Royaume du Maroc
Ministère de la Santé
DR LAHLOU khalid directeur de la population
Le 18 décembre 2014
Article 5
L'offre publique de soins en mode fixe est composée des
quatre réseaux d'établissements de santé suivants:
 Le ...
Article 39
Le réseau des établissements de santé médico-sociaux est
destiné à la prise en charge médicale avec un
accompag...
Article 40
Le réseau des établissements médico-sociaux est
composé des :
Centres dits «Espaces Santé-Jeunes » ;
Centres ...
Au niveau international, il existe plusieurs types de structures
sanitaires, dédiées à la population estudiantine, qui off...
Objectifs des CMU :
Protéger et promouvoir la santé des étudiants afin qu’ils
puissent suivre leurs études dans les meille...
La couverture sanitaire en milieu universitaire est régit par la
convention de partenariat conclue entre le Ministère de l...
Les normes d’implantation des CMU par ville universitaire
sont fonction des effectifs des étudiants, du nombre
d’établisse...
 Les CMU sont des structures accessibles aux étudiants gratuitement créées au
sein des établissements universitaires et é...
 Importance de la population des jeunes
 18% (15-24 ans)
 29% (10-24 ans)
 Exposition à :
 Problèmes de santé physiqu...
 La question de la santé des jeunes et plus particulièrement « les
services de santé » figure dans les agendas des pays e...
Consistance des interventions de
promotion de la santé des jeunes
Information et compétences de vie
Services de santé et d...
L’OMS a fourni un appui considérable pour aider les pays à
développer des services de santé pour les jeunes
notamment en m...
 L’UNFPA a aussi contribué à standardiser et à appuyer les
pays pour l’implantation des services de santé amis des
jeunes...
 C’est une réponse à la doléance des jeunes d’avoir des services
de santé dédiés à eux (Consultation des jeunes par le Mi...
Critères d’implantation
 Un ESJ est assimilé à un centre de santé urbain de
deuxième niveau.
 Un ESJ pour 50 000 habitan...
Mission
Contribuer à la promotion de la santé des jeunes de 10 à 25 ans en leur offrant
des services accessibles et adapté...
 Quatre à six salles
 Personnel médical et paramédical :
 Médecin généraliste (PT)
 Médecins spécialistes (MT)
 Médec...
 Selon l’OMS, la réhabilitation des personnes handicapées est «un
dispositif leur permettant d'atteindre et de garder leu...
 En France, les prestations de la réhabilitation: rééducation
(orthophonie, psychomotricité, orthoptie, kinésithérapie et...
Schéma Régional Médicosocial (SROMS)
Loi: 2009-879/Ch4/Section 3
 Missions:
1. Apprécie les besoins de prévention, d'acco...
Schéma Régional Médicosocial (SROMS)
 Est arrêté par le Conseil Général de la Région et l’Agence
Régional de la Santé, te...
Les Centres d’Action Médicosociale Précoce (CAMSP) Loi
N°75-534 du 30 juin 1975
Cinq rôles majeurs :
1. Dépistage et diag...
Les Centres d’Action Médicosociale Précoce
(CAMSP) Loi N°75-534 du 30 juin 1975
Public cible: Enfants de moins de 6 ans a...
Situation au Canada
 Les établissements médicosociaux sont pareil à ceux en
France. Ils sont polyvalents ou spécialisés.
...
1. Centres Intégrés Régionaux d’Appareillage orthopédique et de
Rééducation (CIRAR):
◦ Nombre existants: 15
◦ Lieu d’impla...
 Généralisation des Services de Médecine Physique et de
Réadaptation au niveau des CHU et des CHR lointains
pour la prise...
 Densité de la population
 Prévalence du handicap
 Fréquence de la morbidité liée aux suites des affections de
l’appare...
 Trois zones:
─Zone patient (76 m2): Accueil, attente, consultation, Gymnase (salle de
marche), salle de prise de mesures...
Ressources humaines Normes
Médecins spécialistes en médecine physique
et réadaptation
1
Kinésithérapeutes 1 à 2
Orthoproth...
Désignation Surface Utile
(m2)
Unité d’accueil et de consultation 119
Unité de kinésithérapie 113
Unité d’orthophonie 24
U...
 Addiction: « Etat de dépendance périodique ou chronique
à des substances ou à des comportements". (OMS)
 Maladies compl...
