Synthèse du blog
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Synthèse du blog

le

  • 11,299 vues

 

Statistiques

Vues

Total des vues
11,299
Vues sur SlideShare
11,214
Vues externes
85

Actions

J'aime
0
Téléchargements
14
Commentaires
0

3 Ajouts 85

http://moiraudjp.wordpress.com 78
http://www.yatedo.fr 5
https://www.linkedin.com 2

Accessibilité

Catégories

Détails de l'import

Uploaded via as Adobe PDF

Droits d'utilisation

© Tous droits réservés

Report content

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Êtes-vous sûr de vouloir
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
Poster un commentaire
Modifier votre commentaire

Synthèse du blog Document Transcript

  • 1. From Blog to Book.’http://moiraudjp.wordpress.com’
  • 2. 2
  • 3. Contents1 2008 13 1.1 juin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 SPE et ENT (2008-06-26 20:06) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 SPE et langues (2008-06-26 20:19) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Mise en place d’une stratégie SPE (2008-06-26 20:21) - moiraudjp . . . . . . . . . 16 Pédagogie embarquée et textes légaux. (2008-06-26 20:22) - moiraudjp . . . . . . 19 Les outils de Travail Collaboratif Assisté par Ordinateur (TCAO) (2008-06-26 20:24) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Compétences et pédagogie embarquée (2008-06-26 20:32) - moiraudjp . . . . . . . 25 Travail collaboratif et traitement de texte (2008-06-26 20:33) - moiraudjp . . . . . 29 Approximations ? (2008-06-26 20:35) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Un peu de technologie appliquée à la pédagogie embarquée (2008-06-26 20:36) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Article publié sur lewebpedagogique (2008-06-26 20:38) - moiraudjp . . . . . . . . 30 Collaboration - co construction (2008-06-26 20:38) - moiraudjp . . . . . . . . . . . 35 Expérience de travail collaboratif distant (2008-06-26 20:48) - moiraudjp . . . . . . 35 Communications sur la thématique de la pédagogie embarquée (2008-06-26 20:50) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Travail collaboratif distant synchrone (2008-06-27 05:40) - moiraudjp . . . . . . . 36 Travail collaboratif distant (2008-06-27 05:42) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . 37 Prise en main de la plateforme (2008-06-27 05:51) - moiraudjp . . . . . . . . . . . 38 Langues et SPE (2008-06-27 05:57) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Propositions de mise en situation du scénario blog (2008-06-27 07:40) - moiraudjp 39 Histoire de l’enseignement instrumenté (2008-06-27 14:13) - moiraudjp . . . . . . . 39 Cours en ligne (2008-06-28 06:22) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Pédagogie embarquée - Axes de construction (2008-06-28 06:31) - moiraudjp . . . 41 Technologie appliquée à la pédagogie embarquée (2008-06-28 06:33) - moiraudjp . 43 Pédagogie embarquée (2008-06-28 06:36) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Pédagogie embarquée (2008-06-28 06:42) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . 45 3
  • 4. Marly le roi (2008-06-28 09:08) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 histoire de l’enseignement (2008-06-28 09:15) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . 45 langues histoire (2008-06-28 10:15) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 Vidéo sur SPE (2008-06-28 11:21) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Travail collaboratif (2008-06-28 15:01) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Réalisation de podcast (2008-06-28 20:06) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Voicethread (2008-06-29 05:47) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Démonstration d’insertion vidéo pour l’apprentissages des langues (2008-06-29 07:01) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 QCM (2008-06-30 04:02) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 1.2 juillet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Structure d’un blog (2008-07-01 08:00) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Histoire (2008-07-01 14:15) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 SPE et métier (2008-07-02 08:43) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Introduction (2008-07-03 14:29) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Introduction (2008-07-04 10:57) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Formation (2008-07-08 17:26) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 travail documentaire collaboratif (2008-07-22 16:58) - duboisj . . . . . . . . . . . . 53 Compétences juridiques et métier d’enseignant (2008-07-23 18:26) - moiraudjp . . 56 Demande d’autorisation pour publier une ressource authentique (2008-07-25 17:03) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Contributions / Essaimage (2008-07-25 17:16) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . 62 1.3 août . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Blog multimodal - E3C (2008-08-20 16:30) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . 62 1.4 septembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 spe et colloque (2008-09-28 19:21) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 1.5 octobre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Travail collaboratif (2008-10-08 19:28) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Usage du blog (2008-10-12 10:38) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Mobile learning scenarios (MLS) (2008-10-20 18:59) - moiraudjp . . . . . . . . . . 69 Création blog (2008-10-26 18:40) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 1.6 novembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 SPE et architecture d’établissement (2008-11-23 10:27) - moiraudjp . . . . . . . . 71 Exception pédagogique - Base de données (2008-11-25 10:30) - moiraudjp . . . . . 72 Table ronde ISTIL - SPE (2008-11-26 15:40) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . 78 Gestion des droits d’auteurs - Loi DADVSI (2008-11-26 17:56) - moiraudjp . . . . 79 1.7 décembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Effet diligence (2008-12-31 09:25) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 804
  • 5. 2 2009 81 2.1 janvier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Blog- Privé ou public ? (2009-01-10 15:25) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . 81 Création de blog - Cahier des charges (2009-01-10 17:27) - moiraudjp . . . . . . . 82 Blog et diplôme (2009-01-11 11:51) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Grille de lecture (2009-01-14 14:01) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Mise en ligne de scénario (2009-01-16 09:05) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . 86 Effet diligence (2009-01-18 08:58) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Insérer une vidéo dans wordpress (2009-01-18 09:56) - moiraudjp . . . . . . . . . . 86 Ontologie (2009-01-19 09:16) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Outils du web (2009-01-27 09:10) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Blog Scénarios (2009-01-27 15:51) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Billet sur le blog - M Bachand - Québec (2009-01-28 11:22) - moiraudjp . . . . . . 89 2.2 février . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Analyser son blog (2009-02-01 08:12) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Naïf et inquiétant (2009-02-01 09:14) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Essaimage blog - scénarios (2009-02-03 17:25) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . 95 Coopératif, collaboratif, scénarios (2009-02-05 12:20) - moiraudjp . . . . . . . . . 96 You tube et créative common (2009-02-13 11:34) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . 96 2.3 mars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 web 2.0 et construction des savoirs (2009-03-11 22:36) - moiraudjp . . . . . . . . . 96 E3C et ENT (2009-03-18 09:31) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 2.4 avril . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Capturer une vidéo (2009-04-03 16:07) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Travail collaboratif (2009-04-04 07:48) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Bilan d activité pour l année 2008 /2009 (2009-04-16 10:08) - moiraudjp . . . . . . 99 Scénarios de pédagogie embarquée - essaimage - Tunisie (2009-04-22 17:36) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 2.5 mai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 spe et langues (2009-05-15 08:42) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Scénario de Pédagogie Embarquée en Langues : exemple du blog apprenant (2009-05-29 14:31) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 2.6 juillet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Réseaux numériques et droit (2009-07-15 17:06) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . 119 2.7 août . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Cours scénarisé (2009-08-20 12:34) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Design du blog. (2009-08-21 17:26) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 5
  • 6. 2.8 septembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 Promo 2009 - 2010 - Analyse de pratique1 (2009-09-04 19:21) - moiraudjp . . . . . 128 visio (2009-09-20 08:23) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Salles informatiques : sont -elles mortes ? (2009-09-23 17:23) - moiraudjp . . . . . 131 2.9 octobre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133 ENT et PLE opposition ou complémentarité ? (2009-10-08 07:57) - moiraudjp . . 133 Temps numérique, temps statutaire (2009-10-08 08:04) - moiraudjp . . . . . . . . 138 Scénario pédagogique (2009-10-11 12:12) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . 141 2.10 novembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141 Twitter et apprentissage (2009-11-23 09:38) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . 141 web, apprentissage et architecture scolaire (2009-11-28 09:16) - moiraudjp . . . . . 143 2.11 décembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Espace numérique: espace, temps (2009-12-06 16:54) - moiraudjp . . . . . . . . . . 144 Tri des flux twitter (2009-12-07 08:15) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1453 2010 147 3.1 janvier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 BTS design de mode (2010-01-13 09:42) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 BTS design de mode option surface (2010-01-13 09:43) - moiraudjp . . . . . . . . 149 BTS IMS (2010-01-13 09:43) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 DMA costumier (2010-01-13 09:44) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 BTS productique textile (2010-01-13 09:44) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . 153 Tissu interactif (2010-01-13 09:59) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Classe virtuelle (2010-01-25 10:17) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Mufle numérique ? (2010-01-28 08:49) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 3.2 février . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Classe virtuelle analyse d’usage #1 (2010-02-07 11:22) - moiraudjp . . . . . . . . . 162 Classe virtuelle analyse d’usage #2 (2010-02-11 15:45) - moiraudjp . . . . . . . . . 165 Un autre exemple de monde virtuel, application pédagogique (2010-02-28 08:51) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 3.3 mars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Scénario monde virtuel (2010-03-03 14:37) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . 169 Conférence virtuelle N° 1 (2010-03-04 09:20) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . 169 mondes virtuels comparaisons (2010-03-23 23:33) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . 174 Conférence virtuelle N°2 (2010-03-25 11:20) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . 174 3.4 avril . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 Une entrevue avec Jean Michel Billaut (2010-04-01 17:23) - moiraudjp . . . . . . . 1786
  • 7. Conférence virtuelle N° 3 (2010-04-06 06:55) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . 179 E.pedagogy - Does E.learning require a new approach to teaching and learning (2010-04-08 07:37) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Mondes virtuels - Scénarisation (2010-04-08 10:36) - moiraudjp . . . . . . . . . . . 182 Module formation mondes virtuels (2010-04-10 09:57) - moiraudjp . . . . . . . . . 184 Carriat conférence virtuelle (2010-04-15 18:33) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . 185 Mondes virtuels et compétences (2010-04-20 06:00) - moiraudjp . . . . . . . . . . . 185 Intervention Lyon 3 Temps pédagogique et numérique (2010-04-21 14:07) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Individualisation Mondes virtuels (2010-04-23 13:21) - moiraudjp . . . . . . . . . 191 Opensims Vwcamp (Virtual world camp)video (2010-04-25 07:15) - moiraudjp . 192 Challenge ITECH - conférence virtuelle (2010-04-28 07:41) - moiraudjp . . . . . . 1953.5 mai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 Monde virtuel - Une autre façon de travailler ? (2010-05-08 08:09) - moiraudjp . . 197 Journées numériques (2010-05-09 08:09) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 Chaire des civilisations numériques - Liège (2010-05-15 09:10) - moiraudjp . . . . 199 Monde virtuel ou skype ? (2010-05-15 19:16) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . 200 Devoir multimodal (2010-05-16 08:28) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 Journées numériques - Debrieffing (2010-05-18 18:24) - moiraudjp . . . . . . . . . 202 Essaimage (2010-05-18 22:23) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 JnumCamp du personnel au général ... (2010-05-19 09:00) - moiraudjp . . . . . . 204 Challenge Itech - Réunion préparatoire (2010-05-19 22:37) - moiraudjp . . . . . . 205 Challenge Itech et réunion e.tech (2010-05-20 22:10) - moiraudjp . . . . . . . . . . 207 Mashup (2010-05-22 14:20) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208 Itech vidéos (2010-05-26 22:57) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2083.6 juin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210 Monde virtuel - Essaimage pédagogique - Eric Guiraut (2010-06-13 19:13) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210 Bilan 2010 - Expérience monde virtuel (2010-06-16 06:21) - moiraudjp . . . . . . . 210 Equipement de la salle de classe 2.0 (2010-06-18 10:10) - moiraudjp . . . . . . . . 210 Ludovia 2010 (2010-06-24 21:00) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212 Personal Learning Network PLN (2010-06-26 18:37) - moiraudjp . . . . . . . . . . 2123.7 juillet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 Colloque et web 2.0 (2010-07-07 10:32) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 Analyse 2010-2011 (2010-07-24 15:04) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2153.8 août . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216 Schémas processus monde virtuel (2010-08-01 09:10) - moiraudjp . . . . . . . . . . 216 7
  • 8. Ludovia - Blog (2010-08-02 10:04) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218 Ludovia - Monde virtuel et blog (2010-08-02 10:09) - moiraudjp . . . . . . . . . . 218 Espaces numériques et métier d enseignant (2010-08-20 10:48) - moiraudjp . . . . 218 3.9 septembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220 Conférences virtuelles - Projets 2010-2011 (2010-09-02 16:08) - moiraudjp . . . . . 220 Organisation classe (2010-09-18 10:59) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221 Etherpad- Étape N° 1 (2010-09-21 14:02) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . 224 Etherpad étape N°2 (2010-09-23 06:31) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . 225 Bricolage sur l’établi ... (2010-09-25 07:38) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . 229 Mobilité (2010-09-30 07:47) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230 3.10 octobre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 Temps de travail des enseignants et e.learning (2010-10-07 10:24) - moiraudjp . . . 231 L’alignement pédagogique (2010-10-09 10:36) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . 234 Effet diligence (2010-10-12 10:07) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235 Billet sur mail - Nomadisme blog (2010-10-12 18:14) - moiraudjp . . . . . . . . . . 235 Détail d’un article de code 1101 code civil (2010-10-12 19:35) - moiraudjp . . . . . 237 Monde virtuel saison 2 - Séance 1 (2010-10-14 07:56) - moiraudjp . . . . . . . . . 237 Web 2.0 et politique. Peur du web ? (2010-10-15 20:35) - moiraudjp . . . . . . . . 238 monde virtuel explication (2010-10-23 14:42) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . 240 Amis sur Facebook ? (2010-10-28 07:45) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . 240 3.11 novembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 Conférence virtuelle N°1 - 2010 / 2011 (2010-11-02 16:01) - moiraudjp . . . . . . . 241 Embarquer, téléporter ... (2010-11-05 18:43) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . 242 Opérabis (2010-11-07 09:21) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243 Invariants des mondes virtuels (2010-11-13 09:54) - moiraudjp . . . . . . . . . . . 246 vwcamp 1110 (2010-11-14 13:44) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248 Essaimage pédagogique - Espace numérique - Bilan M.A.Gavand (2010-11-17 20:36) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250 Du LP au BTS (2010-11-18 11:39) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251 Conférence virtuelle 2010 N°1 (2010-11-24 00:02) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . 253 Temps et espace en carte mentale (2010-11-28 11:15) - moiraudjp . . . . . . . . . . 256 Biennale - Mobilité - Téléportation et ... éducation (2010-11-29 20:57) - moiraudjp 256 3.12 décembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260 Numérique et intempéries - Numérique rêvé et numérique pratiqué :-( (2010-12-01 11:53) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260 The 5 big mistakes in virtual education (2010-12-03 08:04) - moiraudjp . . . . . . 260 Travail collaboratif en classe (2010-12-04 12:44) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . 261 Monde virtuel - Essaimage (2010-12-19 10:09) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . 2618
  • 9. 4 2011 265 4.1 janvier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265 Opérabis N° 2 Les noces de Figaro (2011-01-07 17:05) - moiraudjp . . . . . . . . . 265 Monde virtuel - Coopération inter-établissements (2011-01-15 10:02) - moiraudjp . 268 Opérabis, une nouvelle machine à communiquer (2011-01-25 13:13) - moiraudjp . . 270 4.2 février . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271 Le diaporama - François Jourde (2011-02-02 23:56) - moiraudjp . . . . . . . . . . . 271 JPO - Avancée et déception (2011-02-19 20:45) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . 276 QR code et mobilité éducative (2011-02-24 18:48) - moiraudjp . . . . . . . . . . . 281 4.3 mars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 281 I.pad et lissage social (2011-03-16 20:56) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . 281 Innorobo. Des robots en éducation ? (2011-03-23 21:28) - moiraudjp . . . . . . . . 283 Colloque Reims - Plateformes technologiques (2011-03-29 06:16) - moiraudjp . . . 286 4.4 avril . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 293 Méthode de travail - Aspects graphiques (2011-04-05 16:39) - moiraudjp . . . . . . 293 Enseignement en ligne. De la radio au smartphone (2011-04-09 14:29) - moiraudjp 293 QR code et mémento de travail - Premiers pas (2011-04-13 21:41) - moiraudjp . . 294 Mondes virtuels - Synthèse (2011-04-15 19:56) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . 294 Serious play et modèle pédagogique (2011-04-17 15:33) - moiraudjp . . . . . . . . 294 Numérique et relations entre les acteurs éducatifs (2011-04-19 19:08) - moiraudjp . 295 L’espace du web la cartographie imaginaire (2011-04-26 20:55) - moiraudjp . . . . 300 Formation hybride - Blended learning (2011-04-27 09:54) - moiraudjp . . . . . . . 300 4.5 mai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305 Structure d’un blog. (2011-05-03 10:14) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . 305 Blog multimodal - Le son (2011-05-07 14:43) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . 305 Monde virtuel - L’instrumentum et le negotium (2011-05-14 11:58) - moiraudjp . . 306 ClavEd - Un clavier pour collaborer (2011-05-26 07:15) - moiraudjp . . . . . . . . 308 4.6 juin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309 Forum des enseignants innovants - Passé, présent, futur (2011-06-02 14:15) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309 Bricolage - Quelques réflexions (2011-06-06 15:51) - moiraudjp . . . . . . . . . . . 311 Monde virtuel ou vidéo ? (2011-06-07 19:35) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . 314 terminologie coopératif, collaboratif (2011-06-09 21:03) - moiraudjp . . . . . . . . 315 Journées du e.learning 2011 - Twitter l’informel (2011-06-26 20:26) - moiraudjp . . 316 4.7 juillet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317 Bilan d’activité 2011 - Le e.learning dans les mondes virtuels (2011-07-07 16:28) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317 9
  • 10. Colloque journées du e.learning Lyon 3 (2011-07-07 20:17) - moiraudjp . . . . . . 318 Temps aveugle des enseignants (2011-07-08 15:57) - moiraudjp . . . . . . . . . . . 318 Check list étudiant pour apprendre dans un monde virtuel (2011-07-12 20:08) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318 Check list professeur pour enseigner dans un monde virtuel (2011-07-13 08:53) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318 Monde virtuel et formation - Questions (2011-07-17 08:23) - moiraudjp . . . . . . 319 Virtuel mais ... (2011-07-23 12:25) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319 L’ordre numérique règne - Le règne du DIY pédagogique ? (2011-07-24 10:03) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 324 Circuler inworld (2011-07-24 17:31) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 325 Réalité augmentée (2011-07-25 17:14) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328 Réalité augmentée et outils (2011-07-26 15:15) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . 328 Dental life - Apprendre en immersion (2011-07-31 16:46) - moiraudjp . . . . . . . 328 4.8 août . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 330 Mondes virtuels et formation - Elearning aux urgences (2011-08-02 17:38) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 330 Monde virtuel et tutorat - Causerie avec christophe Batier et Jacques Rodet (2011-08-14 19:37) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 332 Typologie des usages pédagogiques en monde virtuel (2011-08-16 13:59) - moiraudjp 333 Structures des mondes virtuels - Conception et typologie (2011-08-17 17:34) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335 Former les visiteurs dans les mondes virtuels - La manipulation des avatars (2011-08-20 19:56) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 337 Se repérer dans un monde virtuel (2011-08-21 09:03) - moiraudjp . . . . . . . . . . 338 Tutorat et monde virtuel - Un nouveau blog (2011-08-23 09:29) - moiraudjp . . . . 339 Tuto second life (2011-08-26 06:46) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339 4.9 septembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339 Le geste professionnel en monde immersif (2011-09-01 21:38) - moiraudjp . . . . . 339 Deux ans après (2011-09-03 16:28) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340 Interaction (2011-09-04 18:32) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340 Structure numérique du cours 2011 (2011-09-17 10:46) - moiraudjp . . . . . . . . . 341 Première séance immersive 2010-2011 (2011-09-28 21:42) - moiraudjp . . . . . . . 342 4.10 octobre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343 Dental Life - Entrevue avec Guillaume Reys (2011-10-07 12:13) - moiraudjp . . . . 343 Enseignement secondaire et tutorat immersif (2011-10-26 14:38) - moiraudjp . . . 344 4.11 novembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 355 La radio scolaire - L’OFRATEME et l’école (2011-11-03 12:33) - moiraudjp . . . . 35510
  • 11. La FDV - Un monde virtuel dédié au droit (2011-11-04 14:41) - moiraudjp . . . . 356 Acquisition de compétences par l’usage (2011-11-15 18:58) - moiraudjp . . . . . . 356 Immersion et apprentissage (2011-11-16 07:27) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . 357 South Park et les mondes virtuels (2011-11-16 19:08) - moiraudjp . . . . . . . . . 358 Serious game Lyon - 2011 (2011-11-30 20:12) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . 358 4.12 décembre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 364 Mondes virtuels en mode pédagogique (2011-12-14 16:54) - moiraudjp . . . . . . . 364 Monde virtuel et orientation (2011-12-19 10:42) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . 365 Monde virtuel et tutorat (2011-12-19 18:08) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . 367 Peut-on devenir ami avec ses élèves sur Facebook ? (2011-12-23 14:55) - moiraudjp 3675 2012 369 5.1 janvier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 369 Activité du blog en 2011 (2012-01-01 10:37) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . 369 Voeux 2012 (2012-01-01 19:37) - moiraudjp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 369 Sébastien Simao et son monde virtuel (2012-01-02 17:13) - moiraudjp . . . . . . . 369 Open Harware : une licence libre dans la machine (2012-01-03 11:07) - moiraudjp . 370 11
  • 12. 12
  • 13. Chapter 120081.1 juinSPE et ENT (2008-06-26 20:06) - moiraudjpDans les colonnes de ce blog la notion centrale est la pédagogie embarquée ou comment intégrerun environnement numérique choisi dans les apprentissages.Le terme choisi se comprend en raison de l existence d environnements numériques prescrits (parle ministère, par les collectivités locales, par les universités ...). Les ENT sont recommandés et/ouimposés.Deux conceptions de l utilisation des espaces numériques se côtoient. Faut-il les opposer ? Lesdeux démarches semblent complémentaires.Le scénario de pédagogie embarquée, nous l avons souligné, est choisi, cela signifie que la démarcheest voulue, conçue par l enseignant. Une démarche qui répond aux besoins, souvent liée au brico-lage pédagogique. elle s enracine dans le besoin, elle entraîne la conception d outils, de ressourcesà destination d acteurs déterminés, dans un contexte précis.Le risque, me semble t-il (c est à démontrer) de l ENT prescrit est de plaquer artificiellement unespace numérique sur des pratiques classiques. Intégrer un ENT, le donner comme outil potentiel(voire obligatoire) à l’appui d’un apprentissage peut provoquer de l’indifférence voire un rejet surle terrain.La confrontation des espaces numériques choisis (spe) et des espaces numériques est une démarchecomplémentaire. Si l hypothèse que spe est utile pour les enseignants, que le scénario est mutu-alisable et reproductible dans des contextes divers, nous pouvons penser que c est une étape versl utilisation des plateformes institutionnelles.Convaincre par la pratique, généraliser par nécessité 13
  • 14. SPE et langues (2008-06-26 20:19) - moiraudjpLe scénario pédagogique présenté et analysé sur ce blog a été conçu de façon décontextualisée.Il est cependant nécessaire de dépasser le cadre conceptuel. Le scénario devrait permettre à toutenseignant, quelque soit le niveau, quelque soit la discipline, d’intégrer spe.Nous sommes au niveau de l’hypothèse (à confirmer ou à infirmer)L’enseignement des langues semble être un terrain favorable au développement de SPE pourplusieurs raisons :Pédagogique • La nécessité d’apprendre l’écrit et l’oral (pratiquer l’un et l’autre) • La présence de plusieurs modes de certification (formation initiale, formation en alternance, spécificité des validations en VAE, Life Long Learning en entreprise) • La prise en compte institutionnelle des compétences (CECRL) • Technologique • La présence des technologies nomades qui mettent au centre la voix et l’écrit • L’émergence de solutions en ligne qui permettent de mettre en place un dispositif de travail collaboratif • La possibilité de dialoguer en s’affranchissant (lorsque cela est nécessaire !) des contraintes de temps et d’espace.A partir du scénario décontextualisé il faudra organiser et contextualiser l’apprentissage. Unepiste d’analyse pour créer un maillage dynamique d’apprentissage. Les acteurs, les outils, lesressources.Les acteurs enseignant qui ? apprenant qui ? administration qui ? professionnel (en cas d’alternance) qui ? autres qui ?Les outils espace numérique (E3c) lequel ? fichiers sons comment sont-ils créés ? quel est leur rôle ?14
  • 15. espace numérique de dialogue lequel ? comment l’intégrer dans le cours ?Les ressources créés / déposées par l’enseignant comment ? dans quel objectif ? créés / déposées par les apprenants comment ? pourquoi ? dans quel objectif ? créés / déposées par un professionnel comment ? pourquoi ? dans quel objectif ?Organiser (mailler) les acteurs, les outils, les ressources Une nouvelle architecture de la classe Une salle qui rassemble l’enseignant, les apprenants, les réseaux. Une pédagogie qui intègre les réseaux numériquesCette grille d’analyse devrait permettre à un enseignant de commencer à contextualiser sonscénario SPE. L’utilisation des réseaux numériques dans un schéma d’apprentissage pose la ques-tion de l’organisation du cours. • Doit-on plaquer du numérique sur un modèle classique ? (un enseignant, des apprenants, un dialogue calibré. • Doit-on remodeler le cours ? Cela signifie que le maillage dynamique évoqué ci-dessus fait l’objet d’une tentative de mise en place, créer les conditions d’un travail collaboratif entre les acteurs grâce à des outils adaptés comme [1]chinswing ou [2]voicethread (des solutions, parmi d’autres, de dialogue en ligne). L’aménagement de la salle de cours doit aussi faire l’objet d’une réflexion. Peut-on conserver la structure habituelle c’est-à-dire d’un coté une salle banalisée de l’autre une salle informatique ? Le wifi est-il un élément de la pédagogie ? Les étudiants peuvent-ils surfer pendant le cours ? A mon sens la réponse est oui puisqu’il faut pouvoir accéder en permanence aux ressources de travail. Cette opération de déconstruction du cours ne va pas sans risque notamment en terme de critiques :”les étudiants ne vont pas écouter et s’évader sur le net”. • On peut aussi utiliser les fonctionnalités des visio-conférences par skype. 15
  • 16. Je lance ici des pistes de réflexions que peuvent alimenter les professeurs de langues, puisque ceblog se veut collaboratif [3]langues 0001.wmv1. http://www.chinswing.com/2. http://voicethread.com/#home3. http://lewebpedagogique.com/moiraud/files/2008/06/langues_0001.wmvMise en place d’une stratégie SPE (2008-06-26 20:21) - moiraudjpCet article à vocation d’introduire la notion de scénario SPE - Vous pouvez télécharger le scénariocomplet à la page [1]télécharger (bandeau en haut du blog)Les différents articles de ce blog sont articulés de façon revendiquée autour d’une analyse con-ceptuelle mais ... La volonté d’essaimer un concept nécessite de se donner les moyens de mutualiserle scénario. Il faut aussi vérifier que les enseignants peuvent s’approprier sans trop de difficulté lemodèle décontextualisé et sont capables de le recontextualiser dans leur champ disciplinaire.Vous trouverez ci-dessous un tableau d’analyse pour préparer votre spe :Cochez les cases si la réponse est oui. Mise en place du blog Niveau de formation Primaire Secondaire Supérieur Temporalité du blog (semaine, mois, année, pluri-annuel) Matériel professionnel mis à disposition de l’enseignant Ordinateur fixe Ordinateur portable Un ordinateur par élève Un ordinateur pour plusieurs élèves Un ordinateur pour combien d’élèves ? Vidéo projecteur Tableau blanc informatique (TBI) Accès réseau Internet dans les murs de l’établissement Présence de salle informatique Salle de classe dans la salle informatique Salle de classe distante de la salle informatique16
  • 17. Apprenants possédant des portables fournis par les établissements oules collectivités locales Accès internet Accès par le réseau sur des ordinateurs fixes Accès dans les salles de classe par wifi Pas d’accès internet Stabilité des connexions Instabilité des connexions Matériel personnel de l’enseignant Ordinateur Téléphone portable Connexion internet Appareil photo numérique Matériels mis à disposition des apprenants Ordinateurs fixes Ordinateurs portables Connexion internet Outils nomades Clés USB Lecteur MP3 Matériels personnels des apprenants Ordinateur fixe Ordinateur portable Clé USB Lecteur MP3 Téléphone portable Compétences technologiques de l’enseignant Titulaire de C2i2e Estimation personnelle - perception de ses connaissances Excellentes Très bonnes Bonnes Moyennes Insuffisantes Inexistantes Si j’estime que mes capacités sont médiocres suis je prêt à m’appuyersur les compétences des élèves ? (techno-sherpa) 17
  • 18. Choix de la plateforme blog Plateforme libre Plateforme commerciale Présence de publicité Capacité de stockage des fichiers MO Possibilité d’inscrire ses élèves pour collaborer Possibilité de créer des tags Possibilité de créer des thématiques Possibilité d’insérer des fichiers sons en podcast (présence d’un lecteur son) Possibilité d’insérer des fichiers vidéos (présence d’un lecteur vidéo) Tableau de bord de gestion simple Possibilité d’exporter les articles Informer sur le projet spe Informer son administration Informer les élèves Informer les parents Les compétences à mettre en oeuvre technologique juridique langagière de régulation Définir la structure de navigation URL du blog Choix des thématiques Choix des tags Choix de la page d’accueil Identification des auteurs Identification de l’objet du blog Place des flux RSS Le créateur du blog connaît-il l’utilité des flux RSS ? Information des lecteurs - isoler le flux pour créer des marques pages et / ou gérer son logiciel de messagerie Choix de créer une revue de presse Autres rôles des flux rss ?18
  • 19. Définir une politique graphique Police de caractère Taille de la police Couleur1. http://moiraudjp.wordpress.com/telechargerPédagogie embarquée et textes légaux. (2008-06-26 20:22) - moiraudjpLa pédagogie embarquée est une façon d’aborder les apprentissages dans la mesure où la présencedes réseaux numériques poussent les enseignants à développer de nouvelles stratégies. C’est ausside façon plus pragmatique une façon de répondre aux instructions légales de l’éducation nationale.Les textes précisent de nombreuses fois l’obligation d’enseigner dans et hors la classe.NB : Les textes en gras sont le fait de l’auteur du blog.La VAEL’apprenant en configuration professionnelle peut valider des diplômes. Une situation de forma-tion dans et hors la classe.Section 1 Validation des acquis de l’expérienceArticle 134I. - Les articles L. 335-5 et L. 335-6 du code de l’éducation sont ainsi rédigés :« Art. L. 335-5. - I. - Les diplômes ou les titres à finalité professionnelle sont obtenus parles voies scolaire et universitaire, par l’apprentissage, par la formation professionnelle continue ou,en tout ou en partie, par la validation des acquis de l’expérience.« La validation des acquis produit les mêmes effets que les autres modes de contrôle des con-naissances et aptitudes.« Peuvent être prises en compte, au titre de la validation, l’ensemble des compétences profes-sionnelles acquises dans l’exercice d’une activité salariée, non salariée ou bénévole, en rapportdirect avec le contenu du diplôme ou du titre. La durée minimale d’activité requise ne peut êtreinférieure à trois ans.« La validation est effectuée par un jury dont la composition garantit une présence significa-tive de représentants qualifiés des professions concernées. 19
  • 20. Le lycée des métiersUn label accordé à des établissements scolaires qui en leur sein vont former des apprenants sousdivers statuts (formation initiale, formation continue). Possibilité de former dans et hors la classe.Article D335-1code de l’éducationLe label de ” lycée des métiers ” permet d’identifier des pôles de compétences en matièrede formation professionnelle, de certification ou d’accompagnement, d’information ou de servicestechniques aux entreprises.Il est délivré, sur leur demande, aux établissements d’enseignement qui se conforment aucahier des charges national constitué des critères suivants :1° Offre de formation, comportant notamment des formations technologiques et profession-nelles, construite autour d’un ensemble cohérent de métiers ;2° Accueil de publics de statuts différents : élèves, adultes en formation continue, appren-tis et étudiants ;3° Préparation d’une gamme de diplômes et titres nationaux allant du certificat d’aptitudeprofessionnelle aux diplômes d’enseignement supérieur ;4° Offre de services de validation des acquis de l’expérience ;5° Existence de partenariats avec les collectivités territoriales, les milieux professionnels oudes établissements d’enseignement supérieur ;6° Mise en place d’actions destinées aux enseignants et aux élèves de collège visant à améliorerl’orientation des collégiens et les conditions de leur accueil dans les formations professionnelles ;7° Ouverture européenne ou échanges avec des pays étrangers ;Les CPCCommission chargée d’alaborer les programmes de l’enseignement technologique et professionnel.Les RAP (référentiel des activités professionnelles) doivent prévoir les diverses formes de certifi-cation. Une réflexion sur les modalités d’enseignement dans et hors la classe.(commissions professionnelles consultatives) - Élaboration des programmes de l’enseignement tech-nologique et professionnelLes diplômes, leurs options et spécialités couvrent tous les champs professionnels représentésau sein des 14 CPC : • 03ème CPC - Métallurgie • 05ème CPC - Bâtiment, travaux publics, matériaux de construction • 06ème CPC - Chimie, bio-industrie, environnement20
  • 21. • 07ème CPC - Alimentation • 08ème CPC - Métiers de la mode et industries connexes • 10ème CPC - Bois et dérivés • 11ème CPC - Transport, logistique, sécurité et autres services • 12ème CPC - Communication graphique et audiovisuel • 13ème CPC - Arts appliqués • 15ème CPC - Commercialisation et distribution • 16ème CPC - Services administratifs et financiers • 17ème CPC - Tourisme, hôtellerie, restauration • 19ème CPC - Coiffure, esthétique et services connexes • 20ème CPC - Secteurs sanitaire et social, médico-socialIls peuvent être obtenus à l’issue d’une formation sous statut scolaire ou sous statut d’apprenti,ou au terme d’une formation continue. Un candidat peut également se présenter à un diplômesans formation, mais sous condition d’acquis antérieurs pour la plupart d’entre eux.Les stagesLes référentiels des BTS notamment prévoient une période de stage pendant la formation. Lestage est un élement de l’acte de formation hors la classe complémentaire des savoirs acquis dansla classe.Exemple de référentiel BTS design de modeArrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur« design de mode, textile et environnement » Option A mode Option B textile-matériaux-surface.La formation sanctionnée par le brevet de technicien supérieur «design de mode, textile et envi-ronnement» comporte des stages en milieu professionnel dont les finalités et la durée exigée pourse présenter à l examen sont précisées à l annexe II au présent arrêté.Le stage est obligatoire pour les étudiants relevant d une préparation par la voie scolaire, parla voie de l apprentissage, par la voie de la formation continueL’organisation des BTS - Décret n° 95-665 du 9 mai 1995TITRE IIModalités de préparationArticle 5 Le brevet de technicien supérieur est préparé :a) par la voie scolaire, dans les lycées ainsi que dans les écoles d enseignement technique privéesmentionnées au chapitre premier du titre IV du Code de l enseignement technique ;b) par la voie de l apprentissage définie au livre I du Code du travail ;c) par la voie de la formation professionnelle continue, définie au livre IX du Code du travail. Le 21
  • 22. brevet de technicien supérieur peut également être préparé par des établissements d enseignementà distance dans les conditions fixées par arrêté du ministre chargé de l Éducation nationale. Lestage en BTSArticle 4 (modifié par le décret n° 96-195 du 8 mars 1996)1 La formation préparant au brevet detechnicien supérieur comporte, en application de l article 7 de la loi d orientation du 10 juillet 1989susvisée, des stages de formation organisés sous la responsabilité des établissements de formation.Les modalités d organisation de la formation et des stages en milieu professionnel sont préciséespar arrêté du ministre chargé de l Éducation nationale.L’alternanceDes périodes de formation dans la classe qui alternent à des périodes de formation en entreprise(hors la classe)Source [1]ministère de l’éducation nationale (France)[2]Un contrat pour les jeunesLe contrat en alternance permet à des jeunes de 16 à 25 ans (voire plus dans certaines conditions)de conclure un contrat de travail alternant formation en entreprise et en centre de formationd’apprentis (C.F.A.). L’étudiant en alternance confronte en permanence l’approche théoriquescolaire à la pratique de la vie professionnelle. De plus, il prépare un diplôme tout en étantrémunéré, et tout en bénéficiant des avantages sociaux du salariat (sécurité sociale, indemnisa-tions chômage, congés payés, etc.) Et une fois le diplôme obtenu, l’expérience professionnelleacquise est un atout certain auprès des recruteursContrat de professionnalisation - [3]Source ministère de l’éducation nationale ( France)Le contrat de professionnalisation vise à favoriser l’insertion ou la réinsertion professionnelle desjeunes de moins de 26 ans et des demandeurs d’emploi de 26 ans et plus et à leur permettred’acquérir une qualification professionnelle. Il remplace les contrats de qualification, d’adaptationet d’orientation depuis le 1er octobre 2004.Cadre d’application et objectifsLe contrat de professionnalisation est conclu dans le cadre d’un contrat à durée déterminée de 6à 12 mois ou d’un contrat à durée indéterminée.Le contrat de professionnalisation doit permettre au salarié formé d’acquérir une qualification: • enregistrée dans le répertoire national des certifications professionnelles, • reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale de branche,22
  • 23. • figurant sur une liste établie par la Commission paritaire nationale de l’emploi d’une branche professionnelle.Le titulaire d’un contrat de professionnalisation bénéficie des mêmes conditions de travail que lesautres salariés dans la mesure où elles ne sont pas incompatibles avec les exigences de sa formation.Les heures de formation font partie des heures de travail. Le bénéficiaire perçoit, pendant l’actionde professionnalisation, une rémunération qui dépend de son statut.Action de professionnalisationL’action de professionnalisation comprend : • des actions d’évaluation et d’accompagnement ; • des enseignements généraux, professionnels et technologiques.Enfants maladesDes pathologies rendent nécessaires des périodes d’hospitalisation (hors la classe)ACCUEIL EN COLLECTIVITÉ DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS ATTEINTS DETROUBLES DE LA SANTÉ ÉVOLUANT SUR UNE LONGUE PÉRIODED une manière générale, dans le domaine pédagogique un élève atteint de troubles de la santédevra être considéré de la même manière que ses camarades en bonne santé. C est là l objectifcentral du processus d intégration. Cependant, chaque fois que les difficultés de santé spécifiquesd un enfant ou d un adolescent contraignent l enseignant à dispenser cet élève de telle ou telleséquence pédagogique, il sera souhaitable de trouver, avec l aide de l équipe éducative, le disposi-tif qui permettra de faire bénéficier ce dernier de toutes les compensations dont il a besoin. Cesera particulièrement le cas pendant les périodes d hospitalisation ou de maintien à domicile. (&)On recherchera toujours à éviter une rupture brutale et prolongée et à préparer le retour à l école,au collège ou au lycée conformément à la circulaire éducation nationale n° 98-151 du 17 juillet1998 relative à l assistance pédagogique à domicile en faveur des enfants et adolescents atteints detroubles de la santé évoluant sur une longue période.Sportifs de haut niveauSelon le calendrier des compétitions, les élèves vont être dans la classe ou sur les stades (hors laclasse)[4]CIRCULAIRE N°2006-123 DU 1-8-2006II - Aménager l organisation et le déroulement des études des sportifs(ives) de haut niveau dansles établissements de l enseignement supérieurLe code de l éducation dispose en son article L. 611-4 : Les établissements d enseignementsupérieur permettent aux sportifs de haut niveau de poursuivre leur carrière sportive par les 23
  • 24. aménagements nécessaires dans l organisation et le déroulement de leurs études. Ils favorisentl accès des sportifs de haut niveau, qu ils possèdent ou non des titres universitaires, à des en-seignements de formation ou de perfectionnement, dans les conditions définies par les articles L.612-2 à L. 612-4 et L. 613-3 à L. 613-5.À cet effet, le conseil d administration de l établissement fixe, sur proposition du conseil des étudeset de la vie universitaire, des modalités pédagogiques spécifiques à l intention des sportifs(ives) dehaut niveau. Ces modalités de contrôle des connaissances doivent être arrêtées au plus tard à lafin du premier mois de l année d enseignement ; elles ne peuvent être modifiées en cours d année.Les TPE (travaux personnels encadrés)”Les[5] travaux personnels encadrés visent d’une part, à diversifier les modes d’appropriationdes contenus des programmes en prenant appui sur une démarche interdisciplinaire et d’autrepart, à développer chez les élèves les capacités d’autonomie et d’initiative dans la recherche etl’exploitation de documents en vue de la réalisation d’une production qui fait l’objet d’une synthèseécrite et orale. A partir de thèmes définis nationalement ; les élèves choisissent le sujet sur lequelportera la production en concertation avec les enseignants encadrant le TPE. La production résultegénéralement du travail collectif de plusieurs élèves, mais on évalue la part de chaque élève dansce travail et sa démarche personnelle.” - Source [6]Eduscol.1. http://www.education.gouv.fr/cid2768/le-contrat-en-alternance.html2. http://www.education.gouv.fr/cid2768/le-contrat-en-alternance.html3. http://www.education.gouv.fr/cid2766/le-contrat-de-professionnalisation.html4. http://www.education.gouv.fr/bo/2006/32/default.htm5. http://eduscol.education.fr/D0050/LXTREF01.htm6. http://eduscol.education.f/Les outils de Travail Collaboratif Assisté par Ordinateur (TCAO)(2008-06-26 20:24) - moiraudjpUne liste d’outils utiles pour développer le travail collaboratif. Ce qui importe dans cette analysesont les fonctionnalités des outils. Des liens sont donnés mais à titre indicatif et en fonction del’état de connaissance de l’auteur. Les outils matériels et logiciels Fonctionnalités Plateforme blog[1]Dotclear[2]wordpress Support central pour fédérer la communication en ligne - Nécessite une réflexion sur la structure de l’information, la répartition des rôles des acteurs Clé USB[3]framakey Outil nomade léger abritant plusieurs fonctionnalités : * Embarquer des suites logicielles * Fonction de stockage des ressources24
  • 25. Matériel peu stable, nécessite des précautions d’utilisation. Téléphone portable Outil nomade disposant de nombreuses solutions d’enregistrement et de stockage (dictaphone, vidéo, photo, stockage) Visio conférence[4]Skype Logiciel permettant de travailler en mode synchrone. Met à disposition des acteurs vidéo, son, chat, transfert de fichier Screen sharing (partage d’écran)[5]mikogo Logiciel permettant de visualiser à distance le moniteur de son interlocuteur. Travail synchrone distant. Enregistreur numérique en ligne[6]Wagwire[7]voicethread [8]chinswing Déposer un message son en ligne. Travail asynchrone. Podcast (balladodiffusion) Mise en ligne de fichier son. Permet d’écouter une ressource en ligne de façon asynchrone Vidéo en ligne Vidéo déposée en ligne sur un espace numérique. Travail asynchrone. QCM en ligne[9]eslvideo Solution permettant de vérifier les acquis des élèves. Travail synchrone et asynchrone Mail Envoi d’informations. Travail asynchrone1. http://www.dotclear.net/2. http://www.wordpress-fr.net/3. http://www.framakey.org/Portables/Index4. http://www.skype.com/intl/fr/download/skype/windows/5. http://www.mikogo.com/Welcome.aspx6. http://www.wagwire.com/7. http://voicethread.com/#home8. http://www.chinswing.com/pages/firststeps.aspx9. http://eslvideo.com/Compétences et pédagogie embarquée (2008-06-26 20:32) - moiraudjpLe concept de pédagogie embarquée est défini grâce à la notion de technologies nomades. Cenomadisme n’inscrit pas l’acte d’apprentissage dans le registre de la facilité, de la construction dessavoirs sans compétences associées.La pédagogie embarquée nécessite de mobiliser de nombreuses compétences afin de créer un outild’apprentissage aux structures souples mais construit sur des bases solides. • compétences technologiques 25
  • 26. Les outils matériels et logiciels ont chacun des spécificités. Il est nécessaire d’en maîtriser lesfonctionnalités et d’en percevoir les applications pédagogiques. Se former est un préalable in-dispensable (nous incluons aussi sous ce vocable l’apprentissage informel) dans le processus deconstruction de SPE.Penser que la maîtrise des outils est simple est probablement illusoire, la phase d’apprentissage estincontournable même si de nombreux outils permettent une prise en main assez rapide et souple. • compétences rédactionnellesQuel est le public visé ?Rédiger de façon appropriée en fonction du public cible • compétences juridiquesL’introduction des réseaux numériques dans les processus d’apprentissage conduit à définir unespace éducatif augmenté visible par tous, nous l’avons régulièrement souligné dans les pages dece blog. Il est techniquement possible de déposer du texte, des images, des vidéos, des fichierssons par un simple clic. Que se passe t-il dans l’espace temps qui se situe entre la conception d’uneressource, la conception d’un article, la mise en ligne d’une image et le clic de mise en ligne ?Cet instant, de l’ordre de la milliseconde, est le temps du droit, celle qui vous projette dans uncadre légal ou dans l’illégalité.Il est par conséquent nécessaire de se poser les questions de la légalité des sources en amont duclic.Les récents débats sur les téléchargements gratuits, la place du peer to peer donne le sentimentqu’Internet est un nouvel eldorado de liberté, un espace de non droit généralisé. Pourtant ...La construction d’un espace collaboratif de construction de connaissances est une salle de coursvirtuelle, lieu d’exercice d’un enseignant soumis au statut de la fonction publique (si l’on estfonctionnaire) ou soumis aux clauses de son contrat de travail (si l’on exerce dans une structureprivée), un espace citoyen dans tous les cas. La règle est donc omniprésente.Avant que le clic ne transforme une source privée en source publique, il est indispensable de seposer certaines questions :Suis je titulaire des droits de diffusion de le ressource mise en ligne ? Cette question d’ordregénéral interroge l’ensemble des ressources mises en ligne c’est-à-dire les textes, les images, lesvidéos, les sons. Ce questionnement balaye un ensemble de réglementations au titre desquelles onpeut citer le droit d’auteur, le droit des marques, le droit des dessins et modèles, le droit à l’image.Bien que publiée, la ressource interroge encore quant à son contenu et ses conséquences juridiques.Les propos tenus, lorsqu’ils sont personnels, sont-ils conformes à l’obligation de réserve ?26
  • 27. Qui est propriétaire de la ressource ? Son auteur, son employeur ? La diversité des statutsd’enseignants entraînent des conséquences différentes sur la propriété des sources.On le voit bien, la mise en place d’un espace numérique modèle les compétences du métierd’enseignant.Les textes des B2i, du C2i, de C2i2e précisent ces enjeux juridiques, les intitulés renvoient aucadre légal à intégrer.exemple B2i lycéeAdopter une attitude responsable2.1) Je connais la charte d’usage des TIC de monétablissement....2.3) J’utilise les documents ou les logiciels dans lerespect des droits d auteurs et de propriété....2.5) Je suis capable de me référer en cas de besoinà la réglementation en vigueur sur les usagesnumériques.Le cahier des charges pour la formation des maîtres est explicite à ce sujet :”L intégration des IUFM dans les universités permet, par conventions entre universités partenaires,de mobiliser toutes les contributions nécessaires pour mettre en oeuvre le plan de formation desmaîtres : dans le domaine des disciplines enseignées, mais aussi dans le domaine des sciencescognitives ou encore du droit, etc.”Les sources légales à respecter peuvent se présenter sous la forme de la hiérarchie des normessuivante :- normes internationales- normes européennes- constitution- lois- décrets- chartes informatiques académiques- chartes informatiques d’établissementsLa norme inférieure devant respecter la norme supérieure. 27
  • 28. • compétences de régulation / médiationen cours de rédaction • compétences communicativesen cours de rédactionEn résumé Compétences à développer pour concevoir et utiliser un scénario spe compétences juridiques Droit de réserve Droit d’auteur Droit à l’image Compétences technologiques Outils matériels Outils logiciels maîtrise des modèles d’apprentissage Socio-constructiviste Transmissif Compétences communicatives28
  • 29. Gestion de la distribution de l’information Thématique - tags - flux rss - liste diffusion Compétences de régulation / médiation Gestion des rôles des acteurs Administrateur - Éditeur - auteur - contributeur - visiteurTravail collaboratif et traitement de texte (2008-06-26 20:33) - moiraudjpJe mets en téléchargement un travail qui pose la question technique du travail collaboratif distantavec un traitement de texte.Le traitement de texte est souvent envisagé comme un outil basic simple transposition tech-nologique du stylo. Pourtant ... les fonctionnalités de cet outil sont immenses, création de plan,d’index, de tables bibliographiques, insertion d’image dans le texte etc ...Il est possible de travailler de façon collaborative distante si l’on fixe au préalable des règlescommunes de travail. Une nouvelle occasion de démontrer qu’un outil est une succession de fonc-tionnalités que l’on peut mobiliser pour la pédagogie.[1]Traitement de texte et travail collaboratif1. http://lewebpedagogique.com/moiraud/files/2008/05/polycope_word.pdfApproximations ? (2008-06-26 20:35) - moiraudjpQuelques affirmations entendues ou lues de la part d’enseignants bloggueurs et sources de confu-sions (me semble t-il !)”La création d’un blog peut se faire sans compétences” n’est-ce pas l’inverse au contraire ? La miseen place d’un blog pédagogique demande de maîtriser des compétences nouvelles. Des compétencestechnologiques pour commencer même si dans bien des cas elles sont souples. Des compétencesjuridiques afin de pouvoir gérer la mise en ligne des informations, des compétences organisation-nelles pour gérer la circulation des informations. 29
  • 30. Un peu de technologie appliquée à la pédagogie embarquée(2008-06-26 20:36) - moiraudjpLes divers articles de ce blog sont consacrés à la pédagogie embarquée et à sa scénarisation. Com-ment en réunissant des acteurs, des outils, des ressources dans un environnement on peut parmaillage dynamique créer les conditions d’un apprentissage par pédagogie embarquée.Le concept nécessite cependant de se pencher sur des aspects purement technique notammentla mise en place du blog. Les meilleures intentions pédagogiques vont se frotter aux exigencestechnologiques de prise en main de la plateforme choisie (ici le blog).La pédagogie embarquée suppose de maîtriser des compétences technologiques.Vous trouverez en téléchargement (lien ci-dessous) un fichier pour vous guider. Commentconcrétiser vos intentions pédagogiques : • Créer une page d’accueil fixe pour distribuer l’information ; • Créer sa barre latérale de navigation ; • créer des thématiques ; • créer des tags ; • créer sa blogoliste (liens hypertextuels sur d’autres sites) • inscrire ses élèves / étudiants pour travailler de façon collaborative ; • écrire et gérer ses articles[1]vademecum-technique pour la création du blog1. http://lewebpedagogique.com/moiraud/files/2008/06/vademecum-technique.pdfArticle publié sur lewebpedagogique (2008-06-26 20:38) - moiraudjpUn article rédigé pour lewebpedagogique ( Mars 2008)LWP :Dans quel but avez-vous créé le blog destiné à des stagiaires IUFM ?Ma pratique professionnelle des environnements numériques en général et du blog en partic-ulier remonte à plusieurs années. Des raisons multiples m’ont amené à intégrer les technologiesnumériques. Celle que je privilégie, parmi d’autres, est la [1][I1] suivante :L’avènement des réseaux numériques dans le monde éducatif transforme peu à peu les pratiquesd’enseignement et d’apprentissage ; en particulier parce que l’espace et le temps de la classe sedilatent (rapport annuel des inspections générales 2007). On peut exercer son métier d’élèvecomme son métier d’enseignant dans et hors les murs de la classe. De façon informelle (travailà la maison, cdi...) mais aussi de façon prescrite par l’institution lorsque les élèves effectuent un30
  • 31. stage, lorsqu’ils choisissent la formation par alternance, ou bien encore le choix de valider leursacquis par l’expérience (VAE).Les espaces collaboratifs de co-construction de connaissances se justifient dans ce contexte évolutifpuisque leurs fonctionnalités pédagogiques (Souple, ouvert, participatif, évolutif, familier, gratuit,portable, nomade) correspondent aux nouvelles intentions des enseignants qui intègrent les réseauxdans leurs dispositifs.Avec un minimum de contraintes techniques il sera possible de :- Déposer des ressources en temps réel ;- Créer et diffuser des ressources par interaction entre les divers acteurs ;- Communiquer de façon synchrone et asynchrone- Créer des réseaux de relations entre professionnels et apprenants.Depuis deux ans je participe à un travail de recherche à l’INRP de Lyon sur la thématique de lapédagogie embarquée :« Une représentation formalisée de l’organisation et du déroulement d’une situationd’apprentissage dans laquelle l’usage des fonctionnalités nomades des technologies numériques faitque l’enseignement apprentissage s’exerce dans et hors les murs de la classe. » (Hélène Godinet -Jean-Paul Moiraud, 2007)« Un blog pour apprendre » a été conçu pour ses potentialités pédagogiques c’est-à-dire commentintégrer des pratiques de travail collaboratives et de co-construction à l’aide d’un environnementnumérique choisi.LWP : Êtes-vous soutenu par votre établissement ?Assurément oui, mon proviseur Monsieur Roland Mouleyre m’accorde un soutient sans failledans mes démarches. Il est vrai cependant que le mot blog est source de confusion. Il estassez fréquent qu’il retienne l’attention en raison des chroniques judiciaires plus que par sespotentialités pédagogiques. Ce brouillage médiatique m’amène d’ailleurs plus volontiers à utiliserle terme d’espace collaboratif de co-construction de connaissances (E3c) ou d’espace numériquechoisi (la terminologie n’étant pas encore stabilisée)Il est par conséquent indispensable qu’un enseignant, souhaitant intégrer un E3c dans sapratique, explique à l’ensemble des acteurs sa démarche et précise ses intentions pédagogiques.D’après vous, quels sont les obstacles, les difficultés à résoudre pour faire du soutien sco-laire en ligne ?« Un blog pour apprendre » n’est pas précisément destiné à développer une pratique desoutien scolaire en ligne (même si cette configuration peut être retenue ponctuellement pourrépondre à des attentes d’individualisation d’accompagnement, de soutien, par exemple dans lessituations de handicap). 31
  • 32. Ma démarche est destinée à vérifier comment, en mettant en relation dynamique un do-maine de connaissances (économie-gestion, contrat de travail dans l’exemple retenu), des acteurs(enseignants, apprenants, professionnels), des outils (matériels et logiciels) et des ressourcesmultimodales (textes, images, vidéos, sons), on peut créer des conditions de construction deconnaissances par méthode collaborative.Je ne parlerais pas d’obstacles ou de difficultés mais de nécessité de créer des scénariospédagogiques types, mutualisables et transférables afin de créer un vivier de pratiquesréutilisables en contexte.LWP : Pourquoi avez-vous choisi Le Webpedagogique ? Pensez-vous que c’est un nouvel outilpour aider les élèves à s’entraîner davantage ?J’ai choisi lewebpédagogique pour des raisons variées, à la fois technique, pédagogique etjuridique. Elles ne sont pas liées à la nouveauté (le blog remonte aux années 95) mais à lapertinence et à la souplesse des solutions proposées.des raisons techniques.Lewebpédagogique est une plateforme conçue avec le blogiciel wordpress. Il me semblequ’elle concilie la souplesse et la simplicité d’utilisation et un nombre de solutions avancéesrépondant à de nombreux besoins pédagogiques :o Intégration d’un lecteur vidéo par simple copier/coller ;o Intégration d’un lecteur de podcast par simple copier/coller ;o Intégration des flux rss organisant la veille informationnelle presse ;o Intégration des flux rss pour le suivi externe de l’activité du blog (pousser l’information);o Intégration de menu déroulant pour la présentation des thématiques retenues ;o Intégration des nuages de tags ;o Possibilité d’insérer une page d’accueil fixe. Le blog peut ainsi devenir autre chosequ’une compilation, chronologique ou ante-chronologique, d’articles. Il est possible de distribuerl’information de façon organisée en conformité avec ses intentions pédagogiques ;o Possibilité d’intégrer la solution Google Analytic pour analyser les traces.des raisons pédagogiques.C’est à partir de ce point essentiel que j’ai opté pour le webpedagogique (les aspects tech-niques sont gérables à l’identique sur une plateforme wordpress simple (voir pour exemple unautre de mes [2]blogs pédagogiques)Le webpedagogique est une plateforme qui est disciplinaire, à ce titre elle évite d’ouvrirdes portes par liens hypertextuels sur des blogs hors propos.32
  • 33. L’absence de publicité est aussi un élément déterminant de mon choix. Je reste attaché àla notion non marchande de l’acte éducatif d’apprentissage.Parce que lewebpédagogique permet de mettre en place une stratégie de collaboration et deco-construction des connaissance grâce au module « inscrivez vos élèves ».des raisons juridiquesElles ont été déterminantes dans mes choix. Les aspects juridiques sont une dimension prégnantelorsque l’on diffuse sur les réseaux. Droit d’auteur, droit des marques, droit de réserve, droit liéaux créations des fonctionnaires dans leur mission de service public doivent être intégrés dans laréflexion de conception. Les réactions des élèves me démontrent que cette approche juridique estun facteur de rejet.Heureusement grâce au webpedagogique et les accords qui ont été conclus avec l’INA[3][1] il estloisible d’insérer des vidéos et des balladodiffusions ( podcasts) sans avoir à se préoccuper de lagestion des droits d’auteur. L’intégration d’un lecteur vidéo et/ou son renforce cette souplessed’utilisation.LWP : Quelles sont les réactions de vos élèves face à cette nouvelle activité pédagogique ?Ma réponse à cette question sera double, l’une en tant que professeur, l’autre en tant que forma-teur.Les élèves/étudiants :La pratique du [4]blog est totalement intégrée dans mon enseignement. En complément du cours,comme élément de veille informationnelle, comme élément de contact et de dialogue entre lesanciens étudiants devenus professionnels et les étudiants en cours de formation.Au-delà de cet aspect strictement disciplinaire le blog a des enjeux transversaux. Il devrait per-mettre de contribuer à la validation des compétences C2i et / ou B2i.Enfin d’un point de vue plus prospectif il sensibilise les étudiants aux solutions numériques pourleur métier futur.Les élèves professeurs :Cette facette de mon métier est assez récente, elle ne me permet pas d’avoir un recul réflexifsuffisant. Pourtant il me semble que l’intégration des environnements numériques questionnefortement les étudiants. Les réseaux bouleversent les rapports traditionnels d’enseignement parl’exposition des productions au regard de tous, parce qu’ils interrogent sur la validité des ressources,parce que le métier d’enseignant à l’ère du numérique pose la question des nouvelles compétencesprofessionnelles. Le métier de professeur est-il celui de concepteur de ressources ? d’animateur deplateforme de collaboration ? La question reste poséeLWP : Votre blog est un blog multi auteur. Comment avez-vous partagé le rôle pour gérerce blog ? 33
  • 34. Le blog est multi-auteur par choix, par volonté de démonstration de l’utilité de la co-constructioncollaborative des connaissances. Les rôles sont distribués sur la base d’une répartition entre ad-ministrateur et auteurs. Pour le moment la distinction entre abonné, contributeur, auteur, éditeur,administrateur reste pour moi confuse (je me dois de donner un sens à ces significations techniqueset les traduire en concept pédagogique)Ce que je recherche est la possibilité de « contrôler » les informations parce que je suis responsabledes propos tenus sur le blog. Au-delà des contraintes d’engagement de responsabilité, la possi-bilité de distribuer les rôles est une richesse pédagogique. Elle permet de concevoir, d’organiser unestratégie de création collaborative entre élèves et professeur et autres acteurs du monde éducatif(intervenants divers, administrateurs ...)LWP :Ce travail vous prend beaucoup de temps ?Assurément oui puisqu’il fait l’objet d’un travail de recherche d’équipe mais il se donne pour butde modéliser des systèmes d’enseignement collaboratif via les réseaux. La double attitude quiconsiste à enseigner et à formaliser ses pratiques pourra, probablement, permettre de créer desscénarios types. Mutualisés et utilisés par d’autres enseignants, ces scénarios pourraient constituerun vivier de pratiques blogs utilisables par tous.Ces quelques lignes d’analyse font partie, il me semble, de ce dispositif de mutualisation desconnaissances.En conclusion je souhaite souligner que le blog pédagogique doit être compris et construit commeun espace collaboratif de co-construction de connaissances. L’aspect outil, même s’il est impor-tant, doit s’effacer derrière les enjeux pédagogiques que chaque enseignant met en balance dans sesconstructions. Le slogan publicitaire du webpedagogique est une assez bonne formule de résumé« partager ses connaissances ».Jean-Paul Moiraud[5][1] institut national de l’audiovisuelPAGE # ”’Page : ’ #’’”[6][I1]1. http://lewebpedagogique.com/moiraud/wp-admin/#_msocom_12. http://dmalmd.wordpress.com/3. http://lewebpedagogique.com/moiraud/wp-admin/#_ftn134
  • 35. 4. http://moiraud.over-blog.com/5. http://lewebpedagogique.com/moiraud/wp-admin/#_ftnref16. http://lewebpedagogique.com/moiraud/wp-admin/#_msoanchor_1Collaboration - co construction (2008-06-26 20:38) - moiraudjpNous évoquons dans ce blog la problématique liée aux modifications des apprentissages parl’introduction des réseaux numériques. Les enseignants sont amenés à développer de nouvellesstratégies. La collaboration et la co-construction en sont deux éléments. Le blog permet tech-niquement de répartir les tâches entre les différents acteurs (enseignants, élèves, autres ?).Je reprends un article du blog support le webpédagogique :”Contributeur ? Administrateur ? Rôles ? Qu est-ce que cela signifie ?Chaque rôle dispose de capacités particulières. Depuis l administrateur qui peut tout jusqu àl abonné qui peut pas grand chose, voici l éventail des possibilités”[1]Développer une pédagogie embarquée suppose de se questionner sur les rapports de création/ collaboration entre les divers acteurs. Il est déterminant de se questionner sur le rôle de chacun.Administrateur, auteur, abonné ... ?Ces choix sont loin d’être anecdotiques puisqu’ils renvoient à la structure générale de publica-tion de l’espace numérique.1. http://lewebpedagogique.com/moiraud/files/2008/04/multi-auteurs1.jpgExpérience de travail collaboratif distant (2008-06-26 20:48) - moiraudjpUn suivi d’expérience auprès d’un groupe de designers mode et textile est lancé au lycée LaMartinière de Lyon. L’utilisation d’un blog pour essayer de déterminer les capacités du travailcollaboratif auprès d’un groupe d’étudiants.Les enjeux sont multiples :- travailler de façon collaborative ;- utiliser les fonctionnalités de environnements numériques ;- utiliser les fonctionnalités des technologies nomades ;- jouer la carte de l’interactivité ; 35
  • 36. - prendre le risque de se confronter à un savoir numérique plus étendu que le sien (pro-fesseur) ;- mobiliser de nouvelles compétences ;- apprendre en même temps que ses étudiants ;- embarquer d’autres enseignants, d’autres disciplines dans cette expérience ?Un article rédigé à ce sujet sur le blog de cours design de mode et textileCommunications sur la thématique de la pédagogie embarquée(2008-06-26 20:50) - moiraudjpDans le cadre de mes travaux à l’INRP je travaille au sein de l’équipe EducTice sur le thème desscénarios de pédagogie embarquée (SPE).Nous sommes amenés à communiquer sur ce thème dans des cadres divers (publication sur siteinternet, colloque, séminaires, communication ...)Une liste des communication pour cette année universitaire :- Site EducTice- Colloque RésaTice - 13-14 décembre 2007 - Université Mohammed V - Rabat - Maroc - Scénariosde pédagogie embarquée : formalisation, réutilisation et essaimage- Journées scénarios INRP - 5 mars 2008 - Conception, appropriation et réutilisation de scénariospédagogiques- Séminaire Eifad / Cned - 1 mars 2008 - Poitiers - Conception et usages de scénarios de pédagogieembarquée, quelques éléments de réflexion- Séminaire STE - CRIFA Liège 27 mai 2008- Colloque ISTIL 30 juin 2008 - Lyon La DouaTravail collaboratif distant synchrone (2008-06-27 05:40) - moiraudjpEssai de travail collaboratif distant entre deux enseignants distantsLes acteurs36
  • 37. Deux enseignantsLe contexteLe besoin de comprendre comment on peut partager, à distance, son écran d’ordinateurLes outils utilisésUn logiciel de visio conférence (skype), un logiciel de partage d’écran (mikogo), deux ordinateurs,une connexion internet.Les ressourcesPas de ressources créées, mais une formation à distance synchrone, par l’usage, sur le travail col-laboratif (aspect technologique)[1]travail-distant.swf1. http://lewebpedagogique.com/moiraud/files/2008/06/travail-distant.swfTravail collaboratif distant (2008-06-27 05:42) - moiraudjpComment travailler de façon distante synchrone ?Récit d’expérience du 16 juin 2008 - Travail collaboratif - Isère / Rhône.Les acteursDeux enseignantsLe contexteUn besoin de se former à distance en utilisant les réseaux numériques .Les outils utilisésLes réseaux numériques, un logiciel de partage d’écran ([1]Mikogo), une ligne téléphoniqueLes ressourcesMise en ligne d’un blog pédagogique d’AllemandLe but du travail est de pouvoir faire avancer une question pédagogique même si l’on est dis-tant et de co-construire une ressource.La ressource est visible en ligne - [2]Le blog pédagogiqued’Allemand de Christian BroiseLe schéma technique de ce travail distant et collaboratif (cliquez pour agrandir l’image)[3] 37
  • 38. 1. http://www.mikogo.com/Welcome.aspx2. http://lewebpedagogique.com/moiraud3. http://lewebpedagogique.com/moiraud/files/2008/06/cb-jpm.pngPrise en main de la plateforme (2008-06-27 05:51) - moiraudjpLangues et SPE (2008-06-27 05:57) - moiraudjpDe nouveaux services apparaissent sur la toile et semblent prometteurs de nouvelles potentialitéspédagogiques.Des sites permettent de dialoguer en ligne de façon synchrone et / ou asynchrone. Dans le casde figure de l’enseignement des langues ces sites semblent, a priori, riches de potentialités (reste àl’observer par la pratique et une posture d’analyse réflexive).Des sites qui permettent de lancer des discussions en ligne (grâce à des fichiers sons et des fichiersvidéos). Les acteurs peuvent interagir entre eux grâce aux réseaux numériques.Les potentialités semblent importantes pour l’enseignement des langues. Une hypothèse pour faireéclater le cours classique, et si la technologie permettait de redonner sa place au dialogue ?Exemple de fonctionnalité sur chinswing : ” Using podcast receiver software, you can have anynew messages automatically transferred to your mp3 player for listening on-the-go! iTunes/iPodusers should use the one-click ”Add to iTunes” link.”Les sites[1]Wagwire[2]Voicethread[3]ChinswingIl serait très intéressant d’avoir le point de vue des enseignants de langues :-) Mon blog resteouvert aux commentaires (voir mon enregistreur wagwire sur la page d’accueil du blog)NB : il semble que le module ne soit visible qu’avec Firefox !Les téléphones portables actuels, qui réinventent le principe du couteau Suisse, permettent ausside penser l’enseignement des langues. Le blog d’Arte TV en donne une bonne illustration. Deuxjournalistes (webreporters) Laure et Alex se déplacent portable en main (l’expression caméra àl’épaule prend un coup de vieux)[4]Voir une video reportage réalisée avec un téléphone portable38
