Collège de Bois-de-Boulogne
Soins infirmiers psychiatriques, été 2015
Document préparé par Michel Perrier, Inf. B.Sc
La re...
Soins infirmiers, santé mentale
et psychiatrie de Fortinash est
votre livre de référence.
Chapitre 11 : Schizophrénie
Chap...
La banalisation de la maladie mentale, un extrait du
billet de Louise Latraverse dans La Presse +
Quand une personne souff...
Psychopathologie et intervention
 Chaque être vit sa maladie d’une façon unique et
spécifique et, même si des traitements...
Définition de la santé mentale (OMS)
 O n dé finit la santé m e ntale
co m m e un é tat de bie n-ê tre q ui
pe rm e t à c...
Maladie et santé sont-ils deux
concepts opposés ?
La maladie consiste en une détérioration de l’état de santé.
La santé et...
De la folie à la santé mentale,
concept historique
 Le premier asile est inauguré en 1845 à Québec (Beauport),
l’asile de...
Approche bio-psycho-social de la
maladie mentale
 Le modèle biopsychosocial est élaboré par Engel au cours des
années 70....
Anormal et pathologique sont-ils des
concepts synonymes ?
 Le terme « normal » est ambiguë et renvoie à des concepts de
n...
Normalité et anormalité
 La norme repose en médecine somatique sur des tests
et des examens précis qui permettent de préc...
Normalité et anormalité: La folie ailleurs
 L’ethnopsychiatrie nous apprend que chaque collectivité
sécrète ses propres m...
L’influence des valeurs de la société
 Si chacun d’entre nous possédons nos valeurs , nos
propres préjugés. Le choix d’un...
Complexité du soins psychiatriques et
alourdissement des clientèles
1. Rapidité des changements
technologiques et problème...
Les indices d’évaluation de la santé mentale
 Perception de la réalité
 Stabilité émotionnelle
 Adaptation sociale et
i...
Mal de vivre ou maladie mentale
 Névrose : Problème sur le plan
social, émotionnel ou
comportemental, qui affecte la vie
...
Les stratégies pour augmenter la résistance au
stress
 Hygiène de vie
 Relaxation
 Sens de l’humour
 Soutien social
 ...
Émotions
Activation · Affection · Angoisse · Ag itatio n · Ale rte  · Aliénation ·
Am abilité  · Amour · Amusement · Anxié...
Point tournant, décision, danger ou
opportunité : la crise
 La crise est vécu comme un déséquilibre, à laquelle les
resso...
Le DSM
 Langage commun
 Définition officielle du trouble mental
 Approche de catégorisation athéorique
 Critères diagn...
Le DSM
Les tentatives de décrire les maladies mentales origines d’époques
lointaines. De tout temps, l’homme a tenté de cl...
Principales classifications
 Troubles psychotiques
 Troubles de l’humeur
 Troubles anxieux
 Troubles de la personnalit...
Le DSM a beaucoup évolué au
cours des années…
 DSM-I 1952 130 pages, 106 maladies
 DSM-II 1968 134 pages, 182 maladies
...
Principaux changements du nouveau
DSM-5
 Le diagnostic de trouble dysphorique prémenstruel, classé parmi les
troubles dép...
Principaux changements du nouveau
DSM-5
 La possibilité de poser plus tôt un diagnostic de dépression en cas de deuil
(to...
Construction du diagnostic
 Axe 1 : Trouble mental
 Axe 2 : Trouble de la personnalité
 Axe 3 : Troubles physiques
 Ax...
De la folie à la santé mentale, concept
historique (suite)
 À l’époque de Émil Kraepelin, on répertorie 10 problèmes de
s...
Approche psychanalytique de la
maladie mentale
 L’approche psychanalytique naît au
début du 20E siècle, elle est inventée...
Le diagnostic psychiatrique
 En psychiatrie, on ne dispose pas d’examens biologiques,
électriques ou radiologiques permet...
Examen mental
 L’examen mental se déroule parallèlement à l’entrevue, la description
détaillée des signes et symptômes pe...
Dimension de la maladie mentale
 La santé mentale comporte 3 dimensions
 Biologique
 Psychologique
 Sociale
Le modèle vulnérabilité-stress
 Facteur prédisposant
 Facteur précipitant
 Facteur perpétuant
Signe et symptôme
 Les symptômes sont des problèmes perçus et signalés
par le patient. Il s’agit de plaintes subjectives ...
Traitement bio-psycho-social
 Biologie : Un symptôme clinique observable du
fonctionnement cérébral et qui débouche sur u...
Comorbidité psychiatrique
 Définition de la comorbidité : l’existence ou l’apparition
d’un autre trouble quel qu’il soit ...
Équipe de soins
 Psychiatre
 Infirmière
 Psychologue
 Travailleur social
 Ergothérapeute
 Neuropsychologue
 Psycho-...
