LES DISCOURS DE LA DIVERSITÉ
(Université de Grenoble, avril 2013)
Professeur Miguel de Aguilera
Chaire de Communication Au...
Reconnaissance d’une réalité
• Plus de 180 pays: plus de 600 groupes de langues vivantes
et de 5000 groupes ethniques il n...
Le contexte qui change
• Ce qu’ il fait peu d’années semblait un problème (par exemple, à l’Europe 1951) ou avait peu
de p...
Diversité et cacophonie
• Expression toute utilisation ou s’accommodent différentes réalités et
positions des acteurs (sou...
La Modernité et ses mythes qui basent
des discours
• La première cause de la émargination des langues
et cultures est poli...
Discours et espaces géopolitiques
• Plusieurs acteurs, point de vues, discours
• Vers dehors (des états, des collectifs di...
Diversité selon les sciences sociales
• Différence culturelle (anthropologie, études
ethniques) appartenance/ contraste a...
3ème science: la communication
• Avec la globalisation:
– Plus que jamais, interaction (planétaire) entre cultures
– Intég...
Les politiques (1)
• Politiques développées ou promu par différentes
acteurs (UNESCO, les cas nationaux –France, USA, UK,
...
Les politiques (2)
• Les politiques peuvent comprendre:
– Politiques pour les relations avec les minorités
(historiques, r...
Potencier les industries culturelles et
créatives
• “secteur culturel” (beaux arts, musées, patrimoine et
industries cultu...
Argumenter les poliques concernant
ces industries
• Mantra: rôle clef de ces industries pour la
transformation et compétit...
La culture à l’économie
• (Concept de créativité lié à innovation, et centrale pour:)
• Schumpeter: l’innovation, clef pou...
Créativité, innovation
• Créativité: nouvelles idées innovation: leur
explotation
• Les types: User-driven Innovation, Op...
Et l’économie à la culture
• Le modèle de business des industries culturelles (risque de
n’avoir pas succès, perte de l’in...
Utopies et distopies cybernétiques
• Globalisation (éclatent les frontières: politiques, ethniques,
culturelles) Postmode...
Empowerment
– Appropriations (bien sur, mais toujours des appropriations et usages
différents des prévus)
– L’usager actif...
La globalisation
• Mouvements de personnes (migrations –et urbanisation-, diaspora,
tourisme) et d’idées (culture de masse...
Léver les ridaux (déconstruire)
• Observer la réalité telle quelle est (pas “devoir être”,
pas de discours opposés à la ré...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La diversité culturelle

769 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
769
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La diversité culturelle

  1. 1. LES DISCOURS DE LA DIVERSITÉ (Université de Grenoble, avril 2013) Professeur Miguel de Aguilera Chaire de Communication Audiovisuelle et Publicité Universidad de Málaga
  2. 2. Reconnaissance d’une réalité • Plus de 180 pays: plus de 600 groupes de langues vivantes et de 5000 groupes ethniques il n’y as presque pas aucun état totalement homogène aux nivaux linguistique ou ethnique • Au même temps, augmente l’hégémonie de pas plus de 6 langues (notamment , l’anglais) et la plupart des langues au planète est menacée de disparaitre (96% des gens parlent 4 langues, 4% de la population parle 96% des langues, le 25% desquelles a moins de 1000 parlants) • Quand l’inter culturalité se mondialise (Gª Canclini), la diversité culturelle est plus menacée que jamais • Préoccupation pour la diversité culturelle, reconnaissance de qu’on doit la protéger
  3. 3. Le contexte qui change • Ce qu’ il fait peu d’années semblait un problème (par exemple, à l’Europe 1951) ou avait peu de précédant (OIT) aujourd’hui préoccupe (Déclaration de l’UNESCO): pourquoi? • Entre autres causes: – intérêts économiques et politiques en dispute (soft power) – Mouvements linguistiques (francophonie, lusophonie, …) contre la prééminence de l’anglais – Globalisation: économique, culturelle (mouvement de personnes –migrations, tourisme de masse- et d’idées –la communication-): la communication entre cultures au niveau mondial est inévitable – Médias de masse: grande prééminence des industries culturelles américaines – économique, symbolique-: impérialisme culturel) – Les TIC: opportunité et menace pour la diversité • En général, le contexte (vous savez) société postmoderne, liquide (Baumann): urbanisation, mouvements, perte de certitudes (crise de sens) le travail culturel le réseau comme source d’éléments culturels, avec différentes origines, pour satisfaire les fonctions que les cultures satisfirent (identités individuelle et collective, donner sens aux expériences –espace et temps comme ciment-, légitimation -et résistance contre- des inégalités, …)
  4. 4. Diversité et cacophonie • Expression toute utilisation ou s’accommodent différentes réalités et positions des acteurs (source d’autorité: Mattelart) • Touche à la relation majorités - minorités (hégémonie - subordination): donc, le pouvoir • Ou il y a différents acteurs points de vue (et définitions), discours qui souvent reflètent des visions partielles, vinculées aux positions, aux intérêts et au pouvoir (ses formes différentes, ses relations toujours changeantes) et cachent plus ou moins la réalité LEVER LES VOILES QUI EMPÉCHENT VOIR • Moi, normalement au niveau micro dois faire souvent incursions au macro: merci par le défi work in progrès: merci par vos idées • Thème très ample et complexe (pas possible s’occuper de tout) prioriser certaines lignes (et télégraphier idées): a) des dimensions politiques et scientifiques qui participent à la configuration des discours modernes b) l’élaboration actuelle de discours cyber utopiques et distopiques
