4. les libertés individuelles

163 vues

Publié le

Une société individualiste où chacun ne pense qu’à ses propres intérêts égoïstes est condamnable et condamnée à sa perte à moyen terme. Nous voyons les ravages d’une telle conception de la liberté dans les sociétés occidentales post-moderne. L'individualisme dans ces sociétés est mis à mal et apparaît comme le premier obstacle fragilisant la cohésion sociale qui conduit à une société fragmentée et divisée où les inégalités de traitement augmentent démesurément.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
163
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

4. les libertés individuelles

  1. 1. 1 Les droits individuels comme moyen d’émancipation ? e problème des libertés individuelles ne peut se résoudre en l’abordant de manière isolé, il fait absolument l’inscrire dans un cadre plus global et dans une problématique générale qui traite les problèmes à leurs racines. Prétendre que « les droits individuels seraient le moyen de parvenirà l’émancipation et à la liberté denotre Peuple» est une erreur grossière. Car promouvoir « les libertés individuels » isolément ne fait in fine que renforcer l’individualisme, le nombrilisme et par conséquent réduit la société à sonélément atomique le plus simple c’est-à-dire à l’individu. Or une société individualiste où chacun ne pense qu’àses propres intérêts égoïstes est condamnable et condamnée à sa perte à moyen terme. Nous voyons les ravages d’une telle conception de la liberté dans les sociétés occidentales post-moderne. L'individualisme dans ces sociétés est mis à mal et apparaît comme le premier obstacle fragilisant la cohésion sociale qui conduit à une société fragmentée et divisée où les inégalités de traitement augmentent démesurément. Dans une telle société atomisée, l'importance accordée à la solidarité et à la lutte contre les inégalités s'amenuise considérablement au point que le sentiment de compassion à l'égard des plus démunis se ramollit de plus en plus. Finalement cela revient à abandonner volontiers la société à elle-même. D’une certaine manière l’individualisme est un processus quiérodela société au profit de l’individu, conduit à la formation d’une nouvelle société, une société plus individualiste qui fait l’éloge de la réussite individuelle et de l’épanouissement personnel avant la réussite du collectif. La recherche du bonheur ne se fait que par le biais de perspectives et de stratégies individuelles. L’environnement social, les institutions, les individus concourent à modeler la société sur mesure pour favoriser les destins et les succès individuels L
  2. 2. 2 sans prendre en comptele destin collectif. De plus la société moderne est dominée par le dogme de la performance. Le modèle économique capitaliste pousse les entreprises et les individus à rechercher la performance à tout prix, avec comme indicateur principal la rentabilité. Dans ce modèle, la performance est le moyen d’évaluation des entreprises et des individus : le plus performant est distingué et le moins performant est sanctionné. C’est le darwinisme social. Les marchés boursiers et financiers suivent scrupuleusement cette mécanique dont nous constatons tous les jours les méfaits. L’individualisme est un repli sur la sphère privée et un abandon de la sphère publique et de la participation à la vie de la cité. En outre ce repli laisse la place libre à une « tyrannie douce » dans laquelle les individus sont pris en charge et n’exercent plus leurs pouvoirs : c’estla dystopie du Meilleurdes mondesd'Aldous Huxley. C’est exactement ce que vit actuellement les citoyens des démocraties occidentales qui sont elles-mêmes malades et se transforment peu à peu en des républiques-monarchiques. C’est un danger et un écueil qu’il faut absolument éviter pourle mouvement républicain marocain. En France par exemple Jean-Luc Mélenchon milite pour la création d’une sixième République, il propose l’organisation d’une Assemblée constituante pour refonder les différentes institutions et rendre le pouvoir au peuple. Défendre une société basée uniquement sur les droits individuels, c’est défendre un point de vue petit-bourgeois qui sert les intérêts des élites mais pas de l’ensemble du peuple. En effet il peut très bien y avoir des droits individuels dans une société, mais sans les droits collectifs qui garantissent la cohésion sociale il ne peut y avoir d’émancipation réelle de l’ensemble du Peuple dans toutes ses classes sociales. Faire des droits individuels la base de l’émancipation du Peuple cela reviendrait tout simplement à dédouaner l’Etat de ses obligations envers le Peuple, sans exiger de lui une action positive pour que le droit de tous soit accepté et rendu effectif dans le réel de la vie en société.
  3. 3. 3 En effet l’énoncé de droits individuels ne sera qu’un mascara, si ces droits ne se transforment pas en une réalité concrète collectivement vécue au quotidien. Le droit individuel ne peut pas prévaloir sur le droit collectif comme par exemple : le droit d’être syndiqué, le droit de grève et ce qui implique implicitement, d’autres droits tels que la liberté d’association, droit au travail et à l’emploi, droit à la protection de la santé, à la sécurité matérielle, au le repos, à la culture et aux loisirs, le droit à la Sécurité sociale et bien d’autres droits encore. Ainsi tant qu’il n’y a pas un changement en profondeur des structures de l’Etat actuel afin que les citoyens Marocains puissent radicalement changer de modede vie : passer du moyen-âge à la modernité (qu’il ne fait pas confondre avec modernisme), il n’y aura pas de véritable changement. Il faut un autre régime que celui de la monarchie et la disparition du Makhzen comme appareil d’Etat. Sans cela tous les horizons resteront fermés au Peuple. L’exemple de la Tunisie après sa révolution confisquée nous le montre à bien des égards. Il faut changer transformer la structure de l’ancien régime afin de construire les droits civils et politiques ainsi que les droits économiques, sociaux et culturels dont le Peuple a vitalement besoin pour son émancipation et son épanouissement au niveau collectif et individuel. Sans cela, seules les élites profiteront des quelques changements defaçade qui pourrontsurvenir ici oulà. Sinous œuvrons réellement pour le Peuple et particulièrement la frange la plus déshéritée nous avons l’obligation morale d’être sérieux dans nos propositions d’avenir. Pourmieux appréhender cette conceptionil estnécessaire deretourner au contexte dans lequel les droits individuels ont vu le jour à savoir le contexte dela révolution bourgeoise de 1789 en France (lire Albert Soboul, un spécialiste de la question). Il serait aussi bon également, même si nous ne sommes pas marxistes, de lire la critique de Marx sur cette question car la doctrine matérialiste scientifique (en dehors de son aspect athée) a des choses intéressantes à offrir dans son analyse dialectique de l'histoire.
  4. 4. 4 La société est faite de couches sociales hiérarchisé (c'est une évidence et une banalité que de dire cela), il existe donc plusieurs stratifications au sein même d’une couche sociale. Ne se débarrasser que de la classe parasite, vorace et prédatrice actuellement dominante au Maroc n’est pas suffisant car elle sera forcément remplacée par l'élite qui est aujourd'hui opprimée et qui n'arrive pas à sedévelopper comme elle le souhaite à causedes verrous politique et économique imposés par la monarchie et sonmakhzen. Mais dès lors que cette élite prendra à le pouvoir elle deviendra dominante à son tour et oppressera les couches inférieures. Pour éviter cela il faut une véritable force populaire qui prenne en considération l'intérêt général et non les intérêts particuliers de certains groupes sociaux. La question mérite un développement beaucoup plus approfondi, nous faisons ici que donner quelques pistes de réflexion sur le sujet sans nullement prétendre répondre de manière satisfaisante à notre problématique de départ. Mishkat Al Nour

×