Appareil génital-par-mr-haroun

1 077 vues

Publié le

snv biologie

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
5 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 077
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
29
Actions
Partages
0
Téléchargements
22
Commentaires
0
J’aime
5
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Appareil génital-par-mr-haroun

  1. 1. Appareil génital Embryologie Humaine Les TDs (01 et 02) par Mr HAROUN Med Anis
  2. 2. Introduction • La reproduction est assurée par les glandes sexuelles qui deviennent matures à la puberté. • Les testicules vont produire les spermatozoïdes chez l’homme et les ovaires vont produire les follicules ovariens chez la femme, et c’est l’acte sexuel qui va permettre la fusion des gamètes mâles et femelles : la fécondation ; puis va suivre la nidation, le développement de l’embryon et enfin l’accouchement.
  3. 3. L'APPAREIL GÉNITAL MASCULIN
  4. 4. Les testicules  Les testicules sont deux glandes exocrines, de formes ovoïdes, de 4 à 5 cm de long. Les testicules sont contenus dans les bourses ou scrotum. Ils sont fixés à l'intérieur des bourses par le ligament scrotal et le cordon spermatique.  Chaque testicule est formé par une enveloppe fibreuse, l'albuginée, qui entoure un grand nombre de lobules testiculaires et envoient entre eux des cloisons qui les séparent les uns des autres.  Chaque lobule est formé par des tubes séminifères (ceux-ci collectent les spermatozoïdes avant de les évacuer par les voies spermatiques intratesticulaires).  A l'intérieur des tubes séminifères, se trouvent les cellules de Sertoli et les cellules de la lignée génitale. Les cellules de Sertoli ont un rôle de soutien et de nutrition. Les cellules de la lignée génitale subissent au cours de leur évolution, une division particulière, la méiose, qui aboutit à la formation des spermatozoïdes (spermatogénèse).  Entres les tubes séminifères se trouvent les cellules interstitielles ou cellules de Leydig, qui possedent une sécrétion endocrine : production d'androgènes et si besoin, de la testostérone.
  5. 5. Les testicules L'hormone testiculaire L'hormone essentielle des testicules est la testostérone, c'est une substance stéroïde.
  6. 6. Anatomie des testicules
  7. 7. Chaque lobule contient 2 à 3 tubes séminifères d’une longueur de 80cm à 1m et d’un diamètre de 150µm à 300µm Les tubes séminifères se dirigent vers le corps de Highmore dans lequel ils pénètrent par de courts segments rectilignes, les tubes droits, pour y constituer un réseau: le rete testis
  8. 8. Physiologie des testicules Les testicules sont des glandes mixtes : Fonction endocrine : sécrétion d'androgène par les cellules de Leydig. Fonction exocrine : spermatogénèse. L'hypothalamus libère une neurohormone ( car ces des neurones qui la synthétisent) , la GnRH ( Gonadotropin-releasing hormone) qui stimule les sécrétions hypophysaires. L'hypophyse sécrète alors deux hormones qui commandent le testicule, les gonadostimulines :
  9. 9. Physiologie des testicules LH : Stimule les cellules de Leydig : Augmentation de la sécrétion de testostérone par les cellules de Leydig. FSH : Stimule la spermatogénèse. Croissance des tubes séminifères.
  10. 10. Physiologie des testicules Sécrétion de l'inhibine, qui a trois rôle :  Au niveau hypophysaire : bloque la synthèse et la libération de FSH.  Au niveau hypothalamique : inhibe la synthèse de GnRH.  Au niveau testiculaire : rôle dans l'acquisition de la mobilité des spermatozoïdes.
  11. 11. Physiologie des testicules  Une baisse du taux des hormones sexuelles (testostérone et inhibine) entraîne une augmentation de la sécrétion de GnRH afin d'augmenter la sécrétion de ces hormones.  Au contraire, une augmentation du taux des hormones sexuelles entraîne une diminution de la sécrétion de GnRH, on parle alors de rétrocontrôle.