  • 39. 1. http://www.wagwire.com/2. http://voicethread.com/#home3. http://www.chinswing.com/pages/firststeps.aspx4. http://blogs.arte.tv/VivelaCulture/frontUser.do?method=getPost&postId=41332&blogName=VivelaCulturePropositions de mise en situation du scénario blog (2008-06-27 07:40)- moiraudjpQuelques exemples de situations d’enseignement dans lesquelles le scénario blog peut être utiliséutilement. Réponses à des injonctions officielles.————————— • collaboration et co-construction entre professeurs et élèves • gestion d’un enseignement multimodal en classe (utilisation de la vidéo en situation de classe, utilisation du podcast) • individualisation de l’enseignement • Enseignement palliatif (enfants malades, enfants handicapés, sportifs de haut niveau) • formation de formateurs, distante et collaborative • gestion de l’hétérogénéité des publics en classe (formation initiale, continue, alternance, VAE) exemple le cadre du lycée des métiers : ”Des pédagogies innovantes permettant le mixage des publics en formation seront expérimentées dans l’objectif d’une qualification pour tous” - Fiche action. • gestion des situations de stage sur le territoire français et a fortiori hors le territoire. Les référentiels de nombreuses formations fixent des périodes de stage • relation entre deux classes dans un enseignement de langue. gestion des compétences pour le CECRLIl est par ailleurs possible de mixer les contraintes : • gestion de l’enseignement des langues dans le cadre d’un enseignement de langues pour des élèves / étudiants en alternance • gestion des langues pour des enfants maladesHistoire de l’enseignement instrumenté (2008-06-27 14:13) - moiraudjpEn bas de cet article des images de fascicules OFRATEME pour l’enseignement de la musique auxélèves de CM2 dans les années 1962 - 1964. 39
  • 40. Un parcours graphique pour illustrer l’enseignement dans et hors la classe alors même que lapédagogie n’a pas encore intégrée l’informatique et internet et pour cause !En 1964 on développe des technologies qui permettent de palier le manque de professeurs demusique. On utilise la radio. Chaque semaine les instituteurs, branchent la radio et ouvrent laclasse vers l’extérieur.Fascicule OFRATEME - Années 60[1][2][3]A lire - Un article de Georges Louis Baron Université Paris V Descartes - ”A propos de technologiede l’éducation : synthèse d’un ouvrage de 1970”40
  • 41. 1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/06/capture-d_ecran-2010-04-17-a-15-21-49.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/06/capture-d_ecran-2010-04-17-a-15-22-15.png3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/06/capture-d_ecran-2010-04-17-a-15-22-46.pngCours en ligne (2008-06-28 06:22) - moiraudjpun fichier powerpoint animé en ligne. Une description du fonctionnement d’un blog dans un dis-positif pédagogique. De l’intention pédagogique à la carte conceptuelle.La base de ce travail est un fichier powerpoint converti en .swf.[1]Visualiser le powerpoint commentéNB : Le logiciel est une version de démonstration, ce qui explique le texte défilant.1. http://pagesperso-orange.fr/moiraud.jp/IUFM/index.htmlPédagogie embarquée - Axes de construction (2008-06-28 06:31) - moiraudjpLa pédagogie embarquée, au delà du concept, c’est aussi un aspect pragmatique, c’est-à-dire lacapacité à l’intégrer dans un processus d’apprentissage.Je vous propose un processus de mise en place d’une pédagogie embarquée en situation.Analyse de votre contexte d’apprentissage.La pédagogie embarquée peut être mise en place à des niveaux divers de l’enseignement(primaire, secondaire, supérieur) et dans le cadre de modalités diverses de délivrance desdiplômes (formation initiale, formation continue, validation des acquis d’expérience).Cette analyse doit permettre de déterminer quels sont vos besoins, enseigner dans la classe, horsla classe, enseigner dans et hors la classe ?La définition des acteursDans un processus spe, l’espace scolaire est augmenté. La maîtrise des espaces numériques, outrequ’elle modifie les rapports de temps et d’espace, agrège de nouveaux acteurs (volontairement ouinvolontairement). Il est nécessaire de tenter d’identifier, a priori, les acteurs potentiels dans unprocessus spe.Le rôle des acteursil est indispensable de déterminer le rôle de chacun des acteurs dans un processus spe.Quels seront les rôles attribués à chacun des acteurs (administrateurs, auteurs, rédacteurs ... ?.L’analyse préalable sera déterminante puisqu’elle va déterminer l’étendue des droits accordés.L’immersion dans les réseaux numériques ne remet en rien en cause le statut d’enseignant, ilest toujours celui qui oriente, qui guide, qui eut parfois imposer, celui qui régule. Il me paraîtindispensable que l’enseignant régule et contrôle la nature, la qualité des ressources mises en ligneLes outils à disposition 41
  • 42. Paradoxalement la première démarche à réaliser est de se poser les questions suivantes:- quels sont les besoins pédagogiques à satisfaire ?- les outils sont-ils nomades ?- suis je en capacité de les maîtriser technologiquement ?- les apprenants sont-ils en capacité de maîtriser technologiquement les outils ?- l’outil est-il interopérable ?Ces questions volontairement décontextualisées permettront d’anticiper les changementsrapides des solutions technologiques.Ensuite et seulement ensuite il est possible de répondre au q uestionnement pédagogico /technologique.- L’espace numériqueEn ce moment je travaille sur le blog car cet outil semble présenter de nombreux avan-tages en terme de mobilité, d’ubiquité mais ... on peut raisonnablement penser qu’il seraremplacé par une autre technologie ou fondue dans le dispositif web 2.0, 2.n ... Par conséquentle terme blog est anecdotique et assurément loin des polémiques inutiles, des effets de mode, desbrouillages médiatiques.Il faut analyser les avantages de la plateforme qui vous servira de support de travail.- La communication vidéoLa véritable révolution d’Internet est la capacité d’intégrer l’image et le son dans les con-structions des savoirs. Les solutions logicielles actuelles permettent de travailler de façon distantesynchrone et / ou asynchrone.- la communication sonLes solutions logicielles permettent aussi de créer, lire des fichiers sons (podcast, balladod-iffusion). Ces possibilités technologiques nomades permettent elles aussi d’élaborer des solutionsde travail distante asynchrone.- La mobilité des outilsles outils numériques mobiles sont légions, je ne ferai pas de typologie fastidieuse et forcémentnon pérenne (vos centre de formations sont là pour vous aider dans ce choix).Privilégiez des outils qui vous permettent de travailler en tout lieu et en tout temps trèsgénéralement souples, interopérables et collaboratifs.Les compétences à maîtriserLa mise en place de spe doit permettre de mobiliser diverses compétences qui vous mettent en42
  • 43. capacité de travailler de façon souple, mobile et collaborative pour créer des connaissances.Spe ne se résume pas à mettre en ligne des ressources, l’objectif principal est de colla-borer, d’instaurer un véritable dialogue via les réseaux.La question de fond, qui interroge véritablement le métier, est la modification des compétences,l’enseignant du 21 ème siècle doit-il être un créateur de l’intégralité de son enseignement,structure numérique inclue. Si la réponse est oui, les compétences sont d’une autre nature. Ceblog ne prétend pas y répondre mais pose la question en terme de débat.Technologie appliquée à la pédagogie embarquée (2008-06-28 06:33)- moiraudjpLes divers articles de ce blog sont consacrés à la pédagogie embarquée et à sa scénarisation. Com-ment en réunissant des acteurs, des outils, des ressources dans un environnement on peut parmaillage dynamique créer les conditions d’un apprentissage par pédagogie embarquée.Le concept nécessite cependant de se pencher sur des aspects purement technique notammentla mise en place du blog. Les meilleures intentions pédagogiques vont se frotter aux exigencestechnologiques de prise en main de la plateforme choisie (ici le blog).La pédagogie embarquée suppose de maîtriser des compétences technologiques.Vous trouverez en téléchargement (lien ci-dessous) un fichier pour vous guider. Commentconcrétiser vos intentions pédagogiques :Créer une page d’accueil fixe pour distribuer l’information ;Créer sa barre latérale de navigation ;créer des thématiques ;créer des tags ;créer sa blogoliste (liens hypertextuels sur d’autres sites)inscrire ses élèves / étudiants pour travailler de façon collaborative ;écrire et gérer ses articlesvademecum-technique pour la création du blogPédagogie embarquée (2008-06-28 06:36) - moiraudjpUtiliser un blog en cours c’est se donner les moyens de développer une pédagogie différente mais...Il serait vain et probablement faux de penser que les nouvelles technologies affranchissent detoutes contraintes. Un enseignant est tenu d’appliquer les programmes nationaux, est tenu par ladéfinition des dix compétences. C’est dans ce cadre que la pédagogie embarquée peut s’exprimer. 43
  • 44. [1] Les nouvelles technologies permettent dedéfinir de nouveaux scénarios pédagogiques organisés autour d’ un maillage dynamique d’acteurscréant des ressources dans un contexte déterminé.Dans ce scénario les fonctionnalités des outils sont nomades, on utilise les potentialitésdes outils pour leur donner une fonction pédagogique et exacerber leurs capacités multimodales(texte, image, son, vidéo).par exemple la plateforme du web pédagogique est un exemple de ce propos :Un outil immatériel léger, mobile qui intègre des potentialités texte, image, son et vidéo ;un outil qui permet de créer des ressources ;un outil ubiquitaire ;un outil gratuit ;On peut accroître cette dynamique en utilisant divers outils nomades (matériels) du quoti-dien, illustrés ci-dessous en imagesCes périphériques permettent aux élèves et aux enseignants de transporter, créer, modi-fier, mettre en ligne les ressources.Creative Commons License photo credit: mac filkoLecteur MP3Creative Commons License photo credit: NiklasCédéromCreative Commons License photo credit: Marcin WicharyOrdinateur portableCreative Commons License photo credit: bepatTéléphone portable1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/07/espacev3.png44
  • 45. Pédagogie embarquée (2008-06-28 06:42) - moiraudjpAutre formalisation de la pédagogie embarquée grâce au blog©Marly le roi (2008-06-28 09:08) - moiraudjpJ’aime beaucoup cette vidéo, pour son introduction qui fleure bon la nostalgie, pour sa modernité.Lorsque l’on évacue le contexte historique et que l’on se penche sur les méthodes actuelles, onun sentiment d’histoire qui bégaye. En surfant sur le site de l’union européenne Vs pédagogie onpeut voir des vidéos qui sont identiques (exception faite de la présence d’internet). Un enseignantréfugié derrière son écran et des apprenants derrière leurs ordinateurs.[vodpod id=ExternalVideo.616703 &w=425 &h=350 &fv=width %3D480 %26height %3D370%26starttime %3D0 %26endtime %3D1171 %26file %3Dhttp %3A %2F %2Fwww.canalu.tv%2Flayout %2Fset %2Fxml %2Fcontent %2Fview %2Fxml config programme %2F152889%26showdigits %3Dtotal %26recommendations %3Dhttp %3A %2F %2Fwww.canalu.tv %2Flay-out %2Fset %2Fxml %2Fcontent %2Fview %2Fxml config programme recommendations%2F152889 %26logo %3Dhttp %3A %2F %2Fwww.canalu.tv %2Fdesign %2Fcanalu %2Fimages%2Fimg html %2Flogo video.png %26logolinkto %3Dhttp %3A %2F %2Fwww.canalu.tv]more about ”[1]Marly le roi”, posted with [2]vodpod1. http://vodpod.com/watch/840833-marly-le-roi2. http://vodpod.com/wordpresshistoire de l’enseignement (2008-06-28 09:15) - moiraudjpUn entretien avec Jean Valérien père de la radio scolaire. Déjà la pédagogie embarquée[vodpod id=ExternalVideo.616708 &w=425 &h=350 &fv=width %3D480 %26height %3D370%26starttime %3D0 %26endtime %3D2276 %26file %3Dhttp %3A %2F %2Fwww.canalu.tv%2Flayout %2Fset %2Fxml %2Fcontent %2Fview %2Fxml config programme %2F139542%26showdigits %3Dtotal %26recommendations %3Dhttp %3A %2F %2Fwww.canalu.tv %2Flay-out %2Fset %2Fxml %2Fcontent %2Fview %2Fxml config programme recommendations%2F139542 %26logo %3Dhttp %3A %2F %2Fwww.canalu.tv %2Fdesign %2Fcanalu %2Fimages%2Fimg html %2Flogo video.png %26logolinkto %3Dhttp %3A %2F %2Fwww.canalu.tv]more about ”[1]”, posted with [2]vodpod1. http://vodpod.com/watch/840841-untitled2. http://vodpod.com/wordpresslangues histoire (2008-06-28 10:15) - moiraudjpUne vidéo très intéressante sur les processus d’apprentissage. Face aux discours sur la modernitéd’internet (ce qui est vrai) et les ”nouveaux dispositifs” de formation en classe innovants (ce qui estparfois moins vrai). Il est toujours utile de regarder l’histoire pour mieux comprendre le présent. 45
  • 46. [vodpod id=ExternalVideo.616749 &w=425 &h=350 &fv=width %3D480 %26height %3D370%26starttime %3D0 %26endtime %3D604 %26file %3Dhttp %3A %2F %2Fwww.canalu.tv%2Flayout %2Fset %2Fxml %2Fcontent %2Fview %2Fxml config programme %2F153129%26showdigits %3Dtotal %26recommendations %3Dhttp %3A %2F %2Fwww.canalu.tv %2Flay-out %2Fset %2Fxml %2Fcontent %2Fview %2Fxml config programme recommendations%2F153129 %26logo %3Dhttp %3A %2F %2Fwww.canalu.tv %2Fdesign %2Fcanalu %2Fimages%2Fimg html %2Flogo video.png %26logolinkto %3Dhttp %3A %2F %2Fwww.canalu.tv]more about ”[1]langues histoire”, posted with [2]vodpod1. http://vodpod.com/watch/840924-langues-histoire2. http://vodpod.com/wordpressVidéo sur SPE (2008-06-28 11:21) - moiraudjpLa pédagogie embarquée[vodpod id=ExternalVideo.616786 &w=425 &h=350 &fv=]more about ”[1]”, posted with [2]vodpod1. http://vodpod.com/watch/840806-spe2. http://vodpod.com/wordpressTravail collaboratif (2008-06-28 15:01) - moiraudjpLe lien ci-dessous renvoie sur un site en ligne nommé Chinswing. Quelle est sa fonction ?Cette application en ligne permet de lancer un travail collaboratif en ligne. Exemple de pos-sibilité de pratique : • Un enseignant créé un espace dédié pour ses étudiants, il enregistre un message pour donner des instructions pédagogique - ”Présentez vous, votre formation, vos projets professionnels”. Les étudiants préparent et enregistrent leur travail. L’enseignant peut, soit écouter en ligne, soit télécharger les fichiers sons sur son mp3 pour corriger plus tard. • Un enseignant créé un espace pour ses étudiants, il enregistre un message pour donner des instructions pédagogiques - ” Organisez la soirée de fin d’année à l’école”. les étudiants débattent en ligne de façon distante asynchrone. L’enseignant peut, soit écouter en ligne, soit télécharger les fichiers sons sur son mp3 pour corriger plus tard.Test pour un travail collaboratif sur [1]chinswing - Le thème de ce travail est d’enregistrer uncommentaire en anglais pour se présenter et indiquer la place du mobile learning dans son en-seignement. Deux esneignants se sont prétés à l’exercice (vous pouvez continuer en alimentant larubrique mobile learning)[2]. Merci Tim et Emilie pour votre participation. [3]1. http://www.chinswing.com/pages/discussion.aspx?id=d4f7ba8f-ec6a-434f-80af-3cae4592853746
  • 47. 2. http://www.chinswing.com/pages/discussion.aspx?id=d4f7ba8f-ec6a-434f-80af-3cae459285373. http://www.chinswing.com/pages/discussion.aspx?id=d4f7ba8f-ec6a-434f-80af-3cae45928537Réalisation de podcast (2008-06-28 20:06) - moiraudjpExemple de podcast sur le webpédagogique. Ce blog est doté d’un lecteur intégré de fichier MP3.Il suffit de charger le fichier et de créer le lien hypertexte.Lire le fichier MP3Ce fichier a été réalisé avec le logiciel libre Audacity et enregistré au format MP3. Vous pouvezutiliser le site de Framakey pour vous créer une clé USB nomade (elle comporte le logiciel libreaudacity d’enregistrement sonore). Cette clé est utile pour l’enseignant mais aussi pour ses élèves.Dans de nombreuses sections de STG la parole est au centre de l’enseignement, le podcast peutainsi devenir un support pédagogique manifeste.La difficulté de l’exercice n’est pas de réaliser techniquement le fichier mais de le construireformellement, ne pas bafouiller, construire et rédiger son argumentaire en cohérence avec le cours.Voicethread (2008-06-29 05:47) - moiraudjpUn exemple d’usage embarquée de la pédagogie des langues[1]ici1. http://voicethread.com/#e162818Démonstration d’insertion vidéo pour l’apprentissages des langues(2008-06-29 07:01) - moiraudjp[kyte.tv appKey=MarbachViewerEmbedded &uri=channels/71599 &embedId=49054353]QCM (2008-06-30 04:02) - moiraudjpUn site en ligne qui permet de créer et de mutualiser des QCM. Ci dessous un exemple pourl’apprentissage des langues. L’étudiant est-il capable de comprendre des mots d’anglais ?[1]Un test pour un QCM en ligne1. http://www.eslvideo.com/quiz_int1.php?id=601 47
  • 48. 1.2 juilletStructure d’un blog (2008-07-01 08:00) - moiraudjpArticle connexe - [1]mise en application du principeCe blog pédagogique est structuré de façon à ce que la page d’accueil soit toujours stable, nonsoumise aux aléas de la mise en ligne des nouveaux articles. La page d’accueil est structurée defaçon à ce que l’on puisse accéder à toutes les informations recherchées - Nuages de thèmes, nuagesde tags, moteur de recherche interne, identification de l’auteur du blog, derniers articles parus,contacter l’auteur, lexique, sitographie ... un blog structuré en essayant d’anticiper les besoins desenseignants et des apprenantsLa structure informationnelle du blog est un élément essentiel. Il paraît hasardeux de créer unblog sans avoir au préalable pensé la circulation (compétence de régulation et de circulation).Le blog, par défaut, empile les articles de façon chronologique ou ante chronologique, ilfaut préparer au préalable la politique de circulation pour contourner ces effets mécaniques(l’enseignant doit être en capacité d’instrumenter les fonctionnalités du blog).Les points à analyser au moment de la création du blog.La création de pages fixes lorsque l’on souhaite maintenir des informations stablesLa présentation de l’auteur pour identifier les sources des informations. De trop nombreux auteursde blogs font l’impasse sur ce point, or comment valider la source ? (professeur, élève, partic-ulier, professionnels), quelle est son origine professionnelle ? (école primaire, lycée, université).l’identification visuelle à toute son importance aussi, notamment dans le cadre du travail distant(prendre soin d’insérer une photographie neutre)Déterminer les thématiques du blog, déterminer la nature et la pertinence des ”tags”L’image ci-dessous tente d’expliquer les enjeux.[2] Pages fixes pour les informations stables (ac-cueil ...)48
  • 49. Identification de l’auteur (visuelle et rédactionnelle)Catégories du blog - permettent une circulation verticaleNuage de tags -circulation horizontale à l’intérieur des thèmes1. http://dsaa.apinc.org/2009/07/01/mise-en-page-du-blog/2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/07/initial1.pngHistoire (2008-07-01 14:15) - moiraudjpLe modèle (scénario) que je vous propose dans ce blog est largement lié à l’intégration del’informatique et d’internet dans l’espace éducatif.Cette façon de penser la pédagogie est -elle nouvelle ?l’innovation est-elle synonyme de changement ?L’enseignement dans et hors la classe est-il un concept nouveau ?Faisons un peu d’histoire de l’enseignement, penchons nous sur l’oeuvre de Jean ValérienLe site canal U propose une entrevue avec Jean Valérien à propos de son expérience, sur lerôle des technologies de l’enseignement. La plupart des analyses sont encore vérifiables dans lecontexte de l’enseignement instrumenté par informatique. Pour ceux et celles qui souhaiteraientapprofondir la question, un cédérom sur l’oeuvre de Jean Valérien a été réalisé.Voir aussi un article de Jacques Wallet (STICEF -Université de Rouen) intitulé :”EIAH : En-vironnements Imaginaires pour l Apprentissage Humain”———–1 - ”Né en 1931, Jean VALÉRIEN entre en 1953 à l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud,agrégé de sciences naturelles en 1957, puis lycée de Meaux, et service militaire au ServiceCinématographique des Armées. Il est assistant, puis maître-assistant au Centre audiovisuel del’E. N. S. de 1960 à 1968. Son objectif est d’intégrer les moyens audiovisuels dans l’enseignementparticulièrement dans sa disciplinaire d’origine les sciences naturelles. Il réalise à partir de 1963,60 films en 16 et 35 mm comme : « le fonctionnement cardiaque », « la structure de la cellule »,ou, « du Pelvoux au Viso », puis à partir de 1965, en 8 mm /.../ ” Source Canal USPE et métier (2008-07-02 08:43) - moiraudjpChronophage... le terme revient systématiquement dans le discours des enseignants qui pratiquentou qui s’informent sur la pédagogie embarquée. Effectivement la conception des cours intégrantla dimension numérique prend du temps !Ce constat mérite une analyse approfondie parce que le métier d’enseignant est à une époquecharnière, une définition ancienne du métier qui s’applique dans un contexte mouvant et évolutifoù l’on perçoit difficilement les contours de l’espace éducatif. 49
  • 50. Les questions qui se posent sont les suivantes : • le métier d’enseignant est articulé autour de nouvelles compétences • Le temps de travail de l’enseignant ne comporte pas de référence explicite à la conception numérique des coursL’apparition de ces nouvelles compétences pose une réelle question de fond sur le métierd’enseignant, comment intégrer les compétences numériques dans l’architecture du métierd’enseignant ?Introduction (2008-07-03 14:29) - moiraudjpCette rubrique à dominante historique est mise en ligne pour tenter de recadrer les réflexions surla scénarisation dans une temporalité longue.De nombreux discours actuels sur les technologies informatiques promettent un avenir radieuxde la pédagogie. Ces discours technophiles sincères mettent trop souvent l’outil comme entréed’analyse. Pourtant ... l’étude des pratiques de nos prédécesseurs nous montrent que les outilschangent mais que les interrogations persistent.De Jean Valérien à Internet des interrogations récurrentes.Introduction (2008-07-04 10:57) - moiraudjpUn ensemble de récits d’usages sur le travail collaboratif pour mutualiser les expériences.Formation (2008-07-08 17:26) - moiraudjpJ’assure une formation les 08 et 09 janvier 2009 sur les scénarios de pédagogie embarquée à l’INRPde Lyon.Inscription sur le site de l[1]’INRP (rubrique formation de formateurs) maximum 20 places 8 et 9 janvier 2009 à l’INRP Conception et usages de blogs pédagogiques50
  • 51. Mots clés - blog - environnements numériques - réseaux - scénariospédagogiques - travail collaboratif.ContexteLe développement des environnements numériques mis au service de l’ «enseignement-apprentissage » pourrait profondément modifier les habitudes eles méthodes professionnelles.Avec l’avènement des réseaux, l’espace traditionnel de la classe setransforme en un espace éducatif ouvert, aux contours difficilementperceptibles (Bérard 2002).Les rôles traditionnels des acteurs (enseignants, apprenants, parents,administration) se modifient, tant au niveau des tâches confiées que desressources utilisées et des interactions engendrées.ObjectifsCette formation a pour objectifs de :- Connaître le dispositif blog au regard des opportunités pédagogiques :mise à disposition de ressources, accompagnement ;- Questionner les usages du blog pédagogique au regard des pratiquesexistantes : quels apports et quelles limites ?- Concevoir et partager des scénarios.Dans cet espace en mouvement, le blog et ses fonctionnalités nomades de misà disposition de ressources, accompagnement, communication distantesynchrone et asynchrone, occupent une place particulière.Plébiscité par les élèves, utilisé par les enseignants, parfois suspecté parl’administration, l’usage du blog ne manque pas d’interroger :- Pourquoi et comment intégrer le blog dans une pratique pédagogique ?- Comment les fonctionnalités nomades des blogs permettent-elles d’enseignedans et hors la classe ?- Comment la pratique du blog pédagogique peut-elle faire émerger des 51
  • 52. scénarios partageables et mutualisables ?DescriptifLa session combinera exposés, travaux sur ordinateur et apports desparticipants sur leurs pratiques :- Description du blog pédagogique : définitions, outils, usages ;- Création et usages de blogs : aspects juridiques (droit d’auteur, droit àl’image, droit de réserve, droit de création des fonctionnaires) ;- Scénarios d’usages pédagogiques du blog : concevoir un scénario, analysede pratiques dans et hors la classe ;- Blog et validation de compétences (C2i - B2i) ;- Construction d’une bibliographie collaborative.Public : formateurs d’enseignants (FI et FC), interlocuteurs TICE,enseignants et professionnels de la formation impliqués dans les TICE.Prérequis : intérêt pour le travail collaboratif et l’apprentissageembarqué, connaissances sur les environnements numériques et sur lestechnologies nomades - Effectif : 20 participants.Parties prenantes - Responsable : Jean-Paul Moiraud (EducTice, INRP) -Organisation : équipe EducTice.Profil de la formationInformation scientifiqueInteractions (4/5) (4/5)52
  • 53. Prise en main d’outilsQuestionnement de démarche(s)Appropriation de démarche(s) (3/5) (5/5) (4/5)1. http://www.inrp.fr/travail documentaire collaboratif (2008-07-22 16:58) - duboisjUne expérience collaborative entre des étudiants de BTS IRIS (Informatique et Réseaux pourl Industrie et les Services techniques) du [1]lycée Eiffel de Dijon et des étudiants de [2]l’IUTd’Information-Communication de Dijon (option GIDO : Gestion de l’Information et du Documentdans les Organisations) se prépare pour l’année scolaire 2008-2009.L’objectif de ce travail commun est de créer une situation grandeur réelle de veille sur des sujetsde l’informatique industrielle aussi variés que le Wifi industriel, les caméras industrielles, la su-pervision ou l’acquisition de grandeurs analogiques.Les étudiants seront répartis en groupes, panachés sur les 2 formations. L’intention pédagogiquefondatrice de ce projet est de confronter des cultures et états d’esprits différents pour co-construireune base de connaissances dans le domaine de l’informatique industrielle, chacun apportant sonexpérience du domaine ou de la méthode. Ce travail géodistribué doit pouvoir se faire aussi biendans que hors les murs de la classe ; tout cela plaide pour exploiter les outils TIC, dont les fonc-tionnalités seront définies par la suite.L’idée est de finaliser ce travail en produisant un document exploitable par les futures promotionsd’étudiants qui pourrait prendre l’une des formes suivantes :- Lexique avec cartographie du domaine : présentation synthétique sous forme graphique desdifférents termes présents dans le lexique, permettant de visualiser les interactions entre lesdifférents concepts. Ce graphe peut s’apparenter à un arbre terminologique.- Guide de choix de matériel : présentation des critères de choix pour une gamme de matériels 53
  • 54. donnés avec mise en place d’une grille d’aide au choix. Se basant sur des concepts plus que surdes solutions technologiques, on peut espérer que ce guide soit valide plusieurs années ...- Inventaire des produits du marché : présentation des différents fournisseurs de solutions pour unproblème donné, avec une synthèse de chaque solution recensant les avantages et inconvénients,coûts, technologie retenue, ...(Voici comme exemple, ce qu’a fait la revue [3]J’automatise sur lethème des [4]matériels de sécurité sur une chaîne de production)A la suite d’une rencontre avec l’animateur du pôle de production pédagogique de la DAFPIC (Di-rection Académique pour la Formation Professionnelle Initiale et Continue, chargé entre autre dela promotion et du développement de la FOAD), il nous a proposé de fournir une charte graphiquepour les documents finaux ainsi que la création d’un CD regroupant tous les travaux qui seraitdistribué à chaque étudiant.Voici les compétences du [5]référentiel du BTS IRIS qui seront approfondies au cours de ce projet:- ”C1.1 : Rechercher des informations adaptées aux demandes des interlocuteurs”- ”C1.2 : Structurer des informations adaptées aux interlocuteurs”- ”C1.3 : Travailler en équipe”- ”C1.5 : S’entretenir d’une problématique professionnelle avec des interlocuteurs d’un autre ser-vice”- Synthétiser des document- Exploiter une documentation technique anglaise.ainsi que les compétences du [6]C2i niveau 1 qui peuvent particulièrement être mises en oeuvre(toutes sont concernées, mais celles citées sont fondamentales pour le travail demandé) :- ”A2.5 : faire preuve d’esprit critique et être capable d’argumenter sur la validité des sourcesd’information”- ”B2 : rechercher l’information : les outils de recherche, les requêtes, l’exploitation des différentsformats en retour”- ”B4 : réaliser des documents destinés à être imprimés : réalisation et structuration d’un docu-ment complexe avec intégration de schémas, tableaux, ...”- ”B7 : mener des projets de travail collaboratif à distance : utilisation d’outils de travail collabo-ratif, élaboration en commun de documents de travail, gestion des versions des documents”Ce sont toutes ces compétences que nous pourrons observer et qui nous serviront pour définir lescritères d’évaluation du travail des étudiants.Thomas Chaimbault (bibliothécaire, responsable des documents numériques à l’[7]ENSSIB)présente dans [8]ce diaporama la démarche de veille informationnelle et l’intégration des nou-veaux outils (liés au web 2.0). Il y présente les 4 étapes d’une activité de veille :54
  • 55. - Ciblage des sources d’informations pertinentes.- Recherche des informations- Évaluation de la pertinence des informations- Exploitation des informationsLe travail va s’appuyer sur des outils de publication qu’il va falloir choisir à partir des fonction-nalités nécessaires qui sont répertoriées ci-dessous.Pour les 3 premières étapes, il faut envisager un outil de type bloc-note partagé qui permette àchacun (enseignants, étudiants contributeurs) de suivre le cheminement du travail du groupe. Lescaractéristiques repérées sont donc les suivantes :- accessible par plusieurs contributeurs géodistribués- identification de l’auteur de chaque information- possibilité de réaction de tous les contributeurs à une information (la possibilité de réaction deslecteurs est à envisager sérieusement)- suivi de l’activité (information de toutes les nouveautés)- enregistrement chronologique du travailPour l’exploitation des informations et la rédaction du rapport final, il faut les fonctionnalitéssuivantes :- traitement de texte pouvant intégrer une charte graphique- génération de schéma / carte conceptuelle (au moins pour ceux qui doivent faire une carte dudomaine)- accessibilité à plusieurs contributeurs géodistribués (dans et hors la classe)- suivi des versions et des modificationsPour toute l’activité un outil de communication synchrone peut être utile, aussi bien pour fairedes points réguliers que pour travailler conjointement sur la rédaction du document final.Les différents acteurs de ce projet sont donc les suivants :- les étudiants, réunis par groupe de 5-6, panachés sur les 2 formations : ils doivent suivre les 4étapes de la veille définies par T. Chaimbault et produire un rapport sous l’une des trois formesdéfinies ci-dessus (précisée dès le début de l’activité)- les enseignants des 2 formations : ils sont les clients qui définissent le besoin. Ils doivent suivre etorienter le travail de tous les groupes. On pourra envisager une gestion de projet agile (avec pointsréguliers et livraison d’une nouvelle version à chaque réunion). Tout cela est encore à définir avecles enseignants de l’IUT.Voici un [9]schéma de scénario prenant pour base une gestion de projet ’agile’ qui permet de voirles interactions présentes entre les enseignants et un groupe d’étudiants. Pour l’instant, rien n’a 55
  • 56. été défini pour le fonctionnement des équipes d’étudiants. On peut envisager soit un fonction-nement coopératif (avec [10] définition de rôles) où chacun a saresponsabilité dans le travail a accomplir (recherche, validation, traduction, rédaction, ...) soit unfonctionnement collaboratif où tout le monde travaille pour le bien commun avec confrontation despoints de vue pour chaque décision (cette solution me paraît souhaitable au regard de l’intentionpédagogique initiale qui était de confronter des cultures et des états d’esprits différents).Ce projet fait suite à une première activité de veille pour les étudiants de BTS IRIS (suivie surle blog [11]Prodageo et dont un [12]compte rendu est disponible) pour les former à la recherched’information et leur proposer des méthodes et outils qu’ils pourront utiliser par la suite pours’auto-former. Le mélange des étudiants apporte en plus cette fois-ci un contexte plus riche et desinteractions plus variées.Jacques DUBOISenseignant en informatique en BTS IRIS au lycée Eiffel - Dijon.1. http://lyc21-eiffel.ac-dijon.fr/2. http://iutdijon.u-bourgogne.fr/internet/www/page.php?pid=142&p_=2983. http://www.jautomatise.com/4. http://www.jautomatise.com/article-pdf?fichier=j51p845. http://www.iufmrese.cict.fr/referentiels/BTS/BTS_IRIS/Referentiel_BTS_IRIS.pdf6. http://www2.c2i.education.fr/sections/c2i1/referentiel7. http://www.enssib.fr/8. http://www.slideo.com/article.php?id=6389. http://www.gliffy.com/publish/1464328/10. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/07/clientdiagramjpeg.jpg11. http://prodageo.wordpress.com/12. http://mdmj.dubois.club.fr/prodageo/blog_IRIS_v_blog.pdfCompétences juridiques et métier d’enseignant (2008-07-23 18:26) - moiraudjpLa pratique et la recherche sur l’utilisation des espaces numériques dans l’enseignement interro-gent sur les compétences à maîtriser. Au cours de cette année 2008, j’ai été copié plusieurs fois.Le procédé de copie le plus flagrant est de la part d’une école de stylisme. L’édito de leur blog56
  • 57. reprend intégralement l’édito que j’ai rédigé sur le blog collaboratif de mes étudiants (voir cidessous). J’ai la faiblesse de croire que la copie a été faite par méconnaissance du métier. Tropsouvent la compétence juridique est négligée pourtant elle est prégnante dans l’exercice numériquedu métier. Pourtant ... l’acte de copie intégrait l’affirmation suivante :”Intégrer une réflexion juridique dans une démarche de design, notamment à propos du droitd auteur” :-)NB : Suite à mes demandes d’explications l’auteur (ou les auteurs) du blog incriminé a modifiéson éditorial en faisant disparaître la copie (24 juillet) puis en faisant disparaître le blog le mêmejour !1 - L’article rédigé sur le blog de mes étudiants :Le mot du profCe blog est le fruit d une collaboration entre les étudiants du BTS design de mode textile etenvironnement du Lycée La Martinière - Diderot (Lyon - France) et leurs professeurs de gestionet de design de modeCe blog sera consacré principalement au design de mode textile et environnement mais & il estaussi destiné à mener une expérience d apprentissage collective grâce à l utilisation, la maîtrise etla compréhension du fonctionnement des réseaux numériques.Nous prenons le risque d échouer mais plus probablement le risque de réussir ! Au moment dela création de ce blog nous n en connaissons pas, nous n en percevons pas encore les réels en-jeux. c est que nous nommons le travail collaboratif, se fixer un objectif, travailler ensemble sansconnaître a priori le résultat.L usage de cet outil et de ses fonctionnalités nous permettra de tirer des conclusions.Nous avons choisi le blog comme outil de travail pour satisfaire aux objectifs suivants : • apprendre en pratiquant • ouvrir ce blog aux étudiants désireux de s initier à l apprentissage en réseau • travailler sur une temporalité longue (au moins deux ans) • travailler de façon collaborative (?) distante entre les membres de cette communauté numérique • apprendre à distribuer l information de façon pertinente • créer des ressources seul et/ou en groupe 57
  • 58. • manipuler des outils numériques en comprenant les enjeux de leurs fonctions (téléphones portables, clés usb, lecteur MP3, appareils photos numériques, camescopes, cédéroms) • manipuler des logiciels en comprenant les enjeux de leurs fonctions (windows movie maker, powerpoint, mikogo, skype, you tube, daily motion &) • Comprendre le rôle, l importance et l impact de la gestion des mots clés pour être référencé sur les principaux moteurs de recherche (la création de connaissances sur un réseau a vocation d être lue) • Gérer les rôles des membres du blog (administrateur ou auteur ou éditeur ..?) • Intégrer une réflexion juridique dans une démarche de design, notamment à propos du droit d auteur. • s exprimer correctement en utilisant des supports divers (texte, image, son, vidéo) • et bien d autres choses encore. Nous ne faisons pas un préalable de l utilisation du texte, l image, la voix et la vidéo sont des supports riches. • Collaborer pour co-construire des connaissances.Vous trouverez sur ce blog des grandes thématiques que nous avons déterminées en collectif. • présentation de la section et de ses deux options (mode et textile) • présentation du lycée • présentation des étudiants par mise en ligne de CV • présentation des stages de fin de première année et tenue d un journal de bord électronique • rédaction d articles sur les expositions visitées, les films, les opéras et les pièces de théâtre vus, etc..Ce blog n a pas pour fonction de gérer les détails de la vie quotidienne de la section puisque nousdisposons d un espace dédié à cet effet (affinitiz)Chacun des étudiants est libre de créer son propre blog, de l alimenter mais s engage à assurerle lien par hypertextualité. Nous aimerions pouvoir alimenter un vivier de pratiques numériquesdans le domaine de la mode et du textile.Le choix de la plateforme le web est motivé par l absence du publicité, la possibilité de mettreen ligne des [1]vidéos de l INA sans se soucier des droits d auteur. L environnement wordpress(lewebpédagogique) permet de distribuer les informations non plus par empilement chronologiqueou ante chronologique mais par le biais d une page fixe.La page d accueil fruit d une réflexion sur la distribution des informations servira de guide aulecteur internaute.Jean-Paul Moiraud.58
  • 59. 2 - L article de ”Ecole privée XXXX qui copie”Le BTS Design option Mode de l XXX forme des styliste qui travailleront dans le prêt-à-porter,la haute couture ou le stylisme industriel.Ce blog sera consacré principalement au design de mode textile et environnement mais & il estaussi destiné à mener une expérience d apprentissage collective grâce à l utilisation, la maîtrise etla compréhension du fonctionnement des réseaux numériques. Nous prenons le risque d échouermais plus probablement le risque de réussir ! Au moment de la création de ce blog nous n en con-naissons pas, nous n en percevons pas encore les réels enjeux. c est que nous nommons le travailcollaboratif, se fixer un objectif, travailler ensemble sans connaître a priori le résultat.L usage decet outil et de ses fonctionnalités nous permettra de tirer des conclusions.Nous avons choisi le blog comme outil de travail pour satisfaire aux objectifs suivants : • apprendre en pratiquant • ouvrir ce blog aux étudiants désireux de s initier à l apprentissage en réseau • travailler sur une temporalité longue (au moins deux ans) • travailler de façon collaborative (?) distante entre les membres de cette communauté numérique • apprendre à distribuer l information de façon pertinente • créer des ressources seul et/ou en groupe • manipuler des outils numériques en comprenant les enjeux de leurs fonctions (téléphones portables, clés usb, lecteur MP3, appareils photos numériques, camescopes, cédéroms) • manipuler des logiciels en comprenant les enjeux de leurs fonctions (windows movie maker, powerpoint, mikogo, skype, you tube, daily motion &) • Comprendre le rôle, l importance et l impact de la gestion des mots clés pour être référencé sur les principaux moteurs de recherche (la création de connaissances sur un réseau a vocation d être lue) • Gérer les rôles des membres du blog (administrateur ou auteur ou éditeur ..?) • Intégrer une réflexion juridique dans une démarche de design, notamment à propos du droit d auteur. • s exprimer correctement en utilisant des supports divers (texte, image, son, vidéo) • et bien d autres choses encore. Nous ne faisons pas un préalable de l utilisation du texte, l image, la voix et la vidéo sont des supports riches. • Collaborer pour co-construire des connaissances.Vous trouverez sur ce blog des grandes thématiques que nous avons déterminées en collectif. 59
  • 60. • présentation de la section • présentation de l Ecole XXX • présentation des étudiants par mise en ligne de CV • présentation des stages de fin de première année et tenue d un journal de bord électronique • rédaction d articles sur les expositions visitées, les films, les opéras et les pièces de théâtre vus, etc..Nous aimerions pouvoir alimenter un vivier de pratiques numériques dans le domaine de la modeet du textile. Le choix de la plateforme le web est motivé par l absence du publicité, la possibilitéde mettre en ligne des vidéosUn cas factuel qui illustre à merveille l’absence de compétences juridiques où sa minimisation dansl’élaboration du projet.NB : l’enseignement en BTS stylisme de mode comporte une partie importante consacrée à lapropriété intellectuelle et industrielle - La tâche va être rude !1. http://lewebpedagogique.com/designdemodelyon/2008/05/06/rykiel-sonia/Demande d’autorisation pour publier une ressource authentique(2008-07-25 17:03) - moiraudjpConstruire un blog, demande de se prémunir contre tout recours pour infraction au droit d’auteur.Au cours de l’année 2008, j’ai assuré une formation à l’IUFM de Lyon (”comment intégrer un es-pace numérique dans une pratique pédagogique - Construction d’une pédagogie embarquée”).J’ai souhaité intégrer des contrats de travail types dans le blog. Ci-dessous les échanges numériquespour obtenir les autorisations de diffusion.Un exemple de demande d’autorisation. Pour construire ce TP, j’ai souhaité insérer des contratstypes. Le site du ministère de travail propose en téléchargement des ressources utiles. J’ai de-mandé l’autorisation d’utiliser ces documents afin de respecter le cadre légal.Vous pouvez lire ci dessous un échange de courriels, procédure à appliquer en cas de demanded’autorisation.Les échanges de courriels : 1. demande d’autorisation par le concepteur du blog60
  • 61. ”Bonjour,Je suis chargé d’études et de recherche à l’INRP de Lyon au sein de l’équipe Educ-Tice (http://eductice.inrp.fr/EducTice) sur le thème SPE (scénario de pédagogie embarquée)http://eductice.inrp.fr/EducTice/projets/scenario/speJe suis en train de monter une formation pour des professeurs d’IUFM. Le thème est l’intégrationd’un blog dans un processus pédagogique. Pour illustrer le propos j’ai créé un blog pour le TP. Leprétexte pédagogique est le contrat de travail. J’aimerais utiliser deux documents types de votresite, le CDD type pour remplacement de salarié absent et le CDD type pour surcroît d’activité.Pouvez vous me donner l’autorisation d’intégrer ces deux documents dans mon blog ? Il est en-tendu qu’en cas d’accord de votre part j’insèrerai la mention ministère du travail et l’URL du site.Par ailleurs, m’autorisez vous à diffuser votre mail de retour (qu’il soit positif où négatif) car cecours comporte une partie qui s’intitule ”créer un blog, c’est créer du droit”J’insiste (dans ce cours) sur le fait que les emprunts d’un site ne peuvent se faire sans autorisationpréalable. Votre réponse sera une application de mes propos.Recevez mes salutations cordiales.”2. La réponse du webmestre du ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité.”Bonjour,Vous avez demandé l’autorisation de mettre en ligne de l’information provenant de nos sites.La régle est la suivante : les documents ”publics” ou ”officiels” ne sont couverts par aucun droitd’auteur et peuvent donc être reproduits librement. C’est le cas notamment pour les discours, lescommuniqués du Ministère.Il est d’usage sur internet que la reprise de ces contenus de façon partielle ou intégrale mentionneclairement le nom de l’auteur, la source, et le cas échéant d’un lien renvoyant vers le documentoriginal en ligne sur le site.Tous les autres contenus présents sur le site du Ministère sont couverts par le droit d’auteur.Toute reprise est dès lors conditionnée à l’accord de l’auteur en vertu de l’article L.122-4 du Codede la Propriété Intellectuelle.Ces contenus ne sauraient être reproduits librement sans demande préalable et sans l’indicationde la source.Les reproductions à but commercial ou publicitaires ne seront, sauf exceptions, pas autorisées. 61
  • 62. Dans votre cas, il vous sera possible de reprendre nos contenus, à la condition expresse que vousfassiez un lien vers notre site, que vous fassiez mention très clairement de la source et notammentde l’intitulé exact de notre Ministère.Merci de votre attentiontrès cordialement”Contributions / Essaimage (2008-07-25 17:16) - moiraudjpCette page est destinée à accueillir les témoignages des enseignants qui utilisent les réseauxnumériques dans leur enseignement et plus particulièrement ceux qui développent la pédagogieembarquée. Espace de contact entre la recherche et la pratique vos articles pourront contribuer àmettre en place un réseau de réflexion /pratique.Pour des raisons d’organisation l’article doit comporter le tag essaimage et le thème contribu-tionsToute personne souhaitant participer peut en faire la demande par [1]mail - Après validationde votre inscription vous aurez le statut de contributeur du blog, c’est-à-dire que vos articlesseront préalablement validés puis mis en ligne.1. mailto:jean-paul.moiraud@inrp.fr1.3 aoûtBlog multimodal - E3C (2008-08-20 16:30) - moiraudjpLe blog utilisé en pédagogie comme espace collaboratif commun de construction de connaissancesse fortifie avec les efforts des programmateurs. Les évolutions du webpédagogique permettentdésormais d intégrer un module de visio-conférence (Skype). De la sorte le blog devient un réelespace numérique qui transcende l espace et le temps.De la sorte cet espace numérique (blog) possède des potentialités technologiques fortes quipeuvent être exploitées pédagogiquement.Sur un même espace il est ainsi possible d intégrer un répondeur numérique, un espace decommunication (skype) qui permet de gérer des visio-conférences, des audio - conférences avecune multitude de correspondant, des chat , d utiliser un tableau blanc en ligne etc&J ai utilisé précédemment le terme potentialité, ce qui signifie que l aspect technologiquene se suffit pas à lui même. il faut être en capacité de concevoir un ou des scénarios pédagogiquesqui intègrent les technologies dans l enseignement.Le module skype est inséré dans la colonne de droite sous le vocable anglais de call me(cette fonctionnalité peut s activer sur lewebpedagogique). En l état de mes connaissances laplateforme wordpress ne permet pas d intégrer skype)62
  • 63. Les exemples d’applications pédagogiques semblent nombreuses :faire intervenir un spécialiste en ligne lorsque celui ci ne peut se déplacer ;collaborer avec une classe distante (pour les langues) ;mettre en application des éléments de programme (exemple BTS MUC ou NRC) ;suivre un étudiant en stage, lorsque celui ci est à l’étranger ;collaborer entre enseignants de façon distante.collaborer entre étudiants / élèves dans le cadre de pédagogie de projet.1.4 septembrespe et colloque (2008-09-28 19:21) - moiraudjpUne intervention auprès des trois assocations d’enseignants, clionautes, sésamath et weblettresrelayées par le café pédagogiques.”Les trois associations Clionautes, Sesamath et Weblettres ont évolué de manière similaire, dela mutualisation de documents à une structuration permettant le travail collaboratif. Peut-onaujourd hui parler de modèle ? Quelles sont leurs perspectives d évolution ? Un exemple desquestions posées par ces associations le 24 septembre aux chercheurs et aux enseignants, lorsd une rencontre organisée avec l INRP.”[1]L’article en ligneles diapositives de la communication[slideshare id=623029 &doc=collaboratif-1222621867188110-8 &w=425]1. http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2008/09/260908_ModeleCollaboratifetAssociations.aspx 63
  • 64. 1.5 octobreTravail collaboratif (2008-10-08 19:28) - moiraudjp[1] Le discours commun sur les technologiesnumériques en éducation établit souvent un lien de cause à effet entre l’introduction des tech-nologies et la performance éducative. Le discours technophile rassurant, particulièrement pour letravail collaboratif se doit d’être tempéré par une posture réflexive.Suffit-il d’introduire des machines et des espaces numériques dans une classe pour entraîner ipsofacto une relation de type collaboratif entre les divers acteurs ? Les besoins précèdent-ils l’outilou l’outil créé t-il le besoin ? Le travail collaboratif est-il le résultat d’un contexte relationnel oula conséquence d’une organisation technologique ?La question du travail collaboratif retiendra notre attention.Je prendrai, en guise d’illustration et d’analyse, l’enseignement de l’économie et gestion en DSAA(diplôme supérieur des arts appliqués) créateur et concepteur textile au lycée La MartinièreDiderot de Lyon (France).Le contexte de cette formation :La formation - Le DSAAT concepteur créateur textile à pour vocation de former des étudiants quisouhaitent devenir :”un professionnel qui a en charge l’aspect ”sensible” d’un projet. Il travailledans son domaine, le textile mais également autour de tout ce qui touche au matériau au senslarge, à la dimension de la surface: couleur, matière, texture, motif. Il peut revendiquer des do-maines d’action trés divers: aménagement de l’espace, cosmétique, design alimentaire, mobilier”[2]Blog de Lola Day (DSAAT 1)Dans cette formation les besoins collaboratifs préexistent à l’introduction des technologiesnumériques. Plusieurs points permettent de le démontrer. • L’analyse du référentiel d’activité pédagogique est explicite :64
  • 65. /.../Elle se fonde sur une pédagogie de projet intégrant dans tous les travaux conduits en bureaude création-conception , l’ensemble des connaissances acquises dans les disciplines du troc com-mun. /...//.../un projet est réalisé par un élève ou un groupe d’élèves sur un thème donné /.../La co-animation est exigée :/.../ des recherches et des projets conduits individuellement et en équipe sur des programmeschoisis après concertation des professeurs, des étudiants et des professionnels concernés /.../ • L’existence d’une communauté d’intérêts chez les apprenantsLa réunion d’élèves pour un temps de formation déterminé répond à une logique particulière, ilspartagent un nombre important d’intérêts communs :une culture commune qui s’exprime dans le champ du design textile et mode ;un projet commun en économie et gestion. Simulation de création d’un atelier de design en mo-bilisant des compétences disciplinaires et des compétences numériques.un objectif commun qui consiste à se préparer à la validation des unités de valeur ;des besoins professionnels futurs communs. Le métier de designer se caractérise par une capacitéà communiquer, dialoguer et collaborer avec tous les acteurs de la filière. • L’existence d’une communauté d’intérêts partagés par les enseignants et les professionnels associésLa future vie professionnelle des étudiants est basée, elle aussi, sur un principe de travail col-laboratif. Le travail de création mode et textile n’est pas un travail solitaire (balayons les lieuxcommuns), tout le process de création / fabrication est articulé autour de relations constantesentre les acteurs de la filière. Les interactions sont nécessaires et fécondes en amont et en avald’une filière complexe, le créateur collabore avec les commerciaux, les techniciens (maille, tissage,ennoblissement ...). Enfin, un travail de création éclaté dans le temps et dans l’espace à l’èred’une économie globalisée.En résumé - Le travail en DSAA est d’essence collaborative mais ... Qu’en est-il du travail col-laboratif lorsqu’il est mis en pratique dans un apprentissage ?Tentons de déterminer certaines caractéristiques. Collaborer c’est : 65
  • 66. Ne pas connaître à l’avance le résultat de la collaboration est la première caractéristique du travailcollaboratif. L’enseignant prend le risque de se conformer aux décisions du groupe. Cet aspect estprobablement un argument de rejet prévisible pour de nombreux enseignants. Sur le terrain lesapprentissages sont au centre d’une double tension, réaliser les objectifs du programme , respecterla progression pédagogique dans un calendrier contraint. L’incertitude générée par le travail col-laboratif est forte, le risque d’échec est à prendre en compte.Résoudre en commun les problèmes au fil de leur émergence. Ce travail doit susciter le débat etla controverse pour aboutir au final à un arbitrage ;Travailler de façon réticulaire. Les relations de travail entre acteurs sont d’une nature particulière.Il est assez fréquent d’instaurer un schéma d’apprentissage de type pyramidal, de l’enseignantvers[3] l’apprenant. Le travail collaboratif impliqueune relation de travail réticulaire. Chacun des membres du groupe pouvant dialoguer avec lesautres.A l’heure où les réseaux numériques s’nsérent dans les apprentissages et que les outils nomadesse diffusent, on peut poser la question de leur impact sur le travail collaboratif ? Les réseauxnumériques ajoutent - ils une plus value ?L’expérience conduite en DSAAT permet d’amorcer quelques éléments de réponse.L’apprentissage s’appuie sur l’utilisation des fonctionnalités des réseaux numériques (le blog) etd’outils nomades matériels (clés USB, téléphones portables, lecteur MP3 ...) mais aussi logiciels(partage d’écran, visio-conférence, QCM en ligne ...)La simulation de création d’un atelier de design s’exerce en utilisant un blog. Les nombreusesfonctionnalités permettent d’intégrer du texte, de l’image, du son, de la vidéo, mais aussi dedéposer des ressources, de les transférer à la communauté d’apprentissage. Il est aussi loisiblede de communiquer (son, vidéo) de façon synchrone et asynchrone distante par l’intégration desfonctionnalités de diverses applications en ligne. Dans tous les cas les applications sont souples etnomades.Les projets menés en cours se prêtent au travail collaboratif. A titre d’exemple, il est demandéaux étudiantes de s’interroger sur la nature du métier de designer, de définir une fiche de postetype. Ce travail mis au débat doit déboucher après arbitrage commun, à la constitution d’undocument de synthèse. Les réseaux numériques sont une aide puisqu’il est loisible aux étudiantsde travailler à distance, d’ouvrir les pages de leur blog aux autres acteurs par attribution d’un66
  • 67. droit d’accès (auteur, éditeur; visiteur ...)Le blog comme instrument pédagogique est une suite de fonctionnalités à vocation pédagogiqueet collaborative. Le blog permet tout à la fois d’écrire, de lire, d’écouter et de voir, des fonc-tionnalités multimodales adaptées aux besoins du débat. C’est aussi la possibilité de déposer desressources , de les transférer. Il est loisible de communiquer de façon distante synchrone et asyn-chrone en intégrant les fonctionnalités d’applications en ligne. En résumé des fonctionnalités desouplesse et de nomadisme qui projette l’enseignement dans des dimensions de temps et d’espaceautres (la porosité de l’espace pédagogique - rapport Bardi-Bérard (2002) - L’école et les réseauxnumériques - La documentation française.L’expérience décrite précédemment a l’avantage d’être pratiquée et l’inconvénient d’êtreisolée. Pour cette raison l’équipe EducTice / Projet Scénario / SPE cherche à élaborer desscénarios décontextualisés qui puissent être mutualisables et transférables dans d’autres situa-tions pédagogiques.Un scénario blog qui prenne en compte plusieurs éléments et les assemble afin de constituer unmaillage dynamique.le contexte de formation;les acteurs du projet ;les outils utilisés ;les ressources produites.A terme il pourrait être envisageable de créer un vivier de scénarios destiné[4] à alimenter la réflexion des enseignants en situationdans les établissements. Des scénarios qui pourraient se créer dans l’usage. Une boucle itérativeallant de la pratique, passant par la constitution de scénarios types, alimentant un vivier destinélui même à générer d’autres pratiques.[5]Photo Hélène Schneider - Design de mode 2 67
  • 68. A lire - Pierre Levy -”[6]l’intelligence collective” Le Monde diplomatique - octobre 1995En écho à mon billet un extrait du site ”[7]Interstices” pour l’article intitulé :”[8]du web au wikiune histoire du travail collaboratif” :”Des règles « sociales » pour un fonctionnement idéal”/.../ Certaines expériences de wikis publics ont été de retentissants échecs. On peut citer enexemple le wiki mis en ligne par le Los Angeles Times : il fut retiré au bout de deux jours, lespages étant rapidement vandalisées par des photos pornographiques. Ce cas fut discuté lors de laconférence Wikisym 2005. Quelles ont été les causes de cet échec ? Les responsables du L.A Timesont en fait commis de nombreuses erreurs : ils n’ont pas établi de communauté d’utilisateurs, ilsn’ont pas « jardiné » leur wiki, ils sont arrivés à un moment où le Web était devenu une terrebien plus hostile qu’à l’époque où C2wiki ou Wikipédia se sont installés, si bien que leur wiki n’apas eu le temps de s’auto-modérer.On retiendra de ce cas d’échec la confirmation que l’outil ne peut pas fonctionner si l’on ne tientpas compte de son aspect social. D’une part, il faut une communauté d’utilisateurs et d’autrepart, ces utilisateurs doivent avoir envie de collaborer, de s’investir personnellement dans cettecollaboration. Si les utilisateurs se contentent d’utiliser le wiki « en touristes », le wiki n’auraaucune chance de fonctionner /.../ ”1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/10/classe-1.jpg2. http://dsaatday.wordpress.com/3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/10/reticulaire.png4. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/10/essaime1.png5. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/10/reticulaire.png6. http://www.monde-diplomatique.fr/1995/10/LEVY/18577. http://interstices.info/jcms/jalios_5127/accueil8. http://interstices.info/jcms/c_37151/du-web-aux-wikis-une-histoire-des-outils-collaboratifs?part=1Usage du blog (2008-10-12 10:38) - moiraudjpConférence du Greco Site Canal UM. Jacques Rodetmaître de conférences associé en e-formation, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines,concepteur pédagogique et consultant formateur en e-formation, initiateur et facilitateur de t@d,la communauté de pratiques des tuteurs à distance.[1]La vidéo[audio http://www.canalc2.tv/podcast/2005/greco/mp3/greco 030605 133026rodet.mp3]1. http://canalc2.u-strasbg.fr/video.asp?idvideo=369268
  • 69. Mobile learning scenarios (MLS) (2008-10-20 18:59) - moiraudjpMobile learning scenarios (MLS)This space is meant to make us ponder on the part played by blogs as learning digital tools.The intrusion of digital environments within the learning scheme forces teachers to develop newstrategies.We talk of new strategies because digital networks change our learning time and space understand-ing; some people call it the learning space dilation (general inspections report 2007). Learningcan now happen inside and outside the classroom.The French institutional administration indicates that diplomas may be delivered while doingyour studies but also through alternate courses , thanks to the accreditation for work experience(VAE). Numerous professional and technological teaching frames of reference offer trainings totheir students. In some cases, the structures, aka the lycée des métiers , accept students fromboth backgrounds. The university law offers, under certain circumstances, a personal follow-up ofits students.How can we continue to maintain a form of pedagogical continuity within such an educative envi-ronment?Those institutional and technological modifications make education actors wonder about severalthings. How can we make the contribution and the functionalities of digital technologies our ownin order to make our pedagogy mobile ? How can we have the upper hand on learning whenstudents are inside and outside the classroom? How can we reconcile a common learning spacewhich would combine the classroom space, the professional space and the private space all at once?This blog offers a pondering on mobile learning: a formalized representation of the organizationand unfolding of a given learning situation in which the use of the functionalities of digital tech-nologies cause learning to happen inside and outside the classroom. (HG & JPM, 2007)We chose to work on the digital space of the blog, even if the media blur sometimes gives it abad image. This learning space is meant to be a collaborative space to build up knowledge (E3c)(Hélène Godinet, Jean-Paul Moiraud, 2007).We will try to answer the following questions:What is a pedagogical blog?What is mobile learning?What is the purpose of creating mobile learning scenarios? 69
  • 70. Is it possible to mutualize mobile learning scenarios?Is it possible to swarm a SPE scenario?Beyond the mere pedagogical aspect of this project, some questions must be asked, for instanceon the impact on teachers work. Is it in the process of evolving because of the need to acquirenew skills? Is the dilation of time and space modifying the definition of a teacher s status? Whendo we stop being a teacher? What is the time framework of this job?Those questions make up a very wide and rich observation field. This is a blog is meant to makeanalysing, thinking, formalizing and sharing possible.Création blog (2008-10-26 18:40) - moiraudjpLa création d’un blog pédagogique est, contrairement aux idées reçues, un projet complexe. Lebesoin d’instrumenter son cours existe dans la communauté enseignante mais ... Le blog présentede nombreux avantages pédagogiques et recèle aussi de nombreux risques.Pour la démonstration je m’appuierai sur la notion de bricolage (au sens où Claude Lévi -Straussl’entend dans la pensée sauvage - 1962) :”le bricoleur reste celui qui Suvre de ses mains, en utilisant des moyens détournés par comparaisonavec ceux de l’homme de l’art. /&/Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâches diversifiées ; mais, à la différence del’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matières premières et d’outilsconçus et procurés à la mesure de son projet: son univers instrumental est clos, et la règle de sonjeu est de toujours s’arranger avec les « moyens du bord », c’est-à-dire un ensemble à chaque in-stant fini d’outils et de matériaux, hétéroclites au surplus, parce que la composition de l’ensemblen’est pas en rapport avec le projet du moment, ni d’ailleurs avec aucun projet particulier, mais estle résultat contingent de toutes les occasions qui se sont présentées de renouveler ou d’enrichir lestock, ou de l’entretenir avec les résidus de constructions et de destructions antérieures. L’ensembledes moyens du bricoleur n’est donc pas définissable par un projet (ce qui supposerait d’ailleurs,comme chez l’ingénieur, l’existence d’autant d’ensembles instrumentaux que de genres de projets,au moins en théorie) ; il se définit seulement par son instrumentalité, autrement dit, et pour em-ployer le langage même du bricoleur, parce que les éléments sont recueillis ou conservés en vertudu principe que « ça peut toujours servir ». De tels éléments sont donc à demi particularisés :suffisamment pour que le bricoleur n’ait pas besoin de l’équipement et du savoir de tous les corpsd’état, mais pas assez pour que chaque élément soit astreint à un emploi précis et déterminé.Chaque élément représente un ensemble de relations, à la fois concrètes et virtuelles ; ce sont desopérateurs, mais utilisables en vue d’opérations quelconques au sein d’un type /.../ ”Utiliser un blog en ne retenant que son aspect technique (mirage de la simplicité) revient à placerl’enseignant dans une situation ou il doit ”s’arranger avec les moyens du bord”. Placer le projetsous l’angle réducteur de l’” instrumentalité”.70
  • 71. Il semble indispensable qu’avant toute manipulation technique, le projet pédagogique soit con-struit. Les fonctionnalités de l’outil vont s’insérer dans un tout que constitue le projet.Un diaporama pour évoquer les relations outils / schéma d’apprentissage.[slideshare id=694752 &doc=page-1225037125641061-8 &w=425]1.6 novembreSPE et architecture d’établissement (2008-11-23 10:27) - moiraudjpChoisir d’insérer une pédagogie embarquée dans ses apprentissages pose la question del’architecture des salles de classe. De nombreux établissements sont encore structurés sur les basesde l’informatique des années 90 c’est-à-dire une salle de classe distincte et très souvent éloignéede la salle d’informatique. Dans cette configuration le recours à l’informatique doit être pro-grammé (réserver une salle, déplacer les élèves, informer correctement les élèves des changementsde salle, obtenir une réservation puisque la salle est partagée avec l’ensemble de la communanutéscolaire, avoir un horaire qui ne soit pas en conflit avec une discipline dont le référentiel spécifieque l’informatique est au programme ...)Une architecture qui contraint de différencier les temps réservés au numérique et les temps réservésà l’enseignement traditionnel. L’architecture de l’établissement pose la question du statut dunumérique dans les apprentissages. Quelle place doit-on donner aux espaces numériques ? Laquestion est loin d’être anecdotique. Elle devient même centrale lorsque l’on élabore un scénariopédagogique - Il faut analyser la structure de son établissement pour construire son enseignement.dans ce cas de figure il est même difficile, voire impossible de mettre en évidence des invariantspédagogiques.On peut même imaginer que le scénario intègre un acteur inattendu, l’architecte. La questionposée est : comment structurer un espace adapté à l’introduction des espaces numériques dansun schéma d’apprentissage mobile ?Lorsque les ordinateurs sont entrés dans la salle de classe (notamment les ordinateurs portables)se pose la question de l’accès à internet. Ci dessous un exemple par l’image du paradoxe de lamobilité informatique.Des étudiants équipés d’ordinateurs portables (aspect très positif)[1] [2]Pourtant la nécessité de se déplacer vers un poste fixe pour se connecter sur internet (aspectnégatif) 71
  • 72. [3]Un schéma d’une de mes classes et les évolutions possibles pour développer spe.[4]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/10/classe-1.jpg2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/11/classe-4.jpg3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/11/dscn4028.jpg4. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/11/salle_cours.jpgException pédagogique - Base de données (2008-11-25 10:30) - moiraudjpL’enseignement instrumenté par les réseaux numériques (quel que soit le niveau, quelle que soitla discipline) pose la question des compétences juridiques des enseignants créateurs d’espace.L’entrée technologique préoccupe beaucoup les enseignants, masquant de facto les autrescompétences à maîtriser. La question juridique est fondamentale. Le site [1]Canal U met àdisposition du monde des enseignants des ressources indispensables pour entamer la réflexion surdroit et espaces numériques.[2]Ces vidéos extraites du site canal U posent clairement les problématiques.Canal U - [3]Les contraintes juridiques : L exception pédagogique - Michel Dupuis, Professeur,Université de Lille 2 - Date de réalisation 25/09/2008 - Durée du programme : 42 minute(s) et33 secondesLoi DADVSI ( Droit d Auteur et Droits Voisins dans la Société de l Information )I - champ d’application de l’exception pédagogiqueII - Régime juridique de l’exception pédagogique72
  • 73. Questions évoquées : • Actualités de la loi DADVSI (2006) ; • Limitation au droit de représentation ; • La courte citation, la copie privée ; • les accords sectoriels (2006 - 2008) ; • Entrée en vigueur de la loi DADVSI (2009) et de l’exception pédagogique ; • Rôle de l’exception pédagogique (présomption d’autorisation) ; • Exception pédagogique et gratuité ; • Exception au droit d’auteur ; • domaine des accords sectoriels et domaine de l’exception pédagogique (différences) • Coût des accords sectoriels - 4 000 000 ¬ versés par le ministère • exclusion de la formation continue - Application dans la classe -exclusion des Suvres musi- cales et audiovisuelles - Réservés aux inscrits des établissements (dans les accords sectoriels) • Limite DADVSI - les partitions de musique et les objets conçus à des fins pédagogiques (manuels de cours) sont exclus de la loi DADVSI - Qu’est ce qu’une Suvre conçue à des fins pédagogiques ? • Suvres présentes dans les ENT (quel est le statut juridique dans le cadre de DADVSI) • Notion de ”public majoritairement composé d’enseignant, de chercheurs et d’apprenants” • Question de la formation continue - est ce une expression commerciale ? • Mélange entre les statuts des apprenants dans un même cours (formation initiale et formation continue) • respect du droit moral de l’auteur • ...Canal U - Les contraintes juridiques : L exception pédagogique / Débats - Michel Dupuis pro-fesseur de droit - Université de Lille 2Les points abordés dans cette vidéo (table ronde organisée par l’Université Lyon 3 - 25 septembre2008) - Questions sur la loi DADVSI - Questions de la salle - réponse de Michel DupuisCanal U - [4]La citation des oeuvres et le régime de l’exception pédagogique - 05 juin 2006 -Michel Dupuis - professeur de droit - Université Lille 2 - Date de réalisation : 05/06/2008 - Duréedu programme : 92 minute(s) et 22 secondes 73
  • 74. • Canal U - [5]Le droit des bases de données - Agnès Robin, Maître de Conférences, Université de Montpellier I - Date de réalisation : 25/09/2008 Durée du programme : 42 minute(s) et 17 secondesNB : La demande de mise en ligne a été faite (et obtenue) auprès du CERIMESLoi DADVSI - [6]ENS diffusion du savoir -[7]Projection-débat ”DADVSI : Quelle liberté numérique ?” - organisé par Bastien Guerry (ENS)et Pollens (association d élèves de l ENS)Pour compléter ces vidéosQuelques textes cités - Accords sectoriels[8] -[9] Bulletin officiel du [10]23-1-2007[11]Directive européenne sur le droit d’auteur - Directive 2001/29/CE du Parlement européenet du Conseildu 22 mai 2001 sur l’harmonisation de certains aspects du droit d’auteur et des droits voisinsdans la société de l’informationTexte de la loi DADVSI (droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information)- [12]Le texte sur légifranceDroit d’auteurArticle L111-1 [13]Modifié par [14]Loi n°2006-961 du 1 août 2006 - art. 31 JORF 3 août 2006L’auteur d’une Suvre de l’esprit jouit sur cette Suvre, du seul fait de sa création, d’un droit depropriété incorporelle exclusif et opposable à tous.Ce droit comporte des attributs d’ordre intellectuel et moral ainsi que des attributs d’ordre pat-rimonial, qui sont déterminés par les livres Ier et III du présent code.L’existence ou la conclusion d’un contrat de louage d’ouvrage ou de service par l’auteur d’uneoeuvre de l’esprit n’emporte pas dérogation à la jouissance du droit reconnu par le premier alinéa,sous réserve des exceptions prévues par le présent code. Sous les mêmes réserves, il n’est pas nonplus dérogé à la jouissance de ce même droit lorsque l’auteur de l’oeuvre de l’esprit est un agentde l’Etat, d’une collectivité territoriale, d’un établissement public à caractère administratif, d’uneautorité administrative indépendante dotée de la personnalité morale ou de la Banque de France.Les dispositions des articles [15]L. 121-7-1 et [16]L. 131-3-1 à L. 131-3-3 ne s’appliquent pas auxagents auteurs d’oeuvres dont la divulgation n’est soumise, en vertu de leur statut ou des règles74
  • 75. qui régissent leurs fonctions, à aucun contrôle préalable de l’autorité hiérarchique.Exception pédagogiqueArticle L122-5 [17]Modifié par [18]Loi n°2006-961 du 1 août 2006 - art. 1 (V) JORF 3 août 2006Lorsque l’Suvre a été divulguée, l’auteur ne peut interdire :1° Les représentations privées et gratuites effectuées exclusivement dans un cercle de famille ;2° Les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinéesà une utilisation collective, à l’exception des copies des oeuvres d’art destinées à être utiliséespour des fins identiques à celles pour lesquelles l’oeuvre originale a été créée et des copies d’unlogiciel autres que la copie de sauvegarde établie dans les conditions prévues au II de l’article[19]L. 122-6-1 ainsi que des copies ou des reproductions d’une base de données électronique ;3° Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l’auteur et la source :a) Les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique,scientifique ou d’information de l’Suvre à laquelle elles sont incorporées ;b) Les revues de presse ;c) La diffusion, même intégrale, par la voie de presse ou de télédiffusion, à titre d’informationd’actualité, des discours destinés au public prononcés dans les assemblées politiques, administra-tives, judiciaires ou académiques, ainsi que dans les réunions publiques d’ordre politique et lescérémonies officielles ;d) Les reproductions, intégrales ou partielles d’Suvres d’art graphiques ou plastiques destinées àfigurer dans le catalogue d’une vente judiciaire effectuée en France pour les exemplaires mis à ladisposition du public avant la vente dans le seul but de décrire les Suvres d’art mises en vente ;e) La représentation ou la reproduction d’extraits d’oeuvres, sous réserve des Suvres conçuesà des fins pédagogiques, des partitions de musique et des Suvres réalisées pour une éditionnumérique de l’écrit, à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et dela recherche, à l’exclusion de toute activité ludique ou récréative, dès lors que le public auquelcette représentation ou cette reproduction est destinée est composé majoritairement d’élèves,d’étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, que l’utilisation de cettereprésentation ou cette reproduction ne donne lieu à aucune exploitation commerciale et qu’elleest compensée par une rémunération négociée sur une base forfaitaire sans préjudice de la cessiondu droit de reproduction par reprographie mentionnée à l’article [20]L. 122-10 ;4° La parodie, le pastiche et la caricature, compte tenu des lois du genre ; 75
