FILIERES DE SOINS SPECIFIQUES AUX
MALADIES NON TRANSMISSIBLES
Rabat : 18,19,20 décembre 2014
Modalités d’accès aux soins
• Accès libre : généralistes, spécialistes, hôpitaux
– clientélisme, nomadisme
– Belgique, Lux...
Loi cadre n°34-09 relative au système de santé
et à l’offre de soins (article 16)
• Des dispositifs particuliers de coordi...
Projet décret carte sanitaire
(article 7)
• Principe de la gradation des niveaux de soins
• Principe de la référence et de...
Qu’est ce qu’une filière de soins ?
«une organisation verticale hiérarchisée de la
prise en charge des patients avec un pr...
Qu’est ce qu’une filière de soins ?
• Parcours coordonné et rationnel de soins de
qualité entre les divers niveaux de l’of...
Pourquoi FS ?
• Outil de promotion de la qualité des soins
(continuité, coordination)
• Prévenir la sur-utilisation (encom...
Typologie
• Filières de soins générales (maladies
communes)
• Filières de soins spécifiques (maladies
chroniques )
FILIÈRES DE SOINS SPÉCIFIQUES
Doivent permettre à chaque personne souffrant de
Maladies chroniques, quel que soit son lieu...
FILIÈRES DE SOINS SPÉCIFIQUES
• La FSS suppose une orientation recours
(référence contre référence) entre les niveaux
• Le...
FILIÈRES DE SOINS SPÉCIFIQUES
 HTA & DIABETE
 CANCER
 MALADIES MENTALES & ADDICTOLOGIE
 AFFECTIONS BUCCODENTAIRES
HTA & DIABETE
1er niveau
3ème niveau
2ème niveau
CSR et CSU 1er niveau, équipe
mobile, Cabinets MG privés
Centres de santé urbains et ru...
Niveau de
l’offre de
services
Prestations Ressources
humaines
nécessaires
Equipements,
fongibles et
médicaments
requis
Sup...
Niveau de
l’offre de
services
Prestations Ressources
humaines
nécessaires
Equipements, fongibles et
médicaments requis
Sup...
Niveau de
l’offre de
services
Prestations Ressources humaines
nécessaires
Equipements,
fongibles et
médicaments
requis
Sup...
Niveau de
l’offre de
services
Prestations Ressources
humaines
nécessaires
Equipements,
fongibles et
médicaments requis
Sup...
CANCERS
Niveau de
prise en
charge
Activités de soins Equipements
requis
Ressources
humaines
Supports d’information
Supports de
coo...
Niveau de
prise en
charge
Activités de soins Equipements
requis
Ressources
humaines
Supports d’information
Supports de
coo...
Niveau Activités de soins Equipements
requis
Ressources
humaines
Supports d’information Supports de
coordination
Réseau
ho...
Niveau Activités de soins Equipements Ressources
humaines
Supports
d’information
Supports
de
coordinatio
n
RSSP
CSR 1 et 2...
Niveau Activités de soins Equipements Ressources
humaines
Supports
d’information
Supports de
coordination
Structure
d’appu...
Niveau Activités de soins Equipements Ressources
humaines
Supports d’information Supports de
coordination
Réseau
Hospitali...
SANTE MENTALE
1er niveau
3ème niveau
2ème niveau
Centre de santé urbain/rural
niveau I
Centre de santé urbain
/rural niveau II
 Centre ...
1er niveau
3ème niveau
2ème niveau
Centre d’Addictologie
Ambulatoire
Centre Hospitalier
Régional(CHR)
(Hôpital Psychiatriq...
Matrice d’orientation et de prise en charge à travers la filière
SANTE BUCCO DENTAIRE
Filière de soins bucco dentaires
Niveau Activités de soins Equipements requis Ressources humaines Lieu
d’implantation
Supp...
Filière de soins bucco dentaires
Niveau Activités de soins Equipements requis Compétences et
ressources humaines
Lieu
d’im...
Filière de soins bucco dentaires
Niveau Activités de soins Equipements Ressources humaines Implantation information
Niveau...
Défis d’implantation
• Comment amener le patient à respecter le
parcours de soins normalisé ?
• Mesures incitatives ou dis...
CENTRES REGIONAUX
D’ONCOLOGIE
Centre Régional d’Oncologie
CRO
• Représente une structure dans laquelle la prise
en charge de la maladie cancéreuse est
c...
Attributions du Centre Régional d’Oncologie
• prendre en charge la maladie cancéreuse en terme
de diagnostic, de traitemen...
Normes d’implantation
• Lieu : Le CRO doit se situe au niveau de la ville chef-lieu de la
région (masse critique)
• Donnée...
Activités de diagnostic nécessaires
• Tout le panel de l’imagerie y compris IRM, scintigraphie,
mammographie, etc.