  12. 12. L'épididyme: L'épididyme est un organe allongé d’environ 5 cm de long, appliqué contre le testicule à la manière d’un « cimier de casque ». Il est composé de trois parties : La tête Le corps La queue : se continue avec le canal déférent.
  13. 13. Le canal déférent: Le canal déférent un canal long de 45 cm, qui s'étend de la queue de l'épididyme au canal éjaculateur. Il se termine par une ampoule déférentielle qui sert de réservoir aux spermatozoïdes dans l'intervalle des éjaculations.
  14. 14. Les vésicules séminales: Les vésicules séminales sont des réservoirs musculo-membraneux situés en arrière de la prostate et reliés chacun sur la terminaison du canal déférent correspondant. Elle secrète et contiennent un liquide destiné à diluer la bouillie épaisse des spermatozoïdes se trouvant dans l'ampoule déférentielle, c'est le liquide séminal.
  15. 15. Le canal déférent se termine par une région dilatée, l’ampoule déférentielle (stockage des spermatozoïdes), bordée par un épithélium prismatique simple au niveau de laquelle s’abouche les vésicules séminales Il se poursuit par le court canal éjaculateur qui rejoint l’urètre prostatique
  16. 16. Les cannaux éjaculateurs Les canaux éjaculateurs traversent la prostate, ils sont formés par l'union du canal déférent et de sa vésicule séminale puis débouchent dans l'urètre.
  17. 17. L'urètre L'urètre est un canal excréteur a double fonction : urinaire (urine) et génitale (liquide spermatique). Il se termine par le méat urétral.
  18. 18. La prostate:  La prostate est une glande annexée à la partie initiale de l'urètre masculin. Elle est située en arrière de la symphyse pubienne, en avant du rectum, en dessous de la vessie, entre les deux muscles releveurs latéralement de l'anus.  Elle est traversée par l'urètre, l'utricule prostatique et les canaux éjaculateurs.  Elle est constituée par un ensemble de petits culs-de-sac glandulaires avec leurs canaux excréteurs qui secrètent un liquide de dilution pour les spermatozoïdes, le liquide prostatique.
  19. 19. La verge  Le pénis ou verge, est l'organe de la copulation chez l'homme.  A l'état de flacidité, elle a la forme d'un cylindre aplati d'avant en arrière et pend en avant des bourses.  A l'état d'érection, la verge se relève au devant de l'abdomen, augmente de volume et devient rigide.  Elle se termine à son extrémité par un renflement, le gland, sur lequel s'ouvre le méat urétral. Le gland est entouré par un repli cutané, le prépuce.
  20. 20. Peau Albuginée Corps caverneux Corps spongieux Urètre spongieux Artère profonde du pénis Pénis Constitué de trois organes érectiles: - le corps spongieux, médian, entoure l’urètre. Possède 2 renflements postérieur: le bulbe antérieur: le gland - les corps caverneux: demi-cylindres séparés par une cloison conjonctive Les corps spongieux et caverneux sont entourés par une albuginée riche en cellules musculaires lisses Erection: double phénomène vasculaire (dispositifs de bloc sur les artères et retour veineux diminué) et musculaire
  21. 21. Les organes érectiles :  Les deux corps caverneux : ils s'insèrent chacun sur le bord inférieur de l'os iliaque et se portent vers l'avant puis se collent l'un à l'autre pour former le gland.  Le corps spongieux : il entoure l'urètre.
  22. 22. Formation des spermatozoïdes et éjaculation  Les spermatozoïdes, ou gamètes mâles, sont de petites cellules.  (3μ de large et 60μ de long) très mobiles dont la structure a pour but d'amener les chromosomes paternels à l'intérieur de l'ovocyte.  Ils sont formés de 3 parties :
  23. 23. Les spermatozoïdes  La tête composée du noyau (contenant les chromosomes) et de l' acrosome (sac contenant les enzymes nécessaires à la pénétration dans l'ovocyte).  La pièce intermédiaire : très riche en mitochondries qui fournissent l'énergie nécessaire au mouvement.  Le flagelle qui est l'organe de propulsion du spermatozoïde
  24. 24. La spermatogenèse La spermatogenèse, ou formation des spermatozoïdes, se déroule au sein des tubes séminifères situés dans les testicules. Elle s'effectue à partir de cellules souches, les spermatogonies, qui se multiplient par simple division cellulaire.