  • 76. 5° Les actes nécessaires à l’accès au contenu d’une base de données électronique pour les besoinset dans les limites de l’utilisation prévue par contrat ;6° La reproduction provisoire présentant un caractère transitoire ou accessoire, lorsqu’elle est unepartie intégrante et essentielle d’un procédé technique et qu’elle a pour unique objet de permettrel’utilisation licite de l’oeuvre ou sa transmission entre tiers par la voie d’un réseau faisant appel àun intermédiaire ; toutefois, cette reproduction provisoire qui ne peut porter que sur des oeuvresautres que les logiciels et les bases de données ne doit pas avoir de valeur économique propre ;7° La reproduction et la représentation par des personnes morales et par les établissements ou-verts au public, tels que bibliothèques, archives, centres de documentation et espaces culturelsmultimédia, en vue d’une consultation strictement personnelle de l’Suvre par des personnes at-teintes d’une ou de plusieurs déficiences des fonctions motrices, physiques, sensorielles, mentales,cognitives ou psychiques, dont le niveau d’incapacité est égal ou supérieur à un taux fixé par décreten Conseil d’Etat, et reconnues par la commission départementale de l’éducation spécialisée, lacommission technique d’orientation et de reclassement professionnel ou la commission des droits etde l’autonomie des personnes handicapées mentionnée à l’article [21]L. 146-9 du code de l’actionsociale et des familles, ou reconnues par certificat médical comme empêchées de lire après correc-tion. Cette reproduction et cette représentation sont assurées, à des fins non lucratives et dansla mesure requise par le handicap, par les personnes morales et les établissements mentionnés auprésent alinéa, dont la liste est arrêtée par l’autorité administrative.Les personnes morales et établissements mentionnés au premier alinéa du présent 7° doiventapporter la preuve de leur activité professionnelle effective de conception, de réalisation et decommunication de supports au bénéfice des personnes physiques mentionnées au même alinéa parréférence à leur objet social, à l’importance de leurs membres ou usagers, aux moyens matérielset humains dont ils disposent et aux services qu’ils rendent.A la demande des personnes morales et des établissements mentionnés au premier alinéa du présent7°, formulée dans les deux ans suivant le dépôt légal des Suvres imprimées, les fichiers numériquesayant servi à l’édition de ces oeuvres sont déposés au Centre national du livre ou auprès d’unorganisme désigné par décret qui les met à leur disposition dans un standard ouvert au sens de[22]l’article 4 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.Le Centre national du livre ou l’organisme désigné par décret garantit la confidentialité de cesfichiers et la sécurisation de leur accès ;8° La reproduction d’une Suvre, effectuée à des fins de conservation ou destinée à préserver lesconditions de sa consultation sur place par des bibliothèques accessibles au public, par des muséesou par des services d’archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économiqueou commercial ;9° La reproduction ou la représentation, intégrale ou partielle, d’une Suvre d’art graphique, plas-tique ou architecturale, par voie de presse écrite, audiovisuelle ou en ligne, dans un but exclusifd’information immédiate et en relation directe avec cette dernière, sous réserve d’indiquer claire-ment le nom de l’auteur.Le premier alinéa du présent 9° ne s’applique pas aux oeuvres, notamment photographiques oud’illustration, qui visent elles-mêmes à rendre compte de l’information.76
  • 77. Les reproductions ou représentations qui, notamment par leur nombre ou leur format, ne seraientpas en stricte proportion avec le but exclusif d’information immédiate poursuivi ou qui ne seraientpas en relation directe avec cette dernière donnent lieu à rémunération des auteurs sur la base desaccords ou tarifs en vigueur dans les secteurs professionnels concernés.Les exceptions énumérées par le présent article ne peuvent porter atteinte à l’exploitation normalede l’Suvre ni causer un préjudice injustifié aux intérêts légitimes de l’auteur.Les modalités d’application du présent article, notamment les caractéristiques et les conditionsde distribution des documents mentionnés au d du 3°, l’autorité administrative mentionnée au7°, ainsi que les conditions de désignation des organismes dépositaires et d’accès aux fichiersnumériques mentionnés au troisième alinéa du 7°, sont précisées par décret en Conseil d’Etat.NOTA:Loi 2006-961 2006-08-01 art. 1 : Les dispositions du e du 3° de l’article L. 122-5 du code de lapropriété intellectuelle s’appliquent à compter du 1er janvier 2009.Base de donnéesArticle L112-3 [23]Modifié par [24]Loi n°98-536 du 1 juillet 1998 - art. 1 JORF 2 juillet 1998Les auteurs de traductions, d’adaptations, transformations ou arrangements des oeuvres de l’espritjouissent de la protection instituée par le présent code sans préjudice des droits de l’auteur del’oeuvre originale. Il en est de même des auteurs d’anthologies ou de recueils d’oeuvres ou dedonnées diverses, tels que les bases de données, qui, par le choix ou la disposition des matières,constituent des créations intellectuelles.On entend par base de données un recueil d’oeuvres, de données ou d’autres élémentsindépendants, disposés de manière systématique ou méthodique, et individuellement accessiblespar des moyens électroniques ou par tout autre moyen.1. http://www.canalu.tv/2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/11/canalu_logo.jpg3. http://www.canalu.tv/canalu/producteurs/universite_lyon3_service_universite_d_enseignement_en_ligne/dossier_programmes/journees_lyonnaises_du_e_learning_3eme_edition/le_e_teaching_des_contraintes_nouvelles/les_contraintes_juridiques_l_exception_pedagogique4. http://www.canalu.tv/canalu/producteurs/cerimes/dossier_programmes/seminaire_juridique_inter_u_n_t_du_5_et_6_juin_2008_nantes/5_la_citation_des_oeuvres_et_le_regime_de_l_exception_pedagogique5. http://www.canalu.tv/canalu/producteurs/universite_lyon3_service_universite_d_ 77
  • 78. enseignement_en_ligne/dossier_programmes/journees_lyonnaises_du_e_learning_3eme_edition/le_e_teaching_des_contraintes_nouvelles/les_contraintes_economiques_bases_de_donnees_et_droit_d_auteur6. http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=conf&idconf=13477. http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=cycles&idcycle=2918. http://www.education.gouv.fr/bo/2007/5/MENJ0700078X.htm9. http://www.education.gouv.fr/bo/2007/5/MENJ0700078X.htm10. http://www.education.gouv.fr/bo/2007/5/MENJ0700078X.htm11. http://eur-lex.europa.eu/smartapi/cgi/sga_doc?smartapi!celexapi!prod!CELEXnumdoc&lg=fr&numdoc=32001L0029&model=guichett12. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000266350&dateTexte=13. http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=E953B6E12707A9C6789731ABD4EFB8BD.tpdjo02v_3?idArticle=LEGIARTI000006278868&cidTexte=LEGITEXT000006069414&dateTexte=2008112514. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=E953B6E12707A9C6789731ABD4EFB8BD.tpdjo02v_3?cidTexte=JORFTEXT000000266350&idArticle=LEGIARTI000006281647&dateTexte=2006080415. http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006069414&idArticle=LEGIARTI000006278900&dateTexte=&categorieLien=cid16. http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006069414&idArticle=LEGIARTI000006278959&dateTexte=&categorieLien=cid17. http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=5FFAABEF6292F4C5635B49C9DA925D77.tpdjo03v_2?idArticle=LEGIARTI000006278917&cidTexte=LEGITEXT000006069414&dateTexte=2008112518. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=5FFAABEF6292F4C5635B49C9DA925D77.tpdjo03v_2?cidTexte=JORFTEXT000000266350&idArticle=LEGIARTI000006281613&dateTexte=2006080419. http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006069414&idArticle=LEGIARTI000006278920&dateTexte=&categorieLien=cid20. http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006069414&idArticle=LEGIARTI000006278933&dateTexte=&categorieLien=cid21. http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074069&idArticle=LEGIARTI000006796672&dateTexte=&categorieLien=cid22. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do?cidTexte=JORFTEXT000000801164&idArticle=LEGIARTI000006421544&dateTexte=&categorieLien=cid23. http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=E953B6E12707A9C6789731ABD4EFB8BD.tpdjo02v_3?idArticle=LEGIARTI000006278879&cidTexte=LEGITEXT000006069414&dateTexte=2008112524. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=E953B6E12707A9C6789731ABD4EFB8BD.tpdjo02v_3?cidTexte=JORFTEXT000000573438&idArticle=LEGIARTI000006281586&dateTexte=19980703Table ronde ISTIL - SPE (2008-11-26 15:40) - moiraudjpDiaporama présenté à la table ronde ISTIL (Lyon 1) sur l’enseignement des langues. Nous (équipeEducTice) avions présenté les scénarios de pédagogie embarquée. Le thème de l’intervention étaitle suivant :78
  • 79. ”Comment intégrer un scénario de pédagogie embarquée dans un processus d’apprentissage deslangues pour un public d’élèVes ingénieurs sous le régime de l’alternance”Le programme de cette matinée de travail organisée par le département langues de l’ISTIL Lundi 30 juin 2008 ’L’utilisation des TICE dans l’enseignement des langues vivantes’ PROGRAMME Les présentations dureront 20 mns suivies de 10mns de questions, sauf l’exposé de JP Moiraud qui durera une heure, questions comprises. 8H15 : Mot de bienvenue de Fabienne OUDIN, Directrice adjointe, ISTIL 8H30 : ’L’utilisation de Tell Me More à l’ISTIL’, Evelyne Bataille, responsable de l’enseignement des langues 9H : ’Mise en place d’un suivi TICE pour un public en alternance’, Catherine Batisse, responsable de l’enseignement des langues, et Claire L’Homme, IUT Lumière Lyon 2 9H30 ’COOPLANG, une expérience d’autonomie guidée en langues’, Isabel Pradat-Paz, responsable du service des langues, Université Lumière, Lyon 2 10H ’Expérience à l’Ecole vétérinaire de Lyon’, Tim Avison 10H 30 ’Modules multimédias autour de documents vidéo authentiques’, Joline Boulon, responsable de l’enseignement des langues en Master à l’Université Claude Bernard Lyon 1 11H Pause café 11H30 ’La pédagogie embarquée’ JP Moiraud, chargé d’études et de recherche - Equipe EducTice à l’INRP 12H30 : Conclusion de Pr J.LIETO, Directeur de l’ISTIL.[slideshare id=790520 &doc=istillyon2008v2-1227706282397137-8 &w=425]Gestion des droits d’auteurs - Loi DADVSI (2008-11-26 17:56) - moiraudjpLa proximité de l’entrée en vigueur de la loi DADVSI en janvier 2009 questionne la communautééducative notamment pour la gestion des droits collectifs.Un extrait du site [1]EducNet qui cite l’[2]AEF :” Droit d’auteur: la CPU plaide pour un ”système de gestion collective”Au 1er janvier 2009, doit s’appliquer l’exception pédagogique prévue dans le cadre de la loi Dadvsi(droit d’auteur et droits voisins dans la société de l’information). Interrogé par l’AEF, Louis Vo-gel, président de l’université Panthéon-Assas (Paris-II) et animateur du groupe de travail ”droitd’auteur et droits voisins dans la société de l’information” auprès de la CPU, expose les grands 79
  • 80. enjeux pour le monde de l’enseignement et l’approche retenue par la CPU. Il souligne que lesdifférents acteurs concernés par cette loi doivent impérativement trouver un accord d’ici la fin del’année, au risque sinon de mettre les enseignants dans des situations difficiles au regard d’une loicomplexe.Le principe d’exception pédagogique apparaît dans la loi Dadvsi, rappelle Louis Vogel. Avant, iln’existait donc pas d’exception pour les besoins de l’université mais une tolérance sur l’usage dela ”courte citation”.1. http://www.educnet.education.fr/depeches-de-laef/979592. http://www.l-aef.com/public/fr/nonabonne/accueil/accueil.php?rub=accueil1.7 décembreEffet diligence (2008-12-31 09:25) - moiraudjpL’introduction des technologies dans les apprentissages pose la question de l’innovation. Un ordi-nateur, un TBI, un vidéo-projecteur dans un dispositif sont-ils facteurs de changements ? JacquesPerriault (Paris X Nanterre,CRIS/SERIES), parle de l’effet diligence :”Les premiers wagons ressemblaient à des diligences etles premières automobiles, à des voitures à cheval” ”Le risque est d’utiliser des outils nouveauxavec des protocoles anciens”. Cette vidéo brésilienne est une excellente métaphore de cet effetdiligence.[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=IJY-NIhdw 4]80
  • 81. Chapter 220092.1 janvierBlog- Privé ou public ? (2009-01-10 15:25) - moiraudjpUtiliser un blog pose la question de son utilisation en situation pédagogique. On peut dégagerdeux attitudes : • Une démarche de bricoleur, au sens ou Claude Levi Strauss l’entend dans ”la pensée sauvage” (Agora, 1962), c’est-à-dire répondre à un besoin immédiat. Dans cette hypothèse c’est la machine qui contraint la démarche. Le créateur se conforme aux paramétrages par défaut, utilise la première solution venue. • Une démarche réflexive lorsque l’enseignant prend du recul par rapport à sa pratique. Par- tir d’une scénarisation et déterminer quelle est l’intention pédagogique, les acteurs, les ressources, les outils.Parmi toutes ces réflexions, une centrale, le blog doit-il être visible sur internet ou peut-on limiterl’accès aux personnes de son choix ?La solution wordpress permet d’utiliser un blog et de limiter l’accès aux personnes de son choix.[1]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/01/prive.jpg 81
  • 82. Création de blog - Cahier des charges (2009-01-10 17:27) - moiraudjp[1] Une carte mentale pour se poser certaines ques-tions a priori. Utiliser un blog dans une démarche pédagogique suppose de ne pas entrer par unevision outil mais par une démarche réflexive où l’on se pose la question de l’intention pédagogique.Je tiens à disposition des lecteurs le fichier xmind pour mener leur analyse personnelle, il suf-fit de m’envoyer un courriel en utilisant le module contact de ce blog.[2]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/01/creation1.jpg2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/01/creation.jpgBlog et diplôme (2009-01-11 11:51) - moiraudjpIl y a quelques années une étudiante à choisi de mettre en valeur son projet de recherche et devalider lors de la soutenance devant jury grâce à un blog.Projet audacieux, probablement en avence sur son temps.NB : la présence de publicité est du au fait que le blog est devenu une archive.ce travail était risqué car il était pionnier, il nécessitait de mobiliser des compétences numériquesà un moment où ce domaine commençait à apparaître. Internet est toujours sujet aux aléas descoupures de connexion, des temps de maintenance, des filtres des pares-feux etc.[1]Le blog1. http://projet.over-blog.org/Grille de lecture (2009-01-14 14:01) - moiraudjp82
  • 83. Grille de lecture d’un blogQuel est le fournisseur de blog ? Institutionnel oPrivé oDécision de mise en ligne Décision privée oAprès avis et information de l’IPR / IEN ? oAprès information et avis académique oAprès avis et information chef établissement oQuelle est la thématique du blog ?Quels sont les objectifs de l’apprentissage ?Quel est la granularité de ce travail ? Une année oUn chapitre oUn TP oautres o Présence d’une charte d’utilisation ? Aborder les conséquenceséthiques, juridiques B2i, C2i Qui est (sont) le ou les auteurs du blog ? Nom Prénom Qualité Discipline Etablissement Comment circule t-on dans le blog ? Présence de thèmes Présence de tags Présence de liens Quel est le type de plateforme utilisée ? Privée Institutionnelle Etat oCommune o 83
  • 84. Département o Région o Comment sont organisés les articles ? Chronologique Ante chronologiq. Page fixe Comment sont organisés les écrits dans le blog ? Pages - éléments stables Articles - éléments de travail Quelles sont les ressources mises en ligne ? Textes Images Sons vidéos Comment seront didactisées les ressources ? Qui sont les acteurs participants au blog ? Participe Ne participe pas Enseignants o o Elèves o o Professionnels o o Institutionnels o o Parents o o Comment est géré le temps numérique ? En classe Utilisation du blog84
  • 85. en classe ? Hors la classe Accompagnement, remédiation, mise à disposition deressources . Combien de temps par jour ? Comment est géré l’espace numérique ? Classe Domicile des élèves Stage Alternance autres Outils nomades utilisés pour travailler ? A déterminer Type de travail envisagé par l’enseignant ? Transmissif Mutualisation Coopération Collaboration Suis je ne capacité de définir les concepts de coopération et decollaboration ? Mon blog me permet -il d’accorder des droits aux acteurs du projet ?Oui oNon oSi oui quels sont les rôles accordés ? et pourquoi ? Administrateur oEditeur oAuteur ocontributeur oQuels sont les droits accordés ? A ajuster en fonction du rôle droitsModification des thèmes oInsérer un fichier oModération des commentaires oEdition de pages 85
  • 86. o Editions d’articles o Accorder des rôles o Créer des widgets o Insérer des fichiers o Gérer les mots clés (tags) o Gérer les liens o Ecrire / supprimer oMise en ligne de scénario (2009-01-16 09:05) - moiraudjpJacques Dubois professeur en BTS IRIS au lycée Eiffel de Dijon met en ligne un scénario spesous forme de carte heuristique. Le thème est le suivant : ”projet de veille collaborative entre lesétudiants du BTS IRIS du lycée Eiffel et ceux de l IUT info-Com (2 formations de Dijon).”[1]Le scénario1. http://prodageo.wordpress.com/2009/01/05/une-scenario-pour-la-veille-collaborative/Effet diligence (2009-01-18 08:58) - moiraudjpUne vidéo brésilienne qui pose avec justesse la question de l’introduction des technologies dansl’enseignement. Une façon de présenter ce que l’on nomme l’effet diligence décrit par F.Perriault.dans la vidéo il est écrit ”A quoi sert la technologie, si les méthodes restent ?”[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=IJY-NIhdw 4]Insérer une vidéo dans wordpress (2009-01-18 09:56) - moiraudjpcomment insérer une vidéo dans wordpress[slideshare id=927893 &doc=video-1232267253421198-3 &w=425]86
  • 87. Pour préciser les propos tenus dans le diaporama, il est important de savoir que les lignesd’écritures sont différentes si l’on utilise wordpress hébergé ou wordpress.com. Le site slidesharepermet de bien comprendre cette différence. La photo ci-dessous permet de comprendre les en-jeux. La première case est destinée aux blogs wordpress ”classique”, la troisèmee case donne lecode pour les blogs wordpress.com (For Wordpress.com blogs)[1]Sur youtube, il en va de même. Soit vous intégrez la ligne de code donnée sur leur site commel’indique la photo-ci-dessous[2]Si vous souhaitez insérer cette même vidéo sur un blog wordpress vous devez procéder ainsi[3]Pour plus de détails lisez l’aide en ligne de wordpress.com [4]c’est ici1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/01/capture-d_ecran-2010-08-02-a-17-39-40.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/01/capture-d_ecran-2010-08-02-a-17-44-17.png3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/01/capture-d_ecran-2010-08-02-a-17-49-04.png4. http://moiraudjp.wordpress.com/wp-admin/Ontologie (2009-01-19 09:16) - moiraudjpOntologie : ”En philosophie, l’ontologie (du grec ½, ½Ä¿Â, participe présent du verbe être) estl’étude de l’être en tant qu’être, c’est-à-dire l’étude des propriétés générales de ce qui existe.Par analogie, le terme est repris en informatique et en science de l’information, où une ontologieest l’ensemble structuré des termes et concepts représentant le sens d’un champ d’informations,que ce soient par les métadonnées d’un espace de noms, ou les éléments d’un domaine de connais-sances. L’ontologie constitue en soi un modèle de données représentatif d’un ensemble de conceptsdans un domaine, ainsi que les relations entre ces concepts. Elle est employée pour raisonner àpropos des objets du domaine concerné.” Wikipédia 87
  • 88. Se donner les moyens de créer des modèles de scénarios SPE et de vouloir les intégrer dansune base mutualisable pose des questions de méthode.Une question déterminante est d’ordre ontologique. Il est systématiquement rappelé que la circu-lation dans un E3C (espace collaboratif de contruction des connaissances) est un axe déterminant.La présence des mots clés (tags) et des catégories (thémes, chapitres, parties ...) est à la foissource de simplification et source de confusion. • Simplification parce que les tags et thèmes aident les acteurs à trouver rapidement la ressource utile. • Confusion parce que la volonté de partager impose aux concepteurs de travailler dans un cadre contraint. Ils doivent prendre en compte les caractéristiques suivantes : réutilisation, partage et standardisation.Lorsqu’un modèle est conçu, le concepteur doit insérer sa démarche dans une situation qu’il auradéterminée a priori : champ disciplinaire, niveau de formation, thème de travail. Chacun de seséléments posera des question ontologiques.Exemple : Le contrat :tags : contrat, contrat de travail, cdd, cdi, contrat d’adhésion, contrat synallagmatique ...cette question de standardisation est certainement une condition de diffusion des modèles.Outils du web (2009-01-27 09:10) - moiraudjpSuite aux journée d’Autran une présentation slideshare sur les meilleurs outils du web. Un travailde Loïc Hays et Fréderic Soussin[slideshare id=896295 &doc=autrans2009-1231316592029536-2 &w=425]Blog Scénarios (2009-01-27 15:51) - moiraudjpUn site québécois sur les blogs et les scénarios - Profweb. On peut y trouver une banque descénarios dans divers domaines disciplinaires.[1]Le site de profweb1. http://www.profweb.qc.ca/fr/scenarios/index.html88
  • 89. Billet sur le blog - M Bachand - Québec (2009-01-28 11:22) - moiraudjp[1]”Bloguer pour enseigner et apprendre”Charles-Antoine Bachand,Conseiller pédagogique - Multidisciplinaire Cégep de l’Outaouais[2]Le billetBonne lecture aux étudiants de l’ISPEF ;-)Le site profweb publie un billet très intéressant de Charles-Antoine Bachand, conseillerpédagogique, sur l’utilisation des blogs en situation d’apprentissage.Le billet qui relate son expérience analyse point par point les enjeux et les conséquences del’introduction d’un blog dans un processus d’apprentissage, narration de pratique tant du pointde vue formel que conceptuel.L’analyse détaillée des enjeux pose clairement la problématique en décrivant dans différents para-graphes : La définition du blog, l’historique, l’anatomie, les différents logiciels blogs, les contextespédagogiques, les caractéristiques techno-pédagogiques, les diverses pratiques recensées et unebibliograhie fournieDes points précis sont développés comme l’interopérabilité, la possibilité d’accorder des droitsd’accès différents selon les types d’acteurs «qu’il est tout à fait possible pour un enseignant dese doter d’un blogue et d’en limiter l’accès à ses seuls étudiants », la possibilité d’instrumenterun blog comme portfolio numérique. On notera aussi les développements très pertinents surl’anatomie du blog notamment l’instrumentation des fonctionnalités de wordpress pour organiserune navigation fluide (thématiques etc)Dans cet article fouillé certaines positions peuvent cependant susciter la discussion et parfois lacontroverse.M Bachan parle du blog comme d’un lieu de travail entre l’enseignant et les apprenants et acces-soirement comme un lieu de lecture pour «passant curieux » Il me semble que l’instrumentation desespaces numériques de type blog pose une question plus large; Celle de la dilatation de l’espaceet du temps éducatifs (Rapport Bardi - Bérard - «[3]l’école et les réseaux numériques » - Ladocumentation française, 2002) et de la multiplication des acteurs. L’espace éducatif, depuisl’introduction des réseaux numériques, a franchi les murs des classes et convoque d’autres acteurs.Les nouvelles modalités d’apprentissage font cohabiter, la formation initiale et la formation con-tinue (la formation tout au long de la vie ou life long learning), la classe et le domicile, la classe etl’entreprise (pour les formations en alternance). Au couple traditionnel enseignant / apprenant, il 89
  • 90. faut ajouter [4]d’autres acteurs. Ce ne sont pas à mon sens de simples passants curieux mais desacteurs actifs qui occupent, selon les cas, une place plus ou moins importante dans les dispositifsd’apprentissage.M Bachand adopte une posture pédagogique qui consiste à laisser une grande liberté aux élèves:liberté de ne pas valider, liberté de ne pas s’identifier et liberté dans la conception et l’utilisationdes blogs :- « À partir du moment où les étudiants se sentiront jugés, il est en effet fort à parier qu’ilsse feront muets » - « Il doit y avoir sanctuaire » La question qui est posée en filigrane est desavoir s’il faut intégrer le blog comme un élément substantiel de la formation ? Doit-on utiliser leblog pour valider des connaissances et des compétences ? M Bachand semble donner une réponsenégative à cette proposition. La question est loin d’être tranchée et d’autres enseignants ont choiside développer une stratégie inverse ([5]blog de formation des DSAAT du lycée La Martinière -Diderot - Lyon - France )- « Laisser la possibilité aux étudiants de se doter d’un pseudonyme » cette question, évoquéeen fin d’article, me paraît plus discutable tant du point de vue juridique que du point de vuepédagogique. Le concepteur du blog est le responsable éditorial, il endosse la responsabilité despropos mis en ligne.. Si le pseudonyme peut aider les timides à s’exprimer, il peut aussi désinhiberd’autres et les amener à déposer des commentaires discutables, non conformes aux règles d’éthiquesque nous enseignons et que nous faisons valider dans le cadre du B2i (brevet informatique etinternet) et du C2i (certificat internet et informatique). D’un point de vue pédagogique il estnécessaire d’apprendre aux élèves d’assurer leurs partis pris, de les défendre en public, mêmelorsque l’auditoire est dans la dimension globalisée du net. Le terme de sanctuaire « Il doit y avoirsanctuaire autour des réflexions des étudiants et de leur publication » me paraît de ce point devue un terme fort, peut être exagéré, le dictionnaire définit le sanctuaire comme un lieu fermé,notion, me semble t-il à l’opposé des objectifs pédagogiques du blog, d’ouverture, de potentiel dedéveloppement de travail coopératif et / ou collaboratif.Liberté dans la conception des blogs - M Bachand affirme que : « Il importe enfin de noter queplus l’utilisation des blogues est encadrée, moins elle semble porteuse de résultats bénéfiques» Cette affirmation pose la question de l’utilité de la scénarisation pédagogique qui répond à lacomplexification du métier d’enseignant. Faut-il laisser une large dose de liberté dans la conceptionou faut-il anticiper par la scénarisation ?Pour Jean-Philippe Pernin et Valérie Emin de l’équipe scénario de l’ INRP de Lyon le scénarion estun : ”modèle préétabli et exécutable de l’organisation et du déroulement de situations d’interactioncomplexes”. le blog doit-il être envisagé comme un artefact qui répond au besoin du moment ? lesacteurs se situent alors dans une situation de bricolage au sens au Claude Lévi Strauss l’entenddans « la pensée sauvage » (Paris 1962, Agora). « Le bricoleur est apte à exécuter un grandnombre de tâches diversifiées ; mais, à la différence de l’ingénieur, il ne subordonne pas chacuned’elles à l’obtention de matières premières et d’outils conçus et procurés à la mesure de son projet:son univers instrumental est clos, et la règle de son jeu est de toujours s’arranger avec les « moyensdu bord »Ou bien encore Perrenoud 1983/.../ la ”planification” de l’action pédagogique. La phase de préparation n’est évidemment pasun moment de pure liberté, où l’enseignant choisirait en toute sérénité des objectifs partiels, desstratégies d’animation, du matériel, un fil conducteur. Celui qui n’a pas vécu ou observé de prèsl’emploi du temps d’un enseignant aura peine à imaginer la tension que représente l’animationd’un groupe d’enfants ou d’adolescents de 20 à 30 heures par semaine. La tension du maître est90
  • 91. entretenue par deux préoccupations :ne pas perdre de temps, avancer dans un programme annuel chargé ;maintenir l’ordre assurer un fonctionnement du groupe favorable à la communication et au travailtout au long de l’année.La planification des activités est essentielle dans cette double perspective. Certes un maîtreexpérimenté peut ” se permettre ” de venir de temps en temps en classe sans préparation, etimproviser une leçon, donner des exercices, voire laisser les élèves ” s’occuper intelligemment ”.Ce ne peut être une habitude. Comment les enseignants se préparent-ils, combien de temps yconsacrent-ils, font-ils un plan détaillé ou un simple canevas, planifient-ils de jour en jour ou àplus long terme, quelle est la part écrite de la préparation ?-La présence des blogs dans les apprentissages fait émerger de nouvelles compétences chez lesenseignants et les apprenants (juridiques, technologiques, rédactionnelles, organisationnelles, derégulation), il semble nécessaire de les intégrer dans les dispositifs, encadrer les élèves / étudiantsest, à mon sens, indispensable.Je regrette que dans cet exposé M Bachand n’ait pas abordé une compétence émergente, le ju-ridique. Les fonctionnalités des blogs permettent effectivement d’insérer assez facilement destextes, des images, des vidéos, des sons par simple copier / coller. La mise en ligne de ressourcesengage fortement son auteur puisqu’il doit se conformer aux contraintes des lois et règlements.Une ressource mise en ligne doit respecter le droit d’auteur, le droit à l’image, le droit à citation,le copyright pour entrer dans le registre du droit anglo-saxon et tous les droits liés à la per-sonne humaine L’enseignant doit expliquer ces enjeux qui mobilisent in fine les notions de droitspatrimoniaux et extra patrimoniaux.Il est dommage que ce billet, très intéressant, reste au niveau narratif et ne se termine pas parune proposition de scénarisation, mutualisable et transférable. On aimerait avoir à disposition unscénario, à fin de réutilisation dans son champ disciplinaire. Cela fera t-il l’objet d’un futur billetdu blog, j’ose l’espérer.En complément les billets que j’ai publié sur mes usages blogs : • [6]Bilan DSAAT • [7]Mémo de formationJean-Paul Moiraud - INRP - Lyon1. http://maps.live.com/default.aspx?v=2&cp=46.26682~-76.31606&lvl=5&style=r&mkt=fr-fr&FORM=LLWR2. http://www.profweb.qc.ca/fr/dossiers/bloguer-pour-enseigner-et-apprendre/etat-de-la-question/index.html3. ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/igen/rapports/rapportfinal.pdf4. http://dsaa.wordpress.com/category/metier/professionnels/5. http://dsaa.wordpress.com/6. http://moiraudjp.wordpress.com/2009/04/16/bilan-dactivit-pour-lanne-2008-2009-2/7. http://dsaa.wordpress.com/2009/04/22/memento-de-formation/ 91
  • 92. 2.2 févrierAnalyser son blog (2009-02-01 08:12) - moiraudjpUne grille d’analyse pour tenter de caractériser la structure d’un blog. Un travail a priori pourconstituer son processus d’apprentissage ou a postériori pour faire évoluer son travail. Intitulé du blog Qui est l’ (es) auteur(s) ? Nom Prénom Fonction Discipline Lieu d’exercice Quelle est l’intention pédagogique du blog ? Comment circule t-on dans le blog ? Mots clés (tags) ¨ Thématiques ¨ Moteur de recherche ¨ Pages fixes ¨ articles ¨ Y a t-il une charte d’utilisation ? Oui ¨ Non ¨ Quelle est la plateforme utilisée ? Y a t-il de la publicité ? Oui ¨ Non ¨ Trouve t-on facilement le blog sur un moteur de recherche ? Google ¨ Yahoo ¨ Kartoo92
  • 93. ¨Copernic ¨autresLe blog est-il multi-auteurs ? OuiNonQuels sont les outils logiciels utilisés ? Diaporamas ¨Vidéos ¨Lecteur mp3 ¨autresQuelles ressources sont-elles mises en ligne ? Texte ¨Image ¨Son ¨vidéo ¨Les commentaires sont-ils activés ? Oui ¨Non ¨Y a t-il des commentaires ? Oui ¨Non ¨Y a t-il des liens sur d’autres sites ou blogs ?Comment sont classés les articles ? Chronologiquement ¨Ante-chronologiquement ¨Existence d’une page accueil fixe 93
  • 94. ¨ Y a t-il des rubriques liées à la vie pratique de la classe ? Cahier de texte ¨ Travail à faire ¨ autres Le référentiel de formation est-il intégré ? Oui ¨ Non ¨ Le blog s’adresse à quels acteurs ? Elèves ¨ Parents ¨ Professionnels ¨ Administration ¨ Corps d’inspection ¨ autres Les documents mis en ligne sont-ils didactisés ? Oui ¨ Non ¨Naïf et inquiétant (2009-02-01 09:14) - moiraudjpSur le site [1]teacher tube, une vidéo vantant les mérites du blog dans les processus d’apprentissage.Très intéressant au sens où elle développe une vision naïve et technophile du blog.Dans cette succession d’images, l’enseignant n’apparaît plus, l’enfant est en face à face avec la94
  • 95. machine. L’adulte apparaît une seule fois dans son rôle de parent (enfin il me semble) heureux.Une modernité toute relative cependant parce que dans la salle informatique les élèves sont alignésen rang d’oignons (à l’ancienne), ou collés en groupe devant un moniteur (effet diligence ?)Une vision surprenante (marketing ?) des réseaux numériques, donner de l’audience aux élèves,au sens numérique du terme ( 2020 visiteurs) ”to give students an audience”on retrouve par contre des notions habituelles, celles de la dilatation du temps et de l’espaceéducatif (to extend the walls of the classroom), ”open 24 / 7”En résumé, une vidéo à utiliser dans une formation pour balayer l’idée (très ancienne) que lamachine va remplacer l’humain.[2]La vidéo1. http://www.teachertube.com/2. http://www.teachertube.com/view_video.php?viewkey=be6ec9b852b0a542e2f3&page=1&viewtype=&category=Essaimage blog - scénarios (2009-02-03 17:25) - moiraudjpLe travail en réseau commence à porter ses fruits. Suite au [1]stage (voir rubrique ressources)organisé à l’INRP les 08 et 09 janvier 2009, des retours de pratiques de stagiaires (formateurs deformateurs) commencent à arriver. - professeur d’histoire géographie dans l’académie d’Amiensvient de mettre en ligne un blog intitulé ”[2]préjugé et égalité”. Travail initié dans le cadre desapprentissages avec une classe de collège. ”24 enfants de cinquième. Beaucoup d’entre eux ne con-naissaient pas le professeur avant d’être affectés dans cette classe de cinquième puisqu’il n’avaitpas été leur enseignant en sixième. 1. Bruno Brandolan professeur d’histoire - géographie au collège de Vic Sur Aisne vient de mettre en ligne un blog initulé ”Préjugé et égalité”. Le travail est mené avec une classe de dans le cadre du cours d’ECJS. ”La direction du collège a bien voulu nous accompagner dans cette aventure en nous autorisant à fabriquer ce blog. Plusieurs adultes du collège ont bien voulu se greffer à ce projet autour du professeur d’éducation civique : la professeure documentaliste du collège et le professeur d’arts plastiques.” Le travail de Bruno Brandolan se fait dans le cadre de l’espace blog accordé par l’académie d’Amiens. On entre ici dans une structure officielle (prescrite) où l’enseignant se conforme à une chartes commune et en ayant passé par des filtres administratifs destinés à valider l’information mise en ligne. [slideshare id=984219 &doc=brandolandis-1233674505374050-2 &type=d] 2. Luis Serra-Sardinha professeur d’histoire - géographie dans l’académie d’Amiens au lycée La Hotoie mène un projet intitulé ”Les aménagements du territoire : enjeux et acteurs à travers un exemple local” . Ce projet se propose de travailler sur le thème de l’aménagement du territoire avec une classe de première L. Je laisserais le soin à Luis, dans un futur billet, de décrire précisément ses intentions pédagogiques. Pour le moment on peut visualiser la carte heuristique du projet. Luis Serra nous rédigera un billet sous peu pour définir ses intentions pédagogiques (à suivre) 95
  • 96. La carte heuristique du projet[slideshare id=984242 &doc=serraamnage-1233674903939601-3 &type=d]1. http://eductice.inrp.fr/EducTice/formation/2008_2009/blogs_pedagogiques2. http://blogs.ac-amiens.fr/etablissements/0021722L_egaliteetprejuges/Coopératif, collaboratif, scénarios (2009-02-05 12:20) - moiraudjpL’ouvrage intitulé ”Le campus FORSE : analyses et témoignages”, édité par Publications desUniversités de Rouen et du Havre (PURH) texte réunis par Jacques Wallet, présente le dispositifFORSE de l’université Lyon 2.Hélène Godinet y écrit un article : ”scénario pour apprendre en collaborant à distance : contrainteet complexité”. Dans le paragraphe intitulé éléments de clarification terminologique (pages 115,116,117) sont définis de façon remarquable les concepts de travail ou apprentissage collaboratif,travail ou d’apprentissage collaboratif.You tube et créative common (2009-02-13 11:34) - moiraudjpUn [1]billet vu sur Framablog évoque l’insertion des licences créatives common sur you tube.Concrètement cette annonce positive pour la communauté enseignante enlève un poids de typejuridique. Cela signifie qu’il sera possible d’utiliser ces vidéos dans un cadre pédagogique sansavoir à se poser la sempiternelle question du : ”je peux ou je peux pas”.Une avancée forte à mon sens pour les enseignements en ligne, notamment la communauté desbloggueurs pédagogiques.1. http://www.framablog.org/index.php/post/2009/02/12/youtube-telecharger-videos-creative-commons2.3 marsweb 2.0 et construction des savoirs (2009-03-11 22:36) - moiraudjpL’utilisation des réseaux numériques, notamment le web 2.0, se développe dans les usagespédagogiques, Les communautés d’utilisateurs proposent chaque jour de nouveaux outils pourde nouvelles applications : facebook, twitter, twitterfeed, ning etc.L’information est diffusée de façon extrêmement rapide grâce aux ordinateurs, aux téléphonesmobiles. Une information trouvée, un lien pertinent peut être partagé en instantané.Cette culture de l’instantané, au risque de froisser mes collègues, me questionne à bien des égards.Les billets de ce blog traitent de la question de la scénarisation et par conséquent de l’élaborationa priori d’un processus d’apprentissage.96
  • 97. L’usage des outils de l’instantané me renvoie en permanence à mes pratiques enseignantes. Lorsqueje suis en cours j’apprends aux élèves à construire un discours, à ne pas céder à l’impulsion dumoment pour répondre lorsque je lance un débat. De même lorsque je donne un devoir j’insistesur la nécessité de concevoir un plan, d’organiser ses arguments, de ne jamais considérer que lepremier jet est la version définitive.Or, la plupart des outils actuels du web 2.0 type twitter ne permettent pas d’élaborer un propos.La question suivante se pose : peut-on réellement construire des savoirs avec des outils qui neproposent qu’une possibilité : la mise en ligne immédiate ? J’ai le sentiment que le numériqueautorise dans certains cas, sous couvert de technologie, ce que nous contestons dans les construc-tions classiques.La construction des savoirs est un chemin long, le numérique y contribue assurément mais pas àn’importe quelles conditions.De ce point de vue le blog me paraît être encore une solution numérique très adaptée au terrainpédagogique et ce pour plusieurs raisons :Scénariser a priori son travail ;mettre en ligne un billet lorsqu’il est construit, notamment lorsque l’enjeu pédagogique est fondésur le collaboratif ;organiser la circulation des informations ;choisir de diffuser l’information à un public large ou restreint.Par contre ... Ces outils que je qualifie d’objets de l’instantané, s’ils révèlent leurs faiblesses dansun parcours de construction des savoirs, présentent des atouts évidents dans certaines niches. Jepense précisément à l’enseignement technologique et professionnel qui s’inscrit dans une construc-tion des parcours dans et hors la classe.Les élèves / étudiants doivent trouver des terrains de stage, obtenir des informations tech-nologiques pour faire avancer leurs projets. De ce point de vue, les FB, twitter sont des am-plificateurs de réseaux. L’interconnexion des individus permet de répercuter une demande à unevitesse impressionnante, on peut, dans le cadre des réseaux constitués, obtenir des informationsque les schémas d’apprentissage classique ne permettaient pas.E3C et ENT (2009-03-18 09:31) - moiraudjpSuite d’un billet rédigé le 22 août 2008 ... 97
  • 98. Le développement d’un E3c (espace numérique collaboratif de création de connaissances) crééavec un blog pose la question du lien avec les ENT (espace numérique de travail).Faut-il voir une opposition entre les enseignants qui travaillent à l’aide d’un ENT prescrit et ceuxqui utilisent un E3c ?Il me semble que les deux démarches sont complémentaires et ce pour plusieurs raisons. • La première est que l’insertion des réseaux numériques dans l’enseignement repose sur une construction intellectuelle, sur une scénarisation. Par conséquent l’entrée technologique, même si elle est importante, n’est pas prioritaire. L’enseignant qui utilise un espace numérique (E3c ou ENT) doit au préalable un cadre de travail qui intègre le numérique dans les apprentissages. L’utilisation des technologies ne se décrète pas elle se créée. • La seconde repose sur un constat, de nombreux établissements ne possèdent pas à l’heure actuelle d’ENT alors même que les besoins en informatiques pédagogiques se font sentir. La mise au point d’une stratégie SPE peut alors être un paliatif très utile. • La troisième est de l’ordre de la réflexion prospective. On peut supposer que les collectivités locales (départements, Régions) fortes de leurs nouvelles compétences vont accroître leurs investissement en matière éducative (les exemples sont déjà nombreux). Les décisions prises par les élus vont s’imposer aux enseignants dans les établissements. Les scénarios SPE peuvent être de ce point de vue une anticipation et une préparation aux possibles évolutions locales.La présence dans l’espace éducatif des espaces choisis par les enseignants (certains chercheursparlent de Pesonal learning environment - PLE), très souvent assemblage hétéroclite de solutionsweb 2.0 et des espaces officiels pose la question de la coexistence de ces environnements.A terme il me semble que la solution ne sera plus tenable et ce pour plusieurs raisons qui tiennent: • à des questions économiques, peut-on prendre le risque d’investir dans des espaces qui seront sous utilisés; • des questions d’interopérabilités; • des questions de sécurité des données; • des questions d’agencement des espaces numériques, comment concilier des espaces privés dans des espaces publics.Ce billet sera complété dans les semaines à venir98
  • 99. 2.4 avrilCapturer une vidéo (2009-04-03 16:07) - moiraudjpLes fonctionnalités de outils nomades sont multiples. Les réseaux numériques peuvent désormaisintégrer la vidéo. Il peut être utile à un moment donné de capturer une démarche, une manip-ulation d’internet. Le procédé narratif est inadapté, l’image est figée. La vidéo peut être unesolution efficace dans certaines situations.Le logiciel libre camstudio permet de capturer en vidéo les démarches opérées sur internet. Voustrouverez ci-dessous un descriptif rapide des fonctionnalités de camstudio.bonne lecture aux membres du CAUE :-)[slideshare id=1244361 &doc=camstudio-090403090003-phpapp01]Travail collaboratif (2009-04-04 07:48) - moiraudjpA lire : Un dossier de la VST (veille scientifique et technologique) de l’INRP sur le travail collab-oratif. Un dossier de Rémi Thibert. • Introduction • qu’est ce que le travail collaboratif ? • pratiques collaboratives et TICE dans le monde éducatif • comment les TICE peuvent-elles favoriser le travail collaboratif ? • pour continuer • bibliographie[1]Le dossier de la VST1. http://www.inrp.fr/vst/LettreVST/43-mars2009.htmBilan d activité pour l année 2008 /2009 (2009-04-16 10:08) - moiraudjpPremier bilan d activité du cours de gestion en DSAAT (diplôme supérieur d art appliqué) optioncréateur, concepteur textile.Période de septembre 2008 à avril 2009Mise en place d un apprentissage utilisant les réseaux numériques et les technologies nomades dansle cadre d une pédagogie de projet. 99
  • 100. Simuler la création d un bureau de design pour acquérir des connaissances et des compétences engestionTravail de Aurélie Buczek DSAAT workshop céramique[1]Je suis chargé de l enseignement de gestion en DSAAT (diplôme supérieur d art appliqué) con-cepteur créateur, textile au lycée [2]La Martinière Diderot de Lyon. Comme tout enseignant jeme pose la question essentielle de la façon dont il faut structurer mon cours et la façon d orienterla construction des savoirs et apprentissages des étudiants.Depuis la rentrée scolaire 2008 j ai mis en place un enseignement qui s appuie sur l introductiond espaces numériques ([3]blog de l enseignant et [4]blogs des apprenants) et des fonctionnalités destechnologie nomades. Une année scolaire qui s achève et qui m amène à tirer un premier bilan depratique. Une prise de recul réflexif qui tente de dessiner à grands traits les enjeux, les partis priset les premiers résultats. Le processus analysé est le fruit d un travail de recherche action. Jesuis enseignant et chargé d études et de recherche à l INRP de Lyon (période septembre 2007juin 2009) dans l équipe [5]EducTice pour le projet [6]scénario de pédagogie embarquée ([7]SPE).Mes recherches pour le projet SPE m ont donné les moyens de structurer une réflexion adaptée aucontexte de la formation, elles ont abouti à la conception d un scénario pédagogique. Ce modèleconstitué a priori, permet de déterminer quels seront; le contexte de la formation, les acteurs, lesoutils utilisés et les ressources créées. L année de pratique et d observation a été l occasion deposer des jalons. En attendant les résultats de l enquête qui sera menée auprès des étudiants,quelques grandes tendances peuvent être mises en évidence : une pédagogie qui modifie des habi-tudes anciennes, une prédominance de l écrit, une difficulté à gérer un projet dans une dimensionhypertextuelle mais une réelle dynamique de collaboration qui émerge. Le travail engagé s il posedes questions de pédagogie centrée sur la section de DSAAT, interroge aussi de façon plus largesur la cohérence d un processus élaboré dans un espace hétéroclite (web 2.0) par rapport auxenvironnements institutionnels de type ENT.Enjeux, hypothèses, analyse du contexteLe projet engagé tient compte à la fois des instructions officielles rappelées dans le [8]référentielde formation et cherche à instrumenter les réseaux numériques (initiative personnelle), les tech-nologies nomades et leurs fonctionnalités spécifiques (souples, légères, ubiquitaires,coopératives,collaboratives). L hypothèse retenue est que la méthode pourrait permettre d amener progressive-ment les étudiants à des pratiques de travail collaboratif et de co - construction des connaissances.Le travail engagé par le groupe est ordonné autour d un projet : la simulation de création d unbureau de design. Toutes les étapes du projet interrogent des champs spécifiques, liés au droit, àla propriété industrielle, au marketing, au droit des contrats, à la responsabilité civile, aux rudi-ments de comptabilité & Toujours en écho avec un positionnement de designer. Chaque étudiantdoit mener son projet en utilisant les fonctionnalités d un espace numérique : le blog, ouverturevers une réflexion élargie hors les murs du lieu de formation.exemple100
  • 101. Design Gestion Créer son atelier de design S interroger sur l organisation d un atelier de design - Quels sont les équipements nécessaires pour exercer son activité (technologie et financement) - Définir son coût de constitution - Ai je les fonds nécessaires pour lancer mon activité ? (financement) Puis je cumuler une activité indépendante et une activité salariée ? (droit du travail) Créer un motif, forme Combien de temps faut-il pour créer la forme, le motif ? (gestion de projet) Où vais je trouver les clients susceptibles d acheter mes productions ? (marketing et commercial) Puis je utiliser un dessin déjà existant ? Quel est mon statut de créateur ? Que se passe t-il si je ne respecte pas les délais de création ? (responsabilité) Quels sont les prix du marché (constituer ses réseaux) ?Source [9]http://dsaa.wordpress.comAu moment de la préparation de cet enseignement deux positions pouvaient être adoptées :Choisir de dispenser un cours orienté plutôt vers le transmissif, faire apprendre des concepts degestion dans un cadre le cadre horaire prévu par le référentiel ( 2 heures en DSAAT 1 et 1 heure30 en DSAAT 2) et en débattre au sein des projets de design, le risque étant de sombrer trèsvite dans l organisation d exposés théoriques et roboratifs voire inutiles (?) Les savoirs engrangésrisquent de ne pas dépasser, en terme d utilité sociale et professionnelle, le stade de la validation.Choisir de faire apprendre en intégrant des méthodes de type coopératif et si les conditions lepermettent de type collaboratif. L aspect réseaux numériques est un élément très important decet apprentissage non pas parce qu il faut céder à tout prix au mirage tech[10] nologique 101
  • 102. et de l innovation mais parce que les fonctionnalités des réseaux permettent assez souvent de con-struire les connaissances.Liens réticulairesJ ai posé l hypothèse que la seconde position était la plus à même de satisfaire mes intentions, enne renonçant cependant pas à deux points :- Utiliser lorsque cela est nécessaire des méthodes transmissives puisqu elles ont, à mon sens, toutesleurs places à certains instants des apprentissages;- Innover en matière pédagogique n est pas liée systématiquement aux solutions numériques. Lemétier d enseignant est intrinsèquement lié à l innovation, exemple : Lorsque le corps enseignants adapte à des publics plus bavards:-(, moins attentifs dans la durée, Il innove dans ses méthodesd enseignement :-), lorsqu un enseignant demande aux étudiants de s extraire de la classe pourorganiser une entrevue avec un designer, il innove, lorsqu il demande aux étudiants de faire du shopping (magasinage) pour comprendre les enjeux de gestion, il innove &La mise au point d un scénario pédagogiqueJe pratique le blog depuis 1994. Le premier que j ai conçu, dont je n ai plus de traces numériques,s est construit par tâtonnements, par bricolage pédagogique. L expérience, la prise de recul réflexif,l intégration dans l équipe EducTice, m ont permis de construire ce nouvel enseignement par uneanalyse a priori et la mise au point d un [11]scénario pédagogique. Le présent billet constituantun troisième volet, l analyse critique de pratique a posteriori.Pour résumer la démarche, l objectif est d aider les étudiants à donner un sens design à des con-cepts théoriques, pas seulement comme un élément de validation d une UV (même si c est unélément important du dispositif) mais aussi et surtout comme un instrument d insertion dans lavie professionnelle, de constructions de savoirs,de compétences et de connaissances :Cf :- L ambition de ce travail est de permettre aux étudiants de donner un sens design -mode,-textile à des concepts économiques, comptables et juridiques. Les étudiants se donneront lesmoyens de relier leur pratique aux concepts de gestion législation.Pour reprendre les concepts de Marcel Lebrun (professeur à l université de Louvain -Institut depédagogie universitaire et des multimédias Grand-rue, 54 B-1348 Louvain-la-Neuve ). Le travaildoit répondre aux questions suivantes : • - poser le problème (quelle est la question ?) • - comprendre le problème, se l approprier - • - formuler des hypothèses (des réponses anticipées et à vérifier par rapport aux questions qui émergent de la situation et que l étudiant se pose)102
  • 103. • - entreprendre différentes actions raisonnées afin de tester ses hypothèses (organiser la recherche, consulter les sources, analyser la bibliographie, l évaluer, en faire une synthèse &) • - interpréter et évaluer les diverses solutions en fonction de critères relevant du contexte • - établir une nouvelle synthèse et des conclusions. ([12]http://dsaa.wordpress.com)Ce scénario à deux fonctions, construire un enseignement et construire les apprentissages desétudiants.Construire l enseignement car il est nécessaire de concevoir a priori le travail pour les deux annéesde formation. Il n est pas possible de camper sur une posture simple de maîtrise d un savoiracadémique (la gestion), il faut être en capacité d intégrer ces acquis pour un public spécifique,qui a l absolu besoin de croiser des savoirs. Il est par conséquent nécessaire de [13]cerner les basesdu travail en faisant émerger et en analysant les points suivants : le contexte de l apprentissage,les acteurs des apprentissage, les outils qui seront utilisés, les fonctionnalités mises en Suvre, lesressources à concevoir et les façons de les construire.Construire les apprentissages des étudiants La scénarisation est intégrée comme un pont entrel intention de l enseignant et la pratique des étudiants. Un cadre de travail est orienté à la foispar un scénario narratif et sa version numérique sous forme de [14]modèle (un squelette pourreprendre une terminologie de SPIP) de type .xmlCe modèle, extension du scénario enseignant tient compte de divers paramètres parmi lesquels ilconvient de citer : le choix de la plateforme [15]wordpress en ligne, un modèle de mise en pageblog caractérisé par l existence d une [16]page d accueil fixe, la présence de thématiques identifiéeset de mots clés (tags) pour fluidifier la circulation des internautes, la distinctions entre les infor-mations stables ([17]pages) et les ressources disciplinaires ([18]articles), la présence de flux RSS,d un moteur de recherche plein texte.Dans les deux configurations, la stratégie mise en place suppose la maîtrise de compétences mul-tiples. Compétences mise en Suvre Technologique Maîtriser des outils numériques notamment ceux issus du web 2.0. Construire une somme cohérente à l aide d un ensemble d outils hétéroclites (environnement choisi) Juridique Designer et mettre en ligne c est par deux fois créer du droit. 103
  • 104. mettre en ligne ses propres productions mettre en ligne les productions des autres Organisationnelle Réfléchir aux droits accordés sur son blog Suis je le seul auteur ? Blog [tribu]ne scientifique Suis je un acteur parmi d autres ? blog coopératif, collaboratif Rédactionnelle Investir les réseaux numériques expose le rédacteur à un lectorat étendu. Je ne mets en ligne que des billets qui ont été lus, relus et validés. Je n hésite pas à me munir d un dictionnaire et du Bécherelle, outils non numériques mais efficaces. L utilisation des réseaux numériques permet de communiquer non seulement grâce au texte mais aussi : - l image - le son - la vidéo Ces trois façons supplémentaires de rédiger posent la question de nos capacités à les intégrer dans les dispositifs de formation. NB: Mettre en ligne une vidéo est pour moi une compétence simplement technologique. Didactiser le document devient une compétence rédactionnelle. Régulation104
  • 105. Les blogs sont équipés de fonctionnalités interactives, les lecteurs peuvent donner leur avis, les acteurs du projet peuvent rédiger des billets sur votre espace. Il déterminer la nature des droits que l on [19]souhaite accorder. Plusieurs niveaux de lecture, écritures peuvent être attribués administrateur, éditeur, auteur, contributeur. Il faut aussi s interroger sur le statut des billets, doivent-ils être publiés, codés ou privés ? en ligne, codé, privé.Il est nécessaire de commencer la session de formation par une explication des enjeux aux étudiants,par la mise à disposition du fichier .xml pour donner un cadre de travail structuré (le coopératifde façon paradoxale commence par une phase transmissive). Quatre à six heures de cadrageméthodologique me semble indispensables.Le contexte de l apprentissage.Ce travail est mené dans une section qui forme des créateurs concepteurs textile / mode. Cesfuturs professionnels ont en charge l aspect sensible d un projet. Il travaille dans son domaine,le textile mais également autour de tout ce qui touche au matériau au sens large, à la dimensionde la surface: couleur, matière, texture, motif. Il peut revendiquer des domaines d action trèsdivers: aménagement de l espace, cosmétique, design alimentaire, mobilier, & [20]Blog de LolaDay DSAATLe créateur / concepteur textile est un professionnel du secteur qui doit avoir une formation poly-valente, contrairement aux idées reçues il ne se construit pas uniquement dans le champ des artsmais dans le champ des arts appliqués. le terme d appliqué signifie qu il doit comprendre les enjeuxtechnologiques, économiques, juridiques et marketing & qui formatent son univers professionnel.C est la mise en cohérence et la compréhension de ces divers univers conceptuels qui permettraau futur professionnel d optimiser ses chances d intégrer la vie professionnelle.Les acteurs des apprentissagesDans un cadre de formation traditionnelle c est le duo enseignant / apprenant qui a force modèle.Dans le cadre de ce travail initié avec les DSAAT le référentiel donne le tempo des modalitésde formation, il s agit d un apprentissage organisé autour d une pédagogie de projet. Le thèmeimposé aux étudiants étant la création d un bureau de design, il est nécessaire pour ne pas direindispensable d ouvrir la participation à des tiers. Le cercle des acteurs au-delà du duo traditionnelenseignant / apprenants s élargie aux professionnels, aux anciens étudiants mais pourrait dans un 105
  • 106. schéma plus ambitieux intégrer les autres professeurs de la section, l administration et les corpsd inspection.Les outils utilisés J ai choisi d utiliser le mot outil, mais il faut comprendre fonctionnalité de l outil car ce qui importe dans cette démarche sont les utilités pédagogiques. De ce point de vue l introduction d Internet ne donne pas naissance au questionnement sur enseigner dans et hors la classe, [21]Jean Valérien, en son temps pose déjà une question simi- laire avec la radio scolaire. La nouveauté d Internet est de mettre à disposition des enseignants et des apprenants une quantité impressionnante de solutions ubiquitaires. Le travail mené, guidé par le scénario pédagogique pose de prime abord la question suivante, quelle est mon intention ? comment puis je la satisfaire ? La démarche part donc du besoin pour aller à l outil, jamais le contraire. Listons le couple besoins / fonctionnalités outils sous forme de tableau : Besoins Fonctionnalités Outils Exemples Ecrire Organiser son plan, rédiger, relire, valider, mettre en ligne. Rédiger un billet de blog [22]Windows live writer Enregistrer un son, rédiger un billet sonore. Construire son entrevue, réaliser l entrevue, réaliser le montage, mettre en ligne Réaliser une entrevue avec un designer outils nomades (téléphone portable, I.pod&), ordinateur, dictaphone numérique & [23]Entrevues sonores de designers Réaliser une vidéo Construire le reportage, réaliser le reportage, monter le reportage, mettre en ligne106
  • 107. Capturer un élément dynamiqueTéléphone portable, appareil photo, camescope, webcamRéaliser une photo -Témoigner des workshopsTéléphone portable, appareil photo[24]Workshop textile - modeRéaliser un diaporama construire son plan, organiser l enchainementdes diapos, mettre en ligne.Réaliser un travail de synthèse[25]Slideshare[26]mode d emploi blogOrganiser une visio-conférence Prendre contact avec le ou lesparticipants, fixer l ordre du jour, envoyer aux participants ledéroulé de la visio, capturer la conférence, mettre en ligne.Travailler hors les murs de la classe. Travailler de façon synchronedistante[27]Tok Box - [28]Skype[29]Visio conférence 107
  • 108. Insérer une vidéo comment traiter cette information en ligne, l intégrer dans un discours thématique. Réaliser un document visuel d appui [30]You tube - [31]Dailymotion [32]Vidéo entrevue de professionnels Organiser sa veille technologique Déterminer le thème de la veille, sélectionner les sites, suivre les informations, synthétiser. Suivre l actualité de son domaine d études[33]Netvibes[34]Mur de veille technologique modePartager ses informations déterminer qui seront les followersTravailler de façon collaborative / coopérative[35]Twitter[36]Page accueil blog DSAAT infos modePartager son écran d ordinateur à distance déterminer le sujet de travail, fixer un RDV en ligne connaître le fonctionnement du logiciel.Travailler de façon distante synchrone[37]Mikogo[38]Travail distantLes informations du tableau ci-dessus sont un ensemble de choix qui n engage que son auteur, denombreuses autres solutions auraient pu être retenues. Il est nécessaire à un moment donné destabiliser ses choix et de les maintenir pour une durée assez longue, la cohérence du travail en108
  • 109. dépend. Une démarche purement technophile est à mon sens une erreur car il faut tenir compte desimpératifs de formation. L introduction d une nouvelle solution entraîne de facto une obligation deformation pour les apprenants (il faut bannir de son langage pédagogique cette phrase trop souvententendue et fausse c est simple ) Il est nécessaire de concevoir une [39]module de formation adhoc, il faut lier la solution technologique et son potentiel pédagogique, ses applications possibles, laplus value à identifier. On peut dans certains cas se donner le droit de reconnaître qu une solutionest inadaptée : nouveauté, numérique et en ligne ne signifient pas systématiquement utile..De l intention aux productions &Le scénario mis en place à la rentrée de septembre 2008, même s il repose sur une étude fine duprocessus d apprentissage va inévitablement être confronté à la pratique de terrain. Cette annéede formation a été riche d enseignements.le lignes qui suivent sont les résultats de pratique, un ressenti, une analyse à chaud. Les analysespar enquête auprès des étudiants seront réalisées plus tard.Les difficultés à structurer les savoirs dans un espace numériqueLe travail engagé est ce que certains chercheurs nomment une granularité forte , un scénariométa (Jean-Philippe Pernin - INRP). Les blogs créés par les étudiants se caractérisent à ce jour(avril 2009) par une somme de travail importante mais & avec des billets qui ne sont pas coor-donnés. Il est difficile de comprendre le sens d un billet isolé de son contexte. Il est rarement faitmention du lien avec le contexte choisi alors que les enjeux sont rappelés dans les déclarationsd intentions pédagogiques du blog de l enseignant (mis en ligne en septembre 2009) : Chaque étudiant(e) construira un projet de création d atelier de design en utilisant les fonction-nalités d un blog. Ce travail sera orienté exclusivement vers ce projet (il est bien évidemmentpossible de parler d autres sujets mais cela se fera sur un autre espace). Cela signifie que toutarticle sera systématiquement en lien avec le projet. Le travail pourra être conçu en solo par unétudiant, mais la logique d entreprise et les fonctionnalités des réseaux rendent probables le travailcollectif (coopération / mutualisation / collaboration).J ai le sentiment (à confirmer ou à infirmer par l enquête que je vais mener auprès des étudiants)que la structure du blog rend difficile l organisation cohérente d un projet. Les billets semblentêtre perçus comme un élément indépendant, non comme une brique insérée dans un tout. Chaquebillet est intéressant en soi mais est rarement mis en cohérence avec l objet central (la créationd un bureau de design).La rédaction des billets sous forme numérique entraîne, me semble t-il, des confusions. Les billetssont rédigés généralement de façon instantanée (à la façon d un tweet), il me semble que le mode 109
  • 110. brouillon soit peu utilisé pour concevoir, modifier, peaufiner, relire (là encore l enquête me don-nera plus d informations). Le choix du blog était aussi justifié par la présence de la fonctionnalitébrouillon. Ma question déborde certainement l aspect technologique et interroge sur l étendue dessavoirs méthodologiques des étudiants.Les difficultés à passer des apprentissages transmissifs à des apprentissages coopératifs / collabo-ratifsLe choix du transmissif est à bien des égards reposant pour les étudiants et pour l enseignantparce que le chemin est tracé, reconnu et accepté par les parties. Le collaboratif est beaucoupplus déstabilisant car il suppose que l on prenne des risques. A l instant de lancement des appren-tissages on ne connaît pas le résultat, c est la dynamique du groupe qui va engendrer les effets,intrinsèquement le groupe se met en danger, prend des risques (réussir ou échouer, tel est l enjeuxdu projet) Je conseille de lire à ce propos l article d Hélène Godinet - « Scénario pour appren-dre en collaborant à distance : Contraintes et complexité ». In Le campus numérique FORSE :analyses et témoignages. Rouen : Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 113-129.Une prédominance du texteLe travail engagé est conçu pour que les étudiants s expriment dans une dimension multimodale,travailler en utilisant non seulement le texte mais aussi les images, le son et la vidéo. A ce stade duprojet le texte est le medium dominant, l image est présente sous forme brute de façon générale,le son et la vidéo sont absents. D après les courriels que je reçois se sont des problèmes techniquesqui limitent le recours à ce supports ainsi que l espace de stockage limité :- Bonsoir, je n arrive toujours pas à mettre mon power point en ligne. J ai regardé dans word-press mais j arrive toujours pas. Pouvez vous m aider?Merci et bonne soirée. Noëmie- Le portofolio est un medium très intéressant pour communiquer ouvertement et plus person-nellement avec des professionnels..Nous avions parlé de pouvoir montrer des dossiers de travaux aux personnes intéressées, le butétant d être clair et concis&Un envoi en format .pdf n est pas forcément lisible par tout le monde ( pas assez de mémoirepour lire ce dossier&par exemple&) par contre la création d un book/portfolio en ligne pourrapermettre via un lien internet d y avoir accès très simplement. Marie- Bonsoir, j ai quelques petits soucis de mise en page des articles que j ai publiés sur mon blog, ilss affichent tous en page d accueil, ce qui me fait une page à rallonge alors que j aimerais que seulsoit visible le bienvenue à tous , comment dois-je faire? Je voulais savoir aussi s il était possibled optimiser à fond ce blog pour mettre en ligne mes projets et la communication de ma démarchede future designer AurélieLe travail à mener pour le futur est de développer les billets intégrant le son et la vidéo, logiquede travail dictée par l observation des pratiques professionnelles, notamment celles des bureaux detendances ont fait leur le message multimédia.Les imprévus heureux &110
  • 111. L intention initiale du scénario est bel et bien de tenir compte de la porosité de l espace éducatif(on apprend dans mais aussi hors la classe). Intention modeste dans l esprit du concepteur maisenrichie par des contributions inattendues.Le réseau social Facebook a eu un effet amplificateur sur cette construction. J ai réussi à solidifiermon réseau d anciens étudiants de façon très rapide par la capillarité de FB. En sollicitant lesanciens étudiants devenus professionnels du secteur il a été possible de mettre en ligne des [40]bil-lets traitant de l objet central mais avec une vision du monde du travail. Les réseaux numériquespermettent de croiser les analyses, la conception est co-partagée. Des informations de grandesqualités [41]sont parvenues (sans sollicitations aucunes) et ont permis la mise en ligne de billetssupplémentaires contribuant à enrichir les apprentissages.Les perspectivesLe travail engagé pour cette année 2008 / 2009 va se poursuivre avec les étudiants cobayes etsera initié avec la promotion à venir (elle bénéficiera du recul pris par l enseignant).Ce travail même s il me paraît être, à bien des égards, positifs pose d autres questions auxquelles jen ai pas encore de réponses. Toute la méthode repose sur la construction d un ensemble cohérentmais élaboré avec des fonctionnalités d outils épars, puisés dans un espace numérique hétéroclite le web 2.0Les questions à creuser sont les suivantes : • Comment va se construire l identité numérique des étudiants suite à cette expérience ? • Quelles sont les garanties de protection des données mises en ligne ? • Quelle sera l utilisation des données mises en ligne ? • Comment pourrait on utiliser les modèles construits dans le cadre d un environnement hétéroclite pour les insérer dans un environnement numérique institutionnel (ENT) ?C est à la lumière de ces questions que pointent les limites de l exercice. Comment peut-ondéborder le cadre de l expérience lorsque l on a de légitimité que celle de l enseignant ? Commentfaire cohabiter les travaux réflexifs d un enseignant isolé et les analyses et constructions des insti-tutions ?Je reste persuadé que la flexibilité des solutions web 2.0 peuvent être compatibles avec les construc-tions des environnements institutionnels. La confrontation des démarches ne peut être que fécondesi les parties sont en capacité (ont la volonté) des trouver un champ commun de coopération. Peutêtre faudrait-il provoquer une rencontre, engager un programme de recherche entre les enseignantset les responsables TICE des collectivités locales ? Je pose la question.Je me donne une année supplémentaire de pratique et d observation pour affiner la méthode etêtre en capacité de pouvoir la modéliser de façon plus précise. Une enquête va être engagée auprèsdes étudiants. Je vais passer à une solution wordpress locale par téléchargement du logiciel libre 111
  • 112. et d un nouvel hébergement auprès de l [42]APINC (mise en ligne prévue pour septembre 2009).Un mémento papier sera distribué à chaque étudiant en début de formation pour cadrer les enjeuxde la démarche (le [43]mémento)Je donne rendez-vous en avril 2010 pour le prochain billet d analyse de pratique. Deux sectionsseront observées; les DSAAT 2 et les DSAAT 1.Mots clés Technorati : [44]DSAAT,[45]blog,[46]SPE1. http://dsaatbuczek.wordpress.com/2. http://www.lamartinierediderot.fr/3. http://dsaa.wordpress.com/4. http://dsaa.wordpress.com/blogs-des-etudiants/5. http://eductice.inrp.fr/EducTice/6. http://eductice.inrp.fr/EducTice/projets/scenario/spe7. http://www.dailymotion.com/video/x4s7th_spe_school8. http://dsaa.wordpress.com/referentie/9. http://dsaa.wordpress.com/10. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/04/reticulaire.png11. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/10/scenario-blog3.pdf12. http://dsaa.wordpress.com/13. http://moiraudjp.wordpress.com/category/scenario/14. http://modelespe.wordpress.com/15. http://wordpress.com/16. http://support.wordpress.com/pages/front-page/17. http://support.wordpress.com/post-vs-page/18. http://support.wordpress.com/post-vs-page/19. http://support.wordpress.com/user-roles/20. http://dsaatday.wordpress.com/21. http://www.canalu.tv/producteurs/canal_tematice/dossier_programmes/memoires_des_tice/entretien_avec_jean_valerien22. http://www.windowslive.fr/writer/23. http://dsaa.wordpress.com/2009/02/07/interview-designer-textile/24. http://dsaatbuczek.wordpress.com/workshops-dsaa/25. http://www.slideshare.net/26. http://dsaa.wordpress.com/tag/slideshare/27. http://www.tokbox.com/28. http://www.skype.com/intl/fr/?cm_mmc=google/latsearch-_-EU-FR|FR-_-BD-_-kwid=100087104|creative=2432190667&gclid=COz6qv2c6JkCFYKB3godwlb4RA29. http://dsaa.wordpress.com/2009/04/04/conference-video/30. http://www.youtube.com/31. http://www.dailymotion.com/fr32. http://dsaa.wordpress.com/2009/01/02/mode-equitable-lingerie/33. http://www.netvibes.com/34. http://www.netvibes.com/aurelie_buczek#Cathegories35. http://twitter.com/36. http://dsaa.wordpress.com/37. http://www.mikogo.com/Welcome.aspx38. http://moiraudjp.wordpress.com/2008/06/27/travail-collaboratif-distant/112
  • 113. 39. http://dsaa.wordpress.com/2009/01/18/inserer-une-video-blog-moiraud/40. http://dsaa.wordpress.com/category/metier/professionnels/41. http://dsaa.wordpress.com/2009/04/04/design-et-credit-dimpot/42. http://apinc.org/43. http://dsaa.wordpress.com/2009/04/16/memento-de-formation/44. http://technorati.com/tags/DSAAT45. http://technorati.com/tags/blog46. http://technorati.com/tags/SPEScénarios de pédagogie embarquée - essaimage - Tunisie (2009-04-22 17:36)- moiraudjp[1]J’ai le plaisir de constater que les travaux menés à l’INRP sont lus et utilisés chez nos collèguesTunisiens. Le blog intitulé ” Scénarios pédagogiques” sous titré ” espace enseignant qui a pourbut : Embarquer les journées pédagogiques hors les murs de la classe” - Le [2]blog reprend lesconcepts de l’équipe SPE. C’est assurément un plaisir de constater que par un procédé de miseen abyme les résultats de nos travaux sont repris hors les murs et hors les frontières.[3]Le blog reprend la définition de SPE que nous avons publié en 2007J’espère que ce billet préfigure quelques échanges en ligne.Salutations à nos collègues tunisiens1. http://maps.live.com/default.aspx?v=2&cp=36.6216~10.22605&lvl=10&style=r&mkt=fr-fr&FORM=LLWR2. http://circonscriptionelmourouj.blogspot.com/3.http://circonscriptionelmourouj.blogspot.com/2009/02/technologies-nomades_18.html2.5 maispe et langues (2009-05-15 08:42) - moiraudjp[slideshare id=1438381 &doc=spelangues-090515014030-phpapp02] 113