(Certai...
Activités de diagnostic nécessaires
• Le laboratoire de biologie, bactériologie, hématologie,
biochimie, marqueurs tumorau...
Activités de traitement
En plus du traitement par radiothérapie et
oncologie médicale, le CRO doit assurer la
chirurgie on...
Normes de ressources humaines
Chirurgie (localisée au CHR):
• Au moins 2 chirurgiens oncologues, et au-delà en fonction du...
Normes de ressources humaines
Radiothérapie :
• Au minimum 2 radiothérapeutes, et au delà en fonction de
l’activité sur la...
Traitements médicaux (Oncologie médicale):
• Au moins 2 oncologues médicaux et au-delà en fonction de l’activité sur la
ba...
Le personnel en soins de support en nombre approprié
réanimateurs, transfuseurs, algologues, psychologues, kinésithérapeut...
HÔPITAUX
PSYCHIATRIQUES
Hôpital Psychiatrique
• L’hôpital psychiatrique est un établissement de santé. Il s’agit d’un
environnement spécialisé et ...
Principes directeurs
Conformément aux recommandations de l’OMS, la stratégie de
développement de la santé mentale au Maroc...
 Hospitalisation
 Urgences psychiatriques
 Consultations et suivi post-cures
 Prise en charge des malades difficiles
...
Organisation
 Services fermés et services ouverts
 services fermés: Hommes, Femmes
 services ouverts: Hommes, Femmes
 ...
Ressources Humaines
 Au moins 1 psychiatre par 20 lits
 Au moins 2 assistantes sociales par hôpital ;
 Au moins 1 infir...
Mesures d’accompagnement
 Formation continue des professionnels de santé
 Réglementation
 Campagne de sensibilisation e...
Merci pour votre attention
Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1
Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1

352 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
352
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Afin de pouvoir bénéficier d’un continuum de prises en charge, sans rupture, ces filières de soins spécifiques doivent permettre à chaque personne souffrant de Maladies chroniques, quel que soit son lieu de résidence, de pouvoir accéder à une prise en charge, graduée, répondant aux besoins de proximité mais aussi au nécessaire recours à un plateau technique selon un parcours clair et organisé.
  • Definition:
    Le Centre Régional d’Oncologie (CRO) est une structure correspond au secteur dans lequel la prise en charge de la maladie cancéreuse est complète. Elle doit donc comprendre le dispositif et les ressources nécessaires pour répondre aux besoins essentiels des patients atteints de cancer.
  • Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1

    1. 1. FILIERES DE SOINS SPECIFIQUES AUX MALADIES NON TRANSMISSIBLES Rabat : 18,19,20 décembre 2014
    2. 2. Modalités d’accès aux soins • Accès libre : généralistes, spécialistes, hôpitaux – clientélisme, nomadisme – Belgique, Luxembourg, Grèce, (France →Médecin traitant, 2005) • Filière de soins : passage obligé par le généraliste. – Choix du médecin traitant • Libre : Espagne, Pays-Bas, Portugal (France) • Médecin de la caisse d’affiliation : Allemagne • Géographique : RU, Danemark, Irlande, Italie – Inscription chez un médecin traitant RU, Danemark, Irlande, Pays-Bas, Italie, Portugal, (France)
    3. 3. Loi cadre n°34-09 relative au système de santé et à l’offre de soins (article 16) • Des dispositifs particuliers de coordination des prestations de soins entre les établissements du secteur public et ceux du secteur privé et entre les différents niveaux de prise en charge hospitalier externe et ambulatoires seront institués et notamment : – Des filières et des niveaux de soins organisés à partir des médecins généralistes pour le secteur privé et des services de soins de santé de base pour le secteur public
    4. 4. Projet décret carte sanitaire (article 7) • Principe de la gradation des niveaux de soins • Principe de la référence et de contre référence pour réguler le parcours de patients entre les niveaux de soins
    5. 5. Qu’est ce qu’une filière de soins ? «une organisation verticale hiérarchisée de la prise en charge des patients avec un premier contact d’accès aux soins, représenté par le Médecin Généraliste (Médecin traitant) relevant du secteur public ou privé, et des niveaux de recours aux soins organisés selon la nature de la morbidité et les protocoles thérapeutiques quand ils existent »
    6. 6. Qu’est ce qu’une filière de soins ? • Parcours coordonné et rationnel de soins de qualité entre les divers niveaux de l’offre de services dans le cadre d’un système de santé basé sur les SSP • La filière commence au niveau de la structure de proximité ( SSP)
    7. 7. Pourquoi FS ? • Outil de promotion de la qualité des soins (continuité, coordination) • Prévenir la sur-utilisation (encombrement) ou la sous utilisation des services de santé • Préalable à la mise en place des protocoles thérapeutiques • Outil de facilitation de l’accès aux soins.