  25. 25. La spermatogenèse • Tout d'abord, à travers de multiples mitoses, à partir d'une spermatogonie, on en obtient un stock. Puis la spermatogonie grandit et devient spermatocyte I. À ce stade, ce sont toujours des cellules souches avec 2n chromosomes. La méiose des spermatocytes I produit des spermatocytes II qui n'ont plus que n chromosomes . • La suite de la méiose conduit à des spermatides qui migrent vers la "lumière" du tube. La différenciation de ceux-ci donne finalement le spermatozoïde, au centre du tube. On dit donc que la spermatogenèse est « centripète ». • Ce processus est continu, c'est-à-dire que les cellules se transforment successivement et sont remplacés par de nouvelles spermatogonies obtenues par mitose.
  26. 26. La spermatogenèse • Dans les tubes séminifères, on remarque aussi la présence de grandes cellules, les cellules de Sertoli, qui soutiennent et nourrissent les spermatogonies et qui sont donc indispensables à la spermatogenèse. • Les tubes séminifères conduisent, par un système de drainage, au canal épididymaire qui devient canal déférent en sortant des testicules. Les cellules sont propulsées dans ce canal, et mélangées avec le liquide séminal dans la prostate, pour former le sperme lors de l'éjaculation.
  27. 27. La spermatogenèse  Spermatogonies ( se multiplie par division cellulaire)  Spermatocyte I vont subir la mitose réductionnelle  Spermatocytes II. mitose équationnelle  Spermatides (spermatozoïdes immatures) phase de maturation  Spermatozoïdes. .
  28. 28. La spermatogenèse Cette dernière phase permet au spermatozoïde d'acquérir les outils nécessaires à la fécondation (acrosome, flagelle) et de modifier son noyau. La spermatogenèse débute à la puberté et est permanente. Il faut environ 72 jours pour qu'une spermatogonie donne naissance à un spermatozoïde
  29. 29. La spermatogenèse Les spermatozoïdes, après leur maturation, sont libérés à l'intérieur des tubules séminifères et vont être stockés dans l'épididyme où ils vont terminer leur maturation (acquisition de la mobilité). Lors de l'éjaculation, les spermatozoïdes (ainsi que les sécrétions de l'épididyme) vont passer dans les canaux déférents, se mélanger avec les sécrétions des vésicules séminales puis de la prostate ce qui permet la formation du sperme. Le sperme passe ensuite dans l'urètre et est éjaculé vers l'extérieur au niveau du gland.
  30. 30. Durée de vie des gamètes  Ovules : 24 à 48 heures  Spermatozoïdes : de 3 à 5 jours
  31. 31. Etapes de la vie génitale Troubles de la ménopause. Bouffées de chaleur. Etat dépressif. Hyper sudation nocturne. Troubles du sommeil. Atrophie de la vulve. Fatigue. Modification de la peau et des cheveux. Prise de poids.
  32. 32. Etapes de la vie génitale I - LA PUBERTE. C'est une période qui se situe entre 10 et 15 ans. Elle est le moment de l'acquisition des organes génitaux. La reproduction est alors possible.
  33. 33. Etapes de la vie génitale Chez le garçon. • La maturation pubère est sous la dépendance des hormones hypophysaires F.S.H. et L.H. et sous le contrôle de l'hypothalamus qui secrète L.H.R.H. • Les hormones hypophysaires stimulent la production de testostérone par le testicule. • Le développement des caractères sexuels secondaires s'effectue à une date et une vitesse variable selon les sujets. Il est marqué par: • L'augmentation du volume des testicules. • Le développement de la verge et du scrotum. • La pigmentation du scrotum vers 13 ans. • Le développement de la pilosité pubienne.