Michel Perrier, Bacc es science, BDEB, été 2012
Psychopathologie et
intervention
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cours 1 Approche à la santé mentale

977 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
977
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Santé mental versus maladie mentale, folie, anormal, inadapté, débile, maladie mentale éveille suspicion
    La maladie mentale est difficile à définir: elle est l’absence d’une maladie
    Difficile à circonscrire la maladie mentale
    Maladie mentale est relié principalement à la souffrance subjective
    Maladie mentale présuppose distinction corps esprit
    (il y a beaucoup de physique dans les troubles mentaux et beaucoup de mentale dans les troubles physiques)
    Trouble versus maladie puisque l’étiologie est inconnue :
    Trouble : ensemble de symptômes + comportements relié a une détresse et qui perturbe le fonctionnement
    OMS 1 pers sur 5 souffrira de maladie mentale
  • 20000 lits d,hébergement au Québec à cette époque
  • Engel propose alors une conceptualisation nouvelle de la maladie en s’éloignant du modèle médical en vogue. Il élabore une approche qui tient compte de l’importance des diverses composantes de la personne Il intègre les aspects psychologiques et sociaux à la composante biologique. Il soutient également que ses composantes sont en constante interaction.
     
    Cette approche en rupture avec les conceptions de l’étiologie des maladies mentales de l’époque, suscite l’adhésion de plusieurs écoles de pensée 
    La dimension psychologique fait appel aux ressources internes de la personne. On fait appel à différentes approche afin de permettre l’évolution et la réadaptation de l’aidé. Le modèle biopsychosocial conçoit l’approche psychologique sur l’exploration et l’introspection de l’aidé, en regard de son problème.
     
    La dimension sociale postule que la personne évolue au sein d’un environnement particulier. Cette argumentation sur la composante sociale et environnementale, confère une importance jusqu’alors nier. Selon le modèle, la dimension sociale est nécessaire dans l’éclosion de la maladie mentale. La capacité d’adaptation de l’individu et les conditions sociales améliorées, sont considérés comme étant des facteurs de protection. Cependant, aucune étude sociologique ne conclut que cette dimension est un facteur de causalité déterminante à l’éclosion des maladies mentales.
     
    Une question importante est bien sûr celle de savoir comment les dimensions respectivement biologique, psychologique et sociale de la maladie s'articulent les unes aux autres. Le modèle biopsychosocial postule qu'il importe d'approcher les aspects idiosyncrasique, interpersonnel et social de la vie du malade, avec la même rigueur et la même acuité critique que celle que l'on applique aux phénomènes biologiques. On note cependant la difficulté de démontrer la fiabilité du modèle lors de la clinique.
  • Modèle médical : signes et symptômes, diagnostic, traitement.
    La limite entre la normalité et le pathologique est difficile à tracer
    Qui est toxicomane ? ROH, cigarette, pers.âgée et dépendance jeu et anxiolytique
    Qui est anorexique ? Maigreur versus maigre
    Qu’elle est la norme en matière sexuelle
    Norme et risque de qualifier de pathos toute les différences et marginalité
  • NORMAL----------------ANORMAL---------------------SURNATUREL
    Afrique : La folie était considérée comme l’expression d’une grande sagesse
    Le fou était l’élu de Dieu
    Sicile : le Tarantisme est une hystérie collective attribuée à la redoutable piqûre d’une araignée saisonnière (la tarentule). La personne qui prétend avoir été piqué danses et se contorsionne frénétiquement.
    Antilles : Origine sur surnaturelle/sortilège jeté sur la mère ou l,enfant au cours de la grossesse
    Sénégal : Ensorcellement/possession par un mauvais esprit
    Alqonquin : Le Windigo est un mauvais esprit causant la folie et qui pousse au cannibalisme
    Amazonie : On noie et enterre les fous puis on s,enfuit rapidement
  • Personne ne colle à la définition d’un trouble mental
    Retrait : Homosexualité est une dysfonction mentale en 1970 et accepté en 1980
    bredouillement, transsexualité, personnalité passive-agressive
    Ajout : Trouble de l,alimentation, trouble bipolaire 2, ESPT, etc.
