0. conférence doctorale erasme 18 oct 2012

911 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
911
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
440
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

0. conférence doctorale erasme 18 oct 2012

  1. 1. CONFÉRENCES DOCTORALES ÉRASME CYCLE « Épistémologie de la pluridisciplinarité », organisé par Anne PAUPE & Marie-Anne PAVEAU, PLÉIADE Conférence du 18 octobre 2012 Anne PAUPE & Marie-Anne PAVEAULa pluridisciplinarité au travail en SHS. Pistes méthodologiques et propositions épistémologiques18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 1
  2. 2. Introduction : double pluridisciplinarité• Pluridisciplinarité de la recherche en études cinématographiques• Pluridisciplinarité de la recherche en civilisation américaine18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 2
  3. 3. I. Définir la critique de cinéma américaine18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 3
  4. 4. I.1. La profession de critique : domaines voisins – Critique littéraire – Critique d’art – Critique de musique – Critique de spectacles vivants18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 4
  5. 5. I.2. Diversité de la critique de cinéma• Genre littéraire mineur• Discours sur une œuvre audiovisuelle (métatexte) : adaptation, intermédialité• Métier / activité (journalisme, recherche)• Intermédiaire (distributeurs / publics)18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 5
  6. 6. I.3. Métiers et formats de la critique• Des professions différentes : – Critiques de presse (billets d’humeur, promotion déguisée) – Critiques spécialisés (évaluation esthétique, historique, analyse) – Critiques universitaires (recherche)• Des formats différents : – notules, interviews – couverture de l’industrie du cinéma – articles courts, dossiers thématiques – articles de recherche18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 6
  7. 7. I.4. Diversité des fonctions de la critique – Signaler les nouveautés au public – Sélectionner les « bons » films (gatekeeping) – Emettre un jugement de valeur – Situer dans l’histoire du cinéma, éduquer – Rendre compte des changements économiques (presse corporatiste) – Analyser avec recul et en informant l’analyse avec des approches scientifiques18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 7
  8. 8. II. Comment aborder la critique de cinéma ? Les approches existantes : 1. Sociologie de la culture 2. Histoire culturelle 3. Economie de la culture18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 8
  9. 9. II.1. La critique selon la sociologie de la culture• Harold Becker, Art Worlds (1982)• Pierre Bourdieu : – « Le marché des biens symboliques » (1971) – La Distinction. Critique sociale du jugement (1979) – Les Règles de l’art (1992)• Nathalie Heinich : – La Gloire de Van Gogh. Essai d’anthropologie de l’admiration (1991) – La Sociologie de l’art (2001)• Jürgen Habermas, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise (1962)• Mathieu Béra : thèse sur la critique d’art (1998)18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 9
  10. 10. II. 1. La critique selon la sociologie de la culture• Problématiques : – Quelle est la limite entre critique et promotion culturelle (Béra)? – Comment mesurer l’influence des critiques sur les spectateurs? – Quels sont les processus de consécration culturelle? – Pourquoi la consécration culturelle a-t-elle besoin d’une critique négative et indépendante?• Méthodes / sources : – Entretiens avec des journalistes et leurs interlocuteurs professionnels – Statistiques• Résultats : – Bourdieu : notions de capital symbolique, de circuits de légitimation – Nathalie Heinich : processus de singularisation par lequel un objet devient un objet d’art – Becker : une œuvre d’art = produit d’une coopération – Habermas : dissolution de l’espace public, simulacre de débat public – La notoriété (bonne ou mauvaise) a bien plus d’importance que la bonne réputation d’une œuvre. – Une bonne critique a surtout de l’influence sur un public highbrow – Les critiques comme alliés objectifs du marché de l’art. – Les critiques font partie intégrante de l’appareil de production – Les critiques comme « médiateurs culturels » parmi d’autres18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 10
  11. 11. II.2. La critique et l’histoire culturelle• Michael Kammen, The Lively Arts. Gilbert Seldes and the Transformation of Cultural Criticism in the United States (1996).• Greg Taylor, Artists in the Audience. Cults, Camp, and American Film Criticism (1999).• Raymond J. Haberski, It’s Only a Movie. Films and Critics in American Culture (2001).• Antoine de Baecque, La Cinéphilie. Invention d’un regard, histoire d’une culture 1944-1968 (2003).• Reception Studies : études de cas.18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 11