    8. 8. Typologie • Filières de soins générales (maladies communes) • Filières de soins spécifiques (maladies chroniques )
    9. 9. FILIÈRES DE SOINS SPÉCIFIQUES Doivent permettre à chaque personne souffrant de Maladies chroniques, quel que soit son lieu de résidence, de pouvoir accéder à une prise en charge, graduée, répondant aux besoins de proximité mais aussi au recours nécessaire à un plateau technique selon un parcours clair et organisé.
    10. 10. FILIÈRES DE SOINS SPÉCIFIQUES • La FSS suppose une orientation recours (référence contre référence) entre les niveaux • Les services sont coordonnés également par un réseau horizontal pluri disciplinaire
    11. 11. FILIÈRES DE SOINS SPÉCIFIQUES  HTA & DIABETE  CANCER  MALADIES MENTALES & ADDICTOLOGIE  AFFECTIONS BUCCODENTAIRES
    12. 12. HTA & DIABETE
    13. 13. 1er niveau 3ème niveau 2ème niveau CSR et CSU 1er niveau, équipe mobile, Cabinets MG privés Centres de santé urbains et ruraux de 2ème niveau Cabinets Spécialisés privés -Cabinets Spécialisés privés CHR CHP Hôpital local – centres d’Hémodialyses Centre Hospitaliers Inter-régionaux -Promotion du mode de vie sain. -Dépistage, diagnostic.et traitement initial -Evaluation d‫ع‬ risquecardiovasculaire. -Education thérapeutique. -Suivi des patients. -Dépistage et PEC de la majorité des complications -Prescription de bilan -Référence aux niveaux supérieurs. -Référence des urgences -Gestion des rendez-vous. •Consultation spécialisée externe. •Exploration spécialisée •Hospitalisation. •PEC des complications aigues ou terminales •Bilan complémentaire. •Education thérapeutique. •Référence et contre référence vers les niveaux 1 et/ou 3 •Encadrement et formation •Explorations très spécialisées. •Bilan complémentaire •PEC des complications nécessitant une expertise ou une logistique lourde •Hospitalisation •Programme de réadaptation physique. •Contre référence vers les hôpitaux. •Formation et Recherche Structures Paquet d’activitésNiveaux SCHEMA DE LA FILIERE DES SOINS DIABETE-HTA -Paquet d’activités du centre de santé plus : -Bilan biologique (Hémoglobine glyquée HbA1c, paramètres urinaires, glycémie, créatinine, Bilan lipidique…) -Bilan complémentaire : ECG, ECHOCOEUR… -suivi en cardiologie, néphrologie, endocrinologie, ophtalmologie -Dépistage et PEC des complications ne relevant pas des compétences du MG du centre de santé 1 -Contre référence vers le centre de santé. -Référence vers des centres hospitaliers
    14. 14. Niveau de l’offre de services Prestations Ressources humaines nécessaires Equipements, fongibles et médicaments requis Supports d’information Référence Niveau 1 - CSR et CSU 1er niveau, - Equipe mobile, - Cabinets MG privés - Promotion du mode de vie sain (alimentation saine, activité physique, lutte antitabac) - Dépistage et diagnostic - Traitement initial - Education thérapeutique - Suivi des patients - Evaluation des risques - Dépistage des complications (prescription de bilan) - Référence selon critères pré établis - Référence aux urgences - Gestion des rendez-vous Médecin généraliste Infirmier - Appareils à tension valides - stéthoscope -Pèse-personne, Mètre-ruban, Toise, -Lecteur de glycémie, -Bandelettes (glycémie, glucosurie, acétonurie, proteinurie) -Lancettes -ECG (nécessité de formation…) -Médicaments : 5classes recommandées d’antihypertenseurs, antidiabétiques oraux, insulines - Dossier médical - Carnet du patient -Registres des malades hypertendus et/ou diabétiques -Registre de gestion des médicaments -Fiche de référence et contre-référence -Rapport mensuel de surveillance épidémiologique -Dossier de famille -Médecin généraliste
