DE LA CRISE ÉCONOMIQUE AU CRASH FINANCIER David Cayla
1. Les origines : une crise de surproduction <ul><li>Une croissance économique mondiale déséquilibrée depuis la crise asia...
1. Les origines : une crise de surproduction <ul><li>Pour stimuler l'économie, les gouvernements optent pour une stratégie...
 
1. Les origines : une crise de surproduction <ul><li>Entre 1997 et 2007, l'économie mondiale repose sur un schéma économiq...
 
2. La finance auto-destructrice <ul><li>La croissance économique mondiale des années 2000 dépend de la capacité du système...
2. La finance auto-destructrice <ul><li>L'effet levier </li></ul><ul><ul><li>But : maximiser la rentabilité d'un investiss...
2. La finance auto-destructrice <ul><li>La titrisation </li></ul><ul><ul><li>Buts : </li></ul></ul><ul><li>1/ Se défausser...
Crédit immobilier (100) Banque Créance Finance SPV (offshore) Créance Achète MAX PROFITS SANS RISQUE 80 Tranche Senior AAA...
2. La finance auto-destructrice <ul><li>L'explosion des marché dérivés </li></ul><ul><ul><li>Les banques s'assurent contre...
3. Le crash des « subprimes » <ul><li>L'explosion des crédits « subprimes » </li></ul><ul><ul><li>Ils représente moins de ...
3. Le crash des « subprimes » <ul><li>La faillite des « modèles » </li></ul><ul><ul><li>L'augmentation des faillites des m...
4. Et maintenant ? <ul><li>Le modèle de « croissance » des années 2000 est derrière nous.  Les Etats sont incapables de se...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Forum Gauche Avenir sur la crise : Intervention de David Cayla

1 769 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 769
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
25
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Forum Gauche Avenir sur la crise : Intervention de David Cayla

