Dossier Web Documentaire                                                      -    Le graffiti -# SynopsisUn	  des	  faits...
# InterviewsDans	  le	  cadre	  de	  notre	  projet	  de	  webdocumentaire,	  il	  nous	  paraît	  indispensable	  de	  pr...
s’inscrit	   dans	   le	   stéréotype	   même	   de	   l’artiste	   peintre.	   Il	   doit	   apporter	   regard	   distan...
# Arborescence	  Avant	   d’arriver	   sur	   la	   carte,	   une	   vidéo	   d’introduction	   se	   lance	   afin	   d’e...
# Principe de navigation	  Lorsque	   l’internaute	   commence	   à	   visionner	   le	   webdocumentaire,	   il	   découv...
# Illustrations	  #1.	   En	   arrivant	   sur	   la	   carte,	   une	   boîte	   de	   dialogue	   s’ouvre	   pour	   exp...
#2.	  Cette	  illustration	  montre	  le	  parcours	  symbolisé	  par	  un	  trait	  de	  couleur	  jaune.	  À	  chaque	  ...
#3.	  Quand	  le	  curseur	  arrive	  sur	  un	  point	  rose,	  une	  boîte	  de	  dialogue	  propose	  à	  l’utilisateur...
#4.	   Si	   l’utilisateur	   choisit	   de	   visionner	   la	   vidéo,	   une	   fenêtre	   s’ouvre	   avec	   un	   lec...
#3.	   À	   la	   fin	   du	   parcours,	   une	   boîte	   de	   dialogue	   s’ouvre	   pour	   proposer	   à	   l’utilis...
# Plan de tournage / PlanningInterview	  d’Alain	  Mons	  :	  ½	  journée	  Interview	  de	  Martine	  Versel	  :	  ½	  jo...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le graffiti

1 158 vues

Publié le

Publié dans : Formation, Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 158
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
328
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le graffiti

  1. 1. Dossier Web Documentaire - Le graffiti -# SynopsisUn  des  faits  majeurs  qui  caractérise  et  défini  l’art  du  graffiti  est  que  celui-­‐ci  se  crée  dans  la  rue.  En  effet,  les  graffeurs,  grâce  aux  villes,  aux  ruelles  détiennent  un  immense  terrain  de  jeu  qui  offre  une  grande  variété  d’ambiances.  Le  choix  d’un  lieu  est  ainsi  déterminé  par  un  coup  de  cœur,  une  émotion.  Ces  vastes  espaces  urbains  sont  des  terrains  d’expérimentation  leur  promettant  une  certaine  liberté  qu’ils  ne  pourraient  trouver  au  sein  d’un  musée.  Cette   relative   liberté   est   tout   de   même   contrebalancée   par   les   limites   de   la   ville.   Celle-­‐ci   est  faite,   par   définition,   de   frontières,   de   rues,   de   routes,   des   contraintes   que   les   graffeurs  tentent  d’apprivoiser.    C’est   ainsi   que   l’utilisateur   se   trouve   face   à   un   écran   reprenant   la   forme   d’une   tablette  magique.   A   l’intérieur   de   ce   jouet,   une   ville   vue   de   haut   apparait.   Un   pop-­‐up   apparaitra,  expliquant  ainsi  comment  se  déplacer  dans  l’interface.    En  débutant  grâce  à  un  point  de  départ  situé  en  bas  de  l’écran,  le  spectateur  évolue  et  trace  son   chemin   au   travers   des   différentes   ruelles.   Au   moment   où   il   passera   sur   un   point   clé  menant  à  une  vidéo,  son  curseur  se  trouvera  bloqué  et  un  pop-­‐up  signifiera  la  présence  de  cet  élément.  L’utilisateur   choisira   s’il   souhaite   ou   non   visionner   la   vidéo.   Si   celui-­‐ci   refuse,   il   pourra  poursuivre  son  chemin  et  dans  le  cas  contraire,  grâce  à  une  plongée  dans  la  ville,  il  accédera  à  l’épisode.  Ces  épisodes  seront  présentés  en  différents  morceaux  que  l’utilisateur  pourra  sélectionner  afin   de   choisir   les   passages   qui   l’intéressent.   Ainsi,   des   performances   d’artistes   et   des  interviews  seront  proposées  afin  de  découvrir  l’univers  du  graffiti  (voir  la  liste  des  personnes  interviewées).  Une   fois   la   vidéo   consultée,   celle-­‐ci   s’ajoutera   à   une   frise   d’évolution   en   bas   de   l’écran.   Cela  permettra  à  l’utilisateur  de  voir  quels  éléments  lui  manquent  afin  de  la  compléter.            
