Map conf sherbrookeonline

657 vues

Publié le

diaporama de la conférence plénière "discours hors-normes" 11 juin 2015 université de sherbrooke

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
657
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
289
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Map conf sherbrookeonline

  1. 1. + Marie-Anne Paveau, Université de Paris 13, EA Pléiade Les pas de côté de l’analyse du discours. Du corps et de la technique dans les corpus contemporains ma.paveau@orange.fr http://penseedudiscours.hypotheses.org Colloque international « Analyse des discours hors-normes » 10-12/06/2015 Université de Sherbrooke (Québec, Canada)
  2. 2. + Introduction. Normes des théories du discours et normes des discours !  concept de norme : écheveau indémêlable !  langue : norme/règle, norme objective/subjective, endogène/ exogène, savantes/sociales (Siouffi 2011) !  discours : définition/description diffuse dans corpus pédagogique, discours sociaux, capital social/culturel !  savoirs socio-cognitifs des genres (< Bakhtine) => critères situés (historique, culturel, social, âge, etc.) !  normes du discours : entre langue et discours !  passer par le lien avec la raison < Macherey, Le sujet des normes 2014
  3. 3. + Introduction !  Macherey 2014 : 19 A première vue, les notions de raison et de norme sont appariées, voire même indissociables. Normer ou normaliser, c’est assurer, dans un domaine donné, la mise en conformité de ses éléments à une règle commune, donc unifier un divers conformément à l’idéal de rectitude qui inspire en principe et dirige en fait toute opération menée sous la conduite de la raison. […] => raison, commun, unification
  4. 4. + Introduction !  Macherey 2014 : 21 Être dans la norme, ou, pour reprendre la formule qui a été utilisée précédemment, « tomber droit », conformément à une exigence qui cherche sa garantie ultime du côté de la raison, c’est en réalité un état provisoire dont la stabilité est relative, dans la mesure où elle consiste, pour reprendre le cas examiné par Canguilhem, à « mener une existence quasi incompatible avec la maladie » : et toute la portée de cette formule se trouve concentrée dans le « quasi », qui en suspend le caractère uniment positif d’intangible. => provisoire
  5. 5. + !  Perspective : « Analyse des discours hors-normes (HN) : approches, concepts et méthodes » => perspective « concept » !  Approches : – philosophie du discours (Paveau 2010) : rendre compte des positions philosophiques impliquées dans les productions discursives – épistémologie des sciences humaines et sociales : connaissances, théories et méthodes – objets, observables et corpus de l’AD
  6. 6. + Introduction !  Question de recherche : – articulation entre normes épistémologiques situées (historiques, sociales, politiques, etc.) des théories du discours et normes épistémologiques situées des normes du discours => niveau des normes des normes, approche métanormative !  Proposition : – en France, depuis 1980 environ, la normativisation des corpus de discours choisis et des options théoriques et méthodologiques légitimées est due au fonctionnement normatif de la linguistique – la modification de cette situation passe plus par des déplacements épistémologiques que des choix de corpus discursifs
  7. 7. + Plan de l’intervention 1. « La linguistique est une science normative » (Auroux 1998) 2. Normes épistémologiques de l’analyse du discours 3. Déplacer les standards. Technodiscours et corps-discours Conclusion. Un second pas de côté pour l’AD : penser les matières discursives composites Références
  8. 8. + 1. « La linguistique est une science normative » (Auroux 1998)
  9. 9. + 1.1 Des corpus inanalysables ? !  deux exemples de corpus inanalysables dans les normes épistémologiques actuelles : – discours natifs du web (Paveau 2015), réseaux socionumériques Twitter – Pinterest – Deezer – Wattpad – corps-discours (Paveau 2014) Project Unbreakable – Battling Bare
  10. 10. + Project Unbreakable. Page d’accueil du site. 2012
  11. 11. + 1.2 La perspective de l’épistémologie sociale !  Bouvier & Conein 2007 : 18 Le point de départ en quelque sorte naturel de l’épistémologie sociale est de prendre acte de ce que nous n’avons aucune « intuition » directe de bien des phénomènes ; ils ne nous sont connus que par l’intermédiaire des autres. Alors que l’épistémologie individuelle se focalise sur les sources dites « directes » de la connaissance, i.e. celles auxquelles le sujet a lui-même accès (la perception, la mémoire, le raisonnement), l’épistémologie sociale va se soucier des sources indirectes de la connaissance, tel le témoignage, qui reposent forcément sur la confiance ou sur l’autorité qu’on accorde à autrui en telles ou telles matières. => dépendance et déférence épistémique => construction sociale et collective de la connaissance
  12. 12. + !  dimension normative de l’épistémologie sociale : porte jugements de validité sur normes mises en pratiques par les acteurs décrits => norme de la norme : métanorme !  Kitcher 2007 : 56 Dans notre pensée abstraite comme dans notre expérience perceptuelle, les conclusions que nous tirons dépendent du répertoire conceptuel que nous utilisons et de nos habitudes à activer ou inhiber les croyances que nous avons apprises. L’absorption précoce des traditions de notre société nous influence même sur des points pour lesquels nous paraissons les plus capables de tenir nos vies épistémiques entre nos mains.
