Vendredi 21 février 2014

LETTRE OUVERTE D’ALAIN HUBERT DEPUIS LA STATION
POLAIRE PRINCESS ELISABETH :
Pourquoi je porte p...
Un « conflit d’intérêt » ?
Depuis de nombreux mois, le président de l’administration de la politique scientifique, accueil...
de « conflit d’intérêt » et de « prise illégale d’intérêt » a déjà été invalidée explicitement par la Ministre de
tutelle ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Lettre ouverte d'Alain Hubert

333 vues

Publié le

Dans une lettre ouverte, le président de la Fondation polaire justifie sa plainte contre le patron de la politique scientifique belge

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
333
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Lettre ouverte d'Alain Hubert

  1. 1. Vendredi 21 février 2014 LETTRE OUVERTE D’ALAIN HUBERT DEPUIS LA STATION POLAIRE PRINCESS ELISABETH : Pourquoi je porte plainte contre Philippe Mettens Alors que je suis depuis le mois d‘octobre 2013 en Antarctique pour mener à bien les missions scientifiques confiées à la station polaire Princess Elisabeth, outre les conditions extrêmes, je dois également faire face à des attaques continues pourtant atteinte à mon honneur et ma réputation, à celles de mes collaborateurs, à celle de la Fondation Polaire Internationale et à ses partenaires. Chacun jugera l’élégance de porter ces attaques par voie de presse alors que je ne suis dans l’incapacité d’y répondre. Je prépare un dépôt de plainte contre un fonctionnaire et je dois découvrir aussi aujourd’hui que les bureaux de la Fondation ainsi que mon domicile sont perquisitionnés en mon absence à l’heure où nous nous préparons à clôturer cette campagne polaire et à revenir en Belgique. Campagne médiatique Depuis un certain temps, la presse se fait l’écho de conflits autour de la gestion de la station polaire antarctique Princess Elisabeth. Pour rappel, cette station, qui a renouvelé la présence belge en Antarctique (conformément aux obligations des signataires du Traité antarctique), est une initiative de la Fondation Polaire Internationale. D’importants capitaux publics et privés y ont été consacrés (de l’ordre de 6 millions d’euros provenant du secteur public et 16 millions d’euro du secteur privé). La gestion de la station est aujourd’hui sous la responsabilité du Secrétariat polaire, institué par arrête royal comme Service d’État à gestion séparée, réunissant de façon paritaire des personnalités publiques et privées. La Fondation polaire, selon le protocole, est un partenaire privilégié de l’État au sein du Secrétariat polaire et contribue continûment à la gestion et au financement pour un montant annuel de l’ordre de 1,5 millions d’euros, notamment, en préfinançant en partie les campagnes annuelles et en motivant des sponsors privés contribution, entre autres, de tout le système de télécommunication. La station Princess Elisabeth a permis depuis sept ans d’accueillir en toute sécurité des chercheurs belges ainsi que de nombreux autres scientifiques étrangers, allemands, japonais, etc. ; plus d’une centaine de missions scientifiques y ont été menées à bien ou sont en cours. J’ai aussi voulu faire de la Station, avec la Fondation polaire et l’ensemble des partenaires privés impliqués, des PME belges et des groupes internationaux, un projet exemplaire. Avec comme objectif « zéro émission ». C’està-dire, une vitrine et laboratoire technologiques apportant des solutions durables en environnement extrême, un exemple de notre capacité en tant que société à mettre en place les solutions indispensables pour assurer le futur développement économique remis en question par la toujours plus grande évidence du changement climatique.
  2. 2. Un « conflit d’intérêt » ? Depuis de nombreux mois, le président de l’administration de la politique scientifique, accueillant le Secrétariat polaire, Philippe Mettens, s’efforce de médiatiser une « plainte », m’accusant de « conflit d’intérêt » et de « prise illégale d’intérêt ». Ces accusations étaient déjà évoquées dans la presse depuis un certain temps, elles ont ensuite pris la forme d’une menace : « On aurait dû déposer plainte contre Alain Hubert devant le parquet du procureur du Roi. Quand on est dans une telle situation, on fait profil bas… » - (La Libre, 25 juillet 2013). Quelques mois plus tard, M. P. Mettens fait savoir qu’il a « porté plainte », ou à tout le moins « signalé le fait », car il s’agirait de son « devoir, comme fonctionnaire » (RTBF, 10 décembre 2013). Cette plainte semble faire aujourd’hui l’objet d’une information judicaire. Clarté et transparence La clarté sur les comptes de l’IPF, les miens, la gestion de la station Princess Elisabeth, est totale. Les différents