unique : le groupement prend ses décisions de manières collectives et démocratiques. 1988 • Les premiers Intermarché ouvrent en Espagne puis en Belgique et au Portugal et enfin en Pologne 2002 • Cap des 2000 supermarchés en Europe 2009 • INTERMARCHÉ ouvre son premier DRIVE. L’année suivante, déclinaisons des Intermarché Hyper, Intermarché Super, Intermarché Contact, Intermarché Express 2015 • Importante refonte du parc, nomination deThierry Cotillard  à la présidence du conseil d’administration d’ITM alimentaire international (enseignes Intermarché et Netto) J.P LE ROCH T.COTILLARD
  2. 2. quelques années, de commercialiser des produits de marque distributeur sans pour autant que le nom Intermarché n’apparaisse. Dans le jargon des Mousquetaires on parle de : • PNM pour Produits à Nos Marques ; ce sont des produits fabriqués par des industriels indépendants pour le compte des Mousquetaires. • PNF pour Produits de Nos Filiales ; ce sont des produits fabriqués par des unités de production appartenant au groupement. Plus de 30 % du chiffre d’affaires d’Intermarché est réalisé par des produits en marques propres, c'est-à-dire qui appartiennent au Groupement. Il s’agit d’ailleurs d’un élément différenciant des Mousquetaires sur leur marché. Ces gammes sont produites au sein des 64 sites de production agro-alimentaires du pôle industriel intégré au groupe. 38 Les 38 bases logistiques du Groupement alimentent le réseau de distribution le plus dense de France : tous les 17 kilomètres est implanté un point de vente desservi par la logistique des Mousquetaires. En amont, elles se fournissent auprès des grands industriels et des 64 usines intégrées du Groupement, mais aussi de petites entreprises régionales et de producteurs locaux : 80% des fournisseurs des points de vente Mousquetaires sont des PME. De l’approvisionnement à l’exploitation, jusqu’au transport, les Mousquetaires maîtrisent toute la chaîne de flux des marchandises (frais, sec, marchandises générales, non alimentaire). Une flotte de 2 300 camions garantissent aux points de vente la disponibilité, la fraîcheur et la qualité des produits ainsi qu’un approvisionnement régulier. Des outils informatiques puissants et modernes qui optimisent la gestion des approvisionnements 2328 Intermarché compte aujourd’hui 2 328 Points de vente en Europe : • 1 832 en France • 231 au Portugal • 85 en Belgique • 217 en Pologne 40 000 000 000 C’est la première fois que le chiffre d’affaires du groupement des Mousquetaires dépasse le cap des 40 milliards d’Euros. (CA 2014) 2) Stratégies de différenciation, missions et projets a) Les valeurs « Qui est le plus frais ? », « Qui lutte avec nous pour une vie moins chère ? », « Qui lutte contre le gaspillage ? », « Qui est producteur/commerçant ? », « Qui est proche de ses clients ? » : Si vous répondez : « Intermarché ! », cela signifie que « l’effet de source » et les dernières actions de communication (par l’agence Marcel, « enfant » de la célèbre agence Publicis) ont eu l’effet escompté ! o Producteur commerçant L'intégration d'un pôle agroalimentaire propre au groupement assure son indépendance d'approvisionnement. Les unités de production du pôle Agromousquetaires proposent des gammes de produits 100 % made in France. Depuis sa création en 1969, le Groupement des Mousquetaires a fait le pari de développer ses propres usines de production. Aujourd’hui, les 64 sites permettent aux enseignes du Groupement de proposer des produits alternatifs aux grandes marques nationales. Ses objectifs sont triples : 1. Favoriser l’indépendance d’approvisionnement du Groupement. 2. Maîtriser les processus de fabrication, la qualité et le prix des produits proposés aux consommateurs. 3. Adapter les produits aux besoins du marché.
