Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 1 sur 48
Un air plus
pur
Recueil de
Maryam RAHOU
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 2 sur 48
I. La qualité de l’air en question
L’essentiel sur la qualité de l’air
I.1. La poll...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 3 sur 48
III.3. Ozone : un mauvais bol d'air
III.4. Pollution : le fond de l'air effraie
III...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 4 sur 48
L’air que nous respirons est trop souvent pollué. Quelles sont les menaces pour la ...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 5 sur 48
Le climat océanique et la situation géographique (en plaine) de la capitale l'éparg...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 6 sur 48
4. Les poussières dont l'origine vient en partie des combustions industrielles, du ...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 7 sur 48
Pollution - OzoneResponsable communication et ingénieur à Airparif, Karine Léger no...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 8 sur 48
La marche à pied est généralement le mode de déplacement qui expose le moins à la p...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 9 sur 48
9 - Quelles mesures peuvent-être prises pour réduire cette pollution ?
« Des mesure...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 10 sur 48
I.3. La pollution envahit nos maisons
Acariens, bactéries, allergènes, benzène… L’...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 11 sur 48
Les résultats ont de quoi surprendre ! Les pollutions sont majoritairement endogèn...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 12 sur 48
Pour les professionnels, il faudra peut-être revoir la réglementation sur la venti...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 13 sur 48
Le jogging matinal
Si le seuil d'alerte est dépassé, il est recommandé aux sujets ...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 14 sur 48
encore nouvelle sur le sujet, a clairement montré que les perturbateurs endocrinie...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 15 sur 48
Le plastique est un matériau composé d'une résine appelée polymère, élaborée à par...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 16 sur 48
Mi-décembre 2010, les associations Générations Futures, Réseau Environnement Santé...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 17 sur 48
décision, avançant des arguments fallacieux sur les limites des études concluant à...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 18 sur 48
En juin 2010, le Haut Conseil de la Santé Publique rend enfin son avis. Dans ce do...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 19 sur 48
Un frein à la généralisation de ces alternatives mais certainement pas un obstacle...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 20 sur 48
que ces environnements recelaient davantage de polluants que les milieux extérieur...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 21 sur 48
Le recours à des produits non toxiques est également recommandé. Des matériaux de ...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 22 sur 48
Renforcer les protections du corps : cela reste le meilleur moyen de se protéger d...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 23 sur 48
L'aération est une obligation légale, fixée par deux arrêtés de 1982 et 1983. Elle...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 24 sur 48
Pour une ventilation écologique
Afin d'améliorer les performances de la ventilatio...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 25 sur 48
Utiles et décoratives
Le mécanisme général est le suivant : les plantes absorbent ...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 26 sur 48
L'air qui circule sous terre va bénéficier de cet effet modérateur de façon étonna...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 27 sur 48
Une bonne installation sera de toute façon vite amortie, puisqu'elle peut permettr...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 28 sur 48
Régulièrement pointés du doigt par nombre d’experts ou d’associations, phtalates, ...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 29 sur 48
Même si tous n’ont pas été étudiés, certains sont clairement identifiés. Six d’ent...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 30 sur 48
Concrètement, cette proposition de loi devra encore passer en examen au Sénat avan...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 31 sur 48
Les moisissures favorisent les allergies
Aujourd’hui, on estime que 30% des França...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 32 sur 48
Eradiquer l’humidité chez soi
Bien sûr, en attendant ces évolutions législatives e...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 33 sur 48
Quand l’oxygène voit triple
En effet, le développement de cette forme particulière...
Doctissimo.fr
Avril 2012 Page 34 sur 48
Après avoir examiné la fonction respiratoire de plus de 500 étudiants non-fumeurs ...
Pour un air plus pur
Pour un air plus pur
Pour un air plus pur
Pour un air plus pur
Pour un air plus pur
Pour un air plus pur
Pour un air plus pur
Pour un air plus pur
Pour un air plus pur
Pour un air plus pur
Pour un air plus pur
Pour un air plus pur
Pour un air plus pur
Pour un air plus pur
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Pour un air plus pur

1 349 vues

Publié le

L’air que nous respirons est trop souvent pollué. Quelles sont les menaces pour la santé des particules fines, de l’ozone ou du dioxyde de souffre ? Quelles sont les causes de ces émissions nocives ? Comment se protéger et préserver nos enfants ? A lire pour tout savoir sur la pollution atmosphérique.

Publié dans : Environnement
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 349
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
36
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pour un air plus pur

  1. 1. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 1 sur 48 Un air plus pur Recueil de Maryam RAHOU
  2. 2. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 2 sur 48 I. La qualité de l’air en question L’essentiel sur la qualité de l’air I.1. La pollution de l'air en question I.2. La pollution à l'ozone en dix questions I.3. La pollution envahit nos maisons I.4. Alerte aux pics de pollution ! I.5. Les perturbateurs endocriniens : Des substances à risque sur la santé I.6. Les plastiques sous haute surveillance I.7. Les pressings dangereux pour la santé II. Les gestes pour préserver l’air Lutter contre la pollution dans la maison II.1. La pollution de la maison II.2. Se protéger de la pollution en pratique Préserver l’air intérieur II.3. Ventilation : comment mieux respirer chez soi ? II.4. Combattre la pollution par les plantes II.5. Le principe du puits canadien III. Les effets de la pollution sur la santé La pollution, une menace pour la santé III.1. Les phtalates et parabens bientôt interdits ? III.2. Pollution intérieure : gare aux moisissures !
  3. 3. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 3 sur 48 III.3. Ozone : un mauvais bol d'air III.4. Pollution : le fond de l'air effraie III.5. Pollution : Quels effets sur la santé ? III.6. Pollution électromagnétique : comment se protéger ? III.7. Produits chimiques : attention danger III.8. Les perturbateurs endocriniens : Des substances à risque sur la santé Pollution : les enfants en première ligne III.9. Bisphénol A : un danger pour la santé ? III.10. Deux écoliers sur trois respirent un air pollué III.11. La pollution blesse les poumons des enfants III.12. Pollution : quels sont les risques pour mon enfant ?
  4. 4. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 4 sur 48 L’air que nous respirons est trop souvent pollué. Quelles sont les menaces pour la santé des particules fines, de l’ozone ou du dioxyde de souffre ? Quelles sont les causes de ces émissions nocives ? Comment se protéger et préserver nos enfants ? A lire pour tout savoir sur la pollution atmosphérique. I. La qualité de l’air en question Fortes chaleurs, important trafic automobile… l’air devient parfois irrespirable. A l’extérieur mais aussi à la maison, la pollution menace nos poumons. Découvrez l’essentiel sur ce danger ainsi que les indices de pollution et les prévisions sur la qualité de l’air de votre région. L’essentiel sur la qualité de l’air L’air est indispensable à l’homme. Pourtant, aujourd’hui, de nombreuses menaces pèsent sur celui-ci. La pollution est une réalité aussi bien à l’extérieur qu’au sein de nos maisons. Ozone, particules... Découvrez les principaux polluants, leur origine et les moyens de purifier notre environnement. I.1. La pollution de l'air en question Les zones urbaines concentrent de nombreuses sources de pollution, ainsi sont-elles l'objet d'une attention particulière. Mais en étudiant des émissions de polluants identiques, on constate des variations importantes liées aux conditions météorologiques. Ainsi, les prévisions doivent intégrer des paramètres aussi complexes que la variation des émissions liées au trafic, la transformation des polluants et les phénomènes météorologiques. Pour proposer chaque jour des prévisions de la pollution atmosphérique du jour et du lendemain, Airparif doit prendre en compte de nombreux paramètres et disposer d'une échelle de qualité de l'air basée sur trois polluants atmosphériques. Atmosphère, atmosphère... Le vent et la pluie sont certes capables de vous gâcher votre journée mais ils permettent une dispersion et un lessivage des polluants. Ainsi, il est rare que des seuils critiques de pollution soient atteints en période pluvieuse. En revanche, un beau ciel bleu et dégagé et une absence de vent au sol entraînent une accumulation des polluants émis au-dessus de l'agglomération. Lors de ces situations anticycloniques, les nuits restent fraîches et la masse d'air au niveau du sol plus froide que les masses d'air chaud qui la recouvrent. Ce phénomène dit d'inversion de température fait que les polluants ne peuvent se disperser verticalement, l'air chaud agissant comme un couvercle. Ainsi, en l'absence de vent, les polluants s'accumulent jusqu'à ce que ce phénomène se dissipe.
  5. 5. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 5 sur 48 Le climat océanique et la situation géographique (en plaine) de la capitale l'épargne le plus souvent d'épisodes de pollution trop importants. Mais pas toujours... Indice de pollution en Ile-de-France Pour agir contre la pollution atmosphérique, il faut savoir quels sont les principaux polluants qui sévissent près de chez vous. Que vous habitiez dans une grande ville, en Ile-de-France ou en province, découvrez la qualité de l’air et les pics de pollution qui vous menacent chaque jour. Depuis le 30 décembre 1996, Airparif est chargé de la surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France. Outre cette mission, cet organisme doit également prévoir les épisodes de pollution, évaluer l'impact des mesures de réduction des émissions et informer les autorités et les citoyens au quotidien et en cas d'alerte. Bénéficiant de nombreux capteurs placés au bord des axes de forte fréquentation, AIRPARIF (http://www.airparif.asso.fr/) mesure les polluants en continu. En association avec Airparif, découvrez la qualité de l'air sur Paris, la proche banlieue et l'Ile-de-France. Prévisions de l'indice ATMO pour l'ensemble de l'Ile-de-France Carte du jour Carte d'hier Prévisions de l'indice par type de polluants pour l'ensemble de l'Ile-de-France Ozone (O3) Carte pour l'O3 - hier Carte pour l'O3 - aujourd'hui Dioxyde d'azote (NO2) Carte pour le NO2 - hier Carte pour le NO2 - aujourd'hui Dioxyde de soufre (SO2) Carte pour le SO2 - hier Carte pour le SO2 - aujourd'hui Microparticules (<10 µm) Carte pour les microparticules - hier Carte pour les microparticules - aujourd'hui Qualité de l'air sur toute la France Pour préserver votre santé, ce service vous permet, au jour le jour, de suivre les indices de pollution urbaine. Les informations présentées sont fournies par les Associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (AASQA) et par le département de l'air de l'ADEME. Pour l'ensemble de la région parisienne, l'indice ATMO permet d'apprécier la qualité de l'air. Cette échelle prend en compte les différentes sources de polluants atmosphériques : 1. Le dioxyde d'azote est un oxydant qui peut transporter des composés toxiques dans les voies respiratoires inférieures. Il diminue le seuil de sensibilité aux infections bactériennes et virales et augmente la réactivité aux allergènes, ce qui augmente les risques pour les personnes les plus vulnérables (enfants, personnes âgées, personnes malades) et pour les asthmatiques ; 2. L'ozone est un gaz agressif pour les muqueuses oculaires et respiratoires. Ses effets sur la santé dépendent du niveau et de la fréquence des expositions mais, chez les personnes sensibles (enfants, asthmatiques, insuffisants respiratoires, allergiques), les symptômes (picotements et irritation des yeux, coryza, gêne respiratoire) apparaissent plus nettement à partir de 180 microgrammes d'ozone par m3 d'air ; 3. Le dioxyde de soufre est également un gaz irritant qui peut déclencher un spasme bronchique chez les asthmatiques et qui peut altérer la fonction respiratoire de l'enfant ;
  6. 6. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 6 sur 48 4. Les poussières dont l'origine vient en partie des combustions industrielles, du chauffage domestique et de l'incinération des déchets. Mais la plus grande partie vient de la pollution automobile (40%). Les particules les plus fines étant produites par les moteurs Diesel. Si les études menées depuis une trentaine d'années ont montré une diminution de certaines formes de pollution (dioxyde de soufre, plomb, monoxyde de carbone), on note une recrudescence de divers problèmes respiratoires : irritation des bronches, asthme en réaction à la pollution atmosphérique. Basé sur l'étude et l'évaluation des principaux polluants, l'indice ATMO permet d'évaluer la qualité de l'air. Il varie de 1 (très bonne qualité de l'air) à 10 (très mauvaise qualité de l'air). Pour connaître l'indice de pollution du jour dans une ville française, cliquez sur la carte ci-dessous : Pour de plus amples renseignements, sachez que vous pourrez découvrir sur le site de l'ADEME un bulletin quotidien sur l'état de la qualité de l'air dans les principales agglomérations françaises ainsi qu'une estimation des prévisions pour le lendemain. Réalisé par le département Air de l'ADEME, à partir des données transmises par les Associations agréées de la surveillance de la qualité de l'air (AASQA), il est actualisé tous les soirs à partir de 17h. David Bême Note : L'ADEME assure également la coordination technique de la surveillance de la qualité de l'air, et contribue à son financement, en liaison avec le ministère de l'Ecologie et du Développement durable (MEDD). L'ADEME anime et finance par ailleurs de nombreuses études et recherches sur la pollution de l'air et ses effets. I.2. La pollution à l'ozone en dix questions Records de chaleur, absence de vent… Toutes les conditions sont réunies pour d'importants pics de pollution. La situation actuelle est-elle exceptionnelle ? Quels sont les effets de ce gaz sur la santé ? Comment réagir ? Découvrez l'essentiel sur ce polluant avec Karine Léger, ingénieur à Airparif. 1 - Qu'est-ce que l'ozone ?
