Portfolio Print
Data-Visualisation
exécution
Web
Marie
conception
créativité
Page 2
Page 20
Page 10
Web
kk Design ergonomique
kk Création graphique
OPTIRISK
SITE INTERNET
kk Design ergonomique
kk Création graphique
OSHIBORI CONCEPT
SITE INTERNET
kk Création graphique
TOTAL SOLAR EXPERT
SITE INTERNET
Maquette de
l’e-newsletter
kk Design ergonomique
kk Création graphique
ELA
SITE INTERNET
kk Création graphique
BOUGIES RIGAUD
SITE E-COMMERCE
kk Création graphique
CUISINE & USTENSILES
SITE E-COMMERCE
kk Design ergonomique
kk Création graphique
AU FORUM DU BÂTIMENT
SITE E-COMMERCE + APP
OUTILLAGE ET FOURNITURES
INDUSTRIEL...
Print
ETIQUET’ABLE
PLAQUETTE
kk Création graphique
Etiquet’table®
Affichage pour une alimentation durable
Qu’est-ce que c’est ?
...
La démarche e.CO.pop
La démarche e.CO.pop est menée depuis 2008 par le
POPAI pour offrir à ses adhérents un outil de calcu...
POPAI
PUBLICITÉ
kk Création graphique
Questions d’image, obligations règlementaires, optimisation et maîtrise industrielle...
kk Création graphique
kk Exé
kk Préparation à la fabrication
DIFIQ
PLAQUETTE 3 VOLETS
Une formation en partenariat
DiFiQ
E...
Déclinaisonen4langues:
français, anglais,
allemand, italien
kk Création graphique
kk Exé
kk Export PDF interactif
FONDATIO...
kk Création graphique
kk Exé
kk Export PDF interactif
MALTEUROP
NEWSLETTER News
*Le magazine interne de Malteurop est édit...
kk Création graphique
kk Exé
kk Préparation à la fabrication
INRS
BROCHURES 32 PAGES
Consignations
et déconsignations
24
6...
Marie-Graphiste // Portfolio Web, Print, Data-visualisation
Marie-Graphiste // Portfolio Web, Print, Data-visualisation
Marie-Graphiste // Portfolio Web, Print, Data-visualisation
Marie-Graphiste // Portfolio Web, Print, Data-visualisation
Marie-Graphiste // Portfolio Web, Print, Data-visualisation
Marie-Graphiste // Portfolio Web, Print, Data-visualisation
Marie-Graphiste // Portfolio Web, Print, Data-visualisation
Marie-Graphiste // Portfolio Web, Print, Data-visualisation
Marie-Graphiste // Portfolio Web, Print, Data-visualisation
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Marie-Graphiste // Portfolio Web, Print, Data-visualisation

1 437 vues

Publié le

Portfolio Marie-Graphiste.com
• Web : site institutionnels et e-commerce
• Print (sélection) : plaquettes, brochures, catalogues
• Data-visualisation

Publié dans : Design
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 437
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
57
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Marie-Graphiste // Portfolio Web, Print, Data-visualisation

  1. 1. Portfolio Print Data-Visualisation exécution Web Marie conception créativité Page 2 Page 20 Page 10
  2. 2. Web
  3. 3. kk Design ergonomique kk Création graphique OPTIRISK SITE INTERNET
  4. 4. kk Design ergonomique kk Création graphique OSHIBORI CONCEPT SITE INTERNET
  5. 5. kk Création graphique TOTAL SOLAR EXPERT SITE INTERNET Maquette de l’e-newsletter
  6. 6. kk Design ergonomique kk Création graphique ELA SITE INTERNET
  7. 7. kk Création graphique BOUGIES RIGAUD SITE E-COMMERCE
  8. 8. kk Création graphique CUISINE & USTENSILES SITE E-COMMERCE
  9. 9. kk Design ergonomique kk Création graphique AU FORUM DU BÂTIMENT SITE E-COMMERCE + APP OUTILLAGE ET FOURNITURES INDUSTRIELLES L’outillage de A à Z ELECTRICITÉ De l’installation à l’éclairage SANITAIRE PLOMBERIE De la cuisine aux WC CHAUFFAGE Ballon, chaudières... QUINCAILLERIE Des serrures au contrôle d’accès ACCUEIL CATALOGUE RECHERCHE COMMANDE FAVORIS AUTRE
  10. 10. Print
  11. 11. ETIQUET’ABLE PLAQUETTE kk Création graphique Etiquet’table® Affichage pour une alimentation durable Qu’est-ce que c’est ? Etiquet’table est une étiquette qui permet d’évaluer le contenu d’une assiette selon ses impacts environnementaux et socio-économiques. À quoi ça sert ? • Pour le consommateur : prendre conscience de manière ludique et concrète des impacts des produits consommés • Pour le restaurateur : valoriser sa démarche vers une alimentation saine et responsable et en informer le client. Comment ça marche ? L’étiquette est composée de 4 critères d’évaluation du plat. 2,3kg CO2e 76% 84% 98% Eco2Initiative - 119, rue Damrémont - 75018 Paris Tel (+33)1.46.06.05.54 - http://etiquettable.eco2initiative.com - etiquettable@eco2initiative.com 84% Les labels durables (bio, équitable, pêche responsable...) : pour assurer au consommateur la crédibilité de l’origine des produits et leurs conditions de production 76% La production locale : pour que les choix alimentaires rapprochent le consommateur des producteurs et contribuent au développement économique local 98% La saisonnalité : pour choisir des produits qui ne nécessitent pas de consommation d’énergie excessive et qui respectent le rythme de la nature 2,3kg CO2e Le CO2 : pour réduire l’empreinte environnementale de l’alimentation Etiquet’table® Affichage pour une alimentation durable 2,3kg CO2e 76% 84%98% Calculs réalisés par Eco2Initiative - Tel (+33)1.46.06.05.54 - http://etiquettable.eco2initiative.com - etiquettable@eco2initiative.com Qu’est-ce que c’est ? Etiquet’table® est une étiquette qui permet d’évaluer le contenu d’une assiette selon ses impacts environnementaux et socio-économiques. Comment ça marche ? L’étiquette est composée de 4 critères d’évaluation du plat. 84% Les labels durables (bio, équitable, pêche responsable...) : pour assurer au consommateur la crédibilité de l’origine des produits et leur conditions de production 76% La production locale : pour que les choix alimentaires rapprochent le consommateur des producteurs et contribue au développement économique local 98% La saisonnalité : pour choisir des produits qui ne nécessitent pas de consommation d’énergie excessive et qui respectent le rythme de la nature 2,3kg CO2e Le CO2 : pour réduire l’empreinte environnementale de l’alimentation Entrées Petit jardin de Légumes de saison à l’huile de Truffe & Croustille de seigle de Chez Perrin Saumon Fumé à chaud par nos soins, Légumes croquants et Petite crème acidulée Velouté d’épinards et Asperges, Oeuf poché, Asperges crues et cuites Foie Gras de chez Mitteault en terrine, Confiture de Figues & Brioche à la Chataigne poêlée Plats Magret de canard de chez Mitteault, Purée de pois chiche a la pistache, légumes aux épices Filet de Merlu de chez Delsuc, Purée de patate douce à la coco, Pakchoï et Artichaut, émulsion aux algues Risotto aux asperges vertes et blanches, roquette & Vinaigrette à l’huile de truffe Plateau de Fromages Affinés et Fermiers d’Ici et d’Ailleurs Desserts Gâteau au chocolat Grand cru d’origine « Los Ancones », Glace cacao d’Amérique Centrale Autour du Citron : Biscuit, mousse au fromage frais, crème brûlée et crumble noisette Sélection de Glaces et Sorbets Maison aux Parfums de Saison. 2,3kg CO2e 85% 95%98% 8,2kg CO2e 76% 39%23% 0,5kg CO2e 84% 45%46% 6,4kg CO2e 33% 98%85% 2,3kg CO2e 83% 75%98% 8,2kg CO2e 73% 68%23% 0,5kg CO2e 95% 59%46% 6,4kg CO2e 50% 89%59% 8,4kg CO2e 85% 38%79% 4,5kg CO2e 94% 56%59% 8,6kg CO2e 75% 87%68% 1,2kg CO2e 98% 98%58% Le Petit Nature ••• restaurant ••• Eco2Initiative - 119, rue Damrémont - 75018 Paris Tel (+33)1.46.06.05.54 - http://etiquettable.eco2initiative.com - etiquettable@eco2initiative.com Contactez-nous ! Nous prenons contact avec vous et vous expliquons la démarche Vous nous envoyez le détail de vos menus Nous calculons l’empreinte carbone des menus, ainsi que les autres critères Nous vous remettons les étiquettes sur un menu déjà imprimé Je suis restaurateur, comment puis-je avoir mon menu avec l’affichage ? 1 2 3 4 F Vous n’avez rien à faire : nous nous occupons de tout et vous fournissons des étiquettes prêtes à l’emploi. Seule la communication de vos menus en amont est nécessaire. F C’est rapide : nous travaillons directement à partir des recettes de vos menus. F Le coût est minimisé : vous bénéficiez d’une méthodologie optimisée. F C’est simple pour le consommateur : l’affichage est volontairement simple et compréhensible pour le consommateur. F Votre démarche est valorisée : l'étiquette expose les résultats de vos choix responsables au consommateur, elle en présente les bénéfices concrets et légitime votre engagement.. F L’affichage est pédagogique : il donne aux consommateurs (et aux cuisiniers) des clés d’entrée concrets pour faire un repas “durable”. Quelle est la valeur ajoutée de cette démarche ? Encollaborationavec Eco2Initiative
  12. 12. La démarche e.CO.pop La démarche e.CO.pop est menée depuis 2008 par le POPAI pour offrir à ses adhérents un outil de calcul simple de l’empreinte carbone d’une PLV. L’outil, conçu par ECO2 Initiative, et basé sur des données de l’ADEME (l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), a connu depuis plusieurs ver- sions et continue d’évoluer chaque année pour répondre aux besoins et remontées des utilisateurs. A ce jour plus d’une vingtaine d’utilisateurs ont été formés à e.CO.pop. Évaluez l’impact environnemental de vos PLV avant ou après conception Chiffrer précisément son impact carbone Passer à l’éco-conception en toute facilité Justifier le choix de matériaux en se basant sur des arguments concrets Valoriser une PLV déjà conçue Se différencier de ses concurrents en affichant son impact carbone dès la phase de devis 1 2 3 4 5 bonnes raisons de connaître son impact 5 Découvrez le fonctionnement d’e.CO.pop au verso ! Matières recyclées Durée de vie Logistique, fret Consommation de ressources Fin de vie Emballages Séparabilité Gestion fine de la fin de vie des produits Interface ergonomique Au total, près de 500 données d’entrées ! Comparaison entre deux conceptionsEvaluation de l’ensemble du cycle de vie Un outil d’aide à l’éco-conception Au-delà du calcul de l’empreinte envi- ronnemental, e.CO.pop est un véritable outil d’aide à l’éco-conception. Il permet de comparer plusieurs versions de PLV entre elles et d’optimiser son empreinte en permettant de voir en direct l’évolution des impacts selon les choix de matériaux, de poids, de logistique, de recyclabilité ou de consommation d’énergie. E.CO.POP Calculateur CO2 pour la PLV Matériaux et procédés Étude / Main d’œuvre Emballages Électricité Fret Fin de vie e.CO.pop est accessible à travers une formation d’une demi- journée, réalisée par le POPAI. A l’issue de cette formation vous connaitrez les bases de calculs et les principales fonctionnalités d’e.CO.pop. Vous repartirez avec la dernière version à jour de l’outil et vous serez également informé de ses évolutions. En complément d’e.CO.pop, le POPAI a rédigé une fiche pratique eco-conception, avec 10 critères et les bonnes questions à se poser lorsqu’on conçoit une PLV. L’application de ces critères et l’utilisation d’e.CO.pop permettent d’avoir une approche concrète et valorisable de l’eco-conception. Comment acquérir e.CO.pop ? Les critères d’eco-conception POPAI France Essca Entreprendre 56 quai Alphonse Le Gallo 92100 Boulogne-Billancourt Nous contacter au sujet d’e.CO.pop : 33(0)1 73 79 13 79 www.popai.fr - info@popai.fr e.CO.pop POPAI PLAQUETTE kk Création graphique Encollaborationavec Eco2Initiative