  1. 1. DE LA CRISE ÉCONOMIQUE AU CRASH FINANCIER David Cayla
  2. 2. 1. Les origines : une crise de surproduction <ul><li>Une croissance économique mondiale déséquilibrée depuis la crise asiatique (1997) </li></ul><ul><ul><li>L a croissance de la demande domestique s'effondre en Asie (de 10% à 3%), alors que la croissance de la production industrielle se maintient. </li></ul></ul><ul><ul><li>Aux Etats-Unis, les revenus des ménages stagnent. </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Entre 2000 et 2007, le revenu du ménage médian a baissé de 0,3% par an. </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Les 20% les plus pauvres ont perdus 0,7% de pouvoir d'achat par an sur la même période. </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>En Europe, les politiques de rigueur empêchent l'augmentation des salaires, notamment via la réduction du salaire indirect (concurrence fiscale). </li></ul></ul>
  3. 3. 1. Les origines : une crise de surproduction <ul><li>Pour stimuler l'économie, les gouvernements optent pour une stratégie d'endettement </li></ul><ul><ul><li>Public (Italie, Allemagne, Japon, France) </li></ul></ul><ul><ul><li>Privé (USA, RU, Espagne, Irlande) </li></ul></ul><ul><li>L'endettement des ménages américains passe de 63% du PIB en 1998 à 100% du PIB en 2007 en raison d'une bulle immobilière sans précédent. </li></ul>
  4. 5. 1. Les origines : une crise de surproduction <ul><li>Entre 1997 et 2007, l'économie mondiale repose sur un schéma économique simple: </li></ul><ul><ul><li>L'Asie en développement accumule une infrastructure productive et limite sa demande interne (la Chine accumule $1900 milliards de réserve). </li></ul></ul><ul><ul><li>L'occident et le Japon épongent cette surproduction par l'endettement. </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Apparition d'un déficit historique dans la zone euro et au Japon. </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Les pays anglo-saxons connaissent un déficit de l'ordre de 5% de leur PIB. </li></ul></ul></ul>
  5. 7. 2. La finance auto-destructrice <ul><li>La croissance économique mondiale des années 2000 dépend de la capacité du système américain à créer de la dette. </li></ul><ul><ul><li>En 2008, l'industrie financière américaine emploie 5% de la pop active, pèse 15% du PIB et génère 40% des profits totaux. </li></ul></ul><ul><ul><li>La dérèglementation du secteur a permis un développement considérable de l'activité financière et des profits, grâce à deux mécanismes: </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>L'effet levier </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>La titrisation. </li></ul></ul></ul>
  6. 8. 2. La finance auto-destructrice <ul><li>L'effet levier </li></ul><ul><ul><li>But : maximiser la rentabilité d'un investissement grâce à l'endettement </li></ul></ul><ul><ul><li>Soit un actif qui génère une rentabilité brute de 10%: </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Sans levier: J'investis 1000, je gagne 100 </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Avec levier: </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>J'investis 1000 </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>J'emprunte 4000 à 5% </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Je gagne : 500 – 200 (intérêt) = 300 </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Rentabilité = 30 % </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><li>Le levier joue aussi dans le sens de la perte !! </li></ul></ul>
  7. 9. 2. La finance auto-destructrice <ul><li>La titrisation </li></ul><ul><ul><li>Buts : </li></ul></ul><ul><li>1/ Se défausser du risque en rendant « liquides » des engagements de créance (contourner les règlementations prudentielles). </li></ul><ul><li>2/ Restructurer un actif risqué en titres de niveaux de risques différents. </li></ul><ul><ul><li>Moyen : faire sortir du bilan d'une banque les actifs risqués (les créances) en les vendant à un « special purpose vehicule », une société établie offshore. </li></ul></ul>
  8. 10. Crédit immobilier (100) Banque Créance Finance SPV (offshore) Créance Achète MAX PROFITS SANS RISQUE 80 Tranche Senior AAA 8% 20 Tranche Mezz BB 14% 5 Tranche Equity C 30% Investisseurs de marché Titrisation
  9. 11. 2. La finance auto-destructrice <ul><li>L'explosion des marché dérivés </li></ul><ul><ul><li>Les banques s'assurent contre le risque en: </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Rendant liquide leurs créance </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Souscrivant à des assurances (CDS) </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Le volume des CDS passe de $3,5 milliards en 2003 à... $62 000 milliards en 2008 </li></ul></ul><ul><ul><li>AIG est le principal assureur des banques. Sa faillite pourrait entraîner la faillite de tout le système financier international... </li></ul></ul><ul><ul><li>Mais les CDS sont négociables, et génèrent un risque de contrepartie mal défini. </li></ul></ul>
  10. 12. 3. Le crash des « subprimes » <ul><li>L'explosion des crédits « subprimes » </li></ul><ul><ul><li>Ils représente moins de 10% des crédits immobiliers en 2000 contre 24% en 2006. </li></ul></ul><ul><ul><li>Le mécanisme de titrisation déresponsabilise les organismes de crédit et les courtiers n'hésitent pas à vendre des crédits à des ménages insolvables. </li></ul></ul><ul><ul><li>Le crédit peut être multiplié avec le crédit « hypothécaire rechargeable » </li></ul></ul><ul><ul><li>En quelques années, le taux de défaut sur les crédits immobiliers passe de 5% à 13,8% en 2007. </li></ul></ul>
  11. 13. 3. Le crash des « subprimes » <ul><li>La faillite des « modèles » </li></ul><ul><ul><li>L'augmentation des faillites des ménages conduisent les banques à saisir les biens immobiliers. </li></ul></ul><ul><ul><li>L'éclatement de la bulle immobilière rend ces biens invendables. </li></ul></ul><ul><ul><li>La valeur des titres s'effondre, l'effet levier multiplie les pertes bancaire. </li></ul></ul><ul><ul><li>Les banques cessent de se prêter entre elles. Dans un premier temps, elles sont incapables d'évaluer la qualité de leurs actifs. </li></ul></ul>
  12. 14. 4. Et maintenant ? <ul><li>Le modèle de « croissance » des années 2000 est derrière nous. Les Etats sont incapables de se substituer à l'endettement privé défaillant . </li></ul><ul><li>Pour sortir de la surproduction, le marché tend naturellement à limiter la production (faillite d'entreprises, licenciements, baisse du commerce). Cette logique conduit à la dépression . </li></ul><ul><li>La seule solution passe par une augmentation de la demande solvable des ménages susceptibles de consommer. Ceci implique un retournement de cycle et une diminution des inégalités . </li></ul>

×