■ EURO-2012El Watan         LE QUOTIDIEN INDÉPENDANT - Mercredi 27 juin 2012                                              ...
El Watan - Mercredi 27 juin 2012 - 2                                                                                      ...
El Watan - Mercredi 27 juin 2012 - 3                                                                                    L’...
El Watan - Mercredi 27 juin 2012 - 4C O L L O Q U E I N T E R N AT I O N A L E L WATA N
El Watan - Mercredi 27 juin 2012 - 5                                                                                    L’...
El Watan - Mercredi 27 juin 2012 - 6                                                                                CONTRI...
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Journal   el watan du 27.06.2012
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Journal el watan du 27.06.2012

9 177 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
9 177
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Journal el watan du 27.06.2012

  1. 1. ■ EURO-2012El Watan LE QUOTIDIEN INDÉPENDANT - Mercredi 27 juin 2012 Espagne-Portugal pour la finale et pour la gloire ÉDITION DU CENTREN° 6597 - Vingt-deuxième année - Prix : Algérie : 15 DA. France : 1 €. USA : 2,15 $. ISSN : 1111-0333 - http://www.elwatan.com LIRE EN PAGE 26 TOMATE INDUSTRIELLE Réouverture ■ Huit unités viennent de v bénéficier d’un soutien BADR, allant du financier de la B rachat de leurs dettes auprès des de huit usines autres banques à l’attribution campagne de crédits de ca permettant perm d’acquérir la matière d’a première auprès des pre agriculteurs ag ■ La filière emploie environ 140 000 en travailleurs. Les tra huit unités h ont nécessité chacune un investissement d’environ 200 milliards de centimes et disposent d’une d capacité de 750 t/ c jour. PHOTO : D. R. LIRE L’ARTICLE DE ALI TITOUCHE EN PAGE 7 PRATIQUE ILLÉGALE LE DGSN, ABDELGHANI HAMEL, L’A AFFIRMÉ HIER DE CHIRURGIE DENTAIRE CINQ SYRIENS «LE TERRORISME DANS ARRÊTÉS À ALGER ■ Des praticiens étrangers non diplômés exercent en LES VILLES EST NUL» ■ Le DGSN omet de signaler que le toute impunité dans les marchés, les cafés et autres commerces à travers le pays ■ Le conseil de l’Ordre terrorisme a frappé tout récemment deux des dentistes s’est constitué partie civile et dénonce villes à grande densité de population, la prolifération de ces «praticiens» étrangers. Tizi Ouzou et Bouira ■ M. Hamel est LIRE L’ARTTICLE DE DJAMILA KOURTA EN PAGE 5 également revenu sur son projet de retraitCONTRIBUTION Par Tarek Mira de la police des stades. LIRE L’ARTICLE DE K. SACI EN PAGE 3 Quelle Constitution AFFAIRE DU PORT D’ALGER et quel processus PHOTO : B. SOUHIL DEUX POLICIERS ET UN CIVIL de légitimation ? LIRE EN PAGE 6 SOUS MANDAT DE DÉPÔT LIRE L’ARTICLE DE SALIMA TLEMÇANI EN PAGE 3 PUBLICITÉ
  2. 2. El Watan - Mercredi 27 juin 2012 - 2 L’ACTUALITÉABDELKADER CHERRAR. Membre du Comité central du FLN«Belkhadem manœuvre pour l’organisation d’une élection présidentielle anticipée» Propos recueillis par cles du pouvoir pour barrer la route rentrer dans les rangs ? et aux revendications des couches les Omar Berbiche à Belkhadem dans la perspective de Nous avons le temps pour nous. plus défavorisées de notre société. Le la prochaine présidentielle. Où est la Chaque jour, Belkhadem suscite de FLN est et doit rester le grand parti du Lors de la dernière session du Co- vérité dans tout cela ? nouveaux mécontentements. Que dira- peuple qu’il a été. Il ne faut pas oubliermité central du FLN, le secrétaire Personne ne nous instrumentalise, t-il demain, lorsque le remaniement du que Belkhadem et certains membres dugénéral du parti, M. Belkhadem, a op- personne ne nous dicte quoique ce gouvernement aura lieu, aux soixante- bureau politique qui le soutiennent en-posé au mouvement de redressement, soit. Il y avait un mécontentement, des dix personnes auxquelles il a promis un core ont été membres du CC du temps duqui réclame son départ de la tête du questionnements sur la gestion uniper- portefeuille ? Déjà, la grogne touche les parti unique. Belkhadem était lui-mêmeparti, le plébiscite qu’il aurait obtenu sonnelle du parti. Il y eut un mouvement députés membres du CC écartés de l’en- membre du BP en 1990. Par ailleurs,du CC par des voix que vous contestez. organisé de contestation qui a vu le jour cadrement des structures de l’APN dont le FLN a toujours été traversé par desPeut-on revenir succinctement sur les il y a presque deux ans. Par contre nous au moins cinq postes ont été réservés par courants, y compris du temps du partipéripéties de ce vote ? PHOTO : D. R. sommes déterminés à le déboulonner du lui-même à des hommes d’affaires. En unique. Aujourd’hui, il y a une sainte Il n’y a eu ni vote, ni ouverture de la poste de SG qu’il usurpe et lui barrer la un mot comme en cent, nous sommes dé- alliance de tous les courants pour sortirsession, ni constitution du bureau de la route de 2014, même s’il utilise tous les terminés et ses menaces de nous exclure Belkhadem. Il n’a autour de lui que lesession. Il est entré par la force, utilisant Abdelkader Cherrar stratagèmes pour se maintenir et nous su- n’y changeront rien. courant opportuniste.plus d’une centaine de personnes étran- bodorons qu’il est prêt à lancer toutes ses De nombreux caciques du parti Faut-il mettre le FLN au musée pourgères au CC, son groupe du CC se tenait postes de ministres, d’ambassadeurs, de forces pour créer une crise et obliger le dont certaines figures ont fait les préserver le FLN de Novembre commeuniquement sur la tribune, il a exhibé une sénateurs. Il a aussi menacé les plus vul- président à organiser l’élection présiden- «beaux jours» du parti unique se le réclament beaucoup de nationalistesfeuille que personne n’a pu lire ni vérifier nérables, des fonctionnaires notamment tielle anticipée début 2013. Belkhadem retrouvent dans un même combat et qui plaident pour interdire l’utilisa-le contenu sous les cris d’«irhal». Il était et des cadres d’institutions et d’organis- est aujourd’hui hors contrôle. Il n’est mu animent pour certains d’entre eux le tion du sigle du FLN et sa