  13. 13. POPAI PUBLICITÉ kk Création graphique Questions d’image, obligations règlementaires, optimisation et maîtrise industrielle, économies financières... Les enjeux du développement durable pour le secteur de la PLV sont multiples. Concrètement, la mise en oeuvre d’une démarche de développement durable se fait à deux niveaux : PLV Développement Durable & Les produitsL’organisation Matières recyclées Durée devie Logistique, fret Consommation de ressources Fin devie Emballages Eco-conceptionSystème de management de l’environnement Bilan Carbone Consommation de papier Déplacements de personnes Gestion des déchets Consommation d’énergie Consommation d’eau Créée dès 2009, la Commission PLVVerte de POPAI France vise à accompagner les professionnels du secteur du marketing au point de vente dans leurs réflexions autour du développement durable et de l’écoconception. Les missions de la commission : > Assurer une veille réglementaire > Fournir des actualités environnementales spécifiques à la PLV > Former sur les outils et concepts du développement durable > Développer et mettre à disposition des outils spécifiques (fiches pratiques, calculateur …) > Animer un réseau de correspondants Développement Durable > Définir des standards pour la profession (empreinte carbone, Bilan Carbone® , etc.) LA COMMISSION PLVVERTE Pour faciliter la mise en œuvre de démarches de développement durable, POPAI France met à disposition des ses adhérents divers outils et supports : Chiffrer précisément son impact carbone Passer à l’éco-conception en toute facilité Justifier le choix de matériaux en se basant sur des arguments concrets Valoriser une PLV déjà conçue Se différencierde ses concurrents en affichant son impact carbone dès la phase de devis 1 2 3 4 5 bonnes raisons de connaître son impact 5 Calculateur e.CO.pop > Cet outil, développé par POPAI France dès 2009, permet d’évaluer facilement les émissions des gaz à effet de serre générés par la fabrication d’une PLV (Outil réservé aux fabricants de supports et matériel de marketing au point de vente). > Restez au fait de l’évolution de la règle- mentation environnementale grâce la veille règlementaire POPAI France. Veille règlementaire Guide pratique RSE > Le guide aborde le sujet de la Responsabilité Sociétale des Entreprises d’une façon opérationnelle pour le secteur de la PLV. > Il traite les enjeux, détaille la mise en place et présente l’ensemble des labels et certifications concernées, ainsi que les options de financement envisageables. > Étude « Fin de vie des PLV et Valdelia » > POPAI France a réalisé une étude qui vise à constituer un premier état des lieux des enjeux liés à la fin de vie des PLV : acteurs de la filière, types de matières et volumes concernés, pratiques du secteur et opportunités. Étude Fin de Vie des PLV POPAI France a édité deux fiches pratiques spécifiques au secteur de la PLV : > Bilan Carbone® : Comment réaliser le Bilan Carbone® de son entreprise ? > Eco-conception : Qu’est-ce qu’une PLV éco-conçue ? Fiches pratiques Pour en savoir plus au sujet de ces outils et supports : +33(0)1 73 79 13 79 - www.popai.fr - ec@popai.fr Encollaborationavec Eco2Initiative
  14. 14. kk Création graphique kk Exé kk Préparation à la fabrication DIFIQ PLAQUETTE 3 VOLETS Une formation en partenariat DiFiQ Ensae Dauphine Bärchen Diplôme Finance Quantitative 1. Gagnez une maîtrise incontournable des techniques quantitatives en finance et gestion des risques Notre approche des mathématiques financières vous permettra de maîtriser la valorisation des produits financiers aussi bien que les techniques de gestion des risques au sein des établissements finan- ciers et de gestion d’actifs. 2. Bénéficiez d’un enseignement d’excellence académique et pratique Les trois niveaux du Difiq vous permettent d’accéder à une exper- tise théorique mais aussi de bénéficier des apports d‘intervenants professionnels pour assimiler l’état de l’art des techniques quanti- tatives à l’œuvre aujourd’hui au sein des établissements financiers. 3.Valorisez votre expérience et décrochez un double diplôme prestigieux Dauphine – Ensae La validation de chaque niveau vous donne droit à une certification spécifique et l’examen de fin de cursus vous donne droit à un double diplôme de l’Université Paris Dauphine et l’Ensae ParisTech. Si vous décidez de ne suivre que le module un ou deux vous recevrez une certification officielle signée des trois partenaires. 4. Profitez d’un cursus conçu par et pour des professionnels Les cours favorisent l’approche opérationnelle des concepts pour une mise en pratique immédiate. Enseignés par une équipe d’uni- versitaires et de professionnels, ils auront lieu principalement le soir pour prendre en compte vos contraintes d’organisation. 5. Commencez votre formation à partir de votre niveau d’expertise initial Les 3 niveaux du cursus constituent autant de point d’entrée pour les participants. En fonction de votre niveau de maîtrise (validée sur dossier et par examen), vous intégrez le cursus au 1er , 2e ou 3e niveau. Vérifiez les critères d’admission pour chaque niveau grâce aux questions-type sur notre site www.difiq.com. 5de s’inscrire au DiFiQ bonnes raisons Vous avez des questions ? Vous souhaitez avoir plus d’information ? Tel : 01 40 33 92 92 - info@difiq.com L’Ensae (École nationale de la statis- tique et de l’administration économique) est la seule grande école d’ingénieur spécialisée en économie, statistique, finance et actuariat en France. L’Ensae fait partie du GENES (Groupe des Écoles Nationales d’Économie et Statistique) qui rassemble les activi- tés de recherche et d’enseignement de l’INSEE et regroupe en plus de l’Ensae l’école d’ingénieur Ensai (École natio- nale de la statistique et de l’analyse de l’information) ainsi qu’un laboratoire de recherche (Crest), un centre d’accès sécurisé distant aux données (CASD) et un centre de formation continue (Cepe). Plus d’information sur www.ensae.fr L’Université Paris Dauphine est lea- der dans l’enseignement des sciences de l’organisation et de la décision :son éven- tail disciplinaire est large mais cohérent. Économie,gestion,mathématiques,infor- matique,droit,sciences sociales,langues. Ouverte sur l’économie et l’entreprise : elle développe des cursus professionnali- sants, accueille de nombreux profession- nels parmi ses enseignants et cultive des relations étroites avec les entreprises. Dauphine est un lieu où l’enseignement est nourri par la recherche : les étudiants profitent ainsi des connaissances les plus récentes. Dauphine est accrédité EQUIS depuis 2009 et est membre fondateur du réseau d’établissements d’excellence Paris Science et Lettres. Plus d’information sur www.dauphine.fr Bärchen est un organisme de formation indépendant spécialisé en formation financière pour banques, sociétés de gestion et assurances. Bärchen conçoit et anime des solutions de formation sur mesure ou sur catalogue avec plus de 360 séminaires disponibles. Bärchen a été le premier organisme de formation continue à obtenir la certi- fication de l’Autorité des Marchés Fi- nanciers pour son examen de validation de connaissances (certification reçue le 20 mars 2010 sous le numéro C3). Bärchen collabore également avec de nombreuses Ecoles et Universités. Plus d’information sur www.barchen.fr Modalités • Rendez-vous sur www.difiq.com pour vérifier les critères d’admission et accéder au formulaire d’inscription. • Pour que nous puissions valider votre dossier dans les temps, il est recommandé que votre demande nous par- vienne au moins un mois avant le début des cours pour le niveau 1 et au moins un moins avant la date d’examen d’entrée (soit l’examen de sortie du niveau précédent) pour une admission directe aux niveaux 2 ou 3. • Le nombre de places étant limité à 20 participants, il est recommandé de s’inscrire dès que possible. Frais d’inscription •Lesfraisd’inscriptionauDiFiQcomplet(3niveaux soit 240 h) sont de 9 000 € pour un particulier et 12 000 € pour une entreprise. 1 • Les frais d’inscription à un seul niveau du DiFiQ (80 h) sont de 3 700 € pour un particulier et 5 000 € pour une entreprise. • Les participants devront apporter avec eux un PC portable équipé d’Excel (version 2003 ou ultérieure) afin de réaliser les exercices et TP intégrés dans chaque cours. 