  7. 7. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 7 sur 48 Pollution - OzoneResponsable communication et ingénieur à Airparif, Karine Léger nous précise que « l'ozone (O3) est un polluant photochimique, qui résulte de plusieurs réactions chimiques entre plusieurs polluants dits précurseurs (oxyde d'azote principalement, ainsi que des hydrocarbures ou des solvants) ». Schématiquement, le dioxyde d'azote laisse échapper une molécule d'oxygène sous l'effet des ultraviolets, qui se combine à l'oxygène de l'atmosphère (O2) pour former de l'ozone (O3). La pollution automobile, et surtout l'absence de vent et la chaleur des couches d'air élevées plaquent au sol ce gaz qui stagne dans les villes. 2 - Quels sont ses effets sur la santé ? L'ozone est un gaz agressif pour les muqueuses oculaires et respiratoires. Pénétrant aisément jusqu'aux voies respiratoires les plus fines, il peut ainsi entraîner des irritations du nez, des yeux et de la gorge, des altérations de la fonction pulmonaire, des essoufflements et des toux. Il exacerbe les crises d'asthme. Ses effets sur la santé dépendent du niveau et de la fréquence des expositions mais, chez les personnes sensibles (enfants, asthmatiques, insuffisants respiratoires, allergiques), les symptômes (picotements et irritation des yeux, coryza, gêne respiratoire) apparaissent plus nettement à partir de 180 µg d'ozone par m3 d'air. Il ne semble pas possible de déterminer un seuil en dessous duquel ce polluant serait totalement inoffensif. De plus, les effets d'une exposition chronique sur le long terme restent encore mal connus. Karine Léger nous rappelle que « la réglementation en matière de qualité de l'air définit un objectif de qualité à ne pas dépasser, et qui équivaut à une concentration de 110 µg/m3 d'ozone en moyenne sur une durée de 8 heures. Mais ce seuil est chaque été dépassé en tout point de la région, dans l'agglomération parisienne (entre 10 et 30 jours) et en zone périurbaine et rurale (entre 25 et 50 jours). Cette année, ces chiffres sont déjà dépassés au 22 juin... » 3 - Quelle conduite tenir en cas de pic ? Le Conseil régional d'Ile-de-France et la Direction Régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement (DRIRE) ont lancé entre juillet et septembre 2003 une vaste campagne d'information sur la pollution de l'air et ses effets sur la santé. Directrice de la DRIRE Ile-de-France, Nathalie Homobono espère influer sur les comportements en touchant directement le grand public et les professionnels de santé. Ainsi, des brochures et des campagnes d'informations en direction des médecins permettront de prodiguer des conseils aux personnes sensibles (enfants, femmes enceintes, personnes âgées, asthmatiques, insuffisants respiratoires et cardiaques, fumeurs) et l'ensemble de la population sur la conduite à adopter lors des pics de pollution : Pour les personnes présentant une sensibilité particulière Pour tout le monde Eviter les efforts physiques soutenus en plein air (activités sportives d'endurance, par exemple) ; Suivre scrupuleusement son traitement (asthmatiques, insuffisants respiratoires ou cardiaques) et ne pas hésiter à consulter son médecin ou son pharmacien ; Pendant les pics élevés (procédure d'alerte), s'abstenir de sortir pendant les heures les plus chaudes de la journée. Ne pas modifier les pratiques habituelles d'aération et de ventilation, car la situation ne le justifie pas ; Eviter d'aggraver les effets de la pollution par des facteurs irritants (tabac, peinture, solvants, colles…) ; Pendant les pics élevés (procédure d'alerte), s'abstenir de toute pratique sportive intensive ; Dans la mesure du possible, ne pas utiliser son véhicule. D'une part, parce que c'est là que l'on est le plus exposé à la pollution, d'autre part, parce que son utilisation contribue à accroître le pic de pollution
  8. 8. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 8 sur 48 La marche à pied est généralement le mode de déplacement qui expose le moins à la pollution atmosphérique, suivie du vélo et des transports en commun. 4 - Où trouver les prévisions sur ce polluant ? Pour l'ensemble du territoire, le système PREV'AIR, créé avec l'appui du Ministère de l'Ecologie et de Développement Durable (MEDD) a pour vocation de diffuser quotidiennement via Internet des prévisions et cartographies de la qualité de l'air établies à partir de simulations numériques en France et en Europe. Vous trouverez sur son site des cartes de prévisions de la pollution à l'ozone et au dioxyde d'azote. Pour l'Ile-de-France, l'association Airparif en charge de la surveillance de la qualité de l'air et du déclenchement des alertes en cas de dépassement des seuils, dispose sur son site ou sur Doctissimo des chiffres du jour et des prévisions pour le lendemain. Vous pouvez également consulter le site de l'une des 40 associations de surveillance de la qualité de l'air. 5 - Pourquoi connaît-on de tels pics de pollution ? Selon Karine Léger, « deux éléments expliquent actuellement les dépassements de seuils de pollution à l'ozone : une absence de vent et une durée d'ensoleillement exceptionnelle de 13 à 14 heures par jour. Sur la région Ile-de-France, l'ozone n'est pas uniquement produit localement, nous "héritons" de masse d'air pollué originaire du Nord de la France et de l'Europe ». 6 - Combien de régions sont touchées en France ? Ile-de-France, Lorraine, Provence, région lyonnaise, Clermont-Ferrand, Strasbourg… Toutes les grandes agglomérations et leurs régions annoncent tour à tour des alertes à la pollution à l'ozone. Dans un communiqué du 4 août, le Ministère de l'environnement précisait que « cet épisode généralisé de pollution à l'ozone sur la France est amené à se prolonger et s'aggraver dans les prochains jours, compte tenu des prévisions météorologiques très défavorables ». 7 - S'agit-il d'une situation exceptionnelle ? Dans un communiqué du 8 août, le ministère de l'environnement annonçait que « la France connaît depuis une semaine un dépassement sans précédent des seuils d'information pour l'ozone, les prévisions pour les prochains jours laissent craindre une poursuite, voire une aggravation de cette situation autour de nombreuses agglomérations ». 8 - La pollution est-elle toujours plus importante en ville qu'à la campagne ? Contrairement à certains polluants comme le benzène, l'ozone peut naviguer et n'est pas forcément originaire de la région où il est mesuré. Ainsi l'Ile-de-France reçoit actuellement des poches d'air pollué du Nord de la France et de l'Europe. Mais ces masses d'air continuent de circuler, ainsi comme le précise Karine Léger, « Les épisodes de pollution ont essentiellement été constatés sur les zones rurales placées sous le vent de l'agglomération parisienne, l'Ile-de-France étant alors elle-même influencée par une masse d'air chargé en ozone lors de son passage les jours précédents sur l'Europe centrale ». Compte tenu des vents dominants, ce sont principalement les zones de Fontainebleau et de Rambouillet qui sont les régions les plus touchées d'Ile-de- France.
  9. 9. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 9 sur 48 9 - Quelles mesures peuvent-être prises pour réduire cette pollution ? « Des mesures locales ne sauraient répondre seules au problème de la pollution à l'ozone. Il faudrait au minimum des décisions interrégionales, voire nationales. Les mesures les plus efficaces ne sont pas forcément celles prises dans l'urgence des pics de pollution, mais celles prises au jour le jour » déclare Karine Léger. Le Ministère de l'environnement recommande de différer dans la mesure du possible les déplacements automobiles. Si malgré tout, vous utilisez votre voiture, adoptez une conduite calme, évitez les freinages, ne laissez pas le moteur tourner au ralenti, évitez de faire le plein aux heures chaudes, d'ouvrir les fenêtres dans les tunnels, etc. Mais les habitudes sont parfois difficiles à changer : une fois sur deux, les Européens utilisent leur voiture pour faire moins de 3 kilomètres, une fois sur huit, pour faire moins de 500 mètres… Mais tout n'est pas si noir, puisque les mesures prises depuis 10 ans ont permis de réduire les concentrations de dioxyde d'azote de 20% dans les agglomérations en six ans. 10 - Quelles évolutions réglementaires sont à prévoir ? Dans un communiqué du 4 août, le Ministère de l'environnement précise que « La France va terminer à l'automne, la transposition de la directive européenne du 12 février 2002 sur l'ozone dans l'air ambiant, qui fixe à 240 microgrammes par mètre cube (µg/m3 ) pendant trois heures consécutives ce seuil d'alerte pour l'ozone, au lieu de 360 µg/m3 pendant une heure actuellement. Applicable au 9 septembre 2003, cette directive demande aux Etats membres de prendre des mesures progressives et efficaces au regard de leur coût en cas de risque de dépassement du seuil d'alerte. La France prévoit de généraliser, à partir de 240 µg/m3 , les réductions de vitesse actuellement appliquées volontairement dans quelques agglomérations. Le seuil déclenchant la circulation alternée et la gratuité des transports resterait fixé à 360 µg/m3 ». Cette mesure n'a été prise qu'une fois en 1997 à Paris et en petite Couronne suite à une pollution au dioxyde d'azote avec des résultats quantifiables par Airparif malgré une limitation de la circulation que de 20%. Sa principale limitation réside dans le fait qu'elle ne peut concerner que les centres d'agglomérations dotées de transports publics denses (Paris, Lyon et Marseille principalement). Enfin, la France a adopté en juin 2003 un programme pluriannuel de réduction des émissions polluantes, permettant de réduire de 40% les émissions dans l'air d'oxydes d'azote, de dioxyde de soufre et de composés organiques volatils entre 2000 et 2010. Sa mise en œuvre devrait réduire aussi les niveaux d'ozone du fait de la diminution des émissions de ses précurseurs. Une récente enquête menée par Airparif révélait que 60% des franciliens respiraient un air de qualité médiocre… Quand on sait que la pollution atmosphérique a des répercussions directes sur les hospitalisations et même la mortalité selon l'Observatoire régional de la santé d'Ile-de-France, on réalise que l'enjeu est de taille. Sources Communiqué de la DRIRE Ile-de-France Communiqué du Ministère de l'Environnement du 4 août 2003 Synthèse Airparif "de la fin mai à la mi-juillet : un début d'été marqué par de nombreux épisodes de pollution à l'ozone" Des sites pour aller plus loin La brochure "Pollution atmosphérique, s'en protéger, la prévenir" est disponible sur le site de la DRIRE Ile-de-France
  10. 10. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 10 sur 48 I.3. La pollution envahit nos maisons Acariens, bactéries, allergènes, benzène… L’air que nous respirons 14 heures par jour à notre domicile est un véritable bouillon de culture. Bien que préliminaires, les résultats de la première enquête sur la qualité de l’air intérieur sont assez préoccupants. Comment mettre la pollution à la porte ? Plus redoutable que la pollution atmosphérique extérieure tant décriée, l'ennemi se trouverait dans nos murs. Depuis la crise de l'énergie, les constructeurs ont renforcé l'isolation au détriment de la ventilation. Des matériaux nouveaux sont apparus sur le marché. Deux phénomènes qui participent également à la pollution. Résultat : un intérieur particulièrement pollué. Démasquer l'ennemi La pollution envahit nos maisons. L'observatoire de la qualité de l'air intérieur a été créé le 10 juillet 2001 avec pour mission de « contribuer à l'évaluation et à la gestion des risques sanitaires liés aux polluants présents dans les espaces clos ». Mais avant de parler de ces risques, encore fallait-il les identifier. « Dans un premier temps, notre mission est de déterminer la composition de l'air intérieur, la durée d'exposition et les sources des différents composés inhalés » nous précise Séverine Kirchner, coordinatrice scientifique de l'observatoire et membre du Centre Scientifique et technique du bâtiment (CSTB). Menée dans 90 logements et 9 écoles répartis également en trois localisations régionales (Aix-Marseille, Strasbourg et le Nord-Pas-de-Calais), cette étude pilote a permis de valider les outils et les méthodes de mesure avant de lancer l'enquête à grande échelle conduite en 2002-2003 sur 800 sites. Bien que les participants aient été choisis sur la base du volontariat et ne représentent donc pas un échantillon représentatif de la population française, les résultats préliminaires regroupent près de 2 millions de données. De quoi disposer d'une première estimation... Une pollution bien spécifique Les 90 logements représentent 272 personnes, qui ont été soumis à l'enquête pendant une semaine. Les logements étaient tous des résidences principales dans lesquels les travaux de rénovation étaient plutôt fréquents (60% des logements). Les personnes étaient âgées de 0 à 85 ans dont 40% des ménages avec un fumeur et 55% en possession d'animaux domestiques. Le temps de présence moyen à l'intérieur du logement était de 14 heures (de 11h à 15h selon la région). Les données collectées concernent aussi bien la pollution chimique (monoxyde de carbone, composés organiques volatils, azote), que microbiologique (bactéries, endotoxines, moisissures, allergènes de chats, chiens, acariens) et physique (fibres minérales, etc.).