  12. 12. II.2. La critique et l’histoire culturelle• Cadres de pensée : – Kammen : mutations de la culture américaine (1920-1960) – Haberski : essor et âge d’or de la critique de films américaine – de Baecque : âge d’or de la cinéphilie critique française (1940-1968)• Sources / méthodes : – Archives (institutions, individus) dont correspondance, journaux intimes – Interviews – Périodiques et ouvrages – Ecrits de critiques, textes théoriques (Taylor) – Études de cas (Haberski), biographie (Kammen)• Résultats: – Haberski : périodisation de l’histoire de la critique américaine – Kammen : tableau de la vie culturelle américaine – de Baecque : histoire intellectuelle des critiques français18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 12
  13. 13. II.3. La critique et l’économie de la culture• S. Cameron, « On the Role of Critics in the Culture Industry », Journal of Cultural Economics (1995).• Jehoshua Eliashberg et Steven M. Shugan, « Film Critics : Influencers or Predictors ? », Journal of Marketing (1997).• Suman Basuroy, S. Ravid, John Wald, « Distributors and Film Critics : Does It Take Two to Tango? », Journal of Cultural Economics (2006).• Stéphane Debenedetti, “La critique : menace ou alliée stratégique ? Une approche institutionnelle des relations entre les distributeurs et les critiques”, Théorème (2008).18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 13
  14. 14. II.3. La critique et l’économie de la culture• Problématique: comment les producteurs-distributeurs peuvent-ils optimiser leurs rapports avec les critiques ?• Sources / méthodes : – Outils des management studies – Statistiques – Presse corporatiste• Résultats : – Interdépendance entre critiques et producteurs (Cameron) – La critique = cartel qui fixe les préférences et non les prix (Cameron) – Les critiques = predictors ; peu d’influence sur les entrées en salles à la sortie ; bcp sur les bénéfices à long terme (Eliashberg & Shuman) – Les critiques = influencers + predictors (Basuroy et al.)18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 14
  15. 15. II. Les approches existantes de la critique de cinéma : bilan• Terrains abordés : – Réception du cinéma, cinéphilie, légitimité (sociologie) – Histoire culturelle, intellectuelle, des idées – Management des organisations, marketing (économie)• Omission de plusieurs aspects importants – Manque de travaux sur le métier de critique de cinéma – Manque d’analyse méthodique des discours critiques• Besoin d’une approche plus inclusive – Approche diachronique et synchronique => approche interdisciplinaire, voire transdisciplinaire ?18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 15
  16. 16. III. Créer une approche plus inclusive18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 16
  17. 17. III.1. Une approche plus inclusive : portrait-robot• Une approche diachronique/synchronique• Une approche qualitative et quantitative• La critique : objet d’étude principal• La critique : discours et métier18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 17
  18. 18. III.2. Disciplines à combinerDisciplines déjà présentes : – Sociologie-économie de la culture – Histoire culturelle (dont histoire des médias) – Etudes journalistiquesNouvelles disciplines : – Analyse de discours (AD) – Droit des métiers et des organisations – Anthropologie des médias18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 18
  19. 19. III.3. Inter-, pluri- ou transdisciplinarité ?• Typologie AERES : – Pluridisciplinarité : une discipline pilote – Interdisciplinarité : un projet commun – Transdisciplinarité : une nouvelle discipline Approche pluri-, voire interdisciplinaire. Comment faire travailler ensemble ces disciplines ?18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 19
  20. 20. III.4. Trois chantiers interdisciplinaires A. Le métier de critique Droit / sociologie des métiers-de la culture : – Typologie (reviewer, critic, scholar) – Aspects juridiques (contrats, relations avec distributeurs et éditeurs) – Professionnalisation – Organisations de critiques (National Society of Film Critics, New York Film Critics Circle, Alliance of Women Film Journalists, African-American Film Critics Association) : récompenses, relations avec autres associations => Difficulté à se procurer les sources juridiques => Sources : interviews, archives, contrats Sociologie / anthropologie / analyse du discours : – Rituels, pratiques – Relations festivals / critiques (Sundance) => Quels discours (textuels, oraux, visuels, audio-visuels) ?18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 20
  21. 21. III.4. Trois chantiers interdisciplinaires B. La critique de cinéma et le numérique => Socio-histoire des médias/AD/études journalistiques: - Périodiques en ligne : IndieWire, Filmmaker - Agrégateurs de critiques : Metacritic, Rotten Tomatoes - Blogs de critiques pb de délimitation du/des corpus textes souvent éphémères avant les années 200018/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 21
  22. 22. III.4. Trois chantiers interdisciplinaires C. Emergence et évolution des discours critiques AD / sociohistoire culturelle du cinéma : – Evolution des discours de légitimation / consécration – Création de notions et d’horizons d’attente : • Invention de noms de genres : film noir, road movie • Catégories : « cinéma indépendant américain » Pb : délimitation des corpus18/10/2012 Université Paris 13, Pléiade 22

×