Projet Energy Living Lab - Eikenott

81 vues

Publié le

Séminaire Minergie News 2017, 29.11.2016, St-Légier/Vevey
Joëlle Mastelic, Prof. HES, Institut Marketing et Management HES-SO Valais

Publié dans : Immobilier
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
81
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
19
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Projet Energy Living Lab - Eikenott

  1. 1. Analyse énergétique, sociétale et économique dans l'éco-quartier d'Eikenott à Gland Joëlle Mastelic, Professeur HES, 29 Novembre 2016
  2. 2. HES-SO Valais-Wallis Page 2 Le contexte : quartier durable Eikenott 450 appartements, la moitié avec des smart meters Bâtiments Minergie Chauffage à distance Des services énergétiques très efficients
  3. 3. HES-SO Valais-Wallis Page 3 Le cadre du projet Analyse socio/économique/énergétique du quartier durable Eïkenott à Gland : • Energie : nécessairement un poids très important • Beaucoup de techniques déployées • Les compétences nécessaires pour la mise en œuvre des techniques
  4. 4. HES-SO Valais-Wallis Page 4 Le cadre du projet Complications lors de la transmission de l’objet aux habitants : • Connaissances nécessaires pour bien « piloter » ces bâtiments. Il n’existe pas de «permis d’habitant» • Mise à disposition d’un « tableau de bord » type smart meter • Ces techniques de mesure coûtent cher pour un résultat d’économies d’énergie pas forcément très élevé
  5. 5. HES-SO Valais-Wallis Page 5 La question de recherche “Y a-t-il un lien entre la perception des services énergétiques et la satisfaction globale de vivre dans ce quartier durable?”
  6. 6. HES-SO Valais-Wallis Page 6 Service-Dominant Logic Une logique qui considère les services, et non les produits, comme le centre des échanges économiques et sociaux. Le client est toujours un co-créateur de valeur. Il n’y a pas de valeur avant que l’offre soit utilisées, l’expérience et les perceptions sont essentielles pour déterminer la valeur. Source : Stephen L. Vargo, 2007 Toutes les économies sont des économies de services. Les services deviennent plus apparents aujourd’hui avec l’augmentation de la spécialisation et de l’outsourcing.
  7. 7. HES-SO Valais-Wallis Page 7 Les pilotes de la satisfaction En plus de la qualité du service énergétique, le résident doit percevoir sa valeur pour générer de la satisfaction lors de la consommation. Les intentions futures sont conditionnées par cette satisfaction. Source: McDougall & Levesque (2000)
  8. 8. HES-SO Valais-Wallis Page 8 Méthodologie Etude de cas dans un quartier durable Sondage auprès des résidents : Taux de retour : 34% des appartements (N: 164) Tests statistiques non paramétriques (correlations de rang) Etude qualitative : 29 entretiens semi-directifs en face à face.
  9. 9. HES-SO Valais-Wallis Page 9 Comportements déclarés
  10. 10. HES-SO Valais-Wallis Page 10 Comportements déclarés
  11. 11. HES-SO Valais-Wallis Page 11 Comportements déclarés
  12. 12. HES-SO Valais-Wallis Page 12 Carte des corrélations Satisfaction Espaces Relations Fréquentation Jeux Eclairage Signalisation Sonore Flore Faune Labels Ut_Voi Uti_Tra Sansvoiture Bus Diversité AnimationsQualité_prix Minergie Distance transports Image voisinage Animationq esthétiques Nature Quiétude Consommations Services1
  13. 13. HES-SO Valais-Wallis Page 13 Quelle est la place de l’énergie ?
  14. 14. HES-SO Valais-Wallis Page 14 Discussion Les répondants ne pensent pas spontanément aux services énergétiques quand ils parlent de la satisfaction (chauffage, mobilité, éclairage, appareils électroménagers…). Les services énergétiques ne sont pas spontanément perçus comme créateurs de valeur et influençant directement la satisfaction de vivre dans le quartier tant qu’il n’y a pas de problème de qualité. C’est comme si les services énergétiques étaient pris comme garantis. Mais quand un problème survient, le service énergétique devient visible et une valeur perçue négative influence la satisfaction de vivre dans le quartier.
  15. 15. HES-SO Valais-Wallis Page 15 Et le label Minergie ? Pearson's product-moment correlation Satisfaction Minergie Satisfaction 1.00 0.43 Minergie 0.43 1.00 t = 6.0057, df = 155, p-value = 1.305e-08 cor = 0.4344774 Il y a bien une relation entre la satisfaction et Minergie, mais elle est très faible (0.43), sans doute liée à l’importance de la certification, mais pas à l’énergie proprement dite.
