Marie-­‐Anne	  Paveau	                 Université	  Paris	  13	  Nord	  h7p://penseedudiscours.hypotheses.org/	    h7p://t...
«	  Corpus	  linguisEcs	  does	  not	  exist	  »,	  Chomsky	  1999,	       cité	  par	  RasEer	  2005	  «	  La	  linguisEq...
1.	  La	  paire	  qualita.f/quan.ta.f	  est-­‐elle	     symétrique	  ?	  2.	  La	  nature	  du	  savoir	  linguis.que	  3....
1.1.	  «	  Les	  précisions	  de	  la	  linguis.que	  ne	  sont	  pas	  de	  celles	    qui	  sénoncent	  par	  des	  nomb...
1.2.	  Un	  exemple	  de	  qualita.f	  revendiqué	    Boch	  et	  al.	  2007	  Introduc.on	  A	   parEr	   de	   l’observ...
3.1.	  Pour	  une	  approche	  syntagma.que	  des	  marqueurs	  Un	   relevé	   lexico-­‐séman1que	   des	   marqueurs	   ...
Conclusion	  Ces	  marques	  lexicales	  ne	  peuvent	  être	  rapportées	  à	    des	   modes	   de	   construcEon	   des...
2.1.	   Un	   savoir	   à	   l’œil	   ou	   au	   trompe	   l’œil	   ?	   La	   ques.on	    de	  la	  connaissance	  vraie...
  Lemercier	  Zalc	  2008	  :	  17	  	  La	  quanEficaEon	  permet,	  par	  exemple,	  d’infirmer	  le	    lien	   fait	   ...
2.2.	  Du	  savoir	  augmenté	  aux	  culturonomics	  –	  culturonomics	  =	  culture	  +	  genomics	  –	   Michel	   et	 ...
2.3.	  L’instrument	  de	  l’ins.tu.on	  ?	    Lemercier	  Zalc	  2008	  :	  13	  Depuis	   2005,	   les	   appels	   à	 ...
3.1.	  La	  longue	  histoire	  du	  contexte	  dans	  les	  disciplines	  TDI	      Moirand	  2006	  :	  43	  Actuelleme...
3.2.	  Le	  contexte	  en	  linguis.que	  de	  corpus	    Guilhaumou	  2002	  §	   59	   Nous	   constatons	   donc	   qu...
  Mayaffre	  2010	  :	  13	  […]	   finalement,	   la	   linguisEque	   de	   corpus	   n’est	   rien	    d’autre	   qu’une...
Le	   corpus	   peut	   être	   en	   effet	   conçu	   comme	   une	    forme	   privilégiée	   du	   contexte.	   Plus	  ...
3.3.	  Problèmes	  posés	  	    Lemercier	  Zalc	  2008	  15-­‐16	   Les	   microhistoriens	   ne	   choisissent	   pas	 ...
4.1.	   Une	   perspec.ve	   symétrique	   pour	   le	   discours	   (Paveau	   2007,	   2009,	     2012a,	  Achard-­‐Bayl...
4.2.	  Il	  y	  a	  numérique	  et	  numérique	  (et	  numérique)	  –	   numérique	   1	   :	   numérisé	   pour	   l’anal...
4.3.	  Les	  produc.ons	  technolangagières	  –	  Un	  trait	  technolangagier	  est	  une	  caractérisEque	  de	        n...
4.4.	  Pour	  un	  traitement	  écologique	  des	  produc.ons	    technolangagières	  –	   la	   quesEon	   quali/quan.	  ...
Exemple	  1	  :	  traiter	  les	  énoncés	  produits	  sur	  le	  réseau	  social	    Facebook,	  Aït	  Saïdi,	  Ma7hey	  ...
Exemple	  2	  :	  le	  hashtag	  et	  la	  redocumentaEon	  par	  tweetdoc.	  Le	  cas	    de	  #RadioLondres	  
–	  Web	  3.0	  web	  de	  données	  –	  annonce	  (un	  peu	  rapide)	  de	  la	  «	  mort	  du	       discours	  »	  :	 ...
