SGAR Martinique                           Stratégie régionale d’innovation




       Secrétariat Général aux Affaires Rég...
SGAR Martinique                                                                                                           ...
SGAR Martinique                                                                                                  Stratégie...
SGAR Martinique                                                    Stratégie régionale d’innovation




Introduction


   ...
SGAR Martinique                                                      Stratégie régionale d’innovation



L’élaboration de ...
SGAR Martinique                                                          Stratégie régionale d’innovation



Ces deux dern...
SGAR Martinique                                                      Stratégie régionale d’innovation




        1. Chapi...
SGAR Martinique                                                    Stratégie régionale d’innovation



    • Un ralentisse...
SGAR Martinique                                                              Stratégie régionale d’innovation




Source :...
SGAR Martinique                                                    Stratégie régionale d’innovation



agroalimentaire réa...
SGAR Martinique                                                                Stratégie régionale d’innovation



Nombre ...
SGAR Martinique                                                         Stratégie régionale d’innovation




Par ailleurs,...
SGAR Martinique                                                                Stratégie régionale d’innovation



Les    ...
SGAR Martinique                                                      Stratégie régionale d’innovation




Le Conseil régio...
SGAR Martinique                                                       Stratégie régionale d’innovation



               F...
SGAR Martinique                                                    Stratégie régionale d’innovation




Synthèse
L’analyse...
SGAR Martinique                                                    Stratégie régionale d’innovation




       2. Chapitre...
SGAR Martinique                                                               Stratégie régionale d’innovation



mention ...
SGAR Martinique                                                         Stratégie régionale d’innovation



              ...
SGAR Martinique                                                   Stratégie régionale d’innovation



                  av...
SGAR Martinique                                                             Stratégie régionale d’innovation



          ...
SGAR Martinique                                                         Stratégie régionale d’innovation




 iii.   Le Pô...
SGAR Martinique                                                      Stratégie régionale d’innovation




Le partenariat a...
SGAR Martinique                                                    Stratégie régionale d’innovation




Source : ERUP 2002...
SGAR Martinique                                                               Stratégie régionale d’innovation



surtout ...
SGAR Martinique                         Stratégie régionale d’innovation



                  •   Syndrome de l’isolement ...
SGAR Martinique                                                    Stratégie régionale d’innovation




Le transfert de te...
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Sri martinique version finale al
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Sri martinique version finale al

5 148 vues

Publié le

Publié dans : Actualités & Politique
1 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • ce document n'a pas été validé par le conseil régional
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 148
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
115
Commentaires
1
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Sri martinique version finale al