  • 114. Scénario de Pédagogie Embarquée en Langues : exemple du blog ap-prenant (2009-05-29 14:31) - moiraudjpJ’ai eu la chance de participer à une journée d’étude de l’équipe [1]EducTice de l’INRP(Conceptionet usages de ressources numériques pour l’enseignement et l’apprentissage, des recherchesnécessairement interdisciplinaires ?), et notamment une intervention qui m’a intéressé dans lamesure où elle prenait pour exemple l’enseignement des langues vivantes: celle de Jean-PaulMoiraud (chargé d’études et de recherche équipe EducTice) intitulée ”Les scénarios de pédagogieembarquée : l’exemple des langues vivantes” dont le diaporama est proposé ci-dessous.[slideshare id=1438381 &doc=spelangues-090515014030-phpapp02]Le propos de Jean-Paul Moiraud s appuie sur le travail d observation et d analyse d un groupede professeurs associés à L INRP, Christian Broise (professeurd Allemand) [2]http://lewebpedagogique.com/cbroise et d Emilie Michaux (professeure d anglais)[3]http://lewebpedagogique.com/emichaux. Ils ont développé dans le cadre de leur enseignementet de leur association avec l’équipe [4]EducTice une pratique inspirée des modèles [5]SPE.Tout d’abord : qu’est-ce qu’un ”scénario de pédagogie embarqué” (SPE) ? Voici la définitionqu’il propose : une représentation formalisée de l organisation et du déroulement d une situationd apprentissage dans laquelle l usage des fonctionnalités nomades des technologies numériques faitque l enseignement-apprentissage s exerce dans et hors les murs de la classe. (Hélène Godinet &Jean-Paul Moirau d, 2007- Equipe éducTice, INRP - Lyon). L idée force est que les ap-prentissages peuvent s exercer dans des temporalités et des espaces différents, et qu’une nouvelledimension leur a été donnée par les technologies numériques. Le rapport d Anne Marie Bardi sur[6]l école et le[7]s réseaux numériques (2002 - n° 2002-035) le met en évidence en soulignant lamodification de l espace éducatif qui tend, de fait, vers plus de porosité : ”La plupart des réformespédagogiques actuelles contribuent à élargir le cadre du cours traditionnel : les pratiques dedifférenciation pédagogique, les itinéraires de découverte au collège, comme les TPE et les PPCPau lycée, diversifient les lieux de travail, augmentent le nombre des intervenants et font appel à desressources nouvelles de recherche, de traitement et de restitution de l information. L organisationdes apprentissages se transforme à mesure que l environnement de travail des élèves s enrichit ; cesréformes ne remettent toutefois pas en cause profondément le cadre scolaire.” Pages 69 et suitesIci, le SPE concerne l’utilisation des fonctionnalités d’un blog et des diverses technologies nomadesassociées, assimilé à ce que les anglo-saxons appellent un PLE (Personnal Learning Environment),à ne pas confondre avec les ENT tels que les définit l’institution :” Un espace ou environnement numérique de travail (E.N.T.) est un ensemble de services en lignemis à la disposition de la communauté éducative. Chaque personne dispose d’un espace person-nalisé qui rassemble ce dont elle a besoin pour travailler, apprendre ou accompagner la scolarité deses enfants. Élèves, professeurs, parents, intervenants de collectivités territoriales peuvent accéderà ces bureaux virtuels depuis n’importe quel ordinateur connecté à Internet. Ils y trouvent desinformations sur la vie scolaire, des éléments de cours mis à la disposition par les professeurs, desexercices, leur emploi du temps, etc. Le rôle de chacun est respecté. Les élèves se familiarisentavec des usages des technologies et le fonctionnement des établissements scolaires se modernise.114
  • 115. Les E.N.T. favorisent l’équipement des foyers et leur connexion à internet. Ils contribuent à laréduction de la fracture numérique. Le taux d’équipement des familles ayant des enfants scolarisésest près de deux fois plus élevé que celui des autres familles.” [8]MENDans le PLE sont ”bricolés” des espaces numériques d’apprentissage à partir d’applications web 2.0(blog, wiki, outils de réseaux sociaux, partage de signets, de vidéos, d’images, etc.). Il peut doncs’agir d’agglomération d’outils hétéroclites plus ou moins liés les uns aux autres mais qui donneune unité en terme de transmission des apprentissages. Ce bricolage auquel se livre l’enseignantme fait penser au concept d’[9]edupunk. Le bricolage est entendu au sens ou le définit ClaudeLevi Strauss (la pensée sauvage, 1962, Agora) :« Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâches diversifiées ; mais, à la différencede l’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matières premières et d’outilsconçus et procurés à la mesure de son projet: son univers instrumental est clos, et la règle de sonjeu est de toujours s’arranger avec les « moyens du bord », c’est-à-dire un ensemble à chaque in-stant fini d’outils et de matériaux, hétéroclites au surplus, parce que la composition de l’ensemblen’est pas en rapport avec le projet du moment, ni d’ailleurs avec aucun projet particulier, mais estle résultat contingent de toutes les occasions qui se sont présentées de renouveler ou d’enrichir lestock, ou de l’entretenir avec les résidus de constructions et de destructions antérieures. L’ensembledes moyens du bricoleur n’est donc pas définissable par un projet /&/ »Le PLE se construit pour répondre aux besoins numériques qui s’expriment dans trois espaces webdifférenciés, expression de l activité numérique d un individu : l’espace social, l’espace privé etl’espace professionnel. Trois espaces dans lesquels sont utilisées les fonctionnalités des technologiesnomades mais à des fins chaque fois spécifiques. Notre objet de réflexion se place à l’intersectiondes ces trois espaces, comment apprendre et enseigner dans cet espace mouvant où se mèlent in-timement les temps et espaces privés, sociaux et professionnels ?Les diverses expériences observées, sont celles d enseignants qui ont créé des espacesd apprentissage instrumentés par les blogs. (blog enseignant, blog apprenant, blog collectif). Quetraduisent ces mises en ligne de process d apprentissage ?L hypothèse que l on peut émettre est que le métier d enseignant s est fortement modifié sans quecela soit formalisé, le professeur devient de plus en plus concepteur et éditeur des ses propresressources. Face à cette évolution (”cette entrée effraction dans les pratiques” Pierre Funkoa ENSYaoundé - Colloque Rés@Tice 2007) les stratégies d’élaboration des savoirs se modifient ellesaussi.Les cas observés sont construits à partir de scénarios, l’utilisation du blog associé à différentesfonctionnalités des technologies mobiles (baladeurs mp3, téléphone portable, clé usb, outils enligne divers ou cloud-computing), prend en compte l’éclatement du temps et de l’espace scolaires: l’apprentissage peut déborder le cadre du temps de formation en classe tel qu’il est pratiqué[10]traditionnellement.Les fonctionnalités des technologies mobiles rendent effectif l embarquement de la pédagogie etpar extension la construction de scénarios ad hoc. Il est indispensable de concevoir un scénariodécontextualisé et mutualisable si l on ne souhaite pas rester au stade du bricolage et « réinventer 115
  • 116. la brouette en permanence » Anne Marie Bardi journée EducTice - INRP 13 14 mai 2009.Nous avons souligné que le PLE relevait d’une logique individuelle, satisfaisant un besoin local,d apprentissage des langues. Il serait intéressant de confronter les analyses des enseignants et cellesdes décideurs / concepteurs institutionnels des ENT . Les ENT se développent sous l impulsiondes politiques conjointes des collectivités locales et du ministère, et interrogent les pratiques desenseignants. Permettre d’établir des ponts entre les différentes pratiques pourrait être une pistede recherche fructueuse. Entre l institutionnel et le bricolage enseignant : quelles passerelles ?Il semblerait, mais c est à démontrer, que les stratégies des PLE revêtent une forme plus réticulaireque celles des ENT.La question qui en résulte est la suivante : comment construire un scénario ? Sans avoir étéréellement formulée de manière explicite, c’est la question sous jacente dans ce billet précédent(lien vers article blog) ; des éléments de réponses ont été amenés sur le réseau apprendre2.0 (lien).Pour Jean-Paul Moiraud, construire un scénario implique de bien définir : • le contexte ; • les acteurs ; • les outils ; • les ressources.Les formes de construction des scénarios sont encore, à ce stade de la recherche, non stablilisées, ilest loisible de créer son scénario sous forme narrative ([11]travail de scénarisation langue d’EmilieMichaux), sous forme de carte heuristique ou sous forme de fiches scénarios institutionnellesadaptées aux apprentissage des langues (type [12]primtice). Se poser a priori ces questions estune première réponse aux objections posées précédemment, ne pas « réinventer la brouette » enpermanence et être en capacité de partager l expérience par procédé de mutualisation. Le net re-gorge d expériences d enseignement des langues instrumentés par les blogs mais par des procédés àchaque fois renouvelés. Ceci induit assez fréquemment, une absence de mutualisation, une absencede démarche de scénarisation (le bricolage). Balayons de suite les possibles objections : construireun scénario ne signifie pas uniformiser mais analyser de façon réflexive, structurer son processusd’apprentissage de sorte que le scénario soit compréhensible, appropriable et adaptable.Quelles sont les caractéristiques de l’enseignement des langues au collège et au lycée ? Historique-ment l’enseignement des langues dans le secondaire est instrumenté, que ce soit à l’aide des manuelset des supports audio avec les bandes et cassettes et plus récemment les CD et DVD. Les réseauxnumériques n’innovent pas au sens ou ils permettent aussi de gérer des fichiers audio et vidéo,mais de manière plus intégrée.La « nouveauté » (bientôt 10 ans !) réside dans l’introduction d’un enseignement sous forme decompétences. Les technologies nomades pourraient apporter une réponse à l’approche actionnelleinhérente au cadre européen.116
  • 117. ,L’espace web regorge de solutions libres et / ou propriétaires, les enseignants qui ont investisles TICE puisent dans cette offre large. Dans les exemples mentionnés ils ont choisi des solutionsdéveloppées sous [13]wordpress. Ce choix technologique se justifie par les potentialités et les fonc-tionnalités de la plateforme que nous proposons de lister : • Absence de publicité apparente car le système ne dépend pas d’un modèle économique ; • Absence de lien hypertextuel vers des sites qui s’opposeraient à des principes évidents de bonnes moeurs et d’ordre public ; • Interopérabilité effective. Par opérabilité on entend : ”La capacité que possède un pro- duit ou un système, dont les interfaces sont intégralement connues, à fonctionner avec d’autres produits ou systèmes existants ou futurs et ce sans restriction d’accès ou de mise en Suvre” (Wikipédia). Les enseignants ont intégré l’idée que leurs constructions peuvent être récupérées, utilisables quelque soit le lieu. Notons qu’administrativement les enseignants sont amenés à enseigner en tout point du territoire, une mutation sur une autre académie, sur un autre type d’établissement ne doit pas se traduire par une perte de données ; • Gestion facilitée des droits d’auteurs. Les deux cas observés (Christian Broise - Emilie Michaux) ont opté pour la plateforme [14]lewebpédagogique basée sur une solution word- press. Le métier d’enseignant à l’ère des technologies numériques modifie les compétences professionnelles, il faut en ajouter de nouvelles. La compétence juridique s’impose de manière encore plus forte. Au delà de la simple compétence manipulatoire (Jean-François Cerisier - Université de Poitiers - revue admistration et éducation mars 2008, n° 117) qui consiste à maîtriser la mise en ligne d’une vidéo ou d’un podcast, se conjugue la nécessaire maîtrise de concepts de droit. L’enseignant doit mettre en ligne des documents conformes à la législation en vigueur, c’est une obligation statutaire. En l’état lewebpédagogique a passé des conven- tions avec l’INA pour la [15]diffusion libre des milliers de vidéos, ce qui décharge d’autant la tâche de l’enseignant (voir [16]article de Jean-Paul Moiraud) ; • Régulation des interactions entre les acteurs. Les blogs proposent des fonctionnalités de commentaires et de gestion des divers droits de lecture / écriture. Il est, là encore, in- dispensable que les scénarios anticipent les interactions entre les acteurs, qui peut écrire, modifier un article, modifier, insérer une image ou une vidéo ? La responsabilité éditoriale, la gestion des billets, le contrôle des commentaires en dépendent.D’un point de vue strictement technologique les enseignants de langues utilisent depuis trèslongtemps le support audio avec les bandes magnétiques et les cassettes (voir supra). L’apport no-table des réseaux numériques est la capacité à transporter hors les murs de la classe l’apprentissageet à lier entre eux ces différents supports. Les infrastructures numériques des établissements, leséquipements personnels des apprenants, les efforts pour développer les [17]EPN (établissementspublics numériques) sont des éléments de ce dispositif. Les technologies nomades, notamment lespetits outils numériques du quotidien (téléphone portable, clé USB, lecteur MP3 ...) contribuentà amplifier la continuité du cours.D’un point de vue pédagogique le numérique donne les moyens de continuer le cours hors letemps prescrit par les programmes. Le scénario permet de prévoir quelle fonctionnalité d’une 117
  • 118. technologie peut être instrumentée pour valider des compétences, construire et / ou solidifier desconnaissances.In fine,la technologie interroge le temps, une question sous jacente émerge, quelles régulationstemporelles doit-on adopter hors le temps scolaire ? Quel temps l’enseignant consacre t-il à sonactivité numérique dans un cadre des 15 ou 18 heures statutaires ? Quel temps l’apprenant con-sacre t-il aux apprentissages instrumentés par les réseaux numériques ? Les réseaux numériquesne sont -ils pas en train de modifier des équilibres construits après guerre ? Ces questions sensiblesrelèvent largement du champ politique.Les choix opérés par les professeurs associés et d’autres enseignants de [18]langues sont le fruitde scénarios parfois construits parfois emprunt d’empirisme. Dans tous les cas le choix de ne pasintégrer des dispositifs officiels a été opéré ” ( ... ) Rather than integrating different services into acentralized system (...) Mohammed Chatti Technical University of Kaiserslautern, Germany. Ceschoix posent des questions de dialogue entre les professeurs ”libertaires” et les institutions. Queldialogue peut-on établir entre les producteurs de ressources issues de la mouvance web 2.0 et lesconcepteur de ressources institutionnelles ? C’est dans ce contexte qu’apparaissent des associa-tions d’enseignants qui élaborent et partagent des ressources (sous des licences qui le permettent,du style créative common) comme OpenEnglishWeb pour l’enseignement de l’anglais, Sésamaths(mathématiques), Weblettres (lettres), les clionautes (histoire géographie), lemanège (éco droit).Je reviendrai dans un prochain billet sur la définition du contexte, des acteurs, des outils et desressources en ce qui concerne le cours que je donne aux étudiants de M2 pour mieux préparer ceque je souhaite mettre en place l’année prochaine. C’est exactement ce qui m’a fait défaut cetteannée.1. http://eductice.inrp.fr/EducTice/2. http://lewebpedagogique.com/cbroise3. http://lewebpedagogique.com/emichaux4. http://eductice.inrp.fr/EducTice5. http://eductice.inrp.fr/EducTice/projets/scenario/spe6. ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/igen/rapports/rapportfinal.pdf7. ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/igen/rapports/rapportfinal.pdf8. http://www.education.gouv.fr/cid208/utilisation-des-nouvelles-technologies.html9. http://carnets.opossum.ca/mario/archives/2008/06/edupunk.html10. http://moiraudjp.wordpress.com/2008/06/28/langues-histoire/11. file://localhost/f/power+point+scenario+1.ppt12. http://primtice.education.fr/13. http://www.wordpress-fr.net/telechargements14. http://lewebpedagogique.com/15. http://lewebpedagogique.com/support/videos-de-lina-sur-votre-blog/16. http://moiraudjp.wordpress.com/2008/11/25/exception-pedagogique/17. http://delegation.internet.gouv.fr/netpublic/index.htm18. http://masterdidactice.wordpress.com/118
  • 119. 2.6 juilletRéseaux numériques et droit (2009-07-15 17:06) - moiraudjpL’utilisation des réseaux numériques dans les processus d’apprentissage nécessite la maîtrisede compétences diverses. Les compétences juridiques des enseignants, bien qu’ayant toujoursété présentes, prennent une dimension nouvelle. Le colloque droit et E.learning organisé parl’université Lyon 3 fait le point sur ces enjeux : • le droit de l’Internet par Cédric Manara ; • comment évaluer la contrefaçon - Claude le Stanc ; • la valorisation de la création des enseignants - Michel Dupuis ; • l’open source, un avantage ou une charge ? - Philippe Mercenier (Claroline) ; • la normalisation de ressources pédagogiques - Gérard Vidal et Nolwenn Huet ; • la valorisation du patrimoine numérique des universités - Françoise Galand ; • le travail collaboratif en réseau - Ada Gianatelli ; • un exemple de mutualisation - l’UNJF - Yann Tanguy ; • la protection des utilisateurs - La législation informatique et libertés - • la protection des production - droit moral ou droit matériel ? - Rémy Khousam ; • la protection par la diffusion : Créative common - Carine Bernault ; • la protection par la certification - Bernard Dumont.Ces interventions peuvent être visualisées sur le site de [1]momindum[2]L’intégralité des journées en vidéosEn ce qui concerne les scénarios de pédagogie embarquée, il faut regarder avec attention[3]l’intervention de Cédric Manara de l’EDHEC qui développe l’idée que l’utilisation des solu-tions du web 2.0 mènent à une privatisation de l’internet (les conditions d’utilisation sont régiespar le droit positif local, du gestionnaire de la solution - souvent américain). Cette analyse ju-ridique pose à nouveau la question, pour les enseignants du secondaire du choix de la solution del’espace numérique d’apprentissage (ENA) personnelle ou de la solution institutionnelle. Le choixde l’une ou l’autre de ces solutions engage fortement l’enseignant d’un point de vue juridique.Scénariser son processus de formation pose a priori une question centrale : • choisir de développer une solution personnelle de type personal learning environment (PLE) pour bénéficier d’une souplesse de fonctionnement liée aux fonctionnalités du web 2.0. Les enjeux juridiques sont a mettre en relation avec le statut de la fonction publique et de la non autonomie des enseignants du secondaire. 119
  • 120. • Choisir d’utiliser les fonctionnalités des ENT institutionnels avec (peut être ?) moins de souplesse pédagogique mais avec une sécurité juridique accrue.En résumé une question se pose : Pourquoi au moment où des efforts conséquents sont consen-tis par l’État et les collectivités locales pour développer des ENT, les enseignants continuent àdévelopper des solutions personnelles ?Sentiments de perdre sa liberté ? manque d’interopérabilité des ENT ? ENT non conformes auxattentes des enseignants ? individualisme exacerbé dans le corps enseignant, ”peur du flicage”.Autant de questions que j’aimerais pouvoir creuser, analyser si on m’en donnait les moyens ...On le voit la question est sensible dans l’enseignement secondaire. Quels enjeux juridiques pourquelles pratiques pédagogiques ? Choisir de donner une valeur ajoutée à son enseignement ne posepas uniquement des questions pédagogiques et didactiques, ces dernières sont largement condi-tionnées par le droit positif. Il serait contreproductif de penser que ce sont des débats byzantinsd’experts du droit.L’intervention de M Manara, bien que posant le débat sous l’angle de l’enseignement supérieur,donne un relief particulier aux enjeux juridiques dans le secondaire.En contrepoint [4]l’intervention de Ada Gianatelli du MITAD de Milan sur le travail collaboratifet l’utilisation des fonctionnalités de solutions de type web 2.0. Une intervention qui expliquecomment le MITAD organise le travail collaboratif par utilisation des solutions hétérogènes du we2.0Il est aussi très utile de regarder [5]l’intervention de Michel Dupuis sur la loi DAVDSI et l’exceptionpédagogique.En parallèle à ce billet, lisez celui de Rémi Thibert sur le [6]blog ”TIC, éducation, langues vivanteset compagnie” Le [7]billet de Rémi Thibert, vous pourrez y lire des informations complémentairestrès utiles, notamment sur la mise en ligne d’une bibliographie collaborative sur le droit d’auteur1.http://fr.deeptagging.com/course/4%C3%A8mes-journ%C3%A9es-lyonnaises-du-e-learning2.http://fr.deeptagging.com/course/4%C3%A8mes-journ%C3%A9es-lyonnaises-du-e-learning3. http://fr.deeptagging.com/presenter/c%C3%A9dric-manara4. http://fr.deeptagging.com/presenter/ada-giannatelli5. http://fr.deeptagging.com/presenter/michel-dupuis6. http://thibert.apinc.org/7. http://thibert.apinc.org/2009/07/23/reseaux-numeriques-et-droit/120
  • 121. 2.7 aoûtCours scénarisé (2009-08-20 12:34) - moiraudjp[1]Le cours décrit dans ce billetLe cours de DSAA que je dispense au lycée La Martinière - Diderot de Lyon est la mise en pra-tique du concept de pédagogie embarquée ’(que j’ai développé au sein de l’équipe [2]EducTice del’INRP de Lyon). La conception de ce cours, en raison de l’instrumentation des réseaux, devientextrêmement complexe. La conception en amont d’un scénario est indispensable parce qu’ellepermet à l’enseignant de percevoir les interactions entre les divers acteurs, de déterminer les outilsà insérer dans le processus d’apprentissage, de prévoir la nature des ressources que les étudiantsauront à produire et de calibrer les modes d’évaluations.Le charme du scénario bien ficelé a priori est une forme de Graal pour l’enseignant, un postulatde laboratoire que la pratique met à mal au quotidien. Il est donc nécessaire, pour ne pas direindispensable de le formaliser en continu. Une formalisation dans le continuum de sa pratique àun double objectif : • Pour l’enseignant afin de paramétrer, mettre en place et ajuster les variables des apprentis- sages à dispenser; • Pour les étudiants, le scénario prend ici toute sa dimension car il faut l’expliquer et l’intégrer au quotidien. Il faut non seulement transmettre un savoir académique (économie, droit, marketing dans mon cas) mais aussi transmettre une méthode (souvent autre) de travail. La variable d’acceptation par les étudiants de pédagogie autre ( j’entends par là, autre que le transmissif en présentiel, en face à face) est un élément que je ne maîtrise pas du tout, qui me questionne beaucoup.Cette année j’en suis à la schématisation des modalités d’apprentissage en DSAAT. Les schémasci-dessous sont la première tentative de formalisation graphique. Ils ont la particularité d’être uninstantané et sont susceptibles d’évoluer. Ce scénario se caractérise par des relations de maillagedynamique entre les acteurs, induisant une malléabilité du scénario. Ces schémas serviront desupport pour expliquer ma démarche lors des premiers cours.NB : Ces schémas s’appliquent à une formation spécifique, ils ne sont pas en l’état décontextualisés.Une utilisation du scénario pour une autre formation est possible mais nécessite une adaptationaux besoins locaux.N° 1 l’architecture générale du coursCe premier schéma pose les bases des relations dynamiques qui seront entretenues pendant lapériode de formation. J’ai mis en évidence le maillage dynamique entre les agents (acteurs, outils,ressources, contexte) dans un rapport temps / espace. Il sera primordial que tous les acteursintègrent ces rapports croisés. L’ enseignant qui devra construire son travail dans le cadre de sonrapport statutaire (18 ou 15 heures hebdomadaires) qui date des années 50 et qui (de façon assez 121
  • 122. logique) ne prends pas en compte le temps numérique. Les étudiants qui devront apprendre àgérer leur travail en dehors du cours organisé dans les murs de l’institution (la classe). Une gestiondu travail qui intégrera une forte dimansion numérique, engendrant de nouveaux rapports à laconnaissance.NB : Dans ce billet le terme enseignant recouvre la notion d’enseignant du secondaire puisquedans le supérieur la notion de temps numérique vient d’apparaître dans la loi [3]LRU - Décretn° 2009-460 du 23 avril 2009 voir l’article 3 :”/.../formation initiale et continue incluant, le caséchéant, l’utilisation des technologies de l’information et de la communication /.../”[4]N° 2 les interactions enseignant(s) / apprenantsLe cours va se caractériser par de nombreuses interactions - Enseignant / apprenants et apprenants/ apprenants. Je vais m’attacher à observer les interactions dans le cadre des espaces numériquesutilisés. Il est nécessaire que les bases de ces interactions soient construites a priori (ce qui neveut pas dire qu’elles seront efficaces :-) )Deux points me semblent déterminants : • la construction du cours par l’enseignant ; • la capacité de l’enseignant à expliquer ses intentions et ses objectifs.C’est en fonction de ces deux postulats que peuvent s’opérer la transmission des savoirs etl’acquisition des compétences[5]122
  • 123. N°3 Les outils à mobiliser pour construire les apprentissages, aider à la coopération, collaboration,production ...Le travail mené sur le cycle d’apprentissage est instrumenté. Les solutions technologiques retenuessont le fruit, à la fois de choix raisonnés et de choix par défaut. Un mix de scénarisation et debricolage (oui encore à ce stade !).Ce qu’il faut retenir des arbitrages retenus est l’utilisation d’un Espace Numérique d’Apprentissage(ENA). Je ne suis pas un défenseur fervent de telle ou telle solution, je ne veux être ni le SaintJust de wordpress, ni le prophète de Ning, ou le Dorigo de tout autre solution en vogue. Ce quim’importe est de donner les moyens pédagogiques et didactiques de mettre en place un enseigne-ment / apprentissage le plus à même de satisfaire un objectif.Ce travail serait tout à fait réalisable dans le cadre d’un ENT mis à disposition par l’institution.Le rôle du scénario est justement d’argumenter auprès de l’institution, de définir un cadre mini-mum d’action. Evitons les arguments réduits de type ”l’ENT c’est nul”En terme d’outils donc, l’ENA devrait dans l’idéal disposer d’outils d’écriture, de collaboration,de coopération, de réseautage social, de veille ... et d’un espace de stockage suffisant pour lesenseignants et les élèves / étudiants.[6] N° 4 Le contexte de la formationLe contexte de formation est primordial. ce qui est défendu dans ce billet, ne serait pas forcémentpertinent à un autre niveau (nécessité d’adapter le discours à un niveau considéré). Le secteur de lamode et du textile se transforme avec la généralisation de la mondialisation, avec le développementdes process informatiques. les relations industrielles relèvent de la division internationale du tra-vail. Le cours mis en place est en quelque sorte à l’image d’une réalité professionnelle. Ensituation professionnelle les designers doivent travailler en réseau, de façon distante synchrone etasynchrone, argumenter, convaincre que le produit est acceptable sur un marché déterminé pourune clientèle précise. Afin d’illustrer mon propos je veux citer le rapport de madame ClarissePEROTTI-REILLE ”Ce secteur a violemment souffert d une Révolution Industrielle radicale, aucours des 20 dernières années, qui a combiné la révolution technologique de l informatique avec latransformation des circuits de distribution.” (page 1) - ”La révolution internet et des technologiesde l information qui permettent de transférer aisément les informations et de suivre entemps réelles flux.” (page 7) 123
  • 124. [7] N° 5 Produire des ressources[8]En forme de résumé de ce billet, je voudrais rependre une diapositive utilisée lors de la conférenceRés@Tice à Rabat en 2007. Ce schéma met en exergue le maillage dynamique entre acteurs générépar une dynamique d’apprentissage. C’est cet aspect dynamique, itératif et évolutif qui m’a faitchoisir la démonstration graphique au détriment de la carte mentale (elle dessert le discours parson aspect linéaire)[9]1. http://dsaa.apinc.org/2. http://eductice.inrp.fr/EducTice3. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020552216&dateTexte=&categorieLien=id4. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/08/relations.png5. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/08/relations_2.png124
  • 125. 6. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/08/relations-3.png7. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/08/relations-4.png8. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/08/relations-5.png9. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/07/espacev3.pngDesign du blog. (2009-08-21 17:26) - moiraudjpLes différentes définitions du terme blog donnent une vision très technique de cet objet, une lec-ture rapide donnerait plutôt envie de l’abandonner à des fins pédagogiques. On le résume à unjournal intime (notion surprenante dans la sphère du ’”Hello world”), listant des billets empiléschronologiquement ou l’on peut dire ce que l’on veut (les juristes apprécieront l’approximation)! Nous l’aurons tous compris ces définitions donnent la part belle à la machine et insiste sur lafacilité. Existe t-il des processus où la machine décide ? la pédagogie est -elle simple ? Et si leblog n’était qu’un outil au service d’une démarche, ni plus, ni moins. Une démarche construiten’est ni simple, ni linéaire et est cadrée par des règlements.Journal officiel 20 mai 2005 : ”Site sur la toile, souvent personnel, présentant en ordrechronologique de courts articles ou notes, généralement accompagnés de liens vers d autres sites.La publication de ces notes est généralement facilitée par l emploi d un logiciel spécialisé qui meten forme le texte et les illustrations, construit des archives, offre des moyens de recherche et ac-cueille les commentaires d autres internautes.Équivalent étranger : blog, web log, weblogWikipédia - ”blogue est un site web constitué par la réunion de billets agglomérés au fil du temps,et souvent, classés par ordre déchronologique (les plus récents en premiers). Chaque billet (appeléaussi note ou article) est, à l’image d’un journal de bord ou d’un journal intime, un ajout au blog; le blogueur (celui qui tient le blog) y délivre un contenu souvent textuel, enrichi d’hyperliens etd’éléments multimédias, sur lequel chaque lecteur peut généralement apporter des commentaires.”Office québécois de la langue française - ”blogue n. m. Site Web personnel tenu par un ou plusieursblogueurs qui s’expriment librement et selon une certaine périodicité, sous la forme de billets oud’articles, informatifs ou intimistes, datés, à la manière d’un journal de bord, signés et classés parordre antéchronologique, parfois enrichis d’hyperliens, d’images ou de sons, et pouvant faire l’objetde commentaires laissés par les lecteurs.Note(s) : Le blogue, qui est créé et animé généralementpar une seule personne, mais qui peut aussi être écrit par plusieurs auteurs, se caractérise par safacilité de publication, sa grande liberté éditoriale et sa capacité d’interaction avec le lectoratLe blog est plus complexe qu’il n’y parait et lorsque le choix l’utiliser dans son enseignementest arrêté, il faut analyser le lien à opérer entre la pratique envisagée et son aspect (son design).Ce choix n’est pas anecdotique parce qu’il conditionne les interactions futures avec les différentsacteurs. A un choix d’apprentissage doit correspondre un design spécifique.Première question : quelle est mon intention pédagogique ? Plusieurs réponses peuvent être ap-portées en fonction du rapport souhaité à l’apprentissage. il n’est pas de bonnes solutions maisdes solutions adaptées à une pratique.Le concepteur du blog choisi de transmettre unilatéralement son savoir, le sens de l’informationva de l’enseignant à l’apprenant. La structure est simple, les billets sont classés par ordre 125
  • 126. chronologique, ce qui prime est la nature de la ressource produite (le billet). C’est un blog àsens unique structure revendiquée par l’auteur (le tribun). Le lecteur du blog se nourrit du savoirmis en ligne. L’auteur peut désactiver la fonction commentaire, ne pas donner de droits de lecture/ écriture à des tiers. Dans mes longues navigations sur le web, j’ai souvent trouvé cette structuredans les milieux universitaires (cette affirmation n’a pas d’ambition de démonstration scientifique,c’est juste un constat fréquent).[1] 2ème hypothèse - Le blog de transmission / coopération/ collaborationLe blog est conçu pour mener une pédagogie de projet. La structure est plus complexe car lesstratégies d’entrées sont plus élaborées. Il paraît nécessaire de différencier les informations stables(pérennes sur la durée de la formation) des informations limitées à une période donnée (temps d’unchapitre, d’une partie, d’un projet à réaliser ...). Pour mener à bien cette partition les modèles desblogs répondent en principe à ces enjeux. En langage Wordpress on utilisera des modèles deux outrois colonnes qui intègrent des pages (informations pérennes) et qui génèrent des widgets adaptésaux besoins de la formation (tags, thèmes, calendrier, texte libre, liens ...). La présence d’unepage fixe se paramètre aussi lorsque l’on désire que cette page s’affiche systématiquement à chaqueconnexion (définir l’objectif, l’intention pédagogique de l’auteur).2.1 Structure générale[2] 2.2 Structure détaillée.126
  • 127. [3] 3ème hypothèse -Le blog d’instructionsDans ce cas le blog est réduit à sa plus simple expression, un simple empilement chronologique debillets. Il peut être utilisé pour donner de simples instructions.[4] Ces premières propositions peuvent se concevoir defaçon alternative ou cumulative, la technologie le permet. Il me semble qu’il serait possibled’insérer des modèles, comme propositions de design pédagogique, dans les ENT. Ils permet-traient de répondre à la diversité des besoins pédagogiques selon les niveaux, selon les disciplines.4ème hypothèse - Design visible et design masquéLe concepteur peut choisir d’hybrider son design en associant un design visible pour l’ensembledes internautes et un design masqué réservé à un public sélectionné. Ce design se justifie par lavolonté de travailler en groupe (par coopération, par collaboration) mais en prenant la décisionde déterminer plusieurs niveaux d’accès, plusieurs niveaux de lecture.[5]En forme de synthèse une diapositive de l’exposé fait à Rabat pour le colloque Rés@Tice 127
  • 128. [6]A suivre ....1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/08/diapositive4.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/08/diapositive1.png3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/08/diapositive2.png4. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/08/diapositive5.png5. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/08/diapositive8.png6. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2008/07/espacev3.png2.8 septembrePromo 2009 - 2010 - Analyse de pratique1 (2009-09-04 19:21) - moiraudjpLa rentrée est consommée, la nouvelle promotion va lancer son projet. Je vais à la fois enseigneret observer les pratiques.Je vais apprendre :-) • Les acteurs des apprentissagesUne classe de 12 étudiants provenant de formations diverses situées sur tout le territoire français:- BTS design de mode option mode - Lyon, Nîmes, Cholet (5)- BTS design de mode option textile - Lyon (1)- Prépa ENS Cachan - Lyon (1)- BTS communication visuelle - Chaumont (1)128
  • 129. - Licence pro mode Nimes (1)1 enseignant d’économie et gestion (créateur du blog) et un 1 enseignant de technologie textiletentent cette année l’expérience d’une structure d’apprentissage instrumentée par les réseaux. • L’espace de formationL’apprentissage en DSAAT est un mélange entre du présentiel et du distant . Il paraît impossi-ble de concevoir un tel enseignement en le dématérialisant totalement . Des entreprises privéesproposent cependant un enseignement de BTS design de mode totalement à distance, sur quellesbases, sur quels scénarii et pour quels résultats ? Je n’ai pas les données en main.En principe je vais disposer d’une salle de cours avec possibilité de se connecter en permanence(en cours de négociation). • Le temps de formationLa structure d’apprentissage par les réseaux numériques, la plupart des enseignants le soulig-nent, est chronophage. J’expliquerai que je ne suis pas ”[1]open 24 / 7” mais que l’enseignement,même instrumenté, est rythmé par des temps cadrés (temps de travail légal, temps familial, tempsprivé...) et ... le temps nécessaire à la réflexion, à l’argumentation, gage de qualité. Je ne souhaitepas faire l’amalgame entre la micro-seconde du temps électrique et le temps de la réflexion. Cen’est pas parce que je suis souvent connecté que la réponse à une question sera plus rapide.Lors de la journée d’accueil des documents ont été distribués aux étudiants pour préparer leterrain et expliquer les enjeux de l’apprentissage : l’utilisation du numérique et les enjeux dela gestion dans une formation d’art appliqué. Le papier reste encore présent, notamment pourla période de rentrée des premières années. Je ne sais pas comment informer les étudiants quiont été retenus lors des entretiens. Le jour de la rentrée la plupart des étudiants extérieurs aulycée ignorent l’existence du blog. Le support papier reste un intermédiaire confortable pour lespremiers temps de formation.Temps N° 1 de la formation en DSAAT 1Il a été distribués en début d’année plusieurs documents :- un questionnaire sur les pratiques numériques des étudiants (une synthèse sera faite très vite).Je souhaite cerner quel est l’état des productions, habitudes au moment de la rentrée. En par-courant le net j’ai déjà repéré des pratiques [2]Blog N° 1Plusieurs dossiers ont été distribués pour assoir le cours d’introduction, il est nécessaire d’expliquerles enjeux des deux années. 129
  • 130. - un dossier de synthèse sur les enjeux mode et textile réalisé à partir du rapport Perroti - Reille(2007). Lors de ce premier cours seront soulignées les caractéristiques d’organisation des servicesdesign dans les entreprises - Le travail collaboratif et le prégnance des technologies numériques.- La progression du cours sous forme de cartes heuristiques- J’ai rédigé un billet sur la façon de créer un blog sur wordpress.com sans en avertir expressémentles étudiants (une façon de constater si le blog va être consulté et analysé suite à ma demandelors du premier contact)Mardi 08 septembre 2009Il a été demandé aux étudiants d’ouvrir un compte twitter (majoritairement les étudiants ne con-naissent pas ou ne pratiquent pas twitter). Il sera nécessaire d’expliquer les modalités techniqueset les enjeux de twitter aux étudiants (rédiger un billet ad hoc). Les industriels de la mode se sontdéjà emparés de twitter, exemple le SILMO (salon de l’optique) utilisent twitter pour répercuterleurs informations, idem pour le salon [3]So Ethic, ...L’enjeux de twitter dans cette formation est multiple :De façon générale encourager l’intelligence collective (au sens ou Pierre Levy la définit). Amplifierles pratiques du travail collaboratif, travailler de façon distante synchrone et / ou asynchrone.Twitter ne sera utilisé pour la veille technologique (en complément de Delicious), pour mettre encommun des connaissances sur des sujets donnés. ..Le blog de [4]l’enseignant pourra faire apparaître les flux de twitt grâce à l’intégration d’un pluginspécifique wordpress.Le travail d’écriture continue au quotidien. Pour des raisons de confidentialité il n’apparaîtra passur le blog. Une synthèse sera publiée en juin.1. http://moiraudjp.wordpress.com/?s=na%C3%AFf2. http://arnaudyvesdardis.blogspot.com/3. http://www.made-in-ethic.com/blog/index.php?2008/01/18/243-so-ethic-janvier-20084. http://dsaa.apinc.org/visio (2009-09-20 08:23) - moiraudjp[1]TokBox - Free Video Chat and Video Messaging1. http://www.tokbox.com/130
  • 131. Salles informatiques : sont -elles mortes ? (2009-09-23 17:23) - moiraudjp[1]Mon nouveau statut de professeur à temps plein :-) me donne plus de temps pour l’observationdes pratiques. Cette semaine je suis entré dans une salle de cours. L’enseignement portait surl’intégration de la CAO / DAO dans les processus de création.Voila ce que j’ai vu ... :Six étudiants qui travaillent dans une salle informatique mais sans se servir des ordinateurs duréseau ! De quoi faire bondir les investisseurs des collectivités locales et de quoi interroger surle lien entre l’architecture de salles de cours et les méthodes pédagogiques. En l’état la salled’informatique traditionnelle semble avoir vécue, comment organiser les cours dans cette nouvelleconfiguration ?Il serait beaucoup plus confortable pour l’enseignant d’avoir un agencement plus ergonomique,puisque c’est possible. On sous estime les possibilités de la pédagogie embarquée $.On commenceà s’affranchir des machines en tant qu’outil fixe en entrant dans l’ère où la salle banalisée peut setransformer en salle dédiée.L’image interroge sur les façons dont il faut équiper un lycée en informatique. Dans le cas présenttous les étudiants sont équipés d’ordinateurs portables (personnels). Le cours continue pourtantdans la fiction de la salle d’informatique.Cette réflexion doit se poser me semble t-il dans les établissements où les élèves sont dotés par 131
  • 132. l’institution (collectivités locales) • Autre situation de cours- Semaine de travail à la campagne (vidéo, dessin, land art, photos...)[2]Le matin de cette prise de vue les étudiants devaient se consacrer à la peinture. On constate laprésence logique du chevalet, du cadre pour fixer le papier dessin et ... un ordinateur (tous lesétudiants procédaient de la même façon). L’ordinateur servait à donner une représentation de lanature, des détails de végétations, des paysages.J’ai eu ce sentiment que l’expression de Prensky les ”digitals natives” prenait tout son sens dansce lieu de création. L’ordinateur de façon surprenante opère un retour en arrière (pré impression-niste) à l’époque où l’artiste recomposait la nature dans son atelier.132
  • 133. autre vue de la salle[3]NB : pour compléter le commentaire de Rémi Thibert une étude de l’observatoire des inégalitésrelative à l’équipement numériques des français[4]L’enquête1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/09/salle-portable1.jpg2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/09/chevalet.jpg3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/09/chevalet-21.jpg4. http://www.inegalites.fr/spip.php?article4672.9 octobreENT et PLE opposition ou complémentarité ? (2009-10-08 07:57) - moiraudjpBillet rédigé pour la mission Fourgous (octobre 2009)Pourquoi les enseignants continuent à créer leur propre système numérique d apprentissage pen-dant que les institutions développent des ENT ?Les contributions de la mission TICE insistent sur les enjeux des ENT (environnement numériquesde travail), intérêts pédagogiques, enjeux financiers de la part des collectivités locales J ai envoyé 133
  • 134. un tweet qui posait la question suivante : « #MissTice Pourquoi les profs continuent à développerdes solutions personnelles alors qu il y a des ENT en nombre ? »Une seule réponse de la part de @W2ydavid : « pcq ns voulons la créer ns-memes pr se l approprierRT @moiraud : #MissTice Pq continuent-ils à développer solutions personnelles alors k ENT »(30/09/2009)Une seule réponse pour une question centrale dans nos métiers. Elle montre que la pédagogie nese gère pas uniquement par l introduction d outils. La pédagogie numérique, c est aussi et peutêtre avant tout la perception de l intérêt de fonctionnalités effectives. Mon billet va rejoindre etcompléter la contribution, thème 1 (29 septembre), de JP Archambault : « combien sommes-nousprêts à payer pour financer l école numérique ? » Financer est le postulat mais nous devons nousassurer que les fonctionnalités des outils proposés soient en conformité avec les attentes et lesbesoins des enseignants (La LOLF ne fixe t-elle pas des objectifs qualitatifs ?) En l état, deuxfaçons d envisager la pédagogie numérique se côtoient, les environnements numériques de typeENT et les solutions numériques de type PLE (Personal Learning Environment).Les solutions numériques institutionnelles Vs le bricolage (1) enseignant, opposition oucomplémentarité ?Mon propos n est pas de défendre un système plus que l autre mais d essayer de poser les basesd une réflexion sur ces deux postures de travail.A y regarder de près, de nombreux enseignants (les contributeurs sur ce site sont surreprésentésdans cette catégorie agrègent des solutions en ligne hétéroclites pour construire des démarchespédagogiques cohérentes (blogs, plateforme de réseau social, microblogging, partage de lien soiten langage marque - wordpress, ning, twitter,delicious, zotero, lewebpédagogique, canablog &).La recherche parle de personal learning environment pour qualifier cette démarche. Définissonspréalablement la notion de PLE : Mohamed Chatti du Technical University of Kaiserslautern, Germany le définit ainsi : « A PLEis characterized by the freeform use of a set of lightweight services and tools that belong to andare controlled by individual learners. Rather than integrating different services into a centralizedsystem, the idea is to provide the learner with a myriad of services and hand over control toher to select and use the services the way she deems fit. A PLE driven approach does not onlyprovide personal spaces, which belong to and are controlled by the user, but also requires a socialcontext by offering means to connect with other personal spaces for effective knowledge sharingand collaborative knowledge creation. Ron Lubesky de l université de Sydney :« A Personal Learning Environment is a facility for an individual to access, aggregate, configureand manipulate digital artifacts of their ongoing learning experience Graham Attwell definit ainsi : Personal Learning Environments (PLE) as an idea that firstlyintegrates « pressures and movements » like lifelong learning, informal learning, learning styles,new approaches to assessment, cognitive tools. Furthermore, PLEs are inspired by the success of «134
  • 135. sticky » new technologies in ubiquitous computing and social software. Le PLE est donc le choixde ne pas intégrer un système centralisé mais d utiliser un ensemble hétéroclite d outils (myriadof services). Qu est ce qui peut expliquer ce choix de ne pas intégrer les espaces institutionnels ?La question est récurrente dans le secondaire comme dans le supérieur. Elle questionne sur desquestions fortes - l efficacité des investissements et la positions des enseignants face à la construc-tion numérique des apprentissages.Tentons une rapide analyse par une approche en plusieurs points." Je commencerai par une référence à l école de Palo Alto, l injonction paradoxale. Les enseignantssont fortement incités à intégrer le numérique dans leurs pratiques (de nombreuses circulaires entémoignent) mais & au quotidien ce sont des bandes passantes poussives, des pare feu intégristes,des codes d accès en cascade, une interopérabilité balbutiante, des locaux inadaptés, la saintepeur du juridique et de ses potentielles conséquences négatives, des ENT qui se résument plus àun bureau virtuel qu a un vrai ENT. En résumé, tout est mis en place pour inciter les enseignantsà développer des pratiques numériques mais avec en parallèle une grande quantité de freins (leparadoxe)." L interopérabilité. La construction d un cours est un acte complexe, l accumulation des savoirs,des pratiques, la constitution des ressources sont une somme que l enseignant souhaite conserver,utiliser à tout moment et en tout lieu, partager, diffuser. Un outil numérique en 2009 doit êtresouple, nomade, ubiquitaire et interopérable, ouvert. Le fonctionnaire, par son statut à vocation àenseigner sur l ensemble du territoire français, il peut donc changer de lieu d enseignement au coursd une carrière, par choix ou par contrainte (poste à complément de service).Le système françaisde mutation (que les lecteurs de la francophonie excusent par avance ce discours technique franco français) est divisé en deux temps : l inter académique et l intra académique. En intégrant unenouvelle académie (inter) quid de l interopérabilité ? Les données de l ENT sont elles totale-ment exportables dans le nouvel établissement de la nouvelle académie ? Va-t-on retrouver sesdonnées ? Va-t-on conserver le design de son système ? Perte totale, perte partielle ? Lorsque l onchange d établissement (intra) est on sûr que l ENT choisi par un département est compatibleavec l ENT de l autre département ? (changement de collège) Est-on sûr que l ENT retenu parla Région est compatible avec l ENT du département ? (passage de lycée à collège). Dans lecas d une cité scolaire qui rassemble un collège et un lycée la pratique numérique peut vite vireraux situations courtelinesques. Une structure MAIS deux systèmes, deux login, deux mots depasse, deux architectures à mettre en place. Le chef d établissement aura, de surcroît, à gérer untroisième sésame avec le réseau administratif ! On peut comprendre aisément le choix du PLE,une seule solution, mobile, ubiquitaire et totalement interopérable qui accompagne l enseignantdans ses évolutions de carrière.Pour terminer cette rapide analyse du contexte, quelques données chiffrées qui donnent le vertigeet qui expliquent en partie la complexité du sujet :22 régions métropolitaines, 4 régions d outre-mer 96 départements métropolitains, 4 d outre-mer36 783 communes Source Ministère de l intérieurC est potentiellement 22, 96 et 36 783 possibilités d analyse différentes sur les enjeux du numérique." Probablement faut - il aussi pendre en compte le sentiment répandu que l ENT phagocyteraitla liberté des enseignants, la peur d entrer dans un système enfermant : « pcq ns voulons la 135
  • 136. creer ns-memes pr se l approprier . Le bricolage revendiqué et assumé cf supra " Tout n est pasmerveilleux dans le monde du PLE, le droit reprend très vite sa place." Le choix du PLE s il peut présenter des avantages (je pense l avoir expliqué) peut présenter desinconvénients notoires, notamment pour la mise en ligne des ressources. Des questions se posentlorsque l on utilise des solutions en ligne. o Qui fixe les conditions d utilisation du service ? Majori-tairement, ces solutions sont américaines et sont soumises au droit américain ; o Qui connaît Lesconditions d acceptation au service (que personne ne lit en général) ? elles sont sources de conflitspotentiels et d incertitudes évidentes ; Incertitudes économiques, le service peut disparaître dujour au lendemain, incertitudes quant à l exploitation des données (comment seront utilisées lesdonnées ?) ;Incertitudes sur les enjeux moraux et éthiques (la vision américaine n est pas la vision européenne).Qui sait comment seront stockées et utilisées les informations transmises ? A l heure de l éducationà l identité numérique, ce ne sont pas @chrism ([1]Cicla 71 ) et @[2]mediacteur qui me démentiront.La lecture des « terms of service », bien que d exercice aride, est édifiante. L enseignant perden partie sa liberté pédagogique parce que l adhésion au contrat d utilisation le spécifie. Voiciquelques extraits significatifs :o Twitter « The Services that Twitter provides are always evolving and the form and nature ofthe Services that Twitter provides may change from time to time without prior notice to you. Inaddition, Twitter may stop (permanently or temporarily) providing the Services (or any featureswithin the Services) to you or to users generally and may not be able to provide you with priornotice. We also retain the right to create limits on use and storage at our sole discretion at anytime without prior notice to you. You agree that this license includes the right for Twitter tomake such Content available to other companies, organizations or individuals who partner withTwitter for the syndication, broadcast, distribution or publication of such Content on other mediaand services, subject to our terms and conditions for such Content use. Such additional usesby Twitter, or other companies, organizations or individuals who partner with Twitter, may bemade with no compensation paid to you with respect to the Content that you submit, post, trans-mit or otherwise make available through the Services. These Terms and any action relatedthereto will be governed by the laws of the State of California without regard to or application ofits conflict of law provisions or your state or country of residence On le constate en cas de conflitse sont les lois de l Etat de Californie qui s appliquent ! Le fonctionnaire français tributaire pourson travail des lois californiennes !!On peut tirer les mêmes conclusions des autres sites de la mouvance web 2.0 exemple de ning :« This Agreement shall be governed by the laws of the State of California without regard toconflict of law principles. The provisions of the United Nations Convention on the InternationalSale of Goods and the Uniform Computer Information Transactions Act, however designated, areexcluded and shall not apply to this Agreement or any transactions hereunder. You agree to sub-mit to the personal and exclusive jurisdiction of the state courts and federal courts located withinSanta Clara County, California for the purpose of litigating all such claims or disputes.136
  • 137. [3]Cédric Manara de l EDHEC de Nice a brillamment expliqué ces enjeux lors du colloque « droitet E.learning » organisé par l université Lyon 3 en juin 2009 intitulé « la valorisation du E.learning». Il est possible de visualiser son intervention en intégral sur le site de [4]deeptagging.Au regard de ce qui vient d être défini précédemment, Sommes-nous en présence de deux campsirréconciliables, les loyalistes de l ENT d un côté et les libertaires « Edupunk (2) » de l autre ?« Que c est bon d être [edu]punk Tweet sept.2009 ». Je ne le pense pas, à condition que l onse donne les moyens de lancer des passerelles entre les décideurs / investisseurs, les concepteursd ENT et la communauté enseignante. Un ENT (ne pas le réduire à la notion de bureau virtuel)efficace serait celui qui aurait la capacité à mélanger les contraintes d une gestion administrativeet la souplesse des solutions web 2.0. En ce sens, l ENT SPIRAL de Lyon 1 semble être la synthèsede ce compromis. M Christophe Batier (directeur technique du service ICAP) l explique dans denombreuses publications (une vidéo sur cette thématique doit bientôt paraître). Il explique qu ilne croit pas « aux solutions fermées . Il affirme que : « il faut laisser la liberté au enseignants etaux étudiants ».Liberté qui permet cependant aux enseignants de bénéficier d un environnement sécurisé, main-tenu par des spécialistes de réseaux, évolutif et avec une grande capacité de stockage.La question :Avons nous les moyens d investir dans des espaces fermés qui seront boudés par les enseignants? Peut on laisser se côtoyer des environnements numériques d apprentissage en dressant unecloison étanche entre les deux ?La formulation est certainement excessive mais poser la question est probablement déjà donnerune réponse à une ligne de fracture qui se dessine.Je pense que le dialogue entre les acteurs des deux systèmes est indispensable.Jean Paul Moiraud professeur blogueur [5]http://dsaa.apinc.org (avec Firefox)Notes(1) Bricolage entendu au sens où Claude Lévi Strauss le définit dans la pensée sauvage : « lebricoleur reste celui qui Suvre de ses mains, en utilisant des moyens détournés par comparaisonavec ceux de l homme de l art. Or, le propre de la pensée mythique est de s exprimer à l aide d unrépertoire dont la composition est hétéroclite et qui, bien qu étendu, reste tout de même limité ;pourtant, il faut qu elle s en serve, quelle que soit la tâche qu elle s assigne, car elle n a rien d autresous la main. Elle apparaît ainsi comme une sorte de bricolage intellectuel, ce qui explique lesrelations qu on observe entre les deux. » - « Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombrede tâches diversifiées ; mais, à la différence de l ingénieur, il ne subordonne pas chacune d elles àl obtention de matières premières et d outils conçus et procurés à la mesure de son projet : sonunivers instrumental est clos, et la règle de son jeu est de toujours s arranger avec les « moyensdu bord », c est-à-dire un ensemble à chaque instant fini d outils et de matériaux, hétéroclites ausurplus, parce que la composition de l ensemble n est pas en rapport avec le projet du moment,ni d ailleurs avec aucun projet particulier, mais est le résultat contingent de toutes les occasions 137
  • 138. qui se sont présentées de renouveler ou d enrichir le stock, ou de l entretenir avec les résidus deconstructions et de destructions antérieures. » Paris Agora 1962(2) Parmi les nouveau-nés cette année dans le vocabulaire anglo-saxon, on trouve le motedupunk. Il s agit d un autodidacte qui rejette les formatages éducatifs de la société Voirbillet de Mario Tomé « moi un Edupunk ? » - [6]http://carnets.opossum.ca/mario/archives-/2008/06/edupunk.html1. http://cicla71.typepad.com/2. http://mediacteur.canalblog.com/3. http://www.cedricmanara.com/4. http://fr.deeptagging.com/watch/le-droit-de-l-internet5. http://dsaa.apinc.org/6. http://carnets.opossum.ca/mario/archives/2008/06/edupunk.htmlTemps numérique, temps statutaire (2009-10-08 08:04) - moiraudjpBillet publié sur le site de la mission Fourgous (septembre 2009) - [1]Billet sur le même sujetrédigé en octobre 2010L intégration des TICE dans les pratiques des enseignants à fait éclater les murs de la classe, lespratiques nous le démontrent tous les jours et de nombreux rapports l ont analysé, décortiqué,(rapport Bardi Bérard les réseaux et l école numérique - 2002). Les rapports au temps et àl espace sont modifiés dans les processus d apprentissage. Le terme de continuité pédagogique estdevenu un terme très présent dans le discours pédagogique (la pandémie H1N 1 a redonné dulustre à ce concept). Il est vrai que techniquement les réseaux peuvent permettre d assurer lesapprentissages dans la classe et hors la classe.La notion de « dans et hors la classe » apporte probablement une valeur ajoutée pour la classe (desétudes européennes semblent le démontrer) mais &. Le travail de mise en place, de construction,de transmission des savoirs est un acte lourd qui modifie profondément le métier d enseignant.Aux nouveaux enjeux numériques correspondent un nouveau métier, nécessitant de mobiliser denouvelles compétences. Le numérique dans la classe n est pas une simple transposition du livre,les enseignants doivent développer de nouvelles stratégies. L enjeu est beaucoup plus complexe." Les compétences se modifient. L enseignant à l ère du numérique n exerce plus uniquementdans un espace géographique réduit au mur de la classe et au temps du cours, LE face à faceprofesseur / élève. Le numérique a rendu poreux les frontières du pédagogique (Anne MarieBardi L école et les réseaux numériques Juillet 2002). Nous ne sommes pas dans une simpletransposition livre - internet, le passage du livre au numérique transforme les attendus. Les compétences évoluent, se complexifient. La seule maîtrise du champ disciplinaire ne suffitplus. Il est nécessaire d inscrire sa démarche dans un cadre plus large où s inscrivent une multitudede compétences : Les compétences juridiques (droit d auteur, droit à l image, l exception pédagogique de la loiDADVSI&) ; Les compétences de régulation, il faut être en capacité de réguler des flux d information desélèves ;138
  • 139. Les compétences technologiques, la maîtrise du net nécessite une formation de base sur lesoutils ; Les compétences rédactionnelles, le principe du « hello world » nécessite une attention de tousles instants sur la qualité des contenus mis en ligne. En ouvrant (potentiellement on peut l ouvrir)l espace d apprentissage à des acteurs multiples on se doit de développer une politique de gestiondes droits de lecture écriture (dans un langage wordpress définir qui est administrateur, con-tributeur, abonné, éditeur, auteur). Exit le doigt levé pour prendre la parole ; Les compétences didactiques parce que l introduction des TICE ne se résume pas à la seulemaîtrise d un outil (même si le technologique s apprend voir supra). Il faut que les enseignantsconstruisent des scenarii pédagogiques qui tiennent compte de nombreux paramètres comme lecontexte, les outils, les acteurs et les ressources. Ce n est qu à cette condition que le numérique àune chance d émerger en tant que système efficace, vecteur de plus value pédagogique. L époquede la fiche de préparation s éloigne. La conception des cours s opère dans un registre multimodal(texte, image, son et vidéo)." Le temps et l espace se dilatent Les réseaux numériques perturbent la notion d espace éducatif.Les divers espaces de la vie d une personne se percutent. Il devient difficile, dans une logiquenumérique, de rendre étanche les temps personnels, les temps sociaux et les temps professionnels(les espaces numériques de la mission TICE en sont un exemple flagrant ; je lis un billet rédigé à23 heures un samedi soir). Quelle est la situation d un enseignant qui rédige le samedi tardivement? Quid de l enseignant qui répond à un de ses élèves entre deux activités privées sur le net ?Ce n est pas le décret de 50 qui va y répondre ! On peut multiplier les exemples. Beaucoup dequestions générées par les nouvelles technologies sur les nouvelles méthodes de travail et & peude réponses, pourtant beaucoup de pratiques dans le corps enseignant, qui n économise ni sontemps, ni son énergie, ni sa très forte capacité à travailler de façon réticulaire." Les acteurs se diversifiento Les associations d enseignantsElles viennent bouleverser les rapports existants dans le monde éducatif. Leur activité débordantene cesse d étonner (de m étonner). Un foisonnement intellectuel, un débat permanent, des connex-ions qui se chiffrent en million, des publications, une adhésion du corps enseignant à leurs écrits,une écoute de la part de la mission E.educ pour Sésamath. Mais & dans le cadre d un travailbénévole. (Clionautes, openenglish, sésamath, weblettre &), aussi efficaces et utiles soient-elles,leur action est en dehors des temps institutionnels du métier d enseignant, pourtant elles sont trèsprésentes dans le temps de travail des profs - Paradoxe du temps réel de l enseignant et du tempsinstitutionnel du métier d enseignant.o La multiplication des acteurs au sein des dispositifs de formationLe numérique permet d intégrer des acteurs multiples dans les processus d apprentissage (autresclasses, autres enseignants, professionnels&) selon les besoins de la formation (initiale, alternance,formation continue, VAE). Ces relations réticulaires demandent une autre organisation aussi biendans le temps que dans l espace." Le travail se transformeTous les enseignants qui se sont frottés, se « frottent » ou vont se frotter à l intégration des TICEdans les dispositifs d apprentissage savent (ou sauront) que cette activité est chronophage (con-ception, maintenance, accompagnement des élèves, temps de formation ou d autoformation). On 139
  • 140. est dans un autre registre que la préparation traditionnelle.Le rapport de l inspection générale - Mission d audit de modernisation Rapport sur la contributiondes nouvelles technologies à la modernisation du système éducatif mars 2007 le souligne dans cepassage - témoignage (page 17) :« L intégration d un objet technique dans une pratique professionnelle n a de chance de succès ques il est sûr et que s il rend les services attendus. L enseignant soucieux d utiliser au mieux le tempsde la classe et l attention de ses élèves, ne s exposera pas volontiers à des situations de blocageet ne tolèrera pas de longs délais d accès aux ressources. Il ne peut préparer systématiquementdeux cours, dont un de secours en cas de panne, risquer de perdre des préparations ou des travauxd élèves, ne pas pouvoir imprimer au moment voulu le document nécessaire à une synthèse ou àun travail ultérieur de la classe, gérer les aléas informatiques en même temps que le déroulementde la séance. »La confusion des espaces pose la question du : « quand suis-je enseignant, quand ne le suis je plus? », quel temps recomposé pour assurer, construire, faire évoluer mes apprentissages ?" La questionLa question qui se pose à l heure actuelle et compte tenu des arguments évoqués précédemment: Ne doit on pas intégrer le temps numérique dans le statut de l enseignant du primaire et dusecondaire ? Dans les faits le numérique est prégnant, la profession - bon gré, mal gré - s adapteaux changements. Le droit va-t-il intégrer ces changements radicaux ? Je rappelle que le change-ment va au delà de la simple introduction de nouveaux outils, il opère une nouvelle définitiondu métier. La mémoire de notre institution nous prouve qu à des moments de notre histoire nousavons su le faire, bien avant la rupture du numérique. A titre d exemple L OFRATEME a permisdans les années 60 d aider les instituteurs à éduquer les élèves aux arts et à la poésie via la radioscolaire. Temps de formation des élèves et des instituteurs intégrés dans les programmes (il estpossible d écouter le témoignage de Jean Valérien à ce sujet sur Canal U). On aurait pu prendrela décision d inciter les élèves à écouter le programme chez eux, on ne l a pas choisi (je fais partiede cette génération qui a pris goût à la musique classique grâce à France culture lors des séancesen classe le mardi après midi :-) )Très récemment dans le supérieur, le décret n° 2009-460 du 23 avril 2009 fixant les disposi-tions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs dans son article 3 énonce : «Les enseignants-chercheurs participent à l élaboration, par leur recherche, et assurent la trans-mission, par leur enseignement, des connaissances au titre de la formation initiale et continueincluant, le cas échéant, l utilisation des technologies de l information et de la communication.”Ce texte par voie de décret officialise le temps numérique dans le supérieur, il en donne mêmela transcription pécuniaire dans l arrêté du 31 juillet 2009 approuvant le référentiel nationald équivalences horaires /&/ dans la rubrique innovation pédagogique il est indiqué que l «Élaboration et mise en ligne d un module d enseignement ou de formation, sans tâches directesliées à l assistance et l évaluation des étudiants. Forfait d heures identique à l équivalent en nombred heures d enseignement présentiel. » On le constate l idée de temps numérique fait son chemin,même si l expression cas échéant met un bémol, elle entre dans les dispositifs statutaires. Pourquoile secondaire ne ferait il pas l objet d une analyse en ce sens ?Je sais que je pose une question sensible, qui risque de susciter des débats vifs et contradictoiresmais il me semble qu elle mérite un débat approfondi, la mission Tice est un lieu idéal.140
  • 141. 1. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/10/07/2583/Scénario pédagogique (2009-10-11 12:12) - moiraudjpUne tentative de formalisatio de scénario pédagogique. L’utilisation d’un espace numérique pourcollaborer avec ses étudiants, travailler dans et hors la classe.[1]scenario-blog à télécharger1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/10/scenario-blog-v2.pdf2.10 novembreTwitter et apprentissage (2009-11-23 09:38) - moiraudjpDepuis cette année j’ai inséré les fonctionnalités de twitter dans mes constructions d’apprentissage.Au début j’ai cédé à une mode, pourquoi ne pas faire comme les autres ? Un outil de plus dansmon arsenal enseignant, mais quid des fonctionnalités ? Je suis parti comme à l’habitude enprocédant par bricolage (aurais je un univers instrumental clos ?)Quelques mois plus tard je suis en capacité de tirer quelques enseignements liés à l’usage (ce billetn’a aucune prétention de généralisation)Le cadre technique : • J’utilise deux comptes twitter l’un pour mes étudiants, l’autre pour une communauté plus élargie d’enseignants et de chercheurs • J’agrège mes flux à l’aide de [1]Tweetdeck • Je diffuse mes flux twitter sur mon [2]blog d’apprentissage grâce à un plugin wordpress nommé [3]twitter for wordpressLe cadre pédagogique :Je travaille dans un cadre bien identifié et professionnellement homogène., le design de mode ettextile et la pédagogie et les réseaux numériques. Les communautés dans lesquelles j’intervienssont ”humainement” préexistantes aux réseaux numériques. Dans chacune de ces deux commu-nautés il y a une communauté d’intérêts, des intentions communes, des objectifs à atteindrepartagés.Le travail avec les étudiants est un travail à la fois en présentiel synchrone et en distant asyn-chrone, le travail avec les autres enseignants est un travail distant asynchrone. 141
  • 142. Les premiers pas sur twitter :Comme je l’ai dit en introduction, ce travail a été initié plus par tâtonnement que par protocolescientifique bien identifié (l’enseignement dans le secondaire se prête peu à ce genre d’exercice :-()les axes de travail avec twitter • Constitution d’une veille collaborative avec les étudiants. Ce travail commence à don- ner ses fruits mais il faut composer avec des conceptions du travail plutôt orienté vers l’individualisme. Les étudiants ont souvent exprimé ce manque de réflexe du partage de l’information. Je n’ai aucune indication sur la logique de recherche de mes étudiants. • Premier billet rédigé en collaboration grâce à un [4]billet diffusé sur twitter. Par collabora- tion j’entends un travail dont on ne connaît pas à l’avance le résultat, un travail où on prend un risque évident (notamment celui de se fourvoyer). Twitter a permis à des professionnels d’intervenir dans une problématique de cours. Dans le monde réel, je n’aurai jamais pu (ou alors en développant une énergie considérable) convoquer autant de professionnel pour s’exprimer sur une question à la frontière de la gestion et du design. • Diffusion d’offre d’emploi spécialisée. Twitter a permis de mettre très rapidement en relation des designers. Cette expérience n’est pas en marge de la réflexion disciplinaire puisqu’elle met en évidence la présence d’un travail réticulaire dans le secteur du design. • Mise en relation avec des enseignants d’autres établissements - Mon travail de veille a débouché assez rapidement sur des contacts fructueux avec d’autres enseignants, d’autres établissements. Twitter semble permettre de briser un tabou, oui les autres établissements peuvent être perçus autrement que comme des concurrents potentiels :-) . Les enseignants bloggueurs - ”twitteriste” existent et s’inscrivent dans une logique de mutualisation. Il faut avouer que (dans une configuration d’enseignement secondaire) c’est encore embryonnaire (peut être pionnier ?) Les premiers pas sont cependant encourageants. Je ne suis pas en capacité de dire quels seront les résultats de ce travail réticulaire. Faut-il y voir les prémisses d’une nouvelle façon d’apprendre, je ne suis pas loin de le penser. A ce jour je suis en rela- tion avec un professeur de philosophie (option design), un professeur / designer d’une grande école parisienne, une chercheuse d’infocom (j’espère ne pas me tromper de spécialité). Cette mise en réseau ne peut être que fructueuse pour nos étudiants. • Rencontre avec un groupe de designers- Les flux de twitter m’ont permis de rencontrer des professionnels du design lyonnais dans le cadre du groupe designer interactif. Ce groupe très récemment constitué réfléchi sur le métier de designer. Les discussions riches m’ont permis de découvrir des concepts (Pécha Kucha), de rencontrer des enseignants, des designers professionnels. C’est grâce à cette réunion que j’ai cherché ce que recouvrait la notion de Pecha kucha et que j’ai découvert le travail de Jean-Louis Fréchin et son travail sur no designJe vais continuer avec enthousiasme cette expérience et son observation et ne manquerais pas derédiger de nouveaux billets.142
  • 143. Les pistes de travail pour les mois à venir sont de continuer à faire adhérer les étudiants à ladémarche de veille / mutualisation, d’expliquer aux autres enseignants les enjeux de ce travail,d’essayer de comprendre la logique de veille des étudiants.1. http://www.tweetdeck.com/beta/2. http://dsaa.apinc.org/3. http://wordpress.org/extend/plugins/twitter-for-wordpress/4. http://dsaa.apinc.org/2009/11/11/logiciel-libre-logiciel-proprietaire/web, apprentissage et architecture scolaire (2009-11-28 09:16) - moiraudjp”L enjeu ne se résume plus ”mettre plus de numérique dans les politiques publiques”, mais bien”concevoir autrement, des politiques publiques différentes” - [1]la 27ème régionDans un précédent billet je me posais la question suivante, en forme de provocation - ”l[2]es sallesd’informatiques sont-elles mortes ? ” . Je vais poursuivre cette réflexion. Quoiqu’en dise larecherche l’outil est incontournable (je suis par ailleurs convaincu qu’il faut analyser la fonction-nalité de l’artefact)Mon travail d’enseignant de terrain intègre la dimension numérique mais j’ai le sentiment que jesuis encore largement dans le concept et pas suffisamment dans l’usage. Aveu d’échec à peinedissimulé ? Certainement pas mais une interrogation forte sur l’aspect global des apprentissagesà connotation numérique et une interpellation sur la question de l’architecture scolaire.Je pense être à un stade de ma carrière ou je suis en capacité de formaliser, de conceptualisermes pratiques. J’ai produit des scénarios, j’essaye de les expliquer, de les mutualiser auprès decommunautés de pratique (j’ai même participé à l’acte de recherche) mais ...Paradoxalement j’ai le sentiment de revenir à des préoccupations de début de carrière, gérer desproblèmes techniques. Alors que les formalisations didactique et pédagogique se précisent, je lutteau quotidien pour orchestrer mes outils. Je me retrouve vingt ans en arrière au moment ou laquestion de la gestion du tableau pendant une heure de cours me donnait des sueurs.Suis je entrain de régresser, ou le paradigme d’apprentissage s’est-il modifié ?Concevoir une séance de cours nécessite de prévoir une infrastructure technique lourde et je doisl’avouer parfois je baisse les bras et je renonce à mettre en Suvre des scénarios longuementconstruits parce que la pesanteur technique m’y pousse. Et pourtant ... mon établissement estlargement doté de vidéoprojecteurs et salle d’informatique.Alors caprice d’enfant gâté ? Je ne le pense pas, s’il m’arrive de renoncer c’est qu’en construisantd’autres alternatives pédagogiques j’ai complexifié le processus. L’environnement structurel neme propose qu’une solution centrée sur l’aspect technologique, fournir des vidéoprojecteurs, dessalles infos, des TBI). L’outil n’est pas pensé dans son environnement.J’ai le sentiment, à l’aune de ma pratique, que l’achat d’équipement ne peut se concevoir, pour êtreefficace, qu’en les pensant dans leur configuration architecturale. Quel est le sens de la salle infor-matique dans un univers d’informatique nomade ? L’informatique ne se conçoit plus uniquement 143