Conf map Amiens mai 2012 quali/quanti
Conf map Amiens mai 2012 quali/quanti
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Conf map Amiens mai 2012 quali/quanti

836 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
836
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
336
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Conf map Amiens mai 2012 quali/quanti

  1. 1. Marie-­‐Anne  Paveau   Université  Paris  13  Nord  h7p://penseedudiscours.hypotheses.org/   h7p://technodiscours.hypotheses.org/     @mapav8  
  2. 2. «  Corpus  linguisEcs  does  not  exist  »,  Chomsky  1999,   cité  par  RasEer  2005  «  La  linguisEque  de  corpus  prend  le  langage  comme   elle  le  trouve  »  Sampson  1994,  cité  par  Habert  et   al.  1997  
  3. 3. 1.  La  paire  qualita.f/quan.ta.f  est-­‐elle   symétrique  ?  2.  La  nature  du  savoir  linguis.que  3.  La  ques.on  du  contexte  4.  Ma.ères  technolangagières  
  4. 4. 1.1.  «  Les  précisions  de  la  linguis.que  ne  sont  pas  de  celles   qui  sénoncent  par  des  nombres  »  (Meillet,  Cohen  1924)    Habert  2005b  A   part   des   domaines   comme   la   psycholinguisEque,   la   phonéEque   et   la   phonologie,   une   bonne   parEe   de   la   recherche   linguisEque   ne   suppose   pas   dinstrument   par1culier.  Cest  en  tout  cas  un  implicite  largement  partagé,   en   parEculier   depuis   les   débuts   de   la   grammaire   généraEve.  Ce7e  situaEon  se  trouve  aujourdhui  bousculée   par  la  mulEplicaEon  […]  des  ouEls,  des  instruments  et  des   ressources   modifiant   les   condiEons   de   consEtuEon   dobservables   et   danalyse   de   données   en   sciences   du   langage.  A  côté  dune  linguis1que  sans  instrument,  simpose   clairement  une  linguis1que  «  à  linstrument  ».    
  5. 5. 1.2.  Un  exemple  de  qualita.f  revendiqué    Boch  et  al.  2007  Introduc.on  A   parEr   de   l’observaEon   d’un   corpus   d’arEcles   publiés   dans  le  champ  de  la  linguisEque,  ce<e  étude  propose   une  analyse  qualita1ve  et  exploratoire  des  marqueurs   lexicaux   de   la   convergence   (de   type   conformément   à   nos   hypothèses)   et   de   la   divergence   (de   type   contre   toute   a<ente)   par   rapport   aux   a7entes   de   l’auteur-­‐ chercheur  ou  de  la  communauté  scienEfique.  2.2.   La   construc.on   des   a2entes   comme   disposi.f   argumenta.f  Dès   lors   que   l’on   privilégie   une   observa1on   «   au   ras   du   texte   »,   la   noEon   d’a7ente   est   d’abord   à   concevoir   comme  un  disposiEf  rhétorique  général,  que  l’on  peut   définir  en  termes  de  stratégies  d’écriture.  