  2. 2. # InterviewsDans  le  cadre  de  notre  projet  de  webdocumentaire,  il  nous  paraît  indispensable  de  procéder  à  l’interview  filmée  de  plusieurs  intervenants.    Le  choix  de  ces  «  témoins  »  et  leur  pertinence  sont  explicités  ci-­‐dessous  :    -­‐   Des   universitaires  :   leur   intervention   peut   permettre   d’appréhender   la   pratique   du   graff  sous  un  angle  sociologique.  C’est  pour  cette  raison  que  nous  envisageons  de  solliciter  deux  professeurs  de  l’Université  de  Bordeaux  III.  #   Martine   Versel   (versel@u-­‐bordeaux3.fr)  :   Maître   de   Conférences   -­‐   Sciences   de  lInformation  et  de  la  Communication  #   Alain   Mons  (monsa@hotmail.fr)   :   Professeur   en   sciences   de   linformation   et  communication  (Communication  spatiale  et  urbaine  -­‐  La  culture  des  images  -­‐  Anthropologie  de  limaginaire  contemporain).    -­‐  Un  gérant  de  boutique  spécialisée  :  le  gérant  de  boutique  spécialisé  doit  apporter  un  œil  expert   et   averti   sur   la   pratique   du   graff   en   général   ainsi   que   sur   la   matériel   utilisé.   Son  interview  peut  aussi  apporter  des  éclairages  sur  la  culture  urbaine,  musicale  et  vestimentaire  qui  semble  caractériser  une  grande  partie  de  pratiquants  de  cet  art  non  conventionnel.  #  Paint  it  black  (Rue  du  loup,  Bordeaux)  #  Carlitos  Way  (16  rue  de  Guienne,  Bordeaux)  #  Urban  Art  (6  Rue  Loup,  Bordeaux)  #  Strictly  Wear  (1  Rue  Bouquière,  Bordeaux)  #  Yumie  (49  Rue  des  Remparts,  Bordeaux)    -­‐  Conservateur  de  galerie  :  l’intervention   d’un   conservateur   amène   un   regard   différent   sous  la   pratique   du   graff   et   de   son   statut.   Sa   culture   artistique   et   ses   influences   doivent   l’amener  à  formuler  un  avis  sur  le  graff,  positif  ou  négatif,  afin  de  qualifier  cette  pratique  comme  un  art  à  part  entière,  un  hybride  artistique,  ou  du  vandalisme  pur  et  dur.  #   Galerie   des   remparts  :   galerie   d’art,   de   peinture,   sculpture,   dartistes   français  contemporains)  >>  www.galeriedesremparts.com  #   Eponyme  Galerie  (Exposition  dœuvres  dartiste  contemporains  :  peintures,  photographies,  installations,  vidéos)  >>  www.eponymegalerie.com/  #  GalerieDX  (sélection  dartistes  contemporains)  >>  www.galeriedx.com/    #   Galerie   dart   imagine   (créations   contemporaines   narratives   dauteurs   de   réputation  nationale)  >>  www.imagine-­‐art.fr/    #  Tinbox  (galerie  dart  contemporain)  >>  www.galerie-­‐tinbox.com/  #  Association  bordelaise  Le  cocktail    >>  http://www.lecoktail.com/    -­‐   Un   artiste   «  conventionnel  »  :   l’adjectif   conventionnel   signifie   que   l’artiste   sollicité   doit  avoir   une   pratique   artistique   dite   classique.   Gouache,   acrylique,   pinceaux   et   chevalet,   il  
  3. 3. s’inscrit   dans   le   stéréotype   même   de   l’artiste   peintre.   Il   doit   apporter   regard   distancié   sur   le  graff,  car  il  s’agit  d’une  pratique  qui  s’oppose  à  priori  totalement  à  sa  conception  de  l’art  et  de  l’expression.    -­‐   Un   professeur   d’art   plastique  :  à  l’instar  des  deux  intervenants  précédents,  le  professeur  d’art  plastique  doit  apporter  un  regard  expert  et  sans  concession  sur  le  graff.  Sa  proximité  avec  des  jeunes,  ses  élèves,  peut  l’amener  à  avoir  une  sensibilité  différente  des  intervenants  qui  précédent.   Qui   plus  est,   son  métier   est  d’inculquer  la   pratique  de  l’art  dans  toutes  ses  formes  à  des  néophytes  en  la  matière,  et  le  graff  peut  faire  partie,  ou  non,  de  ses  influences.  #  LIMA  école  supérieure  privée  darts  appliqués  >>  http://www.lima33.com/  #  Ecole  supérieure  d’Arts  appliqués  >>  http://www.ecoles-­‐bordeaux.com/    -­‐   Un   graffeur   professionnel  :   il   s’agit   de   l’expert   avec   un   grand   E.   Il   doit   apporter   des  réponses  sur  les  motivations  des  graffeurs  professionnels,  leurs  choix,  leurs  influences,  leur  matériel   ou   leur   possible   notoriété.   De   la   même   façon,   sa   description   du   monde  underground  des  graffeurs,    et  de  leur  culture  constitue  un  atout  indispensable.  #  Blade  :  artiste  grapheur    -­‐   Un   graffeur   amateur  :  il  doit  apporter  les  mêmes  éléments  que  le  graffeur  professionnel,  mais  avec  plus  de  fraicheur  et  de  candeur.  Par  ailleurs,  son  parcours  est-­‐il  différent  de  son  homologue  ?   