1. Prestation de formation continue exonérée de TVA. COMMENT S’INSCRIRE ? Bruno Bouchard Bruno est responsable de la filière finance de marché de la troisième année de l’ENSAE- ParisTech et co-responsable du Master Re- cherche MASEF à Dauphine en mathématique financière. Il a notamment obtenu le prix du meilleur jeune chercheur en finance de l’Institut Europlace 2013 et a de nom- breuses publications dans des revues de haut rang en mathéma- tiques appliquées à la finance. Antonin Chaix Diplôme de l’Ensae et titulaire du DEA de Mathé- matiques appliquées MASE de Dauphine, Antonin est un spécialiste des dérivés de taux. Ancien ana- lyste quantitatif au sein de Calyon et Ixis Cib, Antonin a développé pour Bärchen plusieurs modules sur les mathématiques financières et le pricing des dérivés complexes. Il intervient également à l’ENSAE ParisTech, au Cepe et à l’Université Paris VI. Une équipe d’intervenants de haut niveau Les intervenants sont sélectionnés au sein du corps enseignants de l’Université Paris Dauphine et du de l'ENSAE ParisTech ainsi que parmi les intervenants professionnels collaborant pour Bärchen. Ils sont dirigés par Bruno Bouchard et Antonin Chaix. Le DIFIQ qu’est-ce que c’est ? Le Diplôme de Finance Quantitative est un double diplôme unique en France délivré par l’Université Paris Dauphine et l’ENSAE ParisTech.Il est délivré à l’issue d’un cursus consa- cré aux techniques quantitatives en finance et gestion des risques, constitué de trois niveaux distincts et réservés aux professionnels. Il a pour ambition de permettre aux personnes déjà en poste et aux jeunes diplômés disposant d’une base minimum en mathématiques d’évoluer dans le secteur financier, de perfectionner et de valider leurs connaissances et savoir-faire. Le DiFiQ facilitera votre évolution de carrière au sein des services de négociation et d’ingénierie financière, de middle office et de gestion des risques mais aussi d’ALM et de gestion d’actifs. L’excellence technique pour les professionnels de la finance Le DiFiQ a été conçu conjointement par l’Université Paris Dauphine, l’ENSAE ParisTech et l’organisme de formation continue Bärchen. L’alliance de ces trois établissements vous garantit un niveau d’excellence pour chacun des cours et une formation connectée à la réalité de la finance contemporaine. Les intervenants sont issus des équipes de Paris Dauphine et de l'ENSAE ParisTech mais aussi du monde professionnel. Une formation vers l'expertise validée par un double diplôme Dauphine - ENSAE ParisTech Le DiFiQ s’étend sur 240 heures d’enseignement théorique et pratique. Le cursus se structure en 3 niveaux de 80 heures chacun à raison d’un niveau par semestre. Le cursus commence au niveau 1 à moins que votre maîtrise initiale en mathématique et finance ne vous permette d’entrer à partir du niveau 2 ou niveau 3. L’admission pour chaque niveau s’effectue sur dossier et en fonction d’un test d’aptitude ou d’un examen (voir ci-dessous). Découvrez sur notre site www.difiq.com le niveau d’entrée qui vous convient le mieux. Les niveaux 1 et 2 peuvent être suivis indépendamment et donnent droit à une Certification signée des trois partenaires. Réussir le niveau 3 donne droit au double diplôme Paris Dauphine - ENSAE ParisTech. Quels sont les cours dispensés ? Les cours enseignés se concentrent sur les mathématiques financières et leurs applications dans le monde de la finance et de la gestion des risques. Edito Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Produits financiers et gestion d’actifs 54 h 15 h Mathématiques Financières 12 h 60 h Gestion des risques 14 h 45 h TP informatiques 20 h 20 h Chaque participant pourra en plus participer gratuitement à un séminaire de son choix parmi ceux proposés au sein du catalogue de Bärchen (www.barchen.fr) et assister aux différentes conférences organisées par les 3 partenaires sur les sujets liés (réglementation, normes comptables, informatique…). Séminaires professionnels complémentaires En complément des 240 heures de cours vous pourrez participer à toutes les conférences animées par des experts reconnus que pro- posent les trois partenaires pour aborder des sujets connexes ou approfondir cer- taines notions. Par ailleurs vous aurez la possibilité de participer à un séminaire de votre choix parmi ceux proposé dans le catalogue Bärchen (www.barchen.fr) dans la me- sure des places disponibles. Aucun frais supplémen- taire ne sera demandé pour la participation à ces conférences et à ce séminaire. Comment s’organise l’enseignement ? La formation est conçue pour des professionnels en activité. Elle s’organise donc principalement en cours du soir, de 18h00 à 21h00 et intègre éga- lement plusieurs journées complète à raison d’une journée par mois. Chaque niveau se déroule sur un semestre, il est donc possible de décrocher le DiFiQ en un an et demi. Les cours ont lieu à Paris à l’Université Dauphine ou au sein des autres partenaires Ensae et Bärchen. Les inscriptions sont ouvertes ! Le calendrier des prochaines sessions • Niveau 1 : mars à juillet 2014 (inscriptions ouvertes) • Niveau 2 : septembre à décembre 2014 • Niveau 3 : février à juin 2015 Retrouvez le calendrier détaillé sur www.difiq.com Niveau 1 :Techniques des marchés financiers et gestion des risques Il ne faut pas être complètement étranger au monde de la finance et disposer d’une certaine culture mathématique initiale. pour suivre efficacement ce niveau. Afin de décrire les produits et règles du jeu des marchés, une mise à niveau en mathématiques permet de formaliser et de mesurer le concept d’incertitude inhérent aux marchés. Les techniques usuelles de Pricing d’options et de Risk Manage- ment,basées sur l’absence d’opportunité d’arbitrage,sont introduites ainsi que la modélisation actuarielle des risques de taux. Connaître le concept de mesure de risque, notamment la Value at Risk, semble inévitable dans un contexte de régulation de plus en plus forte (Bâle, Solvency). Enfin, un cours de gestion de portefeuilles permettra d’aborder sous un angle quantitatif l’approche usuelle de minimisa- tion du risque pour un rendement moyen donné. 1. Les fondamentaux mathématiques pour la finance (12H) 2. Les produits financiers (40H) 3. Introduction à la gestion des risques (14H) 4. Gestion de portefeuille (14H) Niveau 2 : Modèles mathématiques et applications Ce module présente les outils mathématiques et statistiques qui caractérisent la finance quantitative. Au-delà de son contenu technique, notre ambition est d’apporter une bonne compréhen- sion de ces outils afin de pouvoir les manipuler avec aisance dans un cadre professionnel. 1. Introduction au calcul stochastique (30h) 2. Modélisations stochastiques des marchés financiers (15h) 3. Statistique (15h) 4. Méthodes numériques 20h Chaque module sera accompagné de travaux pratiques informatiques. Niveau 3 : Finance quantitative avancée Se fondant sur le socle théorique du DiFiQ niveau 2, le niveau 3 propose une série de modules avancés en modélisation, gestion des risques et asset management. Tous les sujets de la finance quantitative actuelle sont abordés, de l’évaluation de structu- rés complexes à la question aujourd’hui cruciale de la gestion du risque de contrepartie. Les modules du DiFiQ niveau 3 sont complétés par un cycle de conférences animées par des profes- sionnels reconnus. 1. Modélisations avancées (14h) 2.Techniques statistiques avancées en gestion des risques (12h) 3. Gestion du risque de contrepartie (12h) 4. Gestion du risque de liquidité (8h) 5. Stratégies quantitatives de gestion d’actifs (10h) 6. Eléments de réglementation prudentielle (8h) 7. Cycle de conférences (16h) UN PROGRAMME EN 3 NIVEAUX Conditions d’entrée requises pour les admissions directes Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Mode d’admission directe Individuel sur dossier Individuel sur dossier Individuel sur dossier Niveau d’étude initial minimum requis Bac +3 Bac +4 Bac +4 Examen requis Test d’aptitude en ligne (mathématique et finance) Réussite à l’examen de sortie du Niveau 1 Réussite à l’examen de sortie du Niveau 2 Procédure Demande d’admission par internet Etude du dossier et retour en deux semaines maximum Passage de l’examen ou du test d’aptitude si retour positif Paul Une fois obtenue sa licence d'écono- métrie, Paul a choisi de travailler en finance après un stage en Back Office dérivés d’une banque d’investisse- ment. Aujourd'hui il souhaite évoluer rapidement et intégrer le service de gestion des risques. ´ Il s’est décidé à reprendre une for- mation pour acquérir un socle solide de maîtrise des produits et des techniques d’évaluation des risques. Le DiFiQ est totalement adapté à sa situation et lui permettra d’améliorer dès le niveau 1 sa compétence professionnelle. Arthur Après 5 ans en gestion d’actifs en tant qu’assistant de gestion puis gérant de fonds, Arthur qui dispose d’un master 2 en Banque Finance souhaite rafraî- chir et développer son niveau en ma- thématiques financières pour amélio- rer la maîtrise de son environnement professionnel. ´ Grâce à son expérience profession- nelle et sa formation initiale, il pourra intégrer directement le niveau 2 du DiFiQ et développer son savoir-faire en techniques quantitatives. Gabrielle Diplômée d’une école d’ingénieur, Ga- brielle a occupé pendant plus de 10 ans différents poste en salle des marchés et s'apprête à intégrer l'équipe de gestion d'un hedge fund. Disposant d'une bonne maîtrise des marchés et de la théorie mathématique, elle souhaite acquérir l'état de l'art des techniques quantitative à l'oeuvre aussi bien en gestion d'actifs, en activités des marchés qu'en gestion des risques. Elle demandera à entrer directement au niveau 3 du DiFiQ. ´ Elle s’est décidé à reprendre une for- mation pour acquérir un socle solide de maîtrise des produits et des techniques d’évaluation des risques. Le DiFiQ est totalement adapté à sa situation et lui permettra d’améliorer dès le niveau 1 sa compétence professionnelle. 3 EXEMPLES DE PROFILS DIFFÉRENTS POUR 3 NIVEAUX D’ENTRÉE L’entrée dans le cursus du DiFiQ requiert une culture minimum en mathématique et des connaissances en finance. En fonction de votre maîtrise initiale de ces sujets, vous avez la possibilité d’intégrer le cursus à partir du Niveau 1, Niveau 2 ou Niveau 3. Vérifiez le niveau qui vous convient le mieux à l’aide des programmes des différents niveaux et des exemples de questions des tests d’entrée disponibles sur notre site www.difiq.com. À noter que les niveaux 1 et 2 peuvent être suivis de façon indépendante sans obligation de poursuivre le cursus jusqu’au niveau 3.Si vous réussissez leur examen de sortie vous aurez droit à une triple Certification Ensae - Dauphine - Bärchen. QUEL NIVEAU POUR VOUS ?