  11. 11. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 11 sur 48 Les résultats ont de quoi surprendre ! Les pollutions sont majoritairement endogènes (dont la source se trouve à l'intérieur des habitations) notamment en ce qui concerne les substances chimiques volatiles dans les logements. Selon le rapport de Mme Buchmann, Présidente de l'Observatoire, « Il existe une spécificité de la pollution intérieure qui s'exprime en particulier par la présence de substances spécifiques et par des concentrations plus importantes ». Pas moins de trois substances chimiques cancérogènes avérés (benzène) ou probables (trichloroéthylène et tétrachloroéthylène) ont été mesurées avec des concentrations de 50% supérieures à l'extérieur. Toutes les concentrations les plus élevées sont mesurées à l'intérieur. Concernant le benzène, un logement sur deux présente des concentrations supérieures à 2 µg/m3 et 10% présentent des valeurs supérieures à 5µg/m3 . Le dernier avis du Conseil Supérieure d'Hygiène de France recommandait une concentration inférieure à 10 µg/m3 avec à terme une réduction à 2 µg/m3 . « Si cet objectif doit être atteint, il est nécessaire de mieux identifier les sources de benzène (fumée de cigarette, pollution automobile, produits de bricolage et de décoration...) et prendre les mesures adéquates » précise Mme Kirchner. L'asthme à nos portes Présent dans tous les logements, le formaldéhyde est l'objet de toutes les attentions. Odorant et irritant, il est émis par :  Les produits de construction et de décoration (bois agglomérés et contreplaqués, textiles, résines...) ;  L'ameublement ;  La fumée de cigarette ;  Les cosmétiques ;  Les sources de combustion. Classé comme cancérogène probable par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il est considéré comme allergisant et co-facteur de l'asthme. Bien qu'inférieures aux seuils internationaux, les concentrations trouvées à l'intérieur sont 8 à 9 fois supérieures à celles de l'extérieur. Concernant ce polluant, on ne sait que peu de choses sur ses effets à long terme sur la santé. Il ne s'agit pas d'un manque de connaissances propre à la France, la littérature scientifique mondiale tout entière ne semble pas très riche dans ce domaine. « Les seuils de recommandation, lorsqu'ils existent, portent sur 24 heures ou sur une exposition durant une vie entière. Nos valeurs portent sur une semaine... » précise Mme Kirchner. L'absence de recommandations internationales pour certains composés est un facteur important d'incertitude. C'est dire à quel point il est actuellement difficile d'estimer le risque sanitaire lié à cette pollution. Adopter de nouveaux comportements Quelques recommandations peuvent être dès maintenant adressées aux particuliers et aux professionnels. Pour le grand public, un seul mot d'ordre : "Ventilez !". « La crise de l'énergie a changé nos comportements et pas toujours en bien. Nous avons oublié ce que faisaient naturellement nos grands-mères... Vérifiez que les entrée d'air ne sont pas obstruées, ventilez et aérez régulièrement, lorsque vous bricolez, cuisinez ou lorsque vous passez l'aspirateur » précise Mme Kirchner.
  12. 12. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 12 sur 48 Pour les professionnels, il faudra peut-être revoir la réglementation sur la ventilation, notamment les passages entre les garages et les maisons, prévoir des fenêtres dans les salles de bain, ne pas autoriser la construction d'une crèche au-dessus d'une bouche d'aération d'air usé... Avant la mise en œuvre de la vaste enquête sur 800 logements, l'Observatoire pour la qualité de l'air intérieur envisage d'améliorer l'information du grand public et des professionnels sur ce sujet. Des campagnes de sensibilisation devraient prochainement voir le jour. David Bême Des sites et contacts pour aller plus loin Observatoire pour la qualité de l'air intérieur Site consacré à la pollution intérieur et la sensibilisation aux produits chimiques émis par les matériaux de construction : Site SANDRINE, également la prévention des problèmes de santé liés à la pollution intérieure des habitations I.4. Alerte aux pics de pollution ! L'apparition de pics de pollution doit inciter les personnes sensibles à respecter certaines précautions. Mais lorsque le seuil d'alerte est dépassé, c'est toute la population qu'il faut engager à la prudence. L'arrêté inter préfectoral d'avril 1994 a mis en place une procédure d'alerte et d'information du public en cas d'épisode de pollution atmosphérique par trois types de polluants : dioxyde d'azote, ozone et dioxyde de soufre. Trois seuils d'alerte ont été retenus, en fonction des concentrations de ces substances (consulter les seuils des différents polluants) :  Le premier seuil impose l'information des services administratifs et techniques ;  Le deuxième seuil donne lieu à une information de la population, avec des recommandations particulières pour les personnes les plus fragiles ;  Le troisième seuil est un niveau d'alerte, qui conduit à la mise en place de mesures particulières, comme la circulation alternée, et à des messages de prudence pour l'ensemble de la population. Les personnes sensibles doivent éviter les efforts Les personnes âgées, les petits enfants, les insuffisants respiratoires, les sujets souffrant d'asthme, d'allergie ou de toute autre pathologie respiratoire chronique sont les plus sensibles à la pollution atmosphérique. Dès le deuxième seuil (information), il est conseillé à ces personnes d'éviter de réaliser des efforts physiques intenses et prolongés à l'extérieur. En revanche, il n'y a pas lieu de restreindre leurs sorties. Il est donc hors de question d'empêcher les enfants d'aller à la piscine ou de jouer dans le bac à sable. En revanche à partir du troisième seuil (alerte), les activités à l'extérieur doivent être limitées pour les sujets les plus gênés par la pollution. Par ailleurs, pendant ces périodes de pollution, une adaptation des traitements peut être nécessaire, notamment pour les patients asthmatiques ou insuffisants respiratoires, qui sont parfois exposés à une augmentation de leurs symptômes.
  13. 13. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 13 sur 48 Le jogging matinal Si le seuil d'alerte est dépassé, il est recommandé aux sujets sensibles d'éviter de sortir aux heures chaudes. Toute pratique sportive intensive est, par ailleurs, déconseillée, même aux personnes les plus en forme. L'effort s'accompagne en effet d'une augmentation de la fréquence respiratoire et d'une inhalation plus importante de substances polluantes, qui vont pénétrer au plus profond des poumons. Les adeptes du jogging doivent ainsi s'efforcer de courir de bonne heure le matin, les concentrations d'ozone ayant tendance à augmenter au cours de la journée. Les personnes ayant en charge des enfants, dans les colonies de vacances notamment, doivent limiter les activités sportives et jeux de plein air aux seules matinées. N'ouvrez pas les fenêtres Quelques conseils valent aussi pour l'ensemble de la population. Ainsi il est évident qu'associer d'autres toxiques à la pollution atmosphérique ne peut qu'amplifier les conséquences néfastes pour la santé. Cela vaut pour le tabac, bien sûr, mais aussi pour les solvants et autres substances contenues dans de nombreux produits d'entretien ou de bricolage. Par ailleurs il est préférable d'aérer les pièces la nuit ou au petit matin, plutôt que dans la journée, ce qui est logique également pour rafraîchir les habitations. Enfin, en cas d'apparition de symptômes d'irritation (conjonctivite, toux, picotements dans la gorge...) ou d'aggravation d'une affection respiratoire existante, il est recommandé de consulter son médecin traitant. Dr Chantal Guéniot I.5. Les perturbateurs endocriniens : Des substances à risque sur la santé Les perturbateurs endocriniens sont des substances à risque qui représentent une source de pollution chimique identifiée depuis la fin des années 90, agissant sur les systèmes hormonaux des êtres vivants. Les perturbateurs endocriniens sont des substances à risque qui représentent une source de pollution chimique identifiée depuis la fin des années 90, agissant sur les systèmes hormonaux des êtres vivants. Les hormones, sécrétées par les glandes endocriniennes, servent à faire circuler des informations au sein d'un organisme afin de réguler son développement, sa croissance, sa reproduction et son comportement. Les perturbateurs endocriniens agissent sur les glandes endocriniennes en imitant leur "message chimique", en bloquant les récepteurs cellulaires qui reçoivent le "message chimique" ou en perturbant un message hormonal par une action sur les niveaux de concentration d'hormones naturelles. Les perturbateurs endocriniens les plus connus sont présents dans les contraceptifs oraux, les produits ménagers (détergents) et les pesticides (PCB, DDT, etc.) que l'on retrouve dans l'alimentation. La recherche,
  14. 14. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 14 sur 48 encore nouvelle sur le sujet, a clairement montré que les perturbateurs endocriniens produisent des effets à risque sur l'organisme en impactant le système hormonal. Les principaux effets qui ont déjà été identifiés sont : l'altération de la reproduction chez l'homme (baisse de la qualité du sperme), des anomalies de la fonction ovarienne chez la femme, une augmentation des risques du cancer des testicules ou du sein, des troubles de la maturation sexuelle, une perturbation de la croissance et du développement chez l'enfant, une altération du système immunitaire, des troubles du comportement... Les pouvoirs publics commencent à prendre en compte ce risque Face aux risques avérés sur la santé mais encore insuffisamment connus que représentent les perturbateurs endocriniens, l'Union Européenne a établi dans le cadre de la directive REACH (directive sur l'enregistrement, l'évaluation et l'autorisation des produits chimiques), une liste prioritaire de 555 substances artificielles et 9 hormones de synthèses afin de concentrer et de coordonner les efforts de recherche au sein des différents pays de l'Union. En France, un programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens à été lancé en 2005, afin d'identifier les principales questions urgentes et de les résoudre. Le problème posé par les perturbateurs endocriniens est nouveau et peut avoir des conséquences inattendues. Ainsi, des études récentes ont mis en avant des effets des perturbateurs endocriniens : au Canada, on soupçonne des produits comme le mercure, les dioxines ou le PCB d'avoir modifié le "sex ratio" de la population habitant la réserve amérindienne d'Aamjiwnaang. Le ratio de la naissance étant passé d'un garçon pour une fille en 1984 à un garçon pour deux filles en 1999 ! Les effets sur la santé étant encore peu connus, mais bien réels comme peuvent le laisser entrevoir ce type d'études, des ONG comme GREENPEACE alertent l'opinion sur les perturbateurs endocriniens présents dans les produits alimentaires, cosmétiques ou pharmaceutiques. Il est vraisemblable que face à ce nouveau problème de santé publique, les industries pharmaceutiques devront revoir l'utilisation de certaines substances... En attendant, restons vigilant ! Matthieu Mellul, le 6 avril 2009 I.6. Les plastiques sous haute surveillance Les emballages et les produits en plastiques sont présents à chaque instant de notre quotidien. Ils contiennent des substances chimiques qui migrent des plastiques et peuvent être ingérées ou inhalées. Or la toxicité des certaines de ces substances, comme les phtalates ou le bisphénol A, est de plus en étudiée. Les autorités sanitaires contrôlent et réglementent de plus en plus la composition des plastiques. Que trouve-t-on dans le plastique ?
