A tous les Machos que cela dérange… Définition: Homme mettant sa masculinité en avant defaçon considérée comme excessive, ...
UNE FEMME FORTE Qui à su se débattre devant la controverse et s’assumer  devant les déserteurs et les fortes têtes de son...
Une mère de famille Elle est mariée depuis 1969 à Claude Blanchet avec qui  elle a eu quatre enfants. Enceinte de sept m...
Une femme engagée Elle entre immédiatement au conseil des ministres, dabord comme responsable de la Condition féminine, d...
Une femme engagée…. Elle signe, le 9 novembre 1984, la « lettre des douze »,  dans laquelle la moitié des ministres du go...
Une femme courageuse Au départ de René Lévesque, elle se présente à la course à la direction du Parti québécois, malgré u...
Une femme courageuse Défaite dans La Peltrie, lors de lélection générale  québécoise du 2 décembre 1985, elle poursuit so...
Une femme courageuse…. À linstar de Jean Garon, Bernard Landry et Louise Harel, Pauline Marois désapprouve la stratégie d...
Une femme déterminée Malgré certaines critiques formulées à lendroit de  Jacques Parizeau, elle accepte loffre du nouvel ...
De nouveau une femme engagée De retour au pouvoir après lélection générale de 1994,  le premier ministre Jacques Parizeau...
Une femme toujours engagée Elle a, entre autres, donné naissance aux centres de la  petite enfance, piloté le dossier de ...
Encore un second rôle de femme… En 2001, après le départ de Lucien Bouchard, alors Premier ministre du Québec, Bernard La...
Toujours au poste malgré tout…. Jusquà son intermède de femme politique à temps plein, elle occupait le poste de porte-pa...
Une femme courageuse En 2004, cherchant à provoquer le destin, Pauline Marois demande ouvertement le départ de Bernard La...
Une femme réfléchie En cas de victoire, elle promettait de tenir  un référendum dans les six mois à un an après  lélectio...
Une femme appréciée Elle reçoit beaucoup dappuis à lextérieur du Parti  québécois, comme celui de lex-présidente de  la F...
Une femme raisonnable Le 15 novembre 2005, elle perd finalement lélection avec 30,56 %, soit la 2e position, avec 32 166 ...
Une femme à bout…. Le 20 mars 2006, sans amertume, Pauline Marois annonce quelle quitte la vie politique active. Ce dépar...
Une femme super courageuse À la suite de la démission dAndré Boisclair, le 8 mai 2007,  Pauline Marois choisit de se prés...
Enfin plus de 25 ans plus tard…. Pauline Marois est la seule personne officiellement en lice pour la succession dAndré Bo...
Enfin Chef du Parti Québécois Elle reçoit lappui du club politique SPQ-Libre. Aussi,  elle rallie la quasi-totalité des d...
Retour en politique active Le 13 août 2007, Rosaire Bertrand, du Parti québécois, démissionne comme député de la circonsc...
Une femme souvent attaquée En septembre 2007, deux jours avant le scrutin, une controverse éclate lorsquun journaliste du...
Bravo Pauline tu ne l’as pas volé! Le 24 septembre 2007, jour du scrutin, Pauline Marois  est élue avec 59,16 % des suffr...
Une grande dame d’expérience Le 16 avril 2011, lors du XVIe congrès national du Parti  québécois, Pauline Marois obtient ...
Et y a encore des machos quidoutent après plus de 31 ansd’expérience…..        Bonne chance Madame Marois Vous êtes Mada...
Références de cette présentation http://fr.wikipedia.org Michelyne Langevin Membre du Parti Québécois de Granby Circon...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Une femme au pouvoir!!!

1 260 vues

Publié le

Une femme qui a mon admiration!

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 260
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Une femme au pouvoir!!!