  1. 1. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Secrétariat Général aux Affaires Régionales (SGAR) Martinique Elaboration de la stratégie régionale d’innovation en Martinique Synthèse du diagnostic et élaboration de la stratégie Stratégie régionale d’innovation Décembre 2009
  2. 2. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation !"##$%&'( !"#$%&'(#!%" )))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) *! !"! #$%&'()*+*#*,-'%./-0-' """""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" 1! 2"! /3'%.(4$(',-'%'3%5$0'/4%+'%#6-33*0$(-*3%.*/.%(*/('.%.'.%5*4&'. """"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" 7! +)! (,-.!#$/0+0102/30(%4.%3-"#/3052%6-2/30&'0373#/4/0$/5!%"-20&8!""%9-#!%"0/"04-$#!"!:'/) ;! -3+-8$('/4.%,'3'4$/9%+'&*,4$:)-;/'.%'(%+6$8(-0-('. """"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" <! .(4/8(/4'.%+'.%$8(-0-('.%'8*3*&-;/'. """"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" =! 4'..*/48'.%)/&$-3'.%>%;/$#-5-8$(-*3. """"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" !?! #'.%-30'.(-..'&'3(.%:/@#-8.%'(%:4-0'.%>%#'.%4'..*/48'.%5-3$38-'4'. """""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" !A! #6'30-4*33'&'3(%+'%#6-33*0$(-*3%>%/.$,'%+6-3('43'(B%($/9%+'%84'$(-*3%+6'3(4':4-.'B%&*+'43-.$(-*3%+'%#6$::$4'-#%+'% :4*+/8(-*3 """""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" !1! #6*/(:/(%-33*0$(-*3%+'%#$%4',-*3 """""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" !7! .C3()'.'""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" !D! <)! (,-.!#$/0<0102/0373#/4/0&8!""%9-#!%"0102/30-(#/'$30/#02/'$30$/2-#!%"3)))))))))))))))))))))))))))))))))))) +;! #'%:*('3(-'#%+'%4'8)'48)'%'3%&$4(-3-;/'""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" !<! !"#$%"&"'()#)%"*'+,'*"'%,-.,%-.,',/'+,'0,0'"-/,1%0',#'2"%/3#341, 55555555555555555555555555555555555555555555555555555555555 67! 8,'9$/,#/3,*'+,'%,-.,%-.,',#'2"%/3#341,':'"/$1/0;'<"3=*,00,0;'$99$%/1#3/)0;'&,#"-,0555555555555555555555555555555555 >?! #'%(4$3.5'4(%+'%('8)3*#*,-'%'(%#$%0$#*4-.$(-*3%+'%#$%4'8)'48)'%>%:4-38-:$/9%*@.($8#'.%'(%+'5-. """""""""""""""""""""""""""""" 2<! !"#$%"&"'()#)%"*'+1'/%"#0<,%/'+,'/,-.#$*$(3,',/'+,'0,0'"-/,1%0',#'2"%/3#341, 5555555555555555555555555555555555555555 >@! 8"'A"*$%30"/3$#',/'*,'/%"#0<,%/'+,'/,-.#$*$(3,':'"/$1/0;'<"3=*,00,0;'$99$%/1#3/)0;'&,#"-,055555555555555555555555555 B>! #6-33*0$(-*3%+$3.%#'.%:&'%>%:4-38-:$/9%54'-3.%'(%@'.*-3. """"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" A1! C"%"-/)%30/341,0'()#)%"*,0'+,'*D3##$A"/3$#'+"#0'*,0',#/%,9%30,0'&"%/3#341"30,0 55555555555555555555555555555555555555555 B?! 8,0'"3+,0'E'*D3##$A"/3$#',/'*,0'=,0$3#0'+,0',#/%,9%30,0'9$1%'3##$A,%555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555 BF! !$/,#/3,*'+D3##$A"/3$#'+,0',#/%,9%30,0'&"%/3#341"30,0':'G/$1/0;'H"3=*,00,0;'I99$%/1#3/)0;'2,#"-,05555555555 B7! #'.%,4$::'.%+6$8(-0-('.%.(4$(',-;/'.%>%:4-38-:$/9%+*&$-3'.%'(%8*3+-(-*3.%+'%#'/4%+'0'#*::'&'3( """""""""""""""""""""""""" 1?! C"%"-/)%30/341,0'+,0'(%"99,0'+D"-/3A3/)0',#'2"%/3#341,5555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555 ?J! K#,'="0,'+,'%)<*,L3$#'9$1%'"+$9/,%'1#,'"99%$-.,'+1'+)A,*$99,&,#/'9"%'*D3##$A"/3$#':'*,0'"/$1/0;'<$%-,0;' $99$%/1#3/)0;'&,#"-,0;'+,0'(%"99,0',#'2"%/3#341, 555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555 ?>! #6-33*0$(-*3%+$3.%#'.%.'40-8'. """""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" 11! M*)&,#/0'+,'-$#0/"/0555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555 ??! G#"*N0,'GHI2 5555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555 ?@! .C3()'.'%+/%+-$,3*.(-8%+/%.C.('&'%4',-*3$#%+'%#6-33*0$(-*3%'3%&$4(-3-;/' """""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" 1=! =)! (,-.!#$/0=02-03#$-#/5!/0$/5!%"-2/0&8!""%9-#!%" )))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) *>! '3E'/9 """""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" 1F! M#O,1'6':'P)A,*$99,%'*"'-1*/1%,'+,'*D3##$A"/3$#'+"#0'/$10'*,0'0,-/,1%0'+,'*"'0$-3)/)'&"%/3#341"30, 555555555555 ?Q! M#O,1'>':'PN#"&30,%'*D"99)/,#-,'+,0',#/%,9%30,0'A30RERA30'+,'*D3##$A"/3$#'/,-.#$*$(341,',/'#$#' /,-.#$*$(341,;'*,0'"3+,%'E'<$%&"*30,%'*,1%0'"//,#/,0',/'"+"9/,%'*D$<<%,'E'*"'+,&"#+, 555555555555555555555555555555555 SJ! M#O,1'B':'T/%1-/1%,%',/'9%$&$1A$3%'*,0'9U*,0',L30/"#/0',/'*,0'9U*,0')&,%(,#/0'+,'<"V$#'E'<"3%,')&,%(,%'+,0' -*10/,%0'3##$A"#/055555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555 S6! M#O,1'?':'I%("#30,%'*,'93*$/"(,'+1'%)0,"1'+,0'"-/,1%0'+,'*D3##$A"/3$# 555555555555555555555555555555555555555555555555555555555 S6! M#O,1'S':'W,#<$%-,%'*,0'-$&9)/,#-,0'+,0'0/%1-/1%,0'+D"--$&9"(#,&,#/',/'+,0'"-/,1%0'0$-3$9%$<,003$##,*0 5555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555 S>! $9'.%+6-3('40'3(-*3%.(4$(',-;/'.%'(%:#$3%+6$8(-*3. """"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" 71! GL,'6''P)A,*$99,%'+,0'-*10/,%0'3##$A"#/0'01%'*"'="0,'+,'9"%/,#"%3"/0'%,-.,%-.,R,#/%,9%30,0 555555555555555555555 SF! GL,'>'2,//%,',#'9*"-,'1#,'=$3/,'E'$1/3*0'+,'*D3##$A"/3$# 55555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555 FB! GL,'B'T$1/,#3%',/'+3<<10,%'1#,'"99%$-.,',/'1#,'-1*/1%,'9%"(&"/341,'+,'*D3##$A"/3$# 555555555555555555555555555555555 F@! *)! (,-.!#$/0*0102-05%'9/$"-"(/0&/028!""%9-#!%" ))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) ;+! 2
  3. 3. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation 1"!"%#$%,*/0'43$38'%$8(/'##'%+'%#6-33*0$(-*3%'3%&$4(-3-;/'%>%8*3.($(.%8#'. """""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" <!! 1"2"%#$%,*/0'43$38'%+'%#$%.4-""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" <2! ?5>565! 8,0'$=O,-/3<0'+1'0N0/X&,'+,'($1A,%#"#-,'E'&,//%,',#'9*"-, 555555555555555555555555555555555555555555555555555555 @>! ?5>5>5! 8,0'<$#-/3$#0'+1'0N0/X&,'+,'($1A,%#"#-,'E'&,//%,',#'9*"-, 55555555555555555555555555555555555555555555555555555 @B! ?5>5B5! T-.)&"'$%("#30"/3$##,*55555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555 @@! 3
  4. 4. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Introduction 1. La méthodologie suivie La Stratégie régionale d’innovation de la Martinique présentée ci-après suit le plus rigoureusement possible la « Méthode de diagnostic des stratégies d’innovation des régions d’Outre Mer » (25 janvier 2008), une version adaptée au contexte des régions d’Outre Mer de la « Méthode de diagnostic du système d’innovation dans les régions françaises » élaborée par l’ADIT sous la direction de Jean-Claude Prager1. Le plan retenu, en particulier, est conforme au plan proposé par la méthode de diagnostic. Comme dans les autres régions d’Outre Mer, les données statistiques permettant la comparabilité avec d’autres régions européennes sont souvent lacunaires. Néanmoins, les efforts entrepris localement par la délégation de l’INSEE et le travail effectué dans le cadre de l’élaboration du Schéma Martiniquais de Développement Economique permettent d’approcher de façon réaliste le contexte martiniquais. La Stratégie régionale d’innovation de la Martinique a largement utilisé l’ensemble des études et documents programmatiques les plus récents, et notamment les études et documents suivants: • Schéma Martiniquais de Développement Economique (SMDE) et le document de présentation du SMDE et de sa mise en œuvre (Martinique 2025v11, Cahiers du LIPSOR, série Etude n°22, Octobre 2009) • Contrat de Projet Etat-Région 2007-2013 et DOMO (Document de mise en œuvre) • Programme Opérationnel FEDER 2007-2013 • Agenda 21 Martinique : Axes stratégiques et orientations 2007-2013, 18 décembre 2007 • Orientations stratégiques pour le développement économique de la Martinique : Synthèse Agenda 21 / SMDE, Conseil régional et Conseil général, s.d. • Etat des lieux de la recherche préparé dans la perspective du projet d’Agence régionale de la R&D, La Recherche en Martinique, Octobre 2006 • Note Recherche et Innovation, Pascal Saffache, UAG • Etude sur les entreprises réalisée à l’initiative de la CCIM (5 mai 2008) • L’esprit d’entreprise en Martinique, CCIM, Victor-Emmanuel Vaugirard, 5 mai 2008 • Présentation du secteur industriel. Contexte historique, ADEM/DRIRE • Enjeux. L’environnement favorable pour le développement de la Martinique industrielle, 2007 • Les entreprises de Martinique, INSEE/IEDOM/AFD, 2007 • Contribution de la CCIM aux Etats Généraux de l’Outre Mer, mai 2009 • Contribution à l’élaboration de la Stratégie martiniquaise partenariale de la recherche et de l’innovation, Emmanuel Jos, 19 mai 2008 • Etude stratégique de développement des technologies sur le territoire communautaire. Projet technopolitain en Martinique pour le compte de la CACEM, ADIT, avril 2006 • Définition d’une Stratégie régionale d’innovation pour la Martinique, Rapport de mission d’expertise, 30 juillet 2009, Claire Nauwelaers, UNU-MERIT, 1 www.adit.fr 4