mémoirenoir, rapetissé, recroquevillé entre ses mes publiques. Malgré cela, les défec- que par son ambition de devenir prési- mouvement de redressement après pour des ambitions de pouvoir ?baltaguia qui essayaient de l’applaudir et tions ont été marginales, vite comblées dent. Il n’obéit qu’à sa stratégie de prise être tombés en disgrâce aux yeux de la Je ne pense pas que le vrai FLN aitde le plébisciter. Devant l’incapacité de par d’autres membres du CC écœurés par de pouvoir et il est décidé à entrer en direction actuelle du FLN. Quelle peut terminé sa mission libératrice et dese faire entendre et de retourner la salle les méthodes de Belkhadem. rébellion contre le président lui-même. être la crédibilité d’un tel attelage hé- construction de l’Etat national juste auà son avantage, il a déclaré la levée de la Pour certains analystes, la résur- Maintenant si d’autres personnes ou téroclite aux ambitions et sensibilités moment où il opère sa mue pour devenirséance et a quitté la salle. rection à la dernière réunion du CC groupes de personnes sont ravis de voir aussi divergentes ? un parti démocrate et démocratique. Plus Le mouvement de redressement a de Belkhadem que les animateurs déchoir Belkhadem, tant mieux pour eux Ils sont membres du CC. Il s’agit d’an- tard, ça sera une autre question. Il est vraimontré des signes de division après les de votre mouvement donnaient pour ! Nous, nous ne voyons que l’intérêt de ciens moudjahidine qui donnent au mou- qu’entre le FLN des masses populairestravaux du CC et la reconduction de politiquement fini et hors course est notre parti. vement sa caution et sa légitimité, même et un FLN de Belkhadem au serviceBelkhadem à la tête du parti. Reposi- le signe évident d’un puissant soutien Quel avenir à présent pour le mou- s’ils sont des figures du parti unique. Ce d’une caste de nantis et de milliardaires,tionnements opportunistes… dont bénéficierait le secrétaire géné- vement de redressement après les sont eux qui nous relient au mouvement de la corruption et de l’argent sale, le Certains membres du CC ont quitté le ral du parti de la part de Bouteflika. résultats obtenus par le FLN sous la national et aux valeurs de Novembre préserver des faussaires et des usurpa-mouvement avant la date du CC. Il faut D’autres estiment que votre mouve- direction de Belkhadem aux dernières dont s’est départi Belkhadem qui veut teurs serait une obligation et un devoirdire que Belkhadem a usé de la politique ment n’a rien de spontané et qu’il est législatives et la messe dite au CC en sa faire du FLN un parti ultra-libéral tour- de mémoire vis-à-vis de la génération dede la carotte et du bâton, promettant des à son tour instrumentalisé par des cer- faveur ? Allez-vous rendre les armes et nant le dos aux attentes, aux aspirations Novembre. O. B. ANDRÉ PARANT, NOUVEL AMBASSADEUR SITUATION SÉCURITAIRE AU SAHEL DE FRANCE EN ALGÉRIE Rencontre des chefs des services «Une nouvelle impulsion aux relations de renseignements africains La crise sahélo-sahélienne n’en finit pas de le Mali vit une crise sans précédent, entre les deux pays» susciter rencontres et réunions au sommet. Après le bal diplomatique qui a animé Alger dont les risques de débordements aux pays frontaliers ne sont pas à écarter. ces dernières semaines, une rencontre des Ahmed Ouyahia a souligné, dans sonL eExcellencedonner une «nouvelle impulsion» et Son nouvel ambassadeur de France en Algérie,était venu de André Parant, a indiqué que le moment une français. Pour M.Parant, la relation entre l’Algérie et la France est «unique par la force et la densité des liens historiques, politiques, économiques et humains qui services de renseignements et de sécurité africains a eu lieu hier avec la présence du allocution d’ouverture des travaux, le rôle «primordial» du Comité international des«nouvelle ambition» à la relation entre l’Algérie et la existent entre nous». «Elle est aussi essentielle de par Premier ministre, Ahmed Ouyahia. Il s’agit services de renseignements et de sécuritéFrance. «Le moment est venu de lui donner (relation notre capacité à résoudre ensemble un certain nombre de la 9e session du Comité international des africains (CISSA) dans la préservation dealgéro-française) une nouvelle impulsion, une nou- de défis communs, dont dépendra très largement notre services de renseignements et de sécurité la paix et de la sécurité en Afrique. «La africains (CISSA), qui a vu aussi la présence préservation de la souveraineté de nosvelle ambition et de lui conférer toute l’envergure mais avenir», a ajouté M. Parant qui a souligné que cette du président de la Commission africaine, pays et des acquis de nos indépendancesaussi la sérénité et la chaleur qui conviennent», a dé- relation «mérite, par conséquent, toute notre attention Jean Ping, et du directeur général sortant demeurent une quête permanente et uneclaré M. Parant à la presse à l’issue de l’audience que et tous nos efforts ». «Au moment où l’Algérie célèbre du CISSA, Mohamed Atta El Moula Abbès, préoccupation de tous les instants», alui accordée, avant-hier, le président de la République, le 50e anniversaire de son indépendance, il est temps et du chef des services de renseignements indiqué M. Ouyahia, ajoutant que le rôle duAbdelaziz Bouteflika. «Comme je l’ai dit au président d’encourager la mise en œuvre de ce partenariat d’ex- turcs. Sous le thème «Travaillons ensemble CISSA est «primordial dans la préservationBouteflika, représenter la France en Algérie est à la ception dont le président Bouteflika a souvent parlé, pour faire face aux défis sécuritaires de la paix et de la sécurité en Afrique, eufois un grand honneur et une lourde responsabilité. Je notamment dans le message qu’il a adressé à M. Fran- nationaux, régionaux et continentaux grâce égard à la définition des menaces, leurcrois, en effet, que la relation entre les deux pays ne çois Hollande immédiatement après son élection» à la à l’ancrage historique et à la solidarité», anticipation et leur neutralisation» par cese compare à aucune autre», a poursuivi le diplomate tête de l’Etat français. cette 9e session intervient alors que comité. R. P.
