L’Intelligence	
  Stratégique	
  dans	
  le	
  contexte	
  général	
  de	
  l’économie	
  wallonne	
  
	
  
Valéry	
  	
  ...
Après	
  avoir	
  façonné	
  l’histoire	
  économique	
  et	
  le	
  paysage	
  urbain	
  wallons,	
  l’exploitation	
  mi...
l’entreprise.	
  	
  Ces	
  qualités	
  permettront	
  à	
  l’entreprise	
  de	
  mieux	
  identifier	
  et	
  gérer	
  se...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L’Intelligence Stratégique dans le contexte général de l’économie wallonne

580 vues

Publié le

Petit topo, destiné entre autres à nos amis français, expliquant brièvement quelle place devrait occuper l'Intelligence Stratégique (IS) au sein du monde économique wallon.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
580
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L’Intelligence Stratégique dans le contexte général de l’économie wallonne

  1. 1. L’Intelligence  Stratégique  dans  le  contexte  général  de  l’économie  wallonne     Valéry    MAINJOT  –  22/05/2013       La  Région  wallonne,  entité  compétente  en  matière  d’économie     La  Wallonie  est  une  des  trois  Régions  composant  l’Etat  belge,  fédéralisé  progressivement  depuis  les  années   1970.    La  Région  wallonne  comptait  3,2  millions  d’habitants  au  premier  janvier  2012 i .      L'économie,  les  PME,  le   commerce   extérieur,   les   technologies   nouvelles   et   l'enseignement   supérieur   sont   des   compétences   régionales.       Le  nombre  de  créations  d’entreprises,  indicateur  de  la  capacité  entrepreneuriale   Selon   une   étude   de   GRAYDON,   une   entreprise   wallonne   sur   81   a   fait   faillite   en   2011 ii .     En   2011,   2968   entreprises  ont  fermé,  représentant  une  hausse  de  8,4  %  par  rapport  à  l’année  précédente.    Heureusement,   cette  hausse  des  faillites  n’a  pas  entraîné  une  augmentation  des  pertes  d’emploi iii .     Globalement,  les  créations  d’entreprise  ont  du  mal  à  compenser  les  faillites.    Depuis  la  deuxième  année,  le   nombre  de  créations  d’entreprises  a  diminué  en  Wallonie  (-­‐3%  sur  le  1 er  trimestre  2013  par  rapport  à  la  même   période   en   2012).     La   province   de   Liège   semble   par   contre   jouir   d’une   dynamique   plus   favorable   avec   un   accroissement  de  7  %  du  nombre  de  nouvelles  entreprises  créées iv .   Selon  le  Syndicat  Neutre  des  Indépendants  (SNI),  le  recul  de  l’entreprenariat  est  en  partie  la  conséquence  des   difficultés  de  financement  éprouvées  par  les  candidats  entrepreneurs  ne  disposant  pas  des  fonds  propres   suffisants  pour  lancer  leur  société.       Il  apparaît  primordial  de  faire  évoluer  les  relations  entre  les  banques  et  les  entrepreneurs  afin  d’endiguer  ce   phénomène  de  recul.    Ce  constat  étant  identique  en  Flandres,  Sabine  Laruelle,  Ministre  fédérale  des  Classes   Moyennes   et   des   PME,   a   présenté   en   2012   des   mesures   visant   à   faciliter   le   financement   des   entreprises,   passant  entre  autres  par  certaines  contraintes  imposées  aux  banques.       En  règle  générale,  à  titre  de  réponse  à  une  volonté  entrepreneuriale,  les  autorités  et  services  publics  doivent   apporter  un  cadre  favorable  à  la  concrétisation  des  projets  les  plus  pertinents.     Plus  que  jamais,  les  secteurs  privé  et  public  travaillent  donc  aujourd’hui  de  concert  dans  le  cadre  des  plans  de   relance   de   l’économie.       Les   initiatives   pour   favoriser   l’entreprenariat   sont   nombreuses     et   proviennent   de   divers  horizons  (AS-­‐E,  AS-­‐T,  SOWACCESS,  SOWALFIN,  SPI,  IFAPME,  HEC-­‐ULg,  etc.)       