  5. 5. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation L’élaboration de la Stratégie régionale d’innovation a également bénéficié du concours d’un Groupe de travail composé de : • Services de l’Etat : o Maurice Tubul : SGAR de Martinique o Jean-Philippe Pancrate : Chargé de mission NTIC et Energie (SGAR) o Paul Sainte-Rose : Unité de Gestion des Fonds Européens (SGAR) o Jean-Max Charlery-Adèle : DRIRE - Développement Industriel o Agnès Lezin : DRRT • Conseil régional : o Marie-Claude Derné : Service du Développement Economique et Social du Conseil Régional o Murielle Alexandrine : Service du Développement Economique et Social du Conseil Régional • Conseil général : o Odile Marajo-Virayie : Cellule Europe du Conseil Général o Maryse Igout : Cellule Europe du Conseil Général • Richard Crestor : AMPI (Association Martiniquaise de Promotion de l'Industrie) La dernière réunion de ce groupe de travail a eu lieu le 15 décembre. Les consultants d’ITD- Eu ont présenté le résultat de leur travail qui a donné lieu à une large discussion. Les observations et commentaires formulés par le groupe de travail ont été pris en compte dans le texte qui suit. 2. Une stratégie en faveur de l’innovation sous toutes ses formes Au sens du manuel d’Oslo, une innovation est « la mise en œuvre d’un produit (bien ou service) ou d’un procédé nouveau ou sensiblement amélioré, d’une nouvelle méthode de commercialisation ou d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques de l’entreprise, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures ». La stratégie couvre ainsi les types d’innovation suivants2 : • L’innovation de produit correspond à l’introduction d’un bien ou d’un service nouveau ou sensiblement amélioré sur le plan de ses caractéristiques ou de l’usage auquel il est destiné. Cette définition inclut les améliorations sensibles des spécifications techniques, des composants et des matières, du logiciel intégré, de la convivialité ou autres caractéristiques fonctionnelles ; • L’innovation de procédé est la mise en œuvre d’une méthode de production ou de distribution nouvelle ou sensiblement améliorée. Cette notion implique des changements significatifs dans les techniques, le matériel et/ou le logiciel ; • L’innovation de commercialisation est la mise en œuvre d’une nouvelle méthode de commercialisation impliquant des changements significatifs de la conception ou du conditionnement, du placement, de la promotion ou de la tarification d’un produit ; • L’innovation d’organisation est la mise en œuvre d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures de la firme. 2 Manuel d’Oslo. 5
  6. 6. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Ces deux dernières catégories ont été introduites relativement récemment (2005), en réponse au constat que l’innovation technologique de produit et de procédé rendaient imparfaitement compte d’une grande partie de l’innovation dans le secteur des services. En effet, « l'innovation n'est pas seulement un mécanisme économique ou un processus technique. Elle est avant tout un phénomène social »3. 3 Livre Vert sur l’innovation, Commission européenne, décembre 1995. 6
  7. 7. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation 1. Chapitre 1 : Les composantes globales du système régional d’innovation en Martinique Indicateurs généraux démographiques et d’activités La Martinique est une région ultrapériphérique de l’Union Européenne caractérisée par sa faible superficie, son éloignement du continent européen, son insularité, son relief accidenté, des risques naturels élevés (risques cycloniques, volcanologiques, sismiques). Ces caractéristiques géographiques constituent des handicaps pour le développement de la région : forte dépendance vis-à-vis de l’extérieur, surcoûts d’approvisionnement et de transport, et étroitesse du marché intérieur. La Martinique n’a pas tiré avantage de ses caractéristiques géographiques en s’intégrant à son environnement naturel, la Caraïbe insulaire et continentale, soit un marché de plusieurs dizaines de millions d’habitants. Année/période Indicateurs Valeurs Sources de référence Population 399 000 hab. 2006 INSEE in PO FEDER Evolution de la population + 1% 2005-2006 Solde migratoire - 0,1% 1999 à 2006 INSEE - www.statistiques- locales.insee.fr Indice de vieillissement de la 41,5% 2002 PO FEDER population PIB 7,9 milliards 2008 INSEE Cerom in : Les comptes ! économiques de la Martinique 2008 PIB/habitant 18 640 2007 IEDOM in : Cahiers du Lipsor !/hab. n°22 Croissance du PIB en volume - 0,3% 2007-2008 INSEE Cerom in : Les comptes économiques de la Martinique 2008 Taux d’emploi 39,3% 2006 PO FEDER Croissance des emplois - 0,8% 2005-2006 PO FEDER Investissement 1,9 milliards 2008 INSEE in : Les comptes ! économiques de la Martinique 2008 Croissance de - 2,5% 2007-2008 INSEE in : Les comptes l’investissement économiques de la Martinique 2008 Les indicateurs généraux démographiques et d’activités indiquent que la Martinique est confrontée aux difficultés suivantes : • Un solde migratoire négatif dans un contexte de vieillissement de la population, même si de façon globale la population s’accroît. La population de la Martinique reste globalement jeune, mais elle connaît un vieillissement croissant, le plus rapide des DOM, proche de la tendance nationale avec près de 17% de la population ayant plus de 60 ans contre 20% en métropole. Le vieillissement de la population a évidemment des conséquences sur les entreprises, notamment en termes de transmission et de transfert des savoir-faire et des connaissances, et de renouvellement des personnels. • Un taux d’emploi relativement stable depuis une décennie qui présente un écart important avec la métropole, et qui se conjugue à un taux de chômage important, notamment des plus jeunes. 7
  8. 8. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation • Un ralentissement économique qui entraîne une dégradation du marché du travail et une baisse de l’investissement. Toutefois, malgré le ralentissement récent, la Martinique a connu un rythme de croissance du PIB par habitant supérieur à n’importe quelle région métropolitaine sur la décennie 1991-2001. Le PIB martiniquais, bien qu’inférieur aux régions de métropole, est supérieur aux PIB des autres DOM. Cette tendance indique la dynamique de rattrapage dans laquelle s’inscrit la région depuis une décennie. Structures des activités économiques La structure des activités économiques de la Martinique se caractérise par les points suivants : • Le secteur des services prédomine, et le secteur industriel est peu développé • Une industrie jeune : le processus d’industrialisation s’est accéléré à partir de 1970 à partir du développement de l’industrie agroalimentaire • Une prépondérance importante des TPE et des entreprises sans salariés, avec un une sous-représentation des grosses PME Année de Répartition de l’activité économique Valeur Sources référence Répartition des Industrie 8,2% 2007 INSEE – établissements par Construction 12,3% 2007 www.statistiques- secteur d’activité Commerce 25,1% 2007 locales.insee.fr Services 54,5% 2007 1 à 9 salariés 81,59% 2006 10 à 19 salariés 9,81% 2006 Répartition des 20 à 49 salariés 5,69% 2006 entreprises par taille 50 à 199 salariés 2.38% 2006 200 salariés ou plus 0,53% 2006 Tableaux sectoriels 1 à 9 salariés 23,72% 2006 Martinique Part des salariés 10 à 19 salariés 12,1% 2006 employés par des 20 à 49 salariés 16,99% 2006 établissements en fonction de leur taille 50 à 99 salariés 20,58% 2006 100 salariés ou plus 26,61% 2006 Proportion de salariés de l’industrie dans les 9.2% Répertoire SIRENE activités de Haute et Moyenne Haute INSEE in : Mutations technologie économiques et dynamique territoriale Importations (en millions d’euros) 2 457,8 2006 Variation des importations + 8,1% 2005-2006 INSEE in : PO FEDER Exportations (en millions d’euros) 489,1 2006 Variation des exportations + 19,8% 2005-2006 8
  9. 9. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Source : INSEE, Sirène 2005 in : « Les entreprises de Martinique », étude INSEE, IEDOM, AFD Le tissu entrepreneurial est éclaté : près des 2/3 des entreprises n’ont pas de salarié, les TPE regroupent un peu plus du tiers de l’emploi salarié du secteur privé. Les grosses PME sont rares ; cependant, elles regroupent plus du tiers de l’emploi salarié du secteur privé. Les TPE sont un rouage essentiel pour le développement du tissu économique martiniquais, mais cette structure du tissu économique est également fragile en raison de la difficulté des TPE et PME à innover : elles disposent de peu de moyens financiers et humains pour se lancer dans le processus d’innovation technologique, qui réclame des investissements importants. L’activité économique martiniquaise est dominée par les services et le commerce. Les services regroupent environ 79% des emplois et représentent 72% de la valeur ajoutée martiniquaise. Les services restent un secteur porteur de développement et d’emplois pour l’avenir, dans lequel il existe des opportunités de développement à l’export ainsi qu’en témoignent les initiatives de groupement d’entreprises dans le domaine des TIC (Open IT), de la pêche et de la gestion environnementale4. Le tourisme est considéré comme un secteur porteur malgré une crise structurelle qui s’est concrétisée par un net recul des résultats financiers sur les deux dernières décennies. Il fait également face à des difficultés comme l’a fait apparaître une enquête du Comité Martiniquais du Tourisme en 2005, en termes d’image avec un rapport qualité prix jugé défavorable et une faiblesse au niveau des prestations de loisirs, de la restauration et de la qualité de l’hébergement. Le secteur industriel regroupe peu d’entreprises et représente environ 7% des emplois et 8% du PIB. En comparaison, la part du secteur industriel en France métropolitaine est deux fois supérieure à celle de l’industrie martiniquaise. L’industrie martiniquaise est caractérisée par sa forte spécialisation dans le domaine agro-industriel (transformation agroalimentaire), notamment avec une filière canne à sucre, et des unités de production agroalimentaires diverses (chocolaterie, biscuiterie, torréfaction, glaces et sorbets, etc.). L’industrie 4 Une étude a d’ailleurs été menée sur « le potentiel de développement pour les entreprises martiniquaises en matière de services dans la zone caraïbe » en 2005 par Ubifrance pour la CCIM. 9
