Un voyage en cadeau                                                                                                       ...
Au pays de la moitié du MondeAu pays de la moitié du Monde  22 septembre 2012 - 8 octobre 2012                            ...
Des îles à la sierraNotre voyage commence auxÎles Galápagos, sur l’île SantaCruz, dans le village dePuerto Ayora. Nous vis...
Il n’aura fallu pas moins de 4 avions pour nous rendre jusqu’à Puerto Ayora,village principal de Santa Cruz, la plus dével...
Les tortues géantes ont une dur                                  ée de vie de plus de 150 ans          Après avoir déposé ...
Journée snorklingLe deuxième jour, nouspartons à la rencontre desanimaux marins de l’archipel.Un bateau nous conduira suru...
Équipés de masque et tuba, nouscroisons dans l’eau des lions de mer,des tortues marines, et, dans les eauxprofondes du roc...
Après un bon petit déjeuner, nous décidons de rejoindre Tortuga Bay, une vaste plage proche du village,    où, nous dit on...
La famille semble scruter l’horizo                                      nEffectivement sur place, les iguanes nemanquent p...
Les « highlands »L’après-midi, nous partonspour la partie haute de SantaCruz. Là, nous visitons untunnel naturel, formé pa...
Ces monstres à carapace ont une dégaine franchement préhistorique, et nous donnent l’impression devoyager dans le temps. L...
Le quatrième jour,                                     nous débarquons                                     sur Isabela, la...
Nous enfourchons alors deux vélos, et suivons le sentier qui permet d’accéder au Muro de Las Lagrimas(le Mur des Larmes), ...
Le mur en impose par sa taille et sa structure : chaque pierre n’est que posée sur la précédente, et nous enajoutons donc ...
13
Le ciel désormais à son plus bleu, nous prenons la mer pour rejoindre Los Tintoreras, un ensemble de     jeunes îlots volc...
Los TintorerasNous découvrons là unpaysage aux allures carrémentextraterrestres. Le sol n’estque lave séchée, et viennents...
Le grand héron bleu : héron hér                                       on petit patapon.16
La buse des Galápagos       Le cinquième jour, nous visitons la partie       haute de Isabela, et nous familiarisons avec ...
Le retour au village se fait en vélo : une bonne descente de 16km qui nous permetde nous arrêter au Mirador « El Mango », ...
Nous profitons de l’après-midi pour une dernière sortie en snorkling. À la déjà longue liste des animaux     avec lesquels ...
Après 6 jours, il est temps pour nous de quitter l’archipel, et de retourner sur le continent. Bien que lesGalápagos nous ...
La route de CuencaLe sixième jour fut unelongue journée de voyage :quatre heures et demi debateau pour rejoindrel’aéroport...
Retour donc à un                                                         climat plus tempéré,                             ...
Cuenca célébrait ce                                                                                jour là une fête en    ...
Si nous avions ajouté Cuenca à notre itinéraire, c’est principalement car c’est de là que proviennent lesPanamas. Ces chap...
Une longue nuitjusque’à BañosLe soir, nous embarquonsdans un bus : directionAmbato, plus au nord. Sixheures - et aucune de...
Laprès-midi, nous                                             visitons le village et                                      ...
Baños est une destination de vacances prisée des Équatoriens, notamment pour ses bains - les Bains de La     Vierge -, où ...
Retour au village en auto-stop, à                                    l’arrière d’un pick-up        Le lendemain, nous desc...
Nous profitons de la dernière soirée à Baños pour se faire plaisir : on oublie lesauberges de jeunesse, et on prend nos qua...
31
De Baños, nous continuons notre chemin vers le nord du pays, jusqu’à Latacunga, ville est située au pieddu volcan Cotopaxi...
Le QuilotoaMais la première étape denotre séjour à Latacungaconcerne un autre volcan, auxallures bien particulièrespuisqui...
Un lama nous indique la route à                                       suivre              En une trentaine de minutes, nou...
Comme nous sommes un peu flemmards, nous choisissons la voie facile pour ressortir du cratère, et cestà dos de mules que no...