  6. 6. 3.1.  Pour  une  approche  syntagma.que  des  marqueurs  Un   relevé   lexico-­‐séman1que   des   marqueurs   révèle   que   certains   termes   foncEonnent   comme   des   clignotants   dans  le  repérage  et  interviennent  dans  des  expressions   relaEvement  figées.  -­‐   L’«   a7ente   »   et   ses   dérivés,   qui   peuvent   servir   à   indiquer   le   caractère   a7endu   (comme   a<endu,   chose   a<endue,   comme   nous   nous   y   a<endions,   comme   on   pouvait   s’y   a<endre),   ou   à   l’inverse,   la   surprise   (contre   toute   a<ente,   contrairement   à   nos   a<entes,   de   façon   ina<endue,  un  résultat  ina<endu)  ;  -­‐  la  «  prévision  »  (contrairement  à  nos  prévisions,  comme   cela  était  prévisible,  ces  résultats  sont  prévisibles)  ;  -­‐   la   «   convergence   »   (conformément   à   nos   hypothèses,   nos  postulats,  nos  a<entes,  aux  prévisions),  qui  sert  la   validaEon  posiEve  des  a7entes    
  7. 7. Conclusion  Ces  marques  lexicales  ne  peuvent  être  rapportées  à   des   modes   de   construcEon   des   savoirs   quen   tenant   compte   du   texte   dans   son   ensemble   ;   […] Non   seulement   la   quesEon   du   plan   de   texte   est   importante,   mais   la   construcEon   des   a7entes   de   manière  plus  générale  peut  se  présenter  sous  des   formes   variées.   Elles   appellent   une   approche   qualita1ve,   à   même   d’envisager   les   marques   lexicales  en  lien  avec  d’autres  et  au  niveau  global   du  texte.    
  8. 8. 2.1.   Un   savoir   à   l’œil   ou   au   trompe   l’œil   ?   La   ques.on   de  la  connaissance  vraie    Labbé  2001  (résumé  en  français)  La   distance   intertextuelle   quanEfie   les   proximités   entre   plusieurs   textes.   Elle   peut   être   mesurée   grâce   à   un   indice   normalisé   et   à   une   échelle   de   la   distance.   Ces   ouEls  peuvent  être  uElisés  pour  la<ribu1on  dauteur.   Une  applicaEon  est  présentée  sur  lun  des  cas  célèbre   de   la   li7érature   française   :   Corneille   et   Molière.   Le   calcul   fait   clairement   la   différence   entre   les   deux   œuvres   mais   il   démontre   aussi   que   Corneille   a   contribué  à  de  nombreux  chefs  d’œuvre  de  Molière.  
  9. 9.   Lemercier  Zalc  2008  :  17    La  quanEficaEon  permet,  par  exemple,  d’infirmer  le   lien   fait   par   les   contemporains   entre   peintres   étrangers   et   avant-­‐gardisme   à   Paris   au   début   du   XXe  siècle  (Joyeux-­‐Prunel  2007)  […]  Ces   réponses   amènent   d’autres   quesEons,   d’autant   plus   intéressantes   qu’elles   renvoient   aux   représenta1ons   des   acteurs   :   pourquoi   voient-­‐ils   ainsi   la   peinture   étrangère   […]   ?     Le   chiffre,   «   au   même   Etre   qu’un   fragment   de   texte   ou   un   qu’un   tesson  d’amphore  »,  peut  jouer  le  rôle  d’indice  et   orienter  une  intui1on,  en  plus  de  ses  foncEons  de   descripEon  et  de  définiEon  des  possibles  (Grenier   1995)  ?  
  10. 10. 2.2.  Du  savoir  augmenté  aux  culturonomics  –  culturonomics  =  culture  +  genomics  –   Michel   et   al.   2010   :   «   “Culturomics”   extends   the   boundaries   of   rigorous   quanEtaEve   inquiry   to   a   wide  array  of  new  phenomena  spanning  the  social   sciences  and  the  humaniEes.  »  –  h7p://books.google.com/ngrams  –   5,2   millions   de   livres   numérisés   par   Google   et   accessibles  librement  au  public,  soit  500  milliards   de   mots,   soit   4   %   des   livres   jamais   publiés   sur   Terre    
  11. 11. 2.3.  L’instrument  de  l’ins.tu.on  ?    Lemercier  Zalc  2008  :  13  Depuis   2005,   les   appels   à   projets   de   l’Agence   naEonale   pour   la   recherche,   qui,   pour   mimer   les   «   sciences   dures   »,   ont   remis   à   l’ordre   du   jour   le   modèle   de   la   grosse   base   de   données   consEtuée   pour   elle-­‐même   par   un   personnel   précaire,   tendant   d’ailleurs   à   faire   renaître   une   certaine   forme  de  traitement  quan1ta1f,  avec  le  risque  de   retomber  dans  d’anciennes  ornières.  
