Rédiger un rapport d’étonnement - Réflexions

21 429 vues

Publié le

Réflexion sur les enjeux du rapport d'étonnement

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
21 429
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5 256
Actions
Partages
0
Téléchargements
57
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rédiger un rapport d’étonnement - Réflexions

  1. 1. Jean-­‐Paul  Moiraud  ©  2014  –  Université  Jean  Moulin  Lyon  3       Rédiger  un  rapport  d’étonnement     L’étudiant  de  l’enseignement  supérieur  ou  des  grandes  écoles  doit  dans  le  cadre  de  ses   études   s’immerger   dans   une   entreprise,   nous   parlons   de   stage.   Il   peut   être   selon   les   niveaux,   un   stage   ouvrier,   un   stage   intermédiaire   ou   un   stage   long   de   fin   d’études   de   six   mois  ou  plus.     Depuis   le   stage   de   découverte   en   classe   de   troisième,   les   étudiants   se   sont   pliés   à   l’obligation   de   rendu   du   rapport   de   stage.   Il   est   à   la   formation   académique   ce   que   le   patinage  artistique  est  au  sport,  un  exercice  relevant  de  la  figure  imposée.       Ce   rapport   s’inscrit   dans   une   logique   formative   que   je   ne   souhaite   pas   reprendre   et   développer   ici.   Notons   rapidement   qu’il   permet   de   vérifier   un   certain   nombre   des   capacités  des  étudiants  balisées  par  une  démarche  pédagogique.  On  peut  citer  :     • La  capacité  à  synthétiser  une  expérience  ;   • La  capacité  rédactionnelle  pour  laquelle  sont    évaluées  la  syntaxe  et  la  capacité  à     intégrer  une  orthographe  satisfaisante1    ;   • La   capacité   à   intégrer   dans   la   réflexion   le   respect   des   droits   d’auteurs,   le   respect   des   citations,   le   principe   de   la   courte   citation,   le   respect   du   droit   d’auteur   dans   l’   iconographie.     Les   écoles   seront   soucieuses   de   vérifier   que   les   étudiant   savent   inclure   leur   analyse   scientifique   disciplinaire   dans   une   réflexion   transversale   plus   large,   incluant   des   domaines   connexes   comme   l’économie,   les   ressources   humaines,   la   sociologie   d’entreprise,  le  droit  etc  …     Une  formation  consiste  à  savoir  s’insérer  dans  cadre  réglementaire  (le  rapport  de  stage)   mais  c’est  aussi  être  en  capacité  de  s’interroger  sur  sa  future  professionnalité.     Il   est   assez   logique   que   les   étudiants   entrent   dans   leur   formation   en   ayant   une   vision   idéalisée   du   métier,   faite   de   ressenti,   d’images   journalistiques,   de   considérations   pécuniaires   («  bien  gagner  sa  vie  »).   Le   stage   doit   étonner   l’étudiant,   faire   basculer   les   axes  des  convictions,  les  représentations  stéréotypées.     Le  rapport  d’étonnement  peut  être  un  vecteur  de  réflexivité,  un  objet  de  positionnement   sur   les   enjeux   de   la   professionnalité,   un   outil   de   détection   pour   choisir   des   futurs   collaborateurs   capables   d’innovation   sociale,   de   créativité   et   de   rigueur   dans   le   positionnement  de  ses  objets  de  recherche.                                                                                                                     1  Le  projet  Voltaire  à  l’ECAM  -­‐  http://www.projet-­‐voltaire.fr/blog/actualite/projet-­‐ voltaire-­‐retour-­‐experience-­‐ecam-­‐lyon-­‐ecole-­‐ingenieurs   ESIEA  -­‐  http://www.esiea.fr/expression-­‐ecrite-­‐un-­‐accompagnement-­‐des-­‐etudiants-­‐en-­‐ orthographe-­‐%283508%29.cml    La  certification  Voltaire  -­‐  http://etudiant.lefigaro.fr/orientation/actus-­‐et-­‐ conseils/detail/article/des-­‐grandes-­‐ecoles-­‐s-­‐alarment-­‐du-­‐niveau-­‐d-­‐orthographe-­‐1106/         LE  RAPPORT  D’ETONNEMENT   1  