  3. 3. El Watan - Mercredi 27 juin 2012 - 3 L’ACTUALITÉ AFFAIRE DE L’AGENT QUI A TIRÉ SUR LE DGSN, ABDELGHANI SON COMMISSAIRE AU PORT D’ALGER HAMEL, L’A AFFIRMÉ HIER Deux policiers et un civil «Le terrorisme dans les villesplacés sous mandat de dépôt est nul» e directeur général de la Sûreté nationale, le gé- ● L’affaire de la tentative d’assassinat du commissaire du port d’Alger connaît un nouveau rebondissement ● Deux agents relevant de la brigade de la police des frontières, dont l’auteur des tirs, ainsi qu’un civil ont été placés sous mandat de dépôt ● L’enquête interne ouverte L néral-major Abdelghani Hamel, a indiqué, hier à Alger, que «le terrorisme dans les villes est nul». Le DGSN, qui répondait aux questions des journalistes lors d’un point de presse tenu en marge des journées par la Sûreté nationale s’intéresse au climat de travail dans le service de la victime. d’information sur les activités de la sûreté de wilaya uelques semaines après vase». Selon nos sources, le d’Alger, a rappelé les efforts fournis par les servicesQ l’incident qui a failli coûter la vie (vers lafin du mois de mai dernier) au policier aurait essuyé un refus à sa demande de congé intro- duite après sa mutation au poste de sécurité dans la lutte antiterroriste, particulièrement dans le volet qui concerne le recrutement dans les villes au profit des groupes terroristes. «Les jeunes citadins ne rejoignent plus les groupes terroristes», a-t-il précisé.commissaire principal, chef de de la Pêcherie. «Le commis-la brigade de sécurité du port saire a refusé, mais le policier M. Hamel a indiqué par ailleurs que la couverture sécu-d’Alger, les premières décisions a estimé qu’il était en droit de ritaire du pays a atteint actuellement 70%.de la justice commencent à tom- prendre une semaine après plus Il a souligné cependant que «l’Algérie reste encore enber. Ainsi, le juge d’instruction de 4 mois de travail. Voyant que deçà du standard international en matière de couverturedu tribunal de Sidi M’hamed l’agent insistait, le commissaire sécuritaire des citoyens» qui prévoit un policier pourprès la cour d’Alger a placé sous lui demande de démissionner, en 250 habitants, affirmant que son «secteur œuvre à at-mandat de dépôt un civil et deux lui exigeant de déposer l’arme teindre cet objectif».policiers de la BFM (brigade de service après l’avoir accusé Concernant la lutte contre le trafic de drogue, M. Hamelde la police des frontières ma- de corruption. En colère, l’agent dira : «La lutte contre le trafic de stupéfiants ne s’arti- PHOTO : B. SOUHILritimes) du port d’Alger, dont a sorti son arme et l’a pointée cule pas uniquement sur la mise hors d’état de nuire desl’auteur des tirs qui ont ciblé le sur son officier. Fort heureu- individus et autres dealers qui sont impliqués, ou sur lescommissaire principal, le bles- sement, les coups qu’il a reçus quantités de drogue saisies. Nous visons également danssant grièvement. n’étaient pas mortels», rappor- notre démarche de lutte la neutralisation et le déman-Selon des sources proches du tent certains policiers témoins, tèlement des réseaux.» M. Hamel a estimé par ailleurs C’est au port d’Alger, au niveau de la PAF, que l’incident a eu lieu que «l’étendue des frontières algériennes et la situationdossier, c’est la thèse de la cor- précisant : «Trop d’intérêts sontruption qui a été retenue contre conditions de travail dans les- peine quelques jours après, une en jeu et le geste de notre col- géographique du pays proche d’une zone de transit dele policier auteur de la tentative quelles ils exercent, précisant note du chef de service (n°5057/ lègue n’est en fait qu’une suite stupéfiants ont permis aux éléments de la Sûreté natio-d’homicide. Et c’est à ce titre à ce titre que l’enquête interne SN/DPF/1BFM/SEC), exclut les logique du climat de tension que nale de se forger sur le terrain».que le corrupteur, à savoir le menée actuellement par l’Ins- agents résidant à Alger, Blida et nous subissons.» M. Hamel est revenu également sur la question du retraitcivil, a été inculpé et placé sous pection générale des services Tipaza, de leur droit à une per- La Direction générale de la de la police des stades. Il a démystifié la démarche enmandat de dépôt. (IGS) «ne s’est pas arrêtée au mission d’une semaine, après Sûreté nationale a réagi par la rendant à sa simple proposition : «Nous essayons de billet de 1000 DA». 45 jours de travail. Pourtant, un communiqué, ou plutôt une convaincre les pouvoirs publics afin qu’ils adhèrent àCORRUPTION OU Elle a pris en compte les cir- ce droit nous a été consacré, mise au point, adressée à la cette opération.» Et d’ajouter : «La Sûreté nationale estCONDITIONS DE TRAVAIL constances dans lesquelles a rappelé le 24 avril dernier dans rédaction du journal, juste après prête à assurer à titre gratuit au sein des établissementsDIFFICILES ? eu lieu l’incident, ainsi que les un télégramme (n° 35644/SN/ la publication des témoignages relevant de la DGSN, la formation d’agents chargés dePourtant, plusieurs collègues du raisons qui ont poussé le jeune DRH/SDP/SECT) du DGSN et de certains de ses fonctionnaires la sécurité dans les stades, si la Fédération algériennepolicier auteur des tirs affirment policier, père de deux enfants, diffusé à tous les services. Il sur le climat de tension. de football (FAF), la Ligue algérienne de football ou lesque «l’acte de ce dernier en réa- à user de son arme de service. a été clairement indiqué que La DGSN a nié tout lien entre présidents de club le demandent», a-t-il souligné. Il alité trouve ses raisons ailleurs «L’IGS s’est intéressée surtout tout fonctionnaire quels que l’incident et les conditions de également précisé dans le même contexte que la DGSNque dans une affaire de cor- aux conditions socioprofession- soient son grade et son lieu