  34. 34. Etapes de la vie génitale • La ménopause est une évolution normale de la vie chez une femme. C'est un pas dans le processus lent et long du vieillissement reproducteur. Pour la majorité des femmes ce processus commence doucement environ vers la quarantaine, quand le cycle menstruel commence à se dérégler. La diminution d’œstrogène et de progestérone cause ce changement de menstruation. Ces hormones sont importantes pour maintenir le vagin et l’utérus en bon état de santé, réguler les cycles menstruels et permettre la grossesse. • L'œstrogène contribue aussi à la bonne santé des os et à ce que les femmes maintiennent un bon niveau de cholestérol dans le sang. • Il y a des chirurgies qui peuvent causer la ménopause. Par exemple, l’hystérectomie, enlèvement de l’utérus qui mettra fin aux menstruations. Quand on enlève les deux ovaires, les symptômes de la ménopause commencent immédiatement peut importe l’âge.
  35. 35. Etapes de la vie génitale Chez le garcon: Le développement de la pilosité axillaire, du thorax et de la face. Les autres caractéristiques sexuelles: • La mue de la voix. • Apparition des premières éjaculations qui s'installent de façon très variable selon les sujets. • Accélération de la croissance. • Modification du caractère: période d'hyper émotivité. • Modifications psychiques avec apparition de l'agressivité. • La spermatogenèse n'est complète et aboutit à la formation des spermatozoïdes que 3 ou 4 mois après le début de la puberté. Elle devient alors un phénomène continue qui se produit jusqu'à la sénescence.
  36. 36. Les organes génitaux externes L'ensemble des organes génitaux externes chez la femme est la vulve.
  37. 37. La vulve  La vulve est occupée à sa partie moyenne par une cavité, médiane, au fond de laquelle s'ouvrent l'urètre et le vagin. Cette cavité est appelée vestibule.  Le vestibule est limité de chaque côté par deux replis cutanéo- muqueux juxtaposés, la grande lèvre en dehors et la petite lèvre en dedans.  Les grandes lèvres se réunissent au niveau de la partie inférieure à la commissure postérieur et au niveau de la partie supérieur pour former le mont de vénus.  Les petites lèvres se réunissent en leur partie inférieure à la fourchette et au niveau supérieur, elles viennent recouvrir le clitoris pour former le capuchon du clitoris.
  38. 38. La vulve B- Les glandes annexes Les glandes de Bartholin Les glandes de Bartholin se trouvent de part et d'autre du vestibule, derrière les bulbes vestibulaires. Le canal excréteur s'ouvre au niveau de l'orifice vaginal. Ces glandes déversent des sécrétions pour faciliter les rapports sexuels. Les glandes de Skène Les glandes de Skène sont de petites glandes dont le canal excréteur s'ouvre au niveau du méat urétral. Comme les glandes de Bartholin, leur sécrétion favorise la lubrification.
  39. 39. Rôle physiologique de la vulve  La vulve participe à l'élimination urinaire.  Elle a un rôle dans l'acte sexuel, c'est le support principal de la sensibilité.  La vulve est le lieu de la lubrification qui facilite les rapports sexuels. Son rôle dans l'accouchement se caractérise par sa composition : ses tissus souples se dilate lors de l'accouchement.
  40. 40. Les organes génitaux internes A- Le vagin Le vagin est un conduit fibro-musculaire qui s'étend de la vulve jusqu'au col utérin. (8 cm de long et 3 cm de large). Le vagin est situé entre le rectum en arrière, la vessie et l'urètre en avant. Dans sa partie inférieure, le vagin est partiellement obstrué par l'hymen chez la fille vierge. Dans sa partie supérieure, le vagin vient formé une sorte de cupule autour du col de l'utérus.
  41. 41. Les organes génitaux internes B- L'utérus:  L'utérus est un muscle creux à paroi épaisse qui tient en place grâce à des ligaments.  L'utérus est situé dans le petit bassin, sur la ligne médiane entre la vessie en avant et le rectum en arrière.  C'est l'organe destiné à contenir l'œuf fécondé pendant son évolution et à l'expulser quand il est arrivé à son complet développement
  42. 42. Les organes génitaux internes Les différentes parties de l'utérus On distingue à l'utérus 3 parties : Le col, partie cylindrique étroite, s'ouvrant dans le vagin par un orifice étroit. Le corps, partie supérieur. L'isthme, portion intermédiaire rétrécie.