 Usage de substances psychoactives: 4,1%
 Abus de substances: 3%
 Dépendance aux substances: 2,8 %
 Abus d’alcool: 2%
...
3
9
Benchmark
 France:
Centres de soins, d’accompagnement et de prévention en
addictologie (CSAPA) qui offrent:
 Accueil...
4
0
Centres de soins, d’accompagnement et de prévention en
addictologie (CSAPA):
 Ces structures s’adressent généralement...
4
1
CRITERES D’IMPLANTATION
 Taux de prévalence de l’usage et des dépendances
élevés
 Sur la base d’ « évaluations rapid...
S’intègre dans le cadre de la Stratégie de Lutte contre les
Addictions dont l’objectif est de contribuer à atteindre un n...
La réduction de la demande basée essentiellement sur
l’information, la sensibilisation et l’éducation
La prise en charge...
Le pôle médical :
Consultations et orientation : addictologie, psychiatrie et
psychologie
Orientation au besoin, aux str...
Pôle d’accompagnement communautaire :
L’Unité Fixe :
 Accueil : réception, information, conseil et orientation des usager...
Pôle d’accompagnement communautaire :
L’Unité Fixe (suite):
 Accompagnement et appui aux groupes d’auto-support :
session...
Pôle d’accompagnement communautaire :
L’Unité mobile :
 Information et sensibilisation sur les risques des usagers de
dro...
Pôle Profil Nb Observation
Médical
Psychiatre addictologue 01 Assure la direction du centre
Médecin addictologue 01 Addict...
Pôle Profil Nb Observation
Communautaire
Coordinateur
Salariés de l’association
ou bénévoles
Intervenants sur le terrain
A...
Merci pour votre attention
Etablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociaux
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etablissements de santé médico sociaux

351 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
351
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etablissements de santé médico sociaux

  1. 1. Royaume du Maroc Ministère de la Santé DR LAHLOU khalid directeur de la population Le 18 décembre 2014
  2. 2. Article 5 L'offre publique de soins en mode fixe est composée des quatre réseaux d'établissements de santé suivants:  Le réseau des établissements de soins de santé primaires (RESSP) ;  Le réseau hospitalier (RH) ;  Le réseau intégré des soins d'urgence médicale (RISUM) ;  Le réseau des établissements médico-sociaux (REMS). L'offre publique de soins comprend en outre des structures spécialisées d'appui aux réseaux précités ainsi que des installations de santé mobiles.
  3. 3. Article 39 Le réseau des établissements de santé médico-sociaux est destiné à la prise en charge médicale avec un accompagnement social des personnes à besoins spécifiques. Les prestations de soins fournies par ce réseau peuvent être rendues avec ou sans hébergement.
  4. 4. Article 40 Le réseau des établissements médico-sociaux est composé des : Centres dits «Espaces Santé-Jeunes » ; Centres de rééducation physique, d'orthoptie et d'orthophonie ; Centres d'appareillage orthopédique ; Centres d'addictologie ; Centres médico-universitaires ; Centres de soins palliatifs.
  5. 5. Au niveau international, il existe plusieurs types de structures sanitaires, dédiées à la population estudiantine, qui offrent gratuitement des services accessibles et adaptés en matière de prévention et de promotion de la santé à savoir : Service de santé universitaire (SSU) Unité de médecine préventive (UMP) Service universitaire ou interuniversitaire de médecine préventive et de promotion de la santé (SUMPPS) Centre Médico-Universitaire(CMU) Centre de santé médico-psycho-social(CMPS)
  6. 6. Objectifs des CMU : Protéger et promouvoir la santé des étudiants afin qu’ils puissent suivre leurs études dans les meilleures conditions physiques, psychiques et sociales à travers les prestations suivantes : Visite médicale systématique; Visite médicale à la demande; Soins infirmiers; Contrôle d’hygiène et de salubrité; Éducation sanitaire; Écoute et conseil ; Assistance sociale.
  7. 7. La couverture sanitaire en milieu universitaire est régit par la convention de partenariat conclue entre le Ministère de la Santé et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et qui définie le rôle et les attributions de chaque partie à savoir : Le Ministère de l’Enseignement Supérieur est chargé de  Créer des CMU au sein des établissements universitaires, de les équiper et de les doter en médicaments.  Le Ministère de la Santé est chargé de:  Affecter du personnel médical et para médical pour assurer une couverture sanitaire telle que dictée par le PNSSU et conformément à la convention de partenariat signée entre les deux parties.