de travail dans lesquelles exercent prendra en charge «le versement d’une prime de per-ruption et quelle corruption ? nelles dans lesquelles exerce le résidence doit bénéficier d’un ses employés. manence aux agents formés, qui assureront la sécuritéUn billet de 1000 DA qu’aurait personnel de la brigade de la repos d’une semaine après une Selon le général-major Hamel, dans les stades, ce qui va créer de nouvelles opportuni-perçu le mis en cause». Selon police des frontières maritimes période de travail de 45 jours». patron de la police, l’auteur de tés d’emploi». A une question sur la prise en charge so-eux, «la hiérarchie veut à tout du port d’Alger», notent nos Pour nos sources, l’incident qui la tentative d’homicide a été ciale des fonctionnaires de la Sûreté nationale, le DGSNprix justifier l’incident par la interlocuteurs. Ils ne manquent a failli coûter la vie au commis- pris la main dans le sac dans une a affirmé que «le secteur œuvre à assurer les meilleurescorruption alors que tout le pas de rappeler que «malgré le saire Lahleb Mustapha, chef de affaire de corruption et lorsque conditions socioprofessionnelles des éléments de lamonde sait que les raisons d’un drame qui a secoué leur service, la brigade de sécurité du port son responsable l’a muté, il a police». Le général-major Abdelghani Hamel a visitétel drame sont ailleurs». Cer- la situation ne s’est pas pour d’Alger, «n’était que la goutte réagi en tirant sur lui. les stands des différentes directions où il s’est enquis destains officiers dénoncent les autant améliorée. D’ailleurs à d’eau qui a fait déborder le Salima Tlemçani moyens et méthodes de travail des unités. K. Saci LICENCIEMENT DU PRÉSIDENT DU SNAPSY Les syndicats autonomes ripostent ● Pour les syndicats autonomes, le président du Snapsy, M. Keddad, est «victime» d’un licenciement «abusif». a Coordination des syndicats autonomes suspendu de ses fonctions, pour des motifs «fo- (Snapest). «Le pouvoir à travers ses canaux décrétées de manière abusive et les poursuitesL pour la défense de la liberté syndicale a décidé de se constituer en bloc pourriposter contre «la transgression, sans précé- mentés dans un dossier vide», comparaîtra le 4 juillet prochain devant le conseil de discipline. «C’est une insulte pour la République et pour d’autorité ne prône l’ouverture que face à une menace d’explosion. C’est ce que nous avons eu à travers le discours prônant l’ouverture contre les syndicalistes ont atteint des «degrés inacceptables» depuis deux ans. Les ponctions sur salaire et autres «punitions» ont constituédent, de toutes les libertés syndicales garanties tous les algériens», soutient Malik Rahmani, au lendemain de l’éclatement des émeutes de l’arme trouvée par le ministre de la Santé pourpourtant par la Constitution». La suspension coordinateur national du Conseil national des janvier 2011, mais cette ouverture est vite écarter les syndicats autonomes du débat réelde M. Keddad, président du Syndicat national enseignants du supérieur (CNES). abandonnée, une fois les promesses faites sans sur le devenir de la santé publique.des psychologues, de son poste de travail, après La suspension de M. Keddad n’est motivée par suite et le front social calmé.» Abondant dans le même sens, docteur Lyèsavoir participé au sit-in du 29 mai dernier, «est aucune faute professionnelle pour mériter une Les représentants syndicaux estiment aussi Merabet, du Syndicat national des praticiensla goutte qui a fait déborder le vase», lancent telle sentence. que les membres du gouvernement, qui ont fait de santé publique (SNPSP), estime que le véri-les représentants des syndicats autonomes for- La liste des motifs invoqués ne renvoie à aucu- preuve de complicité pour «casser les syndi- table enjeu est d’étouffer toute voix concernantmant cette coordination. ne faute ni dépassement. «C’est plutôt la par- cats autonomes», «jouent avec le feu». le dossier des pénuries de médicaments et lob-Après deux rencontres, les membres de cette ticipation à des activités syndicales qui motive En dépassant les lignes rouges, comme vient bies qui font des pressions et le détournementcoordination ont convenu de riposter par des la mesure de la tutelle qu’aucun responsable de le faire le ministère de la Santé, ce sont de malades ainsi que la mise à mort du secteuractions de protestation. «Nous rendrons pu- ne revendique d’ailleurs», explique M. Ked- tous les travailleurs et toute la société qui se de santé publique. «C’est la maffia du médica-blics le calendrier et la nature de ces actions dad. «C’est un recul sans pareil sur les acquis sentent méprisés et humiliés. «On n’accorde ment qui doit être inquiétée, pas les syndica-avant jeudi», annonce Messaoud Amraoui, du pluralisme syndical. Les méthodes de ré- pas l’impunité à ceux qui ont vidé les caisses listes», lâche M. Keddad. A souligner que lessecrétaire national chargé de la communica- pression auxquelles est fait appel aujourd’hui publiques puis suspendre un syndicaliste pour syndicats ont déjà adressé des requêtes écritestion de l’Union nationale des personnels de sont dignes de celles des années 1970 sous le motif d’absence», lance un autre conféren- à la tutelle et aux responsables du secteur de lal’éducation et de la formation (Unpef), lors parti unique», estime Meziane Meriane, secré- cier. Docteur Yousfi, président du Syndicat santé. Une lettre ouverte sera également adres-d’un point de presse animé, hier, par les repré- taire général du Syndicat national autonome national des praticiens spécialistes de santé sée au premier magistrat pour l’interpeller sursentants des syndicats à Alger. Khaled Keddad, des professeurs du secondaire et du technique publique (SNPSSP), rappelle que les sanctions cette situation de «pourrissement». F. Arab