  • 144. comme un exercice indépendant demandant le transport sur site dédié. Ne faut-il pas repenser laclasse, une classe 2.0 ?Une question large, qui me fait comprendre au quotidien que mon établissement a été conçu dansun temps pré numérique, organisé sur des schémas d’une informatique pédagogique balbutiante.Aujourd’hui il est résolument inscrit dans un temps du web 2.0, de l’informatique nomade, del’ordinateur portable, de l’Iphone ... La pédagogie qui veut se marier avec l’informatique et lesréseaux numériques c’est mettre dans le panier de la future épouse une réflexion sur la conceptiondes locaux, qu’est ce qu’un mur en 2009 ?En attendant cette réflexion (mais certainement existe t-elle), pour construire un cours, je conçoisà la maison, je réserve préalablement un vidéo projecteur, j’arrive 40 minutes avant le début ducours, je monte trois étages arnaché de mon cartable, de mon portable, de la housse du vidéo,j’installe, je sors mon cable RJ 45, ma rallonge, je préviens les élèves de ne pas se prendre lespieds dans les câbles pour ne rien casser et enfin j’enseigne, à ce moment je suis heureux, je n’aipas renoncé :-)Lorsque l’on jette une bouteille à la mer, c’est que l’on a la certitude que quelqu’un va lire lemessage, y répondre.Bien le bonjour de mon île 2.0Rentrée 2010 - [3]Je fais évoluer mon coursRobinson 2.01. http://la27eregion.fr/-A-propos-2.http://moiraudjp.wordpress.com/2009/09/23/salles-informatiques-sont-elles-mortes/3. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/09/18/organisation-classe/2.11 décembreEspace numérique: espace, temps (2009-12-06 16:54) - moiraudjpUn travail de synthèse sur mon travail de ce trimestre. Un document en forme de synthèse par-tielle post départ de l’INRP, à qui je dois beaucoup (merci Hélène, Luc, Valérie, Gilles, Eric,Catherine,Sylvain, Sophie, Jana, Jean-Philippe) et actuel retour à la vie de professeur lambdadéboussolé.[1]Le travail de synthèse en .pdf[slideshare id=2723494 &doc=pourquoi-espace-numeriqueblog-091215095054-phpapp01 &type=d]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2009/12/pourquoi-espace-numerique_blog.pdf144
  • 145. Tri des flux twitter (2009-12-07 08:15) - moiraudjpL’efficacité de twitter dans l’enseignement fait l’objet d’une longue littérature. De ma posture desimple enseignant je n’ai pas la possibilité de mener des investigations scientifiques qui pourraientme permettre de donner un avis général. Par contre je peux témoigner de mon expérience. Lesflux twitter à but collaboratif engagent les acteurs à suivre régulièrement l’actualité, il est difficilede trier les flux. Les nouvelles fonctionnalités de twitter permettent d’insérer les flux dans un site,blog ...J’ai choisi d’opérer un tri sur mon blog d’apprentissage en créant des pages dédiées et c’est ici : • [1]Page d’explication • [2]Page des flux de la section • [3]Page des flux des étudiants1. http://dsaa.apinc.org/les-blogs/flux-twitter/2. http://dsaa.apinc.org/les-blogs/flux-twitter/flux-dsaat/3. http://dsaa.apinc.org/les-blogs/flux-twitter/flux-etudiants/ 145
  • 146. 146
  • 147. Chapter 320103.1 janvierBTS design de mode (2010-01-13 09:42) - moiraudjpCe billet est une expérimentation sur le rapport entre le textile et internet. Travail de Jean-PaulMoiraud et Bruno Venturelli, professeursJournées portes ouvertes 18 et 19 février 2011 147
  • 148. [1][slideshare id=6539510 &doc=btsdesigndemodetextileetenvironnementoptionmode-110113011741-p hpapp02 &type=d]148
  • 149. 1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/01/capture-d-cran-2011-02-19-07-30-36.pngBTS design de mode option surface (2010-01-13 09:43) - moiraudjpCe billet est une expérimentation sur le rapport entre le textile et internet. Travail de Jean-PaulMoiraud et Bruno Venturelli, professeursTravail développé pour les journées portes ouvertes 18 et 19 février 2011 149
  • 150. [1][slideshare id=6539733 &doc=btsdesigndemodetextileetenvironnementoptiontextilemateriausurface-110113014009-phpapp01 &type=d]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/01/capture-d_c3a9cran-2011-01-15-c3a0-07-33-26.pngBTS IMS (2010-01-13 09:43) - moiraudjpCe billet est une expérimentation sur le rapport entre le textile et internet. Travail de Jean-PaulMoiraud et Bruno Venturelli, professeursTravail développé pour les journées portes ouvertes 18 et 19 février 2011150
  • 151. [1][slideshare id=6539725 &doc=btsindustriedesmateriauxsouples-110113013647-phpapp01&type=d] 151
  • 152. 1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/01/capture-d-cran-2011-02-19-07-29-32.pngDMA costumier (2010-01-13 09:44) - moiraudjpCe billet est une expérimentation sur le rapport entre le textile et internet. Travail de Jean-PaulMoiraud et Bruno Venturelli, professeursTravail développé pour les journées portes ouvertes 18 et 19 février 2011152
  • 153. [1][slideshare id=6539640 &doc=dmacostumierrealisateur-110113012801-phpapp01 &type=d]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/01/capture-d_c3a9cran-2011-02-19-c3a0-06-47-01.pngBTS productique textile (2010-01-13 09:44) - moiraudjpCe billet est une expérimentation sur le rapport entre le textile et internet. Travail de Jean-PaulMoiraud et Bruno Venturelli, professeursTravail développé pour les journées portes ouvertes 18 et 19 février 2011 153
  • 154. [1]154
  • 155. [slideshare id=6539557 &doc=btsproductiquetextile-110113012435-phpapp02 &type=d]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/01/capture-d-cran-2011-02-19-07-29-01.pngTissu interactif (2010-01-13 09:59) - moiraudjpBonjour,Vous êtes en ce moment sur le site du lycée La Martinière - Diderot de Lyon pour les journéesportes ouvertes du 18 et 19 février 2011. Vous êtes dans les locaux devant un panneau de tissuqui vous paraît inerte et pourtant ... Vous êtes en interaction avec un objet qui vous envoie del’information via votre smartphone.Visiter un lycée pour l’orientation de ses enfants c’est : 155
  • 156. • Se rendre sur site ; • Dialoguer avec les enseignants et les élèves / étudiants ; • Conserver des traces.Cette expérimentation du QR code sur textile est à la fois une démarche de recherche et unepremière expérimentation réalisée par Bruno Venturelli professeur de technologie textile et re-sponsable de la plateforme technologique et Jean-Paul Moiraud professeur de gestion en sectionsdesign de mode.Le textile vous permet ainsi d’obtenir des informations en direct sur la section que vous vis-itez :BTS productique textileBTS design de mode option modeBTS design de mode option surfaceDMA costumier réalisateurDSAA créateur-concepteur textileLa géographie du lycée[1] —————————————-—————————- ————-—————————————–———— —————————–————-1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2011/01/plan.jpgClasse virtuelle (2010-01-25 10:17) - moiraudjpL’enseignement (apprentissage) en sections design de mode et particulièrement en gestion pose enpermanence la question des connexions entre les enjeux de la formation initiale et les enjeux dumonde professionnel. II est utile sinon indispensable de confronter les savoirs académiques transmis156
  • 157. en classe et les savoirs professionnels (l’un ne primant pas sur l’autre). Jusqu’à ces dernières annéesil m’était très difficile de faire dialoguer ces deux mondes en raison d’incompatibilités temporelleset spatiales. La question récurrente était la suivante: ”Comment convier des ex étudiants dansmes cours, acteurs en capacité de faire la synthèse entre les acquis de l’école et les compétencesdu monde du travail.Dans un cadre non numérique, il est difficile, voire impossible (lorsque le référentiel ne le prévoitpas explicitement) d’organiser ces rencontres pendant le temps de cours. Non pas que les designersrefusent de participer au débat mais parce qu’ils sont distants, parce qu’ils ont une forte activité,parce que les temps de liberté professionnelles ne sont jamais les temps d’apprentissage. Le tempset l’espace sont un frein certain à la communication et aux rencontres dans une conception clas-sique. Depuis des années je me demandais comment concilier ces contraintes : • Confronter le savoir disciplinaire à une pratique professionnelle ; • Opérer dans un rapport temps et espace qui ne soit pas seulement un face à face pédagogique ; • Abolir le temps et les distances pour construire un apprentissageCe sont les [1]entretiens d’Autrans 2010 qui m’ont permis de tester le monde virtuel créé par [2]as-semblive et d’en percevoir les potentialités à travers des fonctionnalités intéressantes. Au delà desconsidérations purement techniques j’ai choisi de scénariser ce travail, c’est un acte complexe,un équilibre toujours instable entre l’environnement, les acteurs, le temps alloué, le programmeà respecter, les ressources à produire, les interactions à organiser. L’intention pédagogique vaconditionner les enjeux de cette construction.- Les enjeux pédagogiques de cette constructionEn premier lieu ce travail n’est pas destiné à promouvoir un énième outil de communication ,il serait possible de mener la même expérience sur Second life, les exemples ne manquent pas -[3]Voir expérience. Je trouve, pour l’instant, Second Life relativement complexe, réservé au mondedes ”[4]geeks” et demande des temps de formation plus long.La démarche engagée s’appuie sur une intention pédagogique organisée autour de plusieurs axes : • Permettre à des étudiants de rencontrer des designers professionnels (aspect factuel) ; • Donner la parole à des professionnels dans le cadre d’un apprentissage. Construire des savoirs structurés sur une interaction avec de nouveaux acteurs sans pour autant déposséder l’enseignant de son rôle d’acteur principal, d’expert d’une pratique pédagogique, d’un savoir disciplinaire ; • Donner sa place aux constructions de savoirs informels ; • Intégrer dans le processus d’apprentissage un espace virtuel comme outil de formation ca- pable de donner plus de sens à des problématiques du réel ; 157
  • 158. • Modifier les rapports de temps et d’espace dans les constructions pédagogiques ; • Initier les étudiants aux possibles futurs modèles de formation de l’entreprise 2.0. • Réfléchir aux conséquence statutaires et juridiques de l’introduction des mondes virtuels dans le secondaire ; • Conserver des traces des expériences (audio, vidéo, écrit) et produire des ressources ; • Mutualiser l’expérience par production d’un scénario.- Réel et virtuel • Questions techniquesLe choix de la plateforme Assemblive est un choix personnel qui se justifie par un ensemble defonctionnalités pédagogiques : ergonomie de la plateforme, manipulation relativement aisée, unephase d’apprentissage assez rapide parce qu’intuitive.Cela n’exclue pas (impose !) une phase de prise en main préalable aux phases de cours (ce n’estpas parce que le professeur trouve simple un système que les étudiants vont le manipuler avecaisance). Il me paraît inepte de vouloir transformer un enthousiasme technologique en processusd’apprentissage. Il est nécessaire de construire cet enthousiasme via une scénarisation, la conclu-sion de la phase réflexive pouvant être la capacité à renoncer.[5]Les fonctionnalités de ce monde virtuel le rendent attractif. Il est possible d’identifier les ac-teurs présents (sous forme d’avatars), de communiquer de façon protéiforme (chat, audio, vidéo,attitudes). Les acteurs intervenants peuvent insérer leur diaporama en complément de leurs in-terventions orales. On est assez proche d’une réunion dans le réel parce que l’interaction estsymbolisée par l’avatar, l’acteur est dans une attitude active. A ce stade de mon travail je redoutequand même les obstacles techniques (configuration des ordinateurs, calibrage audio, fluidité dela bande passante, plantage technique en pleine réunion ...). Je suis dans la dynamique du travailcollaboratif c’est-à-dire travailler avec une communauté qui partage un intérêt commun, traiterd’une thématique commune au groupe mais sans savoir à l’avance quel sera le résultat final. Jeprends donc par avance acte, d’un éventuel échec. • Complémentarité ?158
  • 159. La question sous-jacente à ce travail est : ”quelle est la place du virtuel dans un processus réel?”Faut-il opposer le réel et le virtuel ou faut-il les appréhender comme des espaces complémentaires?Je suis tenté de dire a priori que ces espaces sont complémentaires mais je reste à ce stade auniveau de la déclaration d’intention. Je ne pourrai donner une réponse étayée qu’après avoirréalisé quelques conférences et questionné les étudiants et des intervenants. Il est à noter que cerésultat n’aura de valeur que factuelle puisque je ne suis pas en mesure d’analyser un champ pluslarge. En matière d’architecture scolaire on se pose la question suivante, faut-il créer des sallesdédiées ou faut-il que le numérique soit un élément à part entière du processus de formation ,c’est-à-dire dans la salle de classe. Le réel et le virtuel interroge de la même façon, y a t-il untemps pour le virtuel et un temps pour le réel ? Ces temps sont-ils confondus ? Concrètement en2010 la réalité de la pratique me pousse à constater qu’il sont séparés. Mon travail d’analyse, deprospective me pousse à penser que l’on pourrait les mixer.- Temps numérique et temps statutaireLes rendez-vous dans le monde virtuel que je vais organiser (notez que je n’ai pas parlé de RDVvirtuels) le seront en dehors des temps de classe (aux alentours de 20 heures 30). Dans le réel lesanciens étudiants ne pourraient pas venir avant 18 heures ou pas du tout lorsqu’ils résident horsle rayon géographique du lycée. La construction de cet objet d’apprentissage éclate les repèreshabituels des processus d’apprentissage et pose de nombreuses questions auxquelles je n’ai pas deréponses mais qui sont des objets d’études forts intéressants. • Le monde virtuel un objet pédagogique non identifié (OPNI) ? Identifiable ?La construction d’une structure d’apprentissage via les mondes virtuels perturbe les repèreshabituels de l’enseignement dans le secondaire. La référence aux questions technologiques etpédagogiques est indispensable mais n’est pas suffisante, il faut y adjoindre une analyse du champdu statutaire du métier d’enseignant. Cette construction modifie certains équilibres en faisantémerger un nouvel objet pédagogique dont les contours ne semblent pas encore dressés. • Définition du temps de travailCe monde virtuel permet de réunir divers acteurs (professeurs, étudiants, professionnels ...) pourdébattre d’un sujet fixé à l’avance. Le temps scolaire n’est pas toujours compatible avec letemps professionnel, le numérique permet d’organiser des réunions à une heure qui convient àl’ensemble des acteurs (donc un temps hors le lycée). Efficacité (?) technique au service d’unprojet pédagogique mais avec un temps de travail aux contours flous. Essayons de décortiquerune séance de travail dans les espaces numériques. Imaginons une séance programmée un soir à20 heures 30, le professeur, les élèves et le professionnel se rencontrent dans l’ espace numériqueet débattent. Comment définir cet acte de formation ? Quel est le statut des acteurs ? Quelleest la définition juridique du temps ? l’avatar à t-il un statut juridique à part ? Il me semble quenous assistons à la naissance d’ un nouvel objet qui n’a pas encore de définition statutaire. Entout dans le secondaire je n’ai pas encore identifié.Comment, par conséquent définir, une conférence virtuelle intégrée dans un processusd’apprentissage. Tentons d’analyser le cadre de construction de la réunion virtuelle au regardde la construction : 159
  • 160. - La conférence virtuelle ce n’est pas ...... une préparation de cours (au moment de la réunion le travail de préparation a été effectué) ;... un cours au sens statutaire puisqu’il n’est pas référencé en tant que tel dans le VS (vérificationde service). Comment par conséquent qualifier ce temps ?... une obligation pour les étudiants. En présentiel il est normal de pointer les présences et lesabsences. Qu’en est-il pour un travail en soirée ? Si un étudiant décide de ne pas assister à laréunion je n’ai pas autorité pour lui en faire la remarque. Une absence peut être motivée par unrefus mais aussi par un problème technologique ou une absence d’équipement.- La conférence virtuelle c’est par contre ...Un réel acte de formation, une zone virtuelle qui augmente la réel, une possibilité de conserver destraces des travaux. Nous sommes probablement au début d’une nouvelle façon de construire lesapprentissages. Il sera nécessaire de suivre avec attention les évolutions, d’y participer. Il faudraaussi penser à scénariser ces processus parce que ces nouvelles structures ne trouvent pas encorecomplètement leurs places dans une analyse globale.La mise en Suvre de cette construction se trouve au centre d’une tension contradictoire, desfonctionnalités d’espaces numériques qui augmentent la réalité pédagogique mais dans un envi-ronnement juridique encore difficilement perceptible.[6]Billet similaireVous pouvez visualiser ci-dessous un module de formation :[slideshare id=2977765 &doc=vademecum-100123110852-phpapp01]Une vidéo de présentation de cet espace[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=LOAeL7Bnhks &hl=fr FR &fs=1 &]1. http://autrans.net/spip/spip.php?page=sommaire2. http://www.assemblive.com/home/3. http://dsaa.apinc.org/2010/01/22/internet-of-things/4. http://fr.wikipedia.org/wiki/Geek5. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/01/capture-d_ecran-2010-01-23-a-08-17-28.png6. http://moiraudjp.wordpress.com/2009/08/20/cours-scenarise/Mufle numérique ? (2010-01-28 08:49) - moiraudjp[1] Je pensais jusqu’à hier être un vieux routier du net, pourtant ...160
  • 161. Hier (26 janvier 2010) je vois passer un tweet de @batier en direct de Boston :” #ubiquité :dans mon siège à Boston en visio à l’IUT de Montpellier avec @dismoitic @christian mertz àPoitier @MarioAsselin à Quebec” intéressé par le propos une série de tweets suit : • ”@batier il y aura des traces de cette visio ? Bj à @MarioAsselin @dismoitic :-)” • ”@moiraud a priori oui c’est enregistré sur http://bit.ly/5AndqX”J’ai donc suivi les liens sur le blog de @MarioAsselin, j’ai rempli le formulaire d’inscription sur lemodule de visio pour la conférence mais ...[2]... Je me suis retrouvé, sans l’avoir voulu, à coté des conférenciers @batier, @MarioAsselin,@dismoitic et @christian mertz, alors que je m’étais préparé à écouter avec attention, tranquille-ment (en catimini) les propos savants des mes collègues sur l’identité numérique. Christian Mertzm’a convié très gentiment à prendre la parole, confusion, bafouillement, explications confuses àpropos de ma présence.@MarioAsselin, avec humour, twitte sa surprise de me voir apparaître. • ”RT @moiraud: Je vous écoute @dismoitic @batier @MarioAsselin >C’est donc possible de nous «épier», à Montpellier... Merci pour «le tuyau»!”Je me suis senti extrêmement gêné par cette immixtion fortuite, un ressenti de muflerie numérique[3]Imaginons la même scène dans le réel ...un tiers arrive dans une conférence et s’assoit à la tableet prend la parole.je n’aurais jamais osé venir derechef à la table des conférenciers. J’aurais bien évidemment de-mandé l’autorisation d’assister à la conférence et je me serais assis dans la salle parmi les étudiants,observant une discrétion de bon aloi.Cette petite histoire est loin d’être anecdotique, elle pointe du doigt les difficultés à gérer saprésence sur internet, en écho à la conférence du jour, quelle est la place de l’identité numérique ?Comment doit-on la gérer ? Peut-on venir dans n’importe quel espace, à n’importe quel moment? (même si la technique le rend ouvert) Quelles sont les règles sociales à appliquer sur le net ?Peut être un sujet de travail et d’analyse à venir pour les étudiants de l’IUT de Montpellier ? 161
  • 162. 1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/01/capture-d_ecran-2010-01-27-a-16-04-511.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/01/capture-d_ecran-2010-01-27-a-16-04-19.png3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/01/capture-d_ecran-2010-01-27-a-16-13-25.png3.2 févrierClasse virtuelle analyse d’usage #1 (2010-02-07 11:22) - moiraudjpFévrier 2010 - Premier test en grandeur réelle de la [1]classe virtuelle avec mes étudiants.- L’élaboration du scénario que je souhaite intituler ”module d’apprentissage par classe virtuelle”commence à prendre forme, il est le résultat d’une phase assez longue de préparation. Décrivonsles premières étapes : • Les acteursÊ Informer les étudiants. Une phase préparatoire d’explication des enjeux a été nécessaire. Ila fallu contextualiser ce travail en établissant les liens de causalité entre l’existence d’un espacenumérique et les enjeux de formation de l’économie et gestion Vs design. L’objectif affiché est defavoriser le rencontrer entre des professionnels du secteur mode, textile et environnement et lesétudiants en cours de formation. Je souhaite que s’instaure un espace de réflexion , d’analyse surles enjeux croisés du design et du monde de l’entreprise. Dans le monde réel je bute depuis desannées sur l’obstacle temps et espace, le monde virtuel est une réponse partielle à mes question-nements pédagogiques. Chaque classe (Design de mode, créateur concepteur textile, matériauxsouples) ont été informés des enjeux de cette construction.Ê Contacter les intervenants. Il m’a fallu contacter les potentiels intervenants et leur expliquer lesens de ma démarche, tant sur le point théorique que technique. C’est donc un temps de travailmasqué relativement long. Pour l’instant il est organisé sur la base de mon réseau personnel et duvolontariat des intervenants. Il pose à terme la question de la rémunération, quelle est la positionréglementaire sur la rémunération du temps de travail numérique dans un système qui est fondéessentiellement sur un présentiel synchrone ? • Les outils. J’ai opté pour la plateforme nommée Assemblive développée par aworldforus. Ce choix est le fruit d’une analyse comparée avec le monde virtuel [2]second life.Ê SL -Depuis deux ans je visite ce monde mais sans y trouver des réponses adaptées à mes besoinsde professeur exerçant dans les sections post bac du secondaire (BTS, DMA, DSAA). SecondLife est, en l’état de mes besoins, trop vaste, trop compliqué et je n’ai pas les connaissanceset/ou les infrastructures de programmation suffisantes pour construire un espace ad hoc. J’ai lesentiment que le temps de formation de mes étudiants serait trop long et que la lourdeur du softà télécharger serait un obstacle technique potentiel.Ê Assemblive - Le choix de cette solution est motivé par les intentions suivantes.162
  • 163. f Un environnement dans lequel on navigue simplement sans recours à un ”soft” lourd.Les acteurs du processus arrivent directement sur le lieu de travail, il n’est nul besoin de ”chercherson lieu de réunion”. Cet environnement est chargé de signifiant pour des étudiants de lagénération y ou digitals natives. Il évoque les [3]©sims avec lesquels ils ont joué plus jeunes.Les compétences basses (Jean-François Cerisier - Université de Poitiers) manipulatoires ont étéacquises de façon informelle pendant leur adolescence.f Des avatars qui permettent d’exprimer un gestuelle et des sentiments dans des espacesbien identifiés. C’est un avantage notoire par rapport à la visio conférence ou l’on ne travaillequ’avec un homme ou une femme tronc sans avoir la possibilité de percevoir les évènementsau-delà du cadrage caméra. Il me semble que les étudiants sont véritablement immergés dans cetespace, ils peuvent percevoir les interactions dans une conception 3D, exprimer des sentiments,des attitudes via leur avatar (se saluer, applaudir, lever la main etc)[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=-GcPKwpfCLo &color1=0xb1b1b1&color2=0xcfcfcf &hl=en US &feature=player embedded &fs=1][youtube=http://www.youtube.com/watch?v=g 0ceCzvOpU &color1=0xb1b1b1&color2=0xcfcfcf &hl=en US &feature=player embedded &fs=1]f Des espaces identifiés (amphithéâtre, salle de réunion, espace de détente) dans lesquels il estpossible d’exercer des travaux spécifiques différenciés. Ces espaces simulent le réel, pour autanton ne se situe pas dans une posture d’[4]effet diligence.f Des moyens d’interaction multiples - La voix, le texte, la vidéo, présentation de supportsnumériques. La communication est orientée vers la réticularité. Les possibilités d’interactionsne sont pas seulement descendantes et unilatérales mais bien réticulaires (Prof / étudiants -étudiants/étudiants - dialogue public, dialogue privé, dialogue public et privé)Ê Invariants pédagogiques entre SL et AssembliveDans les deux mondes on peut isoler des invariants.f Le design des environnements, je parle sous couvert des jugements de mes étudiantset collègues du secteur design, ”laid, moche, à améliorer, horreur ...” Cette variable est àaméliorer.Deux explications me paraissent plausibles pour expliquer cette absence de prise encompte de la variable design :ff Le coût de conception des espaces, il faudrait facturer le temps de travail de design-ers formés à ce type de travail (ce qui augmenterait d’autant le coût des services) ;ff La difficulté à mener des projets qui intègrent la diversité des compétences (les geekssavent programmer mais ne sont pas des designers, les designers ne sont pas nécessairement desprogrammeurs).f L’occupation de l’espace de travail. Ces espaces sont en général ouverts, ce qui sup-pose que toute personne peut y entrer. On peut imaginer que des personnes investissent des lieuxqui ne sont pas les leurs. Que se passerait-il si je venais faire cours dans l’amphithéâtre secondlife de la fac de droit virtuelle de Lyon ? Que se passerait-il si un tiers venait perturber uneconférence, comment réagir en présence d’un [5]mufle numérique ?Ê L’équipement des étudiants - C’est une variable fondamentale du dispositif, sans équipement 163
  • 164. personnel l’expérience est sans objet. J’ai la chance d’opérer dans un milieu où le tauxd’équipement des étudiants est très important, le travail distant s’en trouve facilité. Par contrele réseau du lycée est un obstacle certain par la présence d’un pare feu très efficace (trop efficace) • Les ressourcesÊ Pour l’instant les ressources sont des traces d’analyse d’usage réalisées lors des premiers testsgrandeur nature. En témoigne la vidéo ci-dessous (préférez le mode HD)[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=DRi1-zxQlqg &hl=fr FR &fs=1 &]Les traces iconographiques sur [6]FlickersA terme les conférences seront en partie saisies en motion capture et les diaporamas des in-tervenants seront mis en ligne. • Bilan du premier testÊ Constat de l’enseignantf Techniquement l’opération s’est déroulée sans encombre technique, pas de bug pour un pub-lic de huit participants. Les étudiants étaient à l’heure au rendez-vous (contrairement à ce quedit un tweet). L’opération était commentée en direct sur twitter, des échanges ont eu lieu avec@Hugobiwan et @hmeIl est a noter que les intervenants doivent opérer dans un environnement calme parce que les bruitsdes environnements domestiques peuvent parasiter le travail (pendant la réunion nous avons en-tendu une sonnette, un chien aboyer, le son de la wii de mes fils qui jouaient à Super Mario etparfaitement identifié par les étudiants)f Il semble nécessaire que les participants se munissent d’un casque pour éviter des effets d’échotrès désagréables.f Socialement - l’usage invite à établir des règles sociales de fonctionnement. Il a été acté queles professeurs, étudiants et intervenants n’auront pas de pseudo mais s’identifieront par leur étatcivil. Le cours étant un mix de présentiel réel et de distant virtuel, les acteurs se connaissent (cen’est pas le cas dans des dispositifs intégralement distants même avec période de regroupement enprésentiel). Les acteurs doivent apprendre à gérer une forme de diffraction sociale. Par diffractionsociale, je fais référence à Wiener et à la possible perte d’information. Il faut gérer à la fois lavoix mais aussi le chat, de la sorte on peut communiquer sans brouiller les messages. Le monded’assemblive n’est pas équipé d’un système qui permette de garder les traces des chats, c’est uninconvénient notoire parce que ces écrits sont des ressources riches pour les enseignants et lesétudiants.Ê Constat des étudiantsPremières analyses - Quelques ”loupés” sont à constater164
  • 165. Des étudiantes sont venues au rendez vous virtuel mais ne se sont pas rendues dans la bonnesalle. Elles ont attendu mais en vain et pour cause. C’est une pierre qui est lancée dans monjardin. Je suppose que j’ai mal expliqué les modalités de connexion (le syndrome du prof quitrempe dans un bain numérique et qui pense que c’est toujours simple). Je pense à l’avenir en-voyer le lien par mail ou par twitter aux personnes concernées.Une étudiante est venue trop tard au rendez vous, elle est arrivée dans la bonne salle mais vidéedes ses occupants :-(La suite de cette expérience fera l’objet de nouveaux billetsA titre d’illustration, un environnement ludique qui a du sens pour les étudiants de la générationY. Le jeu participe à la formation informelle des étudiants dans les mondes virtuels - Une vidéodes ©Sims[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=PngpjRE-CT0 &hl=fr FR &fs=1 &]De la pédagogie à la vie professionnelle - S’exercer dans l’un pour mieux appréhender l’autre[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=P6pP6jrml0w &hl=fr FR &fs=1 &]Le twitter de la séance[7]ims-virtuel-02-101. http://dsaa.apinc.org/contacts/conferences-virtuelles/2. http://secondlife.com/?v=1.13. http://www.sims2.fr/pages.view_frontpage.asp4. http://moiraudjp.wordpress.com/tag/effet-diligence/5. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/01/28/mufle-numerique/6. http://www.flickr.com/photos/moiraud/sets/72157623239259637/7. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/02/ims-virtuel-02-10.pdfClasse virtuelle analyse d’usage #2 (2010-02-11 15:45) - moiraudjp[1]La prise en main du monde par les élèves.La semaine du 08 février au 12 février 2010 s’est caractérisée par une fréquentation accrue dela classe et ce par divers acteurs : • ”Mes” étudiants viennent découvrir l’espace pour se familiariser ; • Un étudiant de Marseille en DSAA est venu visiter le lieu intrigué par l’expérience. C’est un étudiant féru de nouvelles technologies et utilisateur de twitter (c’est par ce biais qu’il a connu cet espace). dans sa classe les étudiants ont tous un compte facebook mais peu utilisent twitter comme instrument de veille informationnelle ; • Un enseignant de l’université qui travaille sur les mêmes thématiques de l’enseignement virtuel. 165
  • 166. • Les observateurs tiers - Je sais par témoignage de mes étudiants qu’un avatar est souvent une entité multiple. Les familles, les amis observent la pratique. J’ai souvent eu des commentaires dans les chats de type ”mes parents regardent en même temps que moi” ”ma grand mère regarde et vous salue” ”mes amis ont regardé l’espace”.Au stade de la découverte et des prises en main la classe est parfois un lieu de rencontrespédagogiques imprévues. Une séance en ligne a mis en contact deux étudiants de lycées différentset de formation différente (un DSAA de Marseille et une IMS de lyon). L’usage me fait songer àdes possibilités non ensisagées (rencontre interlycée ?)Les premiers constats - La prise en mais ne semble pas poser de problèmes aux divers utilisa-teurs dont les profils sont divers (du geek au béotien).A ce stade je reste prudent et je pense que les utilisateurs sont encore dans la situation de ladécouverte, de l’émerveillement de la chose nouvelle. • Les premières réactions des étudiantesElise (mais elle vous a déjà expliqué son problème) : ”Ne trouvant pas le lien sur votre blog, jesuis allé directement sur le site assembl’ive. Je me suis retrouvée avec Julie C, j’ai pu découvrirmais au bout de 20 minutes, après 2 bugs, je suis partie.”Problème similaire pour Sandrine.Céline : ”Moyen à la fois plaisant et pédagogique ; simple d’utilisation et pratique.”Aurore : ”J’ai acheté un micro !”Julie C. : ”Intéressant mais donnez-nous le lien pour s’y retrouver ...”Jessica : ”J’ai beaucoup aimé ! Assemb’live mélange le travail et le divertissement. Cependant ily a beaucoup de bugs.”Laureen : ”J’ai trouvé ça très divertissant. Pour moi tout a bien marché . Une nouvelle vision dutravail, virtuelle et simple. Une méthode qui peut permettre de parler a des personnes d’autrespays en quelques clic. L’espace est très design et actuel, il donne envie de le découvrir ; A quandla prochaine réunion ?”Fanny : ”Oui, ce ”sims en ligne ” est un media original et en phase avec les nouvelles tech-nologie...Elles sont utilisées ici à bon escient ! Ces conférences pédagogiques sont vraiment lesbienvenues dans notre formation. Elles nous permettent d’avoir un lien et un vrai dialogue avec lesprofessionnels, par l’intermédiaire d’un professeur, tout ça sans se déplacer. & s’y connectent ceuxqui sont vraiment motivés. De plus l’espace, les personnages et les attitudes sont bien adaptés età la fois drôles...En revanche je trouve ça dommage qu’il n’y ai pas possibilité de créer un compte définitif, carsi l’on rejoint régulièrement l’espace Assemb’live, il faut systématiquement re-ecrire un nom &re-customiser son personnage...surtout quand il y a des bugs, c’est long !J’ai hâte de voir comment l’interface arrive a gérer une vraie conférence.”166
  • 167. NDLR : Les étudiants parlent de bugs mais à titre personnel je n’ai pas ressenti de problèmes etj’ai perçu ce travail comme extrêmement fluide. J’ai l’impression que les problèmes évoqués vien-nent des tests du vidéo chat privé qui ont momentanément interrompu la conversation collective.Il me faudra déterminer ce que recouvre la notion de bug dans le discours des étudiants.- Travail de tutorat à distance le 23 février 2010 - (une étudiante) • Type de travail - Distant synchrone en individualisation.[2]Cours en individualisation séance du 23/02/2010Une réunion de 30 minutes avec une étudiante d’IMS 2 option mode qui souhaitait avoir des expli-cations sur une problématique de comptabilité analytique. Conseil personnalisé à distance en modesyncrhone. La réunion a eu lieu dans la ”meeting room”, l’étudiante avait envoyé préalablementun fichier xls. Le travail s’est concentré sur les données chiffrées visualisées en duplex.- Tests du 24 février 2010 • Causerie Inde -France[3]BengaloreUne communication avec une designer textile travaillant en Inde. Communication fluide et priseen main relativement simple. J’ai du tutorer la prise en main par internet. Un discussion centréesur la nécessité de travailler de façon distante synchrone. En Inde on demande le pseudo skypepour travailler avec ses interlocuteurs. La designer a découvert le monde virtuel. • Réunion prévue - Objet prise en main et découverte du monde virtuel- Les retours com- mentés par les des étudiants.Eva - Je trouve que cette classe virtuelle est très pratique et simple d’ utilisation. Néanmoins j’aieu quelques coupures de sons et j’ai été déconnectée 3 fois du site au cours de la rencontre. Misà part ces quelques problème j’adhère complètement au concept.Eric (prof observateur) - Désolé mais mon ordi n’est certainement pas assez puissant pour sup-porter ce type d’application... il s’est mis à ramer et je n’ai pas pu vous rejoindre dans la meeting-room... j’ai donc dû couper. 167
  • 168. Julie - à venir25 février 2010La salle virtuelle est visitée mais de façon non prévue, les étudiants (actuels et anciens) fréquententla salle de classe pour venir demander des renseignements. La rencontre est fortuite parce qu’ellen’est pas provoquée par un rendez-vous fixé. Ce sera un point à analyser plus précisément.une vidéo de travail in situ[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=9o-lhN9aUm8 &hl=fr FR &fs=1 &]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/02/assemb-amphi.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/02/assemb-meeting.png3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/02/capture-d_ecran-2010-02-24-a-10-16-351.pngUn autre exemple de monde virtuel, application pédagogique(2010-02-28 08:51) - moiraudjpUn autre exemple de pédagogie qui utilise un monde virtuel. Un professeur de mathématiques au[1]collège de l’Estaque à Marseille. On retrouve certains invariants pédagogiques que j’évoquaisdans un [2]autre billet :La lecture de ce document montre que malgré les différences de niveau de formation (collège/ Lycée post-bac), les disciplines (math / éco-gestion), les intentions initiales (apprendre dans lesmurs de la classe / tutorer à distance) on dégage des invariants pédagogiques. De quoi, sinonvalider, donner du corps au futur scénario que je vais bientôt publier.Analysons ces invariants :[3]DSAAT • Une réalité mixte ; • Un travail qui exploite les possibilités et fonctionnalités mutimodales du numérique (texte, image, son et vidéo) ; • Un travail expérimental, on est encore loin de la généralisation. Nous sommes en présence d’un enseignant bricoleur, au sens ou [4]Claude Levi Strauss l’entend ; • Utilisation d’un espace restreint (”espace plus confiné”) ;168
  • 169. • Choix de ne pas sélectionner SL parce que trop complexe et trop vaste ; • Un projet transversal (math, histoire, technologie, EPS, SVT) ; • Choix d’un cadre spatial et temporel (dans la classe, pendant les heures de cours) ; • Possibilité de travail collaboratif (que recouvre la travail collaboratif dans ce cas ? pas de définition) ; • Prise en compte des contraintes technologiques (puissance des ordinateurs) • [5] Taovacan[scribd id=27533779 key=key-2h5p2xy763jjgmfswr4f]Une expérience d’immersion dans opensims[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=LBZvyAiJFuc &color1=0xb1b1b1&color2=0xcfcfcf &hl=en US &feature=player embedded &fs=1]1. http://www.clg-estaque.ac-aix-marseille.fr/spip/2. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/02/07/classe-virtuelle-2/3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/02/capture-d_ecran-2010-02-28-a-08-20-13.png4. http://eductice.inrp.fr/EducTice/projets/scenario/spe/cadrage5. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/02/capture-d_ecran-2010-02-28-a-08-17-11.png3.3 marsScénario monde virtuel (2010-03-03 14:37) - moiraudjpCi-dessous une proposition de scénario pour l’utilisation d’un monde virtuel dans un dispositifd’apprentissage. Ce scénario n’est en rien prescriptif, il est le résultat d’une analyse et d’unepratique avec des étudiants. Ce scénario est susceptible d’évoluer avec l’expérience accumulée.[slideshare id=3324164 &doc=scnario-monde-virtuel-100303062623-phpapp01 &type=d]Conférence virtuelle N° 1 (2010-03-04 09:20) - moiraudjpLe 03 mars 2010, nous avons organisé la première réunion virtuelle, étaient présents environ 25étudiants et profs (certains avatars représentaient plusieurs étudiants). Le thème de la séance :DSAAT quelle formation ? Savoirs et compétences à acquérir.Pour reprendre une image tirée de la presse écrite, nous pourrions dire que c’était le N° O. 169
  • 170. Premier constat, le statut de professeur orchestre (concepteur du processus, trouveur deconférencier, meneur des débats, technicien pour la capture des ressources ...) est parfois lourd àassumer. Le stress ne m’a pas laissé le temps de vérifier les calages de quick time player et j’aioublié d’activer le module son :-(Une séance qui s’est déroulée de 20 heures 30 à 22 heures 30Un grand merci aux étudiants de DSAAT et aux étudiants de BTS pour leur brillanteparticipation.[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=42Tppn4AvMY &color1=0xb1b1b1&color2=0xcfcfcf &hl=en US &feature=player embedded &fs=1]Analyse de la séanceDans un ancien billet je tentais de définir le travail collaboratif et je disais1 :«Collaborer c est : Ne pas connaître à l avance le résultat de la collaboration est la premièrecaractéristique du travail collaboratif. L enseignant prend le risque de se conformer aux décisionsdu groupe. Cet aspect est probablement un argument de rejet prévisible pour de nombreux en-seignants. Sur le terrain les apprentissages sont au centre d une double tension, réaliser les objectifsdu programme , respecter la progression pédagogique dans un calendrier contraint. L incertitudegénérée par le travail collaboratif est forte, le risque d échec est à prendre en compte.»Nous étions hier soir dans cette situation, les faits ne l ont pas démenti.En organisant cette première réunion nous prenions un risque, celui de réussir ou celui d échouerlamentablement.Je vais essayer d analyser le plus objectivement possible cette réunion virtuelle sous des anglesmultiples. Je vais bâtir mon plan en utilisant le cadre de construction d un scénario pédagogique- Le contexte, les outils, les acteurs, les ressources. • Le contexteune conférence en ligne organisée pour les étudiants de DSAAT et BTS du lycée La Martinière-Diderot.Présents une vingtaine d étudiants (chiffres à affiner) et deux enseignants (un professeur de tis-sage, un professeur de gestion).Le but était de faire dialoguer des professionnels du secteur avec des étudiants en cours de forma-tion. • Les outilsLors d une première expérience, les enjeux technologiques sont primordiaux, du bon fonction-nement technique dépend la réussite pédagogique.170
  • 171. Au moment de lancer la conférence je ne connaissais pas le parc machine des étudiants (je lesuppose hétérogène). Il serait probablement indispensable de rédiger un mémo technique de con-figuration.- Le microphoneDes étudiants sollicités pour intervenir, ainsi qu un professeur ont décliné l invitation au motifqu ils n avaient pas de microphone. Une question se pose le microphone est effectivement absentou le participant connait mal le fonctionnement de son ordinateur ?- La connexion internet[1] Elle a été le gros problème technique de cette séance. A la façon des ordina-teurs, les modalités de connexion étaient hétérogènes (Box, ADSL, borne wifi, G3 ...). Celaramène aux réalités de l enseignement. J ai l habitude de travailler avec des enseignants de lacommunauté numérique, issus des milieux universitaires ou enseignants du secondaire geeks, touséquipés a minima d adsl lorsque ce n est pas la fibre.Résultat la première conférencière prévue s est désistée pour cause de crash de la freebox, laseconde n a pas pu venir pour cause de connexion poussive.Pendant la conférence une étudiante a abandonné la conférence par impossibilité de chargerl environnement (son avatar était nu cf un message de chat).Je suppose que tous les autres participants qui sont restés à la conférence c est-à-dire la ma-jorité des étudiants étaient équipés de lignes haut débit (à vérifier)Un reproche unanime de la part des participants a été le son haché à certains moments. HenriMorlaye de la société aworldforus (concepteur de assemblive) en donne les explications techniquesplus bas. Si je comprends bien il est nécessaire de n ouvrir que le monde virtuel pour le pasperturber les connexions.[2] • La solution pour éviter que le son soit haché : Le modérateur de la séance (moi) doit désactiver la fonction free talk et donner la parole aux intrevenants (de façon alternative) en cliquent sur la fonction add zone moderator de chaque avatar 171
  • 172. Conclusion intermédiaire faire le point avec les étudiants sur le parc machine.- Le logicielJ ai l impression que la prise en main du monde s est faite sans encombre par les participants.Je suppose que les nombreux essais réalisés en amont ont contribué à une prise en main efficace. • Les acteursIls étaient prévus au nombre de trois catégories :- Les étudiantsIl a été défini en cours le principe suivant : La participation reposent sur le volontariat.Dans la mesure ou cette activité est hors le cadre institutionnel je n ai pas d argument pourobliger, contraindre. C est d ailleurs un bel exercice pédagogique, agir par la conviction.- Les enseignantsUn seul enseignant pour l instant parce que je ne me suis ouvert de mon projet qu à unseul enseignant de la section. Le travail d explication doit s amplifier.- Les professionnels du secteurDeux intervenants étaient prévus mais pour des raisons purement techniques (problèmesde connexion) ils n ont pu venir. Le groupe dans un esprit de travail collaboratif a décidé de fairecontre mauvaise fortune bon cSur et a mis en place une discussion structurée sur la nature de laformation DSAAT. Une présentation des enjeux de la formation (acquisition des savoirs et descompétences) puis de questions / réponses s’est organisée.- Les avatarsL auditoire d avatars est intéressant à analyser. J avais énoncé les règles d identification,utiliser son nom d état civil. En pratique quelques avatars représentaient plusieurs étudiantsréunis pour bénéficier d un équipement ou d une connexion efficiente. Un point d analyseintéressant sur la nature de l identité numérique, avoir trois personnes sous une identité sans quel on soit dans le domaine de la pathologie.Il faudra réfléchir à l avenir sur la façon d identifier un avatar multiple- Les relations entre les acteursNous avons appris que les conversations doivent faire l’objet d’une discipline technique.Celui qui parle ouvre son microphone, lorsqu’il cesse de parler il coupe son micro.Echanges de mails, suite à la conférence172
  • 173. • Debriefing technique- Dialogue asynchone Henri Morlaye - Jean-Paul MoiraudNous avons eu quelques problèmes techniques (en fait un seul) parfois un son haché. Avez vousdes explications ?Le son haché vient dans la quasi totalité des cas:- des réseau bas débit, ou haut débit mais partagé par trop de personnes- un logiciel de partage de fichier utilisant aussi la bande passante montante comme bittorrentutilisé sur l’ordinateur ou un autre ordinateur utilisant le réseau. En fait n’importe quelle appli-cation saturant la bande passante montante.Dans les deux cas cela se voit en regardant la jauge verte ou rouge à coté du nom du participant.On a eu très rarement des cas de micro défectueux, facile à vérifier en utilisant skype ou gtalk. Etune fois une entreprise qui avait un logiciel interne qui posait des problèmes au niveau du proxy,et rendait le son haché, le logiciel s’appellait Videotron je crois. Si aucune de ces explications nes’applique on est face à une nouvelle espèce de problème.> Mais le résultat est globalement très positif, nous allons continuer.Fantastique. Je suis impatient que l’on sorte la nouvelle version, probablement ce week end ou lasemaine prochaine.> Nous avons appris à faire fonctionner en groupe (environ 25) couper le micro. en cas de nonparticipation et ouveture du micro en cas de participation. Intéressant. C’est effectivement lamanière la plus sûre de fonctionner pour un groupe discipliné. Il existe également un systèmede micro monopolisé par le conférencier, qu’il peut donner aux auditeurs qui désirent poser desquestion. Je devrais faire un screencast sur ce sujet un de ces jours. Un screencast existant enparle déjà un peu:[3]http://aworldforus.tumblr.com/post/240181568/focus-on-ease-of -use-this-screencast-will-show> Les problèmes techniques viennent surtout des équipements des étudiants et de la nature desconnexions (l’absence de box et le 3G sont rédhibitoires)Oui effectivement, entre le téléchargement de scènes 3D et la voix sur IP la connexion doit êtrede type ADSL. Beaucoup d’étudiants sont concernés par ce souci ?Comment éviter les coupures de son ? Suite conversation - Quelle est la solution pour éviter le son haché ?Et bien je dirais dans l’ordre le protocole serait: 1) Si une personne entend tous les autres enhaché, mais les autres entre eux ne s’entendent pas haché: lui demander de vérifier son débitdescendant par exemple avec un site comme [4]http://www.speedtest.net/2) Si tout le monde entend haché une personne et voit sa jauge en rouge: lui demander devérifier son débit montant avec Speedtest et de vérifier s’il n’y a pas une application utilisant ledébit montant comme bittorrent sur son ordinateur ou celui de quelqu’un utilsant la même box.3) Si les débits montant et descendant sont bons, vérifier la qualité du micro par exemple endiscutant avec quelqu’un en aparté avec Skype 173
  • 174. 4) Si rien ne marche, faire un rapport de bug. • Debriefing pédagogique- Marie étudiante de DSAAT (réaction immédiate après la conférence)Bonsoir,Cette réunion virtuelle , qui malgré l’absence de la principale intéressée, était plutôt réussie.Face à un professionnel certes le débat aurait pour moi plus intéressant. Organiser un questionsréponses pour les filières dsaa ou post dsaa pourrait peut être intéressant pour certains étudiantsen manque de réponses...Vivement la prochaine réunion virtuelle!!En espérant que le dieu des ordi sera avec nousCordialementMarie • Debriefing graphique [slideshare id=3355595 &doc=technique-100307025946-phpapp01]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/03/capture-d_ecran-2010-03-05-a-07-15-50.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/03/capture-d_ecran-2010-03-05-a-07-23-00.png3. http://aworldforus.tumblr.com/post/240181568/focus-on-ease-of-use-this-screencast-will-show4. http://www.speedtest.net/mondes virtuels comparaisons (2010-03-23 23:33) - moiraudjpTrois mondes, trois démarches, trois scénarii(second life, opensims, assemblive)[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=jUtPXE4tnDE&color1=0xb1b1b1 &color2=0xcfcfcf &hl=en US &feature=player embedded &fs=1]Conférence virtuelle N°2 (2010-03-25 11:20) - moiraudjpLa conférence du 25/03 - PréparationLa conférence virtuelle N° 2 s’est déroulée le 25 mars de 21 heures à 22 heures 30. L’intervenanteétait Thomasine Giesecke designerVoici son book[slideshare id=3547766 &doc=bookthomasine-giesecke-100325035458-phpapp01 &type=d]Cette intervention a été préparée en amont, réunions techniques et cadrage conceptuel.174
  • 175. Le cadrage de l’intervention[slideshare id=3547963 &doc=thomasine-100325042617-phpapp01 &type=d]Après la conférence - ConstatsJ’aborderai plusieurs points : • Le public de la conférenceUne assistance nombreuse est venue écouter à la conférence, des étudiants et des observateurs.- Des étudiants de BTS et des étudiants de DSAAT étaient présents et ont participé au débat enposant de nombreuses questions.- Des observateurs professionnels, selon mon recensement il y avait, une responsable de commu-nication d’une entreprise industrielle, deux organisateurs d’un évènement lié aux serious games,un responsable d’une entreprise (je me souviens qu’il était question de vidéo surveillance), unviticulteur bordelais. • Les aspects technologiques- La seconde séance s’est améliorée du point de vue technique, nous avons pu écouter sans problèmela conférence de Thomasine Giesecke. Le chat est un outil précieux en complément de communi-cation.- Mes interventions orales étaient d’un niveau de réception faible, je crois que cela tient à ma(encore) mauvaise prise en main de mon I.mac et de la configuration son.- Certains participants ont eu des pbs de connexions. Il me semble que cela est du à la nature deleur connexion (à vérifier) ”5ème déconnexion intempestive de la salle de cours. J’abandonne...Mais expérience à renouveler. ” - ”Grrr, ma connexion n’arrête pas de planter ! ”- LP- Écouter le (la) conférencier(e) et visualiser son diaporama. En phase d’expérimentation, il estparfois difficile de gérer tous les paramètres. Je suis encore dans une logique du réel que jetransfère dans le virtuel. Je m’aperçois que j’associe inconsciemment conférence, amphithéâtreet besoin d’être assis. Or ce qui prime c’est le contenu intellectuel. Assemblive met à dispositionune salle virtuelle qui permet de visualiser le diaporama en même temps que la conférence (unavatar non assis ne souffrira jamais de lumbago). Je tiens compte de cette erreur et la prochaineconférence sera dans la salle évoquée.A terme il sera possible de visualiser le conférencier par technologie one to manyLe prochaine conférence aura lieu ici - Nouvelles fonctionnalités - Une salle avec un écran devisualisation central 175
  • 176. 1 - Un nouveau design de salle avec un écran central[1][2]2 - Salle avec un viewerLa salle de conférence est équipée d’un viewver pour chaque auditeur (confort de lecture)[3]>/br>[4]176
  • 177. 3 - Lieu de conférence privéeIl est possible de prévoir plusieurs discussions pour plusieurs groupes en simultané. Les conversa-tions ne se percutent pas.[5]Je pense en conclusion que nous sommes dans la bonne direction, à terme nous aurons isolé lesproblèmes techniques et nos conférences seront totalement fluides.Déroulement de la conférence - Conclusions • La conférence et sa thématiqueLa conférence virtuelle s’est déroulée conformément au plan de travail fixé. Thomasine est inter-venue de façon fort brillante en se tenant au plan de travail fixé en amont • TwitterLa conférence a été aussi commentée sur twitter #giesecke par plusieurs participants, il y a eudes RT • FacebookUne personne a rédigé une note sur l’Suvre cSur blindé. • Point de vue technico - pédagogiqueA la deuxième conférence, je n’ai pas progressé, je tire les mêmes constats qu’à la premièreconférence. Je n’arrive pas à tout gérer en même temps c’est-à-dire, accueillir les gens, mener lesdébats, suivre le chat, twitter, prendre ds photos, enregistrer les films ... Les traces des débats nesont pas à la hauteur de mes attentes, elles sont partielles et forcément c’est insatisfaisant.Un film de la séance mais je n’ai pas encore réussi à insérer le son :-([youtube=http://www.youtube.com/watch?v=d6 HeobFxB4 &color1=0xb1b1b1&color2=0xcfcfcf &hl=en US &feature=player embedded &fs=1]Tout me pousse à penser que cette construction pédagogique qui instrumente les mondes virtuelsfait émerger des spécialités (développeur, concepteur de cours, meneur de débat, gestionnaire de 177
  • 178. ressources pédagogiques etc). Un travail nécessairement transversal qui instrumente des spécialitésbien identifiées.[6][7][8][9]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/03/capture-d_ecran-2010-03-26-a-17-42-32.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/03/capture-d_ecran-2010-03-26-a-17-43-07.png3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/03/capture-d_ecran-2010-03-27-a-15-37-42.png4. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/03/capture-d_ecran-2010-03-27-a-15-37-54.png5. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/03/capture-d_ecran-2010-03-28-a-21-26-44.png6. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/03/capture-d_ecran-2010-03-25-a-21-00-56.png7. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/03/capture-d_ecran-2010-03-25-a-21-02-58.png8. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/03/capture-d_ecran-2010-03-25-a-21-02-58.png9. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/03/capture-d_ecran-2010-03-25-a-21-00-56.png3.4 avrilUne entrevue avec Jean Michel Billaut (2010-04-01 17:23) - moiraudjpL’entrevue au E.Billaut show178
  • 179. La vie professionnelle d’enseignant réserve des surprises et parfois de très bonnes surprises. Unjour j’ai reçu un mail que j’ai trouvé énigmatique :”accepteriez vous un interview par skype visio sur votre première expérience de cours on lineavec Assembly ? de parler du monde de l’éducation face au 2.0 ? etc...vous pouvez-voir un peu ce que je fais sur mon blog ([1]http://billaut.typead.com)Si OK il faut nous fixer une date (en gros cela dure 15 à 20 minutes)..A vous lire”J’ai pris contact par curiosité et j’ai rencontré une personne formidable Jean-Michel Billaut. Sij’ose le superlatif ce n’est pas parce que j’ai eu droit à une entrevue mais parce que je le pensesincèrement (ce blog étant dédié à la pédagogie et aux TICE, je n’irai pas flirter avec l’extime). Jeresterai dans l’institutionnel en disant que Jean-Michel Billaut vient d’être élu homme de l’annéepar l’ACSEL - [2]La vidéo de son discoursJean Michel Billaut me qualifie de E.Franc tireur, c’est flatteur :-)”Bouger notre Education Nationale pour l’adapter à l’économie numérique, n’est pas une minceaffaire...Mais Jean Paul, dans son petit coin, s’y est attelé. Il n’est pas le seul (il y en a quelques autres).Structures hiérarchiques lourdes, syndicats ... Et telle une poule qui a trouvé un couteau, notreEducation Nationale observe...Jean Paul est enseignant à Lyon. Il est professeur de gestion en section ”design de mode” (LycéeLa Martinière Diderot). Il intègre des mondes virtuels dans des dispositifs d’apprentissage enprésentiel... Pourquoi a-t-il choisi la plateforme [3]Assemblive (déjà passé au e-billautshow) ?Est-ce vraiment un cours qu’il fait dans ce monde virtuel ? Comment fonctionne la mécanique? Ses étudiants sont-ils intéressés ? (oui car ce sont des ”digital natives”, pas besoin de leursexpliquer comment cela fonctionne...). Etc”Dans les commentaires Xavier Coiffard (@AngeZanetti) parle d’évangélisateur (à propos de JeanMichel), on retrouve là le langage des fidèles de SL. Jean - Michel Billaut est-il un Evangelistadvisor ? Assurément :-)Mon entrevue avec Jean-Michel Billaut[vimeo http://vimeo.com/10227755]1. http://billaut.typead.com/2. http://vimeo.com/108197063. http://billaut.typepad.com/jm/2010/03/connaissezvous-nicolas-leonard-.htmlConférence virtuelle N° 3 (2010-04-06 06:55) - moiraudjpContexte pré - réunionConférence avec des professeurs de gestion de l’académie de Lyon. Mardi 06 avril 2010 21 heuresL’objectif de cette réunion est de mettre en pratique le cadre conceptuel développé au coursd’un stage. Chaque enseignant et IPR sera à son domicile et participera en présentant un sujet 179
  • 180. ayant pour thématique l’économie. Chaque participant aura préalablement préparé un diaporamade maximum 5 slides.Objectifs de la séance : • L’aspect technologique, les ordinateurs, le soft, les connexions ; • Le travail distant synchrone ; • Le travail commun avec une diversité de public (enseignants, IPR, professeur d’autres disci- plines) ; • La construction d’une interaction pédagogique ; • Envisager des suites dans le champ disciplinaire de l’économie et gestion (essaimage de pratiques)Un petit mémo de présentation du monde virtuel a été envoyé au groupe préalablement à laréunion.[slideshare id=3672072 &doc=formation-100409001124-phpapp02]Post réunion 22 heures 16 - 7 participantsComme à chaque fois que l’on organise une première réunion avec une nouveau groupe c’est l’effetd’apprentissage qui domine et sa suite de questions techniques à régler en direct : • Prise en main de l’avatar et déplacement ; • problème de son lié au calibrage du microphone et à la distribution de parole ; • Comprendre à distance les réglages de l’équipement de son correspondant.Après des débuts compliqués pour raisons de prise en main de l’outil, nous avons pu dialoguercorrectement, trois présentations ont été réalisées (Yolande Barrau, Eric Guiraud, Jean-PaulMoiraud) à la fois en mode voix et en mode présentation du diaporama grâce au viewer intégré.C’est une amélioration évidente par rapport à mes autres expériences, c’est même un élémentcentral du dispositif.Je constate que lorsque le public est habitué aux conférences en ligne le temps consacré auxréglages s’amenuise parce qu’il y a une meilleure maîtrise de l’outil.Dans un cadre pédagogique il faut absolument passer par des phases de formation en présentielavant d’envisager un travail de fond, c’est indispensable (une formation en présentiel a priori mesemblerait être la bonne solution). Ce discours vaut pour tout type de dispositif en ligne (Open-sim, second life n’échappent pas à cette règle) - Il est nécessaire de tutorer les futurs tuteursAprès la phase de réglage nécessaire nous avons pu envisager les applications pédagogiques pos-sibles, il en ressort plusieurs pistes :180
  • 181. • Individualisation de l’enseignement ; • Cours en ligne avec utilisation de documents en appuie ; • Aide aux élèves malades ; • Session de révision ...Nous avons convenu d’une prochaine réunion :-) Merci aussi à Béatrice Donguy, Raphaël Multariet Annie Faure pour leur participation activeLes ressources de la réunionPrésentation de Véronique Bellemin[1]Présentation de Yolande Barrau[2][slideshare id=3658092 &doc=monnaie-barraut-100407112940-phpapp02]Présentation d’Eric Guiraut[3][slideshare id=3654315 &doc=e9fixationprix-100406235856-phpapp02]Présentation de Jean-Paul Moiraud 181
  • 182. [4][slideshare id=3658120 &doc=moiraudjp-100407113341-phpapp01]Twitter pendant la séance (une activité peu significative) • Réunion virtuelle le 06 / 04 / 2010 21 heures - Suite stage en présentiel - essaimage con- struction pédagogique - Des profs cette fois # ecogest-lyon • réunion virtuelle demain le hashtag sera # ecogest-lyon • Test de fonctionnement d’assemblive avec Yolande # ecogest-lyon • pb communication sur assemblive # ecogest-lyon • Eric Guiraut fait sa présentation # ecogest-lyon1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/04/capture-d_ecran-2010-04-07-a-06-54-33.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/04/capture-d_ecran-2010-04-07-a-06-54-49.png3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/04/capture-d_ecran-2010-04-07-a-06-55-10.png4. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/04/jpm.pngE.pedagogy - Does E.learning require a new approach to teaching andlearning (2010-04-08 07:37) - moiraudjp [scribd id=932164 key=key-2hmcu5mssq7d2qt9wlxc mode=list]Mondes virtuels - Scénarisation (2010-04-08 10:36) - moiraudjpJe commence à accumuler un matériel d’analyse dense. Dans mon cas toutes les expériences deréunions en monde virtuel sont une méthode de conception dans l’usage.Il faut commencer à en tirer des conclusions intermédiaires. La première est une tentative deschématisation en forme de prospective. J’ai repris les travaux menés avec Hélène Godinet pen-dant ma période INRP (2006 - 2009). J’ai repris les réflexions sur les blogs en les adaptant defaçon plus large aux environnements numériques. Je pense que l’enseignant qui est dans l’usage182
  • 183. doit à un moment donné prendre du recul et formaliser ses activités. Ne pas le faire, me semblet-il, nous condamne à recommencer à l’infini l’expérience de bricolage.Voici une première tentative de schématisation[1]L’aspect formalisation me pose problème pour l’instant, je suis dans l’incapacité de dire s’il fautle gérer de façon informelle (rédaction, carte heuristique, schéma) et laisser le choix au scénaristeou entrer dans un cadre défini strictement. (fiche primtice, logicial ad hoc) L’objectif est d’êtreen capacité de transférer une expérience de façon efficace. Cette posture pragmatique risque deheurter les puristes mais ce qui m’importe est notre capacité à transmettre, partager, mutualiser. 183
  • 184. [2][3]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/04/italie-026.jpg2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/04/maillage-026.jpg3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/04/maillage-026.jpgModule formation mondes virtuels (2010-04-10 09:57) - moiraudjpLa pratique des mondes virtuels me montre qu’il est vain de croire que les participants vont com-prendre rapidement et seuls les modalités de fonctionnement (même les fameux digitals natives).Voici une première tentative d’élaboration d’un document de formation à remettre avant touteséance. Ce document doit permettre de mieux aider l’administrateur à guider les participants.L’administrateur n’a pas le même écran que les utilisateurs. Par extension il faut se poser laquestion des liens entre le réel et le virtuel, quelle est la part de la formation en réel présentielpour être efficient en virtuel, distant, synchrone ?[slideshare id=3681224 &doc=formation-100410030320-phpapp02]Le premier module de formation s’applique au monde Assemblive. On peut appliquer les mêmesrègles aux mondes virtuels développés dans Second Life parce que les problématiques sont encoreplus complexes. Il s’agit d’être en capacité de mouvoir son avatar, de l’orienter dans un vastemonde. Par conséquent comment se donner rendez-vous ? Quel lieu sera le lieu de réunion ? Serat’il au sol, dans les airs ? La vidéo ci-dessous donne un aperçu de la complexité du déplacement.Le référencement préalable des lieux est indispensable.184
  • 185. [youtube=http://www.youtube.com/watch?v=vIts3nZLwPw &color1=0xb1b1b1&color2=0xcfcfcf &hl=en US &feature=player embedded &fs=1]Carriat conférence virtuelle (2010-04-15 18:33) - moiraudjpEric Guiraut du Lycée Carriat de Bourg en Bresse commence à intégrer un monde virtuel dansson enseignement. Il entre en phase de test avec ses élèves. Son intention pédagogique est decentrer son travail sur l’individualisation. Il va organiser des séances de révisions avec ses élèves.Cette expérience très intéressante mérite d’être suivie avec attention.J’ai eu la chance d’assister à la première séance.Une seule élève s’est présentée à la réunion maisce n’est pas à mon sens sur le critère quantitatif qu’il faut évaluer ce travail parce que la prisede risque est maximum pour l’enseignant - Une séance de travail pendant les vacances, sur unethématique très innovante. Gageons que l’unique participante va parler de son expérience à sescamarades et par procédé d’essaimage d’autres élèves se convertiront à ce modèle.Je mets la vidéo en guise d’illustration des mes propos[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=GuDkzy7UP5M &hl=fr FR &fs=1 &]La partie [1]classe virtuelle du blog d’[2]Eric GuirautLe diaporama de la séance, co-réalisé par Eric Guiraut et Jean-Paul Moiraud[slideshare id=3736593 &doc=classevirtuelledconomiedroitlycedu15avril-100415101527-phpapp02]1. http://guiraut.wordpress.com/classe-virtuelle/2. http://guiraut.wordpress.com/Mondes virtuels et compétences (2010-04-20 06:00) - moiraudjp[1] Je suis avec attention les expériencespédagogiques qui sont menées dans les mondes virtuels. Je viens de lire le Billet de David Cordinade Lille 1 à propos d’une réunion dans opensims qui s’est déroulée le 18 mars 2010 - [2]Le Billet 185
  • 186. (J’étais présent à cette réunion).Une autre description de cette visite par [3]SayapaIl est très intéressant d’analyser le billet de David parce que l’on y retrouve certains invariantsque j’avais évoqués dans d’autres billets. par invariant, j’entends des points communs à un pro-cessus d’apprentissage. Un éléments transversal indépendant du champ disciplinaire, du niveaude formation. La question technique dans les mondes virtuels me paraît être déterminante, lesbillets de David et de Sapaya l’expliquent clairement.La question technique est, au début d’un processus, centrale 1. ”Certains étudiants eurent des difficultés à installer leur environnement et s initier à la navigation dans les mondes 3D.” - L’intégration des mondes virtuels dans les dispositifs d’apprentissage pose en effet la question de la formation des acteurs et la question des choix de monde. Oui c’est difficile, parce qu’il faut installer un environnement souvent lourd et APPRENDRE les manipulations. Le facteur technologique reste encore un obstacle. dans le cas décrit on est en présence d’acteurs largement convaincus dans un cadre, me semble t-il, de l’expérimentation (”aventure, soyez les pionniers d un monde libre et indépendant !”) 2. ”Les serveurs de Francogrid ont un peu craqué durant la visite” - Je retrouve ici les risques que chaque enseignant prend en instrumentant les mondes numériques, le risque technologique, qui s’ajoute aux autres :-) 3. ”La gestion du groupe n a été facile car nous sommes de nombreux débutants ne maitrisant pas la navigation, la téléportation, ou la communication dans ces mondes.” - Là encore une question de formation, une question de compétence manipulatoire.Bien évidemment cette réunion s’inscrivait dans un cadre expérimental avec tous les risques quecela engendre mais elle a le mérite de poser de façon claire les enjeux éducatifs futurs. Cetteexpérience permet d’alimenter un matériel de recherche pour bâtir de futurs scénarii. Il me sem-ble que David est sur les mêmes bases puisqu’il conclu par :”Les projets pédagogiques sont à (re)découvrir également par de nouveaux usages à développer :la création, le dessin, l accompagnement de nouveaux groupes et les scénarii d usage ou d écrituredans les mondes 3D de la part des apprenants.”Une conclusion qui me conforte dans l’idée que les nouveaux processus d’apprentissage se com-plexifient et que l’on s’éloigne petit à petit du cadre simple enseignant / apprenant. Enseigner doitêtre pensé, à terme, comme un acte de collaboration où sont identifiés des champs de compétencesspécifiques (le concepteur, le designer, le développeur, l’enseignant ...). Pour l’instant nous bal-butions,nous tâtonnons, le développeur se veut designer, le designer se frotte au développement,le professeur tente de fédérer le tout, le chercheur observe ...Encore une belle façon d’illustrer les propos de Claude Levi Strauss sur le bricolage :186
  • 187. ”Une forme d’activité subsiste parmi nous qui, sur le plan technique, permet assez bien de concevoirce que, sur le plan de la spéculation, put être une science que nous préférons appeler premièreplutôt que primitive : c’est celle communément désignée par le terme de bricolage. Dans son sensancien, le verbe « bricoler » s’applique au jeu de balle et de billard, à la chasse et à l’équitation,mais toujours pour évoquer un mouvement incident: celui de la balle qui rebondit, du chien quidivague, du cheval qui s’écarte de la ligne droite pour éviter un obstacle. Et, de nos jours, lebricoleur reste celui qui Suvre de ses mains, en utilisant des moyens détournés par comparaisonavec ceux de l’homme de l’art. /&/Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâches diversifiées ; mais, à la différence del’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matières premières et d’outilsconçus et procurés à la mesure de son projet: son univers instrumental est clos, et la règle de sonjeu est de toujours s’arranger avec les « moyens du bord », c’est-à-dire un ensemble à chaque in-stant fini d’outils et de matériaux, hétéroclites au surplus, parce que la composition de l’ensemblen’est pas en rapport avec le projet du moment, ni d’ailleurs avec aucun projet particulier, mais estle résultat contingent de toutes les occasions qui se sont présentées de renouveler ou d’enrichir lestock, ou de l’entretenir avec les résidus de constructions et de destructions antérieures. L’ensembledes moyens du bricoleur n’est donc pas définissable par un projet (ce qui supposerait d’ailleurs,comme chez l’ingénieur, l’existence d’autant d’ensembles instrumentaux que de genres de projets,au moins en théorie) ; il se définit seulement par son instrumentalité, autrement dit, et pour em-ployer le langage même du bricoleur, parce que les éléments sont recueillis ou conservés en vertudu principe que « ça peut toujours servir ». De tels éléments sont donc à demi particularisés :suffisamment pour que le bricoleur n’ait pas besoin de l’équipement et du savoir de tous les corpsd’état, mais pas assez pour que chaque élément soit astreint à un emploi précis et déterminé.Chaque élément représente un ensemble de relations, à la fois concrètes et virtuelles ; ce sont desopérateurs, mais utilisables en vue d’opérations quelconques au sein d’un type./&/l’exemple du bricoleur. Regardons-le à l’Suvre : excité par son projet, sa première démarchepratique est pourtant rétrospective il doit se retourner vers un ensemble déjà constitué, forméd’outils et de matériaux ; en faire, ou en refaire, l’inventaire enfin et surtout, engager avec luiune sorte de dialogue, pour répertorier, avant de choisir entre elles, les réponses possibles quel’ensemble peut offrir au problème qu’il lui pose. Tous ces objets hétéroclites qui constituent sontrésor, il les interroge pour comprendre ce que chacun d’eux pourrait « signifier », contribuantainsi à définir un ensemble à réaliser, mais qui ne différera finalement de l’ensemble instrumen-tal que par la disposition interne des parties. Ce cube de chêne peut être cale pour remédier àl’insuffisance d’une planche de sapin, ou bien socle, ce qui permettrait de mettre en valeur le grainet le poli du vieux bois. Dans un cas il sera étendue, dans l’autre matière. Mais ces possibilitésdemeurent toujours limitées par l’histoire particulière de chaque pièce, et par ce qui subsiste enelle de prédéterminé, dû à l’usage originel pour lequel elle a été conçue, ou par les adaptationsqu’elle a subies en vue d’autres emplois. /&/ les éléments que collectionne et utilise le bricoleursont « précontraints ». D’autre part, la décision dépend de la possibilité de permuter un autreélément dans la fonction vacante, si bien que chaque choix entraînera une réorganisation complètede la structure, qui ne sera jamais telle que celle vaguement rêvée, ni que telle autre, qui auraitpu lui être préférée./&/ Sans jamais remplir son projet, le bricoleur y met toujours quelque chose de soi”Si non ne souhaitons plus ”bricoler” nous devons commencer par déterminer quelles sont lescompétences techniques à maîtriser par les acteurs : 187