Le CotopaxiLe lendemain matin, nousprenons la route à 8h30 endirection du fameux volcanCotopaxi. Notre objectif :rejoindre...
Ici, les vers de terre ont des patt                                      es et des mandibules                             ...
Le refuge au toit jaune, à 4800m                                        d’altitude.       Heureusement pour nos jambes, le...
Les derniers 200 mètres seront les plus durs, mais nous tenons bon, car avec chaque pas que nousprenons, la vue sur la val...
Latacunga a été détruite à deux                                       reprises par les éruptions du Cot                   ...
Le plein de souvenirs àOtavaloToujours plus au nord, nousrejoignons le village deOtavalo.Son marché artisanal offretous le...
42
La capitaleQuito, première villecoloniale du pays, est ladernière étape de notrevoyage. Il nous reste deuxjours, qui nous ...
44
La Mitad del Mundo se trouve à 22km au nord de Quito, et une heure de bus suffit à nous y conduire. Surplace, un imposant m...
Ici, on peut faire balancer un oeu                                          f sur un clou46
La ligne de démarcation nous permet de mettre un pied dans chaque hémisphère, le temps d’une photo,témoignage de notre pas...
DSC02579     Parlons bouffe ! On retrouve ici nos     dégustations culinaires des Galápagos :     le bolon de verde (banan...
Sur le continent,                                                                        nous avons goûté au              ...
Au pays de la moitié du monde
Au pays de la moitié du monde
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Au pays de la moitié du monde

571 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
571
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Au pays de la moitié du monde

  1. 1. Un voyage en cadeau Marion cherchait un cadeau à m’offrir pour mes 25 ans, et nous nous cherchions encore une destination pour nos Au pays de la moitié du Monde prochaines vacances. En choisissant de m’offrir l’accès aux Îles Galápagos, elle nous donnait une belle raison d’enfiler nos sacs à dos : la promesse d’un voyage qui nous mènerait sur les traces de Darwin et jusqu’à la moitié du monde.Au pays de la moitié du Monde 22 septembre 2012 - 8 octobre 2012 Au pays de la moitié du Monde De l’archipel des Galápagos à la Sierra équatorienne
  2. 2. Au pays de la moitié du MondeAu pays de la moitié du Monde 22 septembre 2012 - 8 octobre 2012 Au pays de la moitié du Monde De l’archipel des Galápagos à la Sierra équatorienne
  3. 3. Des îles à la sierraNotre voyage commence auxÎles Galápagos, sur l’île SantaCruz, dans le village dePuerto Ayora. Nous visitonsensuite l’île Isabela, à PuertoVillamil.De retour sur le continent,nous débutons nospérégrinations à Cuenca, etremontons ensuite les Andes,nous arrêtant à Baños,Latacunga, Otavalo, puis dansla capitale, Quito.
  4. 4. Il n’aura fallu pas moins de 4 avions pour nous rendre jusqu’à Puerto Ayora,village principal de Santa Cruz, la plus développées des Îles Galápagos. Partis laveille de Montréal, nous arrivons sur place en début d’après-midi.
  5. 5. Les tortues géantes ont une dur ée de vie de plus de 150 ans Après avoir déposé nos sacs à l’hôtel, nous partons visiter la Station Charles Darwin, où nous découvrons pour la première fois les tortues géantes et iguanes marins qui peuplent l’archipel. 3
  6. 6. Journée snorklingLe deuxième jour, nouspartons à la rencontre desanimaux marins de l’archipel.Un bateau nous conduira surune plage de l’île de SanCristobal, puis au large de sescôtes au Rocher LeónDormido. Nous termineronsdans une baie de l’île SantaFe, avant de rentrer à lamaison, la tête pleine debeaux souvenirs.
  7. 7. Équipés de masque et tuba, nouscroisons dans l’eau des lions de mer,des tortues marines, et, dans les eauxprofondes du rocher Leon Dormido,des requins.