  4. 4. El Watan - Mercredi 27 juin 2012 - 4C O L L O Q U E I N T E R N AT I O N A L E L WATA N
  5. 5. El Watan - Mercredi 27 juin 2012 - 5 L’ACTUALITÉ PRATIQUE ILLÉGALE DE LA MÉDECINE DENTAIRE BOURSES RÉSIDENTIELLESCinq dentistes faussaires DE FORMATION À L’ÉTRANGER syriens arrêtés à Alger Les explications du ministère de ● Selon le président de l’Ordre des chirurgiens-dentistes, des confrères et des patients ont déjà signalé la présence de dentistes faussaires dans plusieurs villes du pays. inq dentistes faussaires l’EnseignementC de nationalité syrienne, quatre hommes et unefemme, ont été arrêtés, diman- supérieurche et mardi, par les services e ministère de l’Enseignement supérieur dément formel-de sécurité niveau de la daïrade Bab El Oued pour pratiqueillégale de la médecine den- L lement ce qui a été rapporté par la presse sur le mode de sélection de professeurs bénéficiaires de bourses résiden- tielles de formation à l’étranger. Selon un communiqué transmistaire. Le premier a été arrêté, à notre rédaction, le programme national exceptionnel (PNE),dimanche dernier et mis sous dédié aux enseignants en finalisation de thèse de doctorat,mandat de dépôt et il sera pré- est «un programme d’excellence mis en œuvre depuis 2005».senté demain devant le juge au Pour la session 2012, le ministère assure que «la Commissiontribunal de Aïn Benian. nationale de la formation et du perfectionnement à l’étrangerPris en flagrant délit par un (CNFPE) a fait appel à 24 professeurs experts couvrant les dis-chirurgien-dentiste, mem- ciplines des enseignants candidats à une formation résidentiellebre du conseil de l’Ordre des à l’étranger». Il précise que les experts sont choisis en fonctionchirurgiens-dentistes d‘Alger, de leur très grande expérience dans le domaine de l’expertisealors qu’il proposait ses ser- spécifique au PNE et hors PNE. «L’expertise scientifi- PHOTO : B. SOUHILvices à des citoyens à Bab ElOued sur la place publique. que n’est pas une simple for- Pour la session 2012, laLe pseudo-dentiste a dû aban- malité comme l’ont pensé tutelle assure que «ladonner sa valise à outils conte- certains candidats, non re- Commission nationalenant des aiguilles, des pinces à tenus. Elle vient en dernièreextraction, le produit anesthé- phase en tant que phase la de la formation et du La profession n’est pas suffisamment organisée et contrôlée pour éviter l’intrusion de faussairessique, porte-empreinte, arra- plus importante du proces- perfectionnement àche-couronne et du composite, cafés et des boutiques à travers bleau de l’Ordre tout en étant gravité pour la santé des ci- sus de sélection visant à l’étranger (CNFPE) a faitlorsque le membre du conseil le pays. Selon le président à jour dans les cotisations. toyens algériens qui s’adon- évaluer l’aspect scientifique appel à 24 professeursde l’Ordre des chirurgiens- de l’Ordre des chirurgiens- Les articles 204, 205 et 180 nent à ces soins clandestins. du dossier de tout candidat experts couvrantdentistes l’invite à le suivre au dentistes, docteur Adoun, des du code de déontologie médi- La valise abandonnée par ce à la formation résidentielle àcommissariat où une plainte a confrères et des patients ont cale des chirurgiens-dentistes Syrien montre bien que le l’étranger», a-t-on souligné les disciplines desété déposée. déjà signalé la présence de ces sont explicites et sanctionnent matériel utilisé est loin d’être dans le même communiqué. enseignants candidatsQuatre autres, dont une fem- faussaires dans plusieurs villes sévèrement ce type de prati- conforme aux normes. Le ministère de l’Enseigne- à une formationme, ont été arrêtés également du pays et aujourd’hui ils sont que. Le conseil de l’Ordre est L’utilisation d’un matériel uni- ment supérieur a relevé dans résidentielle à l’étranger»hier matin à Bab El Oued. Ils à Alger dans des marchés et tout aussi ferme à propos des que sur plusieurs personnes ce sillage que le programmeseront présentés aujourd’hui des commerces. prothésistes algériens qui se sous-entend bien la proliféra- en question «ne saurait endevant le procureur. Le conseil substituent aux chirurgiens- tion de maladies telles que les aucun cas être réduit à une distribution de bourse sans privi-de l’Ordre des dentistes, qui DE SIMPLES PROTHÉSISTES dentistes et prodiguent des hépatites B et C, le HIV sida, légier une évaluation scientifique rigoureuse répondant auxs’est constitué partie civile, Le docteur Adoun précise que soins», a-t-il averti. etc. Ainsi, le conseil de l’Ordre normes du standard international comme cela a été toujours misdénonce la prolifération de ces charlatans dentistes sont Il précise qu’il s’agit d’un exer- des chirurgiens-dentistes lance en avant de façon très appuyée».ces praticiens étrangers non plutôt des prothésistes alors cice illégal de la profession qui un appel au citoyens afin d’être Aussi, insiste-t-on, l’évaluation des candidats a été axée priori-diplômés et hors circuit de la que le code de déontologie est est sévèrement sanctionné par vigilants et ne pas se laisser at- tairement sur la dimension scientifique du projet. Le ministrechirurgie dentaire qui prati- clair à ce sujet. «Ne peut prati- la loi. Il met en garde contre tirer par des charlatans motivés souligne également que «chaque candidat s’est vu accorder lequent cette médecine en toute quer la médecine dentaire que ces pratiques frauduleuses qui par le seul souci du gain facile. temps nécessaire pour s’exprimer librement afin de présenterliberté dans les marchés, les les diplômés et inscrits au ta- pourraient être d’une grande Djamila Kourta son projet, expliquer ses objectifs de recherche, clarifier son objet de recherche, présenter l’état d’avancement de son projet et faire part de la manière dont sera organisé son séjour au sein SURVEILLANCE ET CORRECTION DU BAC des universités ou des laboratoires