    Ex : Alain consomme 3 café par jour, Annie un paquet de cigarette par jour et robert un litre de Vodka par jour > selon les normes sociales nous risquons de poser un jugement de valeurs
    Pas assez de données pour poser un diagnostic
    Alain se lève avec une migraine et celle-ci n’arrête pas tant qu’il n’a pas pris son café. Annie est enceinte et elle sait que c,est dommageable pour son bébé mais ne peut s’arrêter, Robert est centenaire, il consomme un litre de vodka depuis l’âge de 20 ans et n’a jamais entraîner de conséquence grave
    Existe t’il des société malade ?Il semblerait que les société industrielles - beaucoup moins sécurisantes que les société agraire - apportent un surcroît de tension et de mal-être
  • Comment expliquer l’alourdissement
  • Perception de la réalité : perception adéquate versus hallucination et délire
    Stabilité émotionnelle : en accord avec la signification et intensité des situations de vie
    Adaptation sociale et interpersonnelle : importance des contacts sociaux versus absence
    Adéquation entre accomplissement et potentiel personnel :
    Estime de soi : confiance en soi, assurance et amour de soi
    Sentiment de bien-être : subjectif et personnel
  • La systémie repose sur les relations et sur le maintien de l’équilibre, au sein d’un groupe. La notion de système intègre la souffrance de la personne en crise ainsi que de celle de son entourage, également tributaire des hauts et des bas de l’un ses membres. Caplan introduit la notion de l’homéostasie au sein d’un système et ce, afin de maintenir l’équilibre dans le groupe. Caplan conçoit la crise comme un déséquilibre soudain et qui entrave le fonctionnement du sujet. Les mécanistes usuels de résolution de problème apparaissent déficients, le sujet mobilise ses énergies en vue de solutionner ses problèmes avec un succès relatif. Les solutions individuelles afin de contrecarrer la crise, permettront un retour à un fonctionnement antérieur ou au contraire, surajouteront à ses difficultés. Selon Lazarus, le sujet utilise deux types de stratégies de coping, la première est axée vers la résolution du problème et le contrôle des émotions, la seconde vers une modification de la perception de la situation.
    Les idéations suicidaires, une hausse de la consommation de drogues ou d'alcool, une difficulté de gestion des affects et du comportement, une incapacité à soutirer l'aide nécessaire dans la résolution des problèmes, sont manifestes du déséquilibre présupposant la crise
  • Véritable révolution via APA (american psychiatrique association) de la création d’un guide afin de standardisé la classification psychiatrique
    Trouble versus maladie à c. étiologie inconnue
    Symptômes sens contexte
    Classification des troubles et ne suppose pas de causalité pour l’identification du trouble
    Permet à tous, quelques soit l’école de pensée une accessibilité
    Un critère est une manifestation, un symptôme d’un trouble, un signe basé dur le comportement, l’humeur et la pensée
    Un symptôme seul ne constitue pas un trouble
    Anxiété : TP, TA schizo etc
    Catatonie : dépression, schizo
    Délire : schizo, dépression, bipolaire
    Hallu : intox, démence, schizo,
    1948            CIM 6            DSM 11968            CIM 8            DSM 21974            CIM 9            DSM 31987                                  DSM 3R1992-94      CIM 10          DSM 42000                                  DSM 4R
    La première version du Manuel diagnostique et statistiques des troubles mentaux, le DSM-1, voit le jour en 1952. L’initiative de catégoriser la maladie mentale revient au gouvernement fédéral des États-unis. C’est au cours du recensement de 1840 que l’on retrouve l’idiotie, à laquelle englobent les différentes formes de la folie comme seule catégorie de maladie mentale. Les motivations du gouvernement américain étaient multiples, selon les recensements, on note une portée tantôt ségrégationniste ou simplement compréhensive du phénomène des maladies mentales. Dès 1913, on dénombre 22 catégories de troubles mentaux et on voit l’apparition d’un ouvrage intitulé le Manuel statistiques à l’usage des institutions pour aliénés. La période suivant la seconde guerre mondiale, fut un moment de grands bouleversements dans la façon de concevoir et de traiter la maladie mentale. À cette époque, les approches théoriques foisonnent et on se tourne vers une conception environnementale et psychodynamique pour expliquer la folie. Le DSM-1, publié par l’American Psychiatric Association (APA), ne répond plus à des motivations gouvernementales mais à des perspectives médicales.
  • C’est à l’axe 1 et 2 que le Diagnostic Médicale est posé
    AXE 1
    Description du trouble mental + toxicomanie à l’aide de critères qui sous-tendent le diagnostic – la personne est plus qu’une série de critères et plus qu’un diagnostic psychiatrique.
    Il y a un début et une fin via la crise ou exacerbation d’une maladie existente
     AXE 2
    Troubles de la personnalité + déficience intellectuelle. la personnalité colore l’axe 1 et permet de comprendre les différence entre des patient souffrant d’une même pathologie.
    Permanence dans le temps, rigidité des structures permet d’expliquer le trouble de personnalité.
    AXE 3
    Troubles physiques associés à l’axe 1 ou 2 ou qui a un impact sur le choix du traitement.
    AXE 4 
    Problèmes psychosociaux et environnementaux soient les problèmes économiques, d’hébergement, occupationnel, judiciaires etc.
    AXE 5 
    Échelle global du fonctionnement – note de l’examinateur sur le fonctionnement du patient face à lui-même dans les différentes phases de sa maladie
    . Fait intéressant, la possibilité d’intégrer un 6E axe fut envisagée afin d’y inclure une dimension culturelle au diagnostique psychiatrique. Cette proposition fut cependant rejetée lors de la création du DSM-4 comme le souligne Bibeau.