  1. 1. A tous les Machos que cela dérange… Définition: Homme mettant sa masculinité en avant defaçon considérée comme excessive, pouvant aller jusquà la phallocratie ou la misogynie Pour faire avancer cliquer sur «Enter»
  2. 2. UNE FEMME FORTE Qui à su se débattre devant la controverse et s’assumer devant les déserteurs et les fortes têtes de son parti en force. Une femme qui a grandi dans un milieu modeste — son père était mécanicien dans un garage de Québec. Elle est titulaire dun baccalauréat en service social (B. Serv. soc.) de l’Université de Laval (1971) et dune maîtrise en administration des affaires (M.B.A.) de l‘École des hautes études commerciales de l‘Université de Montréal (1976).
  3. 3. Une mère de famille Elle est mariée depuis 1969 à Claude Blanchet avec qui elle a eu quatre enfants. Enceinte de sept mois, Pauline Marois hésite à se lancer en politique active. Elle est finalement convaincue par son conjoint et René Lévesque et se porte candidate dans la circonscription de La Peltrie, dans la région de Québec. Elle est élue avec une confortable majorité de 5 337 voix sur son adversaire libéral, le 13avril 1981. Elle donne naissance à son deuxième enfant 11 jours plus tard, le 24 avril.
  4. 4. Une femme engagée Elle entre immédiatement au conseil des ministres, dabord comme responsable de la Condition féminine, de 30 avril 1981 au 29 novembre 1983, et pendant quatre mois en 1985. Elle est ensuite promue à la vice- présidence du Conseil du trésor, le 9 septembre 1982, puis devient ministre de la Main-dœuvre et de la Sécurité du revenu, lors du remaniement de novembre 1983.
  5. 5. Une femme engagée…. Elle signe, le 9 novembre 1984, la « lettre des douze », dans laquelle la moitié des ministres du gouvernement Lévesque sopposent à la stratégie du « beau risque » du premier ministre et réclament que la souveraineté soit au cœur de la campagne électorale de lannée suivante. Cependant, elle ne se joint pas à sept de ses collègues signataires qui démissionneront à la fin du mois.
  6. 6. Une femme courageuse Au départ de René Lévesque, elle se présente à la course à la direction du Parti québécois, malgré un sondage défavorable. Après une campagne où elle fait la promotion du plein-emploi et de la souveraineté, elle termine en deuxième place avec 19,7 % des suffrages, mais se dit satisfaite et prête à continuer son engagement.
  7. 7. Une femme courageuse Défaite dans La Peltrie, lors de lélection générale québécoise du 2 décembre 1985, elle poursuit son implication au sein de lexécutif national du Parti québécois, tout en militant au sein dorganismes féministes. Elle est trésorière de la Fédération des femmes du Québec et agit à titre de consultante à la société Elizabeth Fry, un organisme qui vient en aide aux femmes détenues et ex-détenues.
  8. 8. Une femme courageuse…. À linstar de Jean Garon, Bernard Landry et Louise Harel, Pauline Marois désapprouve la stratégie d« affirmation nationale » et la réorientation idéologique défendue par Pierre Marc Johnson. Notant que le PQ « doit redéfinir sa voie de gauche », elle se retire temporairement de la direction du parti au terme du congrès de juin 1987, pour aller enseigner à lUniversité du Québec à Hull.
  9. 9. Une femme déterminée Malgré certaines critiques formulées à lendroit de Jacques Parizeau, elle accepte loffre du nouvel homme fort souverainiste et devient conseillère au programme du PQ en février 1988. Elle se présente à lélection partielle dans la circonscription dAnjou, le 20 juin 1988, mais subit la défaite par 1 147 voix. Elle revient à lAssemblée nationale en tant que députée de Taillon en 1989 et se fait réélire en 1994, 1998 et 2003.
  10. 10. De nouveau une femme engagée De retour au pouvoir après lélection générale de 1994, le premier ministre Jacques Parizeau lui confie des dossiers à la fois sociaux — le ministère de la Famille — et économiques — le Conseil du trésor, et au lendemain du référendum de 1995, le ministère des Finances. Elle a occupé pas moins de 14 charges ministérielles, parmi lesquelles : les Finances, lÉducation et la Santé. Elle a également occupé pendant deux ans le poste de vice-première ministre du Québec (2001-2003).