Il   peut   apporter   des   réponses   sur   les   possibles   différences   entre   les  générations  de  graffeur,  que  ce  soit  au  niveau  de  leur  culture  et  leurs  motivations.  #  Abyss  :  jeune  grapheur  originaire  de  Tour.    -­‐   Un   fonctionnaire   chargé   de   l’entretien   des   espaces   publics  :  nous  avons  fait  le  choix  de  ne  pas  interroger  des  quidams,  mais  des  personnes  qui  devaient  avoir  affaire  de  près  ou  de  loin  au   graffiti.     C’est   dans   cette   optique   que   nous   envisageons   de   solliciter   un   employé   des  pouvoirs  public  chargé  du  nettoyage  ou  de  l’entretien  des  espaces  publics.  De  temps  à  autre,  il   peut   être   confronté   au   graff,   car   amené   à   procéder   au   nettoyage   ou   au   camouflage   des  fraiches   performances   des   graffeurs.   Il   va   nous   livrer   son   opinion   sur   le   graff   et   son  empreinte  sur  le  paysage  urbain.  #  Richard  Etchecopar  (dirige  depuis  10  ans  le  service  municipal  en  charge  du  secteur  de  l’hyper-­‐centre)  #  Mairie  de  Bordeaux    -­‐  Un  élu  chargé  de  la  propreté  et  de  l’environnement  :  son  témoignage  doit  nous  permettre  d’appréhender   le   graff   sous   l’angle   de   vue   des   pouvoirs   publics.   Son   intervention   va   nous  permettre   d’expliciter   les   politiques   menées   pour   lutter   contre   les   graffitis,   et   les   moyens  mis   en   place.   Considère   t’il   les   graffeurs   comme   des   vandales   ou   des   messagers   du   XXI°  siècle  ?  #  Mairie  de  Bordeaux  
  4. 4. # Arborescence  Avant   d’arriver   sur   la   carte,   une   vidéo   d’introduction   se   lance   afin   d’expliquer   le   contenu   du  web  documentaire  et  le  mode  de  navigation  avec  les  flèches      Une   fois   sur   la   carte,   l’utilisateur   peut   choisir   les   directions   en   fonction   des   rues.   Certains  obstacles  apparaitront  également  sous  forme  de  vidéo.                      
  5. 5. # Principe de navigation  Lorsque   l’internaute   commence   à   visionner   le   webdocumentaire,   il   découvre   le   plan   d’une  ville   en   vue   de   dessus  :   cette   carte   sera   le   parcours   de   navigation.   À   chaque   intersection   des  rues,  un  point  est  visible  pour  signaler  la  possibilité  de  regarder  une  vidéo.  Le   parcours   débute   en   bas   de   la   carte,   comme   si   l’utilisateur   entrait   dans   la   ville   afin   de  commencer  l’aventure.    Une   frise   est   placée   en   dessous   de   l’écran   principal   et   se   complète   à   chaque   fois   qu’une  vidéo  est  lue.  Pour  naviguer  dans  le  webdocumentaire,  l’utilisateur  a  la  possibilité  d’aller  tout  droit,  en  bas,  à  gauche  ou  à  droite  selon  les  possibilités  (obstacles,  cul-­‐de-­‐sac).  Chaque  déplacement  sera  mémorisé  par  un  trait  retraçant  le  chemin  emprunté.    Une  fois  arrivé  sur  un  point,  il  est  possible  de  visionner  une  interview  ou  une  performance.  Une   pop   up   s’ouvre   alors   pour   proposer   deux   options  :   visionner   la   vidéo   ou   poursuivre   le  parcours.  Si  l’utilisateur  choisit  la  première  option,  un  zoom  sur  l’intersection  se  déclenche  pour   arriver   en   fondu   sur   un   deuxième   écran.   Un   Player   apparaît   alors   pour   visionner   la  vidéo   en   intégralité.   Dans   le   cas   d’une   interview,   une   liste   contenant   les   questions   de  l’entretien   apparaît   sur   le   côté   de   l’écran   afin   que   l’utilisateur   puisse   aller   directement   au  moment  de  la  vidéo  qui  l’intéresse  (plus  interactif).    Une   fois   la   vidéo   visionnée   intégralement   ou   en   partie,   l’utilisateur   peut   fermer   la   fenêtre  pour  revenir  sur  le  parcours  et  progresser.  En  se  réduisant,  la  fenêtre  vient  se  glisser  sur  la  frise   afin   de   la   compléter.   Le   point   signalant   la   vidéo   change   de   couleur.  Une  fois  que  la  frise  est  reconstituée,  l’aventure  se  termine.  L’utilisateur  a  la  possibilité  de  partager  son  expérience  via  les  réseaux  sociaux  en  montrant  son  parcours  dans  la  ville  sous  forme  de  graffiti.    Méthodes  de  navigation  :    -­‐  Utilisation  des  flèches  du  clavier  pour  avancer  sur  la  carte.  En  même  temps  que  l’utilisateur  appuie  sur  une  touche,  les  boutons  du  tableau  magique  tournent  pour  lui  donner  l’impression  de  jouer  au  jeu.  -­‐  Utilisation  de  la  souris  pour  accepter  de  visionner  les  vidéos,  choisir  les  questions  pour  l’interview,  revoir  les  vidéos  depuis  la  frise  et  partager  son  parcours.                    