Le  commerce  extérieur,  axe  fort  de  l’économie  wallonne   Selon  «  Invest  in  Wallonia  »,  les  exportations  wallonnes  représentent  75  %  du  PIB  de  la  Wallonie.    Les  trois   premiers  clients  étrangers  (hors  Flandre)  sont  les  pays  limitrophes  de  la  Belgique  :  la  France,  l’Allemagne  et  les   Pays-­‐Bas v .         Les  exportations  wallonnes  n’ont  cependant  pas  échappé  aux  différentes  crises  et  ont  fini  par  connaître  un   recul  en  2012,  fait  qui  n’était  plus  arrivé  depuis  longtemps.       Plus  inquiétant,  sur  les  trois  premiers  trimestres  de  2012,  les  exportations  ont  connu  une  baisse  de  8,1  %  vers   les  BRIC  (Brésil-­‐Russie-­‐Inde-­‐Chine)  alors  même  que  celles  de  nos  voisins  et  de  l’UE15  grimpaient  de  8,5  % vi .    Ce   constat  met  en  évidence  les  difficultés  encore  éprouvées  par  les  entreprises  wallonnes  à  saisir  les  nouvelles   opportunités,  notamment  en  provenance  des  marchés  émergents.       Une  économie  héritière  d’une  lourde  tradition  industrielle   La   Wallonie   réalisa   sa   révolution   industrielle   très   peu   de   temps   après   l’Angleterre   et   resta   longtemps   une   région  très  prospère,  au  niveau  d’industrialisation  supérieur  à  la  moyenne  européenne.         Au  lendemain  de  la  seconde  guerre  mondiale,  les  industries  automobile  et  motocycliste  de  la  région  connurent   le  déclin vii .    Les  marques  de  renommée  telles  que  Saroléa,  Gillet  et  FN  disparurent  de  la  route.    Peut-­‐être  pas   définitivement,  si  l’on  se  réfère  au  récent  retour  sur  le  marché  de  la  fameuse  marque  liégeoise  Impéria  dans  la   niche  des  voitures  de  sport  hybrides  «  haut  de  gamme  ».      
  2. 2. Après  avoir  façonné  l’histoire  économique  et  le  paysage  urbain  wallons,  l’exploitation  minière  du  charbon  s’est   éteinte  en  1984,  année  de  la  fermeture  de  la  dernière  exploitation  de  houille  à  Roton  Sainte-­‐Catherine viii .       La  sidérurgie  qui  a  largement  contribué  à  la  prospérité  des  villes  de  Liège  et  Charleroi  et  de  la  Wallonie  en   général  possède  un  avenir  aujourd’hui  incertain.    De  nombreux  acteurs  du  monde  politique  et  économique  se   battent  néanmoins  toujours  pour  conserver  une  sidérurgie  intégrée  wallonne.     Bien  que  la  Wallonie  soit  une  région  de  longue  tradition  industrielle,    la  contribution  globale  de  l’industrie  à   l’économie   wallonne   diminue   cependant   progressivement.   En   2010,   l’industrie   principalement   chimique,   pharmaceutique,  métallurgique  et  agro-­‐alimentaire    ne  représentait  plus  que  7,6  %  des  entreprises  privée,  13,2   %  de  l’emploi  salarié  et  14,5  %  de  la  valeur  ajoutée  de  la  région.       Par   contre,   en   2009,   87   %   des   investissements   de   R&D   étaient   encore   réalisés   au   sein   de   cette   industrie ix .     Cette   disproportion   «  moyens   VS   résultats  »   illustre   clairement   la   concentration,   parfois   malsaine,   des   investissements   au   sein   des   grandes   entreprises   industrielles.     L’OCDE,   dans   son   examen   sur   l’innovation   régionale  wallonne,  a  également  réalisé  ce  même  constat x .       Les  PME,  squelette  de  l’économie  wallonne  actuelle   Le  tissu  économique  wallon  est  principalement  composé  de  PME  (78  %  de  TPE,  17%  de  PE,  4%  de  ME)  pour  la   plupart  non  industrielles.    Les  grandes  entreprises  (GE)  employant  plus  de  200  personnes  représentent  moins   de  1  %  des  entreprises  de  la  région xi .   