  15. 15. Déclinaisonen4langues: français, anglais, allemand, italien kk Création graphique kk Exé kk Export PDF interactif FONDATIOND’ARTOXYLANE DOSSIER DE PRESSE Exhibition of the BISAR Residence La.Fondation.d’Art.Oxylane.est.le.projet.qui.a.mar- qué,. en. juillet. 2009,. l’entrée. du. groupe. Oxylane. dans. le.monde. de. l’art. contemporain.afin. de. dé- couvrir.et.accompagner.des.artistes.internationaux. émergeants.pour.insuffler.une.nouvelle.énergie.dans.notre.façon.d’appréhender.le.sport. Tout.comme.dans.ses.autres.secteurs.d’activités, Oxylane souhaite promouvoir, avec sa fondation d’art, la démocratisation des outils nécessaires à l’expression d’une passion et faciliter le rapprochement du plus grand nombre à l’art contemporain. Les.racines.de.la.Fondation.d’Art.Oxylane.sont.ancrées.dans.la.communauté.urbaine.de. Lille.métropole,.rond-point.européen.de.Paris,.Londres.et.Bruxelles..Cette.localisation.pri- vilégiée.est.la.source.et.le.point.de.départ.de.la.fondation. La volonté de la Fondation d’Art Oxylane est de promouvoir les liens entre l’art et le sport au.sens.large.;.rendre.visible.les.réflexions.artistiques.existantes.sur.le.sport.ou.sur. un.de.ces.aspects,.rechercher.de.nouvelles.synergies,.de.nouveaux.points.de.vue,.faire. parler.artistiquement.le.sport.et.son.monde.de.signes.et.cela.à.travers.tous.les.terrains.de. l’art.contemporain.:.musique,.peinture,.sculpture,.écriture,.danse,.théâtre,.vidéo,.cinéma,. photographie,.land.art,.design,.raw.art.et.internet.art..Toute.forme.de.collaboration.est. envisageable. . Pour.chaque.événement.la.programmation.et.les.actions.de.la.Fondation.ont.lieu.dans.un. endroit.spécifique..Les.interlocuteurs.de.la.fondation.sont.les.musées,.les.galeries,.les. institutions,.les.associations,.les.écoles.et.tout.lieu.réadaptable.et.pertinent.à.l’occasion... Cela.traduit.la.volonté.de.se.situer.ou.plus.près.du.lieu.de.production,.de.diffusion.et.de. vie.de.l’œuvre.d’art.et.de.son.auteur.et.ainsi.créer.des.liens.entre.l’œuvre.d’art.et.le.grand. public..La prise sur l’actualité et le quotidien et son rapprochement avec l’art sont une priorité pour la Fondation d’Art Oxylane. La. recherche,. l’engagement. et. l’action. de. la. Fondation. s’envisagent. à. l’international. et. s’articulent.en.trois.formes.ponctuelles.:.la.production,.le.mécénat,.le.partenariat. LA FONDATION D’ART OXYLANE Toute forme de collaboration est envisageable. 3 Avril 2011 - Surface de réparation En.documentant.la.pratique.du.football.en.Pales- tine,.la.photographe.Amélie.Debray.propose.un.re- gard.inédit.sur.la.jeunesse.palestinienne..Les pho- tographies témoignent tout à la fois de la passion universelle pour le ballon rond et de l’affirmation d’une identité dans un pays morcelé..Elles.rendent. compte.de.la.vie.sportive.de.plusieurs.clubs.de.foot- ball.représentatifs.de.la.diversité.du.pays..Le.projet. fait.partie.d’un.long.travail.d’investigation.autour.de. la.pratique.du.football.à.travers.le.monde..Amélie.Debray.prolonge.ici.son.travail.d’enquête. commencé.en.Afrique.du.Sud.et.en.France. Artiste : Amélie.Debray Du 4.9.11 au 9.11.11 - Formes Olympiques A. travers. plus. d’une. vingtaine. d’œuvres. d’art,. allant. de. l’art.moderne.à.l’art.brut.en.passant.par.l’art.contempo- rain.;.le corps et le mouvement sont questionnés ou glo- rifiés, à travers un sport, une pratique artistique,.tout.en. impliquant.le.spectateur.. From 11.11.11 to 11.27.11 - Sequence Multiculturelle, riche, originale, festive : voilà quelques ad- jectifs qui caractérisent la 20ème édition du Festival inter- national Séquence de court-métrage, qui se déroule dans divers lieux de la ville de Toulouse et de la région Midi-Py- rénées. A l’occasion de cette édition anniversaire, l’asso- ciation toulousaine a souhaité ouvrir un nouveau champ d’exploration, le sport..Dans.ce.cadre,.le.partenariat.entre. l’association.et.la.Fondation.d’Art.Oxylane.a.donné.naissance. à.une.thématique.ouverte.Le.sport.dans.tous.ses.états..Le. court-métrage.est.un.format.peu.répandu.dans.les.circuits. de.distribution.traditionnels.et.il.vit.essentiellement.grâce. aux.festivals.spécialisés..Ainsi,.en.soutenant.le.festival.Sé- quence,.la..Fondation.d’Art.Oxylane.s’inscrit.complètement. dans.une.dynamique.d’aide.aux.artistes.en.devenir. Í.Site. Í.Site. Í.Site. 6 Le cycle de conférences Pendant.trois.mois,.d’avril.à.juin.2011,.BISAR.a.proposé.à.une.succession.d’artistes.de. présenter.leurs travaux dans une ambiance conviviale sous forme de conférence, de lec- tures, d’exposition photo et de dessin, de diffusion vidéos, d’échanges, d’appréhesion de l’espace urbain. BISAR.peut.ainsi.se.targuer.de.permettre.à.des.artistes.émergeants.ou.reconnus.de.pré- senter.à.un.public.toujours.présent.en.nombre.l’avancée.de.leurs.réflexions. Conférenciers PLUS QU’UNE RESIDENCE Sam Griffin Dessinateur.et.sculpteur.ayant.exposé.dans. de.nombreux.pays.européen.et.collaboré.avec. le.professeur.Ian.Borden.et.Raphaël.Zarka.. Photos Jonathan Peters Photographe. et. vidéaste. dont.les.œuvres.enrichissent. sans.cesse.la.culture.skate- board..Photos Adam Sello Fondateur. du. célèbre. magazine. Anzeige. Berlin.. Photos Radioskateboard Collectif. de. skateurs. de. Kreuzberg..Photos French Dessinateur.qui.illustre.merveilleusement. l’adage.«Skateboard.is.dirty.and.edges.are. rough»..Photos East Eric Artiste.polymorphe.dont.le.travail.tourne.au- tour.du.concept.de.penser.autrement.l’es- pace.et.l’envisager.sous.un.angle.nouveau. notamment.à.travers.sa.série.monochrome.. Photos Christian Roth (Captain Cracker) Photographe,. vidéaste. et. réalisateur. de. documentaire,. il. est. également. directeur. de.la.création.et.associé.au.sein.de.de.Mob. Skateboard..Photos Scott Bourne Skateboarder. professionnel,. écrivain. et. poète..Photos Alexander Hollstein Skateboarder. emblématique. de. la. scène. berlinoise..Photos Brad Downey Plasticien.dont.le.travail.vise.à.attirer.l’at- tention. du. public. sur. sa. propre. situation. urbaine.et.sociale..Photos Andrea Belfi Batteur. et. compositeur. électroacoustique. auteur.de.nombreux.albums.et.collabora- tions..Photos Natas Kaupas Skateur. précurseur. d’une. nouvelle. ap- proche.de.la.discipline.dans.les.années.80,.il. a.marqué.de.son.empreinte.le.skateboard.et. développe.aujourd’hui.des.design.novateurs.. La.fondation.soutient.l’œuvre.2.foot.worlds. présentée. dans. le. cadre. de. l’exposition. Public.Domain.à.la.Gaîté.Lyrique..Photos The Wa Plasticien. et. vidéaste. se. définissant. lui- même. comme. un. «. guerilla. artist. »,. il. utilise.la.plupart.du.temps.la.ville.comme. objet.central.de.ses.œuvres..Photos Dumar Brown aka Nov York Graphiste.et.maintenant.écrivain.de.nom- breuses.nouvelles,.de.scripts.pour.le.ciné- ma. et. la. télévision.. Son. inspiration. prin- cipale. vient. de. son. emploi. de. professeur. d’anglais.dans.les.prisons.new.yorkaises... Photos http://bisar.tumblr.com www.fondation-art-oxylane.com BISAR Skateboard Conferences June 2011 Jeden Donnerstag 20 Uhr / Every Thursday 8pm Projektraum1 / Kunstraum Kreuzberg / Bethanien, Mariannenplatz2, 10997 Berlin Photocredits:AlexanderHollstein 11 Mettant en lumière une sélection d’œuvres créées par les artistes par- ticipant au projet de résidence BISAR (Berlin International Skateboard Artists Residence), l’exposition DO NOT THINK explore plusieurs as- pects de la culture du skateboard. A.l’intérieur,.le.travail.des.artistes..explore,.de.façon.volontaire.ou.condi- tionnée.par.l’environnement.créé.au.sein.de.la.résidence,.plusieurs.as- pects.de.la.culture.skateboard.. La décomposition et l’approche physique.de.l’architecture,.l’œuvre.des. vidéo-artistes. La notion de « Do It Yourself ».appliquée.à.l’invention.de.planches.im- possibles.ou.à.la.mise.en.scène.décalée.de.dessins,.conçues.par.le.car- tooniste. La réutilisation, la réadaptation et la réappropriation d’espaces,.artis- tiques,.extérieurs.ou.intérieurs,.détournés.par.le.plasticien. La répétition maniaque d’un trick.par.le.dessinateur. Ou. encore. l’approche. sonore. du. compositeur. à. travers. l’orchestration. d’une symphonie skate de.musica.materica. La fusion entre l’objet lui-même et les recherches menées à son propos est bien illustrée par la sculpture skateable.qui.accompagne.toujours.cette.exposition. L’œuvre.du.dessinateur.anglais.Dave.The.Chimp,.les.sculptures.ont.représenté.un.père.en- laçant.son.enfant.dans.un.geste.de.protection.et.qui.envoie.un.message.de.joie.et.de.liberté. (la.sculpture.skateable.«.Papa.und.Ich.».à.Berlin).et.l’image.de.deux.amis.qui.se.tiennent. par.la.main.(«.Friendship.Bowl.».à.Wroclaw.en.Pologne),.et.prendra.plusieurs.autre.formes. qui.parlent.de.l’univers.du.skateboard.tout.le.long.du.parcours.de.l’exposition. L’ambition.de.la.Fondation.d’Art.Oxylane.est.d’offrir.à.chaque.ville.qui.héberge.l’exposition. une.sculpture.skateable.exécutée.spécifiquement.pour.l’occasion..Ainsi.«.Papa.und.Ich.». accueille.toujours.les.enfants,.le.publique,.les.skateurs….à.Berlin.et.le.«.Friendship.Bowl.». a.été.transféré.dans.une.espace.d’art.dans.le.centre.de.Wroclaw. Produit.d’une.résidence.d’artistes.vivante.et.ouverte,.en.accord.avec.son.approche.fon- damentalement.pluridisciplinaire,.l’exposition.DO...NOT.THINK.s’accompagne.de.divers. évènements.autour.du.skateboard.–.projections.vidéo,.ateliers.pour.enfants.et.adultes,. concerts.et.skateboard.jams. Sa.présence.est.complétée.par.un.catalogue,.un.disque.vinyle.en.édition.limitée.des.com- positions.d’Andrea.Belfi.et.un.livre.de.dessins.tirés.de.l’œuvre.de.Dave.The.Chimp. L’EXPOSITION Ausstellung der Berlin International Skateboard Artists Residence Vom 10. September bis 23. Oktober 2011 Täglich 12–19 Uhr Projektraum 1 / Kunstraum Kreuzberg/Bethanien Mariannenplatz 2, 10997 Berlin Ein Projekt der In Zusammenarbeit mit dem Kunstraum Kreuzberg/Bethanien L’intention de la Fondation d’Art Oxylane est d’offrir à chaque ville qui héberge l’exposition sa sculpture skateable exécutée pour l’occasion. «Papa.und.Ich» 14 Wrocław Pour.toutes.demandes.d’images.HD,. merci.de.nous.contacter 16
