Rogier de la Pasture est née à Tournai, ville libre relevant de la couronne française.  1427 entre comme apprenti dans l’a...
 
Italie autour du Jubilé de1450.  Rogier van der Weyden,  Mise au Tombeau , Offices, vers 1450 – Fra Angelico, Fra Angelico...
Filippo Lippi, Annnunciazione, S. Lorenzo vers 1433, Rogier van der Weyden, Annonciation, Paris Louvre
Robert Campin   Maître de Flemalle, (1378/1379 – Tournai, 1444), New York, Metropolitan Museum, vers 1427 VISION SCULPTURA...
Robert Campin   Maître de Flemalle, (1378/1379 – Tournai, 1444), New York, Metropolitan Museum, vers 1427 ANALYSE FLAMANDE...
Jan van Eyck (Maastricht, 1390 - 1441), Les Epoux Arnolfini, Londres National Gallery, 1434 <ul><li>-Usage de la perspecti...
Jan van Eyck (Maastricht, 1390 - 1441), Les Epoux Arnolfini, Londres National Gallery, 1434 Fiançaille Giovanni Arnolfini ...
FORMATION ( <ul><li>Les deux fondateurs de l’école flamande sont Jan van Eyck et Robert Campin.Ils  développèrent un langa...
Jan van Eyck (Maastricht, 1390 - 1441), Les Epoux Arnolfini, Londres National Gallery, 1434 Vision Picturale-  Les figures...
Vision Picturale  (van Eyck) Mais les personnages sont figés dans une contemplation de l’évènement divin, qui exclut toute...
Robert Campin   Maître de Flemalle, (1378/1379 – Tournai, 1444) VISION SCULPTURALE  – L’image ne se précise qu’en prenant ...
MASTER of Flémalle The Holy Trinity c. 1410 Oil on wood, 148,7 x 61 cm Städelsches Kunstinstitut, Frankfurt Si van Eyck ex...
-Rogier de la Pasture est née à Tournai, ville libre relevant de la couronne française.  -1427 entre comme apprenti dans l...
Rogier van der Weyden, La Déposition de Croix, Madrid, Musée du Prado, vers 1432 pour la chapelle de la confrérie des Arba...
Maître S. Barthélemy, Déposition de Croix, Paris, Louvre,
<ul><li>IL assimile les deux manières de Campin et Van Eyck (vision sculpturale et picturale). Il opère une synthèse enric...
<ul><li>Période de  Synthèse  (1430-36):  </li></ul><ul><li>1 Figures très plastiques qui évoquent celles de Robert Campin...
Rogier van der Weyden, Triptyque Miraflores  Provient de la Chartreuse de Miraflores (Castilla)  à la quelle l’avait donné...
Rogier van der Weyden, élève de Robert Campin, développe les possibilités expressives inhérentes au style du maître, simul...
 
 
 
Rogier van der Weyden,  Déposition de Croix , Prado, 1434-35 (pour l autel de la chapelle de Notre dame hors les murs de L...
Nicodème (tient le Christ par les aisselles, Joseph d’Arimathie par les pieds, symblole du juste, digne de recevoir l’Euch...
<ul><li>UNE ŒUVRE QUI S ’ACCORDE à la SENSIBILITE RELIGIEUSE DE L’EPOQUE. </li></ul><ul><li>Peut être considéré comme les ...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
WEYDEN, Rogier van der Descent from the Cross c. 1460 Pen over chalk drawing on paper, 240 x 357 mm Musée du Louvre, Paris
Crucifixion Escorial
2Période Sévère,  Jugement Dernier, Beaune, Ospice,1443, Grande Spiritualité et austérité, compositions rigoureusement sym...
3 Réhumanisation  du style et des sentiments après le sejour en Italie vers 1450 <ul><li>WEYDEN, Rogier van der St Columba...
Rogier van der Weyden, Calvaire, vers 1460, Escorial, Madrid, monastère.  Documenté (figure dans l’inventaire de l’Escoria...
 
EYCK, Jan van Portrait of a Young Man (Tymotheos) 1432 Oil on wood, 34,5 x 19 cm National Gallery, London
 
EYCK, Jan van Man in a Turban (detail) 1433 Oil on wood National Gallery, London
Pisanello, Lionello d’Este,Bergamo, Acccademia di Carrara, vers 1441
ANTONELLO da Messina Portrait of a Man c. 1475 Oil on panel, 36 x 25 cm National Gallery, Londo
Antonello da Messina, S. Jérôme dans son bureau, huile sur panneau, Londres National Gallery, vers 1474
(A gauche)Battista Sforza, épouse de Federico da çontefeltro, Dittico di Montefeltro, Firenze, galleria degli Uffizi, vers...