  • Né en Europe > Dr Laing, Cooper, Esterson
    Les psychiatres donnent la parole aux schizophrènes
    On question la relation psychiatre -patient
    On question le regard que porte le psychiatre sur le patient
    Tentative d’interpréter à partir de l’expérience de l’autre via la communication
    La psychiatrie doit prendre en considération le comportement, l’expérience, l’interaction et l’inter expérience.
    TRAITEMENTS : lobotomie, choc insulinique, bain glacé
    Approches psychosociales: Écoute attentive, empathie, conscience de soi, perception juste de l’autre, réponse reflet
    cognitivo-comortementale, familiale, de groupe, habileté sociale. Cognitive etc.
  • Le diagnostic diffère selon l’observateur malgré les tentatives de classification des symptômes
    En 1970 la fréquence des troubles de l’humeur et des schizophrénie dans un rapport inverse aux US et en UK soit prédominance de trouble de l’humeur en UK et schizo aux US. Exercice de procéder à un examen conjoint des malades et 2 fois plus de chances d’être diagnostiqué humeur/schizo selon les différences des 2 pays
    Amélioration avec le DSM 4 : critères simplifiés, innovation méthologique
  • Traitement bio-psycho-social
    Biologie : Un symptôme clinique observable du fonctionnement cérébral et qui débouche sur un traitement médicamenteux.
    Psychologique : Le sens du symptôme est propre à chaque individu et repose sur une théorie psychologique et renvoie à une forme de psychothérapie.
    Social : Analyse des systèmes de communication du client et approche thérapeutiques systémiques, familiale ou de couples.
  • Composantes génétiques ou physiologiques
    Composantes affectives, cognitives
    Composantes relationnelles en relation avec son milieu
    Capacité d’utiliser ses émotions de façon approprié dans les actions posées(affectif0, capacité de raisonner afin d’adapter ses gestes aux circonstances (cognitif) et de composer avec son environnement (relationnelle)
    Pour un sens plein du terme, la guérison d’un trouble mental doit être composer d’une triple approche thérapeutique axée également sur la prise de conscience et la résolution de crise et tenant compte du contexte
    Il ne suffit pas d’administrer simplement une médication
    Facteur influencent la santé mentale voir tableau p. 10
    Mécanisme d’adaptation voir tableau p.12
  • Une vulnérabilité biologique favoriserait une décompensation psychiatrique de divers ordres
     > génétique, dysfonction neuronale, anomalie cerveau
    Pas de marqueurs fiable
    Les événements de la vie négatifs et positifs peuvent être tenus pour potentiellement déclencheurs de la maladie psychiatrique
    alcool, drogue, pression sociale, tension familiale, peu de soutien etc.
    AVQ, ROH, drogue, pression sociale
    Facteurs de protection : RX, éducation pt et famille, habileté sociale, soutien
     BIO PSYCHO SOCIAL
    La résolution de problème permet un retour à la normalité
    AVQ, ROH, drogue, pression sociale
  • Le diagnostic psychiatrique repose sur une triple démarche
    Biologie : Un symptôme clinique observable du fonctionnement cérébral (anxiété, dépression, hallucinations, dépression, délire, agitation etc.) et qui débouche sur un traitement médicamenteux
    La seule disparition du symptôme n’est pas suffisant pour définir la guérison
    Le sens du symptôme est propre à chaque individu et repose sur une théorie psychologique et renvoie à une forme de psychothérapie
    L’événement pénible est mis en mot et en situation, il prend un sens au yeux du malade ( l’apport de Freud )
    La personne doit restituée une image valorisante de soi et travailler sur les éléments précipitants*
    La souffrance psychique n’est pas nécessairement un trouble mental, la personne mérite toutefois d’être aidée
    Analyse des systèmes de communication du client et approche thérapeutiques systémiques, familiale ou de couples ( concept de la systémie est plus récent)
    Consiste que la personne restaure une image positive envers son entourage témoin de sa décompensation
  • L'intervention optimale consiste à proposer le traitement à la fois de la psychose et de la toxicomanie dans le cadre d'un seul programme.