  16. 16. kk Création graphique kk Exé kk Export PDF interactif MALTEUROP NEWSLETTER News *Le magazine interne de Malteurop est édité par Malteurop Groupe, BP 1041, 51685 Reims Cedex 2, France - Tél. : +33 (0)3 26 78 61 00. Responsable de publication et rédaction : François Sutra Fourcade, Angélique Dard, Diptyque. Traductions : Lester traduction. © Copyright Malteurop 2014. Toute reproduction, même partielle, est interdite sans autorisation préalable de l’éditeur. *Nous cultivons vos malts Focus Responsabilité sociétale h Sécurité au travail .....................................2 Les méthodes de sécurité “People Based Safety” aux Etats-Unis et au Canada h Sécurité sanitaire alimentaire ..................4 Diamalteria est certifiée FSSC 22000 h Réduire la consommation d’énergie ......6 La centrale de cogénération biomasse de Gdansk, un système innovant et performant h Développement local...............................8 Responsabilité Sociétale, l’engagement local Développement Malteurop investit dans les malts spéciaux .............................9 Conseil et ingénierie Partenariat technique en Afrique du Sud ...10 Système d’information Tour d’horizon des projets informatiques de Malteurop .............................................11 Equipe de direction Nominations .........................13 Pologne Double récompense ................................15 Vivescia 4 valeurs pour forger une culture commune ..............................16 Agenda ......................................................16 Mai 2014 - N°8 Mai 2014 2 Dans ce système de gestion de la sécurité, des ap- proches participatives sont mises en œuvre. Gary McLoughlin, Vice-Président des Opérations, nous dit quelle méthode et quels nouveaux outils sont déployés par MENA et MEC. Sur quels principes se fonde votre approche de la sécurité ? L’objectif des systèmes de gestion sécurité-hy- giène de MENA et de MEC est de réduire les risques et créer un environnement sûr et productif pour nos collaborateurs. Cela se fait notamment en leur donnant les outils dont ils ont besoin pour empê- cher les incidents avant même qu’il n’arrive quelque chose. Plutôt que de réagir après l’incident, notre but est d’identifier les indicateurs majeurs, de prendre des mesures préventives avant la survenue d’un incident, et d’être proactifs dans notre analyse des tendances. La « People Based Safety » (PBS) est un des composants de base du système de gestion sécurité-hygiène de MENA. Pouvez-vous décrire plus précisément la “People Based Safety”? La PBS repose sur des techniques simples d’observa- tion ; les collaborateurs s’observent et font un retour d’informations constructif et mutuel pour renforcer les comportements contribuant à la sécurité au travail et dissuader les comportements à risque. La PBS n’est pas simplement un outil de reporting ; c’est un processus qui prend en compte la totalité de notre être, et non seulement nos réactions à ce qui se passe autour de nous. La People Based Safety est basée sur 4 compétences-clés : Acting, Coaching, Thinking, and Seeing (ACTS – Agir, Coacher, Penser et Voir). Nos col- laborateurs utilisent ces 4 compétences afin de définir les comportements sécu- rité qui sont critiques pour l’usine. Ces comportements critiques en ma- tière de sécurité sont déclinés sur une check-list qui compose notre Safety Ob- servation Audit Form (Formulaire SOA – Audit d’Observation Sécurité). Comment ça se passe ? Qui fait ces observations ? Les SOA peuvent être initiés par les membres du personnel comme par Chez Malteurop, la sécurité a une dimension organi- sationnelle. Les procédures de sécurité sont associées au fonctionnement quotidien et intégrées dans une approche systématique. Malteurop fait confiance au principe « People Based Safety », qui repose sur l’idée que les collaborateurs partagent la responsabilité à la fois de leur propre sécurité et aussi de celle des autres. Sécurité au travail Les méthodes de sécurité “People Based Safety” aux Etats-Unis et au Canada Mai 2014 3 Les méthodes de sécurité “People Based Safety” aux Etats-Unis et au Canada l’encadrement. Nos collabora- teurs interviennent en notant si les comportements observés sont sûrs ou bien de nature à com- porter des risques, et en faisant des remontées dans un esprit de service, de responsabilité person- nelle, et d’interdépendance. Ces observations sont enregistrées et les tendances sont relevées en termes de pourcentage des com- portements sûrs par rapport aux comportements à risque observés. Nous prenons soin de reconnaître les réussites de chaque usine en matière de réduction de compor- tements à risque et de sensibilisa- tion à la sécurité. Concrètement comment faire pour relever ces observations et les exploiter avec le maximum d’efficacité ? Les ressources étant limitées, il est souvent difficile de suivre les ana- lyses des tendances en temps réel et de profiter ainsi pleinement des avantages de ce programme. Si on perd conscience des 4 compétences- clés (ACTS) et si on oublie les SOA, l’impact est perdu et le taux d’acci- dents commence à augmenter. Notre solution est d’éliminer la gestion papier et de mettre en place un système mobile numé- rique avec des outils de suivi des tendances et de reporting auto- matiques. Des appareils mobiles intelligents sont mis en œuvre chez MENA / MEC. Des smartphones, tablettes et mini-tablettes — conjugués à de nouvelles applications, constituent une alternative qui permet à notre équipe de gestion de la production de gagner du temps. Ces applica- tions permettent de générer en temps réel les SOA et les rapports de sécurité au travail, de GMP (« Good Manufacturing Practices » – Bonnes Pratiques de Production) et de Maintenance sans duplication des données saisies entre le papier et l’ordinateur. Les rapports sont générés instantanément, y compris avec intégration dans le rapport des photos de l’élément ou de la zone concernés. Les Safety Obser- vation Audits sont un élément-clé de notre programme sécurité-hy- giène. Les formulaires sont conçus sur mesure et sont suffisamment flexibles pour être adaptés à l’évo- lution des besoins de chaque usine. Avez-vous une solution applicative à nous recommander ? A notre sens, le meilleur logiciel d’audit et de création de check- lists pour les plateformes Apple et Android est l’application iAuditor de SafetyCulture Pty Ltd. Ce logi- ciel est très stable et permet de créer des formulaires personnali- sables sans nécessiter de formation en programmation. Ceux-ci sont intuitifs et la fonction de recon- naissance vocale les rend faciles d’emploi, même pour ceux d’entre nous qui avons des gros doigts ! Nous sommes actuellement en train de mettre ce système en place dans les usines nord-américaines et canadiennes. Ces nouveaux outils permettront à nos collaborateurs de stopper le processus avant la survenue d’un incident. Les indicateurs suivis par les Responsables du personnel et Directeurs d’usine incluent : • nombre d’observations de comportements conduites • taux de participation dans un processus de coaching interpersonnel • nombre de sessions de peer-coaching par jour • pourcentage de comportements sûrs / à risque observés • nombre de réunions sécurité animées par le personnel • nombre de suggestions sécurité soumis par des collaborateurs • nombre de presque-accidents remontés • nombre d’interactions de sécurité conduites People Based Safety Les principaux indicateurs Mai 2014 6 L’usine polonaise située à Gdansk se dote d’un nou- veau système énergétique répondant aux critères de réduction des énergies fossiles et des coûts énergé- tiques. Un chantier qui s’est concrétisé par la construc- tion d’une centrale de cogénération biomasse qui fonctionne d’ores et déjà à plein rendement. Le choix de la biomasse et de la cogénération Malteurop Pologne utilisait du gaz naturel pour le chauffage de la tou- raille de la malterie de Gdańsk. Il y a quelques années, un projet de rem- placement d’une partie de l’énergie gaz par de la biomasse a été lancé. En effet, la Pologne, comme les autres pays de l’UE, a l’obligation d’atteindre un certain pourcentage d’énergie de sources renouvelables dans le mix d’énergie électrique. Ce pourcentage doit être au moins égal à 19% d’ici 2020. Pour l’y inciter, un système de soutien basé sur ce qu’on appelle les “certificats verts” a été mis en place. Ces certificats sont accordés pour la production de MW de puissance électrique issue de source renouvelable. De plus, des subventions d’investissement étatiques sont prévues si le projet génère des économies significatives de CO2 d’origine fossile. Après des analyses techniques et commerciales, Malteurop Pologne pris la décision de construire une centrale de cogénération sur la base de l’utilisation de biomasse. Le prin- cipe est de générer deux sources d’énergie à partir d’une seule : dans le cas de Gdansk, il s’agit de pro- duire de l’électricité et de la cha- leur à partir de la seule biomasse. Un système de tampon pour stocker l’énergie L’énergie produite – à la fois élec- trique et thermique – est entière- ment consommée sur place dans l’usine. La solution technique a été développée en coopération avec Denis Julien, Directeur Tech- nique Groupe. Sur ses conseils, un système de tampon (“buffer”) a été ajouté afin d’assurer un fonc- tionnement stable de la turbine en permettant de stocker l’éner- gie excédentaire pour des besoins ultérieurs. Inversement, en cas de pic de consommation d’énergie, le système est ouvert à d’autres sources, gaz et électricité, ce qui Réduire la consommation d’énergie La centrale de cogénération biomasse de Gdansk, un système innovant et performant Système de circulation d’air Centrale de cogénération biomasse - vue générale Mai 2014 7 La centrale de cogénération biomasse de Gdansk, un système innovant et performant Système tampon en construction offre une adaptabilité et une grande sécurité pour pro- duire à moindre coût. Pour la turbine, Malteurop Pologne a choisi une techno- logie ORC (cycle organique de Rankine) avec chauffage à fluide organique utilisant un foyer et de l’huile ther- mique. Dans le même temps une analyse des sources de biomasse utilisables a été menée. Une partie de la biomasse provient de déchets - poussières d’orge notam- ment - de la production de l’usine. Il se trouve que Gdańsk est très bien situé en termes de biomasse puisque dans un rayon de 70 km autour de l’usine, l’industrie du bois est très développée, ce qui rend disponible une quantité importante de déchets de bois qu’il s’agisse de sous-pro- duits forestiers ou de déchets de bois de récupération (palettes par exemple). La performance technique et économique Le projet a débuté en novembre 2012. La construction s’est terminée en octobre 2013. La première production d’énergie verte a eu lieu en décembre 2013. A l’heure actuelle la centrale de cogénération produit à la fois la chaleur de base de la touraille et l’énergie de base pour la malterie. La capacité maximale est de 4,15 MW de chaleur et 0,95 MW de puissance électrique. Les attentes commerciales ont été remplies. Le budget des coûts de production a été respecté. Les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (émissions