    15. 15. Niveau de l’offre de services Prestations Ressources humaines nécessaires Equipements, fongibles et médicaments requis Supports d’informati on Référence - Niveau 1 Centres de santé urbains et ruraux de 2ème niveau -Cabinets Spécialisés privés -Bilan biologique (hémoglobine glyquée HbA1c, paramètres urinaires, glycémie, créatinémie, bilan lipidique) - Bilan complémentaire : ECG, -Consultation tabacologie -Consultations spécialisées -Dépistage et prise en charge des complications -Education thérapeutique -Référence et contre Référence des complications -Formation et encadrement des ESSB -Médecin généraliste Formé Si possible : Endocrinologue -Cardiologue -Néphrologue - Ophtalmologue -Médecin interniste -Infirmier - Diététicien -Podologue - Appareils à tension - stéthoscope - ECG - Appareils MAPA - Echocoeur ; - Lecteur de glycémie - Lancettes -Lecteur d’Hb A1c -Lecteur de paramètres urinaires - Rétinographie, tonomètre à air, lampe à fente -Cassettes réactives HbA1c. -Bandelettes (glycémie, glucosurie, acétonurie, protéinurie, créaténemie, bilan lipidique ) -Pèse personne, mètre ruban -Médicaments : Les 5 classes recommandées d’antihypertenseurs, antidiabétiques oraux, insulines -Registre des malades hypertendus et/ou diabétiques -Fiche de référence et contre- référence - Carnet de malade -Dossier de famille Référant : -Médecin généraliste Endocrinolo gueCardiolo gue Néphrologue Ophtalmolo gueMédecin interniste
    16. 16. Niveau de l’offre de services Prestations Ressources humaines nécessaires Equipements, fongibles et médicaments requis Supports d’information Référence Niveau 2 -Hôpitaux préfectora ux et provinciau x -Hôpitaux régionaux -Cliniques privées -Consultation spécialisée -Exploration spécialisées - Hospitalisation - Prise en charge des complications aigues ou terminales - Bilan para clinique --Education thérapeutique -Référence et contre Référence vers les niveaux 1 et/ou 3 -Encadrement et formation -Médecins généralistes -Endocrinologue -Cardiologue -Néphrologue -Ophtalmologue - Neurochirurgien -Médecins internistes - Neurologue -Traumatologue -Dermatologue - Infirmier - Diététicien - Podologue - Autres spécialités -Matériel nécessaire pour le dépistage, l’exploration et la prise en charge des complications selon la disponibilité -Médicaments nécessaires -Registre d’hospitalisati on -Fiche de référence et contre- référence -Carnet des malades - Dossier médical Référant : Médecins généraliste s et les autres spécialistes
    17. 17. Niveau de l’offre de services Prestations Ressources humaines nécessaires Equipements, fongibles et médicaments requis Supports d’information Référence Niveau3 -Centres hospitaliers inter- régionaux - Explorations très spécialisées - Prise en charge des complications nécessitant une expertise très poussée ou une logistique très lourde, - Programmes de réadaptation physique - Formation et la recherche - Contre référence -Endocrinologue -Cardiologue -Néphrologue -Ophtalmologue - Neurochirurgien - Médecins internistes -Chirurgien vasculaire -Traumatologue -Dermatologue - Autres spécialistes selon besoins Matériel nécessaire pour le dépistage et la prise en charge des complications - bilan initial et de suivi : o créatininémie et estimation du DFG par MDRD, glycémie, cholestérol total, HDL- C, LDL-C, triglycérides, kaliémie, HbA1c, protéinurie o échocardiographie , MAPA, échographie doppler, dosage hormonaux, .. o Explorations vasculaires invasives, -Registre d’hospitalisatio n -Dossier médical -Fiche de référence et contre- référence Contre référant : EndocrinologueC ardiologue Néphrologue Ophtalmologue Chirurgien vasculaire Traumatologue Dermatologue autres
    18. 18. CANCERS
    19. 19. Niveau de prise en charge Activités de soins Equipements requis Ressources humaines Supports d’information Supports de coordination Réseau de soins primaires (RSSP) CSR 1 et 2, CSU 1 et 2 Dépistage : -Examen clinique des seins Si négatif: RDV dans 2 ans Si positif ou Si négatif avec ATCD Familiaux : Patiente référée au CRSR (Voir algorithme du programme de la DPCSC). Salle d’examen respectant l’intimité de la femme, bien éclairée -Médecin généraliste -Sages-femmes -Infirmières de SMI/PF. -Support informatique : (DM, système de RDV) -Dossier médical manuscrit -Carnet de santé de la femme -Fiches de R/CR -Fiches de relance -Registres -Rapports périodiques. Référant : Médecin généraliste MATRICE FILIERE DE SOINS POUR LES CANCERS DU SEIN