  5. 5. La Modernité et ses mythes qui basent des discours • La première cause de la émargination des langues et cultures est politique création des états- nations (s. XVIII …) (Guyot) • Le rôle joué par certains mythes profanes, notamment la culture, à la construction de la société industrielle et des états nationaux • Dans ce cadre, distinction: haute culture, culture populaire, culture de masse • Et autres mythes: l’essentialisme et pureté du local (opposé à la réalité des métissages et des cultures toujours hybrides)
  6. 6. Discours et espaces géopolitiques • Plusieurs acteurs, point de vues, discours • Vers dehors (des états, des collectifs dispersés –gitans, kurdes, …-, des diasporas, des cultures indigènes) – Position hégémonique de l’anglais– continuation de l’anti-impérialisme culturel– “l’exception culturelle” (libre commerce), nomic culturel – Lutter contre l’uniformisation et la disparition de cultures (longue tradition: effacer des cultures par la colonisation européenne: d’abord, les Amériques, après le reste: Afrique, Asie, Océanie) • Ver dedans (des cultures historiques –catalane, basque, bretonne, corse, occitane, …, presque effacées à l’Europe-, des groupes ethniques –récents, historiques-, des minorités religieuses, le genre et les styles de vie) entre l’uniformisation et la pluralité • La peur à la globalisation culturelle (méconnaissance, mythes/défis)
  7. 7. Diversité selon les sciences sociales • Différence culturelle (anthropologie, études ethniques) appartenance/ contraste avec d’autres (nos/otros) • Inégalité sociale (sociologie) différences culturelles et structure sociale – Position à la structure sociale et capital culturel/ le pouvoir symbolique – Pratiques culturelles (d’exclusion) pour faire évidentes les différences (Haute Culture, Haute Couture) et quand les classes consomment les mêmes produits, les différences aux niveaux des appropriations et usages (produits alimentaires, l’expression avec le corps, …)
  8. 8. 3ème science: la communication • Avec la globalisation: – Plus que jamais, interaction (planétaire) entre cultures – Intégration des différences aux marchés transnationaux – Les inégalités augmentent (néo-libéralisme) – Exclusion des grands fluxes des différents, inégaux déconnectés • Réussir l’access aux fluxes à la technologie et aux compétences médiatiques: lecture et écriture (présence des cultures minoritaires au réseau) • Éducation, médias, TIC pour l’empowerment
  9. 9. Les politiques (1) • Politiques développées ou promu par différentes acteurs (UNESCO, les cas nationaux –France, USA, UK, Espagne-) • Les trois types généraux: – Pluralisme (reconnaitre que dans un état coexistent plusieurs cultures; pas d’actions –à faveur, en contre-) – Multiculturalité (années 70’s, USA, fracas du modèle de “l’intégration par assimilation” –uniformisation-: tolérance comme vertu publique, quotas et droits différenciés) – Interculturalité (crise de l’eurocentrisme: reconnaissance des valeurs positifs à chaque culture- mutuel enrichissement grâce à l’interaction des cultures dans un même milieu social non modifié)
  10. 10. Les politiques (2) • Les politiques peuvent comprendre: – Politiques pour les relations avec les minorités (historiques, résultantes des migrations, autres) – Politiques culturelles (dimensions économique et des valeurs): • Culturelles en général (notamment, les faits linguistiques) • Médias traditionnels + TIC (les industries culturelles et créatives) • Éducation (les compétences médiatiques, l’ interculturalité)
  11. 11. Potencier les industries culturelles et créatives • “secteur culturel” (beaux arts, musées, patrimoine et industries culturelles) + autres secteurs, qui sont enrichis et plus compétitifs grâce à la culture et l’innovation (design pour la mode ou les autos, …) • Définitions et actions variées: France (industries culturelles), UK (industries créatives), pays nordiques (expérience économie), industries du copyright, des contenus • (Politiques de promotion de l’offre, l’émetteur: diversité à l’offre--- mais: diversité de contenus –à l’heure de la TDT et la multiplication de l’offre-, et des audiences cherchées, et de l’exposition des audiences?!)
  12. 12. Argumenter les poliques concernant ces industries • Mantra: rôle clef de ces industries pour la transformation et compétitivité de l’économie, clef pour l’innovation non technologique et motivateur de la technologique, promotion du pluralisme et l’identité (nationale, européenne) • Invocation rituelle, mais aussi du poids de ces industries au PIB et au emploi– besoin d’appui publique (politiques, investissements– évidence des cas français et anglais-- néolibéraux!)
