1
Le continuum lycée / université, l’année du changement.
Savoir, compétences et évolution de carrière.
L'année du changem...
2
1. Pourquoi changer ?
Je souhaite commencer ce bilan avec un chiffre - 26.
26 est le nombre d'années passées au lycée La...
3
J’abandonne donc la sécurité d'un chemin tracé pour le risque d´une nouvelle activité. Tout est à
reconstruire, plus rie...
4
o Un élément personnel qui est probablement lié à l'usure, au sentiment de faire "partie des
meubles" de l'établissement...
5
o Le colloque e.education
Dans une carrière il est des moments de grâce qui commencent par une incompréhension. J'avais ...
6
L'intervention de Philippe Meirieu qui faisait référence aux théories de Bernard Stiegler dans le monde
de l'éducation (...
7
o Les mondes virtuels
Là encore c'est une année riche en tout point. J'entame ma sixième année d'observation et d'usages...
8
complètement faux). Me voila averti, je pars la musette pleine de conseils solidaires et encourageants.
Au chapelet de p...
9
3 Bibliographie de quelques lectures de l’année
Homo numericus - revue esprit (Mars- Avril 2009)
Pour un humanisme numér...
10
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bilan 2013

781 vues

Publié le

1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
781
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
249
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bilan 2013

  1. 1. 1 Le continuum lycée / université, l’année du changement. Savoir, compétences et évolution de carrière. L'année du changement. Bilan d'activité 2012 – 2013 “À 51 ans je m’émerveille encore des grandes et des petites choses de la vie” Depuis quelques années, je me livre à l’exercice du bilan annule d’activité. Il est l’état factuel de ma perception de mon métier, projets, enthousiasmes, déceptions. Il est une façon de garder des traces sur l’évolution de mon métier. Les analyses inscrites sont celles de l’immédiat, il peut parfois manquer de distance mais cela m’est indispensable pour analyser à froid mon métier. Ce travail est le fruit d’un ensemble de rencontres, de collaborations fructueuses. Cette année a été à nouveau un somme de belles rencontres. Merci à J.R, O.D, Y.B, S.V, C.J, S.M Y.B, G.D, H.C, T.M, V.R, L.G, G.R, O.S, N.J, E.G, JC.D ... Jean-Paul Moiraud – septembre 2013
  2. 2. 2 1. Pourquoi changer ? Je souhaite commencer ce bilan avec un chiffre - 26. 26 est le nombre d'années passées au lycée La Martinière - Diderot. 26 ans sur un même poste est ce une bonne chose dans une carrière professionnelle ? Evidement non ! Pourtant ce fut une période de perpertuel changement dans la continuité du poste. J’ai eu l’immense chance d’avoir été muté sur un poste atypique. J’ai pu y développer des compétences nombreuses en auto – formation, notamment construire des dispositifs de formations numérisées. J’ai commencé par bricoler pour répondre au besoin de prolonger mes cours en dehors de la classe. Puis progressivement j’ai commencé à structurer, théoriser mes pratiques nombreuses mais éparses. Au cours de ces 26 années je me suis forgé une solide culture en économie de la mode et du textile et j’y ai développé une pédagogie adaptée. J’ai appris à travailler avec des collègues de champs disciplinaires très différents du lien, j’y ai acquis des rudiments de cultures technologiques qui m’étaient totalement inconnues. J’ai intégré pendant trois ans l’INRP ou j’ai réellement passé du stade de bricoleur à celui de praticien réflexif (voir bilan 2011-2012). Je dois beaucoup dans cette démarche à Hélène Godinet qui m’a mis dans une situation de questionnement permanent. Il faut noter que pendant cette période foisonnante de l’INRP trois événements ont été déterminants : o Ma rencontre avec Hélène Godinet ; o Dans ma veille j’ai été intrigué par une information - Une invitation aux journées du e.learning de Lyon 3 ; o L’esen souhaitait qu’un membre de l’INRP intervienne ... personne ne voulait y aller. L’ESEN a beaucoup compté (et compte encore) dans cette évolution de parcours parce que c’est un lieu d’exigence forte. A partir de cette expérience à l’INRP, ma vie professionnelle s’est trouvée bouleversée, j’ai perdu une part d’enthousiasme dans l’acte d’enseignement pur et conquis une vraie envie pour l’analyse, l’écriture et l’expérimentation. 2013, c’est donc l’année du changement, j’intègre Lyon 3 à la faculté virtuelle de droit et au centre de droit et de nouvelles technologies dans le cadre du plan réussite licence (je développerai dans le bilan 2014 la teneur de ma mission). C’est une étape, j’ai un an pour montrer que je peux réussir dans ce poste. Je change de milieu, d’habitudes et de culture professionnelle. Je recommence tout et je considère que je recommence au bas de l’échelle. Il faut gravir de nouveaux échelons.