  10. 10. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation agroalimentaire réalise 37% du chiffre d’affaires de l’industrie locale et regroupe 24% des entreprises de l’île. Son développement est fortement lié à l’import-substitution. Les statistiques de l’INSEE ne permettent pas de capturer la part des industries manufacturières de haute et moyenne technologie dans l’emploi total, part qui est sans aucun doute relativement faible, à l’image de l’ensemble des autres DOM, dans la mesure où le tissu industriel est faiblement orienté sur les moyennes et hautes technologies. L’économie martiniquaise est plutôt fermée, conséquence d’un faible taux d’importation rapporté au PIB (les services sont dominants) et d’un niveau d’exportation faible. Les exportations sont portées par la vente de produits pétroliers raffinés et la vente de bananes. Cependant, contrairement à ce que laisseraient penser les exportations de l’île, l’agriculture ne représente pas plus de 4,7% de la valeur ajoutée de l’ile. La capacité des entreprises martiniquaises à s’inscrire dans une perspective d’ouverture sur les marchés internationaux constitue un élément important qui doit permettre de contribuer à amortir les coûts liés au processus d’innovation dans les entreprises, notamment pour les projets d’innovation technologique qui nécessitent des investissements importants. Ressources humaines : qualifications Les ressources humaines constituent un facteur clé du développement économique et de l’innovation. Elles conditionnent tant la compétitivité des entreprises que l’attractivité du territoire dans son ensemble. La Martinique est confrontée à plusieurs difficultés : • Absence de filière universitaire dans les domaines des sciences exactes et de la technologie • Les effectifs de recherche exprimés en équivalent temps plein ou en pourcentage de la population active sont inférieurs à la moyenne européenne (0,97%) et n’atteignent souvent pas la taille critique nécessaire à leur visibilité pour la conduite ou la participation à des projets de recherche d’envergure • Niveau de qualification de la population active relativement peu élevé (25% de la population active possèdent le baccalauréat ou plus contre 36,5% en métropole) conjugué à un marché de l’emploi peu demandeur de qualification. Fort taux d’échec aux examens notamment techniques (BTS inclus) et forte représentation des séries professionnelles au baccalauréat • Un taux d’encadrement dans les entreprises très faible qui pénalise la conduite de projets d’innovation dans les PME/TPE Année de Indicateurs Valeurs Sources référence Nombre de chercheurs et ingénieurs de 230 2006 DRRT Martinique – Rapport recherche (ETP) annuel 2007 Nombre de chercheurs et ingénieurs de 0,13% 2002 Rapport L. Lengrand et recherche (% population active) Associés Total de personnel RDT (ETP) 435 2002 Rapport L. Lengrand et Associés Total de personnel RDT (% population 0.25% 2002 Rapport L. Lengrand et active) Associés Nombre d’étudiants inscrits dans 9 400 2009 CROUS et Universités de l’enseignement supérieur métropole Nombre d’étudiants inscrits au pôle 5 700 2009 UAG Martinique de l’UAG ème Nombre d’étudiants inscrits en 2 1 103 2007 Ministère de la Recherche – cycle Indicateurs régionaux de la 10
  11. 11. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Nombre d’étudiants inscrits en Master 322 2007 recherche et de l’innovation (M2) http://cisad.adc.education.fr/in dri/documents_v2/irri_2.0_R02 _Martinique.pdf Taux de formation des actifs : part des 38% SMDE actifs n’ayant aucun diplôme Taux de formation des actifs : part des 25% SMDE actifs ayant le baccalauréat ou plus Tableau des catégories socioprofessionnelles des effectifs des salariés des entreprises martiniquaises : Source : Tableaux sectoriels Martinique, année 2006, Edition Janvier 2009 Source : "Mieux connaître la place de la recherche et développement technologique dans les régions ultrapériphériques (RUP) de l’Europe et mieux les intégrer dans l’espace européen de la recherche’’, DG REGIO / Louis Lengrand & Associés - 2002 Si la Martinique connait un déficit global de qualification de sa population, il convient toutefois de souligner que le niveau de qualification est en progression (30% des 25-34 ans détiennent le baccalauréat ou un diplôme supérieur, contre 7% des plus de 60 ans). 11
  12. 12. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Par ailleurs, le nombre d’étudiants a fortement augmenté en Martinique depuis le milieu des années 80. Près de 65% des étudiants martiniquais sont inscrits à l’UAG, dont 38% en deuxième cycle et 5% en troisième cycle. On compte moins de 10% d’étudiants étrangers. Le pôle universitaire de Martinique dispense des enseignements principalement dans les filières économiques et juridiques, littéraires et de sciences humaines, ainsi qu’en médecine en première année et en troisième cycle. La Martinique souffre toutefois de la quasi-absence de filières de formations en sciences dures et en technologie, ce qui accroît les difficultés à attirer des chercheurs potentiels et des jeunes chercheurs. Il est difficile pour la Martinique d’attirer les étudiants et les ressources humaines qualifiés. En effet, les étudiants martiniquais qui se forment à l’extérieur dans les sciences dures ne reviennent pas sur le territoire martiniquais ; les débouchés des classes préparatoires en cas de succès sont en métropole ; à cela il faut ajouter le fait que 22% des bacheliers s’en vont après l’obtention du bac et que cette difficulté s’explique également compte tenu de la prédominance des très petites entreprises dans le tissu économique local. Pour ce qui est de la recherche, la Martinique regroupe environ 230 chercheurs dans le domaine public qui se répartissent comme suit : • 170 enseignants-chercheurs de l’UAG • 25 chercheurs au CIRAD • 25 permanents au Centre IRD-Martinique dont 6 chercheurs • 4 permanents, et 8 Equivalents Temps Plein (ETP) au sein du CEMAGREF • 16 permanents au sein de la station IFREMER • 7 personnes à Météo France • 7 personnes (5 permanents et 2 VCAT) au BRGM • 20 ETP environ au CHU chercheurs au sein des différents services cliniques développant des programmes de recherche5 L’effectif de chercheurs statutaires est relativement stable en Martinique. Ceci s’explique par le faible nombre de nouveaux postes d’enseignants-chercheurs affectés chaque année à l’UAG d’une part et par un turnover élevé et régulier des effectifs de chercheurs des instituts de recherche qui maintiennent leurs effectifs quasi-constants d’autre part. Les effectifs universitaires sont majoritaires (près de 80%) en raison notamment du nombre important de doctorants. Les effectifs de chercheurs et ingénieurs dans les entreprises privées sont très limités du fait d’un secteur industriel relativement étroit et peu orienté sur les moyennes ou hautes technologies. Les compétences disponibles sont donc peu abondantes, ce qui ne concourt ni à attirer des entreprises innovantes ni à favoriser l’innovation dans celles existantes et encore moins le transfert de l’innovation issue de la recherche vers les entreprises. Le développement des qualifications et de l’amplitude de la ressource humaine et la capacité à attirer et mobiliser/fixer de la ressource humaine formée constituent des points clés sur lesquels la stratégie régionale d’innovation peut apporter des réponses pour pallier le déficit de qualification. 5 Rapport annuel d’activités, DRRT Martinique, 2007, http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/084000598/0000.pdf 12
  13. 13. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Les investissements publics et privés : les ressources financières L’appareil statistique existant en France et à l’international ne permet pas aujourd’hui de disposer d’informations précises sur l’ensemble des flux financiers dirigés sur la recherche et l’innovation en Martinique. Source : Indicateurs régionaux de la recherche et de l’innovation – Ministère de la Rechercher – Document de travail – Janvier 2009 - http://cisad.adc.education.fr/indri/documents_v2/irri_2.0_R02_Martinique.pdf A l’instar des autres DOM et TOM, la situation de la Martinique en matière d’investissement dans la recherche et l’innovation se caractérise par les points suivants : • Un volume global de dépense R&D insuffisant : il est inférieur aux régions de métropole et à la moyenne européenne, et repose quasi-exclusivement sur les investissements publics • Les investissements privés sont quasi inexistants : peu d’entreprises ont des budgets de R&D et peu d’acteurs de l’accès au financement de l’innovation sont présents en Martinique Dans le DOCUP Martinique 2000-2006, l’effort financier en termes de recherche s’élevait à 0,52 % du PIB. Cet effort s’élève pour la période 2007-2013 à 0,28% du PIB. Toutefois il est important de noter qu’entre 2000 et 2006, le PIB en Martinique a progressé considérablement (près de 40%), ce qui signifie que l’effort financier en faveur de la recherche est maintenu dans le PO FEDER. A cela s’ajoute le fait que les instituts de recherche agro-environnementale font l’objet de subventions sur le FEOGA / FEADER, multipliant ainsi la dotation allouée à la recherche dans ce domaine. La recherche privée en entreprise s'est développée surtout dans le secteur de l’agro- transformation. Cependant, le nombre d'entreprises ayant mis en place des laboratoires de R&D reste peu élevé et est évalué à une dizaine environ6. 6 Rapport annuel d’activités, DRRT Martinique, 2007, http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/084000598/0000.pdf 13