  8. 8. Les normes d’implantation des CMU par ville universitaire sont fonction des effectifs des étudiants, du nombre d’établissements universitaires et de l’existence ou pas de cité universitaire, Ces normes sont comme suit: 01 CMU par cité universitaire; 01 CMU pour 8000 à 10 000 étudiants.
  9. 9.  Les CMU sont des structures accessibles aux étudiants gratuitement créées au sein des établissements universitaires et équipées et dotées en médicaments par le MES.  Le personnel médical et paramédical affecté à temps plein par le Ministère de la Santé, dans ces structures, offrent des prestations de prévention et de promotion de santé, conformément aux termes de la convention de partenariat conclue entre les deux départements, à savoir : Visite médicale systématique; Consultations à la demande; Soins infirmiers; Contrôle d’hygiène et assainissement; Écoute et conseil; Information et sensibilisation.
  10. 10.  Importance de la population des jeunes  18% (15-24 ans)  29% (10-24 ans)  Exposition à :  Problèmes de santé physique et des souffrances psychiques  Comportements à risque (tabagismes, drogues, Rapports sexuels non protégé, sédentarité, alimentation…)  Facteurs de vulnérabilité  Déficit informationnel et en services pour maintenir et promouvoir le capital santé chez les jeunes  Population à fort potentiel exploitable y compris en matière de promotion de la santé
  11. 11.  La question de la santé des jeunes et plus particulièrement « les services de santé » figure dans les agendas des pays et des organisations des NU depuis la Conférence Internationale sur la Population et le Développement.  Depuis lors, certaines agences des NU ont déployé des efforts pour réussir l’intégration de ces services dans l’offre et la promotion de la santé des jeunes et ont appuyé les pays pour leur implantation.
  12. 12. Consistance des interventions de promotion de la santé des jeunes Information et compétences de vie Services de santé et de conseil Environnement sain Opportunités de contribution et de participation Disposer de l’information stratégique en rapport avec la santé des jeunes Elaborer ou appuyer les politiques favorables à la santé Mettre en place des services Renforcer les capacité des PS et autres intervenants Positionnement du secteur de la santé 1995 Selon les recommandations d’un rapport d’experts inter agences (OMS, UNICEF, UNFPA), les services de santé dédiés aux jeunes constituent une composante essentielle des actions de promotion de leur santé. Le secteur de la santé à un rôle central dans leur mise en œuvre.
  13. 13. L’OMS a fourni un appui considérable pour aider les pays à développer des services de santé pour les jeunes notamment en matière de normalisation, de protocoles, de contenus et d’outils de formation des professionnels de santé
  14. 14.  L’UNFPA a aussi contribué à standardiser et à appuyer les pays pour l’implantation des services de santé amis des jeunes « youth freindly health services » dans le domaine de la SSR.  Dans la plus part des pays ayant des structures de santé dédiées aux jeunes, ces services sont implantés dans le réseaux des Soins de Santé Primaires  Beaucoup de pays ont orienté la mission et les prestations vers la SSR
  15. 15.  C’est une réponse à la doléance des jeunes d’avoir des services de santé dédiés à eux (Consultation des jeunes par le Ministère de la santé, 2003)  Les ESJ s’inscrivent dans le cadre d’une Stratégie Nationale après une phase pilote.  La mission des ESJ approche la santé dans sa globalité (SSR, Santé mentale, modes de vie sain…)  Ces structures ont été accompagnées par des actions de standardisation, de développement de contenus, de formation, …  Leur évaluation en 2010 à affirmer leur pertinence  Certaines structures ont été crées avec l’appui de l’INDH
  16. 16. Critères d’implantation  Un ESJ est assimilé à un centre de santé urbain de deuxième niveau.  Un ESJ pour 50 000 habitants ;  01 ESJ/Province pour les provinces qui comptent moins de 50 000 habitants.