  • 188. • Compétences manipulatoires pour les enseignants et les apprenants ; • Compétences techniques pour les enseignants et les apprenants (paramétrer ses logiciels, le module audio de l’ordinateur ...) ; • Être en capacité de choisir le monde virtuel adapté à ses besoins. Une question se pose, j’investis un monde et je conçois dans cet espace ou alors je pense mon enseignement, je détermine un cahier des charges et ensuite je sélectionne un monde adapté ?MAJ du 19 avril 2010Le premier jet de ce billet a été rédigé le 21mars. Depuis j’ai beaucoup pratiqué les mondesvirtuels dans le cadre de mon enseignement, j’ai confronté mon travail avec des universitaires(Lyon 3),avec des professionnels du secteur privé (assemblive notamment). Il en ressort que lesproblématiques de formation sont identiques, si l’on extirpe la chair disciplinaire on dégage desinvariants (je rédigerai un billet sur cette thématique)Par contre je vois une différence notable entre l’enseignement dans le secondaire et le supérieur :- Dans le secondaire l’enseignant reste l’homme orchestre, il a en charge toute l’organisation duprocessus, ce qui en l’état est une limite certaine à la généralisation.- Dans le supérieur la situation diffère par la capacité des UMR à diviser les tâches de conception.D’après ce que j’en ai vu le processus est réparti entre, le programmeur développeur, le concepteurdes cours (MCF, professeur des universités), les tuteurs.Ces analyses restent à affiner mais elles m’orientent vers l’idée qu’il n’ y a pas un modèle de for-mation / apprentissage unique. Le processus semble très dépendant du contexte de la formationet de l’état des relations entre les différents acteurs.Ces éléments valident partiellement des éléments du scénario monde virtuel en [4]téléchargementsur ce blog.Mon activité et mes réflexions sur ce sujet m’ont fait découvrir des positions assez radicales quiopposent les mondes virtuels et les mondes augmentés (les augmentatistes). Je n’ai pas trouvé delittérature abondante à ce sujet mais elles traduisent une bataille de fond entre les défenseurs deSecond Life et les mondes qui s’insèrent dans un navigateur. Ces querelles me semblent désuètesparce que trop centrées sur l’outil et laissent de côté l’essentiel : est ce que les mondes virtuelsdonnent une valeur ajoutée à l’apprentissage ?A suivre :-)1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/03/capture-d_ecran-2010-03-18-a-20-55-171.png2. http://davidcordina.free.fr/?p=4413. http://sayapa.tumblr.com/4. http://moiraudjp.wordpress.com/telecharger/188
  • 189. Intervention Lyon 3 Temps pédagogique et numérique (2010-04-21 14:07)- moiraudjp[1] J’ai eu le plaisir d’intervenir le 18 mars 2010à la journée de réflexion organisée par l’université Jean Moulin Lyon 3 intitulée ”expériencespédagogiques en E.learning”. Le programme riche et dense abordait des problématiques diverses : • PODCAST ET COURS MAGISTRAL Isabelle MICHALLET - Mai tre de Confe rences a l Universite Jean-Moulin (Lyon III) • MODULE DE COURS EN LIGNE - Herve CROZE- Professeur a l Universite Jean- Moulin (Lyon III) • CONSTRUCTION ET USAGES DU POWER POINT - Sophie TOUZE - Responsable de po le a l Ecole Ve te rinaire de Lyon • CHAT ET CORRECTION DE DEVOIRS - Ge rald DELABRE - Directeur adjoint du Centre Droit et Nouvelles Technologies a l Universite Jean-Moulin (Lyon III) • WIKI ET PRISES DE NOTES PARTAGEES - William DROSS - Professeur a l Universite Jean-Moulin (Lyon III) • FORUM ET SIMULATION DE RELATIONS INTERNATIONALES - Gre gory PER- RIER - Charge d enseignement a l Universite Jean-Moulin (Lyon III) • CHAT ET SUIVI DES APPRENANTS - Guillaume GODINEAU - Responsable du pro- gramme EAD en Science politique a l Universite Jean-Moulin (Lyon III) • SERIOUS GAME - Ge rald DELABRE - Directeur adjoint du Centre Droit et Nouvelles Technologies a l Universite Jean-Moulin (Lyon III) • ENVIRONNEMENTS VIRTUELS - Jean-Paul MOIRAUD - Professeur de gestion en section design de mode, Lyce e La Martiniere - Diderot • AUTRES PERSPECTIVES : RAPIDE et SOCIAL LEARNING - Yann BERGHEAUD - Responsable du SUEL a l Universite Jean-Moulin (Lyon III)Cette journée riche en témoignages d’expériences mêlait une foisonnante variété d’utilisation out-ils sur des niveaux divers (Lycée post bac, L1, L2, L3, M1, M2). Ce que je retiendrais cependantn’est pas la foisonnante diversité des expériences mais un point traité systématiquement danstoutes les interventions - Le temps. Quel que soit le niveau, la discipline enseignée, tous les inter-venants ont mis en exergue le rapport entre l’intégration du numérique et le temps. Un invariantpédagogique semble se dégager de ces journées. 189
  • 190. Quelques éléments liés au temps évoqué pendant cette journée.[2]Il apparaît que le temps est un élément central des constructions numériques. Il interroge de façonforte les enseignants dans leurs conceptions numériques et semble être un invariant pédagogiquequi s’inscrit dans le paysage pédagogique. Est ce une invitation à construire des scenarii mutual-isables ? Je ne suis pas loin de le penser mais c’est encore une question de temps qui surgit. Letemps de convaincre de l’intérêt des scenarii :-)Temps utile, temps partagé, temps insuffisant, temps en plus, temps limité, temps de réécoute,temps pendant le cours, temps en dehors du cours, temps des fuseaux horaires ... • [3]Les vidéos de la journéeCette analyse vient en écho à d’autres billets que j’avais rédigés dans ce blog : • [4]Espace et temps • [5]Temps numérique et temps statutaireMon intention n’est pas de résumer cette dense journée à la notion de temps mais d’en soulignerl’aspect transversal.1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/04/capture-d_ecran-2010-04-21-a-12-55-06.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/04/capture-d_ecran-2010-04-21-a-14-02-13.png3. http://suel.univ-lyon3.fr/webtv?task=viewvideo&video_id=4124. http://moiraudjp.wordpress.com/2009/12/06/espace-numerique-espace-temps/5. http://moiraudjp.wordpress.com/2009/10/08/temps-numerique-temps-statutaire/190
  • 191. Individualisation Mondes virtuels (2010-04-23 13:21) - moiraudjp[1]Laure AmandineStade N°2 de l’expérience.Mois d’avril - La phase de bricolage est en passe de s’achever, les expériences s’accumulent et lessoucis techniques semblent s’amenuiser. Je suis en phase réelle de travail, je peux me concentrersur l’essentiel de ma mission, enseigner et faire apprendre l’économie et gestion pour les design demode.Trois utilisations pédagogiques de ce monde virtuel- Pour les apprenants : • Les conférences en ligneLes expériences commencent à s’accumuler mais elles ne deviendront satisfaisantes qu’à partir dumoment où il y aura un programme régulier, planifié avec une réelle banque de données ressourcesqui sera réutilisable. • L’individualisationCette orientation commence à prendre forme et semble tout à fait satisfaisante parce quel’interaction est réelle. Les moments de travail ne sont pas ”factices”. Pourquoi factices ? Cequalificatif est à interpréter par rapport aux pratiques du réel. Au lycée je peux aller dans leslaboratoires de création mais 9 / 10 ce n’est pas le bon moment. Je suis administrativement dansmon rôle (je suis là) mais pédagogiquement totalement inefficace. Le monde virtuel me permetde fixer des rendez-vous d’une durée programmée, personne ne le voit mais ... c’est efficace- Deux pratiques d’individualisation dans la même journée, une interaction dans deux contextestechnologiques. Première cas un travail d’interaction avec son et texte projeté dans le viewer.Seconde une étudiante qui ne savait pas activer le module audio de son PC. Nous avons Suvréavec l’étudiante qui écoutait les commentaires et donnait ses réponses par chat.Le travail avec Amandine- Le travail d’individualisation avec Amandine s’est réalisée dans des conditions technologiquesoptimales, un réel global talk (pas d’écho, une bonne écoute, une bonne réception). Nous avonspu nous consacrer au travail concernant la gestion et le design. Nous avons fait évoluer le travail 191
  • 192. en direct grâce à nos échanges d’argumentaires.Le travail a semblé, de mon point de vue, très positif, les réactions des étudiants sont à con-sulter dans les commentaires.[2]Eric Guiraut et ses élèves du lycée Carriat (voir les commentaires) de Bourg en Bresse semblenttirer les mêmes conclusions (même si se sont des conclusions qui ne reposent pas encore sur unepratique établie)Une vidéo d’un moment d’individualisation (mettre votre son au maximum)[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=Kyv7pv71qLI &color1=0xb1b1b1&color2=0xcfcfcf &hl=en US &feature=player embedded &fs=1] • Un fichier son de cette séance d’individualisation[audio http://pagesperso-orange.fr/moiraud.jp/justine.mp3]- Pour les enseignantsL’expérience est accompagnée d’une analyse de pratique, de l’écriture d’un [3]scénario. A cejour le résultat est encourageant puisque deux personnes utilisent les résultats de mon travail,c’est peut être l’amorce d’une scénarisation par l’usage- Eric Guiraut cité précédemment- @AngeZanetti [4]consultant en monde virtuel[5]Un diaporama des séances d’individualisation[gallery orderby=”title”][6]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/04/capture-d_ecran-2010-04-25-a-11-08-17.png2. http://guiraut.wordpress.com/classe-virtuelle/3. http://moiraudjp.wordpress.com/telecharger/4. http://angezanetti.com/5. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/04/scenario2-053.jpg6. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/04/capture-d_ecran-2010-04-23-a-11-09-09.pngOpensims Vwcamp (Virtual world camp)video (2010-04-25 07:15)- moiraudjpLe cadre du vwcamp192
  • 193. J’ai participé ( 24 avril 2010) au Vwcamp organisé dans opensims. Une séance très instructive pourmon analyse des mondes virtuels comme élément de construction de processus d’apprentissage.Tout d’abord quelques ressources pour illustrer cette manifestation - Le contexte (une réunionde praticiens des mondes virtuels), les acteurs (une quantité de geeks scripteurs où pas), les outils(opensims, [1]twitter, [2]un blog,[3]un wiki, [4]facebook, [5]google docs) • Une vidéo[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=gC0KEVbAmBI &hl=fr FR &fs=1 &hd=1] • Un diaporama[6]Visualiser mon diaporama[7]Visualiser le diaporama de Jean - Marie LoucheLes invariants techniques - La formeLes discussions dans les différents ateliers ont été très riches (je reviendrai sur ce point dans unautre billet)Quels sont les points communs, les invariants pédagogiques, avec mes expériences dans assemblive? Beaucoup plus nombreux que je ne le croyais ... Je vais commencer par la communication, J’airetrouvé les mêmes contraintes : 1. Les réglages du son, il est nécessaire de caler les équipements avant de lancer toute discussion, cela peut prendre un certain moment car le logiciel demande une certaine maîtrise. Il est indispensable qu’il y ait un organisateur / technicien / formateur / pédagogue pour piloter les béotiens dans leurs réglages. J.M Louche a été parfait dans ce rôle et m’a guidé de façon précise et efficace- (phase de formation technique indispensable) 2. La communication. Elle repose sur deux éléments fondamentaux la voix et le chat. Des participants n’avaient pas la fonctionnalité activée soit pour des raisons techniques soit pour des raisons personnelles • Raisons techniques - On retrouve un élément que j’avais déjà abordé, l’homogénéité du parc ordinateur ; • Raison personnelle - Un participant utilisait le chat pour ne pas réveiller ses enfants (j’ai bien connu cette obligation), je n’ai pas utilisé le casque car pour une raison mystérieuse il désactive le son :-( - J’en tire une conclusion ,le travail dans un monde virtuel nécessité d’avoir des conditions matérielles optimales parce que l’interaction est réelle. Intervenir c’est parler, parler c’est avoir un environnement serein et calme. Pour les adolescents tous les pédagogues, éducateurs précisent qu’il ne faut pas que l’ordinateur soit dans un endroit isolé mais bien dans un lieu commun afin d’éviter les dérives, afin de favoriser un contrôle parental. Pour les mondes virtuels c’est le contraire IL FAUT un lieu calme, isolé favorisant l’interaction. Comment imaginer interagir dans un monde virtuel avec un ordinateur situé dans un lieux commun où l’on regarde la télé, on gambade, on claque les portes ? 193
  • 194. Les débats de fondL’analyse de Philippe Couzon sur son [8]blogJe vais reprendre et commenter un extrait du billet de Philippe / Mascottus ”Ce fut donc es-sentiellement d éducation et de pédagogie dont il a été question, pas particulièrement d opensim”.C’est l’éternel débat sur le net, quelle est la place de l’outil ? Personnellement j’ai tranché depuislongtemps, ce sont les usages qui m’intéressent. Entre un débat sur le court terme centré surl’outil et un débat à plus long terme centré sur une politique éducative mon choix est fait. J’airédigé des billets sur ce point en m’appuyant sur notre [9]histoire de la pédagogie instrumentée.En disant cela je ne mets pas la technologie comme un élément anecdotique, bien au contraire, jesouhaite simplement (?) qu’on la mette en écho avec les enjeux structurels des apprentissages etde l’enseignement.Philippe Couzon semble en partie partager cette analyse : ”En très bref résumé, je dirais seule-ment ceci : ce ne sont pas les mondes virtuels qu il faut expliquer mais les usages et il faut montrerplutôt que de démontrer.”Je sais que ma position ne va pas satisfaire les développeurs, les users geeks qui continuent àpeser le pour et le contre des mondes en tant que technologie en témoigne le billet de blog de”[10]The imprudence blog” :”/.../ What that does not mean is that we are shifting our focus back to Second Life. On thecontrary, OpenSim is, and will remain, our primary target. OpenSim-related features and issueswill take a much higher priority than before, while issues specific to Second Life take a back seat.In addition to focusing on OpenSim as a platform, we are becoming more involved with theOpenSim community. The response and enthusiasm from OpenSim users and developers has beenincredible, and we re looking forward to a long and fruitful future with OpenSim /.../”Vidéo d’une intervention du 25 / 04 - Fabrice Parisi[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=iw0UWN4 gmQ &hl=fr FR &fs=1 &hd=1]Analyse à suivre :-)1. http://twitter.com/vwcamp2. http://blog.vwcamp.org/category/non-classe/3. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/04/25/opensims-vwcamp/4. http://www.facebook.com/group.php?gid=1003999139605. http://docs.google.com/View?id=dvzsxgk_2dmdgfsc96. http://picasaweb.google.com/105162871257607734244/Vwcamp7. http://www.flickr.com/photos/jmlouche/4544049168/8. http://philippe-couzon.com/2010/04/25/vwcamp0410-jour-1-rencontres-partage-education-perception-et-collaboration/?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter9. http://moiraudjp.wordpress.com/tag/histoire/10. http://ow.ly/1CDgj194
  • 195. Challenge ITECH - conférence virtuelle (2010-04-28 07:41) - moiraudjpLa prochaine conférence virtuelle aura pour thème - Les textiles innovants - [1]Challenge ItechCette conférence est une progression certaine dans la démarche des mondes virtuels parce qu’elleest organisée en transdisciplinarité - Technologie textile et gestion.Elle aura lieu le 26 mai à 20 heures 30La date définitive n’est pas arrêtée mais ce sera fin mai. Seront intervenants des enseignantsde technologie textile, des anciens étudiants de DSAAT, une représentante de l’ARDI (agencerégionale du développement et de l’innovation)[2]La salle de conférence est iciTravaux préparatoiresLa réussite d’une conférence virtuelle dépend largement de sa bonne préparation - (Préparationdes outils, formation des acteurs, calibrage des interventions, indication des formats acceptés parle système, collationnement des documents à présenter), il faut donc lui consacrer du temps enamont pour optimiser les chances de réussite en aval.Le cadre des réunions virtuelles commence à se préciser (le [3]scénario pédagogique devral’intégrer) • Choix des conférenciers ; • Envoi d’un mémo de formation ; • Réunion préparatoire avec les conférenciers pour prendre en main l’environnement ; • Fixation d’un cadre d’intervention (nature de l’intervention, temps de l’intervention, nature des documents d’accompagnement, temps de discussion avec le public) ; • Méthode d’information pour la réunion (information en classe, utilisation de twitter, groupe facebook, mailing)La partie sélection et contact avec les conférenciers, détermination des thématiques est prise encharge par Bruno Venturelli, professeur de technologie textile et responsable de la plateforme tech-nologique.J’assurerai le réception des fichiers et leur mise en ligne dans le viewer de assemblive. Jem’occuperai de la captation de la séance (films, photo).Répartition des rôles- Introduction de la séance - Bruno venturelli- Transitions entre les invités - Jean - Paul Moiraud- Captation des données - Jean - Paul Moiraud 195
  • 196. Le document de formation envoyé aux intervenants[slideshare id=3681224 &doc=formation-100410030320-phpapp02]La salle de conférence et son mur de présentation[4]Les nouveautés testées pendant cette conférence :- Le fractionnement des tâches - Cette réunion pilotée par deux enseignants qui se sont répartisles tâches (voir les explications ci-dessus)- L’insertion des photos des intervenants. Le cours en immersion créent de l’interactivité. Uneréflexion d’un groupe d’étudiants m’a fait comprendre qu’il était utile de pouvoir identifierl’individu qui se ”cache” derrière l’avatar. Bruno Venturelli est intervenu dans une conférence(Conférence avec Thomasine Giesecke), il s’est présenté en tant que professeur du lycée. Lesétudiantes présentes m’ont dit qu’elles auraient aimé pouvoir mettre un visage sur le discours duprofesseur qu’elles ne connaissaient pas.Pour cette raison j’ai demandé aux intervenants d’envoyer une photo afin d’alimenter le documentde présentation de la conférence.La conférence sera commentée sur Twitter vous pourrez suivre les commentaires en direct sur lapage flux twitter du blog de cours - [5]iciA suivre ...1. http://www.itech.fr/pages/162-le-concours2. https://www.assemblive.com/event/kK3dCKY9Tf/3. http://moiraudjp.wordpress.com/telecharger/4. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/04/capture-d_ecran-2010-04-29-a-17-01-29.png5. http://dsaa.apinc.org/mashup-mode-et-textile/flux-twitter/flux-dsaat/196
  • 197. 3.5 maiMonde virtuel - Une autre façon de travailler ? (2010-05-08 08:09) - moiraudjpLe mois de mai, comme toutes les années, se caractérise par le suivi des dossiers des étudiants.Cette année une nouveauté en ce qui me concerne les modalités de suivi des étudiants.L’introduction du monde virtuel modifie ma façon de travailler parce que je dois inclure le suivien ligne, mon calendrier et mes méthodes évoluent.Quelques repères :Le suivi mail des relations travail avec les étudiants :[1] La nature du contenu des mails”J’ai entièrement repositionné mon projet professionnel d’un point de vue gestion mais j’auraissouhaité en parler avec vous si possible lors d’une conférence virtuelle.Je pourrais dans ce cas vous joindre un document vous expliquant mes partis pris et mon statutjuridique. Il me serait préférable d’en discuter avec vous. Je souhaite me positionner en tantqu’artiste designer et de ce fait simuler une exposition et par la suite lancé une boutique sur ducourt terme. Cependant sans avoir entendu parler de mon projet ou avoir lu mes fiches projetou philosophie j’ai peur que vous ne comprenez pas mon positionnement. Je souhaiterais donc sipossible fixer une date pour parler de mon projet lors d’une conférence virtuelle.”Autant d’évolutions qu’il va falloir décanter, analyser, formaliser et intégrer dans mes prochainesconstructions pédagogiques - De l’usage à la scénarisationA suivre :-)1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/05/capture-d_ecran-2010-05-08-a-07-59-39.pngJournées numériques (2010-05-09 08:09) - moiraudjpJe serai présent aux journées numériques (Jnumcamp) le 18 mai organisé par Paris Universitédans Second Life - [1]Le site web du Jnumcamp 197
  • 198. [2] [3]JnumCampLa bande annonce des journées numériques[vimeo http://vimeo.com/10203254]Le billet de Sophie Mahéo sur le carré des bloggueurs - [4]iciLe diaporama de photos de l’espace blogueur[5][slideshow]La restitution de mon intervention par @hugobiwan[audio http://pagesperso-orange.fr/moiraud.jp/sl.mp3]1. http://barcamp.org/jnumcamp2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/05/capture-d_ecran-2010-05-09-a-08-05-50.png3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/05/capture-d_ecran-2010-05-10-a-18-06-35.png4. http://jnum10.parisdescartes.fr/pg/news/sophie/read/1291/le-carr-des-blogueurs-20105. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/05/capture-d_ecran-2010-05-17-a-07-29-05.png198
  • 199. Chaire des civilisations numériques - Liège (2010-05-15 09:10) - moiraudjp[1] Mon intervention à la chaire des civilisationsnumériques à la haute école de LiègeL enseignement (apprentissage) en sections design de mode et particulièrement en gestionpose en permanence la question des connexions entre les enjeux de la formation initiale et lesenjeux du monde professionnel.II est utile sinon indispensable de confronter les savoirs académiques transmis en classe etles savoirs professionnels (l un ne primant pas sur l autre). Jusqu à ces dernières années il m étaittrès difficile de faire dialoguer ces deux mondes en raison d incompatibilités temporelles etspatiales.La question récurrente était la suivante : Comment convier d autres acteurs, riches desavoirs et compétences, en capacité de faire la synthèse entre les acquis de l école et lescompétences du monde du travail.”Dans un cadre non numérique, il est difficile, voire impossible (lorsque le référentiel ne leprévoit pas explicitement) d organiser ces rencontres pendant le temps de cours. Les designersne refusent pas de participer aux débats mais ... ils sont géographiquement éloignés, ils ont uneintense activité professionnelle, leurs temps de liberté professionnelle ne sont jamais les tempsd apprentissage.Le temps et l espace sont un frein évident à la communication et aux rencontres dans uneconception classique. Depuis des années je me demandais comment concilier ces contraintes :Confronter le savoir disciplinaire à une pratique professionnelle ;Opérer dans un rapport temps et espace qui ne soit pas seulement un face à face pédagogique ;Abolir le temps et les distances pour construire un apprentissage.L introduction des fonctionnalités d un monde virtuel dans la construction de mon en-seignement et dans les apprentissages de mes étudiants m a permis de reconfigurer mes intentionspédagogiques.Après avoir a priori déterminé le contexte, les acteurs, les outils et les ressources,j ai puformaliser ma pratique. 199
  • 200. J ai souhaité ajouter une dimension réflexive à ma pratique, m extraire d une situation debricolage (à bien des égards enfermante).J ai rédigé un scénario pédagogique, il est [2]téléchargeable sur mon blog, ne se veut pasprescriptif et ambitionne de mutualiser une pratique que chaque enseignant pourra interpréter àsa façon.Construire un processus d’apprentissage en utilisant un monde virtuelUn scénario pour l’utilisation d’un monde virtuel dans un dispositif d’apprentissage. Iln’est en rien prescriptif, évoluera avec l’expérience et découle d’une analyse et d’une pratiqueavec des étudiants.Le diaporama présenté en séance[slideshare id=4087528 &doc=liege-100513141018-phpapp01]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/05/31393_399686661906_672521906_4072759_6517961_n.jpg2. http://moiraudjp.wordpress.com/telecharger/Monde virtuel ou skype ? (2010-05-15 19:16) - moiraudjpMa pratique des mondes virtuels se partage (pour l’instant) en deux pôles distincts : • L’organisation de conférences en ligne pour confronter les analyses du monde professionnel et les enjeux de la formation ; • L’individualisation des parcours.Une question m’a été posée, pourquoi développer autant d’énergie dans les mondes virtuels pourl’individualisation (one to one) alors que les systèmes de visio-conférence sont tout aussi efficaces(et peut être plus souples ) ? La question est intéressante et mérite une réponse que je vouspropose d’exposer ci-dessous en plusieurs points :- J’enseigne la gestion en design de modeIl me semble important de rappeler en permanence que ma mission est d’enseigner la gestion, il nefaut jamais perdre de vue ce point déterminant. J’ai un cadre horaire déterminé, un programme”à boucler”. Je ne peux par conséquent à l’infini multiplier les solutions techniques (même sibeaucoup me séduisent). Mes analyses a priori me contraignent à un moment donné, à procéderà des arbitrages - je retiens ou je rejette. Je scénarise mes enjeux technologiques.J’ai retenu le monde assemblive parce qu’il contient aussi une solution de visio-conférence inside.Je n’ai ainsi nul besoin de demander à mes étudiants de charger le logiciel Skype (ou équivalent) etAssemblive, ce qui me contraindrait de former aux modalités et fonctionnalités de deux systèmes.Les temps de formation outils ne viennent donc pas en déduction des temps d’apprentissage (ils200
  • 201. sont en tout cas extrêmement réduits).- La salle de classe est un lieu neutreLorsque nous sommes dans nos classes ou nos amphithéâtres (en situation réelle) nous respec-tons un principe de neutralité, ce lieu est destiné à l’acquisition des savoirs. J’entre donc dansce lieu fort de mon statut d’enseignant avec une obligation de neutralité. Lorsque je j’investisles réseaux numériques pour une mission d’apprentissage, je peux me trouver dans un lieu privé(mon appartement par exemple). La webcam est à mon avis un instrument qui biaise la relationenseignant / apprenant. Mon appartement n’est plus un lieu neutre, il est une sphère de l’intimité.L’agencement des lieux, les personnes qui y circulent, les objets qui y sont disposés reflètent unepart d’un moi que je ne souhaite pas livrer à mes étudiants. La webcam fait entrer une part dema vie privée par le prisme de son champ de vision.Le design du monde virtuel, l’apparence de l’avatar sont à mon sens des éléments très importantsdu dispositif de formation parce qu’ils recréent un lieu neutre indispensable et concomitant audispositif de formation. C’est aussi une raison pour laquelle j’ai choisi ce monde. Un design assezsobre, même s’il n’est pas marqué par une esthétique très forte, qui cadre ce besoin de neutralité(il est la réplique d’un espace d’apprentissage). Il se démarque en tout cas des designs des espaceset des avatars (qui frisent parfois la vulgarité, je pèse mes mots) que l’on trouve parfois danssecond life.Il m’arrive de travailler dans les mondes virtuels à des moments hors les temps de présence statu-taire, je revendique le droit de pouvoir être vêtu de façon plus décontractée, plus relachée. Unevisio conférence me contraindrait de prendre soin de mon apparence et de travailler la neutralité duchamp visuel. Je ne veux m’y plier en aucune manière, le monde virtuel résout ces problématiques.En conséquence un espace immersif concentre un ensemble d’avantages qui le rend proche par sastructure de la classe en configuration réelle.Pour toutes ces raisons je pense que le paradigme de la virtualité est plus adapté que la visio-conférence. Les interactions peuvent être assurées de façon tout aussi efficace en s’affranchissantdes flux vidéos.Devoir multimodal (2010-05-16 08:28) - moiraudjpJ’ai demandé cette année à mes étudiants de rencontrer des designers qui ont créé des entreprises.Le but de ce travail était de confronter les savoirs acquis en cours et les réalités du terrain. Jesouhaitais que les étudiants constatent par eux mêmes que les enjeux de gestion sont fondamen-taux.La thématique de travail était la suivante :Trouver un designer créateur d’entreprise et réaliser une entrevue sur cette thématique. Chaqueétudiant devait opérer un travail de veille (trouver le designer), un travail d’écriture de l’entrevue,un travail de réalisation de l’entrevue (toutes les dimensions du numérique pouvaient êtreutilisées), la mise en ligne et l’analyse de l’entrevue sur le blog. 201
  • 202. Le premier travail me parvient (vidéo ci-dessous). Il n’est pas encore parfait (un travail de mon-tage s’impose dans l’avenir), il comporte des maladresses formelles mais ... j’ai le sentiment trèsnet que nos étudiants franchissent le cap du numérique et de son instrumentation pour valoriserla construction de leurs savoirs. Ce travail comporte un volet juridique puisque l’étudiante au-teure a demandé les autorisations ad hoc pour la publication. Attendons le billet de blog de cetteétudiante :-)[vimeo http://www.vimeo.com/11766624]Un autre travail d’entrevue avec une créatrice d’entreprise. Le travail de mise en ligne est un peucomplexe mais le résultat est là, nous pouvons suivre l’histoire de la création de coupé couzu.[youtube http://www.youtube.com/watch?v=xVWtC6s-qUs][youtube http://www.youtube.com/watch?v=diQHnJ9isVE]Les vidéos 3 et 4 vont suivre.En complément visuel de ces entrevues [1]le site de coupé couzu1. http://www.coupe-couzu.com/Journées numériques - Debrieffing (2010-05-18 18:24) - moiraudjpIl est des journées que l’on aimerait ne pas avoir vécu. Ce 18 mai en fait partie :-(Foin de mon égo, il a déjà été écorné il le sera encore ... En filigrane je dis que maprestation n’a pas été à la hauteur de mes attentes et pour cause ...1 - Quand tout va de travers ...Pour la première fois de ma vie numérique je cumule les catastrophes, lors des premiersessais je n’avais pas accès aux flux vidéos du carré des blogueurs, la pile de mon clavier sans fil alâché, la connexion internet s’est effondrée chaque fois que je me suis connecté sur le carré (lesautres mondes m’accueillaient sans problème). Connexion, déconnexion, jurons, reconnexion,jurons ...J’ai demandé l’asile numérique sur l’ordinateur de mon fils - Connexion après téléchargement duviewer 2.0.Arrivé sur site dans un état d’énervement avancé j’ai bâclé mon intervention, disons qu’elle n’étaitpas à la hauteur de ce que j’avais à dire, d’un sujet que je maîtrise parfaitement. HeureusementHugo dans sa restitution brillante m’a sauvé du naufrage.[audio http://pagesperso-orange.fr/moiraud.jp/sl.mp3]Passons donc cette navrante expérience au compte des pertes et profits pédagogiques.202
  • 203. 2 - Quelles conclusion en tirer ?Dans toute situation détestable, il y a des enseignements à tirer.J’imagine cette situation en configuration pédagogique devant des étudiants... ou plutôt jen’ose pas l’imaginer.Je reviens à mon scénario d’utilisation du monde virtuel - Quels sont les pré-requis indis-pensables :- Avoir une connexion stabilisée en permanence. Je suis ultra mais je reste persuadé quela machine est au service de l’humain, pas le contraire) ;- Avoir une formation préalable pour que l’outil reste en tâche de fond (la fonction dumonde virtuel est la facilitation de l’acte pédagogique, pas la loi de l’emmerdement maximum).J’ai eu du mal à manipuler la visionneuse de ppt ;Dans une situation pédagogique mon cours aurait été annulé, on voit poindre l’obstacletechnologique dans les constructions, s’il se doit être en tâche de fond, il n’en reste pas moinsqu’il conditionne tout le reste.J’en conclus que cet épisode tragico-comique explique en partie la frilosité des enseignantsface aux nouvelles technologies en général, aux mondes virtuels en particulier. Un enseignant abesoin de sérénité, de stabilité pour travailler, il n’a pas envie de concevoir un cours pour le jouroù ça marche et un cours pour le jours ou ça ne marche pas.Utiliser un monde virtuel c’est se mettre en danger, qui a envi de rajouter une couched’instabilité dans un univers incertain ?C’est un débat passionnant qui n’écornera pas deux convictions fondamentales chez moi:- J’adore utiliser les mondes virtuels dans les dispositifs d’apprentissage ;- Ma conférence était pas terrible.Essaimage (2010-05-18 22:23) - moiraudjpAu Québec; on s’inspire de mes méthodes :-)”Mesdames et Messieurs,En collaboration avec le Service Inte gration Travail Outaouais (SITO) et dans le cadre du groupe«Entreprenariat et re seaux» nous organisons un atelier brainstorming le 21 mai 2010 a 14h30regroupant des cre ateurs et cre atrices d’entreprises issues de l immigration. Le but de cetterencontre est de proposer des recommandations pour une meilleure inte gration e conomiquedes immigrants (tes) dans la re gion mais aussi d e largir nos re seaux de contacts. Nousaurons ainsi l occasion d e changer des ide es sur le renforcement de l entrepreneurship des im-migrants (tes) (discuter des proce dures canadiennes en entreprenariat, du plan d affaire, com-ment devenir travailleur autonome, possibilite s de financement, etc), et ce en compagnie de M. 203
  • 204. Robert Mayrand, directeur de SITO. Nous vous invitons donc a confirmez votre pre sence au 4,rue Taschereau, bureau 400 Gatineau, secteur Hull (Que bec) ou par courriel a cette me meadresse.”Cet atelier brainstorming aura lieu dans les mondes virtuelsJnumCamp du personnel au général ... (2010-05-19 09:00) - moiraudjpAprès avoir conté mes déboires égocentrico-technologiques, il me faut passer à l’essentiel de cettejournée, le contenu et mes réflexions sur le fond.D’abord un regret, celui de ne pouvoir utiliser a posteriori les traces du chat. La force des mon-des virtuels est qu’ils permettent de concevoir les projets en mode mutimodal (texte, image, son,vidéo), chaque médium est riche parce qu’il permet d’Suvrer a priori pendant les débats et aposteriori à l’aide des traces conservées. Pourtant je ne peux rédiger ce billet que sur la base denotes prises à la volée par absence des traces sauvegardées. Il est dommage que cette fonction-nalité n’existe pas ou ne soit pas activée. Il en est de même pour les autres mondes que j’observe(opensims, assemblive)Mon thème d’analyse est l’utilisation des mondes virtuels dans les processus d’apprentissage, les en-jeux et les [1]scénarii de la pédagogie embarquée (SPE) - La phase apprentissage est l’objectif prin-cipal, la fin , le monde virtuel est un moyen (la proposition inverse me parait contre-productive).Dans mon intervention j’ai posé la question du design des mondes virtuels, qui designe les en-vironnements ? En disant cela je savais que je jetais un pavé dans la marre et je connaissaispar avance la réponse qui me serait faite. Conformément à mes attentes il m’a été répondu quedans SL chaque propriétaire était son propre créateur-développeur d’espaces, d’objets de lieu. Jecomprends cette philosophie généreuse et par certains aspects libertaires mais ...Je me positionne comme enseignant du secondaire post bac et je cherche à analyser par quelsmoyens pourrait -on développer ces méthodes, les rendre mutualisables au plus grand nombre, os-erais je le mot d’industrialisation ? Je ne connais pas le profil type des participants du JnumCampmais j’ai le sentiment que c’est majoritairement une communauté de geeks, ceux qui agitent lesidées, les pionniers, les chercheurs des laboratoires ad hoc, les doctorants ...Je comprends la revendication du ”do it yourself”, lorsque je circule dans les créations de @hugobi-wan dans la [2]bibliothèque francophone (le lien est la SLurl de la biblio), je suis fasciné, je voyageen pleine poésie, c’est un laboratoire d’idées à ciel numérique ouvert. Pour autant, peut-on de-mander à chaque enseignant d’être en capacité de concevoir son monde, pour ses cours ? Je ne lepense pas. Il me parait illusoire de penser que les enseignants vont se mettre à coder, à créer àorganiser de façon massive, à acheter des îles. En disant cela je ne tiens pas un discours défaitiste,je pose une question de méthode pour un enseignement de masse.Je pense qu’il faut penser l’intégration des mondes virtuels dans les apprentissages de façon glob-ale par division des tâches. La transversalité, la capacité à croiser les compétences est un moteurde développement. L’intervention d’un étudiant de l’HETIC était intéressante à ce titre car ilexpliquait que leur projet était mené à plusieurs mains. Je crois beaucoup à une forme de ”supply204
  • 205. chain” pédagogique. Des concepteurs de cours, des développeurs, des ergonomes, des designers,un ”community manager” pédagogique ... et j’en oublie surement. A titre d’exemple, les photosen ligne de l’organisation des jnumcamp est très intéressante parce qu’elle montre cette divisiondes tâches (un chargé des tweets par exemple).Je ne suis pas dans la tonalité actuelle mais je pense qu’une vision d’un apprentissage instrumentépar les mondes virtuels est une source d’emplois, de nouveaux métiers. Dans le débat j’ai posé laquestion suivante à l’intervenant de l’ENSAD : ”faut-il créer un enseignement d’art appliqué pourdes designers de mondes virtuels ? ”Je suis convaincu qu’il faut passer du stade du [3]bricolage au stade de la méthode généralisable.Ne pas l’envisager n’est ce pas se condamner à cantonner les travaux des profs (notamment dansle secondaire) au stade de l’expérimentation décalée ? J’en parle avec sérénité parce que j’ai lesentiment d’appartenir à ce groupe de profs pionniers mais cette étiquette me pèse tant elle estenfermante. Ce dont ont besoin les enseignants, ce sont des outils clés en main (Éric Guiraud).En conclusion il me semble qu’il y a un champ à investir - Proposer des patrons de mondes virtuelspour l’enseignement - un apprentissage conçu dans une dynamique de projet transdiciplinaires. Jelivre ma réflexion aux commentaires parce que le sujet est vaste, complexe, probablement sourcede polémique mais évidemment passionnant.Précisions : Suite au commentaire de @angezanetti je tiens à préciser que dans mon esprit un projettransdisciplinaire intègre les décideurs et les financiers. Les enjeux pécuniaires sont fondamentaux.Sur ma page facebook je disais que le développement des mondes virtuels dépendait probablementde nos capacités à externaliser la conception. Le jnumcamp démontre de façon criante l’existencede ce terreaux fécond :-), les financiers n’étaient pas présents, ils peuvent s’exprimer ici.1. http://moiraudjp.wordpress.com/telecharger/2. http://maps.secondlife.com/secondlife/Ebeoplex/53/179/223. http://eductice.inrp.fr/EducTice/projets/scenario/spe/cadrageChallenge Itech - Réunion préparatoire (2010-05-19 22:37) - moiraudjpLe 19 mai au soir s’est déroulée la réunion préparatoire à la conférence ITECH.Cette réunion s’inscrit dans le cadre d’un travail collaboratif transversal entre un professeur detechnologie textile, responsable de la plateforme technologique et un professeur de gestion pourl’aspect organisation. Le travail collaboratif c’est aussi la capacité à réunir en un même endroitdes personnes de secteurs différents (enseignants, professionnels).Conformément à ce que je propose dans mon scénario pédagogique, nous avons réunis les diversacteurs en présentiel distant synchrone (professeurs de spécialités, étudiants, professionnels dutextile). Pour la plupart des acteurs, le travail immersif était une première, une découverte.L’objectif factuel était par conséquent double, faire découvrir une autre réalité de l’apprentissage- enseignement et organiser une conférence. 205
  • 206. Nous avons provoqué cette réunion car, hors les milieux de la recherche, des milieux technophiles,les mondes virtuels (immersifs) restent largement méconnus. Il fallait donc présenter la logique desmilieux immersifs. Nous sommes convaincus que ces solutions apportent une valeur ajoutée dansnos constructions mais tout aussi convaincus qu’il faut guider, orienter les participants notammentdans les fonctions manipulatoires pour les débuts. La clé de la réussite passe par une démarchepédagogique permanente.Nous avons profité de cette soirée pour aborder les questions de technique ie prendre en mainles avatars, gérer les modes relationnels et les passages de parole. Il apparait que les acteurs duprocessus utilisent assez naturellement le chat. Une activité de ”babillage” intense s’est dérouléependant la conférence (il est dommage que l’on ne puisse pas encore sauvegarder ce chat).Compétences manipulatoires abordées : Les déplacements des avatars, la gestion de la gestuelle, lamanipulation de la visionneuse, la gestion de la prise de parole, la gestion de l’identité numérique(le choix de l’état civil est imposé)Cette réunion est un forme de mise en abime puisque nous proposons une méthode innovante decommunication / apprentissage pour un concours qui traite d’innovation technologique textile.En résumé cette séance se caractérisait par : • Le contexte - L’enseignement de la technologie textile et le design au niveau BTS, DSAAT et école d’ingénieur ; • Une intention pédagogique - La présentation du challenge ITECH sur les textiles innovants. Réunir les différents acteurs engagés dans ce challenge et notamment la plateforme tech- nologique du lycée La Martinière-Diderot et l’école d’ingénieur ITECH ; • Des acteurs - Des enseigants, des apprenants, des professionnels du textile, des institutionnels ; • Les outils - Le monde virtuel Assemblive, des ordinateurs interconnectés ; • Des ressources - La production de documents de présentation sous forme de diaporama, la captation d’images de la séance et à terme captation de vidéos à fin de diffusion ;Quelques conclusions intermédiaires :Quelques conclusions intermédiaires :Il est nécessaire de déterminer les rôles des organisateurs pour gérer de façon efficace les réunions,les rendre plus fluides. Il faut me semble t-il attribuer des fonctions précises à différentes person-nes. Les réunions virtuelles nous orientent vers une division des tâches c’est-à-dire nommer unadministrateur des débats, un gestionnaire des captations, un gestionnaire du chat. La fluiditédes débats dépend largement de cette capacité à organiser efficacement les relations sociales.La gestion de la visionneuse - Nous avons eu des problèmes de gestion de la visionneuse. ce quinous est apparu comme un ”bug” technique est en fait une question de régulation sociale. Lorsquele diaporama était mis en ligne plusieurs personnes actionnaient les flèches directionnelles. Nous206
  • 207. aviserons à l avenir les participants que seul le conférencier peut avoir la main sur le déroulement,les auditeurs se contentant d avoir une attitude passive à l endroit du document.Le diaporama de la soirée[slideshow]Challenge Itech et réunion e.tech (2010-05-20 22:10) - moiraudjpL’ensemble des diaporamas qui seront présentés lors de la séance de travail et la présentationdes intervenants et auditeurs. Les participants peuvent consulter préalablement à la réunionl’ensemble des documents et préparer leurs questions.Vous pouvez déjà déposer vos questions en laissant un commentaire sur ce blog, nous y répondronsen séance.Pour vous connecter sur le monde virtuel [1]c’est iciLa réunion ITECH - La Martinière-Diderot aura lieu le 26 mai à 20 heures 30Le déroulement de la séance et les participants[slideshare id=4194570 &doc=itech-100521011648-phpapp02]La présentation de l’ITECH[slideshare id=4201930 &doc=prsentation-masson-100521075806-phpapp02]La plateforme technologique (PFT)[slideshare id=4202229 &doc=plate-venturelli-100521083646-phpapp01 &type=d]L’historique des challenges ITECH[slideshare id=4202195 &doc=photoschallenges-ventu-100521082105-phpapp02]Un projet - La borne de repos OKAMAK[slideshare id=4202273 &doc=morlet-100521084201-phpapp01]Le diaporama de synthèse[slideshare id=4205641 &doc=mai2010-100521140121-phpapp02 &type=d]1. http://dsaa.apinc.org/mashup-mode-et-textile/conferences-virtuelles/ 207
  • 208. Mashup (2010-05-22 14:20) - moiraudjpUn billet, une fois n’est pas coutume, pour mettre en avant un outil, un widget pour être précis.J’utilise souvent une expression pour définir mon travail.”Utiliser les fonctionnalités d’outils hétérogènes au profit d’un projet homogène”L’hétérogénéité peut avoir l’inconvénient de multiplier les lieux numériques, se déplacer de siteen site pour bénéficier des fonctionnalités souhaitées (Facebook, Twitter, monde virtuel ...),mémoriser les diverses url et les mots de passe. A ce jour mon blog concentre en un seul lieuces éléments, Twitter, Delicious et maintenant le monde virtuel. L’objectif de souplesse au ser-vice du travail, d’une réflexion gestion-design. J’espère que les étudiants sauront se saisir de cesfonctionnalités pour les mettre au service de cet immense ”think tank” qu’est le DSAAT.L’insertion du monde virtuel me permet de tutorer à distance les utilisateurs. Je peux me loguer,selon mes besoins en mode administrateur ou en mode utilisateur. Je bénéficie ainsi du visuel desmondes de l’un et de l’autre ce qui me facilite le travail en cas de demande d’assistance.Les images ci-dessous résument l’intégration des solutions hétérogènes dans le blog.[1][2]Ci-dessous une vidéo qui présente l’intégration du monde virtuel dans le blog.[youtube http://www.youtube.com/watch?v=d0XstwzKOUA]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/05/capture-d_ecran-2010-05-22-a-15-16-32.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/05/capture-d_ecran-2010-05-23-a-08-09-22.pngItech vidéos (2010-05-26 22:57) - moiraudjpLes vidéos de la conférence consacrée au challenge ITECH.208
  • 209. Une conférence de plus et c’est du savoir faire supplémentaire engrangé. Pour la première foisnous pouvons produire des traces de notre travail. Des traces que nous allons pouvoir injecterdans nos cours de l’année prochaine. Ce résultat est le fruit d’une analyse réalisée avec BrunoVenturelli et Josiane Masson. Nous nous sommes partagés les rôles. J’ai donc pu me consacrer autravail de captation et laisser la construction des enjeux techniques aux spécialistes du domaine.Cette réunion est l’aboutissement de six mois de travail, de test, d’analyse sur les mondes virtuelset la pédagogie. Nous entrons dans la période des stages, des examens et de la future période devacances scolaires. L’activité du monde virtuel va se mettre en sommeil sous sa forme active. Jevais entrer dans la période des bilans et des constructions des futurs projets.Participants à la séance du 26 mai (et seulement eux) répondez au questionnaire pour connaîtrevotre équipement informatique pendant la séance - [1]iciIntervention de Bruno Venturelli - Responsable de la plateforme technologique[youtube http://www.youtube.com/watch?v=nh1GXz4LaMk]Intervention de Josiane Masson - Responsable ITECH[youtube http://www.youtube.com/watch?v=-CSD1 YYqNY]Intervention de Josiane Masson (2) - Responsable ITECH[youtube http://www.youtube.com/watch?v=rnjqftIGMjc]Intervention de Laure Soncourt[youtube http://www.youtube.com/watch?v=RH86OxNnSlI]Intervention de Michel Fayot professeur tuteur[youtube http://www.youtube.com/watch?v=ylG7se6dKgg]Intervention de Claire Leblanc professeure tutrice[youtube http://www.youtube.com/watch?v=B3PViFHpiac][2]Les photos de la soirée—————————————-—————————- ————-——————————1. http://assemblive.wufoo.com/forms/assemblive/2. http://picasaweb.google.fr/105162871257607734244/ConferenceItech26Mai2010 209
  • 210. 3.6 juinMonde virtuel - Essaimage pédagogique - Eric Guiraut (2010-06-13 19:13)- moiraudjpLe travail engagé cette année a été riche en enseignements. Mon rapport annuel qui va bientôtêtre mis en ligne en donnera les détails. Un point a retenu particulièrement mon attention. J’airédigé un scénario et son objectif s’il n’est pas de donner des recettes et de donner des pistes.Eric Guiraut du lycée Carriat de Bourg en Bresse (01) a décidé, à partir de ma partition, dedonner son interprétation. Il livre en cette fin d’année son bilan d’analyse qui est très intéressantparce qu’il se positionne sur un niveau différent et qu’il pose les bases de l’existence d’invariantspédagogiques.Je joins ci-dessous son bilan[slideshare id=4488732 &doc=presentationblog-100613131647-phpapp01 &type=d]Bilan 2010 - Expérience monde virtuel (2010-06-16 06:21) - moiraudjpEn lien - [1]Le bilan 2011 d’usage des mondes virtuelsMon bilan 2010 d’usage des mondes virtuels.Un travail mené avec mes étudiants de BTS et DSAATet qui consiste à organiser des réunions distantes synchrone et des séances d’individualisation. Uneexpérience qui pose la question du travail pédagogique dans et hors la classe.Je tiens à remercier Henri Morlaye de [2]assemblive qui tout au long de cette expérience m’aaidé et conseillé de façon toujours efficace et rapide. Une présence on line sans faille et une con-naissance pointue des mondes virtuels qui m’a beaucoup aidé dans mes réflexions et mes analyses.Merci Henri :-)[slideshare id=4512277 &doc=synthsedfinitif-100615233513-phpapp02 &type=d]L’ensemble des billets rédigés sur l’expérience des mondes virtuels[slideshare id=4529696 &doc=2010-100617152400-phpapp01 &type=d]1. http://moiraudjp.wordpress.com/2011/07/07/bilan-dactivite-2011-le-e-learning-dans-les-mondes-virtuels/2. http://www.assemblive.com/home/Equipement de la salle de classe 2.0 (2010-06-18 10:10) - moiraudjpMes usages du numérique me mènent à un constat, j’utilise plus les fonctionnalités hors ma classeque dans ma classe. J’essaye d’en analyser les causes. Dans le cas présent la raison me paraîtévidente. Je travaille sur la base d’un dispositif de type web 2.0 qui est mobile, ubiquitaire, souple210
  • 211. que l’on souhaite instrumenter à la demande. Or ... mon lycée est structuré selon des modalitésdes années 2000 c’est-à -dire la salle de cours déconnectée de la salle d’informatique. On doitenseigner soit de façon traditionnelle, soit avec la numérique mais il est très difficile de faire lesdeux en même temps. Le numérique est contraint par le temps et l’espace, il faut prévoir pourtravailler, un temps d’au moins une heure et trouver une salle disponible.De quoi décourager, même les plus engagés :-( - [1]J’avais déjà rédigé un billet en ce sensJe vais pousser le raisonnement jusqu’à l’absurde. Nous avons des livres et nous avons des CDI.Qui aurait l’idée saugrenue d’aller au CDI (en ayant réservé au préalable un espace) avec sa classeparce qu’à un moment du cours on a envie (besoin) de lire un livre , de citer un passage , demontrer un image ?Le livre est dans les cartables et ça paraît une évidence pour tout le monde.Voici ma proposition graphique de ce que je suppose être le besoin actuel en matière de pédagogieinstrumentée. Une salle de cours équipée en accès internet, des portables pour les étudiants (outout autre dispositif de réception), des prises électriques intégrées pour palier les déficiences desbatteries et surtout ne pas mettre le feu au lycée avec des branchements pirates.La question finale : ma proposition est-elle plus onéreuse que les solutions actuelles ? Elle vautpeut être une analyse financière plus poussée ?[2] 211
  • 212. [3]1. http://moiraudjp.wordpress.com/2009/11/28/web-apprentissage-et-architecture-scolaire/2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/06/ideal-001-001.jpg3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/06/ideal-001.jpgLudovia 2010 (2010-06-24 21:00) - moiraudjpJe parlerai de mes expériences de bloggueur et des mondes virtuels à Ludovia. Une vidéo deChristophe Batier et Mario Asselin qui présente le groupe de bloggueurs qui seront présents àcette rencontre. Chaque jour vous pourrez suivre les fameuses vidéos de Christophe Batier :-)[dailymotion id=xdqoxv]Personal Learning Network PLN (2010-06-26 18:37) - moiraudjpJ’ai souvent évoqué, dans [1]mes billets, la notion de personal learning environment (PLE). Unequestion sensible qui m’intéresse beaucoup parce qu’elle instaure un dialogue avec la question del’utilisation et le déploiement des ENT.Doit-on tous utiliser les ENT ? Si oui, reste alors à en inventer les usages, si non, faut-il laisserfaire les innovateurs, bricoleurs inventer les usages par amalgame de solutions hétérogènes ? Bienévidemment la réponse ne se résume pas au pour ou contre, avec le clan des vertueux d’un côté etle clan des dissidents de l’autre. Le sujet est très complexe parce qu’il induit des questionnementsjuridique, pédagogique, politique, stratégique, financiers. Un article de fond serait nécessaire pouraborder les enjeux, le billet de blog est inapproprié pour traiter de cette question.Je peux résumer en quelques mots mes interrogations : ”Pourquoi à l’heure du déploiement massifdes ENT, les enseignants continuent’ils à utiliser le PLE ou PLN ?” Cette question me ramèneà mon sujet de prédilection sur le temps et le numérique. Pourquoi, alors que l’on équipe lesétablissements avec des outils clés en main, de nombreux enseignants ”passent (perdent ?) dutemps à construire leur propre environnement ? L’esprit de contradiction n’explique pas tout :-)Je viens de lire un billet de blog intitulé ”[2]19 Resources about Personal Learning Networks(PLNs)” qui est très intéressant. Je mets en vidéo un extrait de ce billet. Je l’aurais intitulé”Why teachers build PLN ?”Il est très intéressant de lire [3]le travail de Daniel K.Schneider du TECFA (Suisse). C’est enanglais mais son travail vaut l’effort de s’immerger dans la langue de Shakespeare :-)[vimeo http://vimeo.com/11276683]1. http://moiraudjp.wordpress.com/2009/10/08/ent-et-ple-opposition-ou-complementarite/2. http://teacherbootcamp.edublogs.org/2010/05/09/16-resources-about-personal-learning-networks-plns/3. http://edutechwiki.unige.ch/en/Personal_learning_environment212
  • 213. 3.7 juilletColloque et web 2.0 (2010-07-07 10:32) - moiraudjpJ’ai assisté dernièrement au [1]colloque E.learning organisé par l’université Lyon 3 intitulé ”Au-delà des plates-formes : la E-Pedagogie”. Je ne parlerai pas dans ce billet des contenus riches desinterventions mais de la structure d’un colloque au temps du web 2.0 ou une autre façon d’aborderla notion de temps et d’espace.Nous avions jusqu’à présent l’habitude de travailler dans un temps et un lieu déterminé, unethématique de colloque traitée dans un lieu précis et pendant un temps calibré. Le web 2.0 mod-ifie cet équilibre. Lors du colloque j’ai observé l’organisation de l’amphithéâtre et j’ai tenté unereprésentation graphique.[2]Que constate t-on ? Plusieurs éléments caractéristiques : • Les détenteurs d’ordinateurs se placent sur les bords de l’amphithéâtre pour bénéficier des prises électriques afin de ne pas être privés d’énergie. Lorsque l’on se rapproche du centre de l’amphithéâtre les possesseurs d’ordinateurs se raréfient. Il y a donc une stratégie tech- nologique de positionnement. A l’image des salles de cours, le colloque est tributaire de la structure technique des lieux. Nous sommes à la croisée des chemins, avec d’un côté des amphis construits à des périodes pré digitales et de l’autre des pratiques de collaborations synchrones distantes. J’y vois ici un [3]invariant actuel de la e.pédagogie, le rapport entre architecture et construction de savoirs. Il me semble indispensable, qu’à l’heure actuelle, les constructions ou rénovations de salles de colloques doivent prendre en compte ces contraintes 213
  • 214. (situation des prises électriques, sonorisation, wifi, câblage ... ). Je n’ai pas pu observer les stratégies des possesseurs des téléphones mobiles (I.phone, androïd) mais je suis sûr que c’est un élément à intégrer, parce que le 3G le dispute au wifi. • La circulation latérale dans les amphis est modifiée en raison de la présence des câbles d’alimentation. Il faut faire très attention à ne pas se prendre les pieds dans les fils d’alimentation. • Les discussions ne sont plus uniquement circonscrites dans l’amphithéâtre, elles s’organisent aussi en dehors (mais de façon synchrone) avec l’introduction de twitter. L’existence d’un double (mais complémentaire) niveau de discussion enrichie le présentiel mais complexifie l’organisation. Un participant distant ayant posé une question par twitter s’est étonné que l’on ne répercute pas sa question. J’ai le sentiment (déjà exprimé dans mon rapport annuel d’activité 2010) que la e.pédagogie impose une division des tâches. N’est-on pas en train de voir apparaître une nouvelle fonction, celle de community manager de colloque ? Ce qui est sûr c’est que le meneur des débats qui est en chaire ne peut plus tout assumer. L’introduction d’un monde virtuel complexifie encore la travail puisqu’il faut aussi gérer le chat intégré, les possibles incidents techniques, donner la parole, gérer le volume sonore etc. • La présence du numérique dans un colloque modifie les habitudes de travail. J’ai, au cours de ce colloque, visualisé les diaporamas et suivi les intervenants sur l’écran de mon ordinateur.[4]Le terme de e.pédagogie qui commence à émerger et à supplanter le terme de TICE me paraîtêtre un virage sémantique significatif. N’est-on pas en train de dire que la pédagogie à sa logiqueintrinsèque et que la technique a la sienne ? Ce que je veux dire par là, c’est que les deuxchamps deviennent des affaires de spécialistes avec des qualifications précises, des définitions quis’affinent. Deux champs spécialisés MAIS qui doivent travailler de concert. Enfin la fin du brico-lage pédagogique ?Les tâches à prendre en compte par les organisateurs sont : (propositions) Je vais me permet-tre de citer Marcel Lebrun ([5]Causerie spiral de @Batier) et dire que le numérique fait tomberune autre forteresse du savoir, celles des colloques, les machicoulis s’élargissent. On peut appren-dre dans et hors les murs du colloque.Quelques propositions :214
  • 215. [6][7]1. http://www.lyon-elearning.com/Presentation2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/07/amphi-001.jpg3. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/06/18/equipement-salle-de-classe/4. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/07/jel.png5. http://www.dailymotion.com/video/xbqyx0_citadelle-du-savoir_school6. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/07/taches-001.jpg7. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/07/amphi-001.jpgAnalyse 2010-2011 (2010-07-24 15:04) - moiraudjpMon travail d’observation d’usage s’oriente systématiquement autour de la question du temps etde l’espace dans les dispositifs d’apprentissage. Je vais creuser fortement cette question à partir deseptembre 2010. Elle me semble centrale parce que le monde enseignant semble, avec une dizaineannée d’écart, se poser les mêmes questions que les cadres du privé lorsqu’ils ont été dotés detéléphone et d’ordinateurs portables.J’ai essayé de formaliser ces questionnements sous forme graphique. 215
  • 216. [1]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/07/temps-espace-017.png3.8 aoûtSchémas processus monde virtuel (2010-08-01 09:10) - moiraudjpUne schématisation du travail élaboré dans les mondes virtuels. Je commence, en parallèle à montravail d’usage, à formaliser schématiquement mon travail. J’essaye ici de décrire les principalesphases de mon expérience inworld. J’ai retenu trois thématiques. Les deux usages du mondevirtuel, la notion de temps et d’espace et la nécessaire formation des acteurs avant tout processusd’acquisition des savoirs. L’idée principale étant que l’on ne peut se limiter à affirmer que l’onrelie des machines, on relie des cerveaux.1 - Individualisation et conférences216
  • 217. [1]2 - Temps et espace[2] 217
  • 218. 3 - Apprendre à apprendre[3]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/08/virtuel-1-018.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/08/virtuel-2-020.png3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/08/virtuel-3-022.pngLudovia - Blog (2010-08-02 10:04) - moiraudjpUn travail qui me servira de base pour Ludovia 2010. Le travail avec les blogs[slideshare id=4886757 &doc=blog-100802025909-phpapp02]Ludovia - Monde virtuel et blog (2010-08-02 10:09) - moiraudjpTravail qui me servira de base pour Ludovia 2010[slideshare id=4886763 &doc=virtuel-100802030019-phpapp01]Espaces numériques et métier d enseignant (2010-08-20 10:48) - moiraudjpLa lecture assidue des billets de blogs, des flux twitter de la communauté enseignante me rendparfois perplexe. Lorsque j’ai évacué les commentaires futiles sur la vie privée de mes congénères,j’y trouve de très abondantes réflexions sur les conséquences de l’introduction des TICE dans lesprocessus d’apprentissage. La tonalité y est très souvent enthousiaste, technophile, parfois critique218
  • 219. mais très souvent sur des arguments techniques. La critique du dernier outil à la mode remplacela critique de l’ancien. A la longue j’ai le sentiment que l’engouement technologique réduit lesanalyses à une focale centrée sur lien technico-pédagogique. Je ne trouve pas ou peu de réflexionsur les conséquences politiques , sociales, administratives de ces pratiques numériques (ma veilleest - elle insuffisante ?).Pourtant ... Internet n’est pas un objet neutre, le métier d’enseignant, le métier de chefd’établissement, le métier de l’inspection ont bougé sur leurs bases. Ce sont les fondements dumétier qui sont en train de se transformer insensiblement. La machine technologique s’emballe,y a t-il une dynamique identique dans la sphère administrative au moment où le métier s’exercedans des temps et des espaces recomposés ? Quel est l’impact de la e.pédagogie sur le statut,les rémunérations, l’analyse des évolutions de carrière, la nature des politiques numériques dansles établissements, les choix des espaces numériques, l’interopérabilité entre les divers espaces, lacapacité (ou pas) des collectivités locales à harmoniser leur politiques numériques, la gestion desressources crées dans le cadre d’une mutation ... ? l’impact est -il nul ?Je souhaite m’interroger sur ces points qui me semble centraux dans la dynamique de notre métieret qui, je le répète, me semble être le parent pauvre des analyses chez les blogueurs.A titre d’illustration de mon propos, je voudrais évoquer la question des espaces numériques quiest d’actualité. Les espaces numériques sont nombreux, les enseignants, les chefs d’établissements,les corps d’inspections y travaillent. Cependant a t-on tous la même représentation de l’espacenumérique ? Sont-ils tous compatibles et interopérables ? Quelle analyse doit-on porter sur lesespaces institutionnels dans leur confrontation avec les espaces personnels et les espace associatifs.La confrontation des espaces décentralisés des collectivités locales entre eux est-il un point dedébats entre les décideurs etc. Autant de questions qui ne sont pas sans impact sur notre profes-sionnalité.J’ai essayé de schématiser cet ensemble de questions dans le schéma ci-dessous 219
  • 220. [1]Ce billet est construit sous forme de questionnement, la rubrique commentaire est activée pourlancer le débat.1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/08/espace-politique-022.png3.9 septembreConférences virtuelles - Projets 2010-2011 (2010-09-02 16:08) - moiraudjpNouvelle année scolaire, nouveau cycle de conférence.Les conférences qui sont envisagées pour cette année : • Après le BTS et le DSAAT, témoignages d’anciens étudiants ayant intégré la vie profession- nelle ; • Les tissus techniques (Bruno Venturelli) ; • Création d’entreprise - témoignages d’anciens étudiants ; • Les projets ITECH ; • Continuer ses études à l’étranger - les grandes écoles de design européennes (Lacambre, Académie Royale d’Anvers, St Martins School) • design et vin.220
  • 221. • .....Les conférences auront lieu comme l’année précédente sur assemblive - [1]ici1.http://dsaa.apinc.org/mashup-mode-et-textile/monde-virtuel/conferences-virtuelles/Organisation classe (2010-09-18 10:59) - moiraudjpDe la théorie à la pratique.J’avais rédigé un billet en fin d’année scolaire juin 2010 intitulé ”[1]équipement de la classe 2.0”. Je vais mettre en pratique ces principes cette année. Terminé la translation dans la salled’informatique dédiée. Internet c’est quand on veut, lorsque les besoins pédagogiques l’exigent.Je vais installer un hub dans ma classe, les étudiants viendront avec leur cable RJ 45 et en routepour le cours 2.0. Les détenteurs de I.phone (il y en a) pourront l’utiliser en cours.Voici les premières images de ma classe de BTS IMS prises et envoyées avec le I.phone de Camille:-)Les esprits chagrins me diront : ”elles vont en profiter pour jouer au démineur” Je réponds ”quin’a jamais joué au morpion quand le cours était ennuyeux ?” Conclusion : 1. On a pas attendu le numérique pour s’ennuyer en cours ; 2. Il faut que le cours soit intéressant (le plus difficile), la réponse doit graviter dans le domaine de la pédagogie et de la didactique ; 3. J’ai des étudiantes sympathiques et motivées, chaque jour que la laïcité fait, je mesure ma chance.NB : au moment où les photos sont prises nous n’avons que deux prises brassées et une connexionpar wifi sur un voisin du lycée. Lorsque le hub sera installé le placement des étudiants en coursse fera de façon différente.04 / 10 / 2010J’ai enfin obtenu un hub. Nous avons commencé les cours avec le tout internet. C’est à premièrevue un grand confort de travail pour le professeur et pour les élèves. Je n’avais pu malheureuse-ment préparer mon cours en intégrant cette dimension parce que je ne m’attendais pas à l’avoiraussi vite. Nous avons pu : 1. Corriger le travail sur le marketing qui avait été réalisé sur [2]Étherpad. Une conclusion des étudiantes à propos du travail collaboratif ”on fait moins de fautes” ; 2. Accéder aux documents d’appui à la demande. En l’espèce la consultation de [3]légifrance pour la partie code, la consultation du site de l’[4]APCE pour des questions comptables. 221
  • 222. La construction d’un travail c’est aussi compter sur le sens de l’imagination de ses étudiants. Deuxétudiantes étaient absentes pour cause de maladie. Le cours a été saisi sur clavier, converti en .pdfet enfin envoyé aux absentes dès la fin du cours. Au moment du debriefing du cours, les élèvesont évoqué le cours d’anglais. Ma collègue souhaite faire travailler les compétences linguistiquespar écoute de podcast et en individualisation.Après concertation avec ma collègue il est convenu que les élèves amèneront le hub en cours ets’occuperont de l’aspect technique (i.e branchement au réseau électrique et au réseau informa-tique), ma collègue se concentrant sur la didactique et le pédagogie des langues. Mes étudiantessont des techno-sherpas* :-). Cette expression signifie que les étudiantes sont en capacité d’assisterun enseignant sur les aspects technologiques, à la façon d’Obélix elles sont tombées dans la mar-mite toutes petites.Nous avons évoqué le cas des absentes (les gastros commencent à sévir). Les élèves souhaiteraientpouvoir assister au cours en cas d’absence. Elles m’ont suggéré d’utiliser Étherpad pour la prisede note en direct et le monde virtuel pour avoir le son. C’est une idée à creuser.06/10/2010Revenons à Étherpad (typewithme) et à la disposition de la classe. Mes multiples expériencesme démontrent (la valeur du propos n’est que factuelle) que l’introduction du numérique n’a dechance d’aboutir que si on propose une autre pédagogie. En l’espèce l’introduction d’internet ”enlive”, la présence des portables et/ou des smartphones impose des évolutions. Je vais lister cesévolutions : • Le tableau blanc ne se justifie plus (se justifie moins) parce que l’information est renvoyée sur les écrans, on peut interagir sur le réseau d’ordinateurs ; • Le vidéo projecteur ne me sert plus (me sert moins), puisque l’information est aussi relayée sur les moniteurs ; • On peut interagir en direct sur les écrans en plus du travail oral de base.Par contre le travail de préparation est différent. La solution de facilité consisterait à ”googleliser”l’information. Exemple recherchez sur Légifrance l’article L 123-12 du code de commerce. Larecherche est assez complexe. Il me semble préférable de sélectionner en amont l’URL, de lapartager (c’est la fonction de Étherpad) et de se concentrer sur l’essentiel analyser les obligationsdes commerçants en matière comptable. Le travail de recherche et sélection des sites est un travaillong et complexe. La page est [5]iciÉric Guiraut, professeur au lycée Carriat de Bourg en Bresse utilise aussi Étherpad avec ses élèvesde STG pour organiser une recherche collective sur un sujet de droit - C’est [6]iciCe travail de construction s’appuie sur Étherpad parce qu’il faut à un moment sélectionner unoutil mais ... il est tout à fait possible d’utiliser d’autres solutions (google doc, twitter ...). Je nesouhaite pas être le chantre de tel ou tel outil à la mode mais bien poser les bases d’une réflexion222
  • 223. sur le travail collaboratif instrumenté par le numérique.Maintenant que la structure est installée, il me faut justifier la démarche et répondre aux com-mentaires nombreux :-)En instaurant cette démarche je cherche, tout d’abord, à avoir un accès aux ressources qui étayentmon propos, exemple : lire les articles du code de commerce, analyser un bilan, projeter quelquesdiapositives d’un diaporama... Jusque là rien de bien nouveau si ce n’est que j’ai accès à desressources vives, mises à jour, fiables et très nombreuses.Ce qui m’importe le plus c’est qu’à coté des savoirs disciplinaires, je permets à mes étudiantes dedévelopper de nombreuses compétences. Mon cours à pour vocation d’inscrire l’enseignement dele gestion dans un espace spécialisé, celui de la mode et de l’habillement. Il serait vain de vouloir”bourrer” les cranes avec des notions conceptuelles sans lien avec un environnement. Il s’agit doncpour moi de concilier un enjeu de réflexions sur l’impact des sciences de gestion dans une démarchemarquée par un fil rouge technologique. Savoirs académiques et compétences transversales con-centrés en un seul moment de formation. Le numérique n’est plus comme dans les années 90 unediscipline à part mais un élément intégré au cours. Je ne me vois pas dispenser un cours à part.En résumé j’aimerais bien que mes étudiantes n’acquièrent pas que des savoirs théoriques maisaussi des compétences qu’elles pourront opérationnaliser très vite dans leur profession. Je viensde lire un lien transmis par Jacques Rodet et qui complète mon propos (en mieux) -[7]iciQuelles compétences sont mobilisées ? • Travailler de façon collaborative (le travail en classe pose les bases du travail distant) ; • Organiser son lieu de travail (branchement au réseau) ; • Travailler de façon distante (convier des spécialistes via les mondes virtuels, possibilité de suivre le cours à distance en cas de ”petite maladie”) ; • Partager son travail (rôle de Étherpad et de son chat) ; • Préparer son travail à domicile (anticipation d’un cours à venir) ; • Comprendre les enjeux des fonctionnalités d’outils dont l’objet est la collaboration ; • Apprendre à rédiger ; • Apprendre à synthétiser.Cette construction différente du cours pose la question du rapport aux anciennes façonsd’apprendre et d’enseigner. Le rapport au tableau dans la classe (quelle place, quelle fonction?), Quelle convergence collective, vers quel objet / ressource ? La place et le rôle de l’enseignantdans ce genre de dispositif ? Peut-on accorder des méthodes essentiellement transmissives avecune structure réticulaire de la construction des savoirs ? Et bien d’autres questions encore.A suivre... 223
  • 224. [slideshow]* ”The sherpas are often on hand to help teachers spontaneously in class” - [8]Blog ou ”Danscertains lycées, on décerne même le titre de [9]techno-sherpas aux jeunes chargés d aider leursenseignants à apprivoiser les nouvelles technologies, qu il s agisse de débuguer leur ordinateur,de contribuer au cours en allant chercher des informations sur l internet, ou tout simplement del aider à apprendre à s en servir. Non seulement leurs notes ont tendance à s améliorer, mais celacontribue aussi à améliorer les relations, et le respect, entre enseignants et lycéens.” [10]Internetactu1. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/06/18/equipement-salle-de-classe/2. http://typewith.me/2P9o8qfJ3Y3. http://www.legifrance.gouv.fr/4. http://www.apce.com/5. http://typewith.me/oWKX9a9LRh6. http://guiraut.wordpress.com/2010/10/05/affaire-kerviel-societe-generale-decision-du-tribunal/7. http://didapro.wordpress.com/2010/10/08/le-metier-dapprenant-en-formation-professionnelle/8. http://www.csmonitor.com/2007/1129/p13s02-legn.html9. http://www.csmonitor.com/2007/1129/p13s02-legn.html10. http://www.internetactu.net/2008/01/29/sur-le-chemin-de-lecole-20/Etherpad- Étape N° 1 (2010-09-21 14:02) - moiraudjpMobilité, travail distant synchrone et ou asynchrone, pratiques collaboratives seront, cette annéeencore, très présents dans la pratique pédagogique quotidienne (je parle de moins en moinsd’expérimentation). Je vais intégrer Etherpad comme instrument de travail. Je souhaite queles étudiants pratiquent et comprennent les enjeux du travail collaboratif. Je serai absent unaprès midi, pour autant mes étudiants vont travailler. Il seront chez eux mais il vont se donnerrendez-vous à 14 heures et traiter ensemble un sujet de marketing. Je vais ramasser un seul travailmais conçu de façon collaborative.Ce travail n’est pas le fruit d’une idée subite mais l’aboutissement d’observations et de pratique.L’observation, j’ai suivi avec attention les travaux de [1]François Bocquet (université Lyon 2) avecses étudiants et j’ai participé à la rédaction d’un article en collaboratif avec Etherpad - [2]L’articleLe temps de formation des étudiants a été réduit. J’ai mis en ligne un [3]mémo de formation, J’aicréé une page Etherpad, j’ai donné le sujet et j’ai donné un temps ”libre” pour que les étudiantesaillent tester la solution. Je suis impressionné par leur capacité à s’emparer de l’outil, je supposeque l’on peut les qualifier de digiral native. Mon manque de temps pour assurer complètement laformation est compensé par l’agilité intellectuelle et l’envie de travailler des étudiantes.Etherpad possède une fonctionnalité très pédagogique on peut visualiser le processus de création.Suite au prochain billet[slideshow]224