  3. 3. 3 J’abandonne donc la sécurité d'un chemin tracé pour le risque d´une nouvelle activité. Tout est à reconstruire, plus rien n'est acquis. Il me vient à l'esprit une phrase de Bernadette Charlier de l'université de Fribourg qui a dit lors du colloque sur le e.education (ESEN Poitiers, mai 2013) "l'innovation est une activité à risque". Alors pourquoi ce changement quand tout me poussait à rester au chaud sur mon poste ? o L'activité de praticien réflexif engagé depuis plusieurs années me coupait petit à petit de l'activité d'enseignement secondaire. Je sentais un décalage entre mes obligations de service orientées enseignement et mes préoccupations plus théoriques. La structure de l'enseignement étant cloisonnée on est soit l'un soit l'autre. o Un élément structurel qui fait que dans notre administration il faut faire des choix, on ne peut pas (il est très difficile) être (statutairement) enseignant du secondaire ET engagé dans une réflexion théorique. La seule solution est de faire l'un et l'autre en même temps ce qui se révèle être très vite chronophage. L'enseignant du secondaire enseigne, l'enseignant du supérieur cherche, cette dichotomie est prégnante, et rien n'est prévu (ou presque) pour pouvoir allier l'un et l'autre (sauf à engager une thèse en science de l’éducation) o J'ai pris conscience aussi que le travail de réflexion est absolument inutile en terme de promotion personnelle. Publier dans des revues universitaires, former des cadres, participer à des colloques ne sert presque à rien en terme de progression professionnelle alors autant se consacrer à ce qui passionne. Ce n’est pas une formulation de dépit (loin s’en faut) mais un axe de réflexion que j’ai commencé à initier. Qu’est ce que l’acquisition de compétences chez les enseignants et quelles en sont les conséquences ? À l’heure du possible allongement des carrières comment analyser, valider l’acquisition de compétences. Je reste partisan de la solution du concours mais quid des 40 ans de carrière qui suivent ? o Un élément conjoncturel. Je me sentais de plus en plus coupé des équipes pédagogiques dans lesquelles j'étais immergé. Je mesure avec le recul la difficulté de travailler en équipe lorsque sa discipline est minoritaire. Là où j'analysais les potentiels bienfaits de la collaboration, je vivais un quotidien professionnel de travail en silo. Il me faudra analyser cela plus en détail avec le temps. Pour le moment je perçois un enseignement du design (en tout cas celui que j'ai côtoyé) structuré en silo j'allais dire "in vitro" là ou il faudrait le structurer "in vivo". J’entame à ce titre une série de lectures (Marcel Mauss et Henri Focillon) pour essayer de comprendre pourquoi il y avait une telle fracture entre la pensée et le geste technologique (ce qui me pesait beaucoup).