  3. 3. Les unités de production fabriquent les marques propres du Groupement dans des secteurs très diversifiés comme les produits laitiers (Pâturages), les céréales (Chabrior et Filet Bleu), les produits carnés (Jean Rozé, Monique Ranou), les produits de la mer (Capitaine Cook) o Proximité Tous les 17 kilomètres est implanté un point de vente. La plupart des magasins sont des supermarchés au format 1500 à 2500 m².L’enseigne propose une large offre de produits alimentaires. Le pourcentage des clients fidèles aux points de vente dont la surface est inférieure à 3500 m2 et dont l’assortiment est très majoritairement alimentaire (frais et sec) approche les 70%. L’enseigne Intermarché se décline en formats adaptés à la zone et au type de clientèle : • INTERMARCHE EXPRESS (300 à 1200 m²) : Implantée dans les centres-villes de grandes agglomérations, cette enseigne propose une offre 100 % libre-service, composée de produits pratiques (prêts à consommer, à réchauffer…), des produits « plaisir » et des services adaptés aux attentes d’une clientèle urbaine (livraison à domicile, commande sur internet, etc.). Un Intermarché Express fait en moyenne plus de 12 000 €/m², à Paris ce chiffre peut dépasser 17 000 €/m². • Pour son format CONTACT (de 500 à 1200 m²), l’approche des Mousquetaires est celle d’une place de marché : une offre concentrée et le confort d’un commerce de proximité pour répondre aux besoins d’une clientèle rurale et familiale. • INTERMARCHE SUPER (1 000 à 3 500 m²) : Le format Super s’appuie sur des offres alimentaire et non alimentaire complémentaires qui s’adaptent en fonction de la localisation du point de vente : rural, urbain… Réputée pour la qualité de ses rayons traditionnels (boucherie, charcuterie, poissonnerie), l’enseigne s’appuie également sur une offre en libre-service de produits de grande consommation (hygiène-beauté, bio, produits régionaux). • INTERMARCHE HYPER (3 500 À 6 000 m²) : Sur une surface minimum de 3 500 m², cet hypermarché à taille humaine propose une gamme complète de produits alimentaires : marques nationales, produits locaux et saisonniers. Elle est complétée par une offre non alimentaire composée de produits informatiques et multimédias, du petit et gros électroménager et des produits textiles. • Pour compléter ces formats, 1000 points de vente proposent désormais un service DRIVE à leurs clients. o Les prix bas Intermarché s’affirme depuis toujours comme le défenseur des prix bas. Dans une interview accordé à LSA en 2014, Thierry Cotillard, précise que s’agissant de la négociation des prix et de la politique de communication (publicité comparative) : « Nous ne lâchons rien ! ». Philippe Manzoni (Ex président d’Intermarché) complète le propos en soulignant l’importance d’une démarche constante : « Une image prix, il faut trois ans pour la construire, six mois pour la détruire. » L’image prix a progressé de 3 points sur deux ans et l’enseigne a recruté plus de 540 000 foyers en 2014. Intermarché veut lutter contre la hausse des prix et la vie chère pour le profit des consommateurs. Parmi ses actions pour éviter la montée incessante des prix, Intermarché s'est imposé d'imprimer les prix directement sur les produits. C'est ainsi le moyen de montrer aux clients qu'il souhaite toujours maintenir les prix très bas et d'éviter ainsi de les augmenter. La politique prix d’Intermarché passe également par la carte de fidélité ajoute Nicolas Guilloux 1 : 1 Bras droit de T.Cotillard à la tête d’ITM Alimentaire