Piero della Francesca (Sansepolcro, 1412-1492), Sigismondo Pandolfo Malatesta, Paris, Musée du Louvre
Antonello da Messina, Portrait of a Man (Il Condottiere) 1475 Oil on wood, 35 x 38 cm Musée du Louvre, Paris
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rogier Icp

1 059 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 059
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
43
Actions
Partages
0
Téléchargements
27
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • L’image ne se précise qu’en prenant la forme d’un relief sculpté. Chaque figure est comme écrasée entre deux plans, le plan de pose, qui constitue le fond et le plan limite qui s’identifie à la surface transparente du tableau
  • L’unité spatiale est parfaitement atteinte. Mais les personnages sont figié dansune contempaltion de l’évè
  • Vision Picturale- Les figures et les choses sont subordonnées à l’espace qui les enveloppe. L’unité spatiale est parfaitement atteinte. Mais les personnages sont figié dansune contempaltion de l’évè
  • IL s’agit du tableau plus ancien qu’on puisse attribué à l’artiste et en même temps l’œuvre la plus remarquable de l’artiste conservé. Plus importante parce que il s’agit de celle qui a exercé la plus grande influence (ex. Maître S. barthélémy Louvre). Il s’agit d’une œuvre aussi monumentale par ses dimensions. Un groupe de dix figures remplit le champ picturale, leur têtes atteignent quasiment le bord du tableau. Le corps du Christ est déjà détaché de la croix et se trouve entre les mains de deux hommes agés, joseph d’arimathie qu’on reconnait par sa barbe et Nicodème Avant de poser par terre le morts il le garde encore un moment au milieu des proches en pleurs. Marie tombe évanouie par terre, et est retenue par S. Jean, l’apôtre favoris et l’une des Saints femmes, à droite Marie Magdalenesemble sur le point de s ’effondrer. Toutes ces attitudes pourraient être momentanées. La petite bande de terre avec le crâne est le seul élément qui renvoie aux lieux où la scène se passe, référence au Mont Golgotha, mont du crane. Une autre référence à la commande ce sont les petites arbaletes dans les écoinçons du panneau inférieur. En ce qui concerne les couleurs, l’œil est d’abord attiré par le bleu inténse de l habit Vierge qui rappelle la couleur froide et pâle du corps du Christ, ce rapport entre les deux est chromatique et à la fois phisique : la Vierge possède la même pose du Christ, elle souffre comme lui, s’identifie à lui. Elle est donc, co_protagoniste de la scène. Une vague émotive traverse le tableau grâce à une chaîne de contorsions physiques, qui articule l’image en un rythme de courbes (les bras de la Madeleine, celle su Christ, de la Vierge er du S. Jean, mais aussi les courbes des bords des vêtements). La puissance de cette vague émotive est renforcé par le jeux de rappel de la couleur rouge qui rythme l’image et relie les trois parties de la composition : celle à gauche avec la Madeleibe au centre avec les jambes du Joseph d’Arimathie et à droite avec le violent point de rouge du S. Jean. Il y a une variété dans la manière de accueillir et exprimes la douleur. Les mains sont très mobiles expriment la douleur. Très beaux aussi le détails des mains de la Viege et du Christ qui s’éffleurent sans se toucher. L’œuvre s’impose de s l’abord, comme un substitut de la sculpture. Les personnages s’insère dans une niche de faible profondeur au fond doré. Ce choix peut être imposé par la destination du tableau, le maître autel de la chapelle. Cet amour pour l’aspect sculpturale de la peinture est hérité de son maître Robert Campin. D’autre part, l ’artiste coonfère à ses créatures la plasticité de l’image sculpté mais aussi al vivacité de l’image peinte. (Paragone, competitions entre les arts, dévéloppé entre autres par Alberti). Il marque de manière éclatante l’expression de la douleur, C’est Marie d’Autrichee aui gouvernante des Pays Bas achete cet œuvre en 1548 aux arbeletriers de Louvain pour ces collections du château de Binche. Son neveau Philippe II d’Espagne, l’hérita et le fit installer dans le couvent de l’Escorial, pas l oin de Madrid. Il est mentionné dans un inventaire du couvent en 1574. Peut être considéré comme les créateur dans l’art flamand des Descentes de Crois et sujets apparentés comme les Pietas et les Déplorations. Ces thèmes Deviennent les sujets favoris des peintres et des sculpteurs du Xve grâce aussi aux descriptions très imagée par les grands mystiques du XIVs (sainte Brigitte, Les méditations de S. Bonaventure etc.). Ceux-ci voient une Passion de la Vierge parallèle à celle du fils. Le synode de Cologne en 1423 ajoute aux fêtes de la Vierge celle des angoisses et des douleurs de Notre-Dame.