  11. 11. Une femme toujours engagée Elle a, entre autres, donné naissance aux centres de la petite enfance, piloté le dossier de la transformation du réseau des écoles confessionnelles catholiques et protestantes de langue anglaise et française — une disposition datant de lActe de lAmérique du Nord britannique de 1867 —, en deux réseaux de commissions scolaires organisées sur une base linguistique et instauré la maternelle à temps plein.
  12. 12. Encore un second rôle de femme… En 2001, après le départ de Lucien Bouchard, alors Premier ministre du Québec, Bernard Landry ne perd pas de temps et récolte tous les appuis. Il se fait couronner chef du parti, puis Premier ministre. Pauline Marois rate sa chance une seconde fois. Bernard Landry en fera sa ministre des Finances et vice-première ministre, poste quelle occupa jusquà la défaite du Parti québécois en 2003.
  13. 13. Toujours au poste malgré tout…. Jusquà son intermède de femme politique à temps plein, elle occupait le poste de porte-parole de lopposition officielle en matière de relations internationales suite au remaniement du cabinet fantôme du Parti québécois
  14. 14. Une femme courageuse En 2004, cherchant à provoquer le destin, Pauline Marois demande ouvertement le départ de Bernard Landry alors chef du Parti québécois. En 2005, ce dernier démissionne après avoir été soumis à un vote de confiance où il obtient 76,2 % des appuis. À la suite de cette démission, elle se lance officiellement et sans attendre dans la course à la direction du Parti québécois en juin 2005. Elle reçoit lappui de Joseph Facal, Jonathan Valois, Maka Kotto et Marie Malavoy et une vingtaine de députés de son parti et du Bloc québécois, parti souverainiste campé à Ottawa.
  15. 15. Une femme réfléchie En cas de victoire, elle promettait de tenir un référendum dans les six mois à un an après lélection dun gouvernement péquiste, à condition quil soit gagnant : « Cest une tâche immense que nous avons à accomplir ensemble, pour préparer le Québec à faire la souveraineté, surtout à la réussir et à gagner le référendum. Il ne sagit pas de tenir un référendum nimporte quand, demain matin, il sagit den tenir un gagnant. »
  16. 16. Une femme appréciée Elle reçoit beaucoup dappuis à lextérieur du Parti québécois, comme celui de lex-présidente de la Fédération des infirmières, Jennie Skeene, de lancienne présidente de la CEQ,Lorraine Pagé, de lécrivaine Hélène Pedneault et de lancienne présidente du Comité exécutif de la ville de Montréal, Léa Cousineau. La semaine avant lélection, elle reçoit lappui de Pierre Dubuc, candidat dans la course. Le 10 novembre, Gilbert Paquette abandonne la course et demande à ses partisans de voter pour Pauline Marois.
  17. 17. Une femme raisonnable Le 15 novembre 2005, elle perd finalement lélection avec 30,56 %, soit la 2e position, avec 32 166 votes, alors que André Boisclair est élu avec une majorité de 53,68 %. Son rêve de devenir Première ministre du Québec – et première femme à le devenir - lui échappe encore une fois. Elle accepte le verdict clair et se rallie au nouveau chef. Elle se montre tout de même satisfaite de la campagne électorale, mais avoue être un peu peinée.
  18. 18. Une femme à bout…. Le 20 mars 2006, sans amertume, Pauline Marois annonce quelle quitte la vie politique active. Ce départ précipité cause une certaine surprise puisquelle venait tout juste daccepter doccuper le poste de critique en matière de Relations internationales. Cependant, depuis janvier, la rumeur courait quun départ imminent de Madame Marois risquait de survenir. Elle se retire après plus de 25 ans de vie publique et politique, non sans peine. Cependant, elle avouera lors de son discours de démission que « le cœur ny est plus ».