  4. 4. « Nous avons créé 1,4 millions de cartes en 2013 et autant en 2014. Au total, nous en comptons plus de 10 millions. » Intermarché propose la carte de fidélité afin que ses clients puissent faire des économies, cumuler de l'argent et de dépenser le solde d'euros disponible lors du passage en caisse. Tous les jours, 5% d'avantages cartes sont proposés sur les marques distributeur à partir de 5 produits PNF/PNM achetés. Et de façon ponctuelle, comme pour les opérations « Jackpot » ou encore « Pactole », les marques nationales sont sur le devant de la scène avec des offres très attractives. Par exemple, en achetant un pot de Nutella à 4,60 €, vous collectez immédiatement 2,30 € sur votre carte Intermarché. Ce nouveau système permet de récompenser la fidélité des clients de l’enseigne. b) Les missions o Lutte anti gaspillage Les partenariats : Jacques Bailet, président de la Fédération française des banques alimentaires, et Didier Duhaupand, président d’Agromousquetaires, ont signé une convention qui encadre les pratiques des usines Mousquetaires, le 18 novembre dernier. Cet engagement écrit confirme l’implication des Mousquetaires dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Cette signature intervient en parallèle d’une campagne nationale, financée par Agromousquetaires permettant à chaque client d’Intermarché ou de Netto, jusqu’au 22 novembre 2015, de faire un don de 10 centimes d’euros lors de l’achat de certains produits. Par ailleurs, une collecte alimentaire nationale est organisée à l’entrée des points de vente alimentaires Mousquetaires, les 27 et 28 novembre 2015. Les actions « moches » : Ils sont moches ! Et alors ? : Ils ne sont pas calibrés, à peine présentables, mais quand même très bons. Intermarché a lancé en 2014 une opération pour vendre moins cher des fruits et légumes cabossés. Une action qui lui a valu trois prix aux Trophées de l’Innovation de LSA. Avec cette opération, Intermarché a su séduire un large public sans doute bien au-delà de ses espérances. D’abord, les consommateurs, qui se sont rués en masse pour s’approvisionner en fruits et légumes hors calibre. Ensuite les distributeurs, qui se sont vite emparés du dispositif pour proposer une offre similaire. Ces produits, traditionnellement écartés des rayons des GMS, sont désormais valorisés. Côté clients, ils séduisent grâce à un décrochage des prix de 30%. Fort de ce succès « anti gaspillage » au rayon frais, Intermarché continue dans sa lignée du « moche, mais bon et moins cher », mais cette fois- ci, avec les biscuits. o Développement durable Immobilier Depuis 2005, différentes technologies ont été testées : orientation du bâtiment, matériaux de construction, éclairage, chauffage et ventilation, gestion du froid pour les points de vente alimentaires, bornes de chargement pour les véhicules électriques, conduite du chantier… Les nouveaux points de vente pourront être équipés de ballons d’eau chaude solaires, de stationnements végétalisés, de dispositifs de récupération des eaux de pluie, de détecteurs de présence. La charte « chantier propre » est également signée par toutes les entreprises qui interviennent lors de la construction d’un nouveau point de vente. Producteur responsable Les efforts du Groupement sont permanents pour tenter de garantir au consommateur des produits « made in France » de qualité, à la traçabilité maîtrisée à 100 % et au prix juste, pour le consommateur comme pour le producteur. Dans la filière pêche, Agromousquetaires s’est engagé pour aller en deçà des limitations légales pour la pêche en eaux profondes ; avec Estener, Agromousquetaires a mis en place une démarche d’économie circulaire inédite en France, en créant la première usine française à produire du biodiesel à partir de déchets animaux non alimentaires issus de ses abattoirs. Logistique Les organisations mises en place par la logistique visent à assurer l’indépendance d’approvisionnement des Mousquetaires. La maîtrise de tous les coûts, directs et indirects, l’optimisation des tournées des camions entre fournisseurs et les bases logistiques permettent de diminuer le kilométrage global parcouru : la facture énergétique s’allège et les émissions de CO2 diminuent.