  4. 4. 4 o Un élément personnel qui est probablement lié à l'usure, au sentiment de faire "partie des meubles" de l'établissement. Les constats initiaux que je dresse ne sont pas l'expression d'une forme d'amertume mal assumée mais bien un début d'analyse sur le sens d´ un enseignement de 26 ans et de ses évolutions . J'ai déjà eu l'occasion d'écrire, de relayer des propositions en ce sens notamment lors du colloque sur le e.education (livret intitulé place des apprenants et repositionnement des enseignants à l'ère des réseaux sociaux de formation). Je l'ai déjà exposé dans plusieurs billets, je pense qu'il faut donner les moyens aux enseignants du secondaire qui le souhaitent, d'intégrer des équipes de recherches universitaires. Il s'agit de mon point de vue, non pas d'une démarche qui se ferait en plus du service habituel mais bien d'une activité inclue dans le service. Il faut avoir une vision à long terme des enjeux de formation. Il faut entendre le concept de continuum université lycée aussi comme une réalité pour les enseignants . 1. Retour sur une année d'activité 2012-2013 comme toutes les autres années a été féconde et fructueuse. Enseignement, expérimentation, analyse, le lot renouvelé de mes activités mais avec un sentiment à chaque fois renouvelé de découverte et d’enrichissement. Je vais lister cette somme d’activités par thématiques : o La formation ingénierie de la formation à distance Pour la seconde année, je suis intervenu comme expert (c’est le titre qui est donné) dans le dispositif ingénierie de la formation à distance. J’y ai conçu et amélioré le module sur le temps et l’espace dans les dispositifs de formation. Cette version 2 incluait des apprenants allant de la maternelle à l’université intégrés dans un dispositif de formation hybride. Il serait trop long de détailler le déroulement de cette formation (je l’ai fait dans un document personnel) mais il en ressort que nous avons mis au point une formation, me semble t-il, efficace et reconnue. Je voudrais insister sur des points qui me paraissent significatifs dans cette formation : La formation a su faire éclater des réflexes professionnels. Les équipes d’apprenants étaient constitués dans la diversité et le mélange des corps d’appartenance. On pouvait trouver des équipes structurées par des personnels de direction, des enseignants, de inspecteurs, des conseillers de recteurs, des administratifs. C’est un pari audacieux et me semble t-il porteurs de ce qui devrait se faire dans l’avenir. Le pari de la formation à distance est aussi novateur parce qu’il préfigure les futurs modes de formation. La distance sans renoncer à l’exigence.
  5. 5. 5 o Le colloque e.education Dans une carrière il est des moments de grâce qui commencent par une incompréhension. J'avais inscrit ma participation au colloque e.education comme un temps de pause dans mon année active. Quoi de mieux que d'assister à trois jours de colloque pour enrichir son champ des connaissances ? (Je l'avoue il y avait une intention de pause culturelle, un soupçon velléitaire). Je reçois un mail de l'esen qui me demandait si je voulais superviser des ateliers avec un MCF de l'université de Tours. Un MCF spécialiste des venins symbiotiques. Bizarre ! mon premier réflexe ayant été de googlelisér son nom pour connaître son empreinte numérique. J'accepte volontier cette mission par amitié, par goût du risque et par curiosité de découvrir ce à quoi ressemble un spécialiste des hyménoptères. Le résultat de ces trois jours de colloque ressemble à une tornade intellectuelle pour plusieurs raisons : Le contenu scientifique du colloque d'une qualité exceptionnelle. J'ai pu rencontrer Antonio Casili et Milad Doueihi et me repaître des analyses de tous les participants. La rencontre avec Sébastien Moreau. Il est des rencontres qui comptent dans une vie professionnelle. Outre ses grandes qualités humaines je m'aperçois à la lecture des actes que nous avons des approches identiques du métier. Dans nos présentations je constate que je me présente comme un