  15. 15. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 15 sur 48 Le plastique est un matériau composé d'une résine appelée polymère, élaborée à partir de pétrole, de charbon ou de gaz naturel, à laquelle sont rajoutés deux types de substances chimiques : des plastifiants, qui permettent de donner au matériau les propriétés recherchées (plus ou moins de souplesse, plus ou moins de transparence etc.) et des additifs, qui sont utilisés à petite dose pour accentuer une caractéristique du matériau (agents antistatiques pour limiter les dépôts de poussière, ignifugeants pour limiter ou empêcher les problèmes de combustion, fongicides et bactéricides pour résister aux attaques de micro-organismes etc.). Certaines substances chimiques présentent un risque pour la santé Il a été largement établi par la communauté scientifique que les substances chimiques contenues dans les emballages plastiques des produits alimentaires migrent vers les aliments et peuvent les contaminer. De même, de nombreuses équipes scientifiques étudient la libération de ces substances dans l'air par les objets en plastiques. Certaines de ces substances présentent un risque pour la santé et sont considérées comme cancérigènes au- delà d'un certain seuil, elles agissent également comme perturbateurs endocriniens qui agissent sur le foie, les reins, la rate ou la formation osseuse, ou comme des reprotoxiques (toxiques pour la reproduction). La controverse autour du Bisphénol A (BPA) La question de la toxicité du bisphénol A contenu dans des bouteilles en plastique ou les biberons a été soulevée par des études canadiennes et américaines (université de Cincinnati). Même si ces études font l'objet d'une controverse, de nombreuses mamans sont désormais très vigilantes au moment d'acheter un biberon en verre ou élaborés à partir de substances naturelles. Une réglementation de plus en plus stricte Devant les premières études qui font peser des soupçons croissants sur la toxicité des matières plastiques, les autorités sanitaires ont mis en place et continuent d'enrichir des réglementations de plus en plus strictes qui délimitent des seuils d'utilisation ou interdisent l'utilisation de certaines substances. Ainsi l'Union Européenne dispose actuellement d'une liste provisoire des « matières plastiques et des articles qui entrent en contact avec des produits alimentaires » interdites. Cette liste sera mise à jour au 1er Janvier 2010, et elle deviendra un liste positive (seules les substances qui y seront inscrites seront autorisées). En attendant, il convient donc de rester vigilent. Les industriels anticipent déjà néanmoins ces risques sanitaires en développant des matières plastiques à base de substances naturelles, les bioplastiques fait à base d'amidon. M.M., le 5 mai 2009 Source : "Evaluation de la toxicité des emballages plastiques destinés au contact avec les aliments à l'aide de migrats d'emballage obtenus à partir de liquides simulateurs", 1997, Université de Dijon. I.7. Les pressings dangereux pour la santé Le décès de Mme José-Anne Bernard consécutif à une intoxication par le perchloroéthylène émanant d'un pressing met en lumière les dangers d’un produit connu pourtant depuis longtemps. Face aux risques encourus par les professionnels et les riverains, différentes associations demandent l’interdiction de ce produit, pour lequel des alternatives existent. Le point avec André Cicolella, porte- parole du Réseau Environnement Santé.
  16. 16. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 16 sur 48 Mi-décembre 2010, les associations Générations Futures, Réseau Environnement Santé (RES) et leurs partenaires WWF France et Health and Environment Alliance s'élevaient contre l'utilisation du perchloroéthylène pour le nettoyage à sec. Cancérigène, toxique pour le système nerveux, le foie, les reins et le système reproducteur, ce produit chimique s’attaque à la santé des travailleurs des pressings mais également à celle des riverains. Des risques connus depuis les années 70 Le perchloroéthylène n’est pas un nouveau composé chimique. En France, il est utilisé par les pressings dans le cadre du nettoyage à sec depuis très longtemps… alors que ces méfaits ne font plus de doutes. « Les dangers liés à l'utilisation du perchloroéthylène ne datent pas d'hier. Les premières publications liées à des intoxications aigues remontent aux années 60-70 » déclare André Cicolella, chercheur français en santé environnementale à l'INERIS, spécialiste de ce dossier. Mais ce n’est qu’en 1995 que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) le classe comme cancérogène probable (Catégorie 2A) pour l'homme et en même temps que l’activité nettoyage à sec était classée comme cancérogène possible (Catégorie 2B). L’Union européenne le juge nocif et cancérogène possible de catégorie 3 (« Substances préoccupantes pour l'homme en raison d'effets cancérogènes possibles pour l'homme, mais pour lesquels les informations disponibles ne permettent pas une évaluation satisfaisante ») et toxique pour l'environnement. Ces risques sont connus et font l’objet d’une attention particulière pour les personnes travaillant dans des pressings, la profession le classant même comme "cancérigène possible", une situation pour le moins étonnante. Au-delà de ces effets cancérigènes, l'Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail - aujourd'hui Anses) lui reconnaît (i) des effets liés à une exposition massive de courte durée qui vont de la mort, à des pertes de conscience en passant par des modifications comportementales, des troubles visuels et de la coordination motrice ainsi que des effets hépatiques ; En outre l’Afsset note (ii) des effets liés à une exposition intermédiaire ou long terme qui impliquent des effets rénaux, hépatiques et neurologiques (des troubles de la mémoire, une augmentation du temps de réaction, une perte de la vision des couleurs…). Des effets sur la reproduction ont été également décrits chez des travailleurs de pressings exposés au tétrachloroéthylène (troubles du cycle menstruel, avortements spontanés, effets sur la fertilité et sur le sperme, malformations congénitales ou diminutions du poids des nouveau-nés…). Mais la reprotoxicité de ce produit est encore en discussion au niveau européen, les études évoquant cet effet restant limitées ou imparfaites. Actuellement, il n’est pas classé pour cet effet. « Sur le modèle de ce qui s'est passé pour l'amiante, les autorités continuent d’attendre la preuve irréfutable et absolue de la dangerosité du produit, une preuve qui n'arrive jamais grâce à la communication de l'industrie chimique qui va sans cesse retarder la prise de
  17. 17. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 17 sur 48 décision, avançant des arguments fallacieux sur les limites des études concluant à la dangerosité du perchloroéthylène »… regrette André Cicolella. Mais récemment, plusieurs études et faits divers ont remis ce dossier sous le feu des projecteurs. Les autorités sanitaires se pressent... doucement En janvier 2008, la réalisation en 2008 par l'INERIS de mesures des niveaux de solvants dans l'air des immeubles abritant des pressings donne des résultats si éloignés des normes qu’une campagne nationale est lancée par l'inspection des installations classées. En décembre 2008, les résultats sont publiés par le cabinet de la secrétaire d'Etat chargée de l'écologie de l'époque, Nathalie Kosciusko-Morizet, aujourd'hui Ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. Bien que la profession ait été avertie en amont des contrôles, « au total, sur 275 installations contrôlées, 86 ne présentaient pas de non conformités significatives ». En d'autres termes, deux pressings sur trois ne respectaient pas les normes ! Un plan d'action élaboré conjointement entre le ministère et les syndicats professionnels est alors avancé. Il prévoit de la formation, de l'information, de la recherche et une « évolution de la réglementation pour encadrer une diminution progressive des rejets et simplifier la réglementation sur certains points ». En décembre 2008, la Direction générale de la santé est saisie suite à des mesures d'urgence mises en œuvre après les plaintes de personnes exposées à des teneurs élevées en tétrachloroéthylène, des logements situés au-dessus de pressing. Le Haut Conseil de la Santé Publique est sollicité. En juin 2009, l'adoption du deuxième Plan national santé environnement (PNSE) prévoit la réduction de 30% des émissions de 6 substances nocives d'ici 2013, dont le perchloroéthylène. Cette même année, une étude américaine réalisée à New York relie la densité de pressings avec le taux de cancers du rein. « Même si cette corrélation n'établit pas une causalité, elle interpelle d’autant plus qu’il s’agit-là de cancers très difficilement pris en charge » souligne André Cicolella. En janvier 2010, l'Afsset rend un avis sur la "proposition de valeurs guides de qualité de l'air intérieur pour le tétrachloroéthylène". Après avoir reconnu que « des concentrations élevées de l'ordre de plusieurs milliers de µg/m3 , ont été mesurées dans des logements situés au-dessus de certains pressings », les experts suggèrent de « de considérer par défaut le tétrachloroéthylène comme une substance potentiellement cancérogène avec un mécanisme d'action sans seuil »... sans pour autant avancer de mesures concrètes. « Ce qui est étonnant est que contrairement à ce qu'a fait l'Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), l’Afsset n’a pas réalisé de calcul de risque sur la base de la fixation d’un ERU (Excès de Risque Unitaire), c’est-à-dire de l’excès attendu de cancers pour les personnes exposées à des concentrations de 2000-2500 µg/m3 de ce produit. Ce calcul réalisé par l’EPA aboutit à un cas de cancer supplémentaire pour 100 personnes exposées à ces concentrations pendant 30 ans. Un résultat beaucoup plus important que le risque acceptable en France qui est généralement de l'ordre d'un cas pour 100 000 personnes ! » s'étonne André Cicolella.
  18. 18. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 18 sur 48 En juin 2010, le Haut Conseil de la Santé Publique rend enfin son avis. Dans ce document mis en ligne début août 2010, il « précise que l'action prioritaire à mettre en œuvre est de faire cesser ou limiter l'exposition en supprimant ou réduisant les transferts de tétrachloroéthylène ou en éradiquant la source », ce qui peut passer par la vérification de la conformité à la législation en vigueur et, dans le cas contraire, à la fermeture temporaire en attendant que le problème soit réglé. Au-delà de ces mesures préventives, le HCSP recommande une information, ainsi qu'un examen et un suivi médical systématiques pour toutes les personnes exposées. Selon ces experts, une campagne nationale de mesure des concentrations de tétrachloroéthylène dans les pressings et dans tous les logements et locaux ouverts au public se trouvant au-dessus ou à proximité immédiate de ces installations devrait être initiée. Dernière recommandation du HCSP : aucun nouveau pressing ne doit être installé au voisinage immédiat de logements, sauf à recourir à des techniques et dispositifs garantissant contre toute contamination des locaux. Mais cet avis n’a pas force de loi… Un danger pour les riverains Le 25 décembre 2009, la mort à Nice de Mme José-Anne Bernard (72 ans) est dans un premier temps attribué à une crise cardiaque. Mais une autopsie révèle un taux très élevé de perchloroéthylène dans son sang, ses urines et tous ses organes. Mme Bernard habitait juste au-dessus d'un pressing et s'était plainte, de même que nombre d'autres copropriétaires, de très fortes émanations de perchloroéthylène. Une information judiciaire pour homicide involontaire vient d'être ouverte par le parquet de Nice. « Cet incident n'est pas isolé et plusieurs cas d'intoxication aiguë ont été rapportés. Ils démontrent que les méfaits de ce produit ne se cantonnent pas aux salariés des pressings mais touchent bien les riverains. Mais au-delà de ces intoxications aiguës, combien de cas d'intoxication chronique passent inaperçus alors qu’ils sont à l’origine de cancers foudroyants » s'indigne André Cicolella. « Nos organisations pensent que l'utilisation d'un produit dont la dangerosité est connue officiellement depuis longtemps est inacceptable alors même que des alternatives existent » déclarent François Veillerette, porte-parole de Générations Futures, et André Cicolella, porte-parole du RES. Ils rajoutent : « Nous demandons que les autorités responsables interdisent dans les meilleurs délais l'utilisation du perchloroéthylène dans les pressings ». La décision américaine d’interdire toute utilisation de ce produit dans les nouveaux pressings et le changement de toutes les installations en utilisant d'ici 2020 apparaît là-encore raisonnable, même si ce délai apparaît un peu trop long pour André Cicolella. Des alternatives au perchloroéthylène existent parmi lesquelles trois principales : le nettoyage au dioxyde de carbone liquide, le nettoyage aqueux, le nettoyage au siloxane D5 (un composé chimique à base de silicium qui peut induire un impact sur l'environnement). Mais toutes ces techniques nécessitent des machines spécifiques...