  • La posa di tre quarti permette una maggiore possibilità di interpretazione psicologica rispetto al ritratto di profilo.
  • Giunge dalla Sicilia a Napoli per formarsi alla scuola di Colantonio il piu grande pittore meridionale del Quattrocento. Il San Girolamo mostra sia l’originalità di questo maestro sia il suo legame con il mondo fiammingo. Le regard dello spettatore penetra all interno dello spazio attraverso un portale spagnoleggiante, dal’arco depresso, e dalle modanature nettamente rilevate, L ’ambiente è coperto dalle crociere gotiche, sostenute da fasci di pilastri. Sulla destra provenendo da uno spazio con archi e volte rinascimentali avanza silenzioso il leone, dirigendosi verso il Santo assorto nella lettura al tavolo di lavoro, circondato dalla sua libreria. E evidente la precisione descrittiva fiamminga, dai volatili alla ciotola sul gradino d’ingresso, i gatti il vaso di ceramica sul piano sopraelevato dello studiolo, dall’asciugamano appeso a sinistra al cartellino infisso sul legno, ai libri aperti o chiusi. Ma la luce unifica, illuminandoli razionalmente i molti oggetti. Essa ha una duplice fonte, anteriore, penentrando da sinistra attraversoi il portale e fissando con sicurezza mediante le ombre le posizioni dei volumi, e posteriore entrando dalle finestre attraverso le quali vediamo in alto il cielo con gli uccelli e in basso la campagna, Questo effetto di controluce accentua la concentrazione del santo e sottolinea l’atmosfera di silenzio in cui si trova. E opera rinascimentale, in essa peroo dal punto di vista quantitativo e piu all ambiente che non alla figura umana.
  • Rogier Icp

    1. 1. Rogier de la Pasture est née à Tournai, ville libre relevant de la couronne française. 1427 entre comme apprenti dans l’atelier de Robert Campin et en 1432 il est Maistre Rogier)En 1432 est membre de la guilde des peintres Vers 1435 s’installe à Bruxelles, il reçoit le titre de peintre officiel de la ville de Bruxelles.
    2. 3. Italie autour du Jubilé de1450. Rogier van der Weyden, Mise au Tombeau , Offices, vers 1450 – Fra Angelico, Fra Angelico, Mise au tombeau (vers 1440 ; Munich, Alte Pinakothek)
    3. 4. Filippo Lippi, Annnunciazione, S. Lorenzo vers 1433, Rogier van der Weyden, Annonciation, Paris Louvre
    4. 5. Robert Campin   Maître de Flemalle, (1378/1379 – Tournai, 1444), New York, Metropolitan Museum, vers 1427 VISION SCULPTURALE – L’image ne se précise qu’en prenant la forme d’un relief sculpté. Chaque figure est comme écrasée entre deux plans, le plan de pose, qui constitue le fond et le plan limite qui s’identifie à la surface transparente du tableau
    5. 6. Robert Campin   Maître de Flemalle, (1378/1379 – Tournai, 1444), New York, Metropolitan Museum, vers 1427 ANALYSE FLAMANDE Beato Angelico, Annonciation, Cortone, Musée Diocesan, 1433-1434 Synthese Italienne
    6. 7. Jan van Eyck (Maastricht, 1390 - 1441), Les Epoux Arnolfini, Londres National Gallery, 1434 <ul><li>-Usage de la perspective </li></ul><ul><li>Personnages proportionnés par rapport à l’espace </li></ul><ul><li>Perfectionnement de la peinture à l’huile (technique picturale qui mélange les pigments en poudre avec les huiles -plutôt qu’avec le blanc d’œuf- pour rendre fluide la couleur (noix, coquelicot, ou lin cuit). </li></ul><ul><li>Effet d ’éclat car l’huile garde la distance entre les molécules et permet à la lumière d’entrer facilement. Il sèche lentement permet de revenir sur son travail. </li></ul>Vision Picturale- Les figures et les choses sont subordonnées à l’espace qui les enveloppe.