  19. 19. Une femme super courageuse À la suite de la démission dAndré Boisclair, le 8 mai 2007, Pauline Marois choisit de se présenter dans une éventuelle course à la direction du Parti québécois, le 11 mai 2007. Pour elle, il sagit dune troisième tentative pour devenir chef de ce parti. Le 13 mai 2007, Pauline Marois déclare officiellement sa candidature, soit dix-huit mois après sa défaite lors de la course à la direction du Parti québécois de 2005. Elle veut mettre de côté le projet référendaire et veut modifier son approche dun futur pays. Elle souhaite changer tout le programme du Parti québécois pour adapter celui-ci aux volontés des Québécois.
  20. 20. Enfin plus de 25 ans plus tard…. Pauline Marois est la seule personne officiellement en lice pour la succession dAndré Boisclair, son seul rival potentiel (Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois) sétant désisté un jour après avoir annoncé sa candidature, probablement convaincu des conséquences néfastes pour le mouvement souverainiste dun tel affrontement et percevant peut- être aussi un manque dappuis suffisants. En effet, Pauline Marois a joui dun très grand nombre dappuis dès le premier jour de lannonce de sa candidature, à la fois au sein de la mouvance péquiste et au sein de la population (selon les premiers sondages).
  21. 21. Enfin Chef du Parti Québécois Elle reçoit lappui du club politique SPQ-Libre. Aussi, elle rallie la quasi-totalité des députés du Parti québécois. Le 14 mai 2007, Pauline Marois assiste à un souper- bénéfice du Bloc québécois, à Montréal, et Gilles Duceppe profite de loccasion pour lassurer de son appui inconditionnel. Elle devient officiellement chef du Parti québécois, à la fermeture de la période des mises en candidature, le 26 juin, étant la seule personne ayant déposé les signatures requises.
  22. 22. Retour en politique active Le 13 août 2007, Rosaire Bertrand, du Parti québécois, démissionne comme député de la circonscription de Charlevoix, à la limite est de la grande région de la Capitale-Nationale. Du même coup, il force le déclenchement dune élection partielle, fournissant lopportunité à Pauline Marois de pouvoir accéder à lAssemblée nationale du Québec. Le jour même de la démission de Rosaire Bertrand, Pauline Marois annonce quelle sera candidate à cette élection.
  23. 23. Une femme souvent attaquée En septembre 2007, deux jours avant le scrutin, une controverse éclate lorsquun journaliste du quotidien The Gazette révèle que Mme Marois et son conjoint possèdent une résidence située sur des terres anciennement agricoles, jusquà leur dézonage, en 1991, et sur des terrains publics expropriés en 1978 et destinés à la prolongation de lautoroute 440.
  24. 24. Bravo Pauline tu ne l’as pas volé! Le 24 septembre 2007, jour du scrutin, Pauline Marois est élue avec 59,16 % des suffrages, devenant députée de Charlevoix. Son principal adversaire, ladéquiste Conrad Harvey, obtient quant à lui 37,04 % des voix. Lassermentation de Pauline Marois a lieu le11 octobre 2007. Le 8 décembre 2008, Pauline Marois devient la chef de lopposition officielle du Québec, à la tête de lopposition officielle la plus forte depuis la Révolution tranquille, avec 51 députés élus à lAssemblée nationale.
  25. 25. Une grande dame d’expérience Le 16 avril 2011, lors du XVIe congrès national du Parti québécois, Pauline Marois obtient plus de 93,08 % dapprobations lors du vote de confiance des délégués, un appui un peu plus fort que ceux obtenus dans le passé par Jacques Parizeau et Lucien Bouchard.
  26. 26. Et y a encore des machos quidoutent après plus de 31 ansd’expérience….. Bonne chance Madame Marois Vous êtes Madame la femme la plus douée, courageuse et déterminée pour devenir Notre Première …. Première Ministre du Québec
  27. 27. Références de cette présentation http://fr.wikipedia.org Michelyne Langevin Membre du Parti Québécois de Granby Circonscription Granby: Candidat M. Luc Perron

×