services de l’État ont pu, depuis plusieurs années, contrôler et auditer l’ensemble des factures liées à la gestion de la Station et du Secrétariat polaire. Y compris l’ISI, qui en 2011 et 2012 a largement analysé la comptabilité de la Fondation, tout comme mes finances personnelles. Et ce n’est pas une des moindres anomalies de cette histoire, que Philippe Mettens prenne prétexte du rapport d’audit Ernst &Young, commandé par le cabinet du Secrétaire d’État à la Politique scientifique, dont les conclusions ont été remises en janvier 2013, pour « découvrir » et « signaler » un « système » (RTBF, 11 décembre 2013) de « prise illégale d’intérêt », alors que les structures évoquées sont parfaitement identifiées depuis le rapport d’audit (Mazars) de 2009 ; rapport d’audit, commandé par l’État, ayant validé les documents comptables liés à la construction et la gestion de la Station. Non seulement toutes les opérations se sont faites en parfaite transparence, mais aussi au meilleur bénéfice de l’État et de la gestion de la Station, puisque ce même rapport Ernst & Young établit, dans son volet « benchmark », que les coûts d'opérations sont de « deux à quatre fois moins chers que les autres bases comparables ». Et c’est bien là que se trouvait la pertinence de la volonté du législateur de mettre en place dans l’A.R. du 20 mai 2009 un véritable partenariat public/privé, partenariat contesté depuis trois ans par Philippe Mettens qui n’en a pas obtenu le contrôle. Interrogée en 2011 par le Président du BELSPO à ce sujet, la Ministre lui a répondu par voie écrite officielle que la place tenue par la Fondation Polaire internationale et Alain Hubert au sein du Secrétariat Polaire résultait bien de l’effet de la loi en ajoutant qu’il pouvait être : « rassuré sur la régularité du Secrétariat Polaire et des organes qui le composent ainsi que sur la légalité des intérêts de M. Alain Hubert et de la Fondation Polaire internationale au sein de celui-ci. » Les montants considérés comme « suspicieux » récemment évoqués par Philippe Mettens dans la presse représentent en fait l’ensemble des coûts de gestion, de maintenance et d’équipements ainsi que des rémunérations budgétées et récurrentes de services validés par le Conseil d’administration de la Fondation et par le Conseil stratégique du secrétariat polaire, entre autres d’ingénierie, d’électricité, de menuiserie. Rémunérations de personnel saisonnier et permanent attachés à l’entretien et la gestion technique et administrative, équipe très restreinte et optimisée. Ces montants ont également été approuvés par le conseil stratégique de la Fondation Polaire Internationale et le Conseil stratégique du secrétariat polaire. Plainte Voilà, en conclusion, un fonctionnaire, protégé par son statut public, qui s’affranchit de son devoir de réserve : il n’y a pas d’exemple dans l’histoire de notre pays où un directeur d’administration utilise de manière continue et récurrente la presse pour médiatiser un grief personnel en utilisant des arguments infondés. Un responsable de l’administration publique qui fait valoir d’abord anonymement et ensuite ouvertement sa thèse de « conflit d’intérêt » par rapport à un membre privé d’un Service d’État à gestion séparée. Nonobstant le fait que la thèse
  3. 3. de « conflit d’intérêt » et de « prise illégale d’intérêt » a déjà été invalidée explicitement par la Ministre de tutelle de la Politique Scientifique en 2011. Un responsable de l’administration qui par la calomnie et la diffamation espère créer un scandale public. Un homme aussi qui médiatise systématiquement des initiatives unilatérales, blessant non seulement la convention de partenariat à l’origine de la cession de la Base, mais aussi le protocole venant d’être signé par la Fondation polaire et l’État belge ; protocole prévoyant que la nouvelle concertation se ferait « sous le couvert de la confidentialité ». On peut, certes, reconsidérer cette convention de partenariat; elle l’est aussi peut-être parce que l’État revoit légitimement la pertinence de l’ensemble de ses engagements financiers, et que l’objectif est non seulement d’accueillir et d’accompagner des scientifiques en Antarctique, mais aussi d’assurer la pérennité de la base belge et de la maintenir à niveau. Les méthodes employées par ce fonctionnaire qui s‘attribue erronément le titre de « messager » de l’Etat pour mettre un terme à cette convention sont indignes d’un État de droit. C’est pourquoi aujourd’hui je porte plainte contre Philippe Mettens non seulement pour dénonciations calomnieuses mais aussi pour violation du secret pressionnel et vol de documents comptables que sa fonction ne lui permet pas de détenir. Alain Hubert

×