  19. 19. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 19 sur 48 Un frein à la généralisation de ces alternatives mais certainement pas un obstacle insurmontable. Ces techniques sont déjà mises en œuvre chez nos voisins européens (Italie, Allemagne), au Canada et aux Etats- Unis. David Bême, le 3 janvier 2011 Sources Fiche toxicologique n°29 consacrée au Tétrachloroéthylène - INRS – édition 2004- (accessible en ligne) Activité de nettoyage à sec - Brochure de l'INRS - Aide mémoire technique accessible en ligne AVIS de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail - Relatif à la proposition de valeurs guides de qualité d'air intérieur pour le tétrachloroéthylène (perchloroéthylène) – janvier 2010 (accessible en ligne) Evaluation des risques sanitaires associés aux émissions de tétrachloroéthylène par trois installations françaises de nettoyage à sec – 10 janvier 2010 - (accessible en ligne) Bilan de l’opération nationale de contrôle des pressings menée par l'inspection des installations classées – 9 décembre 2008 - (accessible en ligne) Risques chroniques et Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) – 4 octobre 2010 - (accessible en ligne) Association between Residential Proximity to PERC Dry Cleaning stablishments and Kidney Cancer in New York City (accessible en ligne) Avis du Haut Conseil de la Santé Publique relatif aux mesures de gestion à mettre en œuvre en cas de teneurs en tétrachloroéthylène dans l'air intérieur des logements – 16 juin 2010 - (avis accessible en ligne) Communiqué de Réseau Environnement et santé du 15 décembre 2010 Note sur les produits de substitution du perchloroéthylène dans les installations de nettoyage à sec - Analyse de la réglementation et des pratiques à l’étranger - RAapport d'étude 28/02/2005 – Ineris (accessible en ligne) Des sites pour aller plus loin Plus généralement, les associations Générations Futures, Réseau Environnement et santé (RES) militent pour la disparition dans notre environnement des substances cancérigènes et agissant comme des perturbateurs endocriniens. II. Les gestes pour préserver l’air Afin de mieux préserver sa santé, il est essentiel de protéger la qualité de l’air que l’o respire. Mais comment faire en pratique ? Quelle ventilation choisir ? Peut-on utiliser des plantes ou des dispositifs pour dépolluer son intérieur ? Toutes les réponses aux questions pour respirer en paix ! Lutter contre la pollution dans la maison Contrairement à ce que l’on croit, la maison n’est pas un endroit protégé de la pollution. Au contraire, c’est parfois le lieu de concentration des polluants ! Comment préserver l’air que vous respirez à la maison ? Tous nos conseils. II.1. La pollution de la maison L'air à l'intérieur de nos maisons serait plus pollué qu'à l'extérieur. C'est le constat inquiétant qui ressort de plusieurs études publiées récemment sur le sujet. Principaux accusés, les composés chimiques présents dans de nombreux produits. Avec des conséquences sur la santé qui restent encore à préciser, mais pourraient s'avérer importantes... Que ce soit à la maison ou au travail, nous passons plus des trois-quarts de notre temps dans des espaces fermés. Or différentes études, notamment celles de l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur, ont montré
  20. 20. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 20 sur 48 que ces environnements recelaient davantage de polluants que les milieux extérieurs. Cette pollution possède diverses origines :  Les éléments en provenance de l'extérieur, dont principalement le monoxyde de carbone (CO2), des oxydes d'azote, le radon (un gaz radioactif cancérigène émis par le sol dans certaines régions) ainsi que différentes particules et composés organiques volatils (COV) ;  Les produits de construction, d'entretien et de décoration, qui apportent la plupart des COV présents dans l'air intérieur ;  Les appareils de chauffage qui génèrent assez de CO2, oxydes d'azote, particules et COV ;  Les activités humaines telles que la cuisine, l'entretien, la bureautique, le tabagisme... Les COV, principaux accusés Ils sont présents tout autour de nous sans que nous en soyons toujours conscients. Eux, ce sont les composés organiques volatils, un terme générique pour désigner diverses substances nocives présentes notamment dans les matériaux de construction, d'aménagement et de décoration : mousses isolantes, peintures, moquettes, panneaux d'aggloméré, etc. On en trouve également dans des produits de nettoyage type détergents ou détachants, ou encore certains aérosols. Les transports et l'industrie génèrent également des COV, qui pénètrent dans les maisons depuis l'extérieur. Sans oublier les matériels de chauffage employant des hydrocarbures (charbon ou pétrole). Leurs effets sur la santé ne sont pas tous connus. Selon le degré d'exposition, ils peuvent provoquer une gêne respiratoire, ainsi que des allergies cutanées. Plus grave, certains composants tels le benzène possèdent des effets cancérigènes. Or, si leur faible concentration dans les produits d'usage courant semble interdire ce risque, on ignore encore quelles conséquences peut avoir la combinaison de plusieurs d'entre eux, même à des doses réduites. Néanmoins, de plus en plus de spécialistes estiment qu'ils jouent un rôle important dans l'augmentation des cancers, de l'asthme et de l'allergie depuis une vingtaine d'années, notamment chez les enfants. Certaines activités domestiques, de la cuisson du repas à l'allumage d'une bougie, sont aussi soupçonnées d'avoir des retombées négatives. Le ministère de l'écologie soutient divers projets de recherches qui devraient permettre d'en savoir bientôt plus sur la question. Les ondes électromagnétiques transmises par les téléphones portables pourraient également constituer un facteur de nuisance supplémentaire. Comment faire face ? La première précaution consiste à aérer sa maison dans les règles de l'art. En effet, l'augmentation de la pollution intérieure serait en partie la conséquence indirecte d'une meilleure isolation des habitations depuis les années 70, afin de réduire leur consommation d'énergie. La révision du mode de chauffage, et la mise en place d'un système de ventilation approprié (VCM, puits canadien...) contribueront aussi à améliorer l'air ambiant.
  21. 21. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 21 sur 48 Le recours à des produits non toxiques est également recommandé. Des matériaux de construction ou de rénovation aux produits de nettoyage, l'offre dans ce domaine s'est largement développée depuis quelques années. Enfin, il est souhaitable dans la mesure du possible de limiter l'emploi des substances concernées. Et se rappeler que pour un intérieur moins pollué, les précautions à prendre commencent à l'extérieur : utiliser sa voiture moins souvent ou renoncer au tabac, par exemple. Bertrand Rastoin II.2. Se protéger de la pollution en pratique Elle est partout et elle est dangereuse. La pollution engendrée par les émissions de gaz toxiques des voitures et des industries provoquent une atmosphère irrespirable. Dans la maison, les produits toxiques contenus dans les meubles, la peinture, la moquette ou émis par la chaudière rendent l'air intérieur tout aussi dangereux. Comment se protéger de la pollution en quelques actions. Dioxyde de soufre, dioxyde d'azote, ozone ou monoxyde de carbone : ces nombreux polluants naissent de l'utilisation de combustibles comme le pétrole, le charbon ou le fioul. Fragilisant les fonctions respiratoires, provoquant des crises d'asthme, des allergies et des risques cardio-vasculaires. Il est possible de prévenir des méfaits des polluants, même si la chose est difficile. Car, avant de se protéger, le plus important reste d'adopter un comportement responsable et protecteur de l'environnement. Comment se protéger ? S'informer : la télévision diffuse quotidiennement des bulletins sur la qualité de l'air. Ecouter les prévisions permet donc d'adapter ses activités à la pollution. Les jours de pic, il vaut mieux donc veiller à réduire l'exposition aux gaz polluants et rester chez soi. Rester hydraté : la chaleur et un taux élevé d'humidité vont de pair avec une forte pollution. Il faut donc rester à l'ombre, au frais, et boire quantité d'eau, qui élimine les toxines. Protéger les personnes vulnérables : il est important de s'informer sur la qualité de l'air non seulement pour soi mais surtout pour les personnes qui ont des problèmes de santé. Les personnes âgées sont fragilisées par la pollution, les enfants peuvent développer des allergies, les personnes asthmatiques peuvent étouffer et celles qui souffrent de troubles cardiaques ont trois fois plus de risques d'avoir une crise. Le sport en milieu pollué est très dangereux, car nos poumons sont plus sollicités. Eviter donc de courir près d'une route pour aller dans un parc, éviter de faire du vélo au milieu des embouteillages sont des gestes indispensables. La meilleure option reste de faire du sport en intérieur.
  22. 22. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 22 sur 48 Renforcer les protections du corps : cela reste le meilleur moyen de se protéger de la pollution. Le système immunitaire est plus fort lorsque notre mode de vie est sain, notre sommeil suffisant couplé à une bonne alimentation et une pratique régulière d'un sport. Il est important de ne pas faire d'excès de matières grasses, sucre et alcool. La protection physique passe également par la consommation des antioxydants. Ils sont particulièrement présents dans les petits fruits (mûres, canneberges, framboises et prunes) et certains légumes (artichauts, asperges, brocolis, poivron jaune). Les végétaux les plus colorés sont également conseillés. L'orange, le rouge, le jaune, le violet ou le bleu a aussi l'avantage d'égayer notre assiette. Enfin, la vitamine C est efficace lors des pics de pollution. Les plantes peuvent réduire la pollution intérieure. Nous passons plus de vingt heures par jour entre quatre murs. A l'intérieur, la pollution est tout aussi néfaste que celle qui nous menace à l'extérieur. Les matériaux de construction, la décoration peuvent être dangereux pour le système respiratoire. Les colles à moquette, les parfums d'intérieur, la peinture ou le papier peint créent des composés organiques volatiles dont les effets sont malheureusement très mal connus. Les plantes, en absorbant ces émanations toxiques et en les acheminant dans leurs racines, permettent aux micro-organismes de la terre de les détruire. Certaines d'entre elles sont très efficaces. L'azalée extermine l'ammoniac présent dans les produits nettoyants, le chrysanthème absorbe le trichloréthylène présent dans la peinture. Le ficus est parfait contre le formaldéhyde, présent dans de nombreux emballages, essuie-tout, la mousse d'isolation ou la moquette. Le lierre, enfin, est la meilleure plante pour éliminer le benzène des détergents. En cas de forte chaleur et de pic de pollution, il est essentiel de fermer portes, volets et fenêtres. Installer des draps devant les fenêtres qu'on asperge d'eau permet d'humidifier et rafraîchir l'intérieur. Les gouttes d'eau ont aussi la vertu de fixer les particules polluantes, rendant l'air plus sain. Pour assainir l'air, une recette de grand-mère existe : dans une casserole d'eau, mettre des feuilles aromatiques, un demi-citron et des feuilles de menthe. Chauffer à feu doux et laisser la vapeur envahir l'intérieur permet d'humidifier l'atmosphère et de l'assainir. Respirer un air pur ne devrait pas être un luxe, mais un droit vital. Les émissions de polluants ne font que se multiplier et un comportement responsable doit être adopté pour ne plus avoir besoin de se protéger. Si nous sommes les victimes de la pollution, nous en sommes aussi les principaux émetteurs. Préserver l’air intérieur Pour préserver la qualité de l’air dans votre foyer, il existe des solutions techniques ou naturelles. Quelle ventilation choisir ? Peut-on utiliser des plantes pour chasser les composés nocifs ? Quel système de chauffage permet de préserver l’environnement ? Découvrez les alliés de vos poumons. II.3. Ventilation : comment mieux respirer chez soi ? Favoriser la circulation de l’air au sein de la maison est essentiel pour la santé de ses occupants. Mais les progrès en matière d’isolation nécessitent de mettre en place un système adapté : ventilation mécanique contrôlée (VMC), puits canadien… sans oublier les bons gestes pour assurer une aération efficace, et les murs qui ont aussi leur rôle à jouer !