étrangers d’accueil». Cette évaluation a permis, selon le ministère, de relever des caren- ces relatives notamment à la méconnaissance de la littérature Le CLA série les points noirs récente de recherche, méconnaissance des approches les plus pertinentes par rapport à l’objet de recherche et absence d’une e Conseil des lycées d’Algérie fait état ganisation qui devra induire une baisse du fait constamment dans l’opacité et la liste démarche méthodologique claire. «En plus de ces carences liéesL de plusieurs anomalies ayant entaché ledéroulement de l’examen du baccalauréat. volume de surveillance par enseignant. Si le nombre de candidats est passé de 25 par noire est toujours fonctionnelle, accuse le CLA. «Des dizaines d’enseignants ayant au projet scientifique lui-même, certains candidats, ayant des thèmes de recherche très différents, allaient être codirigés par«Contrairement aux déclarations officiel- salle à 20, il n’en demeure pas moins que des activités syndicales et bénéficiant le même chercheur de grade inférieur à celui des directeurs deles, le baccalauréat ne s’est pas déroulé les couleurs de brouillons pratiquement d’une longue expérience pédagogique sont thèse algériens», relève-t-on. A ces insuffisances soulignées sedans les meilleures conditions, notamment identiques ont rendu la surveillance plus écartés au profit d’autres», enchaîne le greffe l’absence de laboratoires spécialisés sur lesquels devaientpour les enseignants qui ont dû assurer ardue et jeté un certain discrédit sur la cré- CLA qui voit dans la décision du ministre s’adosser ces recherches. R. S.jusqu’à 8 heures de surveillance par jour, dibilité du baccalauréat. La restauration de l’Education nationale d’ouvrir les cen-ce qui a engendré de sérieux malaises n’a pas été en reste, la boîte de la ‘honte’ tres de correction aux parents d’élèves etparmi les surveillants souffrant de mala-dies chroniques.» persiste dans la majorité des centres de surveillance : chocolat, fromage, thon pen- aux syndicats une manière de s’assurer «un effet médiatique». La Chronique Maurice TarikLes conditions de travail durant les épreu- dant 5 jours de grandes chaleurs», peut-on M. Benbouzid mesure-t-il réellement sa Maschino prend des vacances.ves de cet examen décisif ont provoqué le lire dans un communiqué diffusé par le portée et les dérives que cela peut engen-mécontentement des enseignants déployés même syndicat. drer, à savoir «pression de toutes sortes Elle reprendra au mois de septembrepour la surveillance. «Les horaires conti- Concernant les corrections du baccalauréat, sur les correcteurs et remise en cause de prochain. A bientôtnus remettent en cause l’efficacité des le constat est le même depuis des années : la franchise inaliénable des centres de cor-surveillances et nécessitent donc une réor- l’élaboration des listes de correcteurs se rection», s’inquiète le CLA. F. A. Société Alger Centre-ville (transit) cherche Déclarant en douane - Niveau déducation générale : bac ou plus - Diplôme : Déclarant en douane PUBLICITÉ - Expérience : 3 à 5 ans - Maîtrise de loutil informatique indispensable. —————————————— Envoyer CV par fax au 021 63.56.74
  6. 6. El Watan - Mercredi 27 juin 2012 - 6 CONTRIBUTION Quelle Constitution et quel processus de légitimation ? et les normes constitutionnelles. La réalité est en faveur du changement. Rien ne se donne en démocratique qui ne tienne pas compte de ce Par Tarik Mira (*) autrement moins reluisante que ce vœu secret. termes de droits et libertés, tout s’arrache. C’est critère. La sécularisation peut revêtir différentes Elle est précédée de signes plutôt inquiétants : ce rapport de forces à construire en faveur du formes et ne peut être abordée exclusivement - stock symbolique lié à la guerre d’indépendan- changement qui peut aiguiser les contradictions sous le prisme de la laïcité française. L’histoire es problèmes politiques majeurs de l’Algé- ce inaltérable pour favoriser le parti du FLN ; internes du système pour l’imploser ou le faire de l’islam à travers les âges, l’organisation an-L rie sont l’absence de liberté et de légitimité dans l’exercice du pouvoir. Les différentsrégimes qui se sont succédé depuis 1962 se sont - élections destinées plutôt à l’extérieur qu’à l’intérieur ; - opacité dans l’organisation du scrutin, dont le secret qui entoure le fichier électoral national évoluer. Il me paraît que la construction de ce rapport de forces est d’abord et principalement interne au pays mais, à l’heure de la globalisa- tion et de l’émergence d’une opinion publique cestrale de notre pays en particulier et du Ma- ghreb en général et l’expérience turque en cours sont à disséquer de manière sérieuse pour ne pas s’enfermer dans un discours univoque. Lereposés sur la répression de tout désir d’émanci-pation de la société et sur des légitimités – his- est symbolique de cet état de fait. mondiale grâce, notamment, à internet, il est plus important est d’arriver à la séparation destorique, révolutionnaire et électorale – usurpées Les constats énumérés ci-dessus sont révéla- très utile d’impliquer cette dernière. Par ailleurs, champs politique et religieux.et/ou dévoyées. Mais les évolutions au plan teurs que la prochaine Constitution connaîtra les pouvoirs autoritaires craignent sérieusement Le monde est en pleine évolution et des tendan-national et international appellent maintenant les mêmes tripatouillages que l’ensemble de ses pour leur image de marque vis-à-vis de l’exté- ces lourdes sont en train de se dessiner qui sontà un changement constitutionnel qui prenne devancières. Le régime vit désormais sur deux rieur ou la perception de leur gouvernance au à la fois supranationale et infranationale.en charge les exigences citoyennes et démo- rentes : niveau international qu’il faut prendre en consi- L’expression