HERMÉNEUTIQUE D’UN TEXTE
HERMÉNEUTIQUE D’UN DESSIN
ARCHITECTURAL:
Mohamed Ben Moussa
Séminaire critique architecturale
201...
PLAN :
1. Introduction et questions clefs;
2. De la phénoménologie de la perception à la phénoménologie
de la conception;
...
La réflexion que nous menons tourne autour de
l’influence des techniques de représentation de
l’espace sur le processus de...
QUESTIONS CLEFS;
Quel est l’impact du dessin architectural sur la genèse de
l’œuvre architecturale et sur le processus de ...
2. DE LA PHÉNOMÉNOLOGIE DE LA
PERCEPTION À LA PHÉNOMÉNOLOGIE DE
LA CONCEPTION
La Phénoménologie va nous
donner les outils ...
a) ACTE MAGICO-SPIRITUEL:
Il est intéressant de
rappeler, que concevoir
et dessiner un espace
architectural pour un
bouddh...
3. DE L’OBJET AU SUJET:
Le mot objet répond à une
«attitude» et à une rigueur
scientifique indispensable pour la
conceptio...
4. DÉFINITION DU RAPPORT ENTRE
DESSIN (ESQUISSE) ET TEXTE :
Premier temps – le temps de l’objectivité:
Afin de concevoir u...
Le dessin ou le jet lancé est
constitué de lignes, de formes,
de couleurs entrelacées,
enchevêtrées ‘mises en aplat’
(c’es...
Ceci nous rappelle le jeu de dénouement du fil croisé
et enlacé entre les doigts. Les ‘figures’ à obtenir
dépendent du bou...
LE JEU DE DÉNOUEMENT DU FIL
Grâce à la phénoménologie le
dessin architectural à
concevoir sera promu au statut
de sujet et...
6. HERMÉNEUTIQUE D’UN DESSIN /
HERMÉNEUTIQUE D’UN TEXTE
À croire Gadamer,
l'herméneutique du texte, n'est
rendue possible ...
HERMÉNEUTIQUE D’UN DESSIN /
HERMÉNEUTIQUE D’UN TEXTE
D'où le double mouvement que
suppose l'herméneutique entre le
sujet e...
a) DÉFINITION DES TEMPORALITÉS DE
L’HERMÉNEUTIQUE :
Comment se fait l’herméneutique du dessin ?
Le dessin étant promu au s...
b) L’ACTUEL COMME POINT DE
PARTANCE À LA LECTURE
Comme dans le jeu du fil, où l’« actuel » est
chaque point de partance (b...
b) L’ACTUEL COMME POINT DE
PARTANCE À LA LECTURE
Le dessin/texte comportera
des virtualités non encore
écloses ; plusieurs...
b) L’ACTUEL COMME POINT DE
PARTANCE À LA LECTURE
L'espace dessiné vit une réelle
implosion, une cacophonie de
sons et de t...
Ces dessins ainsi exprimés se veulent une
critique aux techniques courantes de
représentation architecturale de l'espace, ...
Par leur système de projection
orthogonale, façades et coupes se
verront alors limitées à mettre ces
directions d'une mani...
L’architecte dans sa lecture du
dessin/texte ne doit pas s'immobiliser
à un point de vue unique qui aurait le
privilège de...
Notons que certaines techniques
picturales et de représentation de
l’espace, en l’occurrence la
miniature, prennent en
con...
Le dessin contiendra alors une multitude
d'actuels possibles. Ces actuels seront latents et
en suspens, en attente d'un re...
Une couleur passant
(furtivement) au dessous
d'une autre couleur ;
l’étudiant sera là à guetter ce
passage! La forme de la...
Un architecte attiré par les
couleurs, cheminera dans le
dessin architectural en ayant
comme escale une couleur
particuliè...
Tous ces éléments semblent
alors des arabesques qui
suggèrent cet ‘infini’ ou ce ‘fini’
qui s'anime par l'intérêt et le
dé...
7. CHAMBER WORK DE LIBESKIND
Eisenman (1985) parlant de Chamber Work de
Libeskind (dessins et maquettes faits dans un
cadr...
7. CHAMBER WORK DE LIBESKIND
En effet, chez Libeskind le dessin est promu à un
statut de texte et n'est plus un simple gra...
8. BIBLIOGRAPHIE
Augoyard J. F. _ Pas à pas. _ Paris, Du Seuil, 1979. _ 185p.
Bachelard G. _ La dialectique de la durée. _...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Herméneutique d’un texte herméneutique d’un dessin architectural

441 vues

Publié le

La réflexion que nous menons tourne autour de l’influence des techniques de représentation de l’espace sur le processus de la conception architecturale.
Quel est l’impact du dessin architectural sur la genèse de l’œuvre architecturale et sur le processus de conception ?