  23. 23. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 23 sur 48 L'aération est une obligation légale, fixée par deux arrêtés de 1982 et 1983. Elle concerne donc tous les types de logements construits après 1982. La circulation d'air doit être « générale et permanente », depuis les pièces d'habitation et vers les pièces de service (cuisine, salle de bain, etc.). Ces dispositions sont une conséquence des progrès réalisés en matière d'isolation. En effet, les règlementations thermiques successives (la première en 1974, la plus récente datant de 2005) ont certes contribué à limiter les pertes de chaleur des logements, mais aussi à davantage « confiner » ces derniers. Or il a été démontré que l'atmosphère des habitations est bien plus polluée que celle que nous respirons à l'extérieur. D'où l'importance d'aérer sa maison dans les règles de l'art, voire d'installer un système garantissant de bénéficier d'un air sain, renouvelé régulièrement... Les bons gestes pour un air plus sain Pollution chimique, CO2, poussières... Pour la santé de ses occupants, votre maison doit respirer. L'air y est ainsi renouvelé, évacuant les divers types de polluants domestiques et l'excès d'humidité, tout en fournissant aux appareils à combustion l'oxygène dont ils ont besoin. En l'absence de ventilation mécanique contrôlée (VMC), cela suppose de respecter quelques règles simples. En ouvrant les fenêtres, bien sûr - mais pas n'importe comment. Procédez pièce par pièce, à raison de 10 minutes par pièce environ, et en commençant par éteindre le chauffage. Faites-le notamment après avoir passé l'aspirateur, ou pour évacuer l'humidité produite par un bain, une douche, la préparation du repas... Lorsqu'il ne fait pas trop froid, pensez aussi à entrebâiller les fenêtres durant la nuit. Si vous disposez de grilles d'aération, n'oubliez pas de nettoyer régulièrement celles-ci et de les laisser libre d'accès : pas de meuble risquant d'entraver la circulation de l'air ! La VMC, plus ou moins efficace Conséquence des progrès en matière d'isolation, de plus en plus de logements sont équipés d'un système de ventilation mécanique contrôlée. Celle-ci fonctionne de la manière suivante : un ventilateur motorisé, aussi appelé « groupe d'extraction », contrôle la circulation de l'air depuis les entrées (dans les pièces à vivre) jusqu'aux bouches d'extraction (dans les pièces de service type cuisine, salle de bain, etc.). Il existe différents modèles de VMC :  A simple flux (environ 400 € dans le neuf, 800 € en rénovation), Hygroréglables, régulant automatiquement la ventilation en fonction du degré d'humidité (700 à 1500 €) ;  Double flux à récupération de chaleur (2000 à 4000 €). Ceux-ci sont les plus efficaces et permettent de récupérer 70% de la chaleur du logement ;  L'inconvénient des VMC est leur consommation d'électricité, du fait du refroidissement des pièces : une VMC simple flux peut augmenter les besoins de chauffage de plus d'un tiers ! C'est pourquoi, à terme, les modèles à double flux devraient s'imposer.
  24. 24. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 24 sur 48 Pour une ventilation écologique Afin d'améliorer les performances de la ventilation, il est également possible d'installer chez soi un puits canadien, ou puits provençal. Celui-ci peut venir compléter la VMC double flux, mais aussi fonctionner de façon autonome. Il s'agit d'un conduit souterrain (profondeur minimum : 1,5 m) d'une longueur de 20 m ou plus et aboutissant à une prise d'air extérieure. L'air est ainsi tempéré en toute saison (plus chaud en hiver, plus frais en été) tout en améliorant sa circulation. Le tout pour un coût modéré, à partir de 500 € environ. Enfin, les murs peuvent eux aussi contribuer à une meilleure aération, à condition de choisir le matériau adéquat : le bois, ou les briques en terre cuite par exemple, favorisent une bonne ventilation et l'équilibre hygrométrique au sein de la maison. Bertrand Mauvy II.4. Combattre la pollution par les plantes L'air de nos habitations est encore plus pollué que celui que nous respirons à l'extérieur. Or les plantes possèdent des capacités dépolluantes qui ont été mises en évidence depuis quelques années. Pour purifier l'air de votre maison, vous allez donc pouvoir vous transformer en jardinier d'intérieur... en prenant soin de sélectionner les variétés les mieux adaptées à vos besoins. Lorsqu'on parle pollution de l'air, on pense plus souvent aux dangers du CO2 présent dans l'atmosphère. Pourtant, des études récentes ont montré que l'air de nos maisons comportait des polluants à des taux encore supérieurs. Ceux-ci sont principalement d'origine chimique (composés organiques volatils présents dans les peintures, moquettes...) et biologiques (acariens, bactéries...).Or nous passons en moyenne 80% de notre temps en milieu clos ou semi-clos. Un chiffre qui s'élève encore pour de nombreuses populations : enfants en bas âge, personnes âgées... Une aération régulière du logement constitue bien sûr le premier antidote à cet état de fait. Mais d'autres astuces peuvent aussi contribuer à purifier l'air intérieur. L'installation de plantes adaptées constitue l'une de celles-ci. Les propriétés dépolluantes des plantes ont été mises en évidence il y a une vingtaine d'années par un chercheur de la NASA, le docteur William Wolverton. Depuis, de nombreux travaux ont permis de valider cette hypothèse et d'en affiner la portée. En France, deux laboratoires travaillent spécifiquement sur le sujet : le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) de Nantes et la faculté de pharmacie de Lille, soutenus par leurs régions respectives (Pays de la Loire et Nord Pas-de-Calais).
  25. 25. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 25 sur 48 Utiles et décoratives Le mécanisme général est le suivant : les plantes absorbent l'air intérieur, et les micro-organismes présents dans les racines en convertissent les composants en produits organiques qui servent à nourrir celles-ci. Puis l'air absorbé est rejeté principalement sous forme d'oxygène, tandis que les composés nocifs ont été en grande partie assimilés. Parallèlement, les plantes « transpirent », produisant une vapeur d'eau qui permet aussi d'améliorer l'hygrométrie du logement (son degré d'humidité). La présence de plantes est donc hautement souhaitable à la maison. De plus, c'est l'occasion d'apporter une touche « nature » à votre décoration. Plus les plantes seront importantes, plus elles joueront un rôle efficace. Les chercheurs ont même calculé que la surface idéale par plante serait de 10 m2 environ. Dans un cent mètres carré, une dizaine de plantes vous permettront donc d'améliorer au maximum la qualité de l'air. A noter, il est parfois déconseillé d'installer des plantes dans les chambres, les végétaux rejetant davantage de CO2 durant la nuit. Cette observation est toutefois à relativiser, puisque les plantes contribuent tout de même à purifier l'air durant la journée, et leurs rejets de CO2 ne sont pas suffisants pour annuler leurs effets positifs. Du philodendron aux fougères Si toutes les plantes contribuent à dépolluer l'air ambiant, certaines possèdent des propriétés qui les rendent plus aptes à « traiter » certains polluants plutôt que d'autres. Ainsi l'aloe vera et le philodendron absorbent entre 80 et 90% du formaldéhyde présent dans les peintures à l'eau, les laines de verre ou de roche pour l'isolation, les colles à moquette ou encore les panneaux de contreplaqué. Les azalées sont à utiliser contre les effets de l'ammoniac des produits de nettoyage pour le sol. Le lierre, quant à lui, sera particulièrement efficace contre le benzène présent dans les peintures à l'huile, les détergents et les matières plastiques. Il existe de nombreuses autres variétés de plantes possédant des propriétés analogues : les fougères, le clorophytum ou plante araignée, le ficus benjamina, la sansevière ou langue de belle-mère... Enfin, concernant l'entretien, il suffit de s'assurer que le terreau reste constamment humide, mais pas trop : la plante doit pouvoir absorber l'eau qu'on lui verse. On peut aussi enlever la poussière sur les feuilles au moyen d'une éponge légèrement mouillée. La plupart de ces plantes préfèrent la pénombre et s'accommoderont donc d'un ensoleillement modéré voire indirect. Bertrand Mauvy II.5. Le principe du puits canadien Le puits canadien, ou puits provençal, est une technique ancienne qui revient au goût du jour avec les objectifs de réduction de la consommation d'énergie. Il s'agit d'un conduit souterrain permettant de tempérer l'air de la maison en utilisant l'inertie thermique du sol. Un bon moyen d'économiser sur sa facture de chauffage tout en bénéficiant d'un air plus sain... L'amplitude thermique à l'air libre, relativement marquée en France, diminue lorsqu'on s'enfonce dans le sol. Sans tenir compte de la différence pouvant exister d'une région à l'autre, celle-ci peut varier en moyenne de - 20 à 35 degrés Celsius durant la journée. A 2 m de profondeur, en revanche, elle se stabilise autour de 10° C. environ.
  26. 26. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 26 sur 48 L'air qui circule sous terre va bénéficier de cet effet modérateur de façon étonnante. Même au plus froid de l'hiver, sa température remontera naturellement aux alentours de 3-4 degrés. Du coup, la consommation de chauffage diminuera d'autant ! A l'inverse, en été, la température de l'air, plus chaud à l'extérieur, diminuera lors de son passage sous terre. La maison bénéficiera ainsi d'une plus grande fraîcheur. C'est l'une des applications des bienfaits de la géothermie... Puits canadien : le principe Le principe du puits canadien est connu depuis longtemps puisque les Romains l'utilisaient déjà. Il consiste à installer un conduit sur vingt à quarante mètres à une profondeur d'1,5 m minimum. Une longueur plus élevée permettra un réchauffement (ou un rafraîchissement) plus important. Si l'on ne dispose pas de la distance suffisante, on peut installer plusieurs tuyaux. Le diamètre du tuyau ne doit pas être trop important, afin d'éviter les déperditions de chaleur : 20 cm environ. Il est recommandé de procéder à une étude de la circulation de l'air à l'intérieur de l'habitation comprenant :  Son circuit de renouvellement (par quelles pièces passe-t-il) ;  L'hygrométrie générale de l'habitation ;  L'état du sol... Dans le cas d'une construction, ces mesures resteront pour beaucoup des indications. Elles seront plus précises lors d'une rénovation. Les relevés doivent être estimés ou déterminés pièce par pièce : séjour, chambres, cuisine, salle de bain, etc. l'arrivée d'air sera protégée des impuretés par un filtre, intégré à la VMC (ventilation mécanique contrôlée) en présence de celle-ci. Le matériau constituant les tuyaux doit également être pris en compte. A l'intérieur de ceux-ci, on évitera le PVC, dont les émanations sont toxiques. Le conduit sera en pente légère de 2% afin d'éviter les phénomènes de condensation générateurs de bactéries. Il faudra prévoir aussi récupérateur de condensats et ventilateur. L'intérêt financier L'installation d'un puits canadien peut ne pas coûter cher... et rapporter gros ! A condition, toutefois, de la prévoir dès la construction de la maison. L'emploi de matériaux perspirants (briques en terre cuite, torchis, bois...), ainsi éventuellement qu'une VMC à double flux compléteront idéalement cette installation. Le coût d'un puits canadien varie selon le degré de sophistication de l'installation, qui en sera d'autant plus efficace : qualité des matériaux et des éléments, durabilité, longueur des tuyaux... Un système simple, mis en œuvre sans main-d'œuvre, peut revenir à 500 euros tout compris. Une installation plus complexe, mise en place par l'artisan lui-même, revient à 3000 € en moyenne. En y adjoignant une VMC double flux, il faut prévoir 2000 euros supplémentaires.