  14. 14. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Le Conseil régional a développé, en partenariat avec des opérateurs financiers, des outils d’accès au financement ciblant particulièrement les PME et TPE : fonds de garantie (avec l’AFD), prêt à taux zéro (avec Martinique Initiative), Fonds de Participation de la Région Martinique (FPRM avec le Crédit Mutuel), Fonds d’Investissement de la Région Martinique (FIRM avec SAGIPAR, la société Antilles-Guyane d’investissements et de participations). Toutefois, ces instruments financiers n’ont à ce jour été que faiblement sollicités pour l’innovation. L’environnement de l’innovation : usage d’internet, taux de création d’entreprise, modernisation de l’appareil de production La mesure de l’environnement de l’innovation ne peut être appréciée qu’au regard d’une pluralité complexe d’indicateurs, liés notamment à la disponibilité de ressources humaines qualifiées déjà vue plus haut, mais également liés à l’usage des nouvelles technologies tant par les ménages que par les entreprises ou encore liés par exemple à la dynamique entrepreneuriale qui témoigne d’une certaine ouverture au risque. En 2006, 91,2% des entreprises martiniquaises étaient équipées d’un ordinateur et 85,2 % avaient un accès à internet (sur un échantillon de 200 entreprises). Au-delà de ces données : o 100% de l’administration est équipée de matériels et de logiciel informatiques o 55% des foyers sont équipés en informatiques et 40% ont l’ADSL o 5 à 7% des entreprises possèdent un site internet o Tous les établissements scolaires ainsi que l’université sont très bien équipés o 24 communes sur 34 possèdent une Cyberbase (espace public numérique) Cependant il existe une fracture numérique qui traduit l’écart entre le centre, le sud et le nord mais aussi entre les populations au niveau des moyens et facilités d’accès à la société de l’information par des canaux numériques. Cette fracture est d’abord géographique, marquant un clivage fort entre les zones denses (le centre) surinvesties par les opérateurs et FAI et offrant un panel large d’offres concurrentielles, et les milieux peu denses, sans concurrence réelle et même parfois sans aucune possibilité de mise en place du haut débit. Mais elle est également sociale, issue de l’inégalité des chances devant l’accès au monde numérique : barrière financière pour l’achat d’un ordinateur et le paiement de l’abonnement internet, accès ou non à des espaces publics numériques (manque de transports en commun), le manque de formation et d’accompagnement aux outils informatiques et à internet. Année de Indicateurs Valeurs Sources référence Taux d’équipement des entreprises Enquête CCIM in : PO 91,2% 2006 en ordinateur FEDER Enquête CCIM in : PO Taux de connexion des entreprises 85,2% 2006 FEDER Enquête CCIM in : Achats de biens et de services des Entreprises 38,8% 2006 IEDOM Rapport entreprises par internet annuel 2005 Enquête CCIM in : Vente de biens ou services en ligne 3% 2006 IEDOM Rapport annuel 2005 Entreprises ayant un site internet 5 à 7% 2006 PO FEDER Ménages Foyers équipés en ordinateur 55% 2006 PO FEDER 14
  15. 15. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Foyers équipés en ADSL 40% 2006 PO FEDER Dans tous les domaines, les NTIC peuvent jouer un rôle important. Erigées en facteur déterminant de la croissance économique, fer de lance de la Stratégie de Lisbonne, elles restent toutefois en retrait dans le développement économique du territoire par le manque de formation, d’acquisition de matériels et de logiciels adaptés à la taille des entreprises (89% sont des TPE de 1 à 10 salariés) ainsi que l’achat des logiciels qui se fait en dehors du territoire et ne permet pas d’assurer une continuité de service. Il y a aussi un manque de visibilité et de lisibilité des entreprises sur internet (moins de10% possèdent un site internet) tout cela fait apparaître une méconnaissance du territoire à l’extérieur. Les TIC sont une solution à l’isolement caractéristique des régions ultrapériphériques. Le recours aux TIC permet de systématiser la dynamique numérique et de favoriser la compétitivité des entreprises, il devrait également permettre d’installer les entreprises martiniquaises dans l’économie de la région, de consolider les réseaux d’information et d’échanges indispensables à la recherche et à l’innovation, d’élargir le marché de l’emploi, d’étendre l’offre de formation, et, plus globalement, de développer l’attractivité du territoire et sa compétitivité au sein de la zone caraïbe. Divers secteurs d’activités progressent en maturité et montrent un fort potentiel de création d’emplois, notamment le secteur des services aux entreprises (31,5% des créations), et aux personnes (14%), le commerce (16,4%) et le tourisme. Le taux élevé de création d’entreprises en Martinique (12,5%) témoigne de la dynamique entrepreneuriale de l’île, malgré un taux de mortalité important (8% des entreprises sont encore actives après 5 ans, contre 38% en métropole) tenant à la conjonction de difficultés structurelles : étroitesse du marché domestique, faible structuration du tissu productif, manque d’accès au crédit bancaire et surcoûts liés à l’ultra-périphéricité. L’output innovation de la région L’approche des outputs « innovation » en région s’avère particulièrement difficile à cerner en Martinique, tant les indicateurs les plus souvent utilisés (cf. Guide ADIT) sont essentiellement centrés sur l’innovation technologique, très faiblement présente en Martinique. L’enquête CIS sur le degré d’innovation des entreprises n’est pas réalisée pour les DOM. S’agissant des indicateurs relatifs aux brevets, il apparaît que le nombre de demandes adressées à l’OEB est très faible au regard de la moyenne européenne (90 brevets / million d’habitants). Cela confirme que les entreprises martiniquaises travaillent peu sur l’innovation technologique, et que l’appareil de recherche martiniquais, plus centré sur les SHS, peine à valoriser ses travaux de recherche. Valeurs Valeurs Année de Indicateurs Sources Martinique France référence Nombre de demandes de brevets adressés à 3,817 133,14 2004 Eurostat l’OEB/million d’habitants Nombre de demandes de brevets de haute technologie 1,272 29.547 2004 Eurostat adressés à l’OEB/ million d’habitants 15
  16. 16. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Synthèse L’analyse des composantes globales du système d’innovation en Martinique permet de mettre en évidence plusieurs caractéristiques de la situation régionale à laquelle doit répondre la stratégie régionale d’innovation : • La région connaît un vieillissement démographique et un niveau de qualification encore faible malgré une progression constante dans ce domaine. De ce fait, la Martinique a du mal à qualifier les jeunes martiniquais, et au-delà à attirer et à fixer les chercheurs et les jeunes qualifiés sur le territoire. • La Martinique est une région dotée d’une économie dynamique, comme le montre le taux élevé de création d’entreprise et le poids du secteur des services qui est très important en terme de création de valeur et d’emploi. Cependant, cette dynamique est confrontée à des obstacles de développement liés à l’étroitesse du territoire, aux surcoûts de l’éloignement géographique avec l’Europe notamment. • L’innovation connaît des difficultés pour se diffuser, cela est en partie du à la structure du tissu économique, composé principalement de petits établissements (TPE/PME), ce qui entraîne de très faibles capacités de recherche et d’investissement dans des outils de production innovants par ses entreprises locales. La faible mobilisation des investisseurs privés est également un frein au développement de l’innovation. • La recherche publique manque d’envergure sur le territoire martiniquais du fait que dans le domaine des sciences dures, les grands organismes de recherche présents ont des stratégies dictées par leurs maisons-mères, qui ne sont pas forcément en prise avec les problématiques régionales. Par ailleurs, les effectifs de recherche y sont peu nombreux, et sont principalement concentrés dans les sciences humaines et sociales, ce qui ne facilite pas le transfert de technologie et le développement de l’innovation dans les entreprises. • Le potentiel d’innovation demeure tout de même important, la région ayant développé des domaines de recherche d’excellence (biodiversité, agro-environnement et agro- transformation, sciences de l’homme et de la société, santé, risques naturels et ressources halieutiques et aquacoles). Le développement de groupements d’entreprises dans le domaine des services (TIC, pêche, environnement) témoigne de ce potentiel d’innovation qu’il convient de renforcer et de structurer, notamment en soutenant les investissements de capacité ou de modernisation de l’outil de travail et en améliorant l’environnement des entreprises en matière de TIC. 16
  17. 17. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation 2. Chapitre 2 : Le système d’innovation : les acteurs et leurs relations L’analyse du système d’innovation figurant dans ce chapitre synthétise les apports de différentes études réalisées au cours des dernières années et pour certaines réalisées spécifiquement dans le cadre de l’élaboration de la stratégie régionale d’innovation au cours des derniers mois. Les documents fondamentaux sont : • Martinique2025v11 • Etat des lieux, perspectives et argumentation pour la création de l’Agence Régionale pour la Recherche et le Développement (ARRD), 2006 • Note Recherche et Innovation en Martinique, printemps 2009 (prof. Saffache) • CPER • PO FEDER 2007-2013 Le potentiel de recherche en Martinique L’Atlas des effectifs étudiants (MESR 2007) donne pour la Martinique un total de 5 249 étudiants à l’UAG pour un total d’étudiants dans l’Enseignement supérieur de 8 985 individus. Ces chiffres sont équivalents aux effectifs étudiants pour la Guadeloupe, l’UAG compte ainsi sur les trois sites où elle est répartie 11 901 étudiants (selon la même source). L’effectif d’étudiants inscrits à l’UAG à la rentrée 2009 s’est maintenu malgré l’absence de formation d’ingénieurs : Effectifs étudiants en Martinique en 2007 Source : MESR(2007) En 2006, la Martinique compte, selon le diagnostic établi dans le Programme opérationnel 2007-2013, 49 700 élèves dans le secondaire et 5 500 étudiants inscrits à l’Université Antilles Guyane (UAG) sur le site de la Martinique répartis entre une UFR Lettres et Sciences Humaines (maîtrise et préparation aux concours d’agrégation de lettres modernes) et une UFR Droit et Economie, le département scientifique inter-facultaire (licence Sciences, Technologies et Santé mention Mathématiques, Informatique, Physique et Chimie et la 17