de CO2 d’origine fossile) sont atteints et se situent largement en-dessous des recommandations et normes de l’U.E. En conclusion, le nouveau système énergétique de la mal- terie de Gdansk est un système performant et flexible re- posant sur le multi-sourcing (biomasse en principal, mais aussi gaz, électricité) ; il contribue ainsi à la production des volumes de malt dans les qualités demandées par les clients. Cet investissement se situe dans la droite ligne de la politique de développement durable de Malteurop en matière d’énergie : rechercher l’efficacité énergé- tique maximale pour limiter l’usage des ressources. Chaudière Turbine Mai 2014 10 Conseil et ingénierie Partenariat technique en Afrique du Sud Malteurop a conclu un accord de partenariat technique avec son client SABMiller qu’il accompagne dans le développement d’une nouvelle malterie en Afrique du Sud. Un projet ambitieux qui illustre la capacité du groupe à accompagner ses grands clients brasseurs dans leur développement à l’international. Avec SABMiller en Afrique du Sud Le groupe SABMiller, brasseur in- ternational n°2 mondial, est un client de longue date avec lequel Malteurop entretient des relations de partenariat. Il a souhaité que Malteurop l’accompagne dans son projet de développement d’une nouvelle malterie à Johannesburg. SABMiller est né en Afrique du Sud à la fin du XIX siécle et s’est beau- coup développé dans ce pays, à la fois en tant que brasseur et comme producteur et distributeur de bois- sons sans alcool. Sa grande marque régionale — Castle — détient 90% de part du marché sud-africain. Un projet stratégique Le projet dans lequel Malteurop est impliqué porte sur la construc- tion d’une nouvelle malterie d’une capacité de production de 130 000 t. Située à Alrode dans la banlieue de Johannesburg à proxi- mité d’une brasserie qui produit la bière Castle, la nouvelle malterie remplacera une unité de 40 000 t. On comprend l’importance de cet investissement et le caractère em- blématique du projet pour SABMil- ler ; cela donne bien sûr à Malteu- rop une grande responsabilité. Ce chantier est aussi à resituer dans le contexte socio-politique particu- lier de l’Afrique du Sud post-apar- theid. Les projets économiques et industriels doivent y valoriser les ressources locales — recrutement, management, choix des fournisseurs — et sont à ce titre encouragés fis- calement par le gouvernement. Le projet que Malteurop a élaboré a bien rempli cet objectif et s’est attaché à impliquer les entreprises locales dans la construction et l’équipement de la malterie. Ce que Malteurop apporte Dans le cadre d’un Accord inter- national de Partenariat Technique (Technical Partnership Agreement) conclu avec le groupe SABMiller PLC et sa filiale sud-africaine SAB Ltd, Malteurop intervient à la fois en in- génierie, conseil technique et mana- gement de projet. Le contrat a été signé officiellement en janvier 2014. En termes de compétences, Mal- teurop a mis en oeuvre une équipe dédiée : Reechad Benyahia, Direc- teur Technique Groupe adjoint est le chef de projet basé sur place ; Denis Julien, Directeur Technique Groupe en assure la supervision. La philosophie technologique est ambitieuse, il s’agit de construire une malterie de premier plan, des- tinée à produire du malt de haute qualité répondant aux exigences de SAB pour sa marque-phare Castle, en répondant à des critères de grande efficacité énergétique et de faible consommation en eau. Le démarrage de la production de malt est prévu en 2015. La malterie sera approvisionnée en orges directement par les fermiers sud-africains, SAB Ltd ayant pour objectif de développer l’approvi- sionnement local en soutenant les petits agriculteurs. L’Afrique du Sud est le deuxième contributeur aux résultats du groupe devant l’Europe et les Etats-Unis. Sa filiale SAB Ltd y brasse de la bière depuis 1895, y possède 7 brasseries, 6 usines d’embouteillage, 40 plateformes de distribution et emploie 11500 personnes. SABMiller en Afrique du Sud Les valeurs sont un élément important de la culture d’entreprise, elles précisent l’identité et donnent des points de repère pour les actions et décisions collectives et individuelles. Initié en 2013, le chantier des va- leurs a mobilisé un groupe de ré- flexion auquel ont participé des col- laborateurs des différentes sociétés du groupe Vivescia. Ensemble ils ont contribué à l’élaboration des quatre valeurs retenues. Malteurop dont les collaborateurs sont présents dans le monde entier a choisi de s’emparer du sujet lors d’une réunion du Comex rassem- blant les dirigeants des différentes business units. Ils ont réfléchi à l’adaptation et ont travaillé sur la traduction des valeurs en anglais puisque c’est leur langue de tra- vail. Malteurop étant implanté dans 14 pays sur 4 continents, il y a là un véritable enjeu de manage- ment interculturel. Par exemple, la compréhension d’une valeur comme “être authentique” peut varier d’une culture à l’autre ; l’authenticité ne signifie pas la même chose en Chine, en Russie et aux Etats-Unis ! Voici l’intitulé et la définition de chacune des quatre valeurs : • Agir ensemble C’est le plaisir de partager nos idées et de construire en équipe des solutions en commun pour at- teindre nos objectifs et relever les défis de demain. • Oser entreprendre C’est l’envie de bâtir notre avenir avec audace et agilité, en se dé- passant, en créant, en innovant et en prenant des risques maîtrisés. • Etre authentique C’est le choix d’être soi-même en étant vrai et juste dans nos relations. C’est savoir se remettre en cause en respectant l’individu, les cultures, les règles et l’environnement. • S’inscrire dans la durée C’est la volonté d’anticiper, d’agir et de transmettre dans une vision long terme, avec patience et dé- termination. Vivescia 4 valeurs pour forger une culture commune Agenda Salons professionnels Australie Australian Grains Industry Conference (AGIC) Site 28-30/07 Melbourne, Australie Grande conférence sur la filière de l’orge australienne. Pologne RMI Analytics Crop Tours 2014 Site 10-11/07 République tchèque et Slovaquie Journées de Rencontres des professionnels de la filière orge-malt-bière. Australie Barley Australia Forum Site 17/09 Adelaide, Australie Forum technique réunissant producteurs, instituts de recherche, associations et organismes gouvernementaux. Europe USA-Canada Brau Beviale Site 11-13/11 Nüremberg, Allemagne Stand Malteurop Tendances et nouveaux produits pour la production et le marketing de la bière et des boissons non-alcoolisées. • Vivescia est l’actionnaire majoritaire de Siclaé, le groupe industriel de transformation de productions agricoles qui possède Malteurop à 100% • 4,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires • 8 100 collaborateurs dans 25 pays • 1ère coopérative céréalière de France (1 million d’hectares, 3,9 millions de tonnes collectées) • un leader mondial du malt • un leader européen de la meunerie et de la boulangerie- viennoiserie-pâtisserie • 2ème maïsier européen Chiffres de l’exercice 2012-2013 http://rapport2013.vivescia.com Vivescia, infos clés Maggio 2014 2 In questo sistema di gestione della sicurezza vengono adottati modelli partecipativi. Gary McLoughlin, vice- presidente operazioni, ci illustra il sistema e gli stru- menti innovativi implementati da MENA e MEC. Su quali principi si fonda il vostro approccio alla sicurezza? L’obiettivo dei sistemi di sicurezza e di igiene adottati da MENA e MEC è quello di ridurre i rischi e creare un ambiente sicu- ro e produttivo per i nostri collaboratori. Per conse- guire tale obiettivo offriamo ai nostri dipendenti gli strumenti necessari per evitare gli incidenti. Invece di intervenire a sinistro avvenuto, il nostro scopo è indivi- duare gli indicatori più importanti, applicare le misure preventive prima che si verifichi l’evento infortunisti- co e adottare un approccio proattivo nell’analisi del- le tendenze. Il People Based Safety (PBS) è una parte fondamentale del sistema di gestione della sicurezza e dell’igiene di MENA. Come descriverebbe in modo più preciso il People Based Safety? Il PBS si basa su alcune semplici tecniche di osservazio- ne; i collaboratori si osservano a vicenda e forniscono un feedback costruttivo e reciproco allo scopo di pro- muovere i comportamenti che favoriscono la sicurezza sul lavoro e di scoraggiare quelli a rischio. Il PBS non è un mero strumento di reporting, è un processo che prende in considerazione la persona nel suo insieme e non soltanto le sue reazioni agli stimoli ambientali. Il People Based Safety si basa su 4 com- petenze-chiave: Acting, Coaching, Thinking, and Seeing (ACTS – Agire, Affiancare, Pensare e Vedere). I nostri collaboratori utilizza- no queste 4 competenze per definire i comportamenti a rischio per la sicurezza nella fabbrica. I comportamenti a rischio per la sicu- rezza sono inseriti in una check-list che costituisce la nostra Safety Observation Audit Form (formulario SOA – Audit di osservazione della sicurezza). Come si svolge questo processo? Chi sono le persone che osservano? Le osservazioni possono essere svolte dal personale o dai dirigenti. I nostri In Malteurop, la sicurezza assume una dimensione organizzativa. Le procedure di sicurezza sono considerate in funzione dello svolgimento quotidiano delle attività, e sono implementate secondo un approccio sistematico. Malteurop condivide i principi della People Based Safety che si fonda sul presupposto che i collaboratori sono responsabili della propria sicurezza e allo stesso tempo di quella altrui. Sicurezza sul lavoro I sistemi di sicurezza People Based Safety negli Stati Uniti e in Canada Май 2014 г. 2 В этой системе управления безопасностью труда реа- лизованы принципы личной ответственности каждого сотрудника за обеспечение общей безопасности. Гари МакЛауглин (Gary McLoughlin) Вице-президент по про- цессам поделился с нами тем, какие методы и какие новые инструменты внедрены на практике компания- ми MENA и MEC в этой связи. MENA На каких принципах основывается ваш подход к системе безопасности труда? Целью систем управления безо- пасностью и санитарными усло- виями на производстве, которые применяются на предприятиях MENA и MEC, является уменьше- ние возможных рисков и создание безопасной и продуктивной рабо- чей среды для всех наших сотруд- ников. С этой целью сотрудникам предоставляют- ся необходимые средства, позволяющие избежать несчастных случаев прежде чем они могли бы про- изойти. Вместо того, чтобы реагировать на не- счастный случай после того, как он произошел, мы поставили перед