  12. 12. 3.1.  La  longue  histoire  du  contexte  dans  les  disciplines  TDI    Moirand  2006  :  43  Actuellement,   […]   je   me   situe   dans   une   concep1on   dynamique   du   contexte,   ce   qui,   pour  le  chercheur  en  analyse  du  discours  qui  travaille  sur  les  données  empiriques,   repose   sur   le   repérage   et   la   prise   en   compte   d’indices   de   contextualisaEon   de   niveaux   divers   au   fur   et   à   mesure   de   l’avancée   du   recueil   des   données   et   des   analyses  effectuées  (mais  pas  forcément  dans  l’ordre  de  l’énuméraEon  qui  suit)  :  –   le   cotexte   linguis.que,   le   cotexte   linéaire   du   «   fil   »   intratextuel   (le   fil   horizontal   du   discours  ou  le  fil  déroulant  de  l’interacEon  et  les  reprises  de  formes  diverses  qui   s’y  manifestent)  ;  –   le   contexte   sémio.que   et   situa.onnel   (le   «   hic   »   et   «   nunc   »   de   la   situaEon   de   communicaEon)  ;  –  le  contexte  des  séries  génériques  dans  lesquelles  s’inscrivent  les  unités  discursives   empiriques   recueillies   à   l’intérieur   d’un   domaine,   dans   une   situaEon   de   communicaEon  ou  sur  un  type  de  support  ;  –   et   enfin   le   contexte   socio-­‐historique   qui   entre   de   manière   exhibée   ou   cachée   dans   les   configuraEon   discursives,   donc   tout   ce   qui   relève   de   l’intertexte   et   de   l’interdiscours   (voire   de   l’histoire   conversaEonnelle),   ainsi   que   des   mémoires   collecEves  et  des  savoirs  partagés,  c’est-­‐à-­‐dire  de  l’histoire…    
  13. 13. 3.2.  Le  contexte  en  linguis.que  de  corpus    Guilhaumou  2002  §   59   Nous   constatons   donc   que   l’aspect   réflexif   du   discours   prend   une   importance   toujours   plus   grande   dans   la   procédure   de   formaEon   de   nouveaux   corpus.   Il   s’agit   en   effet  d’associer  dans  un  corpus  issu  de  l’ac1vité  langagière   de  locuteurs  précis  non  seulement  des  acteurs  stratégiques   et   des   acteurs   émergents,   des   experts   et   des   militants   ordinaires,  des  protagonistes  et  des  spectateurs,  mais  aussi   les   chercheurs   en   sciences   sociales   eux-­‐mêmes.   Nous   entrons   ainsi   dans   un   processus   de   co-­‐construc1on   des   corpus   où   la   quesEon   de   l’arEculaEon   du   discours   et   du   métadiscours   consEtue   une   dynamique   interne   à   la   formaEon  de  nouveaux  corpus.  §   61   La   réflexivité   du   discours,   thème   désormais   majeur   de   l’analyse  de  discours,  a  ouvert  la  voie  au  corpus  réflexif  non   seulement  sous  la  forme  du  «  très  grand  corpus  »  où  texte   et   contexte   se   retrouvent   dans   un   même   espace   construit,   mais   aussi   sous   la   forme   de   corpus   co-­‐construits   à   l’intérieur   desquels   le   point   de   vue   du   chercheur   est   l’une   des  données  majeures  de  la  construcEon  de  ces  corpus.  