  8. 8. Après un bon petit déjeuner, nous décidons de rejoindre Tortuga Bay, une vaste plage proche du village, où, nous dit on, nous pourrons observer des iguanes marins dans leur milieu naturel. Une marche de 45 minutes le long d’un chemin de pierre traversant la faune sauvage de l’île nous y conduit.6
  9. 9. La famille semble scruter l’horizo nEffectivement sur place, les iguanes nemanquent pas. Ils passent leur journéeétendus de tout leur long sur des pierresvolcaniques, qui leur permettent deréchauffer leur corps au sang froid. 7
  10. 10. Les « highlands »L’après-midi, nous partonspour la partie haute de SantaCruz. Là, nous visitons untunnel naturel, formé par lescoulées de lave successivesdes éruptions des volcansalentours.Nous continuons ensuitenotre chemin pour retrouvernos amies les tortues géantes,dans leur milieu naturel cettefois-ci.
  11. 11. Ces monstres à carapace ont une dégaine franchement préhistorique, et nous donnent l’impression devoyager dans le temps. Leur taille, leur cou extensible, leur respiration forte et la lenteur de chacun deleur mouvement forcent à l’admiration de cette espèce qu’on ne retrouve nul par ailleurs sur Terre. 9
  12. 12. Le quatrième jour, nous débarquons sur Isabela, la plus grande et la moins développée des îles Galápagos. L’électricité n’y circule que depuis 15 ans, et les rues ne sont pas Notre hostel : La Casa Rosada goudronnées. Le dépaysement en est d’autant plus fort !10
  13. 13. Nous enfourchons alors deux vélos, et suivons le sentier qui permet d’accéder au Muro de Las Lagrimas(le Mur des Larmes), un mur de pierres volcaniques empilées les unes sur les autres par 300 prisoniers àqui l’on a demandé de construire le mur qui les enfermerait, il y a de cela 60 ans. 11
  14. 14. Le mur en impose par sa taille et sa structure : chaque pierre n’est que posée sur la précédente, et nous enajoutons donc 2 en souvenir de notre passage. En pleine saison dite "froide" nous avons brulé plus quejamais, et il est donc difficile dimaginer le supplice des 300 condamnés en pleine saison chaude !
  15. 15. 13
  16. 16. Le ciel désormais à son plus bleu, nous prenons la mer pour rejoindre Los Tintoreras, un ensemble de jeunes îlots volcaniques, formés par les nombreuses éruptions de lave des volcans avoisinants. Sur le chemin, une vieille frégate sert de plateforme de repos aux nombreux oiseaux de la région.14
  17. 17. Los TintorerasNous découvrons là unpaysage aux allures carrémentextraterrestres. Le sol n’estque lave séchée, et viennents’y reposer iguanes marins etlions de mer. Dans l’eau peuprofonde nagent des tortues,et les requins dorment engroupe sur le fond marin.L’ensemble offre un spectacleauquel chacun devraitpouvoir assister.
  18. 18. Le grand héron bleu : héron hér on petit patapon.16
  19. 19. La buse des Galápagos Le cinquième jour, nous visitons la partie haute de Isabela, et nous familiarisons avec la faune et la flore locale, lors de la visite d’une réserve écologique, que le propriétaire des lieux aura la gentillesse de nous offrir.18
  20. 20. Le retour au village se fait en vélo : une bonne descente de 16km qui nous permetde nous arrêter au Mirador « El Mango », afin d’admirer l’étendue de l’île. Lepanorama offre un paysage qui semble encore inaltéré par l’homme.
  21. 21. Nous profitons de l’après-midi pour une dernière sortie en snorkling. À la déjà longue liste des animaux avec lesquels j’avais pu nager, s’ajoute alors une raie manta, que je suivrai pendant 15 minutes au fond de l’eau. De son côté Marion a la chance de croiser un poisson boule.20
  22. 22. Après 6 jours, il est temps pour nous de quitter l’archipel, et de retourner sur le continent. Bien que lesGalápagos nous manqueront cruellement, il nous reste tout l’Équateur à découvrir, et la seconde partie denotre voyage, dans la Sierra, nous promet des aventures d’un autre genre.
