Comment passer d’une dynamique d’innovation     réussie à une méthode générique               Réflexion initiale          ...
Quelle est la logique de cette évolution?                                                                     A l’écoute d...
On constate à chaque étape des jonctions avec l’ancien et     aussi de nouvelles combinaisons                             ...
Et des constantes qui vont en se bonifiant: la capacité de manier du trèspetit, la qualité vers le zéro erreur, le bien-fa...
Au-delà de l’évidenceOn doit donc d’une part considérer que ce qu’on appel compétences est un agrégatsde dispositions et d...
L’approche de la Fondation Tissot est aussi une théoriedu réseau, où se nichent des compétences virtuelles àcapter, un con...
L’approche de la Fondation Tissot:                          ouvrir des marchés nouveaux à ses compétences                 ...
Deux scénarios possibles1.   Travail en compétences «poussées»     Une manière de travailler pour l’identification des com...
Quelques domaines autres que ceux explorés par Luc Tissotcomme exemples         Un cas historique classique: Honda        ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La méthode Tissot - Comment passer d’une dynamique d’innovation réussie à une méthode générique

1 015 vues

Publié le

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 015
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
594
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La méthode Tissot - Comment passer d’une dynamique d’innovation réussie à une méthode générique

  1. 1. Comment passer d’une dynamique d’innovation réussie à une méthode générique Réflexion initiale Pierre Rossel Luc Tissot
  2. 2. Quelle est la logique de cette évolution? A l’écoute des variations de pression, l’alliance de Plus une montre du la microélectronique et tout, la question du joint des matières = synthétique, le bien- synthétiques, qui faire, la minutie, la comme les propreté et le zéro précédentes, changent erreur, l’aspect la vie battement Déjà plus qu’une simple montre: le Une moteur pas à pas miniaturiséLe point de départ, une plastique, une et programmable pour réguler laconjonction nouvelle technologie pression du liquide céphalo-technique, commerciale et dans le très petit et rachidienentrepreneuriale une ruptureexceptionnelle, une précision culturelleélevée dans du très petit
  3. 3. On constate à chaque étape des jonctions avec l’ancien et aussi de nouvelles combinaisons La jonction: Le plastique auto- lubrifiant Le nouveau: la fabrication de très petits objets issues de techniques chimiques La jonction: le dispositif tâteur de pression Le nouveau: la traduction enLe point de départ, une valeurs digitalesconjonction La jonction: latechnique, commerciale te programmationentrepreneuriale Le nouveau: le micro-exceptionnelle, une précision moteurélevée dans du très petit
  4. 4. Et des constantes qui vont en se bonifiant: la capacité de manier du trèspetit, la qualité vers le zéro erreur, le bien-faire et ses caractéristiques Et parfois ce sont ces intangibles qui font la différence, ou tout au moins la liaison, surtout en phase d’incertitude (période R&D); on peut même lire ces capacités comme étant les véritables domaines retravaillés à travers des techniques et des objets-produits nouveaux
  5. 5. Au-delà de l’évidenceOn doit donc d’une part considérer que ce qu’on appel compétences est un agrégatsde dispositions et de connaissances, certaines explicites, d’autres tacites et qu’on peutdans une certaine mesure décomposer et même isoler en ses différents composants(qui seront à la fois moins et plus que dans leur état intégré) * Une métaphore utile: passage de la molécule à l’atome de compétenceAttention: Ne pas sur-estimer l’aspect manuel (les microtechs sont de plus en plus investies de connaissances) Ne pas confondre les savoir-faire individuels et ceux de l’organisation (l’entreprise, la labo, la branche industrielle, etc.) qui intègrent encore d’autres dispositions (certaines étant même «externes», comme le réseau) Ne pas envisager les compétences comme figées, elles se modifient, se recombinent** à chaque saut de redéploiement «marchés» (sinon: figé = lourd) * le «sticky knowledge» de Von Hippel **Nonaka, Fleming
  6. 6. L’approche de la Fondation Tissot est aussi une théoriedu réseau, où se nichent des compétences virtuelles àcapter, un constant dépassement possible de ses limites
  7. 7. L’approche de la Fondation Tissot: ouvrir des marchés nouveaux à ses compétences Marchés d’aujourd’hui / Marchés de demain?Q: Je perçois un Q: J’ai desnouveau marché, mais Marchés réseaux, maiscomment y accéder comment faire pour lesavec mes compétences transformer en pistesactuelles? pour de nouveaux marchés?Q: J’ai des Q: Comment passercompétences, mais y en a-t-il des marchés que jequi me permettraient de Compétences Réseaux connais à ceux quim’engager sur de nouveaux émergent, voire ceuxmarchés, ou sinon, quelle de demain?compétence me manque-t-il? Compétences: Réseaux: « Radicaux libres » (facilement redéployables sur Liens forts (p. ex: commerciaux ou sociaux de nouveaux marchés, dimensions génériques) traditionnels) Intégrées (« embedded », co- Liens faibles (p. ex: réseaux sociaux en ligne) fonctionnelles), plus difficiles à extraire Liens virtuels: accessibles par Formes dérivées, sans plus d’attaches l’intermédiaires de liens forts ou faibles
  8. 8. Deux scénarios possibles1. Travail en compétences «poussées» Une manière de travailler pour l’identification des compétences « libérables» et utiles est de réfléchir aux fonctions de l’entreprise et d’examiner ce qu’elles renferment comme savoir-faire, d’abord en se focalisant sur les capacités les plus originales (ou perçues comme telles) et ensuite en regardant les capacités conjonctives ou «externes» La suite est un jeu «et si … alors…» vers des options marchés à examiner, «short-lister «et développer pour une ou deux d’entre elles en proto-business plan2. Reverse engineering, travail en compétences «tirées» Identification de besoins, d’évolutions de société, de tendances, et de marchés potentiels ou émergents, pour lesquels on essaye ensuite de voir si un matching est envisageable
  9. 9. Quelques domaines autres que ceux explorés par Luc Tissotcomme exemples Un cas historique classique: Honda Aujourd’hui, les exemples planétaires: Google, Apple Des cas locaux, comme le réveil de la viticulture suisse ou le distributeur français Leclerc Des cas spécialisés, et tuiles pour les MT ou les services associés à l’innovation et que nous fournirons et examinerons ensemble => de nombreuses références, de nombreuses options aussi, autant de configurations sur lesquelles nous reviendrons au terme de notre atelier

×