  14. 14.   Mayaffre  2010  :  13  […]   finalement,   la   linguisEque   de   corpus   n’est   rien   d’autre   qu’une   linguis1que   endogène,   et   son   ouEllage  par  la  staEsEque  (endogène  par  essence)   apparaît  naturel  aussi  bien  chez  [Biber  1988,  1995,   1998],   [Habert,   Nazarenko   et   Salem   1997]   que   [Malrieu  et  RasEer  2001].  Matrice   du   sens,   le   corpus   entreEent,   dès   lors,   un   dialogue   direct   avec   la   noEon   de   co(n)texte   puisque   l’on   admet   que   la   co(n)textualisaEon   est   la  condiEon  de  la  maïeuEque  du  sens.  […]  Le  sens   naît   en/du   corpus   pourrait-­‐on   renchérir   liant   corpus  et  contexte  dans  une  rela1on  étroite,  quasi-­‐ synonymique.  
  15. 15. Le   corpus   peut   être   en   effet   conçu   comme   une   forme   privilégiée   du   contexte.   Plus   précisément,   nous   définissons   le   corpus   comme   la   forme   maximale  du  contexte  {30,  32}.  […]    Précisons   cependant   :   en   définissant   le   corpus   comme   forme   maximale   du   contexte,   nous   entendons   forme   maximale   formalisable   du   contexte,   car   le   contexte   (le   co-­‐texte   proche   ou   l’intertexte   plus   lointain)   est   insondable   et   à   proprement   parler   insaisissable.   Plus   loin   encore,   le  contexte  lorsqu’il  s’étend  au-­‐delà  du  co-­‐texte  ou   de   l’intertexte   pour   toucher   à   la   situaEon   socio-­‐ historique   et   aux   condiEons   de   producEon   des   discours   est   une   chose   qui   échappe   pour   par1e   aux  études  strictement  linguis1ques.  
  16. 16. 3.3.  Problèmes  posés      Lemercier  Zalc  2008  15-­‐16   Les   microhistoriens   ne   choisissent   pas   nécessairement   d’abandonner   formalisaEon   et   modélisaEon.  […]  Ce  qui  est  criEqué,  est  un  travail  de   quan1fica1on   u1lisé   pour   me<re   au   jour   des   structures   préexistantes,   de   fait   déjà   connues   [...]   La   démarche   est   rejetée   au   profit   d’une   reconstrucEon   du  passé  à  parEr  de  traces  ou  d’indices.  Carlo  Ginzburg   en  appelle  ainsi  à  passer  du  «  paradigme  galiléen  »  au   «   paradigme   indiciaire   »   (...)   Il   refuse   le   mythe   d’une   histoire  scienEfique,  où  le  tableau  de  chiffres  est  en  soi   une   conclusion   pour   redonner   une   dignité   à   l’interprétaEon  de  traces    ».  17   Mais   comment   savoir   si   un   individu   est   excep1onnel   avant   d’avoir   évalué   les   grands   traits   du   groupe   dont   nous   l’extrayons   ?   …   retour   entre   quanEtaEf   et   qualitaEf.  