  43. 43. Les organes génitaux internes La composition de l'utérus  L'utérus est constitué par une couche de fibres musculaires lisses extrêmement épaisse : c'est le muscle utérin ou myomètre.  Ce muscle est tapissé extérieurement par le péritoine et intérieurement par une muqueuse, l'endomètre.  L'endomètre subit des modifications au cours du cycle menstruel : l'élimination de la couche superficielle de l'endomètre et de la dentelle utérine forme les règles.  Au niveau du col, l'endomètre contient des grandes endocervicales qui sont responsables de la sécrétions des glaires cervicales : glaire translucide et filante qui permet ou non le passage des spermatozoïdes.
  44. 44. Les organes génitaux internes C- Les trompes utérines Les trompes utérines ou trompes de Fallope sont deux conduits caverneux creux qui s'étendent des angles latéraux de l'utérus à la surface des ovaires.
  45. 45. Les organes génitaux internes Les différentes parties des trompes Les trompes comprennent 4 parties anatomiques :  La partie interstitielle, partie situé dans le myomètre.  L'isthme, partie rétrécie.  L'ampoule tubulaire, partie légèrement dilatée. C'est le siège de la fécondation.  Le pavillon, partie frangée dont le rôle est de recueillir les ovules mûrs après l'ovulation.
  46. 46. Ovaire et Oviducte Ligament large
  47. 47. Les organes génitaux internes D - Les ovaires  Les ovaires sont des gonades qui donnent les gamètes de la femme, les ovocytes.  Elles sont situées dans le petit bassin, contre sa paroi latérale, de part et d'autre et à distance de l'utérus.
  48. 48. Les organes génitaux internes La structure histologique de l'ovaire : La région médullaire ou centrale, où se trouvent des tissus conjonctifs et des vaisseaux sanguins. La zone corticale qui comprend des structures cellulaires : les follicules ovariens.
  49. 49. L’ OVAIRE a Situation Les ovaires se situent dans la cavité pelvienne, l’un à droite ,l’autre à gauche. Il mesure 1 cm de largeur par 3 cm de longueur. Il est partiellement recouvert par le pavillon de l’oviducte (trompe de Fallope). Il est suspendu à l’utérus par le ligament large ou utéro- ovarien b Histologie Une coupe de l’ovaire offre à décrire de l’extérieur vers l’intérieur: _ l’albuginée: c’est un tissu conjonctif qui enveloppe l’ovaire. _ l’épithélium germinatif : c’est à partir de cet épithélium que dérivent les cellules folliculaires qui entourent les follicules primordiaux. _ le cortex ovarien: il occupe la partie périphérique de l’ovaire, on y trouve les différents stades de la folliculogénèse; et _ la medulla: elle constitue la partie centrale de l’ovaire. Elle est composée de tissu conjonctif lâche, riche en vaisseaux sanguins ,lymphatiques ainsi que des nerfs
  50. 50. Ovaire Albuginée : T. Conjonctif recouvrant l’ovaire Épithélium germinatif : donne cellules folliculaires. Cortex : lieu de la folliculogenèse Medulla : vaisseaux sanguins + vaisseaux lymphatiques + nerfs Histologie de l’ovaire deux zones périphérique: cortex centrale : medulla
  51. 51. Physiologie de l'ovaire L'ovaire est une glande mixte :  Fonction endocrine : sécrétion d'hormones : progestérone et œstrogène.  Fonction exocrine : l'ovaire libère des ovocytes : un ovocyte est une cellule sexuelle (il prend le nom d'ovule quand elle parvient à sa maturité) qui est entouré de cellules à fonction nourricière et endocrine, les cellules folliculeuses. L'ensemble de l'ovocyte et des cellules folliculeuse constitue un follicule.