Le « latent » dans l’esquisse quel est son influence sur l’œuvre finale ?

Ou bien, pour parler un langage esthétique, quel est l’impact du dessin architectural sur la poïétique du projet (dans le sens du faire)?

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
441
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Herméneutique d’un texte herméneutique d’un dessin architectural

  1. 1. HERMÉNEUTIQUE D’UN TEXTE HERMÉNEUTIQUE D’UN DESSIN ARCHITECTURAL: Mohamed Ben Moussa Séminaire critique architecturale 2014 - 2015
  2. 2. PLAN : 1. Introduction et questions clefs; 2. De la phénoménologie de la perception à la phénoménologie de la conception; a) Acte magico-spirituel du mandala; 3. DE L’OBJET AU SUJET; 4. Du dessin au texte; Le jeu de dénouement du fil;5. Le jeu de dénouement du fil; 6. Herméneutique d’un dessin/Herméneutique d’un texte a) Définition des temporalités de l’herméneutique; b) L’actuel comme point de partance et d’« arrachement » à la lecture; c) Mise en garde contre les techniques de représentation conventionnelles; d) Itinéraire herméneutique; 7. Chamber Work de Libeskind; 8. Bibliographie.
  3. 3. La réflexion que nous menons tourne autour de l’influence des techniques de représentation de l’espace sur le processus de la conception architecturale. 1. INTRODUCTION ET QUESTIONS CLEFS; Les questions que nous allons nous poser se situent par rapport à l’antichambre de cette conception. à savoir :
  4. 4. QUESTIONS CLEFS; Quel est l’impact du dessin architectural sur la genèse de l’œuvre architecturale et sur le processus de conception ? Le « latent » dans l’esquisse quel est son influence surLe « latent » dans l’esquisse quel est son influence sur l’œuvre finale ? Ou bien, pour parler un langage esthétique, quel est l’impact du dessin architectural sur la poïétique du projet (dans le sens du faire)?
  5. 5. 2. DE LA PHÉNOMÉNOLOGIE DE LA PERCEPTION À LA PHÉNOMÉNOLOGIE DE LA CONCEPTION La Phénoménologie va nous donner les outils pour comprendre cette phase difficile, complexe, voire même magique, qu’est la conception d’un objetconception d’un objet architectural. Et pour paraphraser M. Ponty, nous allons non pas nous intéresser à la phénoménologie de la perception mais plutôt à celle de la conception architecturale.
  6. 6. a) ACTE MAGICO-SPIRITUEL: Il est intéressant de rappeler, que concevoir et dessiner un espace architectural pour un bouddhiste relève de labouddhiste relève de la magie, d’où l’intérêt qu’il donne au mandala ; à la fois technique de représentation de l’espace et processus qui y mène.
  7. 7. 3. DE L’OBJET AU SUJET: Le mot objet répond à une «attitude» et à une rigueur scientifique indispensable pour la conception architecturale. D’où une première phase d’appréhension, de collected’appréhension, de collecte d’informations, de connaissance du terrain d’assimilation du programme. La connaissance "objective" n’est pas suffisante à elle seule, pour faire aboutir le projet. Une dimension "subjective", créatrice et imaginative est de mise.
  8. 8. 4. DÉFINITION DU RAPPORT ENTRE DESSIN (ESQUISSE) ET TEXTE : Premier temps – le temps de l’objectivité: Afin de concevoir un objet architectural, il s’agit, au préalable, d’assimiler toutes les données objectives du projet (programme, servitude, orientation…etc.)servitude, orientation…etc.) Deuxième temps – le temps de la subjectivité: Procéder ensuite à un « jet » de ligne, de formes et de couleurs, brutes au départ, que l’étudiant affinera au fur et à mesure.
  9. 9. Le dessin ou le jet lancé est constitué de lignes, de formes, de couleurs entrelacées, enchevêtrées ‘mises en aplat’ (c’est-à-dire sans privilégier un plan par . DÉFINITION DU RAPPORT ENTRE DESSIN (ESQUISSE) ET TEXTE : rapport à un autre). Il contient, dans ce cas, des potentialités latentes aspirant à un ‘dénouement’. Le dessin (ou l’esquisse) obtenu sera le texte à lire et à écrire. Dessin de D. Libeskind
  10. 10. Ceci nous rappelle le jeu de dénouement du fil croisé et enlacé entre les doigts. Les ‘figures’ à obtenir dépendent du bout du fil par lequel on commencera le 5. LE JEU DE DÉNOUEMENT DU FIL dépendent du bout du fil par lequel on commencera le dénouement. C’est dans cet esprit de jeu et de dénouement du chiffre et mystère du dessin/texte que chacun dénouera l’esquisse, et ce, par n’importe quel bout du fil, c’est-à-dire par n’importe quelle ligne, forme ou couleur.