  17. 17. Mission Contribuer à la promotion de la santé des jeunes de 10 à 25 ans en leur offrant des services accessibles et adaptés en matière d’écoute, de conseil, d’accompagnement psychosocial, de prise en charge et d’orientation médicale et psychologique y compris dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive et de la lutte contre les addictions.  Accueil,  Consultation médicale  Écoute/conseil  Espace animation pour la santé et accès à l’information  Consultation de psychologie (régulière au niveau de l’ESJ)  Consultations spécialisées : • Sur RDV au niveau de l’ESJ (spécialités les plus demandées) • Référence (autres) Prestations permanentes Prestations sur RDV
  18. 18.  Quatre à six salles  Personnel médical et paramédical :  Médecin généraliste (PT)  Médecins spécialistes (MT)  Médecin dentiste (PT)  Infirmier (PT)  Assistante sociale ou toute autre personne formée à l’écoute (MT)  Psychologue (MT)  Equipements (médico technique, bureautique, didactique)
  19. 19.  Selon l’OMS, la réhabilitation des personnes handicapées est «un dispositif leur permettant d'atteindre et de garder leurs niveaux fonctionnels physique, sensoriel, intellectuel, psychologique et social» ; ce dispositif comprend les outils nécessaires à leur autonomie (Source: www.who.int, relu le 25 septembre 2013).  Différentes formes: Médicale (Médecine Physique et de la Réadaptation: MPR) Médicosocial et Social.  La réhabilitation médicale et médicosociale a pour finalité de permettre aux personnes présentant des déficiences, incapacités ou handicap, leur réinsertion socioprofessionnelle dans une logique de « projet de vie individuel ».
  20. 20.  En France, les prestations de la réhabilitation: rééducation (orthophonie, psychomotricité, orthoptie, kinésithérapie et ergothérapie) et l’appareillage orthopédique sont assurées par les services et établissements relevant du:  Schéma Régional d’Organisation Médicosocial, à travers des centres polyvalents et spécialisés ;  Schéma Régional des soins, à travers les soins de suite de réadaptation (SSR).
  21. 21. Schéma Régional Médicosocial (SROMS) Loi: 2009-879/Ch4/Section 3  Missions: 1. Apprécie les besoins de prévention, d'accompagnement et de prise en charge médico-sociale; 2. Détermine l'évolution de l'offre médico-sociale tenant compte de l'offre sanitaire, sociale et MS existante, et des besoins de formation, de sa répartition et des conditions d'accès; 3. Précise les modalités de coopération des acteurs de l'offre sanitaire, sociale et médico-sociale.
  22. 22. Schéma Régional Médicosocial (SROMS)  Est arrêté par le Conseil Général de la Région et l’Agence Régional de la Santé, tenant compte de:  Besoins spécifiquement régionaux conformément au Plan Stratégique Régional de la Santé;  Evolution démographique, épidémiologique, et socioéconomique.  Les établissements et Services Médicosociaux du SROMS sont publics et privés à but lucratif ou non lucratif.
  23. 23. Les Centres d’Action Médicosociale Précoce (CAMSP) Loi N°75-534 du 30 juin 1975 Cinq rôles majeurs : 1. Dépistage et diagnostic précoce des déficits ou troubles; (Autisme,…); 2. Prévention et réduction des déficiences, des incapacités et du handicap; 3. Rééducation précoce et Cure ambulatoire, 4. Accompagnement et soutien des familles lors du processus de révélation du handicap et dans la mise en œuvre des soins et des actions éducatives requis par l’état de l’enfant; 5. Soutien à l’accès aux lieux de la petite enfance et à la scolarité.
  24. 24. Les Centres d’Action Médicosociale Précoce (CAMSP) Loi N°75-534 du 30 juin 1975 Public cible: Enfants de moins de 6 ans atteints d’un handicap sensoriel, moteur ou mental, ou présentant un risque de développer un handicap; Se situent à l’interface du secteur sanitaire (maternités, services de néonatologie, pédiatrie, structures scolaires ….etc) et du secteur médico-social; Vocation polyvalente (s’adresse à tous les types du handicaps); Certains sont spécialisés : les enfants sourds, centré périnatalogie,….etc. Gestion par un conseil d’administration.
  25. 25. Situation au Canada  Les établissements médicosociaux sont pareil à ceux en France. Ils sont polyvalents ou spécialisés.  Sont gérés par la communauté;  Bénéficient de la subvention de l’Etat.