  2. 2. Jean-­‐Paul  Moiraud  ©  2014  –  Université  Jean  Moulin  Lyon  3       Je   propose   de   lister   quelques   points   pour   rédiger   le   rapport   d’étonnement   pour   le   soumettre  auprès  de  ses  stagiaires  ?       1) Qu’est  ce  qu’un  rapport  d’étonnement  ?   A. Le  principe     Par   expérience   professionnelle2,   je   sais   que   les   étudiants   nourrissent,   même   en   fin   d’études,  une  vision  largement  idéalisée  du  métier  qu’ils  vont  exercer.  Le  temps  de  stage   est  le  sas  intellectuel  qu’il  faut  mettre  à  profit  pour  établir  les  ponts  entre  la  nécessaire   construction   des   socles   académiques   et   la   pratique   professionnelle.   Le   temps   de   la   construction  professionnelle  est  aussi  la  période  de  la  découverte  et  de  l’observation.  Le   rapport   d’étonnement   peut   être   un   excellent   instrument   de   détection   des   idées   innovantes.     Il  est  assez  simple  d’outiller  les  étudiants  voire  de  vérifier  s’ils  ont  mené  une  démarche   réflexive.   Le   rapport   d’étonnement   est,   de   mon   point   de   vue,   l’instrument   intellectuel   que  les  entreprise  devraient  utiliser  pour  jauger  le  potentiel  de  leurs  futurs  salariés.     Je  me  permets  de  commencer  mon  argumentation  par  des  propos  provocateurs.  Je    vous   invite   à   laisser   de   côté   (momentanément)   le   rapport   de   stage   (les   pédagogues   se   chargent  de  l’évaluer  selon  des  critères  facilement  identifiables  dans  les  programmes).   Prenez   le   temps   de   rencontrer   le   stagiaire   ou   de   lui   demander   une   production   écrite   (pourquoi   ne   pas   l’institutionnaliser  ?)   qui   sera   son   rapport   d’étonnement.   Demandez-­‐ lui  de  vous  exposer  les  points  suivants  :  Comment  le  stage  a  t-­‐il  été  mis  à  profit  ?  quelle   est  sa  perception  de  l’entreprise  après  x  mois  de  présence  ?  Le  service  a  t-­‐il  contribué  à   le  former  opérationnellement  ?  Comment  a  t-­‐il  évolué  pendant  cette  période  formative  ?   …   Je   ne   parle   pas   ici   de   connaissances   issues   des   sciences   dures   mais   bien   de   la   mosaïque  de  savoirs  et  compétences  qui  constituent  l’ADN  du  futur  collaborateur.     Le   stagiaire   à   l’issue   de   son   stage   est-­‐il   en   capacité   de   formaliser   les   propositions   suivantes    :     • Comment   est   organisé   son   futur   métier   en   dehors   du   périmètre   de   son   champ   scientifique   de   formation  ?   On   peut   attendre   de   lui   qu’il   ait   consulté   la   fiche   de   poste  du  métier  qu’il  exercera  et  qu’il  l’ait  comparé  avec  son  corpus  de  formation.   Quelles  sont  les  conclusions  qu’il  en  retire  ?    ;   • Comment   perçoit-­‐il   les   compétences   qu’il   aura   à   mobiliser   dans   son   futur   métier  ?   J’aime   à   parler   des   compétences   centrales   et   des   compétences   transversales.     • Comment   a   t-­‐il   anticipé   les   compétences   qui   risquent   de   devenir   centrales   à   terme  dans  son  métier  ?  (perception  des  signaux  faibles  du  métier)   • Comment  perçoit-­‐il  les  enjeux  du  savoir,  du  savoir  faire  et  du  savoir  être  ?                                                                                                                     2  E.portfolio  http://jean-­‐paul.moiraud.wataycan.com       2  
  3. 3. Jean-­‐Paul  Moiraud  ©  2014  –  Université  Jean  Moulin  Lyon  3       • • Comment  a  t-­‐il  vécu  les  modes  de  création  au  sein  des  équipes  qui  l’ont  accueilli  ?   Comment   perçoit-­‐il   la   façon   dont   sont   organisés   les   réseaux   sociaux   de   conception  (système  hiérarchique  centralisé  ou  coopération  ou  collaboration  ou   bien  encore  l’intelligence  collective3).     Comment  imagine  t-­‐il  le  service  dans  une  perspective  d’amélioration  ?   •   Le  stagiaire  construit  sa  professionnalité,  il  est  évident  que  nombre  de  concepts  peuvent   encore   lui   échapper   mais   il   a   cette   qualité   d’avoir   un   œil   neuf   et   souvent   très   aiguisé.   Le   rapport  d’étonnement  peut  orienter  pour    répondre  à  des  problématiques  que  la  routine   des  équipes  a  occulté  :     «  1.  Qu'est-­‐ce  qui  vous  a  le  plus  étonné  dans  notre  entreprise4  ?     2.  Quel  est  le  point  fort  qui  vous  a  le  plus  surpris  ?     3.  Quel  a  été  pour  vous  le  point  faible  le  plus  inattendu  ?     4.  Qu'est-­‐ce  qui  devrait  être  amélioré,  modifié  ou  abandonné  prioritairement  selon  vous  ?     5.  Si  vous  aviez  une  baguette  magique,  quelle  est  "la"  chose  que  vous  changeriez  dans  notre   entreprise  ?     6.  Qu'est-­‐ce  qui  vous  a  étonné  dans  la  manière  dont  nous  servons  nos  clients  ?     