  5. 5. Après plusieurs tests dans différentes conditions, ITM Logistique Alimentaire a décidé d’équiper la nouvelle base logistique de Béziers d’une cuve de gaz naturel liquéfié. En juin 2016, tous les camions de cette base rouleront ainsi au GNL. Les camions roulant au GNL produisent quatre fois moins de bruit que les camions classiques tout en réduisant les émissions en particules de 95%, en oxyde d’azote de 80% et en CO2 de 15 à 20% par rapport au diesel. Des données qui correspondent aux exigences de la loi dite « Grenelle II ». c) Projets et objectifs Les formats Express, petits Hyper et Drive Intermarché se positionne comme l’Ultra leader dans le format supermarché avec 40% de part de marché. Le format Express poursuit son développement accéléré, notamment à Paris et à Lyon. Le format Hyper de proximité affiche la plus belle progression de chiffre d’affaires (Le groupement souhaite développer et exploiter 200 unités d’Hyper à l’horizon 2018). Et le Drive connaît une croissance exponentielle avec 973 drive. Les priorités de développement vont se porter sur ces formats. De Mag3 à Mag3.E Le concept de Mag3.E (lancé en 2014) incarne la nouvelle génération d’Intermarché qui s’appuie sur le dynamisme commercial de rayons prioritaires avec des zones marchés, des rayons traditionnels, des espaces culinarité, et la réimplantation des rayons hygiène beauté, surgelés et animalerie. Intermarché attend de Mag3.E d’améliorer l’expérience en magasin, de développer le plaisir de faire ses courses en magasin, par opposition aux courses de corvée de plus en plus captées par le Drive. La zone fruits et légumes opte pour une présentation type marché, avec du vrac et des étals, tandis que le rayon vin joue sur le bois et des gondoles basses pour donner une ambiance plus chaleureuse. «Nous avons fait un gros travail sur l’éclairage également », explique Stéphanie Langard, directrice de l’agence de design. La naissance du concept Mag3 remonte à 2005. C’était une phase de mise à niveau. À présent, il sera demandé aux adhérents de choisir au moins un rayon d’aspérité par rapport à leur zone chalandise. Et s’il décide de se distinguer sur deux ou trois rayons, c’est encore mieux. C’est un travail en trois phases : la normalisation, ensuite la mise à niveau et, enfin, la différenciation. Numéro 1 des fruits et légumes en GMS Plafonnant à 13% de part de marché en valeur, ITM remet tout son système à plat tant sur l'amont qu'au niveau de l'organisation de ses achats. Les acheteurs de fruits et légumes, avant répartis par région, seront désormais spécialisés par familles de produits. « Être spécialisé de cette façon leur permettra de mieux connaître leur marché et de multiplier les relations avec les producteurs », assure Hervé Mayoud, responsable du département fruits et légumes d'Intermarché. Les autres enseignes sont déjà quasiment toutes organisées de la sorte, excepté Leclerc qui reste sur une logique d'achat par région. Chez Intermarché, les commandes seront réalisées par le chef de rayon aux bureaux d'achat et aux 18 Scafruits (base Intermarché) chargés de valider la qualité des produits. « Nous voulons assurer une qualité stable et reconnue et ne plus nous contenter de faire des " coups " », promettait Philippe Manzoni, ancien président d'Intermarché alimentaire international. Une démarche au caractère unique : « C'est la première fois qu'une enseigne veut faire des fruits et légumes un axe de développement stratégique », assure Pierre Bergougnoux, PDG de PB Conseil. Intermarché et Casino main dans la main En 2015, Intermarché et casino ont annoncé le rapprochement de leurs Centrales d'achats pour les produits de grandes marques afin de mieux négocier les prix. Leur objectif ? « Pas question d'alimenter la guerre des prix ». INCAA (Intermarché Casino achat) doit servir à simplifier les négociations de 67 grands groupes – grâce à une seule et unique porte d’entrée et à promouvoir un maximum d’innovations dans les milliers de points de vente concernés. Thierry Cotillard et Jean-Paul Onillon sont apparus sereins dans ce premier exercice commun. Les deux groupes doivent en effet travailler sur un pied d’égalité, et il faut que cela se sache. Extrait d’Interview de Jean-Paul Onillon (Président du groupe Casino) : « Notre structure est solide et robuste. Elle est simple. Il n’y a qu’une seule centrale, une seule clé d’entrée pour les fournisseurs, avec un seul négociateur agissant en même temps pour le compte d’Intermarché et de Casino. Les deux partenaires ont formellement donné mandat à cette joint venture de négocier. Ensuite, les contrats d’application sont naturellement ceux des enseignes, les politiques commerciales restant séparées, indépendantes. »

×