  27. 27. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 27 sur 48 Une bonne installation sera de toute façon vite amortie, puisqu'elle peut permettre de diminuer jusqu'à 50% la dépense énergétique globale d'un foyer. De plus, elle augmente la valeur de votre bien et anticipe sur les règlementations thermiques à venir. A ne pas oublier La présence éventuelle de radon dans le sol doit être impérativement vérifiée. Il s'agit d'un gaz radioactif présent à l'état naturel et dont l'inhalation peut être source de cancers. Une carte des zones concernées en France a été établie, listant 31 départements particulièrement touchés. Dans ce cas, le matériau devra être adapté (pas de terre cuite) et l'étanchéité renforcée. Par ailleurs, les coudes devront être en nombre le moins élevé possible, car ils causent à chaque fois une déperdition d'air. Enfin, les coûts de percement des tranchées pourront être réduits en utilisant celles déjà creusées pour l'adduction d'eau, de gaz, électricité, etc. (en passant sous celles-ci). Bernard Mauvy III. Les effets de la pollution sur la santé Ozone, dioxyde d’azote, de soufre, micro-particules... La pollution atmosphérique est une réalité dans de nombreuses villes. Quels sont les effets des polluants sur la santé ? Les enfants sont-ils plus exposés ? Toutes les réponses à vos questions. La pollution, une menace pour la santé Les alertes aux pics de pollution sont de plus en plus fréquentes. Les menaces que font peser les polluants sur la santé sont réelles. En effet, ils ont un effet direct sur les poumons en particulier et l’organisme en général. Découvrez les dégâts visibles des particules invisibles. III.1. Les phtalates et parabens bientôt interdits ? Gants en plastique, matériel médical, emballages alimentaires, rideaux de douche, ballons, pochettes plastiques… Les phtalates sont partout. Utilisés pour assouplir et rendre flexible le PVC, ces substances sont suspectées d’être des perturbateurs endocriniens, tout comme les parabènes et les alkylphénols. Alors que des études des autorités sanitaires sont en cours, l’Assemblée nationale vient d’adopter en première lecture une proposition de loi visant à interdire ces trois groupes de substances. Que penser de cette initiative ?
  28. 28. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 28 sur 48 Régulièrement pointés du doigt par nombre d’experts ou d’associations, phtalates, parabènes et alkylphénols pourraient bientôt définitivement disparaître. Si les écologistes crient victoire, cette perspective n’est pas du goût de tout le monde… Les fabricants de plastique ont rapidement appelé à l’abandon de cette proposition de loi portée par le député Nouveau-centre Yvan Lachaud (Gard). Elle contient un article unique : "La fabrication, l’importation, la vente ou l’offre de produits contenant des phtalates, des parabènes ou des alkylphénols sont interdites". Une petite bombe que le député justifie simplement : « certaines de ces substances suscitent aujourd’hui des interrogations quant à leurs effets sur notre organisme, notamment comme perturbateurs du système endocrinien ». Les phtalates, c’est quoi ? En matière de protection des consommateurs, les députés ont-ils encore grillé la politesse au gouvernement ? Après l’interdiction du bisphénol A initié par le Sénat contre l’avis du ministère de la Santé, les députés s’attaquent cette fois à trois grands groupes accusés d’être d’importants perturbateurs endocriniens supposés : les phtalates, les parabens et les alkylphénols. Ce sont indiscutablement les phtalates qui focalisent l’attention du public. A juste titre, car ils ont la propriété de rendre souple le polychlorure de vinyle (PVC) auquel ils confèrent toute sa flexibilité. Résultat : Ils se retrouvent partout dans notre environnement (gants et bottes en plastique, matériel médical, rideaux de douche, ballons, nappes, jouets, boîtes de conserve, etc.) et nous y sommes donc régulièrement exposé. Et les parabens alors ? Ces derniers temps, la mention "sans parabens" fleurit sur les emballages des cosmétiques. Ces conservateurs aux propriétés antibactériennes et antifungiques, que l’on retrouve également dans les produits pharmaceutiques, les boissons et les yaourts aromatisés, ont été accusés de favoriser le risque de cancer du sein. Même si aucune étude n’a pu le prouver avec certitude, les fabricants rassurent les consommatrices en certifiant leurs produits sans parabens. Quant aux alkylphénols, ce sont des agents actifs que l’on retrouve dans les produits ménagers, industriels ou médicaux tels que détergents et désinfectants. Les phtalates n’étant pas réellement maintenus dans la matrice en plastique, ils ont tendance à s’en libérer et se volatiliser sous forme de gaz. Bien que biodégradables, ils peuvent persister dans les milieux aquatiques (étant très peu solubles dans l’eau) et notamment dans les sédiments, avec des conséquences importantes sur les écosystèmes. Bien qu’étant loin d’être les seules substances nuisibles dans l’eau (on y trouve également des métaux lourds, des pesticides, des dioxines, du PCB…), les poissons se retrouvent contaminés par ces polluants. Même s’ils sont bons pour la santé, l’Anses recommande ainsi de n’en consommer que 2fois par semaine. Les phtalates sont-ils dangereux pour la santé ? On retrouve également les phtalates dans les aliments car ils migrent depuis les emballages. Selon l’INRS, l’ingestion via la contamination alimentaire est estimée à 0,25 mg/jour (l’exposition par voie cutanée et par inhalation ne sont notables que lors de manipulations d’articles à forte concentration en phtalates, notamment chez les travailleurs de certains secteurs industriels). Pour autant, il ne s’agit pas de mettre tous les phtalates dans le même panier car « tous n’ont pas la même toxicité » précise le Dr Dominique Lafon, médecin toxicologue et responsable de la thématique "Reproduction et travail" à l’Institut national de recherche et de sécurité.
  29. 29. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 29 sur 48 Même si tous n’ont pas été étudiés, certains sont clairement identifiés. Six d’entre eux (DEHP, DBP, BBP, DIDP, DINP et DIPP2) ont démontré des effets sur l’animal : « Leur administration répétée chez le rongeur a permis d’identifier un effet sur le foie, les reins et le système reproducteur mâle, les effets variant d’un phtalate à l’autre ». Si une action cancérogène a été démontrée chez le rongeur (apparition de tumeurs hépatiques), le Centre International de recherche sur le cancer (CIRC) estime que cet effet n’était pas transposable chez l’homme. « En ce qui concerne l’effet de perturbateur endocrinien, il a été montré chez un modèle murin qu’en cas d’exposition pendant la grossesse, le foetus pouvait présenter des malformations et des dysfonctionnements de l’appareil reproducteur mâle, souligne le médecin toxicologue. Chez l’homme, ces effets sont moins nets et sujets à discussion, mais il est vrai que si risque il y a, il concerne avant tout les foetus et les très jeunes nourrissons ». Toutes les substances induisant des mécanismes hormonaux sont difficiles à étudier chez l’homme. Comment évaluer l’exposition, l’isoler des autres substances chimiques de l’environnement et lier l’exposition à l’apparition de symptômes ? Les obstacles sont nombreux et pour le moment, seuls les modèles animaux permettent de déterminer des risques. Même si dans le cas des phtalates et du distilbène par exemple, ce sont des mécanismes hormonaux qui sont en jeu, il est impossible de les comparer. En effet, il a été possible de mettre directement en cause le distilbène chez les filles de femmes en ayant pris, car ce médicament cause un type de cancer très rare, comme dans le cas de l’amiante. Or, ça n’est pas le cas pour les phtalates dont les effets sont plus difficilement mesurables, nuance Dominique Lafon. Interdire tous les phtalates est-il justifié ? Bien évidemment, la proposition de loi n’a pas manqué de faire réagir les industriels de la filière plastique. « En voulant se substituer au cadre européen existant et pertinent sur ces sujets complexes, la proposition de loi adoptée soulève plus de difficultés qu’elle n’apporte de solution : elle est injustifiée scientifiquement, inapplicable en pratique et inappropriée juridiquement » jugent-ils dans un communiqué. Il est certain qu’en l’état, une telle interdiction poserait des problèmes majeurs d’un point de vue économique, notamment pour arriver à trouver des produits de substitution. Aujourd’hui, des pistes sont étudiées comme des plastifiants d’autres familles chimiques par exemple, mais encore faut-il s’assurer de l’innocuité de ces nouveaux produits… D’un point de vue juridique, des dispositions ont d’ores et déjà été prise au niveau européen. Selon la directive 2005/84/CE, certains phtalates (DEHP, DBP et BBP) sont interdits pour la fabrication des jouets et des articles de puériculture destinés aux enfants. Un deuxième groupe de phtalates potentiellement dangereux pour la santé, (DINP, DIDP et DNOP) a été identifié. Mais en « l’absence d’informations scientifiques suffisantes, l’interdiction de ces substances est limitée aux jouets et articles de puériculture pouvant être mis en bouche par les enfants » précise la législation européenne. Ainsi et en l’absence de dangers avérés ou suspectés, la substance n’est pas retirée du marché. En France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) planche actuellement sur la caractérisation des dangers liés à des perturbateurs endocriniens de divers groupes de substances (phtalates, perfluorés, parabènes, etc.). Les résultats sont attendus pour 2012, ce qui fait dire au Ministre de la santé Xavier Bertrand que cette loi est "prématurée".
  30. 30. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 30 sur 48 Concrètement, cette proposition de loi devra encore passer en examen au Sénat avant d’être adoptée. Néanmoins, « avec ce vote, les parlementaires entrent dans la modernité des enjeux de santé publique qu’incarne la question des perturbateurs endocriniens. Nous attendons du gouvernement et des autorités sanitaires qu’ils osent à leur tour franchir cette ligne de rupture » se félicite André Cicolella. Yamina Saïdj, le 5 mai 2011 Sources Avis relatif aux bénéfices/risques liés à la consommation de poissons, Anses, 14 juin 2010. Etude des consommations alimentaires des produits de la mer, et imprégnation aux éléments traces, polluants, et Oméga 3, Afssa/Inra/Ministère de l'Agriculture et de la pêche. (Rapport de l'étude Calypso accessible en ligne) Le point des connaissances sur les phtalates, INRS, 2004. "Vote de l’interdiction des phtalates par les députés : la filière plastique s’alarme d’une interdiction générale et inadaptée", Communiqué de presse, La Plasturgie fédération, Plastics Europe, Elipso, 3 mai 2011. Vote historique sur 3 familles de perturbateurs endocriniens, RES, 3 mai 2011 Des sites pour aller plus loin Site de l'INRS Réseau Environnement Santé III.2. Pollution intérieure : gare aux moisissures ! Si les polluants chimiques en intérieur sont nocifs, ils ont le mérite d’être pratiquement connus de tous, ce qui n’est pas le cas des pollutions biologiques comme les moisissures. Pourtant, elles aussi ont un impact sur la santé. Etat des lieux et conseils pour éradiquer l’humidité, première en cause. Si, depuis quelques années, la notion de pollution intérieure commence à avoir une résonance dans l’esprit de nombreux citoyens, celle-ci est généralement limitée aux pollutions chimiques. Or, les moisissures et autres organismes biologiques sont eux aussi une source de pollution potentiellement responsable de difficultés respiratoires, notamment chez les personnes allergiques. Premier facteur au banc des accusés : l’humidité ! En attendant des bâtiments "parfaits", à la fois économes d’un point de vue énergétique et irréprochable d’un point de vue sanitaire, quelques conseils de bon sens permettent de réduire l’humidité. Et pour les personnes qui en souffrent le plus, des diagnostics réalisés par des professionnels permettent de repérer les sources de pollution et d’offrir des solutions pour les réduire. La pollution intérieure en chiffres Si l’air extérieur est plus ou moins saturé en dioxyde de carbones, particules fines et autres réjouissances, celui que nous respirons chez nous ou dans les locaux où nous travaillons ne sont pas sains pour autant : formaldéhyde, composés organiques volatils, sans oublier les champignons, les ondes électromagnétiques, relents de tabac pour les fumeurs, etc. Sachant que nous passons 80% de notre temps en intérieur, c’est dire l’importance de pouvoir y respirer un air "pur". En France, d’après une enquête réalisée en 2002 par l’Insee, la présence de moisissures est détectée dans 23% des 40 000 logements visités !
