Un rêve pas très normal
Je me souviens, je n'étais qu'une enfant à cette époque. Il faisait
froid ce jour là, il faisait froid tous les matins là-...
Puis, en arrivant à la porte d'entrée un bruit ou plutôt un ultra-son me
tapa dans la tête. Je me mis à terre, la peur mon...
En me relevant, je vis soudain une sorte de créature étrange qui
apparut assise dans le canapé près de la cheminée. On pou...
Tout à coup cette être malfaisant se déplaça très vite vers moi. Elle
avait les yeux aussi rouges que le sang. Son apparen...
La créature était pour moi une sorte de cauchemar ambulant, qui
vacillait dans tout le salon. En regardant cet être se déh...
Je ne pouvais ni la voir, ni l'entendre mais je sentais sa présence
autour de moi. Je sentais qu'elle m'écoutait, qu'elle ...
Le soleil commençait à faire son apparition parmi les collines du jardin.
Je m'étais endormie. Pensant avoir rêver, je me ...
Mais en arrivant dans le salon, la pagaille était telle, qu'il ne pouvait y
avoir qu'une seule explication… Malheureusemen...
Fantastique
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Fantastique

205 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
205
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fantastique

  1. 1. Un rêve pas très normal
  2. 2. Je me souviens, je n'étais qu'une enfant à cette époque. Il faisait froid ce jour là, il faisait froid tous les matins là-bas. Je venais de me lever, je suis toujours la première levée chez ma tante. Je descendais comme chaque matin, les escaliers grinçants de cette maison plutôt immense à mon goût.
  3. 3. Puis, en arrivant à la porte d'entrée un bruit ou plutôt un ultra-son me tapa dans la tête. Je me mis à terre, la peur montait en moi. Je retins ma respiration. Peu à peu, mon angoisse faisait son apparition. Quelqu'un m'appelait dans le salon. Une voix profonde et crissante à la fois, que personne ne pouvait définir.
  4. 4. En me relevant, je vis soudain une sorte de créature étrange qui apparut assise dans le canapé près de la cheminée. On pouvait voir sa tête, elle était noire. Au dessus de celle-ci, des ombres tournoyaient et définissaient sûrement les pensées de cette chose. Ses cheveux volaient mêlés à la fumée de la cheminée. J'avais peur et froid. Je vis alors plusieurs ombres qui m'encerclaient.
  5. 5. Tout à coup cette être malfaisant se déplaça très vite vers moi. Elle avait les yeux aussi rouges que le sang. Son apparence avait l'air humaine, mais je pouvais voir à travers son torse. La créature se mit à flotter dans toute la pièce, tel un nuage de poussière. Je me cachai derrière la porte de la cuisine, pensant qu'elle ne me voyait pas. Mes mains étaient devenues moites et mon front commençait à devenir bouillant. Mon angoisse était à son apogée.
  6. 6. La créature était pour moi une sorte de cauchemar ambulant, qui vacillait dans tout le salon. En regardant cet être se déhancher, je vis un liquide lumineux qu'elle laissait sur son passage. En me demandant ce que c'était, je m'avançai vers elle avec prudence. Elle disparut alors dans la pénombre.
  7. 7. Je ne pouvais ni la voir, ni l'entendre mais je sentais sa présence autour de moi. Je sentais qu'elle m'écoutait, qu'elle m'observait, mais je ne pouvais rien faire. Seule dans cette immense pièce je me voyais déjà a mon propre enterrement. J'avais peur, mais je restais dans l'idée que cette chose ne pouvait existé.
  8. 8. Le soleil commençait à faire son apparition parmi les collines du jardin. Je m'étais endormie. Pensant avoir rêver, je me réveillais avec des courbatures aux bras comme si quelqu'un m'avait forcée à faire un millions de pompes. J'ouvris les yeux doucement et vis les rideaux noirs de ma chambre. À ce moment là, j'étais sûre que tout cela n'était qu'un rêve : je pouvais descendre paisiblement les escaliers comme chaque matin.
  9. 9. Mais en arrivant dans le salon, la pagaille était telle, qu'il ne pouvait y avoir qu'une seule explication… Malheureusement il était déjà trop tard, ma mère s'était levée. Je ne saurai jamais ce qu'il s'était passé cette nuit là. Et pourtant, aujourd'hui, j'en rêve encore.

×