    7. 8. Jan van Eyck (Maastricht, 1390 - 1441), Les Epoux Arnolfini, Londres National Gallery, 1434 Fiançaille Giovanni Arnolfini et Jeanne de Chenany Chien -Fidelité Sans chaussures-sacralité de la maison Oranges – fruits d’or, paradis Bougie allumée- flamme de l’amour, la vie qui se consume jour après jour Miroir – ame Jan van Eyck fuit hic, artisti œil enregistreur
    8. 9. FORMATION ( <ul><li>Les deux fondateurs de l’école flamande sont Jan van Eyck et Robert Campin.Ils développèrent un langage basé sur le réalisme. </li></ul><ul><li>Rogier van der Weyden hérite simultanément : </li></ul><ul><li>1) de l’expérience à dominante SPATIALE de Jan van Eyck et </li></ul><ul><li>2) de l’expérience PLASTIQUE du Maître de Flemalle (Robert Campin) </li></ul>
    9. 10. Jan van Eyck (Maastricht, 1390 - 1441), Les Epoux Arnolfini, Londres National Gallery, 1434 Vision Picturale- Les figures et les choses sont subordonnées à l’espace qui les enveloppe. L’unité spatiale est parfaitement atteinte. Mais les personnages sont figié dansune contempaltion de l’évè
    10. 11. Vision Picturale (van Eyck) Mais les personnages sont figés dans une contemplation de l’évènement divin, qui exclut toute émotion et action physique. Jan van Eyck, La Vierge au chanoine Van der Paele  (1434 ou 1436), huile sur bois,   Bruges, Musée communal Groeninge.
    11. 12. Robert Campin   Maître de Flemalle, (1378/1379 – Tournai, 1444) VISION SCULPTURALE – L’image ne se précise qu’en prenant la forme d’un relief sculpté. Chaque figure est comme écrasée entre deux plans, le plan de pose, qui constitue le fond et le plan limite qui s’identifie à la surface transparente du tableau
    12. 13. MASTER of Flémalle The Holy Trinity c. 1410 Oil on wood, 148,7 x 61 cm Städelsches Kunstinstitut, Frankfurt Si van Eyck exclut toute possibilité d’action physique et émotive, dans les œuvres du maître de Flemalle (Robert Campin), est caractérisé par une tension expressive engendrée par par la puissance plastique des formes qui tentent de briser les limites de l’espace qui les contiennent.
    13. 14. -Rogier de la Pasture est née à Tournai, ville libre relevant de la couronne française. -1427 entre comme apprenti dans l’atelier de Robert Campin et en 1432 il est Maistre Rogier) -En 1432 est membre de la guilde des peintres de Tournai -Vers 1435 s’installe à Bruxelles et il reçoit le titre de peintre officiel de la ville. -Seulement trois œuvres lui sont attribuées avec certitude :
    14. 15. Rogier van der Weyden, La Déposition de Croix, Madrid, Musée du Prado, vers 1432 pour la chapelle de la confrérie des Arbalétriers, Notre Dame hors les murs à Louvain
    15. 16. Maître S. Barthélemy, Déposition de Croix, Paris, Louvre,
    16. 17. <ul><li>IL assimile les deux manières de Campin et Van Eyck (vision sculpturale et picturale). Il opère une synthèse enrichi par sa propre perception du monde. </li></ul><ul><li>1 </li></ul><ul><li>CONQUETE de La Vie INTERIEURE : Aux acquis de ses prédécesseurs, van der Weyden ajoute la conquête de l’intériorisation qui lui permet d’exprimer les Emotions ressenties par les personnages. </li></ul><ul><li>2 </li></ul><ul><li>RITME DINAMIQUE dans l’image : expression Cette Forme d’humanisation tout à fait neuve établit une relation entre les personnages représentés. Il ne sont pas representé en tant qu’objets, comme dans les compositions de Campin mais sont liés entre eux par un climat émotif. Ils ne sont plus immobilisés mais ils s’animent et leurs gestes au lieu d’être figiés, s ’assouplissent et se fluidifient. </li></ul><ul><li>3 </li></ul><ul><li>Une CHAINE VIVANTE: Les masses plastiques, les volumes ne sont pas statiques mais Elles s’articulent dans l’espace autour d’elles. Les lignes et les silhouettes ondulent, les gestes des personnages dessinent des courbes qui les lient au sein de la composition. </li></ul><ul><li>4 Recherche d’élégance, d’une caractérisation des visages, les drapés soulignent les silhouettes au lieu de leur pesanteur, carnations lisses et émaillés, souci du détail. </li></ul>
    17. 18. <ul><li>Période de Synthèse (1430-36): </li></ul><ul><li>1 Figures très plastiques qui évoquent celles de Robert Campin son maître </li></ul><ul><li>Influence conjugué de van Eyck pour l’importance accordé aux jeux de lumières et dans le traitement des matières. </li></ul>
    18. 19. Rogier van der Weyden, Triptyque Miraflores Provient de la Chartreuse de Miraflores (Castilla) à la quelle l’avait donné roi Juan II. Ce souverain l’aurait reçue en don de Martin V en 1429. (cartouche – probatissima, la plus reconnue, Fidelissima, l aplus fidèle, vinces omnia, victorieuse de tout.)