    20. 20. Niveau de prise en charge Activités de soins Equipements requis Ressources humaines Supports d’information Supports de coordination Structure d’appui CRSR Diagnostic : Examen clinique Mammographie +/- Echo Mammaire Bilan d’extension (RX thorax, Echo abdominale) Si ATCD F : Conseil génétique demandé au CHU. Matériel nécessaire pour la colposcopie et la RAD Mammographie conventionnelle ou numérisée Echographe munie d’une sonde mammaire Microscope Table radiologique Médecins traitants : Gynécologue Radiologue Carte patiente (INP) Support informatique : (DM, système de RDV) Dossier médical manuscrit Carnet de santé de la femme Fiches de R/CR Registres Fiches de demande d’examen standardisées (RX, Examen Anatomopathologique) Rapports périodiques. Référant : Gynécologue MATRICE FILIERE DE SOINS POUR LES CANCERS DU SEIN
    21. 21. Niveau Activités de soins Equipements requis Ressources humaines Supports d’information Supports de coordination Réseau hospitalier CHP, CHR, CRO CHU Prise en charge spécialisée : -Examen Anatomo- pathologique -Bilan d’extension : Scintigraphie CHU, - Consultation pré anesthésique. -Réajuster en fonction de la décision de la Réunion de Concertation pluridisciplinaire (RCP). Labo de radiologie, Laboratoire d’anapath Scintigraphie au niveau du CHU -Chirurgien -Gynécologue, -Oncologue médical -Radio thérapeute Patiente se présente au Niveau du SAA avec sa carte (INP) Support informatique : (DM, système de RDV) Dossier médical manuscrit Carnet de santé de la femme Fiches de R/CR Registres Rapports périodiques. Référant : -Gynécologue -Chirurgien -Oncologue médical -Radiothérapeute RCP : *** Tout malade doit passer par la RCP avant toute décision thérapeutique. MATRICE FILIERE DE SOINS POUR LES CANCERS DU SEIN
    22. 22. Niveau Activités de soins Equipements Ressources humaines Supports d’information Supports de coordinatio n RSSP CSR 1 et 2, CSU 1et 2 Dépistage : -IVA (inspection visuelle à l’acide acétique) : Si négative RDV dans 3 ans Si positive Référée au CRSR Jonction SP non visible  Patiente référée au CRSR (Voir algorithme du programme de la DPCSC) Salle d’examen Respectant l’intimité de la femme, bien éclairée -médecins Sages femmes Infirmières de SMI/PF -Support informatique : (DM, système de RDV) -Dossier médical Manuscrit -Carnet de santé de la femme -Fiches de R/CR -Registres -Rapports périodiques. Référant : -Médecin généraliste MATRICE FILIERE DE SOINS POUR LES CANCERS DU COL UTERIN
    23. 23. Niveau Activités de soins Equipements Ressources humaines Supports d’information Supports de coordination Structure d’appui CRSR Diagnostic : Examen colposcopique + Résection à l’anse diathermique (RAD)+ Biopsie des lésions suspectes Résultat anatomopathologique reçu par le gynécologue :  Résection à l’anse diathermique si lésion précancéreuse  Cancer in situ : la RAD ou conisation  Si cancer invasif : - Bilan d’extension demandé : (TDM TAP, biologie, CPA) - Référence au niveau 3. -Matériel nécessaire pour la colposcopie Et La RAD -Colposcope -Appareil de mammographi e -Echographe Médecins traitants : Gynécologue Infirmier Sages-femmes -Carte patiente (INP) -Support informatique : (DM, système de RDV) -Dossier médical manuscrit -Carnet de santé de la femme -Fiches de R/CR -Registres -Fiches de demande d’examen standardisées (RX, Examen Anatomo- pathologique) -Rapports périodiques. Référant : Gynécologue MATRICE FILIERE DE SOINS POUR LES CANCERS DU COL UTERIN
    24. 24. Niveau Activités de soins Equipements Ressources humaines Supports d’information Supports de coordination Réseau Hospitalier CHP, CHR, CRO CHU • Prise en charge spécialisée : • Bilan d’extension : TDM TAP (IRM au mieux, + RX thorax et écho Abdominale), Bilan biologique • Réajuster en fonction de la décision de la RCP • protocole de Surveillance Post thérapeutique sera arrêté au niveau RH avec suivi alterné entre les niveaux et inter spécialistes. Accélérateur linéaire Matériels pour la chimiothérapie Bloc opératoire TDM IRM Table radiologique Echographe Laboratoire Scintigraphie (CHU) Médecins traitants : Chirurgien Gynécologue, Oncologue médical Radiothérapeut e Radiologue Anatomopatho logiste Biologiste Médecin nucléaire Support informatique : DM, système de RDV Dossier médical manuscrit Carnet de santé de la femme Fiches de R/CR Registres -Rapports périodiques. Référant : Gynécologue Chirurgien Oncologue médicale Radiothérapeute RCP : Tout malade doit passer par la RCP avant toute décision thérapeutique. MATRICE FILIERE DE SOINS POUR LES CANCERS DU COL UTERIN
    25. 25. SANTE MENTALE