7.  Quelle  est  la  force  de  nos  produits  et  nos  services  que  vous  ne  soupçonniez  pas  avant  de   travailler  dans  notre  entreprise  ?     8.  Quel  est  la  faiblesse  ou  le  manquement  qui  vous  inquiète  le  plus  dans  nos  produits  et  nos   services  ?     9.  Dans  les  relations  inter-­‐personnelles,  qu'est-­‐ce  qui  vous  a  étonné  ?     10.  Quelles  sont  les  améliorations  concrètes  que  vous  suggéreriez  ?  »     B. La  forme     Le  rapport  d’étonnement  est  un  outil  (  je  préfère  le  terme  d’objet  dans  la  mesure  où  il   est  peu  défini  et  le  concept  peu  stabilisé)  souple  permettant  d’estimer  un  ensemble  de   compétences  perceptives  chez  les  étudiants.  Il  est  un  outil  de  créativité,  il  convient  de  ne   pas  trop  en  baliser  la  forme.  Le  travail  rédactionnel  est  la  forme  native  mais  il  n’exclut                                                                                                                   3  Guy  Théraulaz    -­‐  Comment  les    insectes  sociaux  peuvent-­‐ils  nous  aider  à  résoudre  des   problèmes  complexes  ?    (2002)  -­‐  http://www.sklunk.net/spip.php?article262     4  Source  -­‐   http://www.yellowideas.com/index.php?option=com_content&view=article&id=92&Ite mid=91       LE  RAPPORT  D’ETONNEMENT   3    
  4. 4. Jean-­‐Paul  Moiraud  ©  2014  –  Université  Jean  Moulin  Lyon  3       pas  d’investir  d’autres  canaux  comme  moyens  d’expressions.  La  vidéo,  le  mindmapping,   la   scénarisation   par   dessin,   par   maquettage   peuvent   être   des   pistes   à   explorer.   Le   rapport   d’étonnement   est   un   exercice   de   déconstruction   puisqu’il   renvoie   aux   moyens   informels  pour  décrire  et  organiser  un  champ  des  possibles  formels.   2) Le  rapport  d’étonnement,  un  outil  de  détection  des  capacités  d’innovation       À   l’heure   des   réseaux   sociaux,   les   générations   de   «  petites   poucettes5  »   profitent   d’un   foisonnement  d’informations  en  ligne.  Il  est  toujours  intéressant  de  vérifier  la  façon  dont   ils   se   l’approprient   (ou   pas).   Les   étudiants   sont   et   seront,   ce   que   la   littérature   scientifique  nomme,  des  «  knowledge   workers6  »  (les  travailleurs  du  savoir).  Il  ne  paraît   pas  illogique  de  vérifier  leur  aptitude  à  approfondir  leur  champ  d’observation,  à  engager   une  démarche  réflexive.  Il  est  à  noter  que  ce  type  d’investigation  est  utile  à  l’étudiant  et   à   l’entreprise.   On   entre   ici   dans   un   champ   qui   valide   une   double   compétence,   celle   de   l’intelligence  opérationnelle  et  celle  de  la  maîtrise  de  l’intrumentation  de  fonctionnalités   d’outils  orientée  vers  la  catachrèse7     Si  la  réflexion  d’un  étudiant  est  pertinente  on  peut  imaginer,  sans  trop  se  tromper  que   les  propos  seront  féconds  pour  lui  ET  pour  l’entreprise.     Le   mode   du   rapport   d’étonnement   reposant   sur   un   mode   souple   et   agile   permettra   de   s’affranchir  des  scories  de  la  forme  pour  se  concentrer  sur  le  fond.  Quelque  soit  la  forme   de   présentation   choisie   il   sera   intéressant   d’analyser   la   perception   de   l’entreprise   par   une   personne   extérieure.   Des   solutions   peuvent   être   proposées   et   être   le   vecteur   d’innovation  sociale  et/ou  technologique.     Il   me   semble   nécessaire   que   l’étudiant   tienne   un   carnet   de   bord   en   partant   de   ses   représentations   personnelles   au   moment   de   l’entrée   et   qu’il   les   confronte   à   son   expérience.       To  be  continued  …                                                                                                                                 5  Michel  Serres  -­‐  Petite  poucette  -­‐    (2013)   6  Marie-­‐Josée  Legault  et  Guy  Bellemare  -­‐  De  nouveaux  acteurs  de  la  régulation  du  travail   dans  la  gestion  par  projets  -­‐  (2009)    -­‐  http://interventionseconomiques.revues.org/214   7    Yves  Clot,  Roland  Gori,  dirs,  -­‐  Catachrèse  :  éloge  du  détournement  –  (2004)     4  
  5. 5. Jean-­‐Paul  Moiraud  ©  2014  –  Université  Jean  Moulin  Lyon  3                     LE  RAPPORT  D’ETONNEMENT   5    

×