собой цель заранее выявлять клю- чевые моменты, принимать превентивные меры до возникновения опасных инцидентов и проявлять по- стоянную активность в вопросах анализа возника- ющих тенденций. Принцип People Based Safety (PBS) является одной из основных составляющих систе- мы управления безопасностью и санитарными усло- виями на производстве в компании MENA. Можете ли вы описать более точно прин- цип People Based Safety? Принцип PBS основан на простых методах наблю- дения. Сотрудники внимательно наблюдают за тем, что происходит вокруг них в процессе ра- боты и предоставляют затем обобщенную кон- структивную информацию, направленную на совершенствование техники безопасности на ра- бочем месте и способствующую профилактике действий, заключающих в себе какой-либо риск. PBS это не просто инструмент для создания отче- тов, это прежде всего процесс, который принима- ет во внимание совокупность всех наших повсед- невных действий, а не только нашу реакцию на то, что происходит вокруг нас. Принцип People Based Safety базируется на 4 ключевых правилах: Acting, Coaching, Thinking, and Seeing (ACTS – Действовать, Учиться, Думать и Видеть). Наши сотрудники ис- пользуют эти 4 правила для того, чтобы опреде- лить безопасные нормы поведения на рабочем ме- сте, которые критически важны для завода. Эти критически важные нормы поведения с точ- ки зрения техники безопасности на рабочем ме- сте заносятся в специальный контрольный спи- сок, который является составной частью Safety Observation Audit Form (формуляр SOA – Аудитор- ская проверка соблюдения техники безопасности). Как это действует? Кто занимается сбо- ром данной информации? Аудиторские проверки соблюдения техники безо- пасности могут быть инициированы как рядовы- ми сотрудниками предприятия, так и руковод- ством. Наши сотрудники принимают участие в этих проверках, отмечая являются ли проверяе- мые действия безопасными или могут таить в себе определенные риски, что позволяет повы- сить их профессиональную, личную и взаимную ответственность. Предоставляемые ими данные регистрируются, что дает возможность обозна- чить существующие тенденции в процентном со- отношении, сопоставляя безопасные действия с действиями, заключающими в себе определенные В компании Malteurop безопасность труда имеет организационное значение. Техника безопасности непосредственно связана с повседневной производ- ственной деятельностью и применение ее норм на практике носит системати- ческий характер. Malteurop полностью доверяет принципу People Based Safety, который основывается на идее, согласно которой все сотрудники должны не- сти ответственность как за свою собственную безопасность, так и за безопас- ность остальных членов трудового коллектива. Техника безопасности на рабочем месте методы обеспечения безопасности People Based Safety, действующие в Сое- диненных Штатах и Канаде FSSC 22000 Maj 2014 2 W takim systemie zarzą- dzania bezpieczeństwem stosuje się podejście partycypacyjne. Gary McLoughlin, wiceprezes do spraw operacyjnych opowie nam, jaką meto- dę i jakie nowe narzędzia wprowadzają MENA i MEC. Na jakich zasadach opiera się Wasze podejście do bezpieczeństwa? Celem systemów MENA i MEC w zakresie zarządzania bezpieczeństwem i higieną jest ograniczenie ryzyka oraz stworzenie pewnego i produktywnego otoczenia dla naszych pracowników. Cel ten osiągamy przede wszystkim wtedy, gdy dajemy im narzędzia, których potrzebują, aby powstrzymać szkody zanim nastąpi wy- padek. Zamiast reagować po szkodzie, chcemy określić najważniejsze wskaźniki, podjąć działania prewencyjne przed wystąpieniem wypadku i proaktywnie analizować tendencje. People Based Safety (PBS) to jeden z pod- stawowych składników systemu zarządzania MENA w zakresie bezpieczeństwa i higieny. Na czym dokładnie polega „People Based Safety”? PBS opiera się na prostych technikach obserwacji; pra- cownicy obserwują się nawzajem i przekazują sobie kon- struktywne informacje zwrotne, aby utrwalić zachowania przyczyniające się do bezpieczeństwa w pracy i odwieść tym samym od zachowań stwarzających zagrożenie. PBS nie jest zwykłym narzędziem do raportowania; to proces, który uwzględnia nie tylko nasze reakcje na to, co dzieje się wokół nas, lecz całą naszą istotę. People Ba- sed Safety opiera się na czterech kluczowych kompeten- cjach: Acting, Coaching, Thinking, and Seeing (ACTS – działanie, coaching, my- ślenie i dostrzeganie). Nasi pracownicy wykorzystują te cztery kompetencje do określania zachowań z obszaru bezpie- czeństwa, które są kluczowe dla zakładu. Te kluczowe zachowania w dziedzinie bezpieczeństwa zostały ujęte w formie listy kontrolnej, która jest częścią na- szego Safety Observation Audit Form (formularz SOA – Audyt obserwacji bez- pieczeństwa). Jak to się odbywa? Kto dokonuje obserwacji? Audyt mogą uruchomić zarówno pra- W grupie Malteurop bezpieczeństwo ma wymiar organizacyjny. Procedury bez- pieczeństwa są powiązane z codziennym funkcjonowaniem i stanowią część sys- tematycznego podejścia. Grupa Malteroup ma zaufanie do zasady People Based Safety, która opiera się na założeniu, że pracownicy wspólnie ponoszą odpowie- dzialność za swoje własne bezpieczeństwo oraz bezpieczeństwo innych. Bezpieczeństwo w pracy Metody bezpieczeństwa „People Based Safety” w Stanach Zjednoczonych i Kanadzie Mayo 2014 2 En este sistema de gestión de la seguridad, se han apli- cado enfoques participativos. Gary McLoughlin, vicepre- sidente de Operaciones, nos explica qué método y qué nuevas herramientas se han desplegado en MENA y MEC. ¿En qué principios se basa este enfoque de la seguridad? El objetivo de los sistemas de gestión seguridad e hi- giene de MENA y de MEC consiste en reducir los riesgos y crear un entorno seguro y productivo para nuestros empleados. Para conseguirlo, se les propor- cionan las herramientas necesarias para evitar sinies- tros, antes incluso de que acaezca cualquier incidente. En vez de reaccionar tras el siniestro, nuestro objetivo es identificar los indicadores mayores, tomar las medi- das preventivas antes de que suceda un incidente y, ser proactivos en nuestro análisis de tendencias. El People Based Safety (PBS) es uno de los componentes básicos del sistema de gestión de la seguridad e higiene de MENA. ¿Puedes contarnos algo más sobre el “People Based Safety”? El PBS se basa en técnicas sencillas de observación: los empleados se observan y desarrollan una retroalimen- tación constructiva y consensuada para reforzar los comportamientos que contribuyen a la seguridad en el trabajo y eliminar los comportamientos peligrosos. El PBS es mucho más que una herramienta de repor- ting, es un proceso que comprende la totalidad de nuestro ser, y no sólo nuestras reacciones a lo que su- cede a nuestro alrededor. El “People Based Safety” se basa en 4 competencias clave: Acting, Coaching, Thin- king, and Seeing (ACTS – Actuar, Guiar, Pensar y Observar). Nuestros emplea- dos utilizan estas cuatro competencias para definir los comportamientos en materia de seguridad que resultan crí- ticos para la fábrica. Estos comportamientos críticos en mate- ria de seguridad se registran en una lista de control que conforma nuestro Safety Observation Audit Form (Formulario SOA – Auditoría de Observación de Seguridad). ¿Cómo sucede? ¿Quién hace estas observaciones? Los SOA pueden ser iniciados tanto por los miembros del personal como por En Malteurop, la seguridad posee una dimensión organizativa. Los procedimientos de seguridad están asociados al funcionamiento diario, integrándose dentro de un enfoque sistemático. Malteurop confía en el principio de People Based Safety, basado en la idea de que los empleados comparten la responsabilidad tanto de su propia seguridad como la de los demás. Seguridad en el trabajo Los métodos de seguridad “People Based Safety” en los Estados Unidos y Canadá 2014 年 5 月 2 在这套安全管理系统中,实施了多项参与方式。Gary McLoughlin, 运营部副总裁, 告诉了我们 MENA 与 MEC 现在采用的方法和新工具。 你们采取的安全方 式基于什么原则? MENA 与 MEC 安全健 康管理体系之目的在于 降低员工安全风险并为 员工们营造一个既安全 又富有效率的工作环 境。这包括向他们提供 一些在事故发生前需要 用来阻止损失产生的工 具。我们的目标不是要 应对已产生的损失,而 是要鉴别出其中的重要指标,提前采取防范措施并积极 地进行趋势分析。以人为本的安全性原则 (PBS) 是构 成 MENA 安全健康管理体系的核心元素之一。 您能更加详细地描述一下以人为本的安全性原 则吗? 以人为本的安全性原则 (PBS) 基于简单的观察技巧。员 工们相互观察并给予对方建设性的、双向的反馈以完善 自身行为,提高工作场所的安全性,以及劝阻对方危险 性的行为。 以人为本的安全性原则 (PBS) 不单只是一项报告工具; 它还是一项考虑到了我们所有行为的程序,不仅仅只考 虑到了我们对发生在周遭事情的反应。以人为本的安全 性原则基于以下四个关键技能范畴:行为、辅导、思考 以及观察 (ACTS)。我们的员工采用这四项技能范畴来 定义工厂的关键安全性行为。 这些关键的安全性行为在一张清单上逐条列了出来,构 成了我们的安全观察审计 (SOA) 表。 这一程序如何运作?谁来进行观察呢? 安全观察审计表 (SOA) 由诸如时薪制员工或管理人员 等发起。如果观察到的安全或存在危险的行为,观察员 会秉承着服务、个人责任感以及相互依存的精神进行反 馈,提醒我们的员工纠正自己的行为。这些观察都会被 记录在案,并将采用观察到的安全与危险行为的百分比 对其趋势进行跟踪。对每家工厂在减少危险行为提高安 全意识方面所取得的成绩,我们感到欢欣鼓舞。 具体而言,如何跟踪这些观察数据并最大效率 地加以利用呢? 由于资源有限,跟踪实时的趋势分析并充分实现这一计 划带来的好处常常很难实现。如果以人为本的安全性原 则 (PBS) 四项技能范畴 (ACTS) 被无视,安全观察审计 表 (SOA) 被遗忘,结果便是导致损失和受伤率也开始增 加。 我们的解决方案是摒弃冗长的书面记录,转而实施具有 自动趋势分析及撰写报告功能的移动数字化系统。移动 智能设备在 MENA / MEC 已正式投入了使用。配备新应 用程序的智能手机、平板电脑以及迷你型平板电脑是我 们生产管理团队高效省时的替代选择。这些应用程序可 以实时生成安全观察审计表 (SOA)、工作安全规范、良 好生产规范 (GMP) 以及维护工作报告,而无须重复将 书面数据输入电脑的过程。报告会即时生成,并附有项 目或区域图片。安全观察审计是我们安全健康计划的核 心元素。这些表格经定制设计,能够灵活地满足各工厂 不断变化的需求。 在h Malteurop,安全具有组织性维度。安全程序与日常作 业息息相关,且通常包含于系统的方法之中。Malteuroph 坚信以人为本的安全性原则,它的基础理念是员工同时承 担着自己和其他所有人的安全责任。 工作安全 美国与加拿大以人为本的安全方法 Bi-annuelleen9langues: français, anglais, allemand, espagnol, italien, portugais, polonais, russe, chinois