  31. 31. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 31 sur 48 Les moisissures favorisent les allergies Aujourd’hui, on estime que 30% des Français sont allergiques. Or, en plus de l’odeur désagréable qu’elles génèrent, « les moisissures peuvent surtout être à l’origine de rhinite allergique et d’autres maladies respiratoires grâce à leur pouvoir allergénique », précise le Pr Frédéric de Blay, de l’unité de pneumologie, d’allergologie er de pathologie respiratoire au sein des hôpitaux universitaires de Strasbourg. « Par ailleurs, l’exposition à l’humidité et aux moisissures augmente le risque de sifflement, de toux et d’asthme, notamment chez les nouveau-nés et les personnes à risques ». Allergiques, mais aussi personnes souffrant de BPCO, immunodéprimées et nouveau-nés sont les plus à risques. Les immunodéprimés (suite à une chimiothérapie ou malades du SIDA) peuvent être touchés par une pathologie respiratoire potentiellement grave, l’aspergillose invasive. Et comme les sources de pollution n’agissent pas indépendamment les unes des autres, leurs interactions sont elles aussi à surveiller. « Les moisissures peuvent potentialiser l’effet du formaldéhyde, fréquemment présent dans l’air intérieur. Ainsi, une personne allergique aura un seuil de tolérance moins élevé », souligne le Pr De Blay. Par exemple, si vous êtes allergique aux acariens, votre organisme répondra à une moindre concentration si l’air est riche en formaldéhyde et en moisissures par rapport à un air pur. En clair, dans un air saturé en formaldéhyde et moisissures, il faudra « moins d’acariens pour déclencher une crise d’asthme ». « Les produits chimiques fragilisent la muqueuse et du coup, l’effet irritant et allergique des moisissures n’en sera que plus important », ajoute le Dr Fabien Squinazi, directeur du laboratoire d’hygiène de la Ville de Paris (LVHP). Pour un étiquetage exhaustif des matériaux S’il ne s’agit pas non plus de céder à la psychose en s’imaginant tomber malade à cause de votre nouvelle commode ou de toutes petites moisissures dans votre salle de bain, il est néanmoins primordial de ne pas négliger ces sources de pollution. Pour ce qui concerne le problème des moisissures, tous les professionnels concernés, médecins, constructeurs immobiliers et parlementaires, se sont récemment réunis pour faire un état des lieux des connaissances et proposer des pistes à suivre pour améliorer la qualité de l’air intérieur. En matière de construction, plusieurs pistes sont envisageables pour éviter le développement des moisissures. Et pour cela, il faut s’attaquer au problème de l’humidité. « Dans le souci de réduire les dépenses énergétiques de manière individuelle et collective, on s’efforce de mieux isoler les logements, souligne Pierre Jonnard, président de la Fédération française de tuiles et briques. Seulement le problème est que cet effort est fait au détriment de la ventilation, qui est bien souvent insuffisante et trop peu prise en compte ». Or, un logement mal ventilé va accumuler de l’humidité malsaine, facteur favorable pour les moisissures. « Il s’agit donc de s’orienter vers des solutions mixtes permettant à la fois d’isoler et de ventiler correctement les logements », continue Pierre Jonnard. Et pour aider les bricoleurs du dimanche, férus de déco et professionnels du bâtiment à choisir en toute connaissance de cause, l’étiquetage sanitaire sur les émissions et contenus en polluants volatils des produits de construction et de décoration sera disponible à partir de 2012. Les professionnels proposent quant à eux d’étendre cet étiquetage au risque des matériaux en question de développer des moisissures.
  32. 32. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 32 sur 48 Eradiquer l’humidité chez soi Bien sûr, en attendant ces évolutions législatives et techniques, il est déjà possible d’agir à un niveau individuel. Et pour le Dr Fabien Squinazi, c’est bien simple, « le premier signal qui doit alerter, c’est tout simplement l’odeur, cette odeur bien spécifique que l’on sent en entrant dans une vieille cave par exemple ». Ensuite, il s’agit de traquer l’ennemi numéro 1 : l’humidité. « Un taux important d’humidité en intérieur favorise acariens et moisissures insiste-t-il. Et il ne faut pas croire que seuls les anciens logements sont concernés, tous le sont, autant dans l’ancien que dans le neuf ». Pour y remédier, des simples mesures de bon sens s’imposent. Ouvrir suffisamment et régulièrement les fenêtres, désencrasser les VMC, ouvrir les fenêtres et/ou faire fonctionner les VMC lorsque l’on fait sécher le linge, en prenant une douche, en cuisinant, etc. Mais selon le directeur du LHVP, « pour les cas les plus "graves", notamment chez les personnes les plus vulnérables, il convient de combiner deux modes d’action : agir sur le comportement des personnes et réaliser un diagnostic d’humidité ». Ces diagnostics, réalisés par des professionnels, les conseillers médicaux en environnement intérieur, ont pour objectif final de fournir un véritable conseil aux bénéficiaires via toute une série de préconisations pour éradiquer les sources potentielles de polluants. En pratique, la première étape est la consultation chez le médecin. En fonction de la gravité des symptômes et de la description des conditions de vie, les potentiels bénéficiaires se verront remettre une prescription médicale pour effectuer des mesures à son domicile. Puis, un conseiller issu de cette cellule sera chargé de coordonner l’enquête au cours de laquelle les habitudes de vie du bénéficiaire seront analysées et des mesures sur l’ensemble des sources potentielles de polluants seront effectuées. S’il est essentiel que les acteurs concernés, législateurs et constructeurs, s’efforcent d’agir pour améliorer la qualité de l’air intérieur, cela ne nous empêche pas, chacun à notre échelle, de prêter une attention particulière à notre intérieur. Nous y passons beaucoup de notre temps et ne devons pas négliger la qualité de l’air, comme celle de notre assiette. Dans un monde dominé par la chimie et autres, plus que jamais, la vigilance est de mise pour se protéger ! Yamina Saïdj, le 18 février 2011 Sources Présentation du Livre blanc "La qualité de l’air intérieur. Contributions croisées", coordonné par la Fédération française de tuiles et briques. Février 2011. Mise en place à la Ville de Paris Étiquetage des principales sources de pollution de l’air intérieur sur developpementdurable.gouv.fr Des sites pour aller plus loin Le site de l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur Consulter le deuxième plan national Santé-Environnement III.3. Ozone : un mauvais bol d'air A chaque saison ses particularités météorologiques et ses inconvénients. L’été, ce sont les journées de canicule, les coups de soleil ou la déshydratation qui menacent... ainsi que la pollution à l’ozone. Des données de plus en plus nombreuses soulignent ses effets néfastes sur la santé. Certaines personnes apparaissent particulièrement sensibles à ce type de pollution. Toutefois, il est encore difficile d’évaluer avec précision les conséquences des pics d’ozone.
  33. 33. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 33 sur 48 Quand l’oxygène voit triple En effet, le développement de cette forme particulière d’oxygène, composée de trois atomes d’oxygène (alors que l’oxygène de l’atmosphère en est composé habituellement de deux) est étroitement lié à l’action des rayons ultraviolets du soleil sur des substances polluantes émises par les véhicules automobiles, le dioxyde d’azote (NO2) notamment. Ainsi, sa production est maximale aux heures où le soleil est le plus fort, les jours de grande chaleur, lorsque le ciel est bleu et le vent faible. Sous l’effet des ultraviolets, le dioxyde d’azote laisse échapper une molécule d’oxygène, qui se combine à l’oxygène de l’atmosphère (O2) pour former de l’ozone (O3). L’absence de vent et la chaleur des couches d’air élevées plaquent au sol ce gaz qui stagne dans les villes. Des crises d’asthme plus fréquentes Quelles sont les conséquences de cette pollution ? On sait que l’ozone pénètre profondément à l’intérieur des poumons et qu’il est irritant pour les muqueuses du nez, des sinus, des bronches et pour les conjonctives. Il peut entraîner une sensation d’irritation, une toux, une gêne respiratoire chez les personnes les plus fragiles. Diverses études ont également montré une augmentation des admissions aux urgences pour asthme, ainsi qu’une recrudescence des pneumonies, lors des pics de pollution par l’ozone. L’évaluation des effets de ce gaz reste toutefois difficile à évaluer précisément. En effet, l’ozone n’est qu’un facteur nocif parmi d’autres. Les pics d’ozone sont presque toujours associés à la présence d’autres polluants dont la responsabilité respective est difficile à estimer. Par ailleurs, les méfaits de ces pollutions restent modestes comparés à ceux d’autres toxiques comme le tabac, auquel de très nombreuses personnes sont exposées, de manière active ou passive. Attention sujets fragiles Les effets de l’ozone sur la fonction pulmonaire n’en sont pas moins sensibles ; les capacités respiratoires semblent influencées par la concentration d’ozone dans l’atmosphère, même lorsque celle-ci reste dans les limites considérées comme acceptables. Les tests réalisés en laboratoire indiquent que les performances physiques des athlètes sont diminuées et que la capacité pulmonaire est réduite lorsque l’ozone s’élève. Bien entendu, les conséquences sont plus importantes pour les personnes ayant une fonction respiratoire déjà réduite, comme les personnes âgées ou les sujets ayant une maladie pulmonaire, telle que bronchite chronique, emphysème, asthme ou insuffisance respiratoire. Des conséquences à long terme ? L’exposition répétée à des pics d’ozone peut-elle entraîner des troubles à plus long terme ? Les études chez le rat sont plutôt rassurantes en ce qui concerne le risque éventuel de cancer du poumon. En revanche, une étude américaine semble indiquer la possibilité d’effets chroniques.
  34. 34. Doctissimo.fr Avril 2012 Page 34 sur 48 Après avoir examiné la fonction respiratoire de plus de 500 étudiants non-fumeurs de Yale, les auteurs ont conclu que les jeunes gens qui avaient vécu pendant au moins quatre ans dans une zone exposée aux pollutions par l’ozone avaient des performances respiratoires moins bonnes que les autres et davantage de symptômes pulmonaires. Mais là aussi, il est difficile d’attribuer sans réserve ces anomalies à la seule pollution par l’ozone. Une autre étude réalisée à Marseille auprès de 2 500 enfants, a montré une corrélation entre le niveau d’exposition à l’ozone et le développement de symptômes asthmatiques. Toutefois, si la responsabilité de l'ozone dans le déclenchement de crises chez les asthmatiques semble bien établie, les données sont plus contradictoires concernant son rôle dans le développement de l’asthme lui- même. Enfin il est important de rappeler, que la pollution atmosphérique par l’ozone n’a rien à voir avec la couche d’ozone qui se forme naturellement dans la stratosphère, bien au-dessus de l’air que l’on respire. Elle a un effet protecteur en filtrant les rayons solaires trop agressifs pour notre peau. Mais, elle-même victime de la pollution, elle s’amoindrit dangereusement par endroits... Dr Chantal Guéniot Sources Mesurée par le volume maximal d’air qui peut être expiré après avoir rempli d’air ses poumons. Environ Health Perspect 1999; 107:675-679. Allergy 2000 ; 55(12):1163-9 III.4. Pollution : le fond de l'air effraie Près de 3 000 décès sont attribuables à la pollution atmosphérique dans neuf grandes villes françaises. Issus d’un rapport de l’Institut national de Veille Sanitaire, ces chiffres permettent d’évaluer l’influence de la qualité de l’air sur notre santé. Deux tiers des morts auraient pu être évitées grâce à une réduction de moitié des niveaux de pollution. Avec les grandes chaleurs, des messages d’alerte aux pics de pollution sont diffusés un peu partout en France. L’air des villes est-il devenu irrespirable ? Chaque été, la pollution atmosphérique revient inlassablement à la une. Mais quels sont ses effets sur la santé ? De la suspicion aux preuves Respirer les gaz d’échappement ne viendrait à l’idée de personne. L’intuition suffit à redouter des effets néfastes sur la santé. Mais les scientifiques peinaient à isoler la pollution des autres facteurs de risque. De plus, ils éprouvaient des difficultés à établir un lien direct avec les maladies cardiovasculaires, respiratoires, les crises d’asthme, les bronchites, ainsi que les décès directement imputables ou les hospitalisations.

×