  52. 52. Physiologie de l'ovaire E- Le périnée: Le périnée est l'ensemble des muscles et d'aponévroses (ce qui recouvrent les muscles) qui maintien les organes du petit bassin. Le périnée peut se composer de deux parties : Le périnée uro-génital ou périnée antérieur. Le périnée anal ou périnée postérieur.
  53. 53. Les différentes phases de l’ovogenèse:
  54. 54. Comme chez le mâle, on retrouve les mêmes étapes principales. Ces étapes peuvent se dérouler de manière discontinue pendant la vie génitale active (de la puberté à la ménopause). On assiste aussi aux étapes suivantes : -La multiplication -L’accroissement -La maturation
  55. 55. 4ème mois Ovg. Ovg. Ovg. Ovg. Ovg. Ovg. Par ovaire 7ème mois 1 million OI OI OI OI OI ATTENTION : l’Ovocyte I (2 n chr.) est bloqué en prophase 1 7 millions Ovg. 9ème moispar ovaire Multiplication Viefœtale Accroissement Viefœtale Ovogonies (Ovg.) (2 n chr.)
  56. 56. 106 OI, bloqués en pro 1 /Ovaire Naissance Blocage de l’ovogenèse 4*105 OI, bloqués en pro 1 / ovaire Puberté Ovocyte I Méiose 1 1er globule polaire (n chr) OII (n Chr), bloqué en Méiose 2 2ème globule polaire Ovule (n chr) La méiose 2 n’a lieu qu’en cas de fécondation. En l’absence de cette dernière, l’OII dégénère dans le tiers externe de l’oviducte. (dégénère) Métaphase 2 (dégénère) Phasede maturation
  57. 57. Le cycle menstruel Le cycle menstruel est l'ensemble des modifications de l'appareil génital féminin, du 1er jour des règles jusqu'au 1er jour des règles à venir. Le cycle menstruel dure 28 jours, les règles de 3 à 6 jours.
  58. 58. Le cycle menstruel Les hormones ovariennes Il existe essentiellement deux hormones ovariennes :  Les œstrogènes.  La progestérone.
  59. 59. Le cycle menstruel Les œstrogènes:  Les œstrogènes en phase folliculaire sont fabriqués par la granulosa des follicules en croissance.  Ils préparent l'organisme à une éventuelle fécondation et implantation d'un œuf.  Ils agissent sur les canaux galactophores,  Ils agissent sur la croissance de la muqueuse de l'endomètre,  Ils agissent sur l'augmentation de la sécrétion de la glaire cervicale et  l'augmentation de l'activité des cils des trompes de Fallope.
  60. 60. Le cycle menstruel La progestérone  La progestérone en phase lutéale est fabriquée par le corps jaune. Sa sécrétion maximale se fait 7 jours après l'ovulation.  Elle agit sur l'épaississement de l'endomètre avec prolifération des vaisseaux  et multiplication des artères,  l'épaississement de la glaire cervicale pour empêcher la remontée des autres spermatozoïdes,  l'inhibition de la contractilité du myomètre et  favorise l'augmentation de la température.
  61. 61. Le cycle menstruel Les connexions hypothalamo- hypophysaire de l'ovaire  L'hypothalamus secrète de façon pulsatile et épisodique (toute l'heure) une hormone, la GnRH.  La GnRH agit sur l'hypothalamus pour stimuler la sécrétion des hormones hypophysaires : LH et FSH.
  62. 62. Le cycle menstruel Les connexions hypothalamus- hypophysaire de l'ovaire  FSH : intervient dans la maturation des follicules et stimule la sécrétion d'œstrogène.  LH : déclenche l'ovulation grâce à un "pic de sécrétion", puis provoque la transformation du follicule en corps jaune.  Une stimulation hypophysaire par les hormones, provoque une sécrétion ovarienne qui agit sur la muqueuse.