    26. 26. 1er niveau 3ème niveau 2ème niveau Centre de santé urbain/rural niveau I Centre de santé urbain /rural niveau II  Centre Hospitalier Régional (Hôpital Psychiatrique)  Centre Hospitalier provincial Centre Hospitalier Inter-régional -consultation santé mentale: prévention, dépistage, diagnostic, traitement et suivi -Dépistage des complications -Référence aux niveaux supérieurs. -Consultations spécialisées. -Prise en charge des malades en décompensation et des médico-légaux -Urgences psychiatriques -Prise en charge des cas difficiles et médico- légaux nécessitant une prise en charge hyper spécialisée -Prise en charge des cas référés par le niveau 2 -Prise en charge des Urgences psychiatriques. -Recherche et formation (CHU). Structures Paquet d’activitésNiveaux SCHEMA DE LA FILIERE DES SOINS SANTE MENTALE
    27. 27. 1er niveau 3ème niveau 2ème niveau Centre d’Addictologie Ambulatoire Centre Hospitalier Régional(CHR) (Hôpital Psychiatrique): Unité d’addictologie résidentiel Centre Hospitaliers Universitaires(CHU): unité d’addictologie résidentiel - Orientation -Consultation d’addictologie: prévention, dépistage, diagnostic, traitement et suivi. -Activités de réduction des risques - Dépistage des complications. -Référence aux services de soins ambulatoires ou hospitaliers . -Consultations spécialisées. - Prise en charge hospitalière des malades dépendants aux drogues pour sevrage -Prise en charge des cas difficiles nécessitant une prise en charge hyper spécialisée -Prise en charge des cas référés par le niveau 2 -Recherche et formation (CHU). Structures Paquet d’activitésNiveaux SCHEMA DE LA FILIERE DE L’ADDICTOLOGIE
    28. 28. Matrice d’orientation et de prise en charge à travers la filière
    29. 29. SANTE BUCCO DENTAIRE
    30. 30. Filière de soins bucco dentaires Niveau Activités de soins Equipements requis Ressources humaines Lieu d’implantation Supports d’information Niveau I CSR II et CSU II - Consultation - Sensibilisation au mode de vie sain - Sensibilisation à Hygiène Bucco Dentaire - Dépistage - Soins dentaires prophylactiques: * scellement des puits et fissures * utilisation de bains de bouche et autres suppléments fluorés - Soins dentaires de base : consultations, Obturations, endodontie, extractions, détartrage radios dentaires - Référence vers le 2ème niveau - Equipements dentaires complets fixes - Equipements dentaires complets mobiles - Matériel dentaires et dispositifs médicaux nécessaires par discipline - Médecins dentistes - Médecins généralistes - Personnel paramédical : Animateurs de l’hygiène scolaire, personnel de la SMI, Assistants dentaires, - secrétaire médicale Secteur public : -RESSP (CSR 1 et CSU 1) -RESSP (CSR 2 et CSU 2) - ESJ -Unité mobile -Centres médico sociaux Secteur privé : -Cabinets dentaires privés - Registre des consultations - Registre des urgences - Dossier patient - Rapport trimestriels des activités - Canevas des besoins en ressources humaines et matérielles
    31. 31. Filière de soins bucco dentaires Niveau Activités de soins Equipements requis Compétences et ressources humaines Lieu d’implantation Supports d’information Niveau II CHP et CHR - Consultation - Sensibilisation à Hygiène Bucco Dentaire Dépistage, -Soins dentaires de base (voir 1er niveau) Consultations spécialisées Radiodiagnostic (rétro alvéolaire et rétro coronaire blandeau, panoramique, téléradio de profil, RVG) Soins d’odontologie chirurgicale Soins d’odontologie conservatrice Soins de prothèse conjointe Soins de prothèse adjointe Soins d’ODF interceptive Soins de pédoprévention + Référence vers le 3ème niveau -Equipements dentaires complets fixes - Appareils de radiologie (Rx simple, Rx panoramique, RVG) - Matériel dentaires et dispositifs médicaux nécessaires par discipline - Laboratoires de prothèse dentaire -Médecins dentistes omnipraticiens -Médecins dentistes spécialistes - Personnel paramédical : Animateurs de l’hygiène scolaire, personnel de la SMI, Assistants dentaires, hygiénistes et auxiliaires dentaires -techniciens biomédical (du matériel dentaire) -secrétaire médicale Secteur public : -Centre hospitalier régional - Centre hospitalier provincial Secteur privé : -Cabinets dentaires privés -Cabinets mobiles -Registre des consultations -Registre des urgences -Dossier patient -Rapport trimestriels des activités -Canevas des besoins en ressources humaines et matérielles