  17. 17. kk Création graphique kk Exé kk Préparation à la fabrication INRS BROCHURES 32 PAGES Consignations et déconsignations 24 6. Formation.du.personnel. Les différents intervenants doivent avoir reçu la formation et l’information adéquates aux opérations à effectuer. 6.1..Objectifs.de.la.formation L’objectif de la formation est d’être capable d’exécuter en sécurité des opérations sur les équipements de travail et plus particulière- ment: • savoir évaluer les risques et prendre les mesures qui s’imposent; • avoir, en fonction de la nature de l’opéra- tion, la maîtrise des équipements de tra- vail concernés; • savoir utiliser correctement les protec- tions en fonction du risque encouru et des consignes; • savoir apprécier les limites des opéra- tions à réaliser. 6.2..Déroulement La formation doit intégrer des parties théo- riques illustrées de cas pratiques pour facili- ter l’acquisition des compétences. Les parties pratiques sont réalisées au cours de la formation et complétées chaque fois que cela est possible, au sein même de l’éta- blissement de l’apprenant. Les travaux pratiques en salle permettent de vérifier les acquis théoriques: • vérifier la fonction et le rôle des organes mis en œuvre pour assurer la sécurité des opérations, les essayer et manœuvrer; • connaître et mettre en œuvre les équi- pements de protection collective et indi- viduelle. Les travaux pratiques sur site doivent per- mettre: • d’analyser le comportement de l’appre- nant dans le cadre du domaine d’activi- té attribué; • de vérifier sa bonne connaissance des équipements sur lesquels il est amené à intervenir; • de valider la connaissance et l’applica- tion des prescriptions de sécurité de l’en- treprise. 6.3..Formation.spécifique.. électrique Les principes de la formation relative à la maîtrise du risque électrique sont détaillés dans la norme NF C18-510. 25 7. Exemples.de.moyens.de.condamnation. Les exemples de réalisations présentés ci-après correspondent à des situations industrielles réelles. Ils sont destinés à expliciter différentes possibilités de réalisation pratique de dispositifs concou- rant à la consignation. Selon le cas, ils présentent une consignation complète ou seulement l’une de ses quatre phases. À ce titre: • les solutions présentées ne sont pas toujours exemplaires, certaines sont même inacceptables; • ces solutions ne constituent pas une liste exhaustive de toutes les réalisations possibles. 7.1..Risque.électrique Séparation sur armoire électrique Non parce que: k armoire ouverte; k pièces nues sous tension; k fusibles laissés à disposition; k pas de signalisation; k conducteur neutre pas coupé. Consignation d’une prise électrique 10 Consignation partielle: La consignation partielle d’un équipement de travail ne peut être mise en œuvre que si elle ne présente pas de risques pour les per- sonnes. Les précautions suivantes doivent être prises lors d’une consignation partielle: • bien identifier les parties d’équipement qui restent sous énergie; • s’assurer de l’absence d’interaction entre les différentes parties de l’équipement (parties consignées, parties non consi- gnées). 4.1..Consignation.. et.déconsignation.électrique. 4.1.1. Consignation électrique La consignation électrique d’un équipement de travail comprend les opérations suivantes: • séparation de l’équipement de travail concerné, préalablement identifié, de toute source d’énergie électrique (opéra- tion 1); • condamnation en position d’ouverture des organes de séparation (opération 2); • identification sur le lieu de travail de l’équipement concerné, pour être certain que les opérations seront bien exécutées sur l’équipement de travail prévu (opé- ration 3); • vérification d’absence de tension (VAT) (opération 4); • mise à la terre et en court-circuit4 immédiatement après laVAT (opération 5). Les cinq prescriptions essentielles ci-dessus doivent être appliquées dans l’ordre spécifié. La consignation électrique fait l’objet de pres- criptions spécifiques données au chapitre 5 «Opérations hors tension» de la norme NF C18-510. h Séparation L’équipement de travail doit être séparé de façon certaine de toutes les sources possibles de tension, amont et aval. La séparation peut être obtenue de diffé- rentes manières: • par vue directe des contacts séparés; • par enlèvement de pièces de contacts pour certains matériels spéciaux (dépose de pont, etc.); • par interposition d’un écran entre les contacts; • localement, par asservissement (élec- trique, mécanique, etc.) assurant en toute circonstance l’adéquation entre la posi- tion des contacts et celle du dispositif ex- térieur reflétant cette position. En basse tension, la certitude de la sépara- tion peut également être obtenue par l’uti- lisation des dispositions prescrites pour les dispositifs de sectionnement dans la norme NF C15-100, article 536.2. Pour toutes les tensions, la dépose de ponts, l’enlèvement de fusibles,le retrait d’une fiche de prise de courant constituent une sépara- tion certaine. Attention au risque de confusion des circuits: • le verrouillage par transfert de clefs est actuellement le seul système qui, par conception, rend matériellement obliga- toire la réalisation de la consignation dans l’ordre prévu et empêche toute confusion de circuit; • l’appareil de séparation permettant d’iso- ler un équipement de travail ou une partie de cet équipement doit être parfaitement et durablement identifié (par étiquetage, etc.); • dans tous les cas, l’installation du dispo- sitif de séparation au plus près de la zone à isoler est vivement conseillée. 4. Cette mise à la terre et en court-circuit n’est pas toujours requise en basse tension. Se référer à la norme NF C18-510. 11 h Condamnation La condamnation en position d’ouverture a pour but d’interdire la manœuvre de l’organe de séparation. Elle consiste en une immobilisation de cet organe. Celle-ci est réalisée par blocage mé- canique (serrure, cadenas, etc.). Des dispositifs de signalisation (pancartes, etc.) doivent être très visibles et porter une inscription telle que: CONDAMNÉ DÉFENSE DE MANŒUVRER SANS AUTORISATION .................................... (Nom, date, heure, repère, etc.) h Vérification La vérification d’absence de tension (VAT) doit être effectuée sur chacun des conduc- teurs actifs, y compris le neutre, à l’aide d’un dispositif vérificateur d’absence de tension spécialement conçu à cet effet. Elle doit être réalisée au lieu de travail. Nota: – les appareils de mesurage et les détecteurs de type voltmètre, tournevis testeur, etc. ne sont pas des VAT. – les détecteurs de tension conformes aux normes en vigueur ne détectent pas les ten- sions induites, ils indiquent sans ambiguïté la présence ou l’absence de tension de service. h Mise à la terre et en court-circuit Ces termes propres aux électriciens corres- pondent à la phase de dissipation pour les autres énergies ou les fluides. La mise à la terre et en court-circuit des conducteurs est réalisée immédiatement après la vérification d’absence de tension.La dissipa- tion des énergies accumulées telle que celle contenue dans les condensateurs est réalisée lors de la mise à la terre et en court-circuit préalablement aux travaux ou aux interven- tions. Cette mise à la terre et en court-circuit per- met de se prémunir contre les réalimenta- tions éventuelles de tension amont ou aval ou produite par des sources autonomes. Elle participe aussi à la protection contre les ef- fets de l’induction électromagnétique et du couplage capacitif. Pour les modalités pra- tiques de mise en œuvre, se référer à la norme NF C18-510. Elle doit concerner tous les conducteurs ac- tifs, y compris le neutre, et être réalisée au plus près possible de la zone de travail pour les équipements considérés. Il faut utiliser des équipements de mise à la terre et en court-circuit conçus à cet effet. Ces équipements doivent être conformes aux normes les concernant. Dans tous les cas, la mise à la terre doit être raccordée côté terre avant d’être raccordée côté conducteur. 4.1.2. Déconsignation électrique Les opérations de déconsignation sont géné- ralement conduites dans l’ordre inverse des opérations de consignation. Elles consistent à: • retirer les éventuels écrans, protecteurs, balisages, etc.; • déposer les mises en court-circuit, puis les mises à la terre en commençant par l’extrémité côté conducteur actif; • ouvrir les sectionneurs ou interrupteurs de mises à la terre et en court-circuit, s’ils sont utilisés; • retirer la condamnation de l’organe de séparation. 14 libre efficace de la portion de conduite située entre eux (position ouverte de la purge). k Un joint plein est l’association d’une bride pleine et de joints assurant l’étan- chéité. k Un joint plein matérialisé est l’asso- ciation de deux brides d’une queue de poêle et de joints assurant l’étanchéité. La pose d’un joint plein ou la dépose d’un élément de tuyauterie est une opération qui peut être dangereuse et donc impliquer préalablement une procédure de consigna- tion en amont ou de mise à l’arrêt de l’équi- pement. Le degré d’efficacité de la séparation du fluide devra être apprécié en fonction des risques engendrés (mouvements mécaniques, brûlures thermiques ou chimiques, intoxica- tion, inflammation, explosion, atteintes ocu- laires ou cutanées, réactions violentes, ense- velissement, etc.). Les procédés d’isolement renforcé «R1, R2, R3» seront utilisés selon l’analyse du risque, notamment pour: • les produits classés comme dangereux au sens de l’article R. 4411-6 du code du travail (toxiques, corrosifs, inflam- mables, etc.)voir encadré ci-contre; • les produits incompatibles susceptibles de se rencontrer (par exemple eau/so- dium); • les produits susceptibles de provoquer un phénomène explosif (fluide sous pres- sion, etc.); • les produits susceptibles de rendre l’at- mosphère asphyxiante (azote, gaz carbo- nique, argon, etc.); • les produits susceptibles de pro- voquer des brûlures (vapeur, etc.). Un nouveau système de classification et d’étiquetage des produits chimiques, le système général harmonisé (SGH), a été élaboré au niveau international. Il est pro- gressivement appliqué en Europe, dans les secteurs du travail et de la consommation, grâce au règlement CLP du 16 décembre 2008, qui entraîne notamment l’adoption de nouvelles classes de danger ainsi qu’une modification des critères de classification. Il engendre également de nouvelles éti- quettes sur tous les produits dangereux. Le règlement CLP remplace progressive- ment le système européen de classifica- tion et d’étiquetage préexistant: il s’ap- plique de façon obligatoire aux substances depuis le 1er décembre 2010, et s’appli- quera aux mélanges au 1er juin 2015. (cf. dossier web INRS « Classification et éti- quetage des produits chimiques »). 15 1 Principes de séparation de circuits Code couleurs intérieur de conduite: • Rouge: présence du fluide sous pression • Vert: zone en isolement renforcé • Jaune et orange: présence du fluide possible en cas de fuite 1. Une vanne seule fermée Quels que soient le type de la vanne et son principe de fonctionnement, une vanne seule présente toujours un risque de fuite et ne peut donc constituer une séparation efficace. Cette solution est acceptable seulement si une légère fuite n’engendre pas de risque. De même, une vanne et un robinet de purge assurent une séparation plus sûre que la précédente mais ne suffisent pas toujours pour garantir une séparation ef- ficace dans le cas où le robinet de purge se colmate. Cette solution est acceptable seulement si une légère fuite n’engendre pas de risque. 2. Deux vannes fermées en série En raison du principe énoncé précédem- ment, ce dispositif présente toujours un risque de fuite. La partie de ligne située entre les deux vannes peut en effet soit rester en charge, soit risquer de s’y mettre en cas de fuite sur la vanne la plus en amont. Cette solution est acceptable seulement si une légère fuite n’engendre pas de risque.

×