Par   opposition   à   l’industrie   manufacturière,   le   secteur   marchand   représente   79   %   de   la   valeur   ajoutée   régionale.       Et   parmi   celui-­‐ci,   la   contribution   du   secteur   des   «  services  »   s’élève   à   hauteur     de   66%.     L’immobilier,  les  services  aux  entreprises,  le  commerce,  le  transport  et  les  communication  occupent  une  place   prépondérante  dans  l’économie  des  PME xii .       La  Région  wallonne  est  consciente  de  l’importance  des  TPE  et  PME  régionales.    Afin  d’aider  au  mieux  celles-­‐ci   dans  leurs  activités,  elle  implémente  continuellement  un  maximum  des  recommandations  pertinentes  de  la   Commission  européenne  dans  le  domaine  de  l’aide  aux  PME  (cf.  «  SBA  :  Small  Business  Act  »  pour  l’Europe  en   2008  et  réexamen  du  SBA  en  2011).       Le  principe  «  Think  Small  First  »  est  aujourd’hui  au  centre  des  débats  de  politique  économique  régionale.     Le  Service  Public  de  Wallonie  qui  désire  faire  des  PME  des  entreprises  à  forte  croissance,  mise  notamment  sur   leur  intégration  de  l’innovation.       L’innovation  comme  outil  de  croissance  des  PME   Certaines   entreprises,   particulièrement   les   industries,   doivent   continuer   à   investir   dans   l’innovation   technologique.    Cependant,  elles  ne  doivent  pas  se  limiter  à  ce  pan  de  l’innovation,  même  si  elles  sont  parfois   guidées  par  des  directeurs  ou  des  membres  du  monde  politique  convaincus  que  l’innovation  se  résume  à  la   R&D.     Aujourd’hui,   l’innovation   non   technologique   est   un   outil   très   puissant   accessible   à   l’ensemble   des   PME.     Partant  du  principe  que  la  mise  sur  le  marché  de  nouveaux  produits  n’assure  pas  toujours  la  pérennité  à  moyen   terme   de   certaines   entreprises,   l’innovation   non   technologique   peut   dès   lors   parfois   s’avérer   davantage   profitable  que  la  R&D.       Le  groupe  «  Pôles  de  compétitivité  »  (RW,  IWEPS,  CESW)  a  d’ailleurs  identifié  le  rééquilibrage  de  la  R&D  vers   l’innovation  au  sens  large  comme  un  défi  pour  la  compétitivité  wallonne.     L’innovation   peut   se   retrouver   dans   l’adoption   d’une   politique   et   d’une   plateforme   d’échange   des   connaissances   (Knowledge   Management/Sharing,   RSE-­‐   réseau   social   d’entreprise)   ou   encore   d’une   nouvelle   méthode   de   gestion   des   ressources   humaines.     Mais   l’innovation   peut   aussi   aller   jusqu’à   l’adoption   d’un   nouveau  Business  Model  pour  l’entreprise  (exemple  :  Business  Model  Generation xiii )  ou  l’implémentation  d’un   concept  relativement  récent  comme  celui  de  l’Intelligence  Stratégique.     Adopter  l’innovation  comme  outil  managérial  permet  de  dépasser  la  simple  quête  de  hausse  de  compétitivités   (coût,   prix,   «  hors   prix  »).     L’innovation   permet   de   booster   la   créativité,   la   pro-­‐activité   et   l’agilité   de  