  63. 63. Phase folliculaire Du 1er au 14e jour du cycle : la maturation folliculaire s'effectue sous l'influence de la FSH hypophysaire qui est déclenchée par la GnRH hypothalamique :  Le taux d'œstrogène est très bas, ce qui provoque par rétrocontrôle, la sécrétion de FSH. Ceci permet le développement du follicule.  Au fur et à mesure de la maturation du follicule, ses cellules secrètent des œstrogènes qui entraînent des modifications des muqueuses utérine et vaginale. Ils agissent également sur la sécrétion de GnRH qui provoque à son tour la sécrétion de LH hypophysaire.  L'augmentation du taux d'œstrogène s'accompagne donc d'une augmentation lente et faible du taux de LH. Le cycle hormonal de l'ovaire
  64. 64. 1. La folliculogenèse Définition • Ensemble des processus par lesquels un follicule primordial se développe pour par atteindre apoptosel’ovulation (99.9%) (<0.1%) ou régresse • Lieu : cortex ovarien • Processus continu de la puberté à la ménopause
  65. 65. Épithéliumgerminatif Albuginée (Tissu conjonctif) Structure del’ovaire
  66. 66. Le follicule primordial (40 m) - Ovocyte I (bloqué en prophase I) entouré d’une seule couche de cellules folliculeuses endothéliformes (aplaties) Ov I - Stock définitif constitué vers le 7ème mois de la vie intra-utérine Cellules folliculeuses
  67. 67. Le follicule primaire (45-50 m) • Ovocyte I entouré d’une seule couche de cellules folliculeuses cubiques Ov I • Sécrétion de la ZONE PELLUCIDE  matrice glycoprotéique entourant l’ovocyte Zone pellucide Cellules folliculeuses
  68. 68. Le follicule secondaie • Ovocyte I entouré de plusieurs couches de cellules folliculeuses formant la GRANULOSA • Début de formation de la THEQUE INTERNE  Oestrogènes
  69. 69. Le follicule tertiaire ou antral ou cavitaire • un ovocyte I entouré de la GRANULOSA • formation de la CAVITÉ ANTRALE ou ANTRUM (liquide folliculaire) • THÈQUE INTERNE  Oestrogènes • THÈQUE EXTERNE  tissu conjonctif de soutien
  70. 70. Le follicule pré-ovulatoire ou follicule mur ou follicule de De Graaf(20 mm) • Volumineux antrum bordé par la granulosa • Ovocyte I fait saillie dans l’antrum au sommet du cumulus oophorus (ou cumulus proliger) • Ovocyte I entouré d’une seule assise de cellules folliculeuses = corona radiata
  71. 71. Follicule mûr (de Graaf) Il a atteint sa de taille mature (25 mm), apparition l’antrum folliculaire. L’ovocyte I achève sa division réductionnelle donnant ainsi: 1erl’ovocyte L’ovulation II a (n lieu chr.) sous + le G.P. d’unel’influence décharge de la L.H. + F.S.H. G.P.: Globule polaire, cellule haploïde abortive.
  72. 72. Ovulation = expulsion, hors de + l’ovaire, de l’ovocyte II zone pellucide + corona radiata cumulus + qlques cellules du oophorus. L’ensemble tombe dans le tiers externe de l’oviducte.
  73. 73. Phase ovulatoire: Au 14e jour du cycle, la sécrétion de LH hypophysaire atteint un pic qui détermine l'ovulation : rupture du follicule et libération de l'ovocyte. Le cycle hormonal de l'ovaire
  74. 74. Phase lutéale Le taux de FSH diminue, parallèlement, le taux de LH augmente. La LH permet le développement du corps jaune qui secrète simultanément œstrogène et progestérone qui commandent les transformations des muqueuses utérine et vaginale. Le cycle hormonal de l'ovaire
  75. 75. Corps jaune (C.J.) C.J. = glande endocrine temporaire , responsable progestérone de par la les qui les synthèsede la cellules de la granulosa deviennent oestrogènes lutéales et par les cellules de la thèque interne.