  13. 13. La culture à l’économie • (Concept de créativité lié à innovation, et centrale pour:) • Schumpeter: l’innovation, clef pour les entreprises et le développement économique– casser les cycles fermés (équilibre- répétition) avec des doses d’innovation (nouvelles marchandises ou produits ou possibilités de commerce) • La “culture de l’innovation”: généralisation aux entreprises USA des départements internes (I+D) à l’externalisation: relations avec les universités, collaboration avec des personnes créatives (excentriques), relax pour la créativité…  les milieux créatifs (espace d’émergence de créativité que les entreprises puissent –doivent- capter) créativité sociale: de masse (mouvements sociaux), individuelle (hidden innovation)
  14. 14. Créativité, innovation • Créativité: nouvelles idées innovation: leur explotation • Les types: User-driven Innovation, Open Innovation, Systèmes d’Innovation, … • Les pratiques instituées: webminding, coolhunting, crowdsourcing, prosumer
  15. 15. Et l’économie à la culture • Le modèle de business des industries culturelles (risque de n’avoir pas succès, perte de l’investissement): différentes procédures, inclue la combinassion de grandes doses de répétition (établissement de patrons identificateurs, grands succès, …) avec un peu d’innovation (adaptation des patrons aux contextes culturels et temporales, trouver et gérer l’innovation, …) • À la société de l’information, l’économie prend des concepts et pratiques traditionnelles aux industries de la culture et la culture reçoit des concepts clefs à l’économie • Exigence d’une nouvelle formation?: – Pour les citoyens (compétences communicationnelles) – Pour les professionnels (technologie + créativité + gestion )
  16. 16. Utopies et distopies cybernétiques • Globalisation (éclatent les frontières: politiques, ethniques, culturelles) Postmodernité (les vieilles catégories éclatent: nouveaux mythes) éclatent les peurs • Élaboration de nouveaux discours, ou se mélangent des évidences et ses interprétations, des intérêts économiques et politiques, des rêves hippies (les “68” et ses idées au royaume virtuel) et autres • Par exemple: – Diversité culturelle (aux entreprises: résolution de problèmes – pluralité de perspectives-, marchés plus amples –incorporation de points de vue-) – Culture de la participation: Wikipédia, …/ mais, 1% de la pyramide, les enfants –et Youtube- et l’interactivité: translation des modes de l’autre écran -des histoires pour lèves rêves-? Valeur de cette façon d’interactivité: logique productive (“normative”, interactivité comme feedback)?
  17. 17. Empowerment – Appropriations (bien sur, mais toujours des appropriations et usages différents des prévus) – L’usager actif– utilité du concept (résistance), mais toujours: interprétation imaginaire (objets neutres pour l’usage, Willis), recherche d’éléments symboliques et usage dans des contextes – Maintenant, encore plus: partager, décharger, commenter/ création (plutôt, à la sphère privée)– usage actif des médias (vieux et nouveaux) pour satisfaire des aspirations (information, connaissance, relation, loisir et divertissement)– et à la société du risque: travail culturel (utilisation active d’éléments culturels pour construire les identités et donner du sens aux expériences varables) – Remix (façon culturelle significative –Manovich, Lessig-): les cultures, toujours hybrides (effet collage, prenant parmi tous les éléments disponibles)– aujourd’hui: idée (versus copyright –modèle institué-), écriture (codification versus massification), pratique (générationnelle pour signifier et s’amuser, appropriation de la culture de masse – ”traverser l’écran”-, très peu de création réelle-)
  18. 18. La globalisation • Mouvements de personnes (migrations –et urbanisation-, diaspora, tourisme) et d’idées (culture de masse: uniformisation, nodes), technologies flexibles et décentralisées qui s’adaptent aux nécessités des personnes--- menaces et opportunités pour les cultures minoritaires • Univers Disney: profite la tendance (Eurodisney)(versus univers Goku)– la perception des usagers: sensation de “familiarité”: les plus jeunes (“Disney for me”), pas si jeunes (pur divertissement) • Les usages pour des fins concrets au niveau micro (les jeux entre le global et le local/ le rock comme paradigme de liberté d’une génération) • Diaspora: les adultes (maintenir le lien avec le pays et les “proches absents”), les jeunes (connecter avec les cultures adolescentes locales) • (Appadurai): les imaginaires collectifs partagés au monde (transformation de la subjectivité quotidienne, communauté imaginée transnationale)
  19. 19. Léver les ridaux (déconstruire) • Observer la réalité telle quelle est (pas “devoir être”, pas de discours opposés à la réalité), les clefs que les industries déjà connaissent (les usagers et ses besoins, les éléments universels qui permettent que beaucoup de gens investissent leurs temps, énergies et argent à la consommation de certains produits)–- obtenir des évidences empiriques • Généalogie et épistémologie • Attention au mélange de concepts quand on élabore des théories • Plus de théories de rang intermédiaire

×