  18. 18. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation mention Biologie, Géologie et Santé), et la première année de médecine, depuis la rentrée 2003. Les autres disciplines sont dispensées par l’UAG des sites de Guadeloupe et de Guyane. Des classes de BTS préparent à des formations pour le tertiaire, le bâtiment, l’informatique et l’électronique. Panorama général de la recherche et de ses acteurs en Martinique En 2002, l’étude eRUP Martinique7 évaluait à 220 personnes le nombre de chercheurs et ingénieurs de recherche Equivalent Temps Plein (ETP), soit 0,13% de la population active (contre 0,53% en moyenne dans les 15 pays de l'Union européenne) soit une population R&D totale ETP estimée à 435 personnes. ( Les effectifs de la recherche publique sont relativement stables ; aujourd’hui les effectifs de chercheurs se situent dans une fourchette de 230 à 240 pour environ le double de personnels de recherche (administratifs, techniciens, doctorants). Cette stabilité s’explique par le faible nombre de nouveaux postes d’enseignants-chercheurs affectés chaque année à l’UAG, et par un turnover à la fois élevé et régulier des effectifs de chercheurs des grands organismes de recherche, qui maintennent leurs effectifs à un niveau constant. Panorama de la recherche pour l’UAG et l’Université de la Réunion : Source : DRRT – Séminaire Convergence, Janvier 2006 Les principaux acteurs de la recherche EPST - INRA - CEMAGREF - IRD Etablissements publics de EPIC : recherche ou assimilés - BRGM - CIRAD - IFREMER EPA : - Météo France Université Antilles Guyane Etablissements - UFR établies en Martinique d’enseignement supérieur - IUFM Recherche hospitalière CHU - Office National des Forêts - cellule recherche (ONF) - Parc Naturel Régional de la Martinique (PNRM), - Association régionale de surveillance de la qualité de l'air en Autres entités - Martinique (MADININAIR), - Observatoire Régional de la Santé en Martinique (ORS) - Groupe de Recherche en Archéologie Navale - Antenne de 7 Cf. http://www.erup.net/; Etude Louis Lengrand/INESC Porto pour la Commission européenne. 2002 18
  19. 19. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Martinique - Association Régionale Pour l’amélioration des Conditions de Travail (ARACT) Source : Elaboration ITD-Eu 2009 • Bien que l’effectif universitaire des chercheurs (par le biais des postes d’enseignants- chercheurs) soit le plus important, l’activité de recherche, au prorata du nombre de chercheurs présents dans les laboratoires, est conduite principalement dans les organismes de recherche et les entités de recherche. . La Martinique est l’un des trois sites de l'Université des Antilles et de la Guyane (UAG, Campus de Schœlcher). Avec l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM) de la Martinique, ils ne forment qu’une seule entité. Au total, le site de Martinique compte environ 150 enseignants-chercheurs se répartissant dans les départements suivants : • Droit et Sciences Economiques et Politiques (DSEP) qui comprend trois laboratoires : - le Centre d'Etudes et de Recherche en Economie, Gestion, Modélisation et Informatique Appliquée (CEREGMIA, EA 2440), le Centre d'Etudes et de Recherches Juridiques en Droit des Affaires (CERJDA, EA 4096), et le Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC, CNRS UMR 8053. - Leurs recherches les amènent à travailler sur les nouveaux enjeux de l’entreprise (confrontée aux risques naturels, responsabilité pénale) ; l’assurance risques majeurs ; la réglementation du risque par le droit ; la contribution du droit à l’aménagement, au développement et aux dynamiques territoriales outre-mer, la recherche et l’expertise sur le pouvoir local et le fonctionnement de l’administration dans les départements français d’Amérique (DFA) • Lettres et Sciences Humaines qui comprend : - le Centre de Recherche Interdisciplinaire en Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines (CRILLASH, EA 4095), et le Centre d'Etudes et de Recherches Caribéennes (CERC, EA 927), qui doit intégrer à terme le CRILLASH. Un troisième est le groupe de recherche en Archéologie Industrielle, Histoire, Patrimoine, Développement de la Caraïbe (AIHP- GEODE, EA 929). - Leurs recherches les amènent à travailler sur des recherches théoriques et appliquées au développement en matière de didactique des langues, information, communication et documentation à l’échelle de la Caraïbe ; recherches théoriques et appliquées en matière de littératures, civilisations et développement interculturel à l’échelle de la Caraïbe. • Sciences Exactes et Médicales (SEM) : c’est historiquement le domaine le moins présent en Martinique ; cependant grâce au développement du Département Scientifique inter-facultaire, trois groupes de recherche se sont constitués : - le Groupe de Recherche en Pathologies Neurosensorielles (GRPNS, JE 2503), le Groupe de Recherche en Informatique et Mathématiques Appliquées des Antilles et de la Guyane (GRIMAAG, EA 3590), et le laboratoire Analyse, Optimisation et Contrôle (AOC, EA 3591). Les groupes GRIMAAG et AOC ont des affectations de chercheurs de Martinique localisés au sein du Département Scientifique Inter-facultaire (DSI) de l'UAG. - Les thématiques de recherche en SEM sont extrêmement diverses : Optimisation, méthodes de points intérieurs, informatique distribuée, bases de données et fouille de données (GRIMAAG) ; Algèbre et fonctions généralisées 19
  20. 20. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation avec applications à la prévision des trajectoires cycloniques (AOC) ; Neurosciences, pathogénèse, sclérose en plaques, accident vasculaire cérébral, virus HTLV1 (GRPNS) ; recherche en mathématiques et informatique • L’Institut de formation des maîtres comprend le Centre d'Etudes et de Recherches en Esthétique et Arts Plastiques (CEREAP), rattaché à l'Equipe d'Accueil Laboratoire d'Esthétique Théorique et Appliquée (LETA, EA 2478 de l'Université Paris I), le Groupe de Recherche sur l'Enseignement et la Didactique des Langues dans la Caraïbe (GREDLIC), et le Groupe de Recherche sur l'Enseignement de la Géographie et de l'Histoire (GREGH). • L’activité de recherche médicale en Martinique est essentiellement développée au sein de divers services cliniques du CHU de Fort-de-France. Plusieurs services du CHU réalisent une activité de recherche qui s'ajoute à celle du GRPNS : le laboratoire de virologie-immunologie, le service de médecine nucléaire, le service de chirurgie orthopédique, le service d'anatomie pathologique, le service de cardiologie, le service de chirurgie cardiovasculaire, le service de chirurgie viscérale, le service des maladies infectieuses, le service de médecine interne, le service de psychiatrie, le service d'hématologie biologique et enfin l'unité de lutte contre la douleur La Martinique compte trois grands d'établissements de recherche publics et assimilés: • les établissements publics scientifiques et technologiques (EPST) : o l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) qui compte 25 permanents (administratifs, techniciens, chercheurs) dont 6 chercheurs répartis sur 4 laboratoires (pédologie, hydrologie, nématologie, sciences sociales). o l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) dont la présence est limitée à une antenne de l’unité de recherche zootechnique du Centre Antilles- Guyane, hébergée au sein du PRAM (la majorité des installations de l’INRA sont implantées en Guadeloupe). o le Centre national du Machinisme Agricole, du Génie Rural, des Eaux et des Forêts (CEMAGREF) compte 4 permanents et 8 Equivalents Temps Plein. Une unité de recherche (Production et Economie Agricoles – PREMA), intégrée au PRAM travaille sur les relations entre exploitations agricoles et environnement dans une perspective de gestion de l’espace et du développement durable. • les établissements publics industriels et commerciaux (EPIC) : o le Centre International de Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD) qui compte 25 chercheurs et dont les recherches sont principalement axées sur la production fruitière et horticole (CIRAD-FLHOR) et l’élevage et la médecine vétérinaire (CIRAD-EMVT). La part majeure des activités de recherche porte sur la filière banane, la diversification des cultures (création variétale en banane et ananas) et les fleurs depuis peu. o le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) installé récemment en Martinique (2002) compte 5 permanents. Le développement régulier de ses activités de diagnostic, notamment en matière de risques naturels, permet au BRGM d’avoir depuis 7 ans un développement régulier de ses effectifs. o l’Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la MER (IFREMER) compte 16 permanents au total. Le centre est opérationnel depuis 1970, il abrite deux laboratoires régionaux : le laboratoire « Ressources halieutiques Antilles » du département « Halieutique méditerranéenne et tropicale », et le laboratoire « Aquaculture de la Martinique » du département « Biologie des organismes marins exploités ». Avec l’établissement similaire de la Réunion, l'IFREMER Martinique a développé une compétence spécifique sur les « Dispositifs de 20