  76. 76. Fin du cycle: En l'absence de fécondation, il y a une dégénérescence du corps jaune et donc une diminution du taux de progestérone. Cette chute hormonale, provoque la destruction du développement de la muqueuse de l'endomètre, c'est la survenue des règles. Le cycle hormonal de l'ovaire
  77. 77. • En cas de fécondation: le C.J. est dit Gestatif (Durée de vie = 3 mois) C.J. • En l’absence de est de fécondation: le C.J. (Duréedit vie Progestatif = 14 jours)
  78. 78. Le cycle hormonal de l'ovaire
  79. 79. CAUSES DES DYSMENORHEES  Anomalie de la contractilité de l'utérus  Troubles hormonaux  Anomalie de forme ou de position utérus  Obstacle à l'écoulement de sang entre l'utérus et le vagin par l'intermédiaire du col de l'utérus  Infection de l'appareil génital  Endométriose : présence de fragments de l'intérieur de l'utérus (endomètre) en dehors de leur localisation normale (des parcelles de cet organe vont coloniser d'autres organes)  Affection des ovaires  Rétrécissement du canal cervical (entre l'utérus et le vagin)
  80. 80. Causes de troubles des règles Les causes des troubles des règles sont nombreuses. Rarement, il existe une cause organique :  Maladie de la coagulation (maladie de Willebrand avec allongement du temps de saignement (TS) et déficit en facteur de coagulation VIII) ;  Rétrécissement mitral ;  Polype, endométrite, dystrophie ovarienne ;  Adénose vaginale (Distilbène pendant la vie in utero) ;  Traumatisme génital ;  Complication de la grossesse (fausse couche, grossesse extra-utérine...) etc... Le plus souvent, il s'agit d'une cause fonctionnelle :  L'absence de formation de corps jaune provoque une hyperplasie de l'endomètre ;  La muqueuse utérine, friable, est le siège d'une desquamation prolongée et incomplète ;  La muqueuse utérine présente une anomalie de régénération.  Le traitement dépend de la cause organique, générale ou fonctionnelle.
  81. 81. CAUSES DES DYSMENORHEES Selon le moment d'apparition des dysménorrhées, il est possible d'envisager une cause plutôt qu'une autre. • Si la dysménorrhée apparaît avant les règles, elle se confond avec le syndrome prémenstruel. Le syndrome prémenstruel est un ensemble de troubles psychiques et physiques survenant avant les règles et touchant environ 10 à 20 % des femmes. – Il s'accompagne d'un gonflement des chevilles, – d'une bouffissure des paupières (rétention d'eau), – d'un gonflement des seins – et d'un ballonnement abdominal. • Quand elle apparaît simultanément avec le début des règles, le diagnostic s'oriente plutôt vers un obstacle à l'écoulement du sang.
  82. 82. Etapes de la vie génitale Chez la fille. Les hormones hypophysaires sont responsables de la sécrétion par l'ovaire des œstrogènes et de la progestérone. Le développement se passe sur plusieurs années. Le début est vers 10 11 ans par le développement mammaire. La pilosité pubienne apparaît quelques mois après. Les modifications de la vulve, l'augmentation discrète du volume de l'utérus suivent ce phénomène. Accélération de la croissance staturo-pondérale. L'apparition des premières règles débute vers 12 13 ans. Souvent les premiers cycles sont irréguliers et anovulatoires. Il y a des modifications de caractère.
  83. 83. Etapes de la vie génitale II - LA MENOPAUSE. L'âge se situe entre 47 et 51 ans. Cet âge peut varier selon divers critères. L'hérédité: la ménopause survient au même âge chez la mère et chez la fille. Le tabagisme: c'est plus précoce chez les fumeuses. Ni l'âge de la puberté, ni la prise de contraceptifs oraux, ni le nombre de grossesses n'influencent l'âge de survenue de la ménopause. Plusieurs années avant la ménopause, le taux de F.S.H. augmente alors que les cycles menstruels sont normaux, un peu comme si l'hypophyse devait stimuler de plus en plus fort pour obtenir une réaction de la part de l'ovaire. Donc le nombre de follicules et d'ovules se réduit jusqu'à ce que la ménopause s'installe et que les stimulations hypophysaires ne puissent agir sur un organe qui ne réagit plus.

×