Ahmed Miktar, l’imam de la mosquée de Villeneuve-d’Ascq
Ahmed Miktar est un imam pas comme les autres.
D’origine marocaine...
intervenant extérieur – il écrit ainsi sur le site de la mosquée Ennour d’Elbeuf , tristement connue pour
avoir formé le c...
European Muslim and Jewish Leaders, une association européenne par laquelle il se rapproche de
rabbins pour travailler ave...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ahmed Miktar, l'imam pas comme les autres

220 vues

Publié le

Ahmed Miktar est un imam pas comme les autres.
D’origine marocaine, il est venu en France il y a 30 ans pour faire ses études. Une fois son diplôme des Beaux-Arts en poche, il se lance dans des études théologiques entre la Maroc et la France. Il est tres implique dans l’action sociale et est loin de suivre la voie tracee par ses confreres

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
220
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ahmed Miktar, l'imam pas comme les autres

  1. 1. Ahmed Miktar, l’imam de la mosquée de Villeneuve-d’Ascq Ahmed Miktar est un imam pas comme les autres. D’origine marocaine, il est venu en France il y a 30 ans pour faire ses études. Une fois son diplôme des Beaux-Arts en poche, il se lance dans des études théologiques entre la Maroc et la France. C’est à l’IESH de Château-Chinon, l’Institut de formation des imams de France affilié à l’UOIF, que Miktar se forme à ses futures fonctions. Ses valises sont alors posées dans le Nord de la France où il prendra plusieurs responsabilités au sein de la communauté musulmane locale. Un responsable du culte et de l’action sociale Très impliqué, il s’occupe des actions sociales et culturelles d’une part ; ayant commencé à la mosquée de la Croix-Rouge de Turcoing exclusivement dans ce type de fonctions, puis tout au long de sa carrière jusqu’à ce jour où il dirige deux instituts culturels : l’Institut Al Qods et l’institut Al Imane dépendants des mosquées de Lille-Sud et de Villeneuve d’Ascq. Parallèlement, comme imam, il s’occupe naturellement de conduire les prières journalières et du prêche. Ahmed Miktar a officié durant six ans à la mosquée de Lille-Sud puis, depuis 2005, à la Grande mosquée de Villeneuve-d’Ascq. Populaire, il prêche également au sein d’autres mosquées comme
  2. 2. intervenant extérieur – il écrit ainsi sur le site de la mosquée Ennour d’Elbeuf , tristement connue pour avoir formé le converti normand Maxime Hauchard parti faire la guerre sainte en Syrie auprès de l’Etat Islamique, et via les medias communautaires tels que Iqqra TV, radio Pastel ou encore sa chaine Youtube et son site web personnel tawba.fr…Qui se distingue de la mosquée de Paris Ses responsabilités sont plus étendues que cela. La voie de Miktar porte au sein même des organes de représentation religieux au niveau régional et au niveau national en cela qu’il dirige la commission des imams du CRCM (Conseil régional du culte musulman), le conseil des imams du CFCM (Conseil français du culte musulman) et l’association des imams de France. Si l’Etat français souhaite centraliser le culte musulman afin de le faire figurer dans le cadre Républicain et laïque, Miktar veut se démarquer de la Mosquée de Paris. Il créé l’association des imams du Nord , regroupant 9 imams de la métropole lilloise ayant étudié en France, parlant parfaitement le français, étant assimilés. Pour Miktar, les imams ne doivent pas avoir été formés à l’étranger ou être affiliés à des organisations étrangères ! Le journal NordEclair le qualifiait dans un article de 2013 de « pèlerin de l’Islam des Lumières » Prônant une « voie médiane de l’Islam » En effet, Ahmed Miktar s’identifie à la Confrérie des Frères Musulmans, aux soufis, aux salafis, aux orthodoxes, aux Tablighs… Mais il se sent plus proche du courant des Frères musulmans. Comme tel, il porte le projet panislamique qui doit se faire en apparence de manière passive. Il se doit de bien connaître la société dans laquelle il évolue et d’y être parfaitement intégré afin de convaincre ses concitoyens de la force des préceptes islamiques, mais au regard d’un islam qui serait évolutif, qui s’adapterait à la société moderne et occidentale. A ce titre, il ouvre régulièrement sa mosquée de Villeneuve-d’Ascq à ses voisins non musulmans, comme lors des journées du Patrimoine français où tous les curieux sont invités à venir comprendre pourquoi choisir l’Islam et pour quelles raisons les femmes doivent se couvrir par exemple. Comme l’écrit ce frère musulman sur le site de la mosquée Ennour « Nul ne peut connaître le bonheur sur Terre que s’il vit dans le mode de vie islamique ». Il considère le Coran comme sa Constitution. Des désaccords profonds avec les imams rigoristes L’ouverture qu’il prône dépasse la volonté de faire évoluer le culte et passe comme mentionné par des amitiés avec les non musulmans, mais aussi avec les juifs et les chrétiens. Il participe au Gathering
  3. 3. European Muslim and Jewish Leaders, une association européenne par laquelle il se rapproche de rabbins pour travailler avec eux sur la compatibilité entre leurs cultes et les normes européennes. Il organise par ailleurs des évènements de médiation pour communier de manière fraternelle avec les chrétiens. Cette approche de l’Islam n’est pas vue d’un bon œil de la part des musulmans puritains sunnites pour qui le Coran et la Charia sont immuables en tant que parole de Dieu révélée par le prophète Mohammed. Ahmed Miktar est entré dans une querelle avec des imams saoudiens, dont le Cheikh Ali Reda, à qui il reproche leurs positions conservatrices. Ces derniers lui ont envoyé en réponse une missive groupée afin de lui demander de taire ses volontés progressistes. Ahmed Miktar, lui, souhaite représenter un Islam de France au plus proche des français et de la laïcité.

×