  • Tableau des rôles p. 23
  • Cours 1 Approche à la santé mentale

    1. 1. Collège de Bois-de-Boulogne Soins infirmiers psychiatriques, été 2015 Document préparé par Michel Perrier, Inf. B.Sc La reproduction et l’utilisation de ce document est interdite sans la permission de l’auteur. Psychopathologie et intervention
    2. 2. Soins infirmiers, santé mentale et psychiatrie de Fortinash est votre livre de référence. Chapitre 11 : Schizophrénie Chapitre 28 : Troubles sévères et persistants Ma page Facebook Psychiatrie et société
    3. 3. La banalisation de la maladie mentale, un extrait du billet de Louise Latraverse dans La Presse + Quand une personne souffre d’un cancer, il faut voir avec quel empressement on se rue pour l’aider, l’encourager à passer au travers de cette terrible épreuve. Quand une personne souffre d’une maladie mentale – la dépression en fait partie –, le vide se fait autour d’elle. On ne veut pas s’approcher de peur d’en être atteint. « J’peux pas le voir, y m’déprime, ou y m’énarve ! '' Une maladie honteuse dont personne ne veut entendre parler, dont personne ne veut s’approcher. Nous aurions besoin d’une révolution dans notre système de santé pour leur venir en aide. Je continuerai de m’impliquer, jusqu’à la fin de ma vie, dans toutes les causes qui touchent à la maladie mentale.
    4. 4. Psychopathologie et intervention  Chaque être vit sa maladie d’une façon unique et spécifique et, même si des traitements efficaces sont proposés, cette maladie s’inscrit dans une histoire personnelle et le sujet doit pouvoir se l’approprier.  La maladie mentale ne peut être réglée par le traitement des symptômes car même s’il fait disparaître les dits symptômes, ces symptômes ont existés et le sujet doit pouvoir les intégrer dans sa trajectoires spécifique. Viviane kovess-Masfety
    5. 5. Définition de la santé mentale (OMS)  O n dé finit la santé m e ntale co m m e un é tat de bie n-ê tre q ui pe rm e t à chacun de ré alise r so n po te ntie l, de faire face aux difficulté s no rm ale s de la vie , de travaille r ave c succè s e t de m aniè re pro ductive e t d'ê tre e n m e sure d'appo rte r une co ntributio n à la co m m unauté .  Po ur dé finir la santé , l'O MS so ulig ne dans sa co nstitutio n la dim e nsio n po sitive de la santé m e ntale :  « La santé e st un é tat de co m ple t bie n-ê tre physiq ue , m e ntale t so ciale t ne co nsiste pas se ule m e nt e n une abse nce de m aladie o u d'infirm ité . »
    6. 6. Maladie et santé sont-ils deux concepts opposés ? La maladie consiste en une détérioration de l’état de santé. La santé et la maladie ne sont pas des concepts entièrement opposés, la maladie fait partie de la santé et un symptôme peut être un signal d’alarme qui peut nous permettre de réagir contre un danger potentiel. Diagnostic : Acte par laquelle le médecin, groupant les symptômes morbides chez le patient, les rattaches à une maladie ayant sa place dans la nosographie. Pronostic : Fait référence à ce qu’on peut prévoir de l’évolution d’une situation clinique à partir de ce qu’on connaît et, par extension, peut désigner une conjecture concernant l’avenir. Étiologie. : Désigne la recherche des causes d’une maladie, ce terme désigne également la connaissance de la cause d’une maladie.
    7. 7. De la folie à la santé mentale, concept historique  Le premier asile est inauguré en 1845 à Québec (Beauport), l’asile des aliéné change de nom en 1912 et devient l’Asile Saint- Michel-Archange.  En 1873, on assiste à la création à Montréal de l’hôpital Saint- Jean –de-Dieu. La vocation de ces établissement est de fournir un hébergement par les congrégations religieuses de l’époque. Le Québec d’alors n’a pas vécu la Révolution tranquille, qui va permettre une démocratisation de l’accès aux soins et à l’éducation.  Découverte du premier antipsychotique en 1953.  Naissance du mouvement de désinstitutionalisation en 1962.La commission Castonguay-Neveu recommande que le déséquilibre mental soit reconnu comme une maladie.  Crise économique importante en 1980 et accentuation de la de désinstitutionalisation.  Notion de réappropriation du pouvoir de la personne en vue d’une réinsertion sociale.
    8. 8. Approche bio-psycho-social de la maladie mentale  Le modèle biopsychosocial est élaboré par Engel au cours des années 70.  L’approche bio-psycho-social de la maladie mentale favorise une approche holistique afin d’éviter la fragmentation entre les composantes biologiques et psychosociaux. Le médecin examine ces différentes composantes dans une compréhension globale de la vie de son patient.  La composante biologique ne fait plus de doute quant à son importance dans l’émergence de la maladie mentale. Avec ce modèle, elle n’est cependant plus perçue comme étant le seul facteur explicatif d’une étiologie encore inconnue à ce jour. Les recherches médicales tentent de démontrer la primauté du biologique sans toutefois être parvenue à l’explication indéniable de l’apport du biologique sur la maladie mentale.