  11. 11. LE JEU DE DÉNOUEMENT DU FIL Grâce à la phénoménologie le dessin architectural à concevoir sera promu au statut de sujet et de texte à enrichir avec la sensibilité etavec la sensibilité et l’empathie créatrice. D’où l’herméneutique du dessin/texte du projet se faisant. Tableau de Adel Mégdiche
  12. 12. 6. HERMÉNEUTIQUE D’UN DESSIN / HERMÉNEUTIQUE D’UN TEXTE À croire Gadamer, l'herméneutique du texte, n'est rendue possible que si l'œuvre (en l’occurrence dans notre cas le dessin/texte) que je veux interpréter s'est emparée de moi par quelque côté. interpréter s'est emparée de moi par quelque côté. Faute de quoi elle ne m'intéresserait pas (et par-là même, je ne l'intéresserais pas), et en la déchiffrant peu à peu je vais à mon tour à sa rencontre. Tableau de Adel Mégdiche
  13. 13. HERMÉNEUTIQUE D’UN DESSIN / HERMÉNEUTIQUE D’UN TEXTE D'où le double mouvement que suppose l'herméneutique entre le sujet et l'objet, entre le lecteur et le texte à lire, entre l’étudiant et son dessin. Ainsi, à chacun une lecture et nous dirons même une écriture car, dans ce cas d'appropriation et de relation, nous sommes dans un acte d'imagination créatrice. Tableau de Adel Mégdiche
  14. 14. a) DÉFINITION DES TEMPORALITÉS DE L’HERMÉNEUTIQUE : Comment se fait l’herméneutique du dessin ? Le dessin étant promu au statut de texte non plus à regarder mais plutôt à lire Il contiendra alors des virtualités latentes quiIl contiendra alors des virtualités latentes qui seront des possibilités de lecture et d'écriture auxquelles s'apprête celui qui fait l'herméneutique. Ces virtualités et temporalités, investies dans le dessin, vont nous surprendre. Il est révélateur de suggestions insoupçonnées.
  15. 15. b) L’ACTUEL COMME POINT DE PARTANCE À LA LECTURE Comme dans le jeu du fil, où l’« actuel » est chaque point de partance (bout du fil) pour le dénouement du nœud, pour le dessin/texte l’actuel est la première temporalité de lecture. Il sera tout point de départ que le lecteur jugera nécessaire pour aborder son œuvre.
  16. 16. b) L’ACTUEL COMME POINT DE PARTANCE À LA LECTURE Le dessin/texte comportera des virtualités non encore écloses ; plusieurs possibilités de lectures et d’écritures.d’écritures. Tout point, toute ligne, toute couleur ou toute forme peut être le point de partance (l’actuel) pour une reconstruction du dessin originel. Dessin de D. Libeskind
  17. 17. b) L’ACTUEL COMME POINT DE PARTANCE À LA LECTURE L'espace dessiné vit une réelle implosion, une cacophonie de sons et de tonalités. Les lignes et les plans y sont dans toutes les directions, engendrant d'impressionnantes tensions etd'impressionnantes tensions et sensations. La ‘mise en aplat’ des formes, lignes, points et couleurs rompt avec la géométrie d'Euclide. La profondeur n’est pas alors niée; elle est plutôt ‘infinitisée’. Dessin de D. Libeskind
  18. 18. Ces dessins ainsi exprimés se veulent une critique aux techniques courantes de représentation architecturale de l'espace, car une façade, une coupe ou même une perspective ne pourra suivre toutes ces directions de lignes et de c) MISE EN GARDE CONTRE LES TECHNIQUES DE REPRÉSENTATION CONVENTIONNELLES pourra suivre toutes ces directions de lignes et de plans et toute cette spatialité sous-jacente. Dessin de D. Libeskind
  19. 19. Par leur système de projection orthogonale, façades et coupes se verront alors limitées à mettre ces directions d'une manière frontales réduisant alors cette fragmentation c) MISE EN GARDE CONTRE LES TECHNIQUES DE REPRÉSENTATION CONVENTIONNELLES réduisant alors cette fragmentation richement illustrée. Réfléchir des espaces moyennant coupes et façades est certainement bénéfique, mais risque de réduire les découvertes et les potentialités recherchées. Dessin de D. Libeskind