  21. 21. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Concentration de Poissons » (DCP). • les établissements publics administratifs (EPA), représentés par Météo France, qui fonctionne davantage comme un bureau d'études que comme un centre de R&D A cela s’ajoutent d’autres acteurs plus modestes parmi lesquels : l’ARACT, l'Office National des Forêts - cellule recherche (ONF), le Parc Naturel Régional de la Martinique (PNRM), l'Association régionale de surveillance de la qualité de l'air en Martinique (MADININAIR), l'Observatoire Régional de la Santé en Martinique (ORS) et le Groupe de Recherche en Archéologie Navale - Antenne de Martinique (GRAN) • La recherche privée est très peu présente en Martinique : elle s’est développée essentiellement dans le secteur agroalimentaire. A l’instar des autres DOM, la faiblesse du secteur industriel et la structure du tissu entrepreneurial (prédominance des TPE) n’ont pas permis à la recherche privée de se développer. Même les entreprises les plus innovantes ne disposent que de peu de moyens pour constituer un département R&D en interne ; leur nombre reste donc très limité, soit une dizaine (environ) d’exemples parmi lesquels on peut citer l'entreprise G&P Dormoy (agro- alimentaire), le CITEP (matières plastiques), le LMAE (applications électroniques) ou la SARA (raffinage). • La recherche publique en Martinique est organisée en 5 pôles correspondants aux grandes thématiques de recherche en Martinique i. Le Pôle de Recherche en Agronomie et Environnement (PRAM) L’axe de recherche Agronomie et Environnement est actuellement centralisé par le PRAM. Le Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) que constitue le PRAM rassemble les équipes du CIRAD (l’ensemble des laboratoires), de l’IRD (laboratoire de Pédologie et Nématologie) et du CEMAGREF (Unité de recherche PREMA). Il est interdisciplinaire et travaille en partenariat avec l’INRA (qui en est sorti). Il est doté d’espaces de laboratoires et de terrains d’expérimentation ; il regroupe environ 85 personnes dont 25 chercheurs et 48 techniciens et agents de maîtrise. Il a pour objectif global de contribuer au développement durable de la Martinique. Les activités de recherche du PRAM sont souvent prolongées par des activités de transfert en partenariat avec le pôle agro-alimentaire régional de la Martinique (PARM, crée à l’initiative du Conseil Régional) ou le CTCS (Centre technique de la canne à sucre). ii. Le Pôle Sciences de l'Homme et de la Société comprend deux sous ensembles : Le champ « Territoire, linguistique, arts et littérature » rassemble essentiellement des enseignants chercheurs de l’UAG autour des thématiques suivantes : l'esthétique et les arts ; l'étude (et l'étude comparée) des littératures francophones, anglophones, hispanophones, lusophones, néerlandophones dans la Caraïbe ; la participation à la création (organisation, manuels) du CAPES de langues et cultures régionales, option Créole ; l'étude des civilisations, des sociétés et des territoires dans la Caraïbe (archéologie, préhistoire, histoire, géographie). Le champ « Droit, sciences économiques et politiques » inclut les équipes de recherche de l’UAG (CRPLC, CERJDA et CEREGMIA) avec des thématiques d’étude des systèmes politiques et juridiques de la Caraïbe et des Amériques ; droit comparé (sociétés caribéennes), économie publique (finances locales, fiscalité), sociologie politique et administrative ; recherche en économie et gestion, publiques et privées ; étude de la coopération économique et du développement dans la Caraïbe ; macro et microéconomie. 21
  22. 22. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation iii. Le Pôle « Risques et développement durable » est encore en finalisation de structuration sous la responsabilité du Conseil général ; il regroupe les acteurs de Météo France, l'Observatoire de Volcanologie et de Sismologie de Martinique (OVSM), le BRGM, l'IRD, essentiellement pour les risques naturels, sur la dégradation des sols par le chlordécone et leur récupération ; avec une implication de plus en plus visible de l’UAG sur les aspects juridiques et économiques du risque (couverture des catastrophes naturelles, renchérissement du coût lié au risque, etc.), sur la vulnérabilité des territoires, sur l’amélioration de l’efficacité de l’action publique, etc. iv. Le Pôle Santé est structuré autour du CHU principalement, de l'Observatoire Régional de la Santé, de la DRASS, du Conseil général (laboratoire départemental d'hygiène et service de démoustication), et de l'IRD. Six programmes hospitaliers de recherche sont en cours au CHU (orthopédie, cancérologie, virologie, neurologie, psychiatrie et cardiologie). Le CHU développe dans le cadre du projet ISIS un outil d’Intelligence artificielle innovant destiné à comprendre l’évolution de l’état du patient en réanimation et à assister les professionnels en effectuant automatiquement certains diagnostics. Dans le domaine de l’e-santé, le pôle est également très actif (projet Newton autour du dossier électronique du patient ; projet international ISLANDS autour de la télé-psychiatrie). Depuis avril 2008, le CHU est doté d’un Centre d’Investigation Clinique d’Etudes Epidémiologiques (CIC-EC) qui a été habilité par la DHOS-INSERM sur l’ensemble des 3 départements Martinique, Guadeloupe et Guyane. La présence de ce centre, couplée à l’existence au sein du CHU d’un centre de ressources biologiques créé en 2007, renforce considérablement l’offre de collaboration du CHU envers des partenaires publics et privés pour le développement de programmes de recherche biomédicaux et le développement de nouvelles molécules stratégiques pour les nouvelles thérapies à fort potentiel d’établissement de brevets. v. Le Pôle halieutique comprend l’IFREMER et l’ADAM et travaille avec le Comité Régional des Pêches, l'Association de Défense des Producteurs Aquacoles de la Martinique (ADEPAM), le Conseil régional et la DRAM. Les DCP ancrés ont été introduits en Martinique par l’IFREMER, dans le but de favoriser un redéploiement de la pêche sur les ressources pélagiques du large. Les objectifs de ce redéploiement étaient de : réduire l’effort de pêche sur les ressources du plateau insulaire fortement exploitées en évitant l’extension des zones de pêche en particulier dans les ZEE voisines ; préserver le plus haut niveau d’emploi dans le secteur pêche ; et de tenter d’améliorer les revenus des professionnels de la pêche. Le Comité des Pêches a pris en charge la gestion des DCP pour la première fois en 1996. Ces dispositifs ont été financés sur fonds publics (44 en 1996 et 1997, et 10 en 2000). Actuellement, les pêcheurs posent et entretiennent leurs DCP eux-mêmes. Depuis le CPER précédent, des opérations réussies ont permis la réalisation de recherches (pôle de recherche) sur le « loup des caraïbes » et la réalisation d’écloseries artisanales de production d’alevins permettant une augmentation de la production de cette espèce. Des études sur le secteur de la pêche devraient permettre de mieux cerner les évolutions de ce secteur, études réalisées en partenariat avec d’autres organismes que l’IFREMER (le PARM, l’UAG, les Universités métropolitaines de Montpellier, Perpignan, La Rochelle, etc.). L’émergence de ces pôles est toutefois restée en dehors du mouvement de mutualisation des efforts de recherche appuyés par la mise en place dans les régions métropolitaines de PRES, RTRA, CTRS ou Institut Carnot. Il est vrai que l’éclatement de l’UAG sur trois sites ne facilite pas la mutualisation de la recherche avec les grands organismes de recherche, qui eux s’inscrivent dans une stratégie de recherche nationale. 22
  23. 23. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Le partenariat aujourd’hui formalisé avec l’UAG et la mise en place des commissions thématiques autour des entreprises devrait permettre une structuration de l’économie autour des Pôles labellisés tels qu’imaginés par le SMDE (cf2-4-1). • Globalement, les coopérations public-privé sont insuffisantes et insuffisamment exploitées dans les secteurs sur lesquels existe un potentiel Les coopérations entre recherche publique et privée et entreprises sont balbutiantes. Les estimations pour le nombre de recherche sous contrat entre institutions de recherche et entreprises se montent à environ une quinzaine de contrats par an. Le faible nombre de chercheurs, le faible nombre de brevets déposés par les équipes martiniquaises, le petit nombre d’entreprises innovantes (de base technologique) en création, ne facilitent pas la création de liens entreprises-recherche et la visibilité de cette relation au sein de l’économie insulaire. A cela s’ajoute la prédominance en termes d’effectifs de recherche des sciences humaines et sociales pour lesquels, s’il y a bien des activités de valorisation en termes de transfert de savoir-faire et d’expertise, les opportunités de valorisation économique sont plus réduites. A cela s’ajoutent encore des facteurs structurels liés à la taille et à la structure des entreprises, et à leur domaine d’activité (services et commerce) qui rendent plus difficile les transferts de technologie et la possibilité de projets de R&D collaboratifs. L’essentiel des relations entre la recherche publique et les entreprises s’organise autour des domaines de l’agro-alimentaire et de l’agro-environnement, domaines pour lesquels le PARM assure l’interface. Dans le domaine des SHS toutefois, il faut noter l’activité du CEREGMIA (Economie, Gestion et Modélisation Informatique Appliquée) qui est impliqué dans deux projets ANR et a su développer par le passé et au présent des collaborations avec des entreprises françaises et internationales (Sony CS Labs, EDF R&D, FT R&D, Cyberlibris)8. • La recherche publique martiniquaise peine à se trouver une dimension internationale Le voisinage autour de la mer caraïbe de 38 Etats et territoires ne crée pas automatiquement des projets de coopération vu la fragmentation de ces Etats, sur le plan géographique et linguistique. Mais chacun des territoires est potentiellement un utilisateur ou un partenaire pour l’usage de certaines technologies (ou R&D) développées en Martinique. Le PO Espace Caraïbe offre à cet égard des opportunités de coopération internationale et transfrontalière. Les coopérations demeurent cependant occasionnelles. Dans l’ensemble, l’appareil de recherche martiniquais est faiblement intégré aux réseaux européens et internationaux de recherche. Toutefois, certaines équipes, notamment dans le domaine de la Santé ou des Sciences Humaines et Sociales (CRPLC par exemple), participent à des projets internationaux et bénéficient d’une certaine reconnaissance. Les grands organismes de recherche tels que le CIRAD et l’IRD sont davantage portés naturellement vers l’international. L’étude e-RUP 2002 notait que la participation de la Martinique aux 4ème et 5ème PCRDT (1994-1998 et 1998-2002) ainsi que la mobilisation des bourses de mobilité européenne étaient quasi-inexistantes : deux projets comprenant un partenaire martiniquais étaient référencés par la Commission européenne en mai 2002. 8 Annuaire de la Recherche de l’UAG, 2007 23