    9. 9. Anormal et pathologique sont-ils des concepts synonymes ?  Le terme « normal » est ambiguë et renvoie à des concepts de normes et de moyenne. Il faut éviter de poser le problème de normalité et d’anormalité en terme trop généraux. Des conduites jugées anormal amèneront l’individu è certains comportements adaptatifs et ayant un sens malgré une perception différentes de l’extérieur.  Il faut être prudent avant d’accoler « anormalité » au pathologique et comprendre que la science médicale ne défini pas la normalité.  La psychopathologie s’intéresse plus à l’anomalie qu’à l’anormalité. L’anomalie est en psychopathologie un « marqueur du comportement » et d’en trouver une genèse.
    10. 10. Normalité et anormalité  La norme repose en médecine somatique sur des tests et des examens précis qui permettent de préciser l’écart par rapport à une moyenne.  La norme en psychiatrie repose sur des données culturelles, géographiques, temporelles etc. La norme n’est que la convention d’un groupe social en un lieu donné, à un moment donné.  L’homme oscille entre la normalité et le pathologique, il s’agit d’un continuum variant selon le moment et les circonstances de la vie.
    11. 11. Normalité et anormalité: La folie ailleurs  L’ethnopsychiatrie nous apprend que chaque collectivité sécrète ses propres modèles de déviance.  Nos modèles de compréhension de la maladie mentale s’appliquent mal à des collectivités dont les structures sont différentes des nôtres.  Certains comportements parfaitement admis dans une culture donnée apparaîtront comme pathologique ailleurs, et inversement.
    12. 12. L’influence des valeurs de la société  Si chacun d’entre nous possédons nos valeurs , nos propres préjugés. Le choix d’un élément comme indice de santé mentale est lié aux valeurs d’une société.  Retrait et nouveautés du DSM 3 et du DSM 4  L’APA met en garde sur l’utilisation efficace du DSM. Lors de l’évaluation du malade, le diagnostique n’aurait pas de valeur si le patient appartient à un groupe ethnique autre que le clinicien observateur car la culture et ses valeurs inhérentes varient et évoluent dans le temps.
    13. 13. Complexité du soins psychiatriques et alourdissement des clientèles 1. Rapidité des changements technologiques et problème d’adaptation 2. Éclatement des famille et du réseau social 3. Arrivée des immigrants aux valeurs culturelles et religieuses différentes 4. Augmentation de la toxicomanie et des comorbidités 5. Mutation du réseau et soucis de performance
    14. 14. Les indices d’évaluation de la santé mentale  Perception de la réalité  Stabilité émotionnelle  Adaptation sociale et interpersonnelle  Adéquation entre accomplissement et potentiel personnel  Estime de soi  Sentiment de bien-être
    15. 15. Mal de vivre ou maladie mentale  Névrose : Problème sur le plan social, émotionnel ou comportemental, qui affecte la vie d’un individu et qui l’empêche d’être fonctionnelle.  Psychose : Perturbation sévère sur le plan social, émotionnel ou comportemental, associée à des délires ou à des hallucinations ainsi qu’à une désorganisation grave de la pensée, de la parole ou du comportement.
    16. 16. Les stratégies pour augmenter la résistance au stress  Hygiène de vie  Relaxation  Sens de l’humour  Soutien social  Sentiment de compétence personnelle  Contrôle de nos comportements  Maîtrise de nos pensées irrationnelles  Affirmation de soi  Capacité à résoudre ses problèmes  Bonne gestion du temps
    17. 17. Émotions Activation · Affection · Angoisse · Ag itatio n · Ale rte  · Aliénation · Am abilité  · Amour · Amusement · Anxiété · Appréhension · Arde ur · Attention · Attirance · Ble ssure  · Bonheur · Chagrin · Colère · Compassion · Contrariété · Culpabilité · Défaitisme · Déprime  · Déception · Dé dain · Dégoût · Désespoir · Désir · Dé tre sse  · Effro i · Embarras · Empathie · Eng o ue m e nt · Ennui · Enthousiasme · Envie · Épo uvante  · Espo ir · Eupho rie  · Exaltation · Exaspération · Excitatio n · Extase  · Férocité · Fierté  · Frisso n · Frustratio n · Fureur · Gaie té  · Haine  · Ho nte  · Ho rre ur  · Ho stilité  · Hum iliatio n · Hysté rie  · Inq uié tude  · Insé curité  ·  Insulte  · Irritatio n · Iso le m e nt · Iso le m e nt so cial · Jalo usie  · Jo ie  ·  Jo ie  de  vivre  · Jubilation · Mal du pays  · Malaise · Malheur ·  Mé pris · Mé lanco lie  · Misère · Morbidité · Mortification ·  Né g lig e nce  · Nervosité · O ptim ism e  · O rg ue il · Outrage ·  Paniq ue  · Passio n · Pe ine  · Pe ur · Pitié  · Plaisir · Rag e  ·  Rancune  · Ravissement · Re g re t · Re je t · Re m o rds ·  Re sse ntim e nt · Révulsion · Satisfactio n · Se ntim e nt · So litude  ·  So uffrance  · Surprise  · Sym pathie  · Tendresse · Te nsio n · Terreur · Tourment · Triste sse  · Zè le