  13. 13. + 1.3 « Le corpus n’abolit pas la norme » (Auroux 1998) !  Auroux 1998 chapitre 3 « La linguistique est une science normative » => inéliminabilité des normes 233 Une science non normative, au premier abord, c’est un ensemble de descriptions, c’est-à-dire de constatations empiriques et de lois, soumis aux principes de confirmation et de falsification empirique. 240 La norme descriptive part des faits, c’est-à-dire en linguistique des actes singuliers de parole ou encore de l’usage (au sens de la méthode du corpus). C’est l’observation de l’usage ou des actes de parole qui semble éliminer la normativité. Il est clair qu’il y a des régularités dans l’usage. Une théorie linguistique peut-elle s’en tenir à la description de ces régularités ? Nous pensons qu’assurer l’élimination de la normativité par ce biais est une solution illusoire, et qu’elle peut être contestée par de nombreux arguments. Si vous observez une régularité vous laissez entier le problème de l’explication des phénomènes. Or le recours à la norme est une façon d’expliquer les régularités […].
  14. 14. + 2. Normes épistémologiques de l’analyse du discours
  15. 15. + 2.1 Le premier pas de côté de l’analyse du discours en France !  expression Pas de côté < psychanalyse : décrire propositions qui s’écartent d’un courant principal, un mainstream – une réflexivité spatialisée !  Michel de Certeau : le meilleur regard sur le monde n’est pas forcément le plus direct et le plus scrutateur - « faire un pas de côté » : manière d’inventer l’histoire (< Luce Giard) !  désigne un placement du corps en boxe (également équitation)
  16. 16. + !  Wikipédia, article Pas de côté (sport de combat) Un pas de côté, (en anglais, side-step), dans les sports de combat, est un placement du corps hors de l’axe d’attaque adverse par déplacement d’un ou de deux appuis. Certains spécialistes parlent également de « décalage » (un pied en dehors du couloir direct d’affrontement) et de « débordement » lorsque l’on sort du couloir direct d’affrontement.
  17. 17. + !  origines de l’AD en France groupe Pêcheux & Dubois (< traduction Harris Langages 1969) : « pas de côté » épistémologique => notion de discours & linguistiques TDI !  à l’époque : la notion même de discours est hors-norme (limites de la phrase et frontières de la linguistique) !  années 1960-70 analyse interne phrastique normée, l’AD (TDI) est hors-norme / actuellement coexistence de deux normes épistémologiques (mais AD-TDI souvent exclue de l’énoncé des normes de la linguistique) !  premiers corpus écrit normé voire cultivé : restriction conjoncturelle !  => insuffisant de faire peser les normativités sur les seules formes des discours => prises dans les normativités ou hors-normativités produites par les théories du discours
  18. 18. + !  très tôt dans l’AD réflexion sur la normativité des corpus !  Pêcheux 1981 : !  Gadet Mazière 1986 : 38 sur « la façon dont l’oral “fait discours” » : L'histoire de la grammaire nous a cependant habitués à distinguer réel de la langue et système descriptif. L'absence de recouvrement total entre faits et description n'est-elle pas surtout due à l'habitude de ne poser des questions que dans les termes de l'écrit ?