  26. 26. 1. Centres Intégrés Régionaux d’Appareillage orthopédique et de Rééducation (CIRAR): ◦ Nombre existants: 15 ◦ Lieu d’implantation: CHR ◦ Consistance : Unités de Rééducation (Kinésithérapie, Orthophonie, Orthoptie et Psychomotricité) et un Atelier d’appareillage orthopédique. 2. Centres Intégrés de Rééducation (CIR): ◦ Nombre existants: 09 dont 08 sont intégrés dans les CIRAR ◦ Lieu implantation: CHP ◦ Consistance: Unités de Rééducation (Kinésithérapie, Orthophonie, Orthoptie et Psychomotricité) 3. Service de Médecine Physique et de Réadaptation (SMPR): ◦ Nombre existants: 3 ◦ Lieu implantation: CHU (Fès, Ibn Rochd Casablanca et Oujda) 4. Salles de Kinésithérapie avec + ou – Orthophonie implantées au niveau des structures hospitalières et les Centres de Santé.
  27. 27.  Généralisation des Services de Médecine Physique et de Réadaptation au niveau des CHU et des CHR lointains pour la prise en charge des handicaps lourds (IMC, Polyhandicapés, …);  Extension des centres intégrés de rééducation et d’appareillage orthopédiques (CIRAR) au niveau des régions non couvertes (RSZZ, Oued Eddahab et Chaouia Ourdigha)  Intégration des prestations de rééducation fonctionnelle dans les établissements de soins de santé de base (Désignation d’un point focal au niveau des DRS et Délégations préfectoraux et Provinciaux de Santé;  Mise en place d’une filière de soins de réadaptation; 31
  28. 28.  Densité de la population  Prévalence du handicap  Fréquence de la morbidité liée aux suites des affections de l’appareil locomoteur, neurologique, Ophtalmologique, ORL, respiratoire, des brulés, ainsi qu’à l’évolution des maladies chroniques…etc ;  Vieillissement de la population;  Existence de facteurs de risque: zone à risque de catastrophes naturelles, industrielle, accidents routières;  Existence au niveau territorial d’autres centres de rééducation relevant des autres départements institutionnels, des associations et du secteur privé.
  29. 29.  Trois zones: ─Zone patient (76 m2): Accueil, attente, consultation, Gymnase (salle de marche), salle de prise de mesures (Moulage), salle d’essayage; ─ Zone personnel (184 m2): Bureau de l’équipe, vestiaires; ─ Zone de fabrication (240 m2) implantée au Rez-de-Chaussé respectant les normes de sécurité: salle de plâtre, salle de montage, salle de machines, thermoformage, salle de résine, et magasin.  Superficie( minimum) : 520 m2  Système de ventilation obligatoire au niveau des salles (de résine et de thermoformage)  Respect des normes de la loi 10-03 relative à l’accessibilité.
  30. 30. Ressources humaines Normes Médecins spécialistes en médecine physique et réadaptation 1 Kinésithérapeutes 1 à 2 Orthoprothésistes 4 à 6 Personnels administratifs :  Econome,  statisticien,  secrétaire,  Magasinier 1 1 à 2 2 1
  31. 31. Désignation Surface Utile (m2) Unité d’accueil et de consultation 119 Unité de kinésithérapie 113 Unité d’orthophonie 24 Unité de psychomotricité 12 Unité d’orthoptie 24 Unité Communes 82 Total 374 Profil Normes Médecins spécialistes en médecine physique et réadaptation 1 Kinésithérapeutes 4 à 5 Orthophonistes 2 à 3 Orthoptistes 2 à 3 Psychomotriciens 2 à 3 Personnels administratifs :  Econome,  statisticien,  secrétaire, 1 1 à 2 1
  32. 32.  Addiction: « Etat de dépendance périodique ou chronique à des substances ou à des comportements". (OMS)  Maladies complexes, multifactorielle, d’évolution chronique, marquées par un taux élevé de rechute (neurobiologique, environnementale et psychologique,..)  Conséquences sanitaires (VIH, Hépatites), sociales, économiques et légales (violence, pauvreté , perte d’emploi, ..)
  33. 33.  Usage de substances psychoactives: 4,1%  Abus de substances: 3%  Dépendance aux substances: 2,8 %  Abus d’alcool: 2%  Dépendance alcoolique: 1,4% Enquête nationale en population générale (>=15 ans) (2003 - 2005)
  34. 34. 3 9 Benchmark  France: Centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) qui offrent:  Accueil, information, évaluation médicale, psychologique et sociale.  Orientation de toute personne ayant des difficultés du fait d’une addiction.