    18. 18. Point tournant, décision, danger ou opportunité : la crise  La crise est vécu comme un déséquilibre, à laquelle les ressources internes d’un individu sont épuisées.  L'émergence de la crise est une expérience intense et difficile, elle oblige l'individu à rechercher des solutions, afin de mettre un terme à la tourmente.  L'individu acquiert au terme de la crise, de nouveaux apprentissages et une meilleure compréhension de ses capacités d'adaptation.  Les crises sont normales, individuelles et limitées dans le temps.  La crise s'accompagne de symptômes invalidants et potentiellement dommageables pour l’individu tels que : ______________________
    19. 19. Le DSM  Langage commun  Définition officielle du trouble mental  Approche de catégorisation athéorique  Critères diagnostiques
    20. 20. Le DSM Les tentatives de décrire les maladies mentales origines d’époques lointaines. De tout temps, l’homme a tenté de classifier en effectuant des recoupements selon des critères spécifiques, les différentes choses qui l’entourent. La nosographie actuelle ne se compare en rien avec les premières tentatives de circonscrire des phénomènes comportementaux. L’histoire médicale nous rappelle Hippocrate et sa tentative d’expliquer la personnalité via les fluides biologiques. D’autres comme Kretschmer, Eysenck, Pinel, Kraepelin, Bleuler et Freud ont tenté, tour à tour, de comprendre la maladie et d’élaborer des recoupements de symptômes. Les différentes classifications répertoriées, permettent de saisir l’évolution des connaissances selon les périodes de l’histoire. Prochaine édition du DSM en October 2013
    21. 21. Principales classifications  Troubles psychotiques  Troubles de l’humeur  Troubles anxieux  Troubles de la personnalité  Troubles de l’adaptation  Troubles somatoformes  Troubles dissociatifs  Troubles factices  Troubles sexuels et troubles de l’identité sexuelle  Trouble de l’alimentation  Démences et troubles cognitifs  Troubles lié à une substance
    22. 22. Le DSM a beaucoup évolué au cours des années…  DSM-I 1952 130 pages, 106 maladies  DSM-II 1968 134 pages, 182 maladies  DSM-III 1980 494 pages, 265 maladies  DSM-IV 1994 886 pages, 297 maladies  DSM-5 2013 947 pages, 300 maladies http://biblio.uqo.ca/flash-nouveautes/dsm-5.php
    23. 23. Principaux changements du nouveau DSM-5  Le diagnostic de trouble dysphorique prémenstruel, classé parmi les troubles dépressifs. Le syndrome, qui peut être qualifié de forme sévère de syndrome prémenstruel, est principalement caractérisé par des symptômes de labilité émotionnelle (variabilité anormale), d'irritabilité et de colère qui surviennent au cours de la phase lutéale du cycle menstruel (de l'ovulation au début des règles).  Les termes autisme et syndrome d'Asperger disparaissent. Les troubles qu'ils désignent sont désormais regroupés sous une seule appellation de trouble du spectre autistique qui inclut aussi les diagnostics actuels de trouble désintégratif de l'enfance et de trouble envahissant du développement non spécifié.  Le diagnostic d’hyperphagie boulimique est un trouble caractérisé par des épisodes d'orgie alimentaire, mais sans geste compensatoire (vomissements, usage de laxatifs ou de diurétiques, etc.), suivis également de sentiments de honte et de culpabilité. Le syndrome d'hyperphagie est souvent lié aux régimes amaigrissants et/ou à la dépression.  Le diagnostic de trouble d'accumulation compulsive est un trouble qui se définit par l’accumulation d’objets qu’un œil extérieur jugerait inutiles au point de causer de la détresse, soit parce que la personne ne peut plus utiliser certaines pièces de sa maison, trop encombrées, soit parce qu’elle est incapable de se débarrasser de certains objets sans vivre des épisodes d’anxiété sévère.
    24. 24. Principaux changements du nouveau DSM-5  La possibilité de poser plus tôt un diagnostic de dépression en cas de deuil (tout en conseillant aux cliniciens de faire la distinction avec le deuil normal).  Le diagnostic de trouble de dérégulation dit d'humeur explosive pour les enfants de plus de 6 ans qui présentent de fréquents accès de colère avec irritabilité chronique. Ce diagnostic viserait à réduire les surdiagnostics de trouble bipolaire chez les enfants.  Les critères du stress post-traumatique seront modifiés pour ajouter un quatrième groupe de symptômes aux trois existants. Ce trouble ne serait plus classé parmi les troubles anxieux mais constituerait une catégorie en soi.  Combinaison en un seul diagnostic de trouble d'utilisation de substance les diagnostics d'abus de substance et de dépendance à une substance du DSM-IV.  Une nouvelle organisation des diagnostics est proposée pour la nouvelle édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, le DSM-5.