  3. 3. l’entreprise.    Ces  qualités  permettront  à  l’entreprise  de  mieux  identifier  et  gérer  ses  différentes  stratégies  de   croissance  (cf.  matrice  d’Igor  ANSOFF).       L’intelligence  stratégique  (IS),  innovation  nécessaire  pour  la  PME  wallonne   Aujourd’hui,  on  constate  que  trop  peu  de  PME  pratiquent  l’Intelligence  Stratégique,  discipline  mieux  connue  en   France  sous  le  nom  d’Intelligence  Economique.    La  Région  Wallonne,  l’agence  de  stimulation  économique  AS-­‐E   et  de  nombreux  opérateurs  de  l’animation  économique  (CCI-­‐H,  SPI,  etc.)  conscientisent  les  PME  à  l’importance   du  sujet  et  les  soutiennent  également  dans  leur  démarche  d’appropriation  et  d’implémentation  de  l’IS.     En   général,   l’entreprise   wallonne   doit   impérativement   soit   acquérir,   soit   améliorer   les   trois   capacités   suivantes  :   • La   connaissance   approfondie   de   son   environnement   métier   (Market   Intelligence,   veille   stratégique)  dans  le  but  de  créer  une  asymétrie  informationnelle  avec  ses  concurrents  ;   • La   protection   de   ses   informations   sensibles   et   de   sa   propriété   intellectuelle   (P.I.)   afin   de   premièrement  éviter  d’être  volontairement  déstabilisée  et  deuxièmement  d’exploiter  seule  et  le  plus   longtemps  possible  les  investissements  qu’elle  a  consentis;   • L’influence   («  lobbying  »)   afin   d’orienter   à   son   profit   les   décisions   des   acteurs   de   ses   environnements  micro  et  macro  (client,  partenaire,  cadre  législatif,  etc.).                                                                                                                            i  SPF  Economie  –  Website  officiel  05/2013  –  “Population  par  sexe  et  nationalité  pour  la  Belgique  et  les  régions,  2002  et  2012  »-­‐   http://statbel.fgov.be/fr/statistiques/chiffres/population/structure/natact/beletr/   ii  Zenito  -­‐  Website  officiel  05/2013  -­‐  «  Nombre  record  de  créations  d'entreprises  d'une  part  et  de  faillites  d'autre  part  »  -­‐   http://www.zenito.be/fr/entrepreneur/nouvelles/nombre-­‐record-­‐de-­‐creations-­‐dentreprises-­‐dune-­‐part-­‐et-­‐de-­‐faillites-­‐dautre-­‐ part#.UZxQzKl0-­‐Xo   iii  SPF  Economie  –  Website  officiel  05/2013  -­‐    “Plus  de  faillites,  moins  de  pertes  d’emploi”     http://statbel.fgov.be/fr/statistiques/organisation/dgsie/diffusion/statbel/a_la_une_archives/a_la_une_2012/2011-­‐ plus_de_faillites_moins_de_pertes_d_emploi.jsp   iv  L’Express  -­‐    Website  officiel  05/2013  –  «  Le  nombre  de  nouvelles  entreprises  en  Belgique  continue  de  diminuer  »  -­‐      http://www.express.be/business/fr/economy/le-­‐nombre-­‐de-­‐nouvelles-­‐entreprises-­‐en-­‐belgique-­‐continue-­‐de-­‐diminuer/189135.htm   v  INVEST  IN  WALLONIA  -­‐    Website  officiel  05/2013  -­‐  “Exporter  pour  vous  développer”   vi  AWEX  –  Agence  wallonne  à  l’Exportation  et  aux  Investissements  Etrangers  -­‐    Website  officiel  05/2013  -­‐    «  Evolution  des  exportations   wallonnes  au  cours  des  trois  premiers  trimestres  2012  »   vii  Michel  Mohring    -­‐  2011  -­‐  «  Le  déclin  de  notre  industrie  motocycliste  liégeoise»   viii  SPW  -­‐  Direction  des  risques  industriels,  géologiques  et  miniers  –  “Gestion  des  risques  miniers  en  Wallonie,  les  outils  WebGIS  au  service   de  la  prévention”  -­‐  Daniel  PACYNA,  Marc  SALMON  &  Patricia  RUSCART  -­‐  2012   ix  UWE  –  Union  Wallonne  des  Entreprise    -­‐  Website  officiel  05/2013  -­‐    “La  situation  de  l’industrie  wallonne”   http://www.uwe.be/economie/industrie/la-­‐situation-­‐de-­‐lindustrie-­‐wallonne   x  OCDE  –  Organisation  de  Coopération  et  de  Développement  Economiques  –  «  Examens  de  l’OCDE  sur  l’innovation  régionale:  Wallonie,   Belgique  –  2012  »   xi  ONSS  –  2010   xii  SPW  –  Website  officiel  05/2013  -­‐  «  Valeur  ajoutée  du  secteur  tertiaire  »  /   http://environnement.wallonie.be/enviroentreprises/pages/etatEnviIndustrie.asp?doc=syn-­‐ter-­‐val   xiii  Business  Model  Generation  –  2009  –  Yves  Pigneur  &  Alexander  Osterwalder  

×