    32. 32. Filière de soins bucco dentaires Niveau Activités de soins Equipements Ressources humaines Implantation information Niveau III CHU Paquet du premier et deuxième niveau +-actes plus spécialisés: Soins dentaires sous sédation ou anesthésie générale comblement et régénération osseuse, chirurgie mucco-gingivale, membranes, les lambeaux à déplacer, prothèses implantaires, technologie de la nouvelle céramique, extraction chirurgicale de dent ectopique et incluse…. Exérèse de tumeurs bénignes de la muqueuse buccale Enucléation des lésions kystiques Pose d’implants Dégagement orthdontique en cas de dysmorphose de fente Prothèse implanto portée Traitement de cas complexes d’édentation totale Traitements endodontiques complexes… -Equipements dentaires complets fixes - Appareils de radiologie (Rx simple, Rx panoramique, RVG, téléradiographie, scanner dentaire, Rx blondeau, Rx mordu occlusal, Rx face basse) - Matériel dentaire et dispositifs médicaux nécessaires par discipline ***-- Laboratoires de prothèse dentaire -Professeurs agrégés en Médecine dentaire -Maitres assistants - Résidents -Médecins dentistes omnipraticiens et spécialistes -Médecins anesthésistes -Personnel paramédical : Assistants dentaires, hygiénistes, auxiliaires dentaires et prothésistes dentaires -Techniciens de Rx techniciens biomédical (du matériel dentaire) - Secrétaire médicale Secteur universitaire : -Faculté de Médecine Dentaire de Rabat -Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca - Secteur privé : Cabinets dentaires privés Registre des consultations Registre des urgences Dossier patient
    33. 33. Défis d’implantation • Comment amener le patient à respecter le parcours de soins normalisé ? • Mesures incitatives ou dissuasives ? • Liberté de choix du médecin ?
    34. 34. CENTRES REGIONAUX D’ONCOLOGIE
    35. 35. Centre Régional d’Oncologie CRO • Représente une structure dans laquelle la prise en charge de la maladie cancéreuse est complète. • Nécessité d’avoir dispositif et les ressources nécessaires pour répondre aux besoins des patients atteints de cancer.
    36. 36. Attributions du Centre Régional d’Oncologie • prendre en charge la maladie cancéreuse en terme de diagnostic, de traitement et de suivi, ; • accompagner et soutenir les malades et leurs familles lors de leurs épisodes de maladie ; • coordonner l’action anticancéreuse dans le territoire desservi ; • organiser des activités de prévention et de communication sur la maladie et • participer aux activités de formation et de recherche.
    37. 37. Normes d’implantation • Lieu : Le CRO doit se situe au niveau de la ville chef-lieu de la région (masse critique) • Données démographiques : – 3.000.000 d’habitants – 1 accélérateur par million d’habitants ou pour 1000 malades – Cette taille de la population pourra être révisée selon l’évolution de l’offre de soins dans sa globalité. • Encadrement : – La disponibilité d’un centre hospitalier régional de rattachement disposant d’un plateau technique et d’une organisation en mesure d’accompagner l’activité d’oncologie (diagnostic et chirurgie) ou CH
    38. 38. Activités de diagnostic nécessaires • Tout le panel de l’imagerie y compris IRM, scintigraphie, mammographie, etc. (Certaines techniques seront réservées au CHU telle que : l’imagerie fonctionnelle, la radiologie interventionnelle, le PET-scanner et les explorations isotopiques spéciales) ; • L’anatomopathologie, l’immuno-histochimie et les techniques d’anatomo-pathologie avancées comme l’Hybridation In Situ à Fluorescence (FISH) et l’Hybridation In Situ à Colorimétrie (CISH). (Certaines techniques seront réservées aux CHU telle que : la biologie moléculaire, la cytométrie de flux et la tumorothèque) ;
    39. 39. Activités de diagnostic nécessaires • Le laboratoire de biologie, bactériologie, hématologie, biochimie, marqueurs tumoraux ; (Les techniques spécifiques aux CHUs tel que l’immuno- phénotypage et la cytogénétique) • Tous les types d’endoscopie. (en réservant l’endoscopie interventionnelle aux CHUs).