de la citoyenneté trouve son effica-cratiques. On voit, en particulier, comment en - la rente symbolique liée à la lutte de Libération dération cette caractéristique dans l’évaluation cité au plus bas de l’échelon, car la gestion de laTunisie, au Maroc et en Egypte la question de la nationale malgré l’irruption du multipartisme. et l’instauration du rapport de forces. La lutte cité possède ses propres spécificités. L’Algérie aréforme de la Constitution a cristallisé les luttes En d’autres termes, la légitimité démocratique en faveur du changement démocratique réside hérité de la colonisation son schéma administra-politiques dans des conditions qui interpellent n’a pas supplanté la légitimité historique par d’abord dans la capacité des forces se réclamant tif le plus jacobin de la planète. Notre pays a toutquant à la possibilité de faire aboutir les aspira- ailleurs usurpée ; de cette idéologie à conjuguer leurs efforts pour récusé du colonialisme, sauf ce modèle d’or-tions démocratiques. - la rente pétrolière qui garantit l’achat de la traduire leur projet de société en termes consti- ganisation politico-administratif. Il est, à notreL’une des missions dévolues à la nouvelle APN paix sociale pour quelque temps encore. tutionnels. Le premier combat se situe dans sens, obsolète et pas représentatif des nouvellesest de doter l’Algérie d’une loi fondamentale. Cette manière de faire est de garantir la péren- l’explicitation de la notion de démocratie qui revendications, aspirations et nécessités régio-L’importance de cet enjeu fait surgir sponta- nité du système au moins pour la génération de n’est pas réductible à une technique arithmé- nales qui peuvent s’exprimer sur l’immensité denément une multitude de questions. Pourquoi la lutte de Libération nationale qui confirme, tique. Un grand constitutionnaliste américain notre pays. La Constitution démocratique doit,le pouvoir a-t-il choisi le cinquantenaire de une fois de plus, qu’il y a un rapport patrimonial définissait la Constitution démocratique par là encore, consacrer la liberté et l’égalité dans lal’indépendance pour tenter de renouveler sa lé- entre cette classe dirigeante et l’Etat. Les agis- la garantie offerte aux minorités en termes de gestion des territoires. La loi fondamentale doitgitimité ? Cette APN est-elle légitime à jouer ce sements ainsi développés n’ont pas permis tout protection. trouver la juste articulation des compétences en-rôle constituant ? Quel contenu revêtira la future renouvellement générationnel, y compris au Il faut partir du diptyque définitoire de la dé- tre le pouvoir central et les pouvoirs des régionsConstitution et pour quel (s) objectif(s)? sein du système. Les déboires de Ouyahia et, à mocratie – liberté et égalité – pour donner de la à définir. L’expérience de la lutte de LibérationA peu de choses près, les mêmes questions se un degré moindre, de Amar Ghoul – spolié de sa charpente idéologique à la Constitution démo- nationale avec six ensembles stratégiques a étéposent aux forces patriotiques et démocratiques, victoire électorale à Alger, selon plusieurs sour- cratique. Les droits et libertés doivent être au probante.à l’intérieur ou en dehors des institutions. Et, ces – sont significatifs de ce blocage psycholo- centre de notre préoccupation constitutionnelle, La question linguistique, au-delà des problèmespartant, sont-elles capables de proposer, voire gique aux conséquences politiques certaines. dont l’Etat de droit est le pilier. Cependant et identitaires qu’elle soulève, doit être traitéed’imposer un processus de légitimation crédible Ces méthodes déjà éprouvées décrédibilisent la sans être arbitraire, ce dernier peut consacrer à l’aune des deux notions constitutives de laavec un socle constitutionnel incontestable ? promesse d’un changement constitutionnel. l’inégalité. Prenons par exemple trois cas typi- démocratie. L’égalité de traitement entre lesLe processus de légitimation et le contenu de Toute instauration de Constitution est précédée ques de la discrimination que l’on retrouve dans langues arabe et tamazight est le minimum pourla Constitution étant intimement liés, l’un et d’un processus de légitimation. différents pays musulmans, à titre partiel ou rattraper le temps perdu et renforcer l’intégra-l’autre peuvent rapidement mettre en évidence On peut juger la crédibilité et la volonté de global, selon les législations judiciaires : tion nationale. Restera l’épineuse question del’objectivité démocratique de toute démarche changement politique au regard de ce proces- - supériorité de l’homme sur la femme ; l’armée.ou l’inverse. sus. Il en existe une multitude entre octroi et - supériorité du croyant sur le non-croyant ; Dans un processus de légitimation à mettre enC’est à ces interrogations et à d’autres, notam- conquête de droits. - supériorité du maître sur l’esclave. place, l’armée est obligatoirement partie pre-ment à comment traduire notre projet de société Les expériences de par le monde montrent Si ces critères juridiques sont consacrés consti- nante de celui-ci étant donné son rôle important,en termes juridico-constitutionnels, que nous l’existence de voies multiples qui peuvent tutionnellement par la logique du nombre, l’Etat même dissimulé, dans la vie publique. Et puis,voulons réfléchir ensemble, sans exclusive et arriver à leur but sans passer nécessairement de droit ne se référera qu’au respect de la hié- ce processus n’a de crédibilité que s’il associeen toute liberté, sans rejeter la moindre contri- par la Constituante qui est considérée comme rarchie des normes, dont la loi fondamentale est les forces antagoniques pour trouver la normebution à caractère académique mais avec, avant la voie d’excellence puisque le peuple est im- l’expression suprême. Alors, l’inégalité en droit équitable afin