  • 225. 1. http://perso.univ-lyon2.fr/~fbocquet/2. http://www.cahiers-pedagogiques.com/spip.php?article68543. http://dsaa.apinc.org/2010/09/19/etherpad/Etherpad étape N°2 (2010-09-23 06:31) - moiraudjpTemps N° 2 du travail - La mise au point de la séance.Après avoir envoyé le sujet de marketing aux étudiantes, une séance de questions - réponses a étéorganisée. Le premier constat est que les étudiantes se sont emparées de l’outil avec une extrêmerapidité.La séance de préparation s’est déroulée à 20 heures 30 et a duré environ 15 minutes. La séancea été menée de façon distante synchrone après avoir fixé le rendez-vous en classe et quelqueséchanges de SMS.La séance de chat est lisible ci-dessous (j’ai laissé le texte brut, tel qu’il est rédigé au fil de laconversation). pendant la séance présence de deux acteurs qui ne se sont pas identifiés et quine sont pas des étudiants. A posteriori j’ai su que l’un des observateurs était un enseignant quicherche à appliquer le principe dans ses cours.————————20:27 Jean-Paul Moiraud: mylène ?20:27 Eva: ok20:27 Céline: mylène est partit manger elle vera la conversation plus tard20:27 Jean-Paul Moiraud: workiya ok ?20:27 workhiya: ok20:27 Jean-Paul Moiraud: Qui est lolo ?20:27 Céline: Laureen lol20:28 Jean-Paul Moiraud: oui je suis bête20:28 Jean-Paul Moiraud: julie Ok ?20:28 Laureen =): ce sera plus facile comme çà =)20:28 Jean-Paul Moiraud: oui c’est mieux20:28 Céline: Julie aussi est partit manger20:28 Céline: je crois20:29 Jean-Paul Moiraud: unamed est ok ?20:29 Céline: qui est unamed ?20:29 Jean-Paul Moiraud: je ne sais pas. Un observateur discret20:29 Laureen =): ˆˆean-Paul Moiraud: Bon je commence.20:30 Jean-Paul Moiraud: Premier point positif les connexions sont OK et vous avez pris en mainfacilement le dispositif20:30 Jean-Paul Moiraud: pour demain connexion à 14 heures et fin 18 heures comme un coursnormal20:31 Jean-Paul Moiraud: Vous pouvez bien sûr prendre des pauses mais vous le faites toutes en 225
  • 226. même temps20:31 Jean-Paul Moiraud: ok ?20:31 Laureen =): abon et si on le fait le matin toutes ensemble sa pose probleme?20:31 Jean-Paul Moiraud: Vous avez reçu par mail l’intégralité du sujet avec deux .pdf20:31 Eva: oui20:32 Laureen =): car on a pas cour le matin de 8h à 10h20:32 Jean-Paul Moiraud: non vous pouvez le faire la matin mais vous compensez au moins Uneheure l’AM20:32 Julie: Je sui là20:32 Jean-Paul Moiraud: ok ?20:32 Jean-Paul Moiraud: bonjour Julie20:32 Julie: bonjour20:32 Céline: okay20:32 Laureen =): okay20:32 Camille: Ok20:33 Julie: ok20:33 Jean-Paul Moiraud: Julie tu pourras lire le début de la conversations dans le chat ;-)20:33 francine: ok20:33 Julie: cè fai!20:33 Eva: ok20:33 Jean-Paul Moiraud: J’ai repris les questions au centre de etherpad20:34 Jean-Paul Moiraud: ce sont les questions de gestion uniquement, pour l’aspect IMS cadl’imperméable vous avez les fichiers .pdf20:34 Jean-Paul Moiraud: Concrètement vous utilisez le chat pour discuter entre vous et vousécrivez le travail au centre20:34 Laureen =): c’est les questions qu’on voit à coté toute façon20:34 Jean-Paul Moiraud: ok ?20:35 Jean-Paul Moiraud: oui Leureen20:35 Eva: ok20:35 Laureen =): et qui ecrit?20:35 Jean-Paul Moiraud: laureen20:35 Eva: on utilise le second pdf ?20:35 Jean-Paul Moiraud: vous avez à disposition mon cours20:35 Jean-Paul Moiraud: oui eva20:35 Eva: merci20:35 Céline: ok20:35 Laureen =): et qui écrit?20:36 Jean-Paul Moiraud: vous rédigerez de la façon suivante (aspect formel), regardez au centre20:36 Jean-Paul Moiraud: j’ai fait volontairement une faute qui veut corriger ?20:37 Jean-Paul Moiraud: Mylène20:37 Eva: mais la question est: on désigne quelqun pour écrir ou on écrit toutes en meême temps?20:37 Jean-Paul Moiraud: qui corrige ?20:38 Jean-Paul Moiraud: non vous écribez en même temps. C’est à vous de décidez les règles detravail. exemple il peut y avoir quatre groupes produit, prix, distrin et comm20:38 Eva: ok20:38 Jean-Paul Moiraud: voila super pour la correction20:38 Eva: et pour enregistrer le travail ?20:38 Laureen =): okay on se réparti le travail comme on veut20:38 Jean-Paul Moiraud: au début de la séance de traavil vous déciderez des modalités de travail20:39 mylène: je suis là désolé je mangais226
  • 227. 20:39 Jean-Paul Moiraud: oui c’est vous qui décidez. C’est en quelque sorte une préfiguration devotre future vie professionnelle20:39 Eva: ok20:40 Jean-Paul Moiraud: est ce que cela convient a l’ensemble du groupe ?20:40 Julie: oui20:40 francine: oui20:40 workhiya: oui20:40 Laureen =): par contre on sera certaines à etre au lycée à 8h on se mettra dans des sallesdifférentes au pire20:40 Camille: Par contre si nous faisons 4 groupes de travail, nous sommes obligées de travaillersur le même chat, toutes ensembles ?20:41 Jean-Paul Moiraud: la question du lieu n’est pas importante, chez vous au lycée ou àTombouctou20:41 Eva: moi je prendrai mon pc et un cable20:41 Laureen =): à tombouctouu pamal20:41 Laureen =): j’y avait pas pensée =)*20:41 Laureen =): lol20:41 Jean-Paul Moiraud: ce qui compte c’est être en même temps sur le lieu de travail c’est-à-direici20:41 Céline: Oui moi aussi je prendrais mon pc et un cable20:41 Jean-Paul Moiraud: parfait20:41 Laureen =): par contre une personne sur un pseudo20:42 Céline: oui20:42 Eva: oui20:42 Jean-Paul Moiraud: c’est préférable20:42 Laureen =): on peut pas travailler à deux sur un pc ? si certaines non pas de pc20:42 Laureen =): d’ailleurs j’amene pc et cable ossi20:42 Jean-Paul Moiraud: évitez les pseudos20:42 Jean-Paul Moiraud: super20:42 Julie: d’accord20:42 Laureen =): et peut importe qui ecrit sur le sujet rendu20:43 Laureen =): si on designe une personnr par exemple20:43 Céline: Comme ça on expérimente aussi la connexion au lycée20:43 Camille: Toutes sur le même chat alors ?20:43 Laureen =): pour chaque groupe ou question une personne ecrit c’est possible?20:43 Eva: et comment fait t’on pour enregistrer le travail ?20:43 Jean-Paul Moiraud: vous décidez les règles de travail, vous m’expliquez ensuite vos choix20:43 Céline: oui je pense toutes sur le même chat camille20:43 Camille: Ok, merci Céline.20:43 Jean-Paul Moiraud: le tarvailest enregistré automatiquement20:44 Céline: ok20:44 Eva: très bien20:44 Laureen =): okay on s’arrange avant de commencer à 8h alors ;)!20:44 Jean-Paul Moiraud: mais ... en haut à droite vous avez le bouton saved révision20:44 Jean-Paul Moiraud: vous voyez20:44 Céline: Ok laureen20:44 Céline: oui20:44 Julie: oui20:44 mylène: oui20:44 workhiya: oui 227
  • 228. 20:44 Jean-Paul Moiraud: vous sauvegardez de temps en temps20:45 Julie: pas de problème!20:45 Jean-Paul Moiraud: pour les sources donc, mes cours et internet20:45 Laureen =): da20:45 Laureen =): d’accord20:45 Eva: ok20:45 Céline: Ok20:45 francine: ok20:45 Camille: Ok20:45 Jean-Paul Moiraud: comme vous êtes limitées par le temps vous pouvez dans certains casmettre l’url pour les compléments20:45 Laureen =): okay20:45 Céline: ok20:45 francine: ??20:45 Jean-Paul Moiraud: avez vous des questions ?20:45 Eva: on vous indique nos sources internet à la fin du devoir ou dès que l’on exprime uneidée ?20:46 Jean-Paul Moiraud: dès que vous avez développés l’idée vous complétez par le lien20:46 Laureen =): d’accord20:46 francine: jai pas compris l’url..?20:46 Jean-Paul Moiraud: vous donnez le nom du site et le lien20:46 Laureen =): demain possibilité de vous joindre si probleme?20:46 Jean-Paul Moiraud: oui l’après midi je serai en ligne20:47 Céline: d’accord20:47 Laureen =): d’accord on va surmen faire l’autre heure de 12h15 à 13h1520:47 Laureen =): on vera ensemble les filles!20:47 Jean-Paul Moiraud: est ce que mes explications vous ont semblé claires ?20:47 mylène: oui20:47 Céline: oui20:47 Jean-Paul Moiraud: le autres ,20:48 workhiya: oui20:48 Jean-Paul Moiraud: les autres ?20:48 Camille: Oui !20:48 francine: oui20:48 Laureen =): oui ok pour moi20:48 Eva: oui très claires20:49 Jean-Paul Moiraud: a la fin du traavil vous pouvez sauvegarder le traavil en .pdf ou worden cliquant sur import export20:49 Camille: Ok20:49 mylène: ok20:49 Céline: D’accord20:49 Eva: ok20:49 Laureen =): je dois vous quitter20:49 Laureen =): à demain 8h15 les filles20:4923 / 09 / 2010Le travail a été réalisé par les étudiantes pendant le temps prévu. Quatre groupes se sont con-stitués et le travail a été rendu. On peut visualiser le résultat ci-dessous[1]Consulter le travail228
  • 229. Compte tenu de l’importance du travail et le peu de temps donné, le résultat est très satisfaisant.La conception a donné lieu à un intense dialogue entre les étudiantes, fructueux si j’en juge lerésultat. Le sujet est tiré de l’EPS (épreuve professionnelle de synthèse) ou U 60. Les étudiantsdisposent de trois semaines pour traiter un sujet global, dans lequel est intégrée une partie degestion. Les étudiantes sont arrivées en quatre heures à concevoir une trame de travail trèssatisfaisante. Ce qui est intéressant dans cette construction est la capacité des étudiantes à seconcerter, à arbitrer, à partager les informations. Il me semble que deux objectifs ont été atteints: le disciplinaire et l’acquisition de’une compétence très appréciées en entreprise : ”le savoir col-laborer avec efficacité”Le point de vue pédagogique :L’outil Étherpad présente de nombreuses qualités. Il permet la réalisation d’un travail distantsynchrone avec une zone de chat et une zone de travail. L’enseignant peut analyser le processusde création a posteriori grâce au film à visualiser et enfin il est possible de sauvegarder le travailsous le format .pdf et .doc.Je parle ici de fonctionnalités d’un outil, il reste ensuite à convaincre et à motiver les élèves /étudiants à s’insérer dans cette démarche.Le suivi du chat sur Etherpad est intéressant car il permet de suivre les stratégies adaptées pourtravailler en collectif. Ci-dessous le chat correspondant à la période de travail (publié avec l’accorddes étudiantes). J’ai souligné en rouge ce qui me paraissait intéressant. Je suis identifié par lesétudiantes par MM (monsieur Moiraud)[2]Consulter le chat1. http://www.calameo.com/read/00039459015c18306a9682. http://www.calameo.com/read/000394590d520248141c6Bricolage sur l’établi ... (2010-09-25 07:38) - moiraudjp... le web 2.0 est-il un établi pédagogique ?J’ai souvent évoqué dans ce blog la notion de bricolage pédagogique en citant[1] Claude LeviStrauss dans la pensée sauvage - Agora (1962). Le livre de Robert Linhart ”L’établi” - Éditions deminuit (1978) donne aussi un éclairage intéressant sur cette notion. Robert Linhart très engagédans le mouvement de 68 a décidé d’aller travailler dans les usines Citroën sur les chaines demontages des 2CV (il s’établit). Dans un passage, il décrit un ouvrier, Demarcy. Il a organiséson poste de travail (son établi). Il est constitué de bric et de broc, il sert à ”décabosser” les ailesde voitures abimées. Demarcy a su, avec le temps, construire un outil qui réponde à ses besoins,un outil construit au fil du temps, ne répondant pas à des critères scientifiques, mais efficace. Lasuite du passage, cité ci-dessous, est consacré à la visite des techniciens de l’OST (organisationscientifique du travail) qui mettent de côté l’établi. L’auteur décrit ensuite la détresse de Demarcyqui ne se reconnaît plus dans ce système centralisé et organisé rationnellement.Une belle métaphore pour comprendre les enjeux de l’introduction du numérique dans les proces-sus d’apprentissage, les rapports entre le PLE et les ENT. L’introduction des outils du web 2.0 229
  • 230. qui ne sont pas spécialement conçus pour la pédagogie mais qui, bricolés par les enseignants ledeviennent. Il me semble que le web 2.0 est une sorte d’établi numérique, les enseignants invententsans cesse ”des méthodes inédites” que dira l’OST pédagogique ?C’est un excellent passage pour expliquer les enjeux du bricolage[slideshare id=5283054 &doc=letabli-100925015950-phpapp02 &type=d]1. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/04/20/mondes-virtuels-et-competences-observations/Mobilité (2010-09-30 07:47) - moiraudjp[1] A l’heure où les cours recommencent, il est bon de s’interroger sur lesmodalités de travail à mettre en Suvre. Le temps et l’espace sont deux éléments très présentsdans mes questionnements, parlons de l’espace dans ce billet. La lecture d’un tweet émis par@fbocquet ”Suis à la recherche d’un outil de blog open-source de type posterou.us (permettantde poster un billet avec une simple adresse de courriel)” m’a amené à vérifier si wordpress.compermettait de rédiger un billet via une adresse e.mail spécifique délivrée par wordpress (voir ci-contre). La réponse est oui et c’est assez souple comme principe.Au - delà de la découverte quels sont les enjeux de formation ? Il me semble qu’ils sont multiples: 1. - Alléger le processus de création ; 2. - Favoriser le travail de rédaction à l’aide d’un smartphone. L’envoie de courriel est une fonctionnalité de base sur ce genre d’outil ; 3. - S’affranchir de l’ordinateur pour rédiger ; 4. - Rendre l’acte de conception extrêmement mobile. Mes étudiantes devront se déplacer pour prendre contact avec de designers et rédiger des rapports d’entretien. Le travail de prise de notes peut se faire en direct. 5. Travailler en situation spatiale éclatée.@fbocquet me précise que l’on peut réaliser aussi ce travail distant avec un I.pad, un I.pod outout autre smartphone (c’est certainement un axe de travail / expérimentation pour cette annéescolaire)Le petit texte ci-dessous a été rédigé via un e.mail230
  • 231. Ce billet est rédigé à l’aide d’un e.mailSuite du billet le 01/10/10.J’ai commencé à regarder du côté des solutions I.phone et je viens de découvrir l’applicationDragoon. Elle permet d’enregistrer sa voix puis de convertir en caractères d’imprimerie. Toutepersonne peut donc passer directment de la voix au texte et envoyer le travail par mail sur le blog.Le travail est plus complexe que je l’énonce. Il faut bien sûr préparer son intervention orale(prévoir un plan), s’exprimer d’une façon correcte (Le lyonnais que je suis à du mal à différencierle mot de de deux, je prononce à l’identique - La machine non).Voici le résultat”Bonjour c’est Jean-Paul-moirau je teste les applications iPhone dans une structure d’apprentissagenomade j’utilise l’application Dragon deux iPhone qui permet à toute personne de parler ils dis-courent est inscrits automatiquement un sou forment le caractère texte le grand intérêt est uneétudiante me dicter son travail le transformer et ensuite l’envoyer sur le blog via e-mail Envoyéde mon iPhone”Corrigé :” Bonjour c’est Jean-Paul-Moiraud je teste les applications iPhone dans une structured’apprentissage nomade. J’utilise l’application Dragon de iPhone qui permet à toute personnede parler le discour est inscrit automatiquement sous forment de caractère texte, le grand intérêtpour une étudiante : dicter son travail, le transformer et ensuite l’envoyer sur le blog via e-mailEnvoyé de mon iPhone1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/09/mail-blog-001.jpg3.10 octobreTemps de travail des enseignants et e.learning (2010-10-07 10:24) - moiraudjpL’université Lyon 3 Jean Moulin organise chaque année les [1]journées du e.learning. Cetévènement universitaire est un temps fort de réflexion. Y sont invités des intervenants de grandequalité, des spécialistes du e.learning, des acteurs de la e.pédagogie, des juristes (Yann Bergheaud,Hervé Croze, Gérald Delabre, Christian Le Stanc, Cédric Manara, Ada Giannatelli). Des person-nalités de renom sont invités, cette année ce fut Marcel Lebrun. Pour le plus grand bonheur dupublic Michel Dupuis, Professeur à l’université de Lille nord de France - UDSL, intervenait surun point de droit. L’objet de son propos portait sur le temps de travail des enseignants à l’heuredu e.learning. Je recommande chaudement l’écoute de son intervention parce qu’elle précise lesquestions du rapport temps / statut /e.learning, y compris dans le secondaire.La vidéo de l’intervention © Université Lyon 3 Jean Moulin / SUEL[2]La vidéoEn cas d’impossibilité de lecture de la vidéo cliquez [3]ici et tapez Michel Dupuis - La vidéos’intitule ”Plates-formes et temps de travail” 231
  • 232. Afin d’éviter au lecteur d’avoir à chercher les textes cités • Pour le secondaire :- Arrêté du 12 février 2007 précisant les modalités d’exercice et définissant les actions d’éducationet de formation autres que d’enseignement pouvant entrer dans le service de certains personnelsenseignants du second degré - [4]ici[5]Extrait : ”Les actions d’éducation et de formation autres que d’enseignement mentionnées àl’article 10 du décret n° 50-581, à l’article 9 du décret n° 50-582, à l’article 7-1 du décret n° 50-583du 25 mai 1950 susvisés et à l’article 30-1 du décret n° 92-1189 du 6 novembre 1992 susvisé sontdéfinies en annexe au présent arrêté.””Les actions que l’enseignant s’engage à effectuer font l’objet d’une lettre de mission du recteurd’académie ou du chef d’établissement qui précise notamment les objectifs à atteindre et le volumed’heures hebdomadaires inclus dans son service. La lettre de mission comporte une indication dutemps hebdomadaire total consacré à la mission, ainsi que les modalités de suivi et de compte-rendu.. Si le service de l’enseignant comporte moins de deux heures d’actions d’éducation et deformation autres que d’enseignement, celles-ci ne donnent pas lieu à une lettre de mission. Ellesfont cependant l’objet d’une évaluation avant reconduction éventuelle.”LISTE DES ACTIONS MENTIONNÉES À L’ARTICLE 1er.1° Encadrement d’activités pédagogiques particulières au bénéfice des élèves de l’établissementou d’un réseau d’établissements :Soutien et accompagnement d’élèves en difficulté scolaire ou en situation de handicap ;Activités culturelles ou artistiques (notamment chorales).2° Coordination d’une discipline ou d’un champ disciplinaire, d’un niveau d’enseignement oud’activités éducatives au titre d’un établissement ou d’un réseau d’établissements :Responsabilités pédagogiques liées au fonctionnement de l’établissement (coordination du fonc-tionnement de laboratoires scientifiques ou techniques ; suivi des supports pédagogiques propres àune ou à plusieurs disciplines ; coordination avec les collectivités territoriales pour les installationssportives) ;Coordination d’une discipline ou d’un champ disciplinaire ; coordination transdisciplinaire ;Appui pour la mise en oeuvre de missions académiques ;232
  • 233. Coordination d’actions dans le cadre de l’éducation prioritaire au niveau de l’établissement, d’unréseau d’établissements ou de l’académie ;Actions de partenariat de l’académie ou de l’établissement scolaire (avec notamment un autreservice de l’Etat, une collectivité territoriale, des entreprises, des associations) ;Usage pédagogique des technologies de l’information et de la communication ;Elaboration et promotion d’innovations pédagogiques ;Coopération pédagogique au plan européen ou international.3° Formation et accompagnement d’autres enseignants :Appui au corps d’inspection ;Tutorat d’enseignants titulaires débutants ;Organisation au plan académique de formations à destination des enseignants ;Activités liées à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication ;Accompagnement et soutien d’enseignants en difficultés professionnelles. • Pour le supérieur :- Statut des enseignants chercheurs - [6]Le texte« Art. 3.-Les enseignants-chercheurs participent à l’élaboration, par leur recherche, et assurent latransmission, par leur enseignement, des connaissances au titre de la formation initiale et continueincluant, le cas échéant, l’utilisation des technologies de l’information et de la communication.Ils assurent la direction, le conseil, le tutorat et l’orientation des étudiants et contribuent à leurinsertion professionnelle”- Arrêté du 31 juillet 2009 approuvant le référentiel national d’équivalences horaires établi enapplication du II de l’article 7 du décret n° 84-431 du 6 juin 1984 modifié fixant les dispositionsstatutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs et portant statut particulier du corpsdes professeurs des universités et du corps des maîtres de conférences - [7]ici1. http://www.lyon-elearning.com/Presentation2. http://suel.univ-lyon3.fr/index.php?option=com_hwdvideoshare&task=viewvideo&Itemid=75&video_id=5493. http://suel.univ-lyon3.fr/eltv 233
  • 234. 4. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000273771&dateTexte=5. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000273771&dateTexte=6. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020552216&dateTexte=&categorieLien=id7. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020974583&dateTexte=&categorieLien=idL’alignement pédagogique (2010-10-09 10:36) - moiraudjpUne causerie entre Christophe Batier et Marcel Lebrun. Les causeries de Christophe Batier et deMarcel Lebrun sont toujours support pour mieux comprendre notre métier. Cette vidéo est lasuite d’une série. Si vous ne les avez jamais écouté il faut le faire. Marcel Lebrun évoque la [1]may-onnaise pédagogique et les [2]citadelles du savoir, je vous recommande ces deux vidéos. Clarté,limpidité du discours sur des sujets d’une extrême complexité, c’est une des grandes qualités(parmi d’autres) de ces entretiens.Marcel Lebrun évoque un chercheur australien, il s’agit de M Biggs J.B - Biggs, J. B.(1999).Teaching for quality learning at university. Buckingham : The society for Research into High Ed-ucation and Open University Press. Source trouvée dans une communication de Marcel Lebrun[3]iciJ’aime beaucoup le moment où est évoqué le peu d’évolution entre les méthodes d’enseignementdu début des universités et aujourd’hui. Cela me fait penser à un passage du livre Alberto Manguel”Une histoire de la lecture” dans son passage sur la biblia pauperum. Voir l’image ci-dessous[4]Les questions évoquées : où forme t-on les compétences ? La notion d’accidental learning(l’apprentissage accidentel).Au début était le livre, rare, on convoquait les étudiants pour entendre lire un livre. Peut-onparler de développement de compétences lorsque des étudiants écoutent et grattent ? . En grat-tant on développe des compétences psycho-motrices mais pas d’esprit critique. Comment évaluerl’évolution de l’esprit critique d’un étudiant ?[dailymotion id=xf3t9v]© ICAP université Lyon 1234
  • 235. 1. http://www.dailymotion.com/video/x8a1ka_la-mayonnaise-pedagogique_school2. http://www.dailymotion.com/video/xbqyx0_citadelle-du-savoir_school3. http://ripes.revues.org/index307.html4. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/10/capture-d_ecran-2010-10-09-a-16-00-20.pngEffet diligence (2010-10-12 10:07) - moiraudjpL’introduction des TICE pose toujours la question de la pertinence de leur introduction. Le risqueétant de plaquer des outils nouveaux pour pratiquer à l’ancienne. L’image ci-dessous exprimeparfaitement en quelques traits ce travers.[1]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/10/aspirateur1.jpgBillet sur mail - Nomadisme blog (2010-10-12 18:14) - moiraudjpBillet avec image 235
  • 236. [1]Source Infantization présente des Suvres de jeunes artistes venus de toute la Chine et cou-vrant tous les médias : photographie, peinture, animation, vidéos, installations et projectionsnumériques& © MAC LyonCe billet a été rédigé à partir d’un mail. Je constate avec surprise que c’est plus simple qu’avecl’éditeur du blog. L’image est insérée automatiquement.Cette expérience est intéressante parce qu’elle est une piste pour développer des stratégiesd’apprentissage avec un blog :Le temps dans le secondaire est une contrainte forte. Il est très difficile de prendre le temps deformer les élèves aux enjeux du numérique. Prendre ce temps c’est renoncer aux autres temps (ledisciplinaire notamment). On peut imaginer une solution alternative. L’enseignant construit leblog, organise sa circulation, choisit les thèmes etc ... Les apprenants peuvent se ”contenter” derédiger par envoie d’un mail. Idée à creuser, pour les cours de PFEG ?236
  • 237. Un module d’explication pour comprendre le mécanisme - [2]ici1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/10/02yanwei.jpg2. http://dsaa.apinc.org/2010/10/12/rediger-un-billet-de-blog-par-mail/Détail d’un article de code 1101 code civil (2010-10-12 19:35) - moiraudjpTest d’utilitaire wordpress.com pour intégrer automatiquement un lien puisé sur le net. Ici l’article1101 du code civil sur les contrats. Ce petit utilitaire intégré dans wordpress permet de récupérerun lien, tout en bénéficiant de l’éditeur pour ajouter le texte explicatif. L’applet peut s’intégrerdans la barre de navigation du navigateur. Les explications dans ce diaporama - [1]ici[2]L’article 1101 du code civil.1. http://dsaa.apinc.org/2010/10/13/ajouter-un-lien-web/2. http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=EA5089967824D2402D238478BF92145C.tpdjo11v_2?idArticle=LEGIARTI000006436086&cidTexte=LEGITEXT000006070721&dateTexte=20101012Monde virtuel saison 2 - Séance 1 (2010-10-14 07:56) - moiraudjpReprise de la saison monde virtuel. Fort de l’expérience j’ai repris ma trame de travail c’est-à-direélaboration d’un programme annuel, information des élèves pendant les cours, séance de forma-tion puis lancement des conférences.Hier soir 13 / 10 / 2010 première séance de formation. Une séance plutôt fluide d’un point devue technique (pas de problème). Conformément à mes prévisions les étudiants se sont adaptéssans problème au monde, déplacement, utilisation du chat, insertion des smileys etc. Le tempsd’explication a été réduit à la portion congrue. Nous avons abordé la manipulation de la vision-neuse, l’organisation de chat privé, de discussion privée en groupe.L’essentiel de la réunion a été consacré au fond. Nous avons abordé : • Les règles de fonctionnement lors des conférences virtuelles, utilisation du chat pour poser des questions sans interrompre l’intervenant, utilisation des gestuelles des avatars, intervention orale pour poser des questions ... • Le programme annuel des conférences ; • Les fab lab et l’imprimante 3D puisque nous avions en ligne un étudiant de Nancy qui travaille sur le sujet. Nous avons convenu d’organiser une conférence sur les imprimantes 3D, les fab lab et l’open source ; • L’enjeu des mondes virtuels dans les métiers du design. Besoin de designers pour concevoir la partie graphique des mondes, les possibles constructions des futurs galeries marchandes, le possible potentiel emploi dans ces lieux ; 237
  • 238. • Le monde virtuel est un lieu surprenant. Des étudiants de différents BTS étaient présents. Des étudiants du même lycée, apprenant dans des filières communes, séparés simplement par deux étages dans le même bâtiment mais qui ne s’étaient jamais rencontrés :-(. Il a été convenu qu’ils se rencontreront IRL.Un bilan positif à bien des égards parce que chacun des participants a appris, c’est finalement lebut de ce lieu. Comme à chaque fois le temps prévu de travail a été largement dépassé !20 octobre 2010Nouvelle séance de formation avec un autre groupe d’étudiants. Séance qui s’est déroulée de façonfluide. La discussion a été orientée sur la façon dont vont se dérouler les séances. Les questions,à la différence de l’année dernière, ont porté sur les aspects cognitifs des séances et non pas surles points techniques. Comment intervenir ? Comment poser des questions ? Comment interagir?Il apparaît de plus en plus évident que le passé (et le présent) de gamer des étudiants est une aideprécieuse. Je suis surpris de constater que les étudiants avouent presque de façon honteuse qu’ilsont joué (ou jouent) à world of warcraft ou aux Sims.Le poids de l’éducation ? ”Au lieu de jouer, tu ferais mieux de faire tes devoirs”. Peut être !Web 2.0 et politique. Peur du web ? (2010-10-15 20:35) - moiraudjpJ’ai assisté aujourd’hui (15 octobre 2010) à une conférence organisée par la communauté urbaine deLyon et l’école des beaux arts et intitulée ”[1]CiTIC Nume rique et espaces urbains”. Dans la listedes intervenants, se sont exprimées des personnes qui me sont connues comme Loïc Hays, HuguesAubin (@hugobiwan) et Dominique Cardon. D’autres que j’ai découvert comme Karine Dognin-Sauze - Vice-pre sidente du Grand Lyon charge e de l innovation et des nouvelles technologiesd’information et de communication, Patricia Welinski, E cole Nationale des Beaux-Arts de Lyon,Ste phanie Lucien Brun est co-fondatrice du[2] re seau des Espaces Publics Nume riques dulyonnais, Philippe Gargov est ge ographe et spe cialiste de la ville nume rique, fondateur etanimateur du cabinet de prospective pop-up urbain, Catherine Beaugrand est artiste et chercheusedans le domaine des repre sentations nume riques, Jean-Philippe Cle ment est charge demission TIC a la Ville de Paris, [3]Nicolas Nova est responsable e ditorial de [4]Lift, Boris Beaudeest ge ographe et chercheur au sein du [5]laboratoire Cho ros de l’[6]E cole PolytechniqueFe de rale de Lausanne et Mai tre de confe rences a l’Institut d’e tudes politiques de Paris.L’existence de ce type de conférence est extrêmement encourageant (on ne peut que souhaiterqu’elle ait une suite, qu’elle essaime dans les autres villes) parce que le numérique est envisagé sousune diversité d’angles disciplinaires, y compris les plasticiens, ce qui est un aspect très réjouissant.Une vision de la ville avec intégration du numérique, le prolongement de la ville réelle, dans lesréseaux, dans les mondes virtuels. La ville géolocalisée, accessible par les smartphones. Un débutde l’ E.agora, je suppose. Je sors avec un enthousiasme certain et enrichi de ses débats. Il estdommage pourtant que le volant éducatif n’ait pas été présent, il me semble que l’école fait partieintégrante de la ville :-) - [7]Le programme de la journée. Je remercie Hugues Aubin d’avoir citémon travail dans son exposé :-)238
  • 239. Je ne développerai pas ici la teneur des propos, j’attendrai la publication en ligne des actes.Par contre un élément de structure a retenu mon attention - La salle de conférence. Je croyaisque l’inadéquation des bâtiments, des salles était une spécificité des pédagogues ([8]voir billet),et bien non !Le contexte : Salle du conseil du grand Lyon, salle très confortable (j’aimerais avoir un tel con-fort au quotidien) mais totalement inadaptée à une vision ouverte de la conférence. Une salle deconférence très luxueuse, informatiquement équipée mais pour un travail en interne, un travailclos (vidéo-projection)On retrouve les mêmes constantes que dans les colloques universitaires, le débat peut (pourrait)s exprimer dans et hors la salle de conférence Dans avec les intervenants qui exposent et le publicqui renvoie ses impressions par twitter Hors avec les internautes connectés (Twitter, Facebook)qui écoutent et interagissent par tweets en thématisant grâce à un hashtag dédié.Ce principe théorique rappelé, je me heurte à la réalité. La salle n a pas le wifi, n a pas de prisesélectriques. Seuls les détenteurs de 3 G peuvent rendre compte à l extérieur des débats. Unconstat en forme d ironie parler de la ville du futur, la ville connectée, la ville d interaction, deréalité augmentée, de co-présence ... dans un lieu numériquement clos.Au-delà du constat plein d’amertume d’un prof geek, je me pose la question suivante. Pourquoiles politiques n’ont pas fait installer le wifi ? Est ce, par oubli ? Par conviction qu’il a des prioritésautres ? Parce que le bâtiment est ancien ? Par peur de l’ouverture à la ville des débats ? Parceque les élus n’en éprouvent pas le besoin et qu’ils ne sont pas connectés ? Parce que le 3G estsuffisant ? Pour ne pas distraire les élus de leur mission ? Parce que la culture papier est encoretrès ancrée? Par soucis de confidentialité et pour ne pas perturber les débats ? Par peur du web? Ou d’autres raisons que je n’arrive pas à identifier ?Mon propos volontairement provocateur, n’a d’autre but que de lancer le débat, si des élus lisentce billet, mon blog est ouvert à leurs commentaires, j’aimerais vraiment connaître les raisons dece paradoxe :-)[slideshow]1. http://www.millenaire3.com/CiTIC-Numerique-et-espaces-urbains.122+M5eee8b1dace.0.html2. http://www.epndulyonnais.org/3. http://liftlab.com/think/nova/4. http://www.lift.fr/5. http://choros.epfl.ch/6. http://www.epfl.ch/index.fr.html7. http://www.millenaire3.com/uploads/tx_ressm3/CiTic_Programme_101015.pdf8. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/07/07/colloque-et-web-2-0/ 239
  • 240. monde virtuel explication (2010-10-23 14:42) - moiraudjpUne vidéo qui explique très bien et rapidement ce qu’est un monde virtuel (même si le ton tristedu commentaire donne envie de se suicider)[youtube= http://www.youtube.com/watch?v=epDGsDUTAs0 &feature]Amis sur Facebook ? (2010-10-28 07:45) - moiraudjpBillet rédigé en 2009 sur le ning de @chrismPeut-on devenir ami avec ses élèves sur Facebook ?Le métier d enseignant depuis l introduction du numérique (certains parlent d arrivée par effraction- Pierre Fonkoua ENS - Yaoundé) devient, contrairement à de nombreuses idées communémentadmises, très complexe.Heureux ( ?) dans sa simplicité, le temps du face à face pédagogique circonscrit en un lieu et à untemps normé. Une classe, des murs, un lieu d interactions entre des acteurs bien identifiés. L èrenumérique entamée à la fin du 20ème siècle a bouleversé cet équilibre. Le temps et l espace sontdevenus poreux, l espace éducatif est en expansion. Dans cet espace qui semble sans limite estapparu Facebook. Les enseignants et les apprenants (ou l inverse) s en sont emparés technique-ment et ont construit des espaces de collaboration qui commencent à se mêler. Ils suscitent desinterrogations sur leur cohérence. Faut-il, peut on devenir ami avec ses anciens élèves ? Simpleà exprimer mais complexe à résoudre la question de la réunion du singulier et du pluriel est aucentre du débat.· Sur la forme Le registre du singulierLa structure de Facebook correspond à un type particulier de culture numérique : celle ou lemodèle dominant est caractérisé par l immédiateté et l empilement. J écris, je publie sans soucisd ordre, de classement, de priorisation de ses idées.La structure formelle de FB ne laisse pas de place à une réflexion a priori sur les possibilitésergonomiques de navigation. Se trouveront par conséquent empilés (si l on y prend garde) : desstrates de vie, des instants émotionnels, 140 mots de tweet, descriptifs d instants de joie, de dépitou des tranches de vie. Pour les images, Facebook donne une nouvelle vie à l expression pêlemêle, la tentative artistique mode argentique côtoiera l instantané numérique d une soirée arrosée.En résumé Facebook ne permet pas (ou peu) à l auteur de scénariser sa mise en ligne. L artefactne se gère pas d un point de vue formel. Je reprendrai la formule de Pierre Assouline qui citeMichel Tournier dans son blog « l[1]a république des livres », Facebook est un « [2]journal extime» parce que l on se livre à autrui. Il n est pas possible de rédiger un brouillon - La mise en ligne estimmédiate. Je ne mets pas en ligne parce que la version pensée, annotées modifiée préalablementme satisfait enfin. C’est parce que l instant me paraît propice, parce que l émotion est trop forte,parce que la situation bien qu insignifiante me paraît digne d être diffusée. Il est impossible desérier mes champs d intérêts par une thématique, ou par un mot clé. Le commentaire sur la pauseau distributeur de café le disputera forcément à la note de lecture sur « un monde sans limiteessai pour une clinique psychanalytique du social » de Jean-Pierre Lebrun.240
  • 241. · Sur le fond L expression du plurielComment par conséquent répondre à la question : « Peut on devenir ami avec ses anciens élèves/ étudiants ? » En l absence de réflexion sur la forme et / ou en l absence de possibilité d organiserla forme ? Il faudra certainement se poser a priori cette question « A qui est destiné mon Facebook? » Techniquement il s adresse à tout le monde, concrètement ma sphère sociale est fractionnée.Comment avec un outil simple, souple, léger et ubiquitaire puis je tenter de résoudre des questionsde relations sociales infiniment complexes ? Est-il possible de communiquer avec un outil uniqueaux fonctionnalités réduites pour dialoguer dans des champs hétérogènes ?Pour conclure si j avais à donner un avis sur peut-on de venir ami avec ses élèves sur Facebook? La réponse ne peut être tranchée par un oui ou un non. FB doit se conjuguer au pluriel etrenvoie à la question de l identité numérique. Devenir amis avec ses anciens élèves pourquoi pasmais & avec une page FB dédiée, un niveau de discussion adapté, des sujets balisés, un niveaud information sur soi filtré.1. http://passouline.blog.lemonde.fr/2. http://passouline.blog.lemonde.fr/2005/04/22/2005_04_journal_extime/3.11 novembreConférence virtuelle N°1 - 2010 / 2011 (2010-11-02 16:01) - moiraudjpRéunion dans le monde virtuel Assemblive. 23 Novembre 2010 inworldAprès le BTS - DSAAT, le début de la vie activeVous avez gentiment accepté de participer à la conférence virtuelle du 23 novembre 2010 20 heures30. Voici les instructions pour construire votre intervention.Le sujet : la période des études est une période fondamentale dans la construction des savoirs etdes compétences. Vous avez toute suivi un cursus similaire, long, riche et sélectif. La période deformation initiale a permis d assoir les bases de votre métier. Le moment de l entrée dans la vieactive est le second temps fort. Après la phase « relativement » confortable des études il a fallufranchir le grand pas de la recherche d un emploi, le passage de la formation / apprentissage aumonde de l entreprise.Cette soirée se propose de recueillir vos témoignages sur cette période charnière. Comment s estpassée cette césure ?Je vous propose le conducteur suivant :Temps de présentation 15 minutes ;Support un diaporama. En général on conseille de bâtir un diaporama sur le principe suivanttemps de présentation divisé par deux, soit dans le cas présent environ 7 diapos. • Présentation de l intervenant ; • Cursus ; 241
  • 242. • Présentation de l entreprise dans laquelle vous travaillez ; • Votre fonction actuelle ; • Temps de recherche d emploi ; • Modalités de recherche (candidature spontanée, Pôle-emploi, réseau, suite à un stage etc) ; • Le passage de l école à la vie professionnelle bilan personnel. Vous pouvez évoquer dans cette partie ce qui est déterminant dans la formation initiale pour la vie professionnelle, ce qui n est pas vu en initial et qui indispensable dans la vie pro & ; • Conseils aux étudiants en cours de formation.Le plan donné est bien sûr indicatif, vous pouvez ajouter ce qui vous semble important. Cequi compte est qu un étudiant en formation puisse se projeter dans sa vie professionnelle. Letémoignage de professionnel ayant eu le même cursus est irremplaçable.Il sera prévu un temps de dialogue avec le public présent à la conférence. Vous pourrez répondreaux questions en direct.Merci encore d avoir accepté de participer à cette conférence. Votre témoignage participera àl acte de formation.Très cordialementjpmEmbarquer, téléporter ... (2010-11-05 18:43) - moiraudjpLa question de l’ubiquité, du temps, de l’espace c’est aussi une question qui intéresse les designers.La biennale du design de Saint Étienne 2010 a pour thème la téléportation. Constance Rubinicommissaire général de la biennale évoque cette question sous l’angle du design.Je n’ai pas pour habitude de croiser les champs dans ce blog mais ... Il me paraît très importantde montrer que la question de la relation humaine, de la collaboration, de la co-construction dansles réseaux, va au-delà des questions pédagogiques.Le web 2.0 transforme les habitudes de notre société. Il est très intéressant d’écouter les propo-sitions de designers parce qu’elles sont l’écho de nos préoccupations professionnelles - ubiquité,nomadisme, dans et hors les murs ... L’écoute du discours de designers est certainement une façonde prendre du recul sur notre métier en s’imprégnant de leurs propositions, de leurs approches.NB : Je suis à l’écoute du discours de designers à double titre, premièrement parce que j’enseignedans des sections d’art appliqué et deuxièment parce que mon thème de recherche à l’INRP étaitles scénarios de pédagogie embarquée :-)[dailymotion id=xf13f5]242
  • 243. Opérabis (2010-11-07 09:21) - moiraudjp[1]Gaetano DonizettiLe Samedi 06 novembre 2010 l’opéra de Rennes et l’équipe de la bibliothèque francophone dumétavers ont présenté un opéra IRL (opéra de Rennes) et inworld (second life et opensims). Ils’agissait d’une pièce de Gaetano Maria Donizetti (1797 - 1848) ”« Rita ou deux hommes et unefemme » opéra-comique en un acte.” Rita, ou le mari battu de Donizetti. Composée à Paris vers 1841 sur un livret français, cettefarce en un acte fut créée à l’Opéra-Comique en 1860, douze ans après la mort du compositeur.Ell e conte les aventures d’une aubergiste qui tyrannise son second mari. Le retour au village dupremier, qu’elle croyait mort, provoque une série de situations cocasses, à la limite du scabreux,dans l’esprit de la commedia dell’arte. Le titre original, Deux hommes et une femme, était plusexplicite.” - [2]Source[3]L’affiche[4]LogoLa grande innovation de cette soirée était le mariage de l’opéra, du numérique et du web2.0.L’opéra souvent image de tradition, marié avec la technologie du virtuel était un pari fou. Foumais totalement réussi. Le numérique n’a pas appauvri la représentation, bien au contraire. Am-biance d’opéra grâce à la reconstitution du bâtiment, possibilité de s’installer au parterre ou dansles baignoires. Bruissement de la foule qui papote en attendant le spectacle, sonnerie pour inviterles spectateurs à se rendre à leur place. Puis le spectacle ... Un son net, la légèreté et le drôleriedu spectacle. Inworld le spectacle est sur la scène et dans la salle ... D’abord l’aspect des avatars,certains avaient joué la tradition avec le smoking et les grandes robes, d’autres étaient restés dans 243
  • 244. la fantaisie numérique (homme vert, kimono japonais ...).Ensuite les déambulations fantasquesdans un espace non contraint; le spectacle était total cf ” #operabis en assistant à l’opéra dans SLvient-on seulement au spectacle ? pas sûr” - ”sophie maheo: #operabis un avatar vient de réaliserson rêve : sauter du balcon du haut pendant un opéra”. Une mise en abime du propos de l’opéra: le comique contemple le comique :-)[5]La salle de concertD’un point de vue technique j’ai été surpris par la fluidité des flux sons et vidéos. Une expériencequi préfigure probablement des nouveaux horizons pour les politiques culturelles des collectivitéslocales. La ville mobile et nomade au service d’une démocratisation culturelle. J’attends avecimpatience une autre expérience, Les noces de Figaro le 06 janvier 2011 seront retransmises dansSL. Un autre opéra dans une autre ville, serait une riche idée :-)On ne peut que remercier @Hugobiwan et toute son équipe pour l’exploit technique, le pari cul-turel, l’opéra de Rennes pour l’agréable moment musical. Il me semble que les villes de Franced’importance vont tourner leur regard vers cette expérience pour s’en inspirer. Les enjeux meparaissent fort, pour la culture mais aussi pour tout ce qui permet d’amener le savoir, les servicesvers les citoyens. On imagine facilement les possibilités dans le monde éducatif.97 avatars étaient présents à cette représentation : ”received a report from @coulaut : 97 avatarswere at #operabis in SL and opensim last week. woot !” (10/11/2010)L’opéra de Rennes IRL[6]L’opéra de Rennes inworld244
  • 245. [7] • Un autre billet sur cette soirée, rédigé par Serge Soudoplatoff - Serguei Stepanov inworld - [8]Le billet • Le billet de sel marin - [9]iciQuelques images de la soirée[slideshow]Un condensé vidéo de quelques moments de cette expérience immersive (second life)[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=AO2wex60MJU]Une autre vidéo du spectacle réalisée par @AngeFG (opensims)[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=Q2KTTUr2mUw]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/427px-gaetano_donizetti_1.jpg2. http://www.forumopera.com/v1/concerts/rita_montpellier.htm3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/rita800x600.jpg4. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/logo.jpg5. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/capture-d_ecran-2010-11-06-a-18-57-30.png6. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/capture-d_ecran-2010-11-07-a-20-24-26.png7. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/capture-d_ecran-2010-11-07-a-20-27-28.png8. http://blog.almatropie.org/2010/11/un-opera-en-direct-dans-les-mondes-virtuels/9. http://www.nereys.fr/sel/post/2010/11/07/une-saison-dopera-retransmise-dans-second-life-et-la-francogrid/ 245
  • 246. Invariants des mondes virtuels (2010-11-13 09:54) - moiraudjp[1]Hugobiwan ZolnirJe viens de lire le [2]billet de blog de @Hugobiwan Zolnir qui analyse a posteriori la soirée immer-sive Opérabis. Ce billet est intéressant à plusieurs titres. Je retiendrais la dimension relationnelleévoquée de son rapport. Je constate après lecture qu’il est possible de dégager des invariants surles pratiques immersives. Je vais comparer mes pratiques dans le monde [3]Assemblive© et cellesde [4]Second Life et [5]Opensims. Il est évident que ce qui importe dans cette analyse est l’aspectcognitif pas le type de monde utilisé.Travailler, agir dans un monde virtuel c’est être en capacité de mettre en relation des personnesdistantes en mode synchrone. Une relation qui passe par la médiation d’un ordinateur, d’un logi-ciel, d’un monde construit et d’un avatar personnalisé. Les relations sont réelles, riches, intensesmais elles doivent se construire ...Je vais reprendre quelques passages significatifs du billet de Hugobiwan Zolnir en tentant de faireémerger des invariants des pratiques immersives.NB : en bleu mes analyses lors de mes expériences immersives (extraits) • Dialoguer ”/.../ ont éteint leurs microphones afin de ne pas ternir le son émis depuis Rennes /.../” Le dialogue dans les mondes virtuels peut être perturbant pour le débutant. Le dialogue est conditionné par un intermédiaire machine. Il faut apprendre à gérer son micro- phone, ouvrir, couper, ne pas polluer la discussion en transmettant les bruits parasites de son environnement proche. Il est nécessaire que le participant acquiert cette compétence. Il est toujours déstabilisant d’arriver en phase immersive sans initiation préalable. J’ai été confronté à ce point dans mes [6]expériences pédagogiques /.../ ”Il est a noter que les intervenants doivent ope rer dans un environnement calme parce que les bruits des environ- nements domestiques peuvent parasiter le travail (pendant la re union nous avons entendu une sonnette, un chien aboyer, le son de la wii de mes fils qui jouaient a Super Mario et parfaitement identifie par les e tudiants)” /.../ • Gérer sa bande passante ”/.../ Ayiki Takakura a passé chaque visiteur au scanner virtuel afin de vérifier qu il ou elle ne porte pas d objet trop gourmand en ressource /.../” La gestion de la séance suppose que la bande passante soit fluide, qu’il n’y ait pas de pollution technologique. Je constatais le même problème de mon côté ”/.../ Le son hache vient dans la quasi totalite des cas: - des re seau bas de bit, ou haut de bit mais partage par trop246
  • 247. de personnes. Un logiciel de partage de fichier utilisant aussi la bande passante montante comme bittorrent utilise sur l ordinateur ou un autre ordinateur utilisant le re seau. En fait n importe quelle application saturant la bande passante montante. /.../ • [7] Dsaat broderie Ne pas se perdre dans les espaces numériques ”/.../ surveillant la cartographie des avatars proches qui permet de repérer et de guider les visiteurs égarés /.../” A l’image des mondes réels, il faut savoir se répérer. En l’absence de repérage, ou de sens de l’orientation, il est possible de se perdre. Il faut expliquer, apprendre les enjeux de la localisation inworld.Tout comme dans la vie réelle il faut se rendre au bon en droit, au bon moment ”/.../ Des e tudiantes sont venues au rendez vous virtuel mais ne se sont pas rendues dans la bonne salle. Elles ont attendu mais en vain et pour cause. /.../” • Arriver à l’heure ”/.../ Beaucoup d avatars arrivent au dernier moment, et il s agit main- tenant de les accueillir, de les guider et d aider ceux qui auraient des problèmes techniques. Roger (Coulaut Menges) est à la manoeuvre dans la Francogrid, Audrey (Betty Renoir) dans Second Life(tm). /.../” Tout comme dans la vie réelle, il est important de respecter les ho- raires. Le retard mobilise beaucoup d’énergie chez les organisateurs pour guider, expliquer tout en participant au suivi du bon déroulement de la séance. ”/.../ Une e tudiante est venue trop tard au rendez vous, elle est arrivée dans la bonne salle mais vide e des ses occupants /.../ • La solitude du participant ”/.../ Nous savons que ce bruit d ambiance est très important, /.../” Travailler dans les mondes virtuels peut être déstabilisant parce que l’on perd une partie de ses repères sociaux. Il est plus difficile de percevoir les réactions des participants. Entendent-ils ? Comment réagissent-ils ?. IRL on identifie parfaitement les réactions des participants à la discussion, si j’ose une plaisanterie le visage hilare (ou pas) m’indiquera le succès(ou pas) de ma saillie humoristique. Si je profère une énormité, le froncement des sourcils du public me renseignera immédiatement. La sonorisation du monde virtuel et la capacité à gérer les expressions des avatars sont des éléments indispensables pour établir des relations sociales virtuelles convenables. Il est nécessaire de reproduire un son social qui ne soit pas un bruit parasite. • Apprendre - partager ”/.../ beaucoup de choses auront été apprises pour savoir améliorer et garantir le partage d un spectacle vivant dans un monde virtuel en ligne& /.../” Il est vrai que chaque nouvelle expérience est un stade supplémentaire dans les apprentissages.Il me semble que la somme des expériences accumulées pourrait être un prétexte pour commencerà rédiger un mémo de formation à l’attention des utilisateurs, concepteurs, participants auxséances immersives.Les expérimentations existent, nous y participons, nous pouvons en citer quelques unes: 247
  • 248. - La faculté virtuelle de droit de Lyon et son [8]campus virtuel- Les expériences immersives - [9]Le jnumcamp- [10]La bibliothèque francophone- Les fonds marins à Marseille - Le travail de [11]Taovacano- Les futurs opéras dans opérabis- Des projets en construction peut-on lire sur twitter (palais indien pour des étudiants enInde)- [12]Mes expériences dans Assemblive- L’expérience de [13]Eric GuirautGageons que les synergies immersives sauront se construire :-)[14]Mon bilan d’analyse de pratique en monde virtuel 20101. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/hugo.jpg2. http://operabis.net/operabis-retour-sur-la-premiere-representation-de-lopera-de-rennes-en-mondes-virtuels3. http://www.assemblive.com/home/4. http://secondlife.com/5. http://opensimulator.org/wiki/Main_Page6. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/02/07/classe-virtuelle-2/7. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/capture-d_ecran-2010-11-13-a-10-27-04.png8. http://maps.secondlife.com/secondlife/Lutece/206/199/229. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/05/19/jnumcamp-du-personnel-au-general/10. http://www.bibliotheque-francophone.org/11. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/02/28/un-autre-exemple-de-monde-virtuel-et-pedagogie/12. http://moiraudjp.wordpress.com/tag/monde-virtuel/13. http://guiraut.wordpress.com/classe-virtuelle/14. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/06/16/bilan-2010/vwcamp 1110 (2010-11-14 13:44) - moiraudjp[1]Les participants248
  • 249. Ce week end s’est tenue le vwcamp1110. Le principe est une réunion informelle au cours delaquelle se réunissent des utilisateurs de mondes virtuels (vw = virtual camp). On retrouvait leshabitués des ces réunions comme Jean-Marie Louche, Kev Jenkins, Gill Beaumont, MascottusPhlox, Grégory Rhiadra, Ange Mengès, Tao Cavano, Romain Obéron, ssm2017 binder, Jack jack-sweb, Kareltje Krasker et autres que j’oublie certainement :-( ...Des réunions : discussions ont été organisées. J’ai participé à la réunion sur l’éducatif, uneréunion de une heure qui fut très riche. Nus avons parlé de l’expérience de Tao Vacano professeurde math à Marseille en collège sensible et mon expérience avec mes étudiantes de BTS et DSAAT.Il en ressort plusieurs points forts : • Nous sommes encore peu à investir les mondes virtuels dans une optique pédagogique ; • L’enseignement immersif est une source de solutions pédagogiques. Tao a évoqué les cas de ces élèves incapables de réaliser un cube IRL mais capable de le réaliser inworld de surcroît en manipulant des concepts mathématiques ; • Il ne faut pas assimiler l’utilisation du monde virtuel à un espace ludique mais bien un espace pédagogique. Il faut absolument l’expliquer aux contempteurs et aux élèves - Ce qui prime ce sont les apprentissages ; • [2] Le virtuel recompose les relations humaines. Des constats d’attitude différentes dans le virtuel et le réel ”m’sieur vous êtes plus sympa en virtuel, qu’en réel” ; • La question du temps a été évoquée. Le temps du professeur, le temps des élèves : 1. Le temps des professeurs parce qu’il faut consacrer beaucoup de temps à la construction et à la didactisation des cours. Un débat s’est engagé sur le rapport entre le temps de travail effectif et le temps de travail statutaire. Le geek, c’est connu, n’économise pas son temps mais il vit aussi dans le réel, ses productions doivent être reconnues, validées, rémunérées (?) (c’est la thèse que je défend). La question évoquée posait, en filigrane, le rapport à établir entre l’expérimentation et la possible généralisation. 2. Le temps de travail des élèves. Sur la base de nos deux expériences, il semble que les élèves trouvent le temps moins long (j’irais jusqu’à dire qu’ils prennent du plaisir) en immersion que dans un cours classique. Bien évidemment ce constat ne repose que sur deux expériences, il faudrait un terrain plus large d’observation. [3] Tao et moi 249
  • 250. • Le monde virtuel est un outil, il faut développer des usages sur la base de scénario (thématique reprise par Ange Mendès dans son atelier sur monde virtuel et PME) ; • Le terme monde virtuel est une question qui a été évoquée. Plus qu’une question sémantique, c’est une réelle interrogation parce qu’elle connote péjorativement les travaux auprès du grand public, l’activité ne fait pas sérieuse. Nous avons réfléchi sur un terme plus fédérateur, un terme de concorde (que nous n’avons pas trouvé).En conclusion : il faudrait que cette réflexion se prolonge et pourquoi pas dans un cadre plusinstitutionnalisé. L’émergence de la réalité augmentée, la diffusion de smartphones me font direque c’est un sujet de réflexion pour les années à venir.J’ai réalisé une captation vidéo (le son n’est pas très bien capté) de l’intervention de Tao Va-cano[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=g4JyM82ikl0]Le deuxième atelier mené par Ange Mengès a porté sur les mondes virtuels dans les PME. Unediscussion très intéressante s’est engagée sur la question suivante / Vaut-il mieux avoir un mondevirtuel intégré dans le navigateur ou un navigateur intégré dans le monde virtuel ? J’étais un desrares à penser qu’il valait mieux avoir un monde virtuel intégré dans le navigateur. Probablementparce que mon champ d’intervention est la pédagogie et qu’il faut que je consacre le moins de tempspossible à expliquer le fonctionnement des mondes virtuels. Il faut reconnaître que l’insertion deHippo pour circuler dans opensims est assez compliquée et nécessite en contrepartie un temps deformation relativement long :-(L’argument pro navigateur intégré dans le monde virtuel reposait sur l’avantage de l’immersiontotale et de la non distraction par d’autres tâches. L’insertion du monde virtuel dans le navigateurfaciliterait la distraction (twitter, consulter ses mails ...)Une captation vidéo de l’intervention de Ange[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=ANOQl2zv-Mo][4]Les photos du vwcamp1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/capture-d_ecran-2010-11-13-a-14-48-18.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/capture-d_ecran-2010-11-15-a-06-53-23.png3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/taoetmoi.png4. http://picasaweb.google.com/105162871257607734244/VW1110Essaimage pédagogique - Espace numérique - Bilan M.A.Gavand(2010-11-17 20:36) - moiraudjpBillet en lien - [1]Le bilan de Eric Guiraut250
  • 251. Marie - Aline Gavand ([2]Lycée Carriat Bourg en Bresse) s’est engagée dans une démarched’intégration du numérique. Elle propose un bilan de son année de pratique. il est intéressantd’isoler des invariants de pratique, au -delà de l’outil choisi (spip dans le cas présent), onretrouve des stratégies qui ont pour objectif de donner une autre approche à l’enseignement et àl’apprentissage. Une amorce de scénario à mutualiser auprès des enseignants de STG.NB :Ce bilan a été réalisé en fin d’année scolaire 2010[3]Le site de Marie Aline Gavand[slideshare id=5813404 &doc=bilansiteinternetm-a-gavand-1-101117123113-phpapp02 &type=d]1. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/06/13/monde-virtuel-essaimage-pedagogique/2. http://www.lycee-carriat.com/3. http://www.lycee-carriat.com/mag/spip/spip/Du LP au BTS (2010-11-18 11:39) - moiraudjpJ’ai assisté à une réunion au lycée Carriat de Bourg en Bresse (19/11/2010). Un projetd’accompagnement des élèves de bac pro a été initié . Il est destiné à aider les élèves à anticiperle changement entre bac pro et BTS (changement d e rythme, changement d’approche). Une façond’amener le élèves à comprendre les enjeux de leur cursus futur. Les équipes pédagogiques du LPPardé ont souhaité rencontrer les équipes du lycée Carriat pour cerner les enjeux didactiques etpédagogiques dans les dispositifs STS. L’intégration des élèves de LP en BTS pose des questionsde méthodologie, de différences de pédagogie. Comment mettre en place des méthodes de tran-sition pour éviter le choc du changement ? Le numérique peut être une solution à instrumenterpour que les enseignants puissent échanger leurs pratiques.Les professeurs de l’équipe du Lycée ont présenté leurs solutions numériques utilisées en con-figuration classe. Trois solutions technologiques hétérogènes adoptées en fonction des parcourspersonnels, des affinités, de la maîtrise de l’outil : 1. Une plateforme sous solution [1]épicemed pour des BTS MUC (management des unités com- merciales) mise en place par Alain Dugied. C’est une plateforme ”gratuite” à la disposition des enseignants qui offre un kit de solutions numériques aux fonctionnalités pédagogiques ; 2. Un blog pour l’enseignement du droit et de l’économie en première et terminale et un blog pour l’enseignement en seconde PFEG ; 3. Un site conçu sous solution spip pour l’enseignement en BTS comptabilité et gestion des organisations (C.G.O).Des solutions technologiques hétérogènes, au final là n’est pas l’essentiel de cette réunion. Ce sontbien les stratégies développées par les enseignants qui ont retenu mon attention, bien au-delà dela qualité du codage qui sous tend la solution. Les différentes interventions ont toutes convergéesvers des objectifs communs, des intentions pédagogiques identiques. Tentons de les lister : • Les espaces numériques imposent une réflexion sur la gestion de l’information. Dans les trois cas présentés les enseignants se sont interrogés sur la pertinence de la gestion de 251
  • 252. l’information. Il est nécessaire que l [2] Eric Guiraut es élèves puissent se repérer dans la masse des informations mises en ligne. Les intitulés diffèrent (rubriquage, tags, salle) mais l’objectif est identique déployer une stratégie organisationnelle. Une question très intéressante a été posée à Eric Guiraut suite à son exposé :”Pourquoi ap- pelles tu cet outil un blog ?”. Effectivement le travail d’Eric s’éloigne de la trame classique du blog. Il n’a pas choisi l’organisation chronologique des blogs mais a décidé de maîtriser la gestion de ses informations. Il n’est plus dans une pratique ou la machine lui dicte un pro- cessus technique mais bien dans une démarche réfléchie avec comme épicentre sa réflexion, sa démarche construite. La structure du blog s’en trouve infléchit, il entre réellement dans une démarche pédagogique. • La question du temps - Les intervenants s’accordaient pour dire que le temps numérique est différent du temps non numérique. D’avis commun la conception prend du temps mais selon Eric Guiraut si l’on sait abandonner la culture papier on peut gagner du temps en n’utilisant que le numérique. Éric précise que le risque est de procéder par empilement le numérique et la papier pour traiter du même sujet. Marie - Aline Gavand estime avoir gagné du temps au début mais consacre à l’heure actuelle un temps important à la mise à jour (2 heures tous les vendredis). • La question du travail des élèves - Cette thématique est très peu abordée dans les nombreuses réunions auxquelles je participe, elle m’est apparue d’autant plus importante. L’efficacité du numérique doit être mise en relation avec le désir, l’envie de travail et l’envie d’apprendre des élèves. Quelle est la marge de manSuvre des l’enseignant face à des attitudes rétives à l’effort, à une forme de prise de distance par rapport au travail ? Ce que le livre ne permettait pas, le numérique le favorisera t-il ? • Dans et hors la classe - Le numérique pose la question de l’apprentissage dans la classe (utilise t-on l’outil dans la classe ?) et l’apprentissage hors la classe. La solution EPICE d’Alain Dugied intègre une solution de webconférence [3] Marie - Aline Gavand qui pourrait permettre de convier des spécialistes dans la classe via les webcams. Eric Guiraut utilise [4]Etherpad (solution google) pour faire collaborer ses élèves en ligne. L’objet de la réunion était lui aussi centré sur ce besoin de collaborer à distance sur une problématique. Permettre aux enseignants du lycée Pardé de travailler avec les enseignants du lycée Carriat. • L’individualisation - La réponse à la question ci-dessus pourrait être le défaitisme, la résignation. La force des enseignants est la foi en le métier. Un point a été évoqué dans les trois présentations, la possibilité de gérer une forme d’individualisation des en- seignements.Les solutions numériques. Là encore chaque proposition prend en compte les questions d’individualisation.252
  • 253. • La veille informationnelle - Les trois présentations ont insisté sur la possibilité d’organiser une veille presse. La puissance du web permet d’organiser des revues de presse dans le but de favoriser l’acte de lecture et de suivi de l’actualité économique, juridique, marketing ... • Acquérir des compétences - L’instrumentation du numérique ne se résume pas simplement à une transmission autre des connaissances. C’est aussi un moyen de transmettre des compétences aux élèves, des compétences numériques. Nos élèves vont intégrer des en- treprises qui utilisent massivement le numérique, l’acte pédagogique les arme pour la vie professionnelle. Pour ceux qui continuent vers la filière supérieure, les universités de Lyon sont largement impliquées dans une démarche de e.pédagogie via la plateforme [5]spiral- connect ou de l’enseignement via les mondes virtuels comme la [6]FDV de Lyon 3Voici en quelques lignes mes impressions sur cette réunion que je qualifierais d’extrêmement riche.Des questions restent en suspend parce que nous avons manqué de temps pour les aborder : • Comment expliquer aux élèves les enjeux de ces méthodes ? ; • L’utilisation des solutions numériques sont-elles en plus des enseignements (caractère facul- tatif) ou sont -elles totalement intégrées (caractère obligatoire) ; • Quelle est la place du numérique dans la classe et hors la classe ? ; • Comment gérer la dimension multimodale ? intégrer le texte, l’image, le son et la vidéo dans les apprentissages ; • Le numérique doit-il faire l’objet de validation ?Je ne doute pas que mes collègues auront à cSur de rédiger un bilan de leur expérience dans unfutur billet . La vision croisée des enseignants du LP et des enseignants du LEGT serait idéale àfin de mutualisation :-)[slideshow]1. http://www.epicemed.org/2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/16112010190.jpg3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/16112010193.jpg4. http://etherpad.com/5. http://spiralconnect.univ-lyon1.fr/6. http://fdv.univ-lyon3.fr/joomdle/Conférence virtuelle 2010 N°1 (2010-11-24 00:02) - moiraudjpPremière conférence virtuelle de l’année 2010 / 2011. Le sujet de rentrée était Après l’école, letravail - Quelle transition ?Une séance avec une vingtaine de participants et cinq intervenants : • Vincent Autin DSAAC La Martinière-Diderot 253
  • 254. • Mathilde Letourneur BTS design de mode La Martinière-Diderot • Angélique Maurin DSAAT La Martinière-Diderot • Anne - Claire Montchamp de [1]Unique en série BTS ATI (actuel design de mode) La Martinière-Diderot • Alexandra Vallod de [2]Unique en série BTS ATI (actuel design de mode) La Martinière- DiderotUn petit résumé des points essentiels soulignés par les intervenants : • Constituer son book pour les entrevues professionnelles. un book en pdf avec des images dégradées ou sur un support pochette ; • Avoir des dessins mis au rapport pour montrer sa capacité à produire des biens ; • Constituer son réseau professionnel ; • Utiliser les micro-réseaux pour sa recherche d’emploi (notamment la liste de diffusion des arts appliqués du lycée - Liste groupartex et liste Faceboook) ; • Utiliser sans réserve les machines du lycée pour apprendre la technologie (tissage, maille, impression, broderie) pour se rôder aux techniques du métier • Ne pas hésiter à multiplier les stages pendant la période de formation car ils sont un lien indis- pensable entres l’acquisition des bases du métier (pédagogie) et la découverte des spécificités et contraintes du métier ; • Avoir de solides compétences numériques. Photoshop© et illustrator© sont à maîtriser impérativement ; • Avoir de bonnes bases en anglais technique ; • Apprendre à travailler en groupe, à collaborer.Les anciens étudiants du lycée, forts de leurs expériences ont témoigné auprès du public étudiantdes enjeux du monde professionnel et du lien avec la formation. Après les interventions le débats’est engagé. Mathilde Letourneur a accepté de nous donner son diaporama que vous pouvezconsulter ci-dessous.Analyse de la séanceCe sont à nouveau les aspects cognitifs des conférences qui m’intéressent. Les primo intervenantssont toujours déstabilisés par l’environnement car on est privé de ses repères habituels. Quelquescommentaires post conférence :”’L’expérience était troublante et j’avais l’impression de parler trop vite et d’aller d’un sujet a uneautre....” - ”Cette 1ère expérience un peu maladroite”254
  • 255. D’un point de vue technique l’effet apprentissage à jouer, je n’ai pas noté de problèmes majeurs,la conférence a été fluide, sans interruption. Les intervenants ont su déplacer leurs avatars sansanicroches. Un problème d’écho constaté mais en raison d’un oubli de fermeture de micro.Je suis de plus en plus persuadé que l’avenir du monde virtuel passe par l’intégration du mondevirtuel dans le navigateur. Les avantages sont évidents, simplicité de connexion, légèreté du softde pilotage, prise en main rapide, contraintes techniques allégées ...Analyses des intervenants :Alexandra Vallod - ”l’expérience est quelque peu troublante car on parle à devant son ordinateursans vraiment voir de public , ni leur réaction. C’est le manque de réaction qui m’a semblé le plustroublant. Vos interventions sont nécessaires lors des témoignages car vous recadrez le débat oudemandez des précisions là où il en manque. Après, le contexte virtuel ne m’a pas trop perturbécar cela ressemble à un jeu dans lequel notre avatar se déplace, mais je pense que pour quelqu’unqui n’a jamais joué à des jeux ”point and clic”, il doit se sentir perdu.”Mathilde Letourneur - ”Pour ma part c’était très troublant car je ne joue jamais aux jeux vidéos,et j’avais effectivement l’impression d’être en plein dedans...C’est également vrai pour ce qui estdes personnes en face, on se demande: à qui on parle, tout le temps. Ce qui était encore plustroublant c’est que c’est assez lourd, l’ordinateur sur lequel je suis n’est pas tout jeune, et monavatar à beugé donc je me voyais en double et en maillot de bain...Voilà pour ce que j’ai ressenti. Mais ça a un côté un peu rassurant de ne pas voir les interlocuteurs,on se croit presque au téléphone.”Angélique Maurin - ”Au départ ça m’a vraiment déstabilisé. Tout d’abord c’est la toute 1ère foisque je créais un avatar, j’ai eu du mal à comprendre comment ”l’articuler” et comment m’exprimer.Ensuite lorsque j’ai enfin compris comment ça fonctionnait (et ça a mis du temps) ça m’a per-turbé de discuter avec mon écran; j’apprécie peu le contact virtuel (même si je comprends sesavantages). J’ai besoin de voir et d’avoir un ”contact” avec mon interlocuteur. Et le fais de devoirjongler entre le parler verbal et le parler ”virtuel” avec les réponses qui interviennent sur le chatn’est pas non plus évident pour un débutant. Cependant j’ai apprécié l’expérience.”En écho à ces analyses le journal internet actu évoque le langage non verbal en immersion dansun article intitulé ”[3]des interfaces qui dépassent le langage””Ainsi, aujourd hui, les avatars des mondes virtuels ne sont-ils, la plupart du temps, que de grossmileys. Ce sont les utilisateurs qui les contrôlent et décident de leurs mouvements et de leursgestes. Or c est précisément le caractère inconscient de nos réactions corporelles qui détermine,pour une bonne part, la signification d un message. Cette limitation de l expressivité des avatarsn est sans doute pas pour rien dans les échecs répétés de mise en place de mondes virtuels.[4]A l université de Barcelone, on essaie de résoudre le problème en utilisant un système qui mesureles battements du coeur, la respiration, le taux de résistance électrique de la peau (le paramètremesuré dans les détecteurs de mensonges), puis on transfère les résultats dans le comportementde l avatar. Le battement cardiaque se reflète dans le mouvement des pieds, la respiration dans lesoulèvement exagéré de la poitrine, le taux de résistance galvanique dans la teinte du visage, 255
  • 256. plus ou moins rouge&”[slideshare id=5880285 &doc=prsentationconfmail-101123155313-phpapp01]Prochaine conférence - Les tissus techniques, les textiles intelligents par Bruno Venturelli - Janvier20111. http://www.unique-en-serie.com/2. http://www.unique-en-serie.com/3. http://www.internetactu.net/2010/11/18/des-interfaces-qui-depassent-le-langage/4. http://www.sciencedaily.com/releases/2010/09/100902073637.htmTemps et espace en carte mentale (2010-11-28 11:15) - moiraudjpLa notion de temps et d’espace dans les processus d’apprentissage est une question sensible pourles métiers de l’éducation, pour les enseignants, les élèves, les chefs d’établissements, les corpsd’inspection. J’ai tenté de synthétiser mes réflexions en utilisant le procédé de la carte mentale.Ma réflexion a été appuyée par celle de François Muller (je le remercie)NB les couleurs n’ont de aucune fonction, elle servent à l’auteur pour se repérer dans ce tra-vail en construction. Cette carte sera encore modifiée au grè de mes travaux[1]Temps et espace à l’heure du numérique1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/le-temps-et-lespace-numc3a9rique.pngBiennale - Mobilité - Téléportation et ... éducation (2010-11-29 20:57)- moiraudjpLa biennale de Saint Étienne 2010 a pour thème central la téléportation, le nomadisme ...Une thématique proche des réflexions sur le numérique qui traversent le monde éducatif. J’ai256
  • 257. visité cette biennale avec un plaisir certain et consommé parce qu’elle me parlait, parce que lesthématiques m’ont semblé familières et d’une grande proximité avec mes réflexions et mes pra-tiques.J’ai choisi de parler de cette biennale par les images que j’ai rapportées. Elles ne sont pas d’unegrande qualité, n’ont aucune prétention esthétique, mais elles constituent un stock d’idées àdévelopper dans de futurs billets.J’y ai vu : des représentations de réseaux, du DIY, des usines mobiles, une tapisserie numérique,le wanomirror, la ville augmentée, le dialogue homme / machine, une imprimante 3D, une poterienumérique, un serious game, du prototypage rapide, des slogans marketing crétins pour faire croireque le développement durable c’est dans les gènes des entreprises, des slogans impertinents pourréfléchir, des plans de métro, des téléphériques urbains, une assimilation d’internet à Dieux, unevitrine Hello Kitty avec plein d’adolescents en pâmoison, une baignoire en bois, un ensemble wc -lavabo (faire pipi dans le lavabo, se laver les dents dans la cuvette ou le contraire ?), black eros,white thanatos, un parapluie plic-ploc et d’autres images dans ma tête.Le point commun avec le monde éducatif est bien évidemment la capacité à travailler en réseauet non plus en mode hiérarchique. L’omniprésence des schémas réticulaires sur les stands étaientun révélateur de ce nouveau paradigme. Il me semble, à la lumière de ma pratique, qu’il faut quenos étudiants comprennent que leur apprentissage se construit différemment on ne peut plus sestructurer de façon hiérarchique. Le risque, si l’on omet d’expliquer les enjeux, si les acteurs sebarricadent dans leurs ghettos disciplinaires, est d’aborder l’apprentissage de façon séquentielleavec ordre de priorité (hypothèse contre productive). Ne pas établir de connections interdisci-plinaires, amoindrit la notion de pédagogie de projet. Il faut que les étudiants intègrent l’idée deco-construction des apprentissages articulée dans un mode réticulaire. J’entends par cette notionla capacité à traiter un sujet en questionnant divers champs disciplinaires sans priorisation, sanshiérarchie réelle ou supposée.[1]Structure hiérarchiqueNB : Le classement présenté dans le schéma ci-dessus est arbitraire, il n’a de valeur qu’illustrativedu propos. 257