  23. 23. La route de CuencaLe sixième jour fut unelongue journée de voyage :quatre heures et demi debateau pour rejoindrel’aéroport de Baltra, deuxheures davion pour atterrir àGuayaquil, et trois heures devan, pour enfin rejoindre laville coloniale de Cuenca,perchée à 2500m d’altitudedans la cordillère des Andes.La route nous fera doncpasser au dessus des nuages,pour le plus grand plaisir denos yeux !
  24. 24. Retour donc à un climat plus tempéré, et à un paysage plus urbain - quoi que tout aussi dépaysant. L’aspect colonial de la ville est magnifique et semble nous ramener à l’époqueLes dômes de la Cathédrale de la Inmaculada Concepción des conquêtes espagnoles. 23
  25. 25. Cuenca célébrait ce jour là une fête en lhonneur des seniors, au cours de laquelle des vielles cholas - femmes aux origines indigènes et à la tenue vestimentaire Ici, le troisième âge n’inspire que du respect aux générations suivantes typique - défilaient autour de la place centrale.24
  26. 26. Si nous avions ajouté Cuenca à notre itinéraire, c’est principalement car c’est de là que proviennent lesPanamas. Ces chapeaux tressés à partir de feuilles de palmes bouillies, nous en avons fait le plein, et ilsconstituent des souvenirs que nous arborerons fièrement par temps ensoleillé. 25
  27. 27. Une longue nuitjusque’à BañosLe soir, nous embarquonsdans un bus : directionAmbato, plus au nord. Sixheures - et aucune desommeil - plus tard, le busnous dépose au milieu dubrouillard. Il est 4h du matin,il fait froid, et il nous reste àtrouver le bus qui nousconduira à notre destinationfinale : Baños. Passe alors unbus de lautre côté de la rue,et dont les flancs arborent engros le nom de Baños. Noussautons donc dans un taxi,qui s’engage à sa poursuite : ille rattrape rapidement, nouspermettant d’embarquer.
  28. 28. Laprès-midi, nous visitons le village et ses nombreuses boutiques dartisanat local et de souvenirs. Notre ballade me donnera également loccasion de me jeter dun pont au dessus dune rivière. 27Le « puenting » : saut à l’élastique local
  29. 29. Baños est une destination de vacances prisée des Équatoriens, notamment pour ses bains - les Bains de La Vierge -, où l’on peut se baigner dans une eau minérale naturellement chauffée par le volcan actif Tungurahua, au pied duquel Baños est situé.28
  30. 30. Retour au village en auto-stop, à l’arrière d’un pick-up Le lendemain, nous descendons en vélo la route des cascades, qui longe une vallée dans laquelle chutent une quinzaine de cascades. Nous irons jusqu’à la sixième, avant de faire du stop pour remonter jusqu’à Baños. 29
  31. 31. Nous profitons de la dernière soirée à Baños pour se faire plaisir : on oublie lesauberges de jeunesse, et on prend nos quartiers au Luna Runtun. L’hôtelsurplombe la vallée et offre une vue imprenable sur le village.
  32. 32. 31
  33. 33. De Baños, nous continuons notre chemin vers le nord du pays, jusqu’à Latacunga, ville est située au pieddu volcan Cotopaxi. Ses 5800m daltitude, son chapeau de glace et les ravages causés par ses précédenteséruptions font de lui un imposant voisin, se dressant majestueusement à la lisière de la ville.
  34. 34. Le QuilotoaMais la première étape denotre séjour à Latacungaconcerne un autre volcan, auxallures bien particulièrespuisquil sest effondré sur luimême il y à de cela 800 ans,façonnant un cratère quasicirculaire de 3km dediamètre, au fond duquel unsomptueux lac vert - lacouleur étant due auxminéraux quon y retrouve -sest formé. Il sagit duQuilotoa, que trois heures deroutes sinueuses nouspermettront de rejoindre.