  20. 20. L’architecte dans sa lecture du dessin/texte ne doit pas s'immobiliser à un point de vue unique qui aurait le privilège de l’ « actuel ». Pour lever les yeux de ce point fixe, il doit « s’élever » lui même vers chacun d) ITINÉRAIRE HERMÉNEUTIQUE doit « s’élever » lui même vers chacun des éléments représentés (autres points, lignes, formes et couleurs). La lecture, devient alors à la fois un itinéraire mental, une réalisation intérieure, et aussi une herméneutique du dessin/texte devant lui.
  21. 21. Notons que certaines techniques picturales et de représentation de l’espace, en l’occurrence la miniature, prennent en considération cet itinéraire herméneutique. d) ITINÉRAIRE HERMÉNEUTIQUE herméneutique. Chacun fera la lecture de sa miniature ou de son dessin architectural selon son gré. Comme si, "l'actuel" était rendu au libre arbitre de chacun et en fonction de son état présentiel. Ibn Arabi appelle l'état présentiel d'imagination – ‫ل‬ ‫ا‬ ‫ة‬ . Miniature persane
  22. 22. Le dessin contiendra alors une multitude d'actuels possibles. Ces actuels seront latents et en suspens, en attente d'un regard passionné, ou d'un étudiant prêt à déconstruire le déploiement des temporalités dans le dessin pour en faire une d) ITINÉRAIRE HERMÉNEUTIQUE des temporalités dans le dessin pour en faire une construction à sa propre mesure. Tableau de W. Kandinsky
  23. 23. Une couleur passant (furtivement) au dessous d'une autre couleur ; l’étudiant sera là à guetter ce passage! La forme de la tâche de couleur contribue à créer la d) ITINÉRAIRE HERMÉNEUTIQUE de couleur contribue à créer la forme de la tâche d'après ; on sera là pour admirer les deux couleurs! Un corps créant une tension avec un autre ne manquera pas de créer en nous une tension et une sensation particulière! Tableau de W. Kandinsky
  24. 24. Un architecte attiré par les couleurs, cheminera dans le dessin architectural en ayant comme escale une couleur particulière qui va l’interpeller. Il en fera un « actuel » auquel d) ITINÉRAIRE HERMÉNEUTIQUE Il en fera un « actuel » auquel succèderont d’autres temporalités. Un autre architecte, attiré par les lignes, cheminera dans le tableau qu'offre son dessin en construisant son itinéraire en fonction de la ligne qui l'attire. Tableau de W. Kandinsky
  25. 25. Tous ces éléments semblent alors des arabesques qui suggèrent cet ‘infini’ ou ce ‘fini’ qui s'anime par l'intérêt et le désir qu'on lui accorde. d) ITINÉRAIRE HERMÉNEUTIQUE désir qu'on lui accorde. Une arabesque où tous ces plans, toutes ces couleurs et toutes ces formes s'entrelacent, s'enrobent et s'interpénètrent : ils sont des amoureux fous!
  26. 26. 7. CHAMBER WORK DE LIBESKIND Eisenman (1985) parlant de Chamber Work de Libeskind (dessins et maquettes faits dans un cadre expérimental), nous dit que les dessins présentés dans cette série ont rompu avec la tradition qu'on a généralement, et qui consiste àtradition qu'on a généralement, et qui consiste à « regarder » les dessins. Dessins de D. Libeskind
  27. 27. 7. CHAMBER WORK DE LIBESKIND En effet, chez Libeskind le dessin est promu à un statut de texte et n'est plus un simple graphisme, car il invite le lecteur à être attentif et à faire une absolution et libération du sens du dessin. Projets de D. Libeskind
  28. 28. 8. BIBLIOGRAPHIE Augoyard J. F. _ Pas à pas. _ Paris, Du Seuil, 1979. _ 185p. Bachelard G. _ La dialectique de la durée. _ Paris, P.U.F, 1950. Beaudrillard J. _ Le système des objets. Gallimard, 1968. _ 288p. Calvino I. _ Les villes invisibles. _ Du Seuil, 1974, 189 p. Corbin H. _ L'imagination créatrice dans le soufisme d'Ibn Arabi. _ Paris, Flammarion, 1958. Derrida Jacques. _ Psyché: l'invention de l'autre._ Editions : galilée. Durand G. _ L'âme tigrée. _ Denöel-Gautier, 1980. _ 210p.Durand G. _ L'âme tigrée. _ Denöel-Gautier, 1980. _ 210p. EISENMAN Peter .Technique et Architecture, Fev - Mars 1985 N°356. Ibn Arabi M. _ Fosus alhikem. _ Algérie, Mofam édition, 1991. _ 200 p. Eco Umberto. _ La structure absente. Paris, Mercure de France, 1972. _ 447p. Focillon H. _ Vie des formes. _ Edit. P.U.F, 1970. _ 98p. Merleau-Ponty M. _ Phénoménologie de la perception. _ Paris, Gallimard, 1945. _ 335p. Papadopoulo Alexandre. _ L'Islam et l'art musulman._ Editions : Lucien Mazenod Thameur A. _ Thalath Rasaïl Ismaélia. _ Beyrouth, Dar Al Afaq Aljadida, 1983. _ 52p. Yung C.G. _ L'âme et le soi: renaissance et individuation. _ Paris, Albin Michel, 1990.

×