  35. 35. 4 0 Centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA):  Ces structures s’adressent généralement aux personnes préoccupées par leurs consommations à risques, abusives et/ou problématiques de substances psycho-actives, licites ou non, y compris tabac et médicaments détournés de leur usage habituel.  leur mission s'étend également aux personnes souffrant d'addictions sans substance, comme le jeu pathologique, les troubles des conduites alimentaires... Il accueille également toute personne (famille, parent, proche...) en interrogation ou en difficulté par rapport à la consommation de produits ou le comportement addictif d'un proche. Benchmark
  36. 36. 4 1 CRITERES D’IMPLANTATION  Taux de prévalence de l’usage et des dépendances élevés  Sur la base d’ « évaluations rapides » de situations  Tendances à l’augmentation de l’usage de drogues
  37. 37. S’intègre dans le cadre de la Stratégie de Lutte contre les Addictions dont l’objectif est de contribuer à atteindre un niveau élevé de protection en terme de santé publique, de sécurité publique et de cohésion sociale Statut : Partenariat entre la Fondation Mohammed V pour la Solidarité, le Ministère de la Santé, et le Ministère de l’Intérieur. Objectifs : les centres d’addictologie s’inscrivent dans le cadre de l’amélioration de l’accessibilité aux structures de prise en charge des Usagers de Drogues (UD)
  38. 38. La réduction de la demande basée essentiellement sur l’information, la sensibilisation et l’éducation La prise en charge des usagers de drogues consultations ambulatoires en matière d'addictions, un suivi thérapeutique des patients et orientation vers les structures hospitalières et de sevrage  La réduction des risques de contamination de VIH et hépatites liée à la consommation des drogues injectables via l'unité "bas seuil d’exigence" et l'unité mobile Appui psychosocial et accompagnement communautaire des UD
  39. 39. Le pôle médical : Consultations et orientation : addictologie, psychiatrie et psychologie Orientation au besoin, aux structures hospitalières spécialisées Activités de psychomotricité Psychothérapie de groupe pour les personnes addictes traitées et suivis Soins infirmiers de base Le traitement de substitution à la méthadone Gestion et coordination des activités
  40. 40. Pôle d’accompagnement communautaire : L’Unité Fixe :  Accueil : réception, information, conseil et orientation des usagers de drogues et de leurs familles.  Prestations de convivialité (Espace de convivialité) : douche, lavage de vêtements, collations, café, télévision, séances de discussions thématiques.  Activités préventives : Information et orientation des usagers, dépistage des infections : VIH et Hépatites Ateliers de sensibilisation aux risques liés à l’usage des drogues : information, éducation et communication, Conception et production de supports d’information et de sensibilisation : journal des usagers, dépliants et affiches, guide de sensibilisation (usagers et grand public).
  41. 41. Pôle d’accompagnement communautaire : L’Unité Fixe (suite):  Accompagnement et appui aux groupes d’auto-support : sessions de travail auprès des usagers de drogues pairs.  Activité psycho-éducatives : activités occupationnelles ludiques et culturelles : ateliers peinture, musique, poésie, théâtre, photo, recherche internet, projection de films de divertissement, socio éducatifs et informatifs.  Activités de formation et d’appui à la réinsertion socio- professionnelle : informatique, jardinage, langues (développement de partenariats..).
  42. 42. Pôle d’accompagnement communautaire : L’Unité mobile :  Information et sensibilisation sur les risques des usagers de drogues marginalisés au niveau des squats,  Orientation des usagers vers l’unité mobile et les services concernés  Fourniture de moyens de prévention (seringues, matériels de consommation)  Dépistage des infections : VIH et hépatites. Logistique : 01 véhicule par unité mobile
  43. 43. Pôle Profil Nb Observation Médical Psychiatre addictologue 01 Assure la direction du centre Médecin addictologue 01 Addictologie Médecin généraliste 01 Assistante sociale 01 infirmier 04 Assurent aussi le programme de substitution à la méthadone Psychomotricien 01 Psychologue 01 Agent de sécurité 01 Agent de service 01
  44. 44. Pôle Profil Nb Observation Communautaire Coordinateur Salariés de l’association ou bénévoles Intervenants sur le terrain Animateurs Aide social Chargée de la communication Intervenant (Fixe) Personnel et agents d’appui.
  45. 45. Merci pour votre attention

×