  17. 17. 4.1.   Une   perspec.ve   symétrique   pour   le   discours   (Paveau   2007,   2009,   2012a,  Achard-­‐Bayle  &  Paveau  2012)  –  Le  discours  est  une  ma1ère  langagière  consEtuée  par  son  intégra1on  dans   les  environnements  quelle  que  soit  leur  nature    –   Discours   :   ensemble   de   producEons   verbales   élaborées   dans   un   environnement   dont   les   paramètres   sont   à   la   fois   humains   et   non   humains,   explicites,   implicites   et   tacites   (les   prédiscours)   et   qui   ne   peuvent  en  être  isolés  :  l’environnement  de  producEon  des  énoncés  est   cons1tu1f  de  leur  descripEon,  leur  foncEonnement  et  leur  sens  –  éviter  le  logocentrisme  et  «  l’égocéphalocentrisme  »  (Paveau  2012)  –   Cet   environnement   est   mixte   :   toutes   ses   données   entrent   en   ligne   de   compte   dans   l’élaboraEon   des   discours,   le   social,   le   culturel,   le   poliEque,   l’esthéEque,  l’éthique,  le  biologique,  technique,  objectal,  matériel,  etc.    –   Les   catégories   sont   pensées   comme   ouvertes   les   unes   sur   les   autres,   et   non  closes  dans  leurs  fronEères.  Par  exemple  :  penser  le  poliEque  avec   ce  qui  le  traverse  d’éthique,  de  culturel  ou  de  social  
  18. 18. 4.2.  Il  y  a  numérique  et  numérique  (et  numérique)  –   numérique   1   :   numérisé   pour   l’analyse   –   sens   le   plus   fréquent   dans   la   linguisEque   de   corpus   –   numéraisaEon   à   parEr   de   textes   imprimés   linéaires   donc   des   producEons   navigables   –   en   ligne  ou  hors  ligne  –  numérique  2  :  scanné  (non  navigable)  ou  numérisé   (navigable)   pour   la   lecture   –   dans   l’édiEon     –   en   ligne  –  exemple  des  revues  mises  en  ligne  –  numérique  3  :  produit  naEvement  en  ligne      +  3a  :  écriture  linéaire  (sans  liens  hypertextuels  ni   intégraEon   de   médias   et   hypermédias)   :   textes   li7éraires  ou  scienEfiques  par  exemple    +  3b  :  écriture  délinéarisée  par  liens,  hypermédias,   polyénonciaEon  (commentaires,  wikis),  etc.  
  19. 19. 4.3.  Les  produc.ons  technolangagières  –  Un  trait  technolangagier  est  une  caractérisEque  de   nature  composite  due  à  la  producEon  du  langage  dans   un  disposiEf  d’écriture  numérique  –  Exemples  :    +  l’hyperlien,  mot  ou  un  segment  technolangagier  car   cliquable  et  support  d’hypertexte  +  le  hashtag  sur  le  réseau  Twi7er  (Paveau  2012a),  un   technomorphème  car  permet  par  clic  de   redocumenter  un  thème  ou  une  informaEon  +  les  boutons  de  partage  d’informaEon,  qui  sont  des   formes  technodiscursives  de  discours  rapportés   (Paveau  2011,  2012b)  +  certains  genres  de  discours  sont  technodiscursifs  :  la   demande  d’ami.é  sur  Facebook,  qui  passe   nécessairement  par  le  bouton  «  ajouter  »  
  20. 20. 4.4.  Pour  un  traitement  écologique  des  produc.ons   technolangagières  –   la   quesEon   quali/quan.   semble   se   dissoudre   sous   des   interrogaEons   qui   touchent   à   l’équipement   global   de   la   linguisEque   pour   penser   la   technodiscursivité  des  écritures  naEves  en  ligne  –   le   traitement   quanE   implique   une   extrac.on   de   l’écosystème   numérique   =>   logocentrisme   ou   égocentrisme    –  le  traitement  quali  reste  inadapté  faute  d’ou.ls  =>   disEncEon   binaire   maintenue   entre   langagier   et   non-­‐langagier)  
  21. 21. Exemple  1  :  traiter  les  énoncés  produits  sur  le  réseau  social   Facebook,  Aït  Saïdi,  Ma7hey  2012  
  22. 22. Exemple  2  :  le  hashtag  et  la  redocumentaEon  par  tweetdoc.  Le  cas   de  #RadioLondres  
  23. 23. –  Web  3.0  web  de  données  –  annonce  (un  peu  rapide)  de  la  «  mort  du   discours  »  :  Mounier  2011  –  mais  «  renaissance  rhétorique  »  par   redocumentaEon  des  données  :  visualisaEon  de   données,  journalisme  de  données,  curaEon  de   données  (par  exemple  tweetdoc)  –  enjeu  important  :  que  la  linguistqiue  se  saisisse  de   ces  objets  numériques  naEfs,  en  parEculier  le   document,  laissé  pour  le  moment  à  d’autres   disciplines  (Pédauque  2003)  

×