    19. 20. Rogier van der Weyden, élève de Robert Campin, développe les possibilités expressives inhérentes au style du maître, simultanément, tire profit de l’expérience de l’espace enveloppant propre à Jan van Eyck,
    20. 24. Rogier van der Weyden, Déposition de Croix , Prado, 1434-35 (pour l autel de la chapelle de Notre dame hors les murs de Louvain, appartenant à la plus importante confrérie des arbalétriers de la ville) <ul><li>Relèverait aussi de cette période mais il y a une dimension humaine nouvelle. </li></ul><ul><li>Toutes les nuances de la douleur y sont représentées. </li></ul><ul><li>Imitation du retable sculpté où les figures se détachent sur un fond d’or evoque le drame réel de la Passion sans aucune forme d’idéalisation. </li></ul>
    21. 25. Nicodème (tient le Christ par les aisselles, Joseph d’Arimathie par les pieds, symblole du juste, digne de recevoir l’Eucharestie, Madeleine à l’extreme dr , S. Jean et ses sœurs à gauche; )
    22. 26. <ul><li>UNE ŒUVRE QUI S ’ACCORDE à la SENSIBILITE RELIGIEUSE DE L’EPOQUE. </li></ul><ul><li>Peut être considéré comme les créateur dans l’art flamand des Descentes de Crois et sujets apparentés comme les Pietas et les Déplorations. Ces thèmes Deviennent les sujets favoris des peintres et des sculpteurs du Xve grâce aussi aux descriptions très imagée par les grands mystiques du XIVs (sainte Brigitte, Les méditations de S. Bonaventure etc.). Ceux-ci voient une Passion de la Vierge parallèle à celle du fils. Le synode de Cologne en 1423 ajoute aux fêtes de la Vierge celle des angoisses et des douleurs de Notre-Dame. </li></ul>
    23. 36. WEYDEN, Rogier van der Descent from the Cross c. 1460 Pen over chalk drawing on paper, 240 x 357 mm Musée du Louvre, Paris
    24. 37. Crucifixion Escorial
    25. 38. 2Période Sévère, Jugement Dernier, Beaune, Ospice,1443, Grande Spiritualité et austérité, compositions rigoureusement symétriques.
    26. 39. 3 Réhumanisation du style et des sentiments après le sejour en Italie vers 1450 <ul><li>WEYDEN, Rogier van der St Columba Altarpiece c. 1455 Oil on oak panel, 138 x 153 cm (central), 138 x 70 cm (each wing) Alte Pinakothek, Munich </li></ul>
    27. 40. Rogier van der Weyden, Calvaire, vers 1460, Escorial, Madrid, monastère. Documenté (figure dans l’inventaire de l’Escorial comme provenant de la Chartreuse à côté de Bruxelles, et « de mano de Masse Rugier »). La chartreuse de Scheut a été fondé en 1454 pour assurer le service d’un sanctuaire abritant une image miraculeuse de la Vierge.
    28. 42. EYCK, Jan van Portrait of a Young Man (Tymotheos) 1432 Oil on wood, 34,5 x 19 cm National Gallery, London
    29. 44. EYCK, Jan van Man in a Turban (detail) 1433 Oil on wood National Gallery, London
    30. 45. Pisanello, Lionello d’Este,Bergamo, Acccademia di Carrara, vers 1441
    31. 46. ANTONELLO da Messina Portrait of a Man c. 1475 Oil on panel, 36 x 25 cm National Gallery, Londo
    32. 47. Antonello da Messina, S. Jérôme dans son bureau, huile sur panneau, Londres National Gallery, vers 1474
    33. 48. (A gauche)Battista Sforza, épouse de Federico da çontefeltro, Dittico di Montefeltro, Firenze, galleria degli Uffizi, vers 1472
    34. 49. Piero della Francesca (Sansepolcro, 1412-1492), Sigismondo Pandolfo Malatesta, Paris, Musée du Louvre
    35. 50. Antonello da Messina, Portrait of a Man (Il Condottiere) 1475 Oil on wood, 35 x 38 cm Musée du Louvre, Paris

    ×