bricoleur, Sébastien se présente comme celui qui s'est formé sur le tas. J'ai compris sur site que notre mission était de réaliser la synthèse des trois jours de colloque en une heure en amphithéâtre. Donc trois jours de travail intense, des nuits courtes, du stress, l'angoisse du bouclage mais quelle expérience humaine et intellectuelle ! Notre synthèse s'est intitulée le continuum et la rupture. Nous avons choisi une présentation décalée à deux voix. Nous avons continué ce travail post colloque en rédigeant la synthèse des ateliers. Des actes des colloques ont été publié par l'esen. J'ai en quelques jours, pendant et après le colloque, beaucoup appris, accumulé des compétences certaines. o Le colloque les journées du e.learning Quelques temps après le colloque sur la e.education j'ai participé aux journées du e.learning. Là encore un temps fort de l'année car c'est un moment d'acquisition de nouvelles connaissances et un moment d'acquisition d'expérience personnelle. J’y ai animé deux ateliers et j’ai eu le plaisir d´ animer les débats en séance plénière. Je peux lister quelques connaissances que j'ai acquis :
  6. 6. 6 L'intervention de Philippe Meirieu qui faisait référence aux théories de Bernard Stiegler dans le monde de l'éducation (la baisse de l'économie libidinale et l'idée que dans notre société la pulsion supplante le désir). Cette intervention confirme mes propos relatifs à la nécessité de donner des fondations théoriques fortes à son métier. Grâce à l'intervention de Meirieu je comprends mieux les enjeux et les incidences liées de mes lectures théoriques. François Georges du Labset de Lièges qui part de l'idée qu'il faut considérer les étudiants comme des futurs professionnels en quête d'acquisition d'habitus profesissionnels. François Taddei qui pense que les enfants ont des démarches de chercheurs. Pour les autres interventions il me faudra regarder les vidéos car je n’ai pu assister à toutes les conférences. o La revue collaborative de l'économie et gestion de l'académie de Lyon J’ai participé à la rédaction collaborative de la revue économie et gestion pour l’académie de Lyon. Nous avons publié trois éditions. C’est une expérience très intéressante car elle est une tentative très encourageante d’expérience collaborative numérisée. Même si tout ne m’a pas paru satisfaisant, je pense que c’est une démarche qu’il faut encourager car elle donne la direction des enjeux pédagogiques à venir. o Les discussions avec Nicolas Jouvenceau Dans mon bilan 2011-2012 j'évoquais la place importante qu'occupe Nicolas Jouvenceau dans la construction de mes réflexions. Cette année scolaire n'a pas dérogé. Nos rencontres régulières ont encore été un havre de plaisir intellectuel. Nicolas a cette capacité à orienter positivement mes réflexions. Ce n'est jamais de sa part une posture académique pour imposer une vision mais une intelligence du propos qui consiste à me conseiller des lectures opportunes. Au - delà d'une relation amicale et intellectuelle j'en retire des principes. Je crois fermement au besoin de placer la réflexion philosophique dans la construction professionnelle des enseignants, non comme un supplément d'âme mais bien comme l'élément d'un tout indissociable. A défaut d'ancrage conceptuel (philosophique) toute tentative réflexive est vouée à l'échec. La pratique enseignante serait définitivement de l'ordre du faire et (malheureusement) du simple faire si elle ne s'appuyait pas sur un corpus théorique. En disant cela je n'ai pas encore la prétention de produire des écrits d'une grande solidité philosophique , loin s'en faut, mais mes analyses sont étayées par une réflexion préalable qui laisse une grand place au doute. J'aimerai que ces réflexions liminaires et personnelles puissent être utilisées dans mes analyses sur le métier d'enseignant. Je pense notamment à la formation IFD. Il me semble qu'il faut lui faire franchir un cap supplémentaire, un niveau 2. Dans cette hypothèse il importerait de donner une dimension plus réflexive et moins opérationnelle.