  24. 24. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Source : ERUP 2002 La base de données CORDIS des projets mentionne 21 occurrences de projet impliquant des partenaires de la Martinique pour tous les PCRD confondus dont trois projets du 6ème PCRD impliquant un partenaire martiniquais : • Widening IST Networking Development Support – Caraïbes (7ème PCRD) • Integrated system for long distance psychiatric assistance and non-conventional distributed health services (ISLANDS) • NETworking tropical and subtropical Biodiversity research in Outermost regions and territories of Europe in support of sustainable development (ERA-NET Biodome) La Martinique accueille relativement peu de colloques scientifiques, l'organisation de colloques et conférences coûte très cher, le déplacement des chercheurs de l'UAG dans n'importe quelle ville de métropole coûte beaucoup plus cher que pour n'importe quel chercheur qui viendrait directement de métropole, et même les déplacements dans les territoires d'Amérique du Nord ou du Sud, pourtant proches de l'UAG, peuvent parfois coûter plus cher que s'ils étaient effectués depuis Paris. Enfin, le Bonus Qualité Recherche (BQR) de l'UAG est passé cette année au taux de 20 % des crédits applicables (au lieu de 15 %), en partie à cause des frais occasionnés par les jurys de thèse (organisation, missions) à l'UAG. Le potentiel de recherche en Martinique : atouts, faiblesses, opportunités, menaces Il est difficile aujourd’hui de parler d’un fort potentiel de recherche en Martinique ayant un impact sur le développement économique du territoire. En dehors des deux pôles de recherche les plus forts en termes de visibilité, l’un articulé autour des grands organismes de recherche (agro-environnement), l’autre autour des thématiques de recherche en santé, la recherche publique est relativement éclatée, tandis que la recherche privée demeure absente. La quasi-absence d'une filière de formation scientifique et technologique peut être considérée comme un obstacle majeur au développement de la RDTI et globalement pour le développement économique de la Martinique. Le développement et la diversification des activités de recherche supposent une meilleure optimisation des filières et des débouchés, et 24
  25. 25. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation surtout un effort à faire en termes de valorisation de la recherche, y compris dans le domaine des SHS. Il convient que la stratégie régionale d’innovation apporte une attention toute particulière au renforcement de l’effort de structuration de la recherche et de valorisation des travaux de la recherche par une identification des niches existantes porteuses de développement et pouvant avoir un effet de levier sur d’autres secteurs (en particulier celui des services). Il s’agit de structurer la recherche en région Martinique dans une perspective de mise en relief des priorités régionales en rapport avec les besoins des entreprises régionales, de porter la demande des entreprises régionales vers plus d’innovation en structurant les interfaces susceptibles de prendre en charge cette demande vis-à-vis de la recherche, et d’ouvrir vers des coopérations : nationales, via les pôles de compétitivité présentant une thématique d’intérêt pour la Martinique ; et internationales, via les appels à projets des programmes internationaux (au premier rang desquels le programme Espace Caraïbe). Atouts Faiblesses • Cinq domaines de recherche organisés en • Fragmentation de la recherche publique Pôles et présentant sinon une masse • Faible coordination et mutualisation de la critique de chercheurs du moins une recherche et encore faible prise en compte capacité de mobilisation d’équipes des besoins du territoire là où la recherche aguerries : est plutôt bien dotée (les organismes de o La plupart sont en cours de structuration recherche nationaux ont leur propre o Le PRAM est le pôle le plus structuré à stratégie déconnectée souvent de leur lieu ce jour et bénéficie d’une bonne visibilité d’implantation) o Une recherche en santé reconnue • Faibles capacités de valorisation de la comme de bon niveau au plan national recherche appliquée (prédominance des et au plan international SHS) o Un pôle important dans le domaine des • Faible capacité des entreprises régionales à SHS mais ayant un faible impact sur le investir dans l’innovation et faible culture de développement économique l’innovation • Un environnement de politique publique • Pas ou peu d'investissement en R&D dans favorable à l’innovation, à la création de le privé partenariat et à l’internationalisation • Pas de « cluster » d’entreprises innovantes Des infrastructures d’enseignement pouvant être le moteur de l’innovation supérieur et de recherche de bonne qualité • Peu de coopérations effectives avec les et dans certains domaines de niveau universités et les centres de recherche des international Etats de la Caraïbe Opportunités Menaces • S’appuyer sur les domaines déjà identifiés • Maintien des centres de décision pour la comme porteurs d’innovation recherche en métropole (en ce qui concerne • Utiliser les instruments programmatiques les organismes de recherche et les grands existants groupes industriels) • Améliorer l’offre de services innovants dont • Culture insuffisamment intégrée de la ceux permettant d’accès à la R&D auprès valorisation au sein des organismes de ème des entreprises recherche (3 mission) • Améliorer la visibilité de l’offre de • Pilotage des pôles de compétitivité pouvant connaissances scientifiques auprès des intéresser la Martinique (risque naturels par entreprises exemple) à l’extérieur du territoire. Dans le • Conforter les évolutions vers l’organisation pire des cas, la Martinique se retrouverait de cluster d’entreprises permettant de dans la situation d'un « laboratoire de mutualiser l’accès à la recherche travaux pratiques », accueillant • Définition en 2010 d’une Stratégie Nationale occasionnellement des chercheurs venus de la recherche dans les DOM et PTOM d'ailleurs pour la réalisation locale d'études (Stat OM) qui jusque là était inexistante ponctuelles • Manque de stratégie identifiée et coordonnée pour les acteurs de la recherche et de l’innovation 25
  26. 26. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation • Syndrome de l’isolement du chercheur • Manque de pilotage de la stratégie • Faible attractivité de la recherche aux yeux des étudiants insulaires 26
  27. 27. SGAR Martinique Stratégie régionale d’innovation Le transfert de technologie et la valorisation de la recherche : principaux obstacles et défis Panorama général du transfert de technologie et de ses acteurs en Martinique Le système de recherche martiniquais n’a pas suivi les évolutions du système national de recherche dans son ensemble. Au niveau national, jusqu’à la fin des années 1990, le soutien à l’innovation n’a pas été une priorité majeure des politiques de soutien à la recherche, en particulier de soutien aux universités, bien que la mise en place des CRITT et CRT datent de la fin des années 80 et du début des années 90. Ce n’est réellement qu’à partir de la loi Allègre de 1999, avec notamment la création des incubateurs académiques et des services d’actions industrielles et commerciales (SAIC), que des outils ont été créés pour favoriser la valorisation de la recherche académique. Le mouvement a ensuite été accentué avec la volonté de construire des passerelles entre monde de l’entreprise et monde de la recherche dans les différentes lois et plans qui se sont succédés depuis 1999 (Plan innovation 2003, politique des pôles de compétitivité en 2005, Loi de programmation de la Recherche 2006, Loi sur l’autonomie des universités 2007), permettant de réorienter le dispositif national de recherche vers le soutien à l’innovation, le transfert de technologie et la création d’entreprises innovantes avec pour objectifs de : • Créer un environnement favorable à l’innovation • Assurer le transfert de technologie et la diffusion de l’innovation auprès des entreprises • Développer la R&D collaborative associant des partenaires publics et privés • Soutenir la recherche fondamentale • Favoriser la création d’entreprises innovantes • Créer des pôles d’excellence territorialisés Parmi les outils disponibles, la Martinique compte encore peu de structures de valorisation et/ou de transfert de technologie permettant de faire le lien entre l’offre de connaissances et les entreprises et contribuant au développement de projets d’innovation et à la création d’entreprises innovantes. Elle ne compte ainsi aucun CRITT, CRT, PFT, pôle de compétitivité, incubateur académique (au sens de la loi Allègre), Institut Carnot, ou Réseau de recherche et d’innovation technologique (RRIT). Toutefois un réseau a récemment été crée, Cap Performance, dont la vocation est de fédérer et coordonner les structures d’accompagnement des entreprises. Cap Performance a le soutien de la Région dans le cadre de l’ADEM. Au sein de Cap Performance, le « référent innovation » est la Technopole Martinique. ! Les structures en charge du transfert de connaissances et de la valorisation de la recherche publique sont relativement peu nombreuses en Martinique. Mis à part le PARM, aucune ne fournit directement un appui aux entreprises pour la réalisation de prestations techniques et technologiques (de type CRITT ou CRT). La plupart de ces structures sont orientées vers l’agro-transformation (de la transformation variétale à la transformation produit). 27

×