    25. 25. Construction du diagnostic  Axe 1 : Trouble mental  Axe 2 : Trouble de la personnalité  Axe 3 : Troubles physiques  Axe 4 : Problèmes psychosociaux  Axe 5 : Échelle du fonctionnement (EGF)
    26. 26. De la folie à la santé mentale, concept historique (suite)  À l’époque de Émil Kraepelin, on répertorie 10 problèmes de santé mentale. Il existe aujourd’hui autour de 400 regroupés en 16 groupes distincts.  L’apport de l’antipsychiatrie ; les psychiatres donnent la parole aux schizophrènes et on questionne la relation psychiatre-patient.  La désinstitutionalisation des patients en milieu psychiatrique et leur intégration dans la communauté s’amorcent au début des années 60.  Évolution des traitements :  Approches biologiques  Approches psycho-sociales
    27. 27. Approche psychanalytique de la maladie mentale  L’approche psychanalytique naît au début du 20E siècle, elle est inventée par Sigmund Freud. Selon Freud, la psychopathologie est le fruit d’événements psychiques survenus dans l’histoire antérieur de l’individu à certaines étapes de son développement.  La notion de structure réfère à une hypothèse relativement au fonctionnement humain. Freud élabore la structure de la pathologie à propos de la névrose obsessionnelle. En outre, il élabore 3 structures principales : la psychose, la névrose et la perversion. La notion de structure peut être regardée comme un modèle conceptuel.
    28. 28. Le diagnostic psychiatrique  En psychiatrie, on ne dispose pas d’examens biologiques, électriques ou radiologiques permettant de diagnostiquer de manière indiscutable la maladie mentale.  Tous les symptômes psychiques sont purement subjectifs à l’œil de l’observateur. Ils lui sont transmit par le support des comportements, des mots utilisés et de l’humeur du client  L’évaluation de l’état mental d’une personne est un acte lourd de conséquence  l’exercice d’évaluer pose le risque d’un glissement vers l’étiquetage au détriment d’une reconnaissance de l’expérience subjective du patient. Il est important de préciser (qui dit cela?) que l’approche catégorielle du DSM, n’évalue pas des personnes mais plutôt la présence d’une maladie via des signes et symptômes d’une maladie.
    29. 29. Examen mental  L’examen mental se déroule parallèlement à l’entrevue, la description détaillée des signes et symptômes permet l’établissement d’un diagnostic médical par le psychiatre. On apporte alors une attention particulière aux comportements, à l’humeur ainsi qu’à la pensée du client au cours de la maladie actuelle.  L’examen mental constitue un processus d’analyse, une décomposition d’un tout en ses diverses parties. L’infirmière en psychiatrie doit être en mesure d’observer le comportement verbal et non verbal de son client ainsi que de pouvoir vérifier l’exactitude de ses perceptions. Elle doit rapporter les faits de façon claire, précise et correspondant à la réalité vécue et exprimée par le client.
    30. 30. Dimension de la maladie mentale  La santé mentale comporte 3 dimensions  Biologique  Psychologique  Sociale
    31. 31. Le modèle vulnérabilité-stress  Facteur prédisposant  Facteur précipitant  Facteur perpétuant
    32. 32. Signe et symptôme  Les symptômes sont des problèmes perçus et signalés par le patient. Il s’agit de plaintes subjectives qui appartiennent à l’histoire du patient.  Les signes sont des manifestations objectives découvertes par le médecin au cours d’un examen mental.
    33. 33. Traitement bio-psycho-social  Biologie : Un symptôme clinique observable du fonctionnement cérébral et qui débouche sur un traitement médicamenteux.  Psychologique : Le sens du symptôme est propre à chaque individu et repose sur une théorie psychologique et renvoie à une forme de psychothérapie.  Social : Analyse des systèmes de communication du client et approche thérapeutiques systémiques, familiale ou de couples.
    34. 34. Comorbidité psychiatrique  Définition de la comorbidité : l’existence ou l’apparition d’un autre trouble quel qu’il soit ; au cours de l’évolution clinique d’un patient présentant déjà une problématique de santé mentale.  L’apparition du terme comorbidité dans les articles psychiatriques est récente et remonte au milieu des années 80.  Bon nombre de personnes atteintes de schizophrénie souffrent également de détresse, d'anxiété et de dépression, d’abus de substances
    35. 35. Équipe de soins  Psychiatre  Infirmière  Psychologue  Travailleur social  Ergothérapeute  Neuropsychologue  Psycho-éducateur À la base, nous sommes tous égaux : il n’y a pas de « nous » et « d’eux ».
    36. 36. Michel Perrier, Bacc es science, BDEB, été 2012 Psychopathologie et intervention

    ×