  7. 7. 7 o Les mondes virtuels Là encore c'est une année riche en tout point. J'entame ma sixième année d'observation et d'usages dans les mondes virtuels. Les usages : Nous avons, dans le cadre de la FDV, continué les cours de droit canadien avec Dobah Carré. Ce cours est en vitesse de croisière car fort de notre expérience nous savons parfaitement guider les étudiants, les former pour qu'ils puissent se consacrer à l'acquisition des savoirs. La simulation de procédure pénale. Ce fut un des chantiers de l'année, grâce aux mondes virtuels nous avons pu organiser une simulation de procès pénal avec les élèves de l'école de droit. Nous avons de notre côté pu vérifier des hypothèses sur les enjeux de la simulation, du tutorat, du travail en groupe. Nous avons en partie découvert que les mondes virtuels permettaient de mettre en concordance les savoirs académiques acquis et les compétences professionnelles. Nous avons réalisé un machimina sur cette expérience. Le colloque sur les mondes virtuels - La FDV sous l’efficace houlette de Gérald Délabre a organisé pour la troisième fois un colloque sur droit et monde virtuel. Deux jours de colloque qui ont rassemblé des juristes (thésards, enseignants chercheurs et professionnels) intervenants sur divers sujets ayant traits à l'immersion. Le second jour a été consacré à des workshops. J'y ai animé une séance sur la structure pédagogique des mondes virtuels. Samuelle Ducrocq Henry a présenté les enjeux de l'université nuage. Lors de ce colloque nous avons fait une conférence de presse pour lancer l'université nuage. Ce travail va se continuer en 2013 -2014 de façon très institutionnelle si le projet ANR que nous avons déposé est accepté. Au mois de juin nous avons lancé un projet de simulation complexe pour la médecine de catastrophe en lien avec Laurent Gout. L'idée de ce projet est de lier des équipes issues de champs disciplinaires divers et des professionnels autour d'un scénario de médecine de catastrophe. Nos travaux commencent à essaimer, nous avons rencontré des équipes de Lyon 1 (IUT) et de Lyon 2 sciences de l'éducation qui s'intéressent aux logiques pédagogiques de l'immersion. Une matinée du e.learning a été consacrée aux mondes immersifs. Je suis intervenu en co présentation avec Stéphane Simonian de Lyon 2. Me voici donc à la croisée des chemins, je pars pour de nouvelles aventures professionnelles, plein d’envie et d’espoir. Ce ne sont pas les collègues du secondaire qui m’ont permis d’engranger l’optimisme puisque le ton général, à quelques exceptions près, était “tu es fou de partir, ici au lycée c’est cool, nos cours sont préparés, on fait plein d’heures suis”’ tu vas être le larbin des enseignants chercheurs”, “tu risques une dépression nerveuse”, “tu torpilles tes promotions à venir” (pas
  8. 8. 8 complètement faux). Me voila averti, je pars la musette pleine de conseils solidaires et encourageants. Au chapelet de phrases définitives je veux répondre à l’identique, par une maxime “ À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire” Je vous donne rendez vous en juin 2014 pour mon bilan annuel. JPM
  9. 9. 9 3 Bibliographie de quelques lectures de l’année Homo numericus - revue esprit (Mars- Avril 2009) Pour un humanisme numérique - Milad Doueihi (2011) la librairie du XXI siècle, Seuil Réenchanter le monde Bernard Stiegler (2006), Champs, essais La telecratie - B.Stiegler (2006), Champs, essais Les mondes virtuels dans la science fiction, F.T Mabuya (2010) EPU, publibook université Éloge du carburateur M.B Crawford (2009), La découverte La réalité virtuelle, avec ou sans le corps ?- Alain Milon (2005) autrement Demain les mondes virtuels, la fabrique des possibles(2009), FYP, FING #07 La petite poucette - Michel Serres (2012), manifeste le pommier Travail vivant (tome 1) Christophe Dejours, petite bibliothèque Payot Travail vivant (tome 2) Christophe Dejours, petite bbibliothèque Payot Le capitalisme cognitif - Yann Moulieh Boutang (2007) Multitudes idées, éditions Amsterdam Cognition et création - Borillo éditions Mardaga La sagesse des foules, James Surowiecki , JC Lattès Les rites d’interaction, Erving Goffman (1974), les éditions de minuit La mise en scène de la vie quotidienne, Erving Goffman (1973), Les éditions de minuit Du mode d’existence des objets techniques, Gilbert Simondon (1958), Aubier, philosophie La bibliographie décrite ici est le travail d’une année, elle prend sa cohérence dans le travail de constitution de mon corpus réalisé sur Zotero. Le temps et l’espace dans les réseaux numériques https://www.zotero.org/groups/temps_et_espace_dans_les_rseaux_numriques/items/itemKey/KA2Z2T C6 Les mondes virtuels https://www.zotero.org/groups/mondes_virtuels/items/itemKey/2436JHW6
  10. 10. 10

×