  19. 19. + 2.2 La « force oppressive des standards » (Kitcher 2007) !  le fait du discours normé n’est pas dépendant de la théorie du discours !  plus domination que norme, plus politique que scientifique ou social ou de société !  modèles dominants, légitimés, assénés et imposés comme mainstreams incontournables : normativisation des approches => restriction types de corpus analysables & silence sur traits spécifiques de certains corpus mais bénéfices !  Kitcher 2007 : 76 Le défi […] est de répondre aux inquiétudes légitimes concernant la force oppressive des standards sans abandonner les bénéfices que la recherche de tels standards rend possibles.
  20. 20. + !  Exemple du dialogisme : définition et une description théorique, regard sur le discours vs écrit / de l’ordre de la matière discursive objective !  programmation épistémique qui a donné lieu à une essentialisation (Paveau 2010) – notion non linguistique – Moirand : « un concept pour penser avec » !  pas de retour critique, accord théorique et méthodologique général et pourtant : dialogisme option théorique reposant sur choix philosophiques vs description de la nature de la production langagière !  => norme épistémologique située
  21. 21. + 3. Déplacer les standards. Technodiscours et corps- discours
  22. 22. + 3.1 Du logocentrisme à la technodiscursivité/ corpodiscursivité !  Logocentrisme deux dimensions : – attribuer/conserver une nature langagière aux discours natifs du web (DNW) – analyser les DNW par extraction dans leur dimension langagière seule mais : – technodiscursivité : formes composites [langage + technique] – l’écosystème du web/environnement constitutif de la discursivité => propositions de l’ADN (analyse du discours numérique)
  23. 23. + Dimension technique des formes langagières !  question à laquelle la discipline SL ne peut pas répondre : comment rendre compte en termes linguistiques de la forme langagière des mots cliquables, hypertextuels, qui rendent un énoncé navigable en contexte connecté ? !  pas de description pour : – pseudos Twitter : [@ + segment langagier] – hashtags : [# + segment langagier avec contraintes graphiques] => redumentation – liens : INF chaîne de caractères ASCII ≠ LING « suite de segments langagiers et chiffrés et autres signes » : phrase ? locution ? – plus généralement pour tous les mots cliquables (par ex : mots- consignes des RSN) – et comment intégrer la couleur à la description linguistique ? !  technomot : segment (entier de discours) cliquable doté de traits technolangagiers (@, #, couleur…) permettant la navigation hypertextuelle (accès à d’autres technodiscours) et éventuellement la redocumentation (cas du hashtag et des tags en général)
  24. 24. + Technomots
  25. 25. + 3.2 Séparabilité du contexte : les limitations actuelles !  Rappel : il est question du mainstream !  Kerbrat-Orecchioni 2012. Notion d’influence et interne vs externe < position dualiste – « 2. Contexte défini comme “ensemble d’éléments qui influencent l’interprétation” vs contexte comme “pur environnement” » – « Cette définition distingue deux types de contextes qui sont en réalité tous deux susceptibles d’avoir de l’influence sur l’unité envisagée […] Mais pour l’heure, intéressons-nous à la diversité des influences qu’ils peuvent exercer sur un segment discursif quelconque, et en particulier sur les effets possibles du contexte sur l’interprétation. »
  26. 26. + !  « […] deux grands types de contextes, le contexte interne (contexte « linguistique », « discursif », « endogène » ou « séquentiel » […]) vs externe (« extralinguistique » ou « exogène »). » !  « Si donc la distinction entre données « internes » et « externes » n’est pas une vue de l’esprit (il y a bien des énoncés, et des choses autour), d’un point de vue descriptif la question pertinente se pose en ces termes : quels sont les types de savoirs nécessaires à l’interprétation du segment discursif soumis à l’analyse […] ? »
  27. 27. + 3.3 Linéarisme des énoncés : vers la délinéarisation !  délinéarisation en réception comme en production !  sur le web 2.0 conversationnel, la distinction lire/écrire s’efface : concept de « read-write » !  phénomènes de délinéarisation : – liens hypertexte en lecture et production (EX) – économie des « pages » (colonnes, widgets, bookmarklets sur barres d’outils, alertes diverses, etc.) – partage & technodiscours rapporté