  6. 6. # Illustrations  #1.   En   arrivant   sur   la   carte,   une   boîte   de   dialogue   s’ouvre   pour   expliquer   comment   naviguer  sur  la  carte.  Le  curseur  de  navigation  est  une  bombe  de  peinture.                                      
  7. 7. #2.  Cette  illustration  montre  le  parcours  symbolisé  par  un  trait  de  couleur  jaune.  À  chaque  vidéo  visionnée,  le  point  correspondant  devient  gris.  La  frise  se  remplie  au  fur  et  à  mesure  avec  des  images  représentant  les  vidéos  vues.                                        
  8. 8. #3.  Quand  le  curseur  arrive  sur  un  point  rose,  une  boîte  de  dialogue  propose  à  l’utilisateur  de  visionner  la  vidéo  ou  de  poursuivre  son  chemin.                                          
  9. 9. #4.   Si   l’utilisateur   choisit   de   visionner   la   vidéo,   une   fenêtre   s’ouvre   avec   un   lecteur   vidéo.  L’utilisateur   peut   regarder   la   vidéo   en   entier   ou   en   partie   en   sélectionnant   les   parties   de  l’interview  qui  l’intéresse.  Le  morceau  de  frise  qui  va  apparaître  est  symbolisé  par  un  point  d’interrogation  rose.                                    
  10. 10. #3.   À   la   fin   du   parcours,   une   boîte   de   dialogue   s’ouvre   pour   proposer   à   l’utilisateur   de  télécharger  son  parcours  sous  forme  de  graffiti.  Il  est  également  possible  de  partager  cette  image  sur  Facebook  afin  de  diffuser  le  webdocumentaire.                                        
  11. 11. # Plan de tournage / PlanningInterview  d’Alain  Mons  :  ½  journée  Interview  de  Martine  Versel  :  ½  journée    Interview  et  performance  de  Blade  :  1  journée    Interview    et  performance  du  graffeur  amateur  :  1  journée    Interview  du  gérant  de  boutique  spécialisée  :  ½  journée  Interview  du  conservateur  de  galerie  :  ½  journée  Interview  de  l’artiste  «  conventionnel  »  :  ½  journée  Interview  du  professeur  d’art  plastique  :  ½  journée  Interview  du  fonctionnaire  chargé  de  l’entretien  des  espaces  publics  :  ½  journée  Interview  de  l’élu  chargé  de  la  propreté  et  de  l’environnement  :  ½  journée    Durée  totale  de  tournage  :  6  journées    # Dispositifs techniquesFormats  des  vidéos:    Les  vidéos  seront  optimisées  pour  le  web.  Le  format  adopté  sera  le  .avi  ou  le  .mov  Durée:  La  durée  totale  des  vidéos  est  égale  à  2h.  Technologies  utilisées  :    Afin   de   procéder   au   choix   de   la   technologie   utilisée   pour   l’élaboration   de   notre  webdocumentaire,   il   convient   de   rappeler   les   différentes   fonctionnalités   faisant   appel   à   la  technique  :     -­‐ Effets  de  zooms   -­‐ Time  line  interactive     -­‐ Carte  interactive   -­‐ Apparition  de  pop-­‐up  vidéo   -­‐ Navigation  tridimensionnelle    Aux   vues   de   ces   choix,   il   paraît   évident   d’opter   pour   l’utilisation   de   Flash   et   de   ses  nombreuses  fonctionnalités.  L’Action  Script  3  et  sa  programmation  objet  simplifiée  doivent  permettre  de  faciliter  l’implémentation  de  toutes  ces  fonctionnalités.       # Lien du teaserhttp://www.dailymotion.com/video/xi7yzq_graff-­‐teaser_creation  

×