    40. 40. Activités de traitement En plus du traitement par radiothérapie et oncologie médicale, le CRO doit assurer la chirurgie oncologique complète; (La neurochirurgie sera réservée aux CHU et la curiethérapie ne sera pas prévue à court terme dans les sites non CHUs)
    41. 41. Normes de ressources humaines Chirurgie (localisée au CHR): • Au moins 2 chirurgiens oncologues, et au-delà en fonction du volume d’activité; • Pour la chirurgie spécialisée d’organe : au moins 2 chirurgiens habilités pour la chirurgie oncologique par spécialité (gynécologie, urologie, ORL, thoracique, viscérale, osseuse, neurochirurgie) ; • Le personnel nécessaire ayant la formation pratique appropriée pour l’anesthésie réanimation et le bloc opératoire en fonction du volume d’activité ; • Au niveau des CHU, il faut au moins 2 chirurgiens habilités pour faire de la chirurgie plastique et réparatrice ;
    42. 42. Normes de ressources humaines Radiothérapie : • Au minimum 2 radiothérapeutes, et au delà en fonction de l’activité sur la base de : 1 radiothérapeute pour 400 à 500 malades traités par an ; • Au minimum 2 radio-physiciens, et au delà en fonction de l’activité sur la base de 1 radio-physicien pour 600 à 700 malades traités par an • Au minimum 12 manipulateurs de radiothérapie ; • Au minimum 2 manipulateurs pour la curiethérapie ; • Au minimum 1 dosimétriste, et au delà en fonction de l’activité ; • Au moins 2 techniciens pour la confection des systèmes de contention, la maintenance et le contrôle de qualité des appareils ;
    43. 43. Traitements médicaux (Oncologie médicale): • Au moins 2 oncologues médicaux et au-delà en fonction de l’activité sur la base de 1 oncologue pour 300 nouveaux malades traités par an ; • Pour les services qui prennent en charge les pathologies hématologiques malignes, au moins 2 hématologues et au-delà en fonction de l’activité en particulier en cas de greffe de moelle osseuse ; • Le personnel soignant : en nombre adapté et ayant une formation pratique appropriée ; Gestion des médicaments anticancéreux: • Au moins 2 pharmaciens dont un dédié à l’unité de préparation des traitements de chimiothérapie et un autre à la gestion proprement dite de la pharmacie du centre ; • Au minimum 3 préparateurs en pharmacie dont 2 au niveau de l’unité de préparation des traitements de chimiothérapie Normes de ressources humaines
    44. 44. Le personnel en soins de support en nombre approprié réanimateurs, transfuseurs, algologues, psychologues, kinésithérapeute, nutritionniste, assistantes sociales, soutien spirituel etc. ; Le personnel d’accueil et de secrétariat: doit être en nombre suffisant et avec une formation pratique adaptée à cette pathologie lourde. Normes de ressources humaines
    45. 45. HÔPITAUX PSYCHIATRIQUES
    46. 46. Hôpital Psychiatrique • L’hôpital psychiatrique est un établissement de santé. Il s’agit d’un environnement spécialisé et contrôlé, ayant pour missions de dispenser, avec ou sans hébergement, des prestations de diagnostic, de soins et de services aux malades présentant des troubles mentaux. • Les hôpitaux psychiatriques concourent aux actions :  de médecine préventive et d'éducation pour la santé;  d’aide médicale urgente, en partenariat avec les acteurs concernés;  de formation pratique des étudiants en médecine, en pharmacie et des élèves des instituts et écoles de formation professionnelle et de formation des cadres en rapport avec le domaine de la santé mentale. • L’hôpital psychiatrique dessert généralement une région (ou selon le contexte) afin de répondre aux besoins de la population en matière de santé mentale.
    47. 47. Principes directeurs Conformément aux recommandations de l’OMS, la stratégie de développement de la santé mentale au Maroc s’inscrit dans les orientations suivantes : - Privilégier les services de psychiatrie intégrés aux hôpitaux généraux - Intégrer la santé mentale des les SSP - Partenariats et approches communautaires
    48. 48.  Hospitalisation  Urgences psychiatriques  Consultations et suivi post-cures  Prise en charge des malades difficiles  Soins en addictologie  Soins en pédopsychiatrie  Soins en gérontopsychiatrie  Activités occupationnelles  Accompagnement social PRESTATIONS
    49. 49. Organisation  Services fermés et services ouverts  services fermés: Hommes, Femmes  services ouverts: Hommes, Femmes  Unités/Services pour : psychiatrie de l’adulte, Addictologie, géronto-psychiatrie et pédopsychiatrie avec 20 lits maximum par unité d’hospitalisation;  Un service des urgences psychiatriques  Une unité d’ergothérapie et d’activités occupationnelles;  1 salle d’isolement par 10 lits de psychiatrie adulte  2 ou plusieurs unités de consultations;  1 hôpital de jour pour adultes;  1 hôpital de jour pour enfants;
    50. 50. Ressources Humaines  Au moins 1 psychiatre par 20 lits  Au moins 2 assistantes sociales par hôpital ;  Au moins 1 infirmier psychiatrique par 3 lits  Au moins 1 psychologue par hôpital;  Au moins 1 psychomotricien par hôpital (Au moins 2 si unité de pédopsychiatrie);  Au moins 1 orthophoniste;  Au moins 1 ergothérapeute ( si disponible);  Animateurs et intervenants sociaux
    51. 51. Mesures d’accompagnement  Formation continue des professionnels de santé  Réglementation  Campagne de sensibilisation et de lutte anti-stigma  Renforcement des capacités des ONG thématiques et leur implication  Supports de communication entre les niveaux (système référence-contre référence)
    52. 52. Merci pour votre attention

    ×