  28. 28. + Exemple : le lien dans un billet de blog !  geste de technécriture dans le blogging : insertion de lien à valeur énonciative (assure l’hétérogénéité discursive par mention hypertextuelle d’un discours autre) !  4 étapes : marquer le segment, ouvrir une fenêtre d’insertion, copier le lien, insérer le lien => délinéarisation du fil du discours en production, possibilité délinéarisante en réception (couleur)
  29. 29. + Exemple. Le lien dans un billet de blog. Étape 1 surligner le segment à marquer
  30. 30. + Le lien. Étape 2 ouvrir la fenêtre « insérer/ modérer un lien »
  31. 31. + Le lien. Étape 3 coller l’url concerné
  32. 32. + Le lien. Étape 4 insérer le lien
  33. 33. + Le lien sur billet publié
  34. 34. + 3.4 La prévisibilité des énoncés : vers la dépendance algorithmique et l’augmentation !  imprévisibilité des énoncés en ligne : – hors ligne, ce que j’écris correspond à ce que j’ai eu l’intention d’écrire, je maîtrise ma production (≠ réception) – en ligne : 1.  algorithmes, templates, clients, outils divers formatent le discours (EX) 2.  commentaires augmentent les énoncés (billets de blog, statuts Facebook, Tweets, etc.) => je ne sais pas exactement ce que devient ce que j‘écris
  35. 35. + Contraintes des algorithmes et templates : exemple @=>FB et clients & outils Twitter
  36. 36. + Techno/Corps-discours augmenté par les commentaires
  37. 37. + 3.5 De l’objectivisation à la contextualisation technorelationnelle Subjectivité intrinsèque des corpus des RSN !  rendre compte de la contextualité particulière des comptes RSN – contextes absolument individuels => corpus subjectifs - réseaux de liens !  proposition ADN : notion de contextualisation technorelationnelle !  deux points de réflexion : – nécessité d’être usager.e/praticien.ne pour les DNW – accessibilité / représentativité des corpus – comptes Facebook, client Twitter pour gérer les conversations – interrogation de la validité des grands corpus ≠ presse par ex (identité des énoncés en production), car les énoncés des RSN n’ont pas d’existence objective en production comme en réception
  38. 38. + Conclusion. Un second pas de côté pour l’AD : penser les matières discursives composites !  => discours HN sont hors des normes épistémologiques et institutionnelles des disciplines !  => modifier la nature de l’objet et de l’observable – abandonner le logocentrisme, prendre comme objet l’environnement / l’écosystème en intégrant l’usager et ses subjectivités !  => modifier la définition de la matière langagière et du discours => matières composites des technodiscours et corps-discours
  39. 39. + Références !  Auroux Sylvain, 1998, La raison, le langage et les normes, Paris, PUF. !  Bouvier Alban, Conein Bernard, 2007, L’épistémologie sociale. Une théorie sociale de la connaissance, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. !  Certeau Michel (de), 1990 [1980], L'invention du quotidien, I : Arts de faire, Éd. Luce Giard, Paris, Gallimard. !  Gadet Françoise, Mazière Francine, 1986, « Effets de langue orale », Langages 81, 57-73. !  Kerbrat-Orecchioni C., 2012, « Le contexte revisité », CORELA - RJC Cotexte, contexte, situation : http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=2627 !  Kitcher Philip, 2007, « Contraster les différebtes conceptions de l’épistélmologie sociale », trad. N. Baumard, dans Bouvier Alban, Conein Bernard, 2007, L’épistémologie sociale. Une théorie sociale de la connaissance, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 55-80.
  40. 40. + !  Macherey Pierre, 2014, Le sujet des normes, Paris, Éditions Amsterdam. !  Paveau Marie-Anne – 2010 : « La norme dialogique. Propositions critiques en philosophie du discours », Semen 29, 127-146, http://semen.revues.org/8793 – 2014 : « Quand les corps s’écrivent. Discours de femmes à l’ère du numérique », dans Bidaud É. (dir.), Recherches de visages. Une approche psychanalytique, Paris, Hermann, p. 207-241. – 2015 [2014], « Ce qui s’écrit dans les univers numériques. Matières technolangagières et formes technodiscursives », Itinéraires ltc, 2015 [2014-1], http://itineraires.revues.org/2313 !  Pêcheux Michel, 1981, « L’étrange miroir de l’analyse du discours », Langages 62, 5-8. !  Siouffi Gilles, 2011, « Les variantes ont-elles une normativité ? », dans Bertrand O. et Schaffner I. (dir.), Variétés, variations et formes du français, Palaiseau, Presses de l'École Polytechnique, 13-30.

×