  35. 35. Un lama nous indique la route à suivre En une trentaine de minutes, nous descendons les 400 mètres qui nous séparent de leau, et au fond du cratère, je minstalle dans un canoë pour une petite séance de pagaie au cœur dun volcan toujours actif.34
  36. 36. Comme nous sommes un peu flemmards, nous choisissons la voie facile pour ressortir du cratère, et cestà dos de mules que nous remontons la pente. Cela nous permet déconomiser nos forces pour lépreuvephysique qui nous attend le lendemain... 35
  37. 37. Le CotopaxiLe lendemain matin, nousprenons la route à 8h30 endirection du fameux volcanCotopaxi. Notre objectif :rejoindre le refuge (le petitpoint jaune qu’on aperçoit)construit par de bravesgrimpeurs à 1000m seulementdu sommet (à 4800m donc),puis le glacier, à peine 200mètres plus haut.
  38. 38. Ici, les vers de terre ont des patt es et des mandibules 37
  39. 39. Le refuge au toit jaune, à 4800m d’altitude. Heureusement pour nos jambes, le 4x4 nous emmène jusqu’à 4400m. Bien quil ne nous reste que 400m à grimper, le manque d’oxygène dû à l’altitude nous essouffle vite et nous fait parfois tourner la tête.38
  40. 40. Les derniers 200 mètres seront les plus durs, mais nous tenons bon, car avec chaque pas que nousprenons, la vue sur la vallée, les montagnes et autres volcans alentours devient plus spectaculaire. Et unefois les pieds sur la glace, la satisfaction est grande et l’on se sent privilégié de fouler du pied un tel décor. 39
  41. 41. Latacunga a été détruite à deux reprises par les éruptions du Cot opaxi Nous ayant permis de découvrir deux splendides monuments naturels, et de vivre ainsi deux aventures extraordinaires, Latacunga est une ville - belle qui plus est - que nous n’oublierons pas de si tôt.40
  42. 42. Le plein de souvenirs àOtavaloToujours plus au nord, nousrejoignons le village deOtavalo.Son marché artisanal offretous les produits typiques dela région. Des ponchos,chompas (pulls à capuche),écharpes, foulards, bonnets,et chaussettes en alpaga - lalaine des lamas -, aux flûtes depans, tambourins, couteaux et"dagues" en côtes de requin,en passant par les classiquescendriers, pipes à herbes,aimants à frigidaire etshooters , tout se trouve ettout se négocie sur la placecentrale du village.
  43. 43. 42
  44. 44. La capitaleQuito, première villecoloniale du pays, est ladernière étape de notrevoyage. Il nous reste deuxjours, qui nous permettrontde visiter la deuxième plushaute capitale du monde (à2800m), et de nous rendre à lamoitié du monde, l’endroit oùpasse l’équateur, et où lesdeux hémisphères serencontrent.
  45. 45. 44
  46. 46. La Mitad del Mundo se trouve à 22km au nord de Quito, et une heure de bus suffit à nous y conduire. Surplace, un imposant monument marque l’emplacement où passe l’équateur et indique sur ses faces lesquatre points cardinaux.
  47. 47. Ici, on peut faire balancer un oeu f sur un clou46
  48. 48. La ligne de démarcation nous permet de mettre un pied dans chaque hémisphère, le temps d’une photo,témoignage de notre passage à la moitié du monde, et ultime souvenir d’un voyage qui nous aura faitdécouvrir un pays magnifique, trop peu connu, et trop souvent oublié des voyageurs. 47
  49. 49. DSC02579 Parlons bouffe ! On retrouve ici nos dégustations culinaires des Galápagos : le bolon de verde (banane plantain écrasée avec du fromage), la langouste et le homard, et la canne à sucre, dont il faut sucer le jus.48
  50. 50. Sur le continent, nous avons goûté au Cuy (du cochon d’inde rôti), aux tripes au barbecue, au hornado (un cochon rôti entier, dont la viande est découpée de la carcasse au momentL’intestin de boeuf : gras et caoutchouteux, je n’en remangerai pas ! de servir), et à la Guaba, genre de gros pois sucré. 49

×