de se parler et de dégager lestout, le souci d’un échange à caractère politique. pliqué directement en élisant ses constituants. est consacrée et, la citoyenneté écrasée. D’où voies et les moyens d’un changement. Cepen-Ce débat imposé par l’agenda politique national Cependant, cette dernière n’est pas exempte de cette nécessité absolue et impérative d’adosser dant, le changement constitutionnel démocra-et eu égard à l’enjeu considérable qu’il recèle reproches à l’image du dévoiement qu’elle a aux libertés la notion d’égalité. L’une ne va pas tique ne peut être équivoque sur le futur rôle den’est, nous espérons, que la première rencontre, subi dans notre propre pays en 1963, entraînant sans l’autre. La liberté et l’égalité sont les deux l’armée et des services de renseignement, à sa-dans cet espace de réflexion et de propositions un détournement durable de la souveraineté assises juridiques et philosophiques de la démo- voir leur mission de défense du territoire et de laque nous vous suggérons, avant d’aborder populaire. cratie politique. sécurité de l’Etat sous les ordres du pouvoir po-d’autres thématiques constitutives de la vie Ce fait majeur n’a cessé de tourmenter la vie Par ailleurs se pose la question de la garantie de litique démocratiquement élu. C’est la citoyen-politique. publique algérienne où l’exercice du pouvoir la loi. L’une des premières pistes à explorer est neté – droits et devoirs envers l’Etat – qui scelle est confisqué par des techniques électorales au d’analyser s’il faut maintenir ou non le Conseil notre pacte social du vivre-ensemble – dontCe premier débat est scindé en deux communi- service du parti unique et de ses ramifications constitutionnel. Dans le cas de son maintien, il l’égalité juridique est la norme des normes. Lacations* : postérieures. A la base, il y a un traitement iné- faut changer les critères de désignation de ses citoyenneté agissante doit être le guide de notre- Quel processus de légitimation pour une galitaire entre les forces politiques inféodées au membres ainsi que le mode de saisine qu’il faut combat pour l’émergence de l’Etat de droit quiConstitution démocratique ? système et les forces hostiles à celui-ci. élargir au peuple sous certaines conditions. A appliquera la même loi pour tous. Celle-ci n’a- Quel contenu pour une Constitution démocra- Un processus de légitimation crédible se jauge défaut, il faut trouver une institution équiva- de valeur transcendante que si elle met en scènetique ? par l’émission et la mise en place d’un certain lente. De toutes les façons, la règle d’or en la l’égalité et la liberté. T. M.* Les deux communications avec l’introduction nombre de conditions qui sont diverses et va- matière et de l’équilibre général du fonctionne- (*) Député indépendantdu modérateur ne dépasseront pas une heure. riées, dont trois me semblent décisives : ment institutionnel et politique est la séparationLe reste est consacré au débat. La conférence- - la mise en place d’une commission électorale des pouvoirs entre l’exécutif, le législatif etdébat est animée par un militant du MDS et un représentative et indépendante ; le judiciaire. L’autre volet de la Constitutionanimateur de l’Initiative pour la refondation - la mise à disposition exclusive pour cette mis- démocratique est la sécularisation de l’exercice Laboratoire pharmaceutiquedémocratique (IRD). La manifestation a eu lieule samedi 23 juin de 10h à 13h, au 67, bd Krim sion électorale des ministères de l’Intérieur et politique. La sécularisation des institutions est international recrute de la Justice entre les mains de la commission l’une des priorités pour l’accomplissement duBelkacem (ex-Télemly), Alger. électorale ; - accréditation en nombre suffisant d’observa- projet démocratique. Ce sera un combat de lon- gue haleine qui est cependant l’une des pierres à AlgerQUEL PROCESSUS DE LÉGITIMATIONET QUELLE CONSTITUTION ? * teurs nationaux et internationaux pour l’ensem- ble du processus électoral, selon les standards angulaires du pacte social et du vivre-ensemble. Se soustraire à cet idéal, c’est permettre à l’an- • Un chef de produits • Une secrétaireMa communication traitera de l’ensemble des internationaux. Le cas tunisien peut servir tithèse démocratique de triompher. Il n’y a pasquestions contenues dans le texte de présen- d’exemple. aujourd’hui dans le monde une Constitutiontation. J’essayerai d’énumérer un minimum Il faudrait ensuite définir les mécanismes dede critères indispensables à la réussite de tout régulation d’accès au pouvoir : à Chlef et Oranprocessus de légitimation et enfin sur quel socle - l’égal accès aux médias et plus, globalement,de valeurs, fondements et principes doit reposer la garantie du pluralisme politique; • Un visiteur médicalune Constitution démocratique. - l’égale disposition des moyens de l’Etat pourL’une des missions dévolues à la prochaine APN l’ensemble des compétiteurs. Un minimum d’un (01) an d’ex-est de doter le pays d’une nouvelle Constitution. D’autres conditions peuvent être émises mais périence est requis pour chacunLes premières questions : pourquoi maintenant l’essentiel me paraît dans la mise en place de ga- de ces postes.et pourquoi cette procédure ? ranties pour un scrutin libre et le non-usage dePour la première question, il y a d’abord les la violence. Ce sont ces deux critères qui peu- Envoyer CV + lettreapparences et ensuite la réalité. Les apparences vent faire adhérer l’opinion publique à l’entre- de motivation par email à :sont évidentes. Cinquante ans après l’accession prise constituante, mais, à tous égards, il ne peutde l’Algérie à la souveraineté internationale, il exister de processus crédible et sincère s’il n’est recrutpharmdz@gmail.comest temps de renouveler le personnel politique pas précédé d’un rapport de forces politiques

×