  16. 16. HES-SO Valais-Wallis Page 16 Discussion: chauffage Les services énergétiques ne sont pas perçu comme une valeur (une seul exception ci- dessous) “Nous avons très peu besoin d’allumer le chauffage au sol, car c’est très bien isolé. Les services énergétiques tangibilisés avec un problème de qualité (core quality) Je ne vais pas payer ma facture s’ils l’envoient, il faisait 17 degrés tout l’hiver!” Problèmes de communication (relational quality) “Le problème avec Minergie, c’est que la température est très basse (pas plus de 12/22 degrés), beaucoup de gens apportent leurs chauffages électriques dans l’appartement.” “Nous n’avons pas été informés de la température bloquée, nous trouvons cette valeur totalement arbitraire.” “Je peux augmenter le chauffage autant que je peux, la température n’excède pas 20 degrés.”
  17. 17. HES-SO Valais-Wallis Page 17 Discussion: outils d’information Les informations ne semblent pas garantir que la valeur des services énergétiques est perçue. Smart meters considérés comme « nice to have » “C’est très bien d’avoir la tablette mais je ne l’utilise pas.” “Mes amis et connaissances qui venaient et visitaient l’appartement demandaient toujours au début de voir la tablette, mais ça reste un gadget. Mais utile quand il y a un problème de qualité “Pas besoin de regarder ma consommation tous les jours. Mais durant le problème de chauffage, grâce à la tablette, nous avons pu voir que le chauffage tournait à pleine vitesse.”
  18. 18. HES-SO Valais-Wallis Page 18 Premières conclusions de l’analyse socioculturelle La valeur des services énergétiques n’est pas perçue si le service est jugé de bonne qualité.  Les résidents s’attendent à une bonne température, un bon éclairage, des transports publics de qualité, l’accès en voiture… Par contre, si le service est jugé de mauvaise qualité, la valeur perçue est tangible et négative… Ex. : panne de chauffage, restriction d’accès au quartier…
  19. 19. HES-SO Valais-Wallis Page 19 Premières conclusions (suite) Une information énergétique n’apporte donc pas de valeur si le service énergétique est de qualité (pas de besoin derrière cette information).  Explication pour les 3% d’économies d’un smart meter? Pour agir, nous proposons une autre stratégie :  Impliquer les résidents du quartier dans des actions communautaires, de co-création.
  20. 20. HES-SO Valais-Wallis Page 20 Premières conclusions (suite) Besoin de refaire une enquête plus large dans un quartier différent pour tester cette hypothèse => Bâle. Difficulté pour les praticiens de communiquer sur la valeur ou de fournir des informations si la valeur est uniquement perçue de manière négative. Comment tangibiliser différemment ? => Energy Living Lab
  21. 21. HES-SO Valais-Wallis Page 21 Intégrer l’usager en amont
  22. 22. HES-SO Valais-Wallis Page 22 Energy Living Lab • Un laboratoire vivant, à l’échelle d’une région, et dans lequel les usagers participent au développement de produits et services innovants (co-céation). • Contextuel : les usagers vivent dans leur environnement habituel (professionnel ou privé) et y testent de nouvelles offres. • Composé de nombreuses parties prenantes au sein d’un partenariat public-privé (PPPP : Public-Private-People Partnership). • Comprendre l’ «insight», les besoins spécifiques des clients, afin de faire émerger de nouvelles offres énergétiques (market pull). • Un environnement de test, ouvert et bénéficiant d’outils technologiques ainsi que méthodologiques (techno push).
  23. 23. HES-SO Valais-Wallis Page 23 Prochaines étapes • Continuer l’analyse socioculturelle • Mesurer la différence entre intention et action (value-action gap). • Proposer une typologie basée sur l’utilisation des smart meters par différents profils de résidents (clustering). • Confirmer les 3% d’économie dans le quartier également. • Réaliser un Energy Living Lab pour impliquer les habitants en co-créant avec eux des actions pour réduire leurs consommations d’énergie, avec ou sans smart-meter.
  24. 24. HES-SO Valais-Wallis Page 24 Energy Living Lab
  25. 25. HES-SO Valais-Wallis Page 25 Projet User Gap
  26. 26. HES-SO Valais-Wallis Page 26 Une équipe interdisciplinaire à votre service
  27. 27. HES-SO Valais-Wallis Page 27 Joelle Mastelic Haute Ecole de Gestion et Tourisme, Institut Entrepreneuriat et management Techno-Pôle 3 3960 Sierre Merci de votre attention !
  28. 28. HES-SO Valais-Wallis Page 28 Référence Kollmuss, A., & Agyeman, J. (2002). Mind the gap: why do people act environmentally and what are the barriers to pro-environmental behavior?. Environmental education research, 8(3), 239-260. McDougall, G. H., & Levesque, T. (2000). Customer satisfaction with services: putting perceived value into the equation. Journal of services marketing, 14(5), 392-410. McKenzie-Mohr, D. (2013). Fostering sustainable behavior: An introduction to community-based social marketing. New society publishers.

×