  • 258. [2]Structure réticulaireCe schéma tente d’expliquer les modalités d’appréhension d’un sujet de design. Exemple jesouhaite développer un kakémono interactif pour habiller l’espace urbain. Cette question doit êtreabordée sous l’angle sensible du design, évidemment mais pas seulement ... Il faut appréhenderen même temps le enjeux de la technologie tissage, de l’impression (encres métalliques), de lasociologie urbaine, de la philosophie, des langues (messages multilingues), des politiques urbaines(les réglementations de l’affichage), de la comptabilité (le coût de l’opération), du marketing, dela propriété industrielle, CAO / DAO ...La lecture des flux de la DGCIS (Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et desservice) qui est une direction du Ministère de l’Économie, de l’industrie et de l’emploi me confortedans mes analyses. J’invite évidemment mes étudiants (les designers en général) à inscrire ce fluxdans leur timeline.L’appel à projet intitulé actions collectives en faveur de l’innovation, de la création, du design etdu marketing (édition 2011) conforte mes analyses (voir le texte en orange ci-dessous) [3]Texte ici- [4]Page de la DGCISL’appel à projet met en évidence cette nécessité de travailler en réseau, d’aborder une questiond’innovation par une conception réticulaire de la collaboration...[distribution / merchandising /communication]. Nécessité induite par les options des choix industriels (délocalisation).”Une modification profonde de la chai ne de valeur est intervenue, avec un transfert de celle-civers l amont (conception / design / marketing) et l aval (distribution / merchandising / communi-cation), pour faire face a la concurrence des pays a bas cou t de main d Suvre. Il re sulte de cephe nomene une ne cessaire modification de la strate gie des industriels, qui doivent investirdans l immate riel et re orienter leurs ressources vers la cre ation, le design, la conceptionet la commercialisation des produits et, plus largement, vers l innovation non technologique. Lesucces des entreprises dans ces secteurs de pend aussi de leur capacite a trouver des solutionsinnovantes et adapte es en termes organisationnels et de management.Aujourd hui, dans le prolongement des appels a projets «Innovation-Cre ation-Design» lance sen 2006 et 2009, le pre sent appel a projets vise a soutenir, sur l ensemble des secteurs des indus-tries des biens de consommation, des projets collectifs innovants comportant une forte dimensiond innovation non technologique, celle-ci pouvant prendre la forme de la cre ation, du design,258
  • 259. d innovations d usage, d innovations commerciales, manage riales ou organisationnelles.” /.../” Cet appel a projets vise donc a : • placer le consommateur et l utilisateur au centre de la strate gie de l entreprise afin de concevoir des produits et services adapte s a leurs attentes en termes d ergonomie, d esthe tique, de positionnement tarifaire et de distribution et en assurer une promotion ade quate ; • favoriser l innovation non technologique pour faciliter et acce le rer la mise sur le marche de produits, de services et de proce de s nouveaux, en particulier les produits et services pour lesquels la cre ation constitue une dimension fondamentale ; • renforcer la coope ration des entreprises francaises des diffe rents secteurs et susciter des projets collectifs ayant pour lien l innovation, la cre ation, le marketing et le design et per- mettant les e changes de bonnes pratiques, une mutualisation des moyens et la de finition de nouveaux usages et l ergonomie des produits participant d une de marche commune a ces diffe rentes fonctions ; • favoriser les transferts de bonnes pratiques d un secteur a un autre et inciter les industriels a s’approprier les strate gies et les processus innovants. • faire e merger des projets fe de rateurs de filieres de nature a orienter l offre de produits vers les consommateurs.Il s agit ainsi de soutenir les projets collectifs innovants visant a inciter les entreprises, et en par-ticulier les PME, a inte grer les outils et me thodes les plus modernes dans les diffe rentesphases de de veloppement de leurs produits ou services :- de marche strate gique et positionnement sur les marche s ;- conception / cre ation / design / marketinget notamment de marche d e co- conception etd e co-design, recyclage et gestion de la fin de vie des produits, de marche de « design uni-versel » afin de concevoir des produits et services adapte s au plus grand nombre d utilisateurs,de marche de co-conception visant a faire participer le consommateur a la conception de l offre ;- management de la cre ation et du design;- approches innovantes en matiere d organisation industrielle et logistique ;- approches innovantes de la strate gie client et des circuits de commercialisation et de distribu-tion des produits ou services.” /.../On le constate la vision de la création dans les entreprises est une stratégie systémique qui intègrele projet dans sa globalité. Il faut absolument que les étudiants en cours de formation assimilentcette façon de penser donc de créer[slideshow]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/apprendre-001.jpg2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/apprendre-002.jpg3. http://www.industrie.gouv.fr/pratique/aide/appel/icdm2011/reglement-icdm2011.pdf4. http://www.industrie.gouv.fr/pratique/aide/appel/appels-a-projet.php 259
  • 260. 3.12 décembreNumérique et intempéries - Numérique rêvé et numérique pratiqué :-((2010-12-01 11:53) - moiraudjp01 décembre 2010 la ville de Lyon est paralysée par la neige. Je viens en cours mais pas d’élèves.J’avais anticipé les conditions météorologiques désastreuses en concevant un cours via les réseauxnumériques. Dans ce métier décréter n’est pas agir, entre mon envie d’enseigner et l’envied’apprendre il y a un fossé.Mes étudiantes ont déjà choisi de rester sous la couette, plus tard qu’à l’habitude, à 8 heure per-sonnes en ligne. Puis des mails et sms pour m’expliquer les raisons de l’absence, accompagner unepersonne à un rendez-vous, absence de nouvelles, connexions wifi défaillantes dans les cités U etc.Essayons de décrypter cette matinée calamiteuse : 1. J’avais prévu un oral de présentation des stages - le facteur stress n’est pas à évacuer de la réflexion ; 2. J’avais anticipé les problèmes de déplacement en prenant contact avec des étudiantes, en testant les solutions numériques (skype notamment) 3. Il est évident que le numérique n’a pas encore le même statut auprès des étudiants, que le présentiel. Dans les murs je suis obligé de venir, je suis contrôlé. Le virtuel n’a pas encore cette image du ”vrai cours”. La force majeure (irrésistible et imprévisible) prime sur les nécessités de l’apprentissage, même si je suppose qu’il n’y a pas de neige dans les appartements. Or, si l’on analyse froidement la situation, l’important c’est l’acquisition des savoirs pas le lieu d’exercice. On mesure le chemin qu’il nous reste à parcourir pour faire comprendre qu’il peut y avoir une dissociation entre la présence physique et l’apprentissage. Le virtuel n’a pas encore gagné ses lettres de noblesse, loin s’en faut. Apprendre c’est encore perçu comme être dans un lieu physique identifié symbole d’une forme d’autorité. En diluant le lieu on brise ce sentiment d’obligation envers l’institution. Nous avons donc un immense chantier à mener pour expliquer que ce qui prime avant tout c’est l’acquisition de savoirs. 4. L’argument de la connexion poussive est malheureusement une réalité. C’est un obstacle de taille, un wifi pour une centaine d’étudiants (ou plus). Il y a une véritable réflexion à engager sur les enjeux du débit. On ne peut résumer culture numérique à l’équation il y a du wifi.La conclusion est un sentiment d’échec qui me navre, mais demain si la neige continue à nousnarguer, je recommence mon expérience (avec la réussite à la clé)The 5 big mistakes in virtual education (2010-12-03 08:04) - moiraudjpUne excellente synthèse qui analyse aussi les notions de temps et d’espace dans les dispositifsnumériques[slideshare id=5561747 &doc=the5bigmistakesofvirtualeducation-101025221636-phpapp02]260
  • 261. Travail collaboratif en classe (2010-12-04 12:44) - moiraudjpEric Guiraut, professeur en STG (économie et gestion) au lycée Carriat de Bourg en Bresse faitétat d’une expérience de travail collaboratif en classe. J’aimerais retenir avant tout dans ce tra-vail de réflexion la volonté de faire travailler ses élèves sous une forme (encore) inhabituelle maisenthousiasmante. Un travail à suivreNB : En cliquant sur une image on a accès au film de la séance. Une trace intéressante du pro-cessus de collaboration.[slideshare id=6027501 &doc=utiletherpad-3-101204043117-phpapp01 &type=d]La film récapitulatif (extrait)[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=t3CIhbe-LhY]Monde virtuel - Essaimage (2010-12-19 10:09) - moiraudjp[1]IntroIl y a un peu plus de un an lorsque je me lançais dans la réflexion sur les enjeux des mondes virtuelsdans les dispositifs d’apprentissage, je ne pensais pas ouvrir une réflexion large, et pourtant ....Elle semble désormais largement engagée et les pratiques essaiment. On peut désormais essayer dedresser un bilan intermédiaire et estimer que la pratique n’est plus marginale. Quel bilan peut-ontirer ?Il me semble qu’à ce stade des pratiques ce sont surtout les enseignants et les cadres qui se sont em-parés des fonctionnalités des mondes virtuels. (l’aspect cours en ligne semble encore minoritaire)Ils investissent la virtualité pour des raisons diverses mais une idée force semble émerger - La ca-pacité à réunir des acteurs dispersés sur le territoire tout en utilisant des méthodes habituelles, nondéstabilisantes, de travail (présence en un lieu pour débattre en utilisant des artefacts pédagogiquesusuels comme le diaporama et la voix). Il paraît évident que le côté intuitif d’Assemblive soit unfacteur facilitant.A ce stade du travail nous manquons de retours d’expériences rédigés, réflexifs. Il est possible deconstater l’efficience du système parce que les captations vidéos, constats de pratiques opérantes,commencent à apparaître. Il serait utile que les protagonistes prennent le temps de formaliserleurs pratiques sous forme d’analyse a posteriori. On peut livrer quelques pistes aux rédacteurspotentiels : 261
  • 262. • L’utilisation des mondes virtuels par les enseignants dans le cadre d’une réunion profession- nelle (didactique et pédagogie) ; • L’utilisation des mondes virtuels par les cadres dans le cadre d’une réunion professionnelle (management) ; • Les possibilités de mutualisation des expériences dans un dispositif d’apprentissage (analyse et réflexion) ; • Les enjeux dans le métier de cadre de l’éducation nationale ; • Les aspects cognitifs dans les travaux en immersion ; • Les nouveaux enjeux de temps et d’espace dans les processus d’enseignement / apprentissage pour l’ensemble des acteurs ; • La création de nouveaux scenarii intégrant des mondes virtuels ; • La mise au point (à tout le moins une réflexion) sur les enjeux de modules de formation en réalité mixte...Cette liste n’est pas exhaustive bien évidemment.[2]En séanceLe travail a posteriori d’analyse de pratique n’est pas ancré dans nos pratiques (les universitairessont rompus à ce genre d’exercice), il est pourtant d’une grande aide. Je parle, au niveau dusecondaire, non pas d’une pratique formalisée, balisée par une méthode stricte. Il existe une mul-titude de méthodes (par écrit, par carte mentale, par schématisation ...) qui permettent au niveaumicro (la classe) de conserver des traces. J’ai le sentiment que l’enjeu pourrait être double, aiderl’enseignant à s’interroger sur ses pratiques et permettre une mutualisation.Parmi les traces qui apparaissent sur la toile, on peut citer la réunion organisée par le certa le 15décembre 2010. Ce travail est intéressant car il montre les modalités formelles de la réunion. Onpeut qualifier cette réunion comme distante synchrone en réalité mixte. Une instrumentation d’un monde virtuel pour le partage de pratique et la mise en place de scénério.Concrètement, le dialogue s’instaure de façon classique avec un intervenant qui s’exprime sur unethématique fixée. Un dialogue suit, les avatars expriment des attitudes de socialisation (lever lamain) posent des questions. J’aimerais que nous puissions lister la somme des expériences pourproduire un document de synthèse mutualisable.Vidéo de la réunion immersive du CERTA organisée le 15 décembre 2010 sur la thématique del’enseignement de seconde en PFEG262
  • 263. [dailymotion id=xg6hlw]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/12/capture-d_c3a9cran-2010-12-19-c3a0-15-33-13.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/12/capture-d_c3a9cran-2010-12-19-c3a0-15-33-36.png 263
  • 264. 264
  • 265. Chapter 420114.1 janvierOpérabis N° 2 Les noces de Figaro (2011-01-07 17:05) - moiraudjpLe jeudi 06 janvier 2001 se tenait le second spectacle de l’opéra de Rennes retransmis en simultané,à la fois IRL (in the real life) dans les bâtiments de l’opéra et inworld dans second life et dansopensims. Le spectacle donné était les noces de Figaro de Mozart. L’infrastructure technologiqueétait fournie par le [1]Crea (centre de ressources et d’études audiovisuelles) et l’opéra de Rennes.Les partenaires sont la ville de Rennes, l’opéra de Rennes, le ministère de la culture et de lacommunication, Francogrid, Vidéon TV, artesi ile de France, le CREA et orange.Cette expérience est riche pour l’analyse du fonctionnement des mondes virtuels. Quel que soit lemonde virtuel et le sujet abordé, on constate qu’il y a des points convergeants. Je vais essayer delister les invariants que j’ai isolé pendant cette merveilleuse soirée : (je continue l’analyse engagéelors du [2]premier opéra notamment sur la notion d’invariants) • L’utilisation des mondes virtuels reste encore un évènement, ce sont les qualificatifs ”nou- veaux”, ”réelle innovation, première mondiale” ([3]France 3 Bretagne JT 12-13 du 07/01/2011 à partir de la 7 minute 30) . Le monde virtuel reste encore largement au stade de l’expérience. Il reste un chemin important pour passer de l’expérimentation à la généralisation. Je suis persuadé que l’expérience opérabis est une pierre qui structure la fondation de cet édifice pédagogique ; • Le travail en monde virtuel reste encore largement tributaire de la capacité des ”tuyaux”. Il serait très intéressant d’avoir une étude a postériori sur l’équipement des participants à Opérabis, sur la fluidité (ou non) de la réception des flux et du lien entre l’équipement et la qualité d’écoute ; • La formation des utilisateurs. Conformément aux attentes, des participants ont demandé de l’aide pour caler leur système. Le réseau des bénévoles a permis rapidement d’aider les avatars en difficulté via l’IM. J’ai aidé des avatars à obtenir le son, à supprimer le bruit de fond parasite des claviers, pour pouvoir se concentrer sur l’essentiel, la magie de la musique de Mozart. Au delà de cet aspect factuel, les mondes virtuels imposent de former les utilisateurs, dès lors que l’on dépasse la communauté des geeks. Une question se pose 265
  • 266. : Comment aider à la formation (autoformation) des internautes qui souhaitent s’immerger sans pour autant avoir une forte culture numérique ? ; • Opérabis c’est l’opéra, puis c’est l’après opéra où il est possible de dialoguer. On retrouve ici les invariants cognitifs, comment communiquer de façon fluide (j’ai le même type de problématique en formation). La communication orale demande une discipline qui n’existe pas IRL. Il faut penser à ouvrir et couper son micro selon sa position dans le dialogue (je parle, j’ouvre mon micro- j’écoute, je coupe mon micro). Bien que me classant dans la catégorie des habitués, j’ai oublié de couper mon micro, ce qui a perturbé les discussions. Fluidité du dialogue rime avec discipline technologique. Mon avatar a été interrogé par l’avatar du journaliste de France 3 Bretagne, Compte tenu de l’effet larsen, je ne suis pas sûr de la bonne qualité du dialogue (j’avais un très important effet retour) et j’ai plus le sentiment d’avoir hurlé et annoné que de m’être exprimé avec simplicité :-( (le commentaire de Stéphane Grammont ci-dessous confirme mon propos) • [4] Les relations humaines dans les mondes virtuels recomposent le rapport à autrui. Le monde IRL est basé sur un ensemble de codes acquis depuis la petite enfance et très généralement acceptés par tous. Le virtuel déconstruit et recompose les relations. En situation immersive on peut donner libre cours à sa fantaisie. Quid de la confrontation réel /virtuel quand une belle amazone nous donne à contempler les charmes d’une gorge généreuse ? Les deux mondes doivent apprendre à se côtoyer, quelles sont les règles sociales à adopter inworld ? La déconstruction est-elle la norme dans les mondes virtuels ou bien doit-on importer les us et coutumes de la vie réelle, dans la vie virtuelle ? Un ensemble de questions importantes à intégrer dans nos réflexions. • Une perturbation du temps car les mondes virtuels fonctionnent H 24. La représentation de l’opéra avait lieu à 20 heures ”l’heure ou les français dinent” - Hugues Aubin. Cette métaphore ga[5] stronomique donne la dimension des enjeux des mondes virtuels qui sont en capacité non seulement d’abolir la notion de temps mais aussi celle d’espace. De nombreux avatars représentaient des internautes d’autres pays.[6]Cette soirée, outre l’évènement culturel majeur, a été un terrain de travail privilégié car il con-tribue a démocratiser les mondes virtuels, à les rendre visibles auprès du grand public et des266
  • 267. médias. Le journaliste de France 3 (@curtillet Trezuguet) est venu réaliser des interviews inworld:-)[7]J’ai conservé des traces de cette soirée pour alimenter mes réflexions sur les stratégies d’insertiondes mondes virtuels dans divers dispositifs sociaux (enseignement, culture ...).Un montage vidéo. La qualité de cette vidéo est plus que moyenne, elle ne donne pas une idéejuste du niveau de performance de cette soirée. Il m’est difficile d’assurer en même temps lescaptations vidéos, photos, la structure s’en ressent assurément :-( Elle témoigne cependant d’ungrand moment d’émotion et de culture partagées via les réseaux. J’ai choisi d’assister à l’opéradans le monde second life parce que ce monde me paraissait plus utile en terme d’observation (laFrancogrid est plus un lieu de geeks, donc moins significatif en terme d’usage, de mon point devue).[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=WFSDJxIkjc8][8]L’analyse de cette soirée par opérabisUn ensemble de photos prises aux différentes étapes de cette belle aventure, des essais techniquesà la générale. Le diaporama (cliquez sur Fullscreen)[9]http://picasaweb.google.com/105162871257607734244/OperabisMoz art #[10] [11][12]Billets rédigés sur cette soirée : • Dans les coulisses des noces de Figaro - [13]ici1. http://www.univ-rennes2.fr/crea2.http://moiraudjp.wordpress.com/2010/11/13/invariants-des-mondes-virtuels-operabis/3. http://www.pluzz.fr/jt-12-13-bretagne-2011-01-07-12h00.html4. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2011/01/capture-d_c3a9cran-2011-01-06-c3a0-20-03-22.png5. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2011/01/capture-d_c3a9cran-2011-01-07-c3a0-15-34-35.png6. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2011/01/capture-d_ 267
  • 268. c3a9cran-2011-01-07-c3a0-15-33-13.png7. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2011/01/capture-d_c3a9cran-2011-01-08-c3a0-19-40-00.png8. http://operabis.net/retour-sur-les-noces-de-figaro-le-6-janvier-20119. http://picasaweb.google.com/105162871257607734244/OperabisMozart#slideshow10. http://blogger-au-bout-du-doigt.blogspot.com/2007/10/slide-show-picasa-dans-un-article.html11. http://picasaweb.google.com/12. http://picasaweb.google.com/105162871257607734244/OperabisMozart#slideshow13. http://operabis.net/retour-sur-les-noces-de-figaro-le-6-janvier-2011Monde virtuel - Coopération inter-établissements (2011-01-15 10:02)- moiraudjp[1]François Jourde in vidéo ICAP / BatierLa prochaine conférence virtuelle aura lieu le mercredi 02 février 2011 à 20 heures 30 et aurapour thème l’utilisation du diaporama, son optimisation en situation pédagogique. La conférences’intitule précisément : ”Conceptualiser et scénariser un diaporama pour l’enseignement”. Sansvouloir jouer les fanfarons, je dirais que nous commençons à maîtriser le principe de la réunionvirtuelle et que c’est une non-information. Et pourtant ...Cette nouvelle conférence est une première parce qu’elle mettra au centre de ce travail, outrel’acquisition de savoirs et compétences, un travail commun entre plusieurs établissements éclatéssur le territoire : • Le conférencier sera [2]François Jourde (@francoisjourde), professeur de philosophie à l’[3]École européenne Bruxelles I, auteur chez Hatier et concepteur de ce [4]blog • Thierry Valette professeur de génie Électrique Énergie et Environnement.au [5]lycée Louis de Cormontaigne à Metz , [6]”Moodeliste”, sera présent avec ses étudiants de BTS Électrotechnique.268
  • 269. • Éric Guiraut, professeur de STG, [7]bloggueur, à Bourg en Bresse au [8]lycée Carriat sera présent avec ses élèves • Probablement des étudiants de l’[9]ISCOM Lyon • Gérald Delabre professeur à Lyon 3 Jean Moulin - Directeur adjoint de la [10]FDV - Pro- fesseur inworld et IRL • Jean-Paul Moiraud avec ses étudiants des sections mode et habillement (Design de mode, IMS, DSAAT) du lycée [11]La Martinière-Diderot de LyonLe travail réticulaire qui s’instaure avec les professeurs engagés dans une réflexion numérique porteses fruits. Nous sommes en capacité, grâce aux fonctionnalités du web 2.0 (Twitter, Facebook,blogs) de travailler entre structures réparties sur le territoire. J’y vois ici une forme de paradoxe.Là où nos structures se centrent sur des dynamiques académiques, le numérique nous permet dansun mouvement inverse de partager nos savoirs à l’échelle nationale. Il s’agit là d’un mouvementsingulier qui est intéressant à suivre.Attendons avec impatience la conférence de François Jourde et les possibles interactions entre lesprofesseurs et les étudiants. Nous ne sommes pas encore dans des dynamiques complètes de col-laboration inter-établissements mais on voit poindre une amorce. La conviction et l’engagementde Thierry Valette, le savoir constitué de François Jourde ont largement contribué à l’organisationde cette soirée de travail. Il faut y ajouter bien évidemment l’enthousiasme des autres collèguesacteurs et de l’engagement des étudiants présents le soir pour travailler :-)Nous commençons par de la coopération saurons nous un jour collaborer ?NB : Cette conférence avait déjà été donnée à l’université Lyon 1 en novembre 2009 à l’invitationde Christophe Batier du service [12]ICAP.Pour se rendre à la conférence c’est [13]ici[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=-5wuN69BcgY]Quelques éléments pour comprendre Assemblive. A visualiser avant la conférence[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=iZytyPzKjj8]Une entrevue de François Jourde par Christophe Batier[dailymotion id=xdaa32]1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2011/01/capture-d_c3a9cran-2011-01-16-c3a0-07-45-11.png2. http://profjourde.wordpress.com/about/3. http://www.eeb1.com/4. http://profjourde.wordpress.com/5. http://www3.ac-nancy-metz.fr/lyc-louis-de-cormontaigne-metz-1/v5/accueil/main.php 269
  • 270. 6. http://www.geear.fr/7. http://guiraut.wordpress.com/8. http://www.lycee-carriat.com/9. http://www.iscom.fr/10. http://fdv.univ-lyon3.fr/joomdle/11. http://www.lamartinierediderot.fr/12. http://icap.univ-lyon1.fr/13. https://assemblive.com/event/?ae.event.code=kK3dCKY9TfOpérabis, une nouvelle machine à communiquer (2011-01-25 13:13)- moiraudjpIl est toujours utile de relire ses classiques ... J’ai rédigé plusieurs articles sur [1]opérabis et j’aitenté d’analyser les invariants d’usage dans les mondes virtuels. Je soulignais dans mon dernierbillet que les mots innovations revenaient de façon récurrente pour évoquer cette expérience. C’estnovateur assurément mais ... L’est ce autant qu’il n’y parait ? L’opéra comme vecteur de promo-tion d’une nouvelle technologie est-elle une première mondiale ? Faut-il prendre avec sérieux lesacteurs de ce genre de dispositifs ?[2] Je me propose d’y répondre en interrogeant l’histoire et en reprenantquelques passages du livre de Jacques Perriault ”La logique de l’usage essai sur les machines àcommuniquer” - Flammarion édition 1989. Dans le chapitre intitulé les appareils désanchantés(page 170) Jacques Perriault parle du téléphone (”cent ans d’adolescence”). Il y évoque des pointsque nous retrouvons dans nos pratiques immersives. En 2011 nous avons besoins de communiquer,d’expliquer, de démontrer les enjeux de nos pratiques. Nous utilisons les moyens à notre disposi-tion - Blog, [3]captures vidéos, [4]conférence en ligne, évènements en immersion comme opérabis.Le téléphone s’est installé difficilement dans le paysage technologique de français, les débutsétaient laborieux, la technique trahissait l’utilisateur. Il fallait communiquer sur une nouvelletechnologie à laquelle personne ne croyait. Citons quelques passages du livre et constatons lessimilitudes à 130 ans de distance :-) • Pas sérieux ?Le travail en immersion suscite des commentaires, on entend souvent ce sont des geeks (façon àpeine voilée de dire que ce ne sont pas des gens sérieux), le téléphone a eu aussi sa période dedéfiance, un outil abandonné aux femmes supposées inconstantes, légères et bavardes, je suppose:-( :”On considérait, dit-elle (la comtesse de Pange NDLR), le téléphone comme une invention de270
  • 271. luxe ne pouvant convenir qu’aux bavardages de dames et personne n’y attachait d’importance” -Page 173 • Le calage de la voix, les problèmes de communication”La contesse de Pange raconte dans ses souvenirs:”j’entendais de ma chambre la sonnerie etd’étranges appels, de sonorités si exotiques : Allô ! Allô ! que ma mère s’efforçait de prononcer àl’anglaise ... la demande était directe et c’était de continuelles batailles avec les ”Demoiselles dutéléphone”... Allô !, Allô ! Mademoiselle ! Vous m’entendez ? - M’entendez vous ? - Répondezdonc, voyons, Mademoiselle ! - Allô !, Allô ! - Si vous devenez insolente, Mademoiselle, je vaisfaire une plainte ! Allô donnez moi la marquise de Luppé, 29, rue de Barbet - de - Jouy - Allô !- Oui, Luppé, avec deux P. C’est bien ça ! Allô ! ... Après une demi heure d’énervement et dediscussions, en vous branchait sur le Foyer de l’Opéra ou de la Morgue !”” Page 171Que faisons nous au moment ou nous lançons un travail en monde virtuel ? Nous calons la voix,nous apprenons à communiquer avec le micro, couper, ouvrir, parler, se taire, belle proximitéd’usage :-) • L’utilisation de l’opéra comme vecteur de communication”Le nombre d’installations n’est pas très élevé à Paris, guère plus dans toute la province. Leprésident de la République, Jules Grévy, n’y croyait pas non plus. pour faire de la pubilicitél’administration des Postes et Téléphone décida d’un programme de démonstration lors del’Exposition électrique de 1881, au cours duquel on entendit pour la première fois la transmissionstéréophonique de l’Opéra (Invention que l’on doit à Clément Ader).” - Page 172On constate que l’alliance de l’opéra et de la technologie n’est pas une démarche nouvelle.Deux époques différentes mais deux stratégies identiques. Nous sommes en présence d’invariantsstratégiques, les intérêts croisées des artistes et des technologues.Cette comparaison à 130 années d’écart nous amène à beaucoup de modestie sur nos pratiques,certes nous inventons, mais le processus d’innovation semble se répéter de façon identique. C’estune raison supplémentaire d’observer avec attention les avancées (et / ou les reculs) des pratiquesen mondes immersifs1. http://operabis.net/2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2011/01/4142h400tzl-_sl500_aa300_.jpg3. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/05/26/itech-videos/4. http://suel.univ-lyon3.fr/eltv/viewvideo/682/les-entretiens-du-cdnt/les-entretiens-du-cdnt--2--jean-paul-moiraud4.2 févrierLe diaporama - François Jourde (2011-02-02 23:56) - moiraudjp[1]Billet en relation 271
  • 272. Mercredi 02 février 2011 s’est tenue une réunion en monde virtuel de 20 heures 30 à 22 heures 30.Dans ces environnements, chaque session est à la fois un moment de travail et un objet d’étude.1 - Un moment de travail[2] L’objet de cette intervention répondait au besoin de faire comprendreaux étudiants les enjeux d’une présentation orale. Nos programmes prévoient, dans les sectionsBTS et de DSAAT, des épreuves orales (rapport de stage, soutenance de l’Épreuve Professionnellede Synthèse, présentation du projet professionnel). Le diaporama est devenu, sinon obligatoire,une sorte d’exercice obligé. Notre expérience nous démontre que le diaporama peut être un alliéde l’étudiant comme son pire ennemi. On peut se poser légitimement la question suivante - ”Faut-il sombrer dans le fétichisme de l’outil ?”Cette soirée de travail proposait de réfléchir aux enjeux liés à la conception des diaporamas ensituation d’apprentissage. L’intervention de François Jourde avait pour objet de présenter lacadre réflexif qui prévaut au moment de la conception du diaporama. Voici les grands thèmes deréflexion abordés pendant cette réunion. • Le diaporama : bénéfique ou nuisible ; • Capter l’attention ; • Organisation du propos ; • Partage en ligne ; • Un outil adapté ? ; • Une préparation chronophage ; • Une conception maladroite ; • Les polices ; • Renforcer le propos oral ; • Penser la communication ; • Simplifier pour amplifier ; • Être visuel ; • Tout commence avec un crayon ; • Un point par diapo ; • Référence bibliographique.272
  • 273. Comme dans toute conférence le temps du débat a succédé au temps de la présentation.2 - Un objet d’étude.Cette séance de travail s’inscrivait dans la continuité des expériences (le sont-elles encore ?) en-gagées et marquait en même temps une rupture. • Une continuité parce que nous capitalisons l’effet d’apprentissage (l’expérience). On peut dire que la séance s’est déroulée sans problème technique majeur, les flux sons ont été plus que corrects, pour ne pas dire satisfaisant. J’ai abandonné la phase de formation en amont sans que cela entraîne des conséquences fâcheuses. Les participants ont été en capacité de mouvoir leurs avatars, de fermer leur micro dans les situations d’écoute, de gérer les options cognitives (lever la main, applaudir ...). Le chat a été utilisé à bon escient pour poser des questions (ce qui évite d’interrompre le conférencier). Twitter ( #jourde) a été utilisé par certains participants.Un groupe d’étudiantes a eu des difficultés d’écoute mais ... Elles étaient installées dans uneenseigne connue de restauration rapide qui met à disposition du wifi gratuit. On peut supposer,sans trop se tromper, que le partage de la connexion affaiblit le signal.J’ai donc le sentiment, mais c’est à confronter avec les autres points de vue des participants, quela séance a été fluide, que l’outil s’est fait oublié au profit de l’essentiel, le sujet de l’intervention: la conception des diaporamas. • Une rupture - Jusqu’à présent les conférences en immersion étaient organisées en interne (un enseignant avec ses étudiants). Cette séance marque une rupture sur plusieurs points :- Une organisation collective gérée par trois enseignants ;- Un public étudiant varié composé de BTS de diverses spécialités- Un public enseignant varié issu de spécialités et de niveaux très différentes (philosophie, droit,gestion, génie électrique) (secondaire, université)- Un professionnel de la viticulture intervenant en master d’école de commerce ;- Des participants situés sur une zone géographique large (Belgique, France, Allemagne - Brux-elles, Trèves, Bordeaux, Metz, Rennes, Bourg en Bresse, Lyon et région lyonnaise)[3] Nous nous inscrivons dans une démarche qui est encore largementexpérimentale mais ... on peut constater qu’il est possible d’organiser des travaux distants syn-chrones sur un sujet transversal en s’affranchissant des distances, des murs. Au plus fort de lasoirée nous étions 35 participants, il me semble que nos réunions peuvent aller au-delà de ce nom-bre, sans que nous redoutions la surcharge par accumulation de contraintes techniques. Je penseque nos enjeux futurs sont de l’ordre de la gestion du groupe plus que des angoisses techniques. 273
  • 274. - Constats techniques et humainsQuelques remarques diverses - Le virtuel ne fait en aucun cas disparaître les enjeux sociaux. Ilest nécessaire d’être discipliné :-) Des participants facétieux, malgré les instructions données endébut de séance, ont manipulé le déroulement du diaporama. François Jourde s’est vu contraintà plusieurs reprises, de caler sa présentation.Les rares fois ou les micros n’ont pas été coupés, nous avons entendu des conversations parasites(très brèves)Voici à cet instant les premiers constats que je peux tirer sur cette soirée. J’ouvre ce billet auxautres participants pour compléter mes propos.- Commentaire de Claude Coignat professeur de gestion à RennesJ’ai vraiment aimé, pour plusieurs raisons. Déjà au niveau technique le son était plus que correct,le complément ”chat” est vraiment efficace pour insérer des informations annexes, des liens, desinterventions en marge de la conférence ; et surtout on retrouve bien ce phénomène de bavardagesplus ou moins sonores dans nos classes quand on officie en tant que prof, et combien de fois ondemande aux élèves de faire participer la classe à leur conversation en aparté.Le contenu était très instructif, mes élèves de terminale auraient été intéressés, eux qui vontpasser une épreuve orale où se pose la question de l’utilisation ou non d’un diaporama.Ce qui m’a le plus étonné ce sont tes étudiants (présents en nombre) mais surtout dans des lieuxexotiques comme le Mac DO -:) On est en plus dans une situation de détente dans un canapé ouun fauteuil (virtuellement et réellement), ce qui à mon avis permet une meilleur écoute.- Commentaire d’Éric Guiraut Professeur d’économie - gestion à Bourg en BresseD abord sur le fond du sujet& je vais faire mes diaporamas de manière différente maintenantmême si je me retrouve dans le problème de François quand il dit qu il met tout de même del écrit pour le diaporama soit utilisable a posteriori par les élèves.Mes élèves n ont pas voulu venir, mais ils vont aussi devoir faire un diaporama pour le bac& doncquestion rituelle d après conf : il est possible d avoir le diaporama de François ?Sur la forme& on commence à s affranchir des « peurs techniques »& à un moment quand j aiété déconnecté (ordi de par tout à faite de la dernière génération), je ne me suis pas affolé et jeme suis reconnecté. D ailleurs le fait de twitter en même temps permet de récupérer des infos encas de problème technique.Pour répondre à un des participants qui disait qu il préfère utiliser un mode de communication quipermet de voir les autres : il me semble que c est possible avec assemblive et je trouve intéressantque des lieux très divers d installation des participants soient possibles puisque seul notre avatarest visible (on peut être au Mc DO, tant pis pou elles) ou chez soi à boire une bonne bière sansque cela rejaillisse sur l image de soi qu ont les autres !Merci aux organisateurs !274
  • 275. Le cours de François Jourde en vidéo 1 / 2 - [4]iciLe cours de François Jourde en vidéo 2/2 - [5]iciLe diaporama[slideshare id=4064212&doc=concevoiretscnariserundiaporamajourde2010-100512034600-phpapp0 1][slideshow]Un extrait vidéo de la séance[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=1qSoMCrdEec]La synthèse des tweets #jourde[6] 275
  • 276. Conseil de lecturePrésentation zen de Garr Reynolds[7]1. http://moiraudjp.wordpress.com/2011/01/15/monde-virtuel-connections-trans-etablissements2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2011/02/capture-d_c3a9cran-2011-02-03-c3a0-08-09-06.png3. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2011/02/capture-d_c3a9cran-2011-02-02-c3a0-22-49-24.png4. http://www.dailymotion.com/video/xfjf8h_cours-de-francois-jourde-conceptualiser-son-powerpoint-1-2_school5. http://www.dailymotion.com/video/xfjf9j_cours-de-francois-jourde-conceptualiser-son-powerpoint-2-2_school6. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2011/02/capture-d_c3a9cran-2011-02-03-c3a0-11-47-06.png7. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2011/02/presentation-zen.jpgJPO - Avancée et déception (2011-02-19 20:45) - moiraudjpAujourd’hui (19 février 2011) journée portes ouvertes au lycée. Nous avons enfin pu tester en réelles fonctionnalités d’un textile imprimé avec QRcode *.Retour sur le projet[1] L’alliance d’une réflexion sur les enjeux du nomadisme en pédagogieet l’immersion dans le milieu textile m’a amené à réfléchir sur la place des QR codes dans unespace collectif qu’est le lycée. Mon lycée est immense, situé sur trois sites distants, on y dispensedes formations très variées qui amalgament la maintenance, la chimie, l’industrie des matériauxsouples (IMS), la productique textile (Tissage et ennoblissement) et le design (espace, produit,mode, textile, communication visuelle, prépa) sans oublier le pré bac bien sûr. Dans ce babelpédagogique il est nécessaire de communiquer efficacement.276
  • 277. En association avec Bruno Venturelli (professeur de technologie textile, spécialiste de l’impressionnumérique), nous avons essayé de penser un textile qui puisse communiquer., un textile qui inter-agisse. Depuis quelques temps ma veille me renvoyait, de plus en plus souvent, des articles sur lesQR codes*, sur l’interaction, sur l’interface homme-objet.Il nous a semblé pertinent de lancer la réflexion et de tester un textile avec impression de QRcode, qui puisse servir de support d’information souple et ubiquitaire dans un lycée.Le kakemono que nous avons réalisé permet de charger les fiches des formations présentées lorsdes JPO ** • Le constat- Notre lycée est structuré sur le principe d’une organisation spatiale éclatée, nous travaillons surtrois sites distants. L’information doit passer rapidement et simultanément sur l’ensemble dessites, il est nécessaire de prévoir des objets de diffusion multiples et modifiables. Déployer cedispositif dans une enveloppe budgétaire modérée.- Dans un lycée aussi grand que le notre, installer des écrans, se révèle être un investissementtrès important et très compliqué. Où installer ces écrans dans un lycée qui ”traboule”, quels sontles lieux pertinents pour fixer un écran avec une efficacité informationnelle maximum ? Commentcoordonner les infos compte tenu de l’éloignement géographique ds bâtiments ? Que se passerait-ilsi un programmiste modifiait les ères de circulation des élèves et professeurs ? L’écran serait vouéà renvoyer des informations là ou plus personne ne passe - Ce n’est pas sa vocation !- Désinstaller, réinstaller un organe complexe (l’écran), pour l’exposer à nouveau à la vue desintéressés ? Cela ne peut se faire qu’en mobilisant des moyens humains, techniques et financiersconsidérables- On frôle le gâchis !- Un écran qui ”rend l’âme” c’est un objet difficilement recyclable, un textile se recycle plus facile-ment.- La montée en puissance des smartphones semble inéluctable, les prévisions des taux d’équipementsont représentées par des courbes ascendantes. Pourquoi dans cette hypothèse multiplier les écrans? • La propositionLe kakemono avec QR code pourrait être déployé en plusieurs exemplaires sur les divers sites, làou on l’estime pertinent en terme d’efficacité. L’interface kakemono - application web pourraitpermettre de sélectionner les informations à diffuser (nouvelles du lycée, expositions, projets ...).Il resterait aux utilisateurs à sélectionner l’information qui leur paraîtrait la plus pertinente ou laplus adaptée à leurs besoins. 277
  • 278. [2]Trois sites, une application web, des kakemonos répartis. Peu importe la distance entre les sites,une information transmise en simultané sur l’ensemble des sites. • Les avantages escomptés- Rendre souple le communication en l’adaptant aux trajets réels des acteurs du lycée- S’affranchir des contraintes des écrans fixes- Permettre aux destinataires de l’information de stocker les messages (prolonger le visuel)- Favoriser l’interaction - Les lecteurs des messages peuvent déposer des commentaires(l’information n’est plus seulement descendante) • Les questionsLes concepts développés dans ce billet posent de nombreuses questions quant au développement.A ce moment je n’y ai encore apporté aucune réponse : 1. Quel support pour fixer le kakemono ? 2. Faut-il le placer au sol ou en hauteur. Au sol on prend le risque de la lacération, du tag; en hauteur on prend le risque de la non lecture par l’appli du smartphone. 3. Quelle réflexion design sur le kakemono et son support ? 4. Accepte t-on que les élèves utilisent un smartphone dans les couloirs ? • Historique technique du projet.Les JPO nous ont permis de tester une version béta. C’est une version qui avait ambition detester la solution technologique et de la valider in situ. Avant cette journée nous sommes passéspar plusieurs phases. 1 ) Trouver des applications web qui nous permettaient de générer des QR278
  • 279. codes 2 ) Copier le QR code affiché sur l’écran de mon Imac pour le convertir en image au format.tiff 3 ) Convertir l’image .tiff en format .tiff lisible par l’imprimante numérique (passage par unemanipulation photoshop), impression numérique, confection.Nous sommes passés par trois prototypes - Le premier nous a permis de valider le fonctionnementdu QR code sur textile. Le second a consisté à réaliser un kakemono avec QR code, texte d’appuiet un travail de surjet pour rendre le textile harmonieux - Échec parce que les QR codes renvoy-aient sur un message d’erreur 404. Le troisième version, celle que nous avons exposée, a fonctionné:-)La suite du projet est certainement de demander à un designer d’imaginer le kakemono sous unangle sensible. • Le kakemono en situation - Du concept à la technologie, de la technologie à la pratique ...Je le savais l’innovation ne se décrète pas. J’ai observé les attitudes des gens face à ce textile (ily avait un texte explicatif). J’en retire une typologie rapide : 1. Ceux qui passaient devant le tissu (situé dans un lieu de grand passage et visible) sans s’arrêter (les pressés) ; 2. Ceux qui demandaient des explications parce qu’ils n’avaient jamais entendu parler des QR codes (les curieux) ; 3. Ceux qui connaissaient les QR codes mais n’avaient pas de smartphones (les déçus) ; 4. Ceux qui revendiquaient posséder un téléphone qui ne fait que téléphoner, ”et c’est tant mieux ”(les réfractaires) ; 5. Ceux qui avaient un smartphone mais qui n’avaient pas l’application lecteur (les hésitants) ; 6. Ceux qui avaient le smartphone, le lecteur mais pas de connexion (Les techno-malchanceux ); 7. Ceux qui avaient le smartphone, la connexion mais n’arrivaient pas à centrer le QR code (Les techno-maladroits) ; 8. Ceux qui se sont arrêtés immédiatement en voyant les QR codes, qui ont dégainé le smart- phone et ont engrangé l’info (Les techno-geeks)On le constate une idée mise en forme (une innovation) plongée dans le milieu social se heurte àbeaucoup d’obstacles. • ... De la pratique aux conclusionsEn résumé une belle leçon de modestie. Je m’aperçois qu’extrait de mon milieu geek la réalité estplus dure que je ne l’imaginais. L’innovation est un chemin semé d’embûches. Cela n’entame enrien ma détermination parce que j’aimerais bien présenter ce projet aux responsables de la régionRhône - Alpes. Tentons d’imaginer le lycée de demain, un lycée souple, communicant, un lieu decommunication réticulaire permettant à la fois la collaboration et la coopération - 279
  • 280. Imaginons !Le kakemono y aurait sa place il me semble.** Les billets qui étaient téléchargeables à partir du kakémono • Les explications - [3]ici • La fiche formation DMA - [4]ici • La fiche formation productique textile - [5]ici • La fiche formation design de mode option surface -[6] ici • La fiche formation design de mode option stylisme - [7]ici • La fiche formation IMS - [8]iciCette étape N°1 préfigure l’étape N° 2, j’en parlerai ici !Un glossaire est utile pour comprendre les enjeux de ce travail : • QR code - [9]ici (source site QR dress code) • Flash code - [10]ici (source site QR dress code) • Lecteur QR code - [11]ici (source site QR dress code) • Générateur QR code - [12]ici (source site QR dress code) • Smartphone : ”Un smartphone, ordiphone ou téléphone intelligent, est un téléphone mobile disposant aussi des fonctions d’un assistant numérique personnel. Il peut aussi fournir les fonctionnalités d’agenda, de calendrier, de navigation Web, de consultation de courrier électronique, de messagerie instantanée, de GPS, etc.” - Wikipédia[slideshow][Le QR Code est un code barre à 2 dimensions qui permet de stocker des informations numériques(textes, adresses de site web, etc.). Il peut-être déchiffré à partir d’un téléphone mobileéquipé d’un appareil photo et du lecteur approprié. Imprimé sur un support ou placé dansl’environnement urbain, il permet de relier l’espace physique et l’espace numérique.] - [13]Site QRcode1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2011/02/capture-d_c3a9cran-2011-02-20-c3a0-16-31-33.png2. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2011/02/sites-001.png3. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/01/13/tissu-interactif/4. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/01/13/dma-costumier/280
  • 281. 5. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/01/13/bts-productique-textile/6. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/01/13/bts-design-de-mode-option-surface/7. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/01/13/bts-design-de-mode/8. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/01/13/bts-ims/9. http://www.qrdresscode.com/pages/Definition_QR_code-3409034.html10. http://www.qrdresscode.com/pages/definition_flashcode-3409040.html11. http://www.qrdresscode.com/pages/Lecteur_decodeur_reader_de_QR_codes_et_autres_codes_2D_Flashcode_Datamatrix_etc-3409038.html12. http://www.qrdresscode.com/pages/Generateurs_QRcode_et_autres_codes2D--4197514.html13. http://qrcode.fr/QR code et mobilité éducative (2011-02-24 18:48) - moiraudjpMes réflexions, depuis mon passage à l’INRP, gravitent autour des enjeux de la mobilité et del’enseignement - apprentissage, ce que j’ai formalisé par les analyses sur SPE ([1]scénario depédagogie embarquée).Mes réflexions actuelles sur les QR codes en sont, si j’ose dire, un énième avatar. Je viens detester les informations spécialisées transmises par codage en QR code. Il est possible d’insérersa photo, sa Vcard, sa géolocalisation... Au-delà de la réalisation technique (un moyen mais enaucun une fin) on peut envisager une grande quantité d’applications pédagogiques [mémo avecsupport QR code pour insérer des documents dynamiques, kakémono interactif etc. ] L’objet estde permettre aux étudiants actuels mais peut être plus encore aux étudiants futurs, de pouvoirembarquer les ressources éducatives, de les sélectionner en fonction des besoins, de multiplier lessupports de transmission des informations. Les applications semblent très larges mais ce qu’il fautretenir avant tout c’est la capacité à inscrire nos travaux d’enseignement dans et hors la classe(l’amphithéâtre)Voici trois captures d’écran de I.phone sur les capacités de gestion de l’information.NB : Mon propos dans ces lignes est une sorte de démonstration par l’absurde. Il est, en l’état,inutile d’insérer le QR code sur un blog. Utiliser un smartphone pour lire les informations d’unautre écran est incongru. Par contre la réflexion prend tout son sens sur les autres supports(papier, toile, textile, bâche, murs, sol, panneaux d’affichage ...)[slideshow]1. http://eductice.inrp.fr/EducTice/projets/en-cours/scenario/spe4.3 marsI.pad et lissage social (2011-03-16 20:56) - moiraudjp« Assise en face de moi dans le métro à Toronto, une femme lit les Labyrinthes de Borges dansl édition Penguin. J ai envie de lui adresser la parole, de lui faire un signe de la main indiquant queje suis, moi aussi, un fidèle. Cette femme dont j ai oublié le visage, dont j ai à peine remarqué lesvêtements, jeune ou vieille je ne pourrai le dire, est plus proche de moi, simplement parce qu elle 281
  • 282. tient entre ses mains ce livre là, que bien des gens que je vois tous les jours. Une de mes cousinesde Buenos Aires consciente du fait qu un livre peut faire office de badge, choisissait toujours lelivre qu elle emmenait en voyage avec autant de soin qu elle en mettait à choisir son sac à main.Elle ne voyageait pas avec Romain Rolland parce qu elle pensait que cela lui aurait donné l airprétentieux, ni avec Agatha Christie parce que cela lui aurait donné l air vulgaire. Camus con-venait pour un voyage court, Cronin pour un long ; un polar de Véra Caspary ou d Ellery étaitacceptable pour un week-end à la campagne ; un roman de Graham Greene approprié pour untrajet en avion ou en bateau.L association entre les livres et leurs lecteurs est différente de celles qui s établissent entre d autresobjets et leurs utilisateurs. Outil, mobilier, vêtement Tous ont une fonction symbolique, maisles livres imposent à leurs lecteurs un symbolisme beaucoup plus complexe que celui d un simpleustensile. La seule possession d un livre implique une situation sociale et une certaine richesseintellectuelle »Lire Alberto Manguel est un plaisir de fin gourmet, sa finesse, son intelligence est un ravissementà chaque fois renouvelé. Le passage introductif du billet, tiré de son livre, « une histoire de lalecture » - (1998) éditions ACTE SUD, pose une véritable question sur le statut actuel de nosoutils de lecture. Certes nous continuons à lire, certes la numérisation nous offre une palette à lagamme jamais égalée mais &La lecture se numérise, l i.pad (ou tout autre solution) le dispute au papier.Livre assurément, mais livre numérique. Quel symbolisme est en train d apparaître ? Passerionsnous au symbolisme de l ustensile ? Nous lisons assistés par la machine. Des questions m assaillent,m inquiètent, mes convictions technophiles chavirent. La machine nous enferme t-elle, nous rendt-elle anonyme parmi les anonymes ? Contribue t-elle à lisser notre profil social ? Posséder unoutil de lecture à la place d un livre implique t-il « une situation sociale et une certaine richesseintellectuelle » ?Comment peut-on désormais aborder l inconnue du métro qui lit Borgès ? Disparue la couvertureimposante de la pléïade ou le quatrième de couverture engageant de chez Gallimard, prétexte àune possible discussion passionnante. La belle inconnue, désormais, effleure de ses doigts l espacetactile délimité par sa coque à l élégant design, estampillée par une pomme stylisée.Que lit elle ? Quels sont ses goûts littéraires ? Impossible de le savoir. Il est même possible qu ellene se plonge pas dans les délices du verbe « Borgesque » ou « Camusien ». Elle est peut être entrain de se consacrer à la gestion de ses actions qui dévissent à la bourse de Tokyo ? Elle lit unpensum ultra libéral rédigé par un obscur barbon, thuriféraire de l école de Chicago. Mystère !La forme prime le fond. Je ne sais rien de ma voisine, si ce n est sa capacité à acheter un produitcréé par la firme de Steve Jobs. Impossible de faire la différence entre la lectrice avertie et lavorace de la finance. Lire derrière son épaule, tenter de lorgner sur son écran, serait instiller uneonce de goujaterie à ce tableau déprimant.Quel est donc le symbolisme que l on peut rattacher à une liseuse numérique ? J ai peur des conclu-sions qui semblent s imposer. De l ostentation, de l individualisme, de la dissimulation savammentorchestrée ?Pour une fois je ne me sens pas technophile. Réflexion de geek ou puissance du charme féminin ?282
  • 283. Innorobo. Des robots en éducation ? (2011-03-23 21:28) - moiraudjpLes 23,24 et 25 mars 2011 se tient le salon [1]innorobo à Lyon. C’est une bonne occasion pouradopter une posture de veille et essayer de détecter les signaux faibles. Je suis donc allé arpenterles allées de ce salon.Jour 1 - Mercredi matinJ’ai vu des robot, plein :-)Que suis je venu chercher à Innorobo ? Des signaux faibles sur la robotique en éducation. Non pasles robots en tant qu’objet d’étude (j’ai vu des écoles d’ingénieurs en robotique, des kits robotspour les écoles, il y aura un combat de robots me semble t-il ...) mais bel et bien le robot au servicede l’éducation. Le robot comme artefact éducatif. Je vais apparaître, une fois encore, comme undoux rêveur mais j’ai le sentiment que nous sommes au début d’une réflexion, d’un possible.NAOA tout seigneur, tout honneur, commençons par NAO de [2]Aldebaran Robotic,le robot humanoïde.J’ai pu apercevoir ses grandes capacités à se mouvoir, à danser, à parler. Il est réellement impres-sionnant.J’ai pu caresser le petit dinosaure [3]pléo. Une merveille de petit robot qui me donnerait envied’en posséder un à la maison. On le caresse, il réagit, il exprime son contentement, on peut lenourrir, le soigner. C’estfivefiveassez fascinant, on imagine assez facilement le jouet de demain mais c’est plus qu’un jouet parcequ’on peut éprouver de l’empathie envers un objet. J’ai vu aussi [4]Karotz (l’ancien Nabaztag).Il y avait un robot joueur de football, une télé qui suit le mouvement du sujet qui la regarde,la tondeuse robot, l’aspirateur robot, le drone... Une pléiade de solutions robotiques mais peude solutions qui envisagent le futur éducatif sauf peut être la solution de l’entreprise [5]fivefive.Qu’est ce que fivefive ? Cinq, cinq je suppose que cela symbolise la mise en contact de deuxmains à distance. C’est de mon point de vue probablement une solution aux déficits cognitifs desenvironnements immersifs. l’idée et l’outil est de mettre à disposition des acteurs un objet qui 283
  • 284. exprime à distance (par couleur, par vibration) un sentiment. Pour l’instant c’est une solution de”one to one” mais on peut aisément imaginer ce boitier mis à,disposition d’apprenants en dispositifde formation à distance (rire, applaudir, lever la main, acquiescer etc)Une vidéo de cette journée[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=M2zxmyu0AIo]Jour 2 - Jeudi matinJe concluais le billet de ma première matinée par ”peu de solutions qui envisagent le futur éducatif”.J’ai twitté mon billet et ... réponse de @Maxximuus ”Du point de vue éducation, vous avez manquédes sociétés comme VEX Robotics et POB qui en ont fait leur cSur de métier ! B01 et B03”. Jesuis donc retourné au salon pour une seconde matinée :-)Une entrevue avec Maxime Vallet de la société [6]POB - C’est une entreprise de Villeurbannequi collabore avec l’entreprise américaine [7]VEX robotics (Greenville - Texas). Vex vend deséléments-accessoires pour construire des robots. Selon le représentant Vex les robots sont trèssimples à assembler, on peut aller du simple au très élaboré. Des combats de robots sont orga-nisés entre les écoles (on parle de team spirit), elles sont très populaires et actives aux USA, enNouvelle Zélande, en Grande Bretagne et en Chine. Ces compétitions, en France, vont commencer.Vex collabore avec inteltek, [8]CMU (Carnegie Mellon University) et [9]autodesk.Cette plateforme robotique de formation est intéressante parce qu’elle met au cSur des appren-tissages, la pédagogie de projet. Vex et POB mettent à disposition des écoles une démarchecurriculaire qui intègre un ensemble de savoirs et de compétences qui débordent l’enseignement -apprentissage des sciences associées (électroniques, microélectronique, électricité, mécanique). Leprojet robotique intègre aussi l’enseignement des langues.La vidéo ci-dessous est une entrevue avec Maxime Vallet de POB. Elle est réalisée avec un matérielde base nomade (appareil photo numérique) dans des conditions sonores difficiles. Cela expliquantla qualité médiocre du son (mettre le volume son haut). Maxime Vallet présente les enjeux de larobotique en situation d’apprentissage. Merci à lui d’avoir accepté le jeu de l’entrevue.[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=QRB8i8ERc5U]Pascal FranckJ’ai rencontré aussi Pascal Franck (Responsable de veloppement Projets) de la société[10]robopolis projet [11]Sparx . C’est une plateforme nouvelle génération de robotique. Ellepropose une fusion entre la robotique, le jeux vidéo et la réalité augmentée. L’objectif de cetteentreprise est de proposer une plateforme pédagogique ludo-éducative, à terme il serait possiblede l’utiliser pour enseigner toutes les matières. Les mots clés de ce système sont l’interaction284
  • 285. et la souplesse. On peut coupler cette plateforme à l’interface de Gostai et utiliser le langageurbi (Urbi est une plate-forme logicielle, sous licence libre GPL, utilisée pour le développementd’applications dans les domaines de la robotique et des systèmes complexes.Urbi intègre une archi-tecture distribuée de composants en C++ appelée UObject, ainsi qu’un langage de script parallèleet événementiel appelé urbiscript. UObject facilite l’intégration d’objets C++ dans le langage, etpermet leur exécution locale ou distante, tandis qu’urbiscript agit comme un outil d’orchestrationpour coordonner les différents composants et leurs interactions- Wikipédia). L’interface Gostaipermet de réaliser un tableau de bord de TP (de façon simple selon Pascal Franck). On peut doncimaginer une banque de données de scénarii mutualisables des TP créésCe système intéressant préfigure probablement les futures plateformes. Attendons qu’ellesdébordent les champs disciplinaires voisins de la robotique et qu’elles essaiment dans des champsplus généralistes. Il me semble que le communauté éducative devra observer avec la plus grandeattention les futures évolutions de ces plateformes. Les structures de type spip, rigides, arbores-centes et ... ennuyeuses vont peut être devoir évoluer pour ne pas disparaître ? restons attentifset observons.Un constat de ce trop bref passage au salon (je n’ai pu assister à aucune conférence alors queje voulais écouter les discours sur l’interaction et les rapports homme-objet). Les entreprises ontdes stratégies de communications très orientées sur le robot en tant qu’objet et pas assez sur sesfonctionnalités. J’avais vu le stand de POB, de VEX, de robopolis le premier jour mais l’accrocheétait robot. Or après discussion avec les représentants des entreprises, on comprend très vite qu’ilsont d’une énorme richesse fonctionnelle. Peut être un plan com’ à réorienter ?Quelques billets reçus et glanés pendant le salon[12]Les robots en Corée (via @fdomon)[13]Les échos PB technologieBlog ’avec ou sans contact’ - ”[14]Innorobo, les rencontres de la robotique et de la mécatronique 1ère partie[15]”RSLN ’regard sur le numérique) - Robolift11 : « [16]Les robots peuvent changer nos habitudes etnotre façon de nous comporter »Millénaire 3 - Grand Lyon - [17]”Zoom sur la robotique ludique et éducative”Le journal du geek - Acroban - ”[18]Le premier robot humanoïde que l on peut prendre par lamain”Blog sur mon écran radar - ”[19][20]Histoires de robots et autres machines” de J-C Féraud Quelquesphotos : [21]Sur flickr [slideshow]1. http://www.innorobo.com/2. http://www.aldebaran-robotics.com/3. http://www.pleoworld.com/Home.aspx4. http://www.karotz.com/home5. http://myfivefive.com/ 285
  • 286. 6. http://www.pob-technology.com/7. http://www.vexrobotics.com/8. http://www.cmu.edu/index.shtml9. http://www.autodesk.fr/adsk/servlet/home?siteID=458335&id=47076210. http://www.shop-robopolis.com/index.php/fr/11. http://www.sparx-robot.com/12. http://en.akihabaranews.com/35575/robot/r-learning-south-korea-to-embrace-next-gen-education-with-robots13. http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0201251487025-pob-technology-met-la-robotique-a-la-portee-de-tous.htm14. http://sanscontact.wordpress.com/2011/03/25/innorobo-rencontres-robotique-mecatronique-1ere-partie/15. http://sanscontact.wordpress.com/2011/03/25/innorobo-rencontres-robotique-mecatronique-1ere-partie/16. http://www.rslnmag.fr/blog/2011/3/25/robolift11_les-robots-peuvent-changer-nos-habitudes-et-notre-facon-de-nous-comporter_/17. http://www.millenaire3.com/Zoom-sur-la-robotique-ludique-et-educative.1176.0.html18. http://www.journaldugeek.com/2011/03/09/robot-acroban/19. http://monecranradar.blogspot.com/2011/03/histoires-de-robots-et-autres-machines.html20. http://monecranradar.blogspot.com/2011/03/histoires-de-robots-et-autres-machines.html21. http://www.flickr.com/search/?q=innorobo&s=int&ss=2&z=eColloque Reims - Plateformes technologiques (2011-03-29 06:16) - moiraudjp”Une cinquantaine de PFT présentes pour ces assises sur 60 environ (un succès pour les organisa-teurs)Une vingtaine pour présenter un projet, 6 PFT retenues pour participer à la table ronde dont laplateforme TEXT IN RHONE ALPES pour son caractère innovant”Bruno VenturelliNous sommes à Reims les 29 et 30 mars 2011 pour une réunion nationale des plateformes tech-nologiques des lycées.Michel Fayot - Professeur de technologie tissage depuis 12 ans. Il a commencé sa carrière commechef d’entreprise dans le domaine des tissus personnalisés, foulards, cravates, doublures, maro-quinerie. Il enseigne depuis en Bac professionnel MOMOIT (mise en Suvre des matériaux pourl’industrie textile), en BTS productique textile la technologie tissage (technologie machine, tissus,croisement de fils, automatisme, construction, gestion de production). Il intervient comme expertà la PFT Text’in.Jean-Paul Moiraud - Professeur de gestion en BTS design de mode, IMS et DSAAT, rédacteur dubillet professeur depuis 24 ans. Travaille sur l’intégration des mondes virtuels dans les dispositifsd’apprentissage. M[1]onde virtuel et plateforme technologique.Entrevue avec la revue Thot -”[2]les Tice pour prendre du recul par rapport à son projet profes-sionnel” -”[3]J’ai trouvé avec ce monde virtuel l’outil idéal pour mettre en contact les étudiants et286
  • 287. les professionnels”Bruno Venturelli - Professeur de technologie tissage et animateur de la plateforme technologiquedu lycée Diderot. Professeur depuis 8 ans. Ingénieur en matériaux de formation il a travailléplusieurs années dans l’industrie comme responsable de fabrication et en R &D. Il enseigne en bacSTI, BTS productique textile et en DSAAT (diplôme supérieur d’art appliqué option créateurconcepteur textile) et Lyon 2 en Licence 3 TTF. Il est animateur de la plateforme depuis 2005.Son travail d’animateur plateforme est organisé de la façon suivante :Un service de 18 heures par semaine qui se décompose selon les activités suivantes :La recherche de projets, une activité administrative avec l’établissement des devis, la facturation.Le suivi des projets, les relations avec le monde professionnel et les partenaires du réseau (IFTH,UNITEX, HRA, ITECH, pôle technologique médical, université de la mode Lyon II, Lycée Testud,lycée Carnot, Lycée Holtzer, Région Rhône Alpes, DRRT, Rectorat). Gérer le budget (fonctioninvestissement), relation avec le Proviseur, les enseignants, les étudiants, superviser les projetspédagogiques.Tout d’abord pour le lecteur non informé qu’est ce qu’une plateforme technologique ?”Les plateformes technologiques (PFT) ont pour mission d organiser sur un territoire, le soutienapporté à l innovation et à la modernisation des entreprises par les établissements d enseignement: les lycées d enseignement général et technologique, les lycées professionnels, les établissementsd enseignement supérieur et les structures publiques ou privées disposant de plateaux techniquesidentifiés autour d une thématique commune.Outre l objectif de mutualiser leurs compétences et ressources pour le développement économiquerégional, les PFT ont également un objectif pédagogique : l exécution de prestations pour lesentreprises est l occasion pour l élève de mettre en Suvre ses acquis, d appréhender l entreprise etde faciliter son insertion. Elle est, pour le lycée, l opportunité de valoriser la voie technologiqueet professionnelle et le cas échéant, d adapter sa formation. Elle permet à l enseignant de générerune source d innovation pédagogique.”Les journées ont été ouvertes par M Le Recteur de l’académie.Présentation des divers projets sélectionnésRéunion en séance plénière avec 6 projets sélectionnés et les représentants des PFT. • Plateforme DISO de Morez (Jura 39) qui travaille sur des solutions optiques, photoniques et l optique instrumentale. 287
  • 288. • Plateforme Ramseis de Limoges (Vienne 89) Spécialisée dans la mécatronique, mécanique, électricité. Elle regroupe 2 lycées, 1 IUT. Travaille pour les petites entreprises qui n ont pas de budget R & D. la PFT travaille très souvent sur des projets complexes qu l on pourrait qualifier trivialement de « moutons à cinq pattes ». • C est aussi une PFT en bâtiment. On y travaille en réseau de façon collaborative. • PFT ITT mécatronique (Mantes la ville). Regroupe un IUT, 4 lycées, une école d ingénieur et un laboratoire d ingénierie de Versailles. On cherche à développer du prototypage pour mettre en forme les idées des petites entreprises qui n ont pas les compétences ad hoc. Voir le site web de la plateforme. • PFT Rascol d Albi (Tarn - 31). Regroupe un lycée, l école des mines, CRITT (définir) automatique, l université Paul Sabatier de Toulouse, le lycée Borde- Bass, le Greta du Tarn. Travaille sur les processus automatisés. La PFT aide les étudiants à créer leurs entreprises. Le responsable de la PFT a présenté une expérience d accompagnement d étudiants qui ont créé un lanceur automatique de volants pour le jeu de badminton. • PFT Bois de Chaumont (Haute Marne). • PFT Text in (Lyon 69) Plateforme qui regroupe quatre lycées, une école d ingénieur, un laboratoire (IFTH), l université de la mode Lyon II. fibres Présentation du projet Abaca Tissage d un tissu avec des fibres d un bananier spécifique. Le projet a consisté à repren- dre les techniques locales mais en lui donnant une dynamique de productivité (nouage des fibres). Réalisation d un tissu destiné à l industrie du luxe (Chaussure, lunette, revêtement de canapés &)Discussion avec la salle sur les diverses thématiques. Ces divers sujets ont fait l’objet de débatsapprofondis pendant les deux journées. • L activité des PFT relève t - elle de l obligation de résultat ou de l obligation de moyen (droit des contrats) ; • La formation continue des enseignants. Le travail dans les PFT contribue t-il à accroître les compétences des enseignants engagés ? (Long Life Learning LLL) • Le rapport à l argent. Les PFT exercent de fait une activité commerciale. Le rapport avec les entreprises est multiforme, il intègre en phase de négociation et en phase ultime la question pécuniaire (commercial et comptable) • La question de la responsabilité des plateformes dans l exercice de leur activité. Bien que l article n est pas été cité, il s agit d une question de responsabilité civile de type 1382 (Droit de la responsabilité) • Question du statut juridique des plateformes (quel statut le plus approprié aux enjeux des PFT) (droit des société droit public)288
  • 289. • Questions financières Quelles solutions doit-on apporter aux questions de décalage entre les encaissements et les décaissements ? Existence du fonds de roulement et du besoin en fonds de roulement (comptabilité) • Question de la pédagogie En quoi une PFT permet-elle d engager une réflexion de type pédagogique ? Interaction entre un enjeu purement technologique et un développement de réflexions didactiques et pédagogiques (pédagogie Didactique) • Question de la confidentialité des projets. Les entreprises sont-elles prêtes à intégrer des étudiants dans des projets confidentiels ? (Droit des contrats Clauses spécifiques) • Question des droits de propriété industrielle (Brevet, marque, dessins et modèles) et des droits d auteurs (droit de la propriété industrielle) • Question de l adossement à la recherche (structure PFT) • Question des enjeux comptables Besoin d une comptabilité analytique ? (comptabilité analytique) • L avenir des plateformes Question du maintien de l engagement des professeurs dans le temps (structure des équipes des lycées) • Les décharges statutaires (statuts) • Question de l embauche de salariés permanents (GRH) • La communication des plateformes comment faire connaître sa PFT - Enjeux internes et externes (communication) • Les modes de fonctionnement des diverses structures. Les temporalités des diverses struc- tures, temps de la pédagogie / formation en lycée Temps de la recherche Tempsllis des entreprises Temps des élèves (organisation emploi du temps). • Diversité des structures des PFT (CA, statut juridique, évolution). • Question de la labellisation (certification)Soirée de GalaLes organisateurs avaient prévu une soirée de gala dans le prestigieux site du [4]palais du Tau. Unerésidence archiépiscopale et royale, liée au sacre de 32 rois de France, du XIe siècle à Charles X en1825. Le palais est inscrit, comme la cathédrale voisine, au patrimoine mondial de l’humanité parl’Unesco. D’autres plateformes ont été primées mais au moment du repas je n’avais pas pris moncarnet de notes en prévision d’alimenter mon billet. Que les responsables des autres plateformesveuillent nous excuser pour ce passage autocentré.Notre plateforme a reçu le prix de l’innovation :-) 289
  • 290. Michel Fayot - Bruno Venturelli. Remise du prix au palais du TauLes métiers gravitant autour de la PFT • Ingénieur pour l écoleLe dispositif IPE consiste à détacher de leur entreprise dans les académies, à titre transitoire,des ingénieurs et des cadres afin qu’ils puissent mettre leur expérience professionnelle au servicedu système éducatif. L’objectif est de favoriser le rapprochement entre l’école et l’entreprise etd’accroître les chances d’accès des jeunes à l’emploi.Ce dispositif a débuté à la rentrée 1994-1995 dans trois académies. Il a été ensuite étendu àd’autres académies. Actuellement, environ une cinquantaine d’IPE est répartie dans vingt-quatreacadémies. Parmi les entreprises qui contribuent à ce dispositif, on peut citer : Air-France, EDF,EADS, France TÉLÉCOM, Schneider, Thales. - Source[5] Eduscol.[6]Liste des ingénieurs pour l’école en France • Animateur de plateforme - [7]SourceExtrait d’une fiche de poste animateur plateforme technologique- Coordonner l action des établissements membres de la PFT (établissements composant le noyaudur de la PFT et partenaires périphériques)- assurer le point d entrée des demandes PFT,- formaliser les compétences et l offre de services de la PFT,- co-analyser et orienter les demandes- veiller au bon fonctionnement du réseau et dynamiser les partenariats existants- capitaliser les expériences290
  • 291. - Assurer l interface avec les entreprises du secteur concerné et les partenaires de la PFT (structuresd appui aux entreprises, partenaires institutionnels, collectivités territoriales...). L animateur estun interlocuteur privilégié de l entreprise ou de ses représentants pour :- valoriser l offre de services de la PFT,- impulser et organiser les opérations de communication et actions relationnelles nécessaires audéveloppement de la PFT,- rechercher des partenaires (financiers, techniques ...etc.),- suivre les prestations et projets technologiques conduits dans le cadre de la PFT,- suivre le traitement administratif et financier des prestations et projets technologiques conduitsdans le cadre de la PFT,- assurer une veille technologique (évolutions technologiques...) y compris au plan des organismesde recherche,- Rendre compte annuellement de l activité de la PFT par l élaboration des bilans financiers,pédagogiques et techniques. • Proviseur • Agent comptable • EnseignantsLes structures et textes permettant de mieux aborder les enjeux des PFTLes CRITT - Les centres régionaux d’innovation et de transfert de technologies , qui peuvent aussiêtre appelés pôles ou agences, sont de deux ordres (même si certaines structures assurent les deuxmissions) :- les centres prestataires, qui effectuent des missions de prestations technologiques en réponse auxdemandes de prestations sur mesure émanant des PME ;- les structures interfaces, structures légères qui sont chargées de prospecter les PME, afin de lessensibiliser à l’innovation et de les aider à formaliser leurs problèmes technologiques.Les DRRT (délégation régionale à la recherche et à la technologie) • Information des partenaires régionaux sur les orientations de la politique nationale de recherche et d’innovation et les programmes d’action mis en place dans ce cadre ; • Soutien à l’action en région des établissements publics et des organismes relevant du min- istère chargé de la recherche, et suivi du volet recherche et technologie du contrat de projets Etat-région ; • Aide à l’émergence et au développement de pôles de recherche et de technologie ouverts sur le monde socio-économique ; • Incitation à la valorisation, aux transferts de technologie de la recherche publique vers les entreprises et à la diffusion des nouvelles technologies vers les PME ; • Promotion de la diffusion de la culture et de l’information scientifiques et techniques. 291
  • 292. Le cahier des charges des PFT[8]Document à téléchargerSources - [9]Ministère de l’enseignement supérieur et de la rechercheEn ligneLe blog de l’académie de Reims sur les [10]PFTPrésentation des journées - [11]Blog académie de ReimsTechnéo - [12]l’outil de recherche de compétences de l’Oséo . Un mo-teur de recherche qui permet de balayer les compétences à disposition au niveau français. Il estpossible de chercher par régions sur des thématiques professionnelles spécifiques. Les textile estprésent. ”Les Réseaux de Développement Technologiques (RDT) et OSEO vous proposent l’outilTechneo qui vous donne accès aux compétences technologiques et scientifiques les plus prochesde vos besoins par thèmes et par secteurs géographiques. En octobre 2010, l’outil contient 3650fiches de compétences”La vidéo du séjour[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=we4II8s-vNA][slideshow]Nous tenons à remercier l’équipe du rectorat de Reims pour la qualité de l’organisation et saconstante courtoisie. Merci à eux.1. http://www.slideshare.net/moiraud/itech-41945702. http://www.cursus.edu/?module=document&type=1&uid=72122&division=53. http://www.cursus.edu/?module=document&type=1&uid=72123&division=54. http://palais-tau.monuments-nationaux.fr/5.http://www.eduscol.education.fr/cid47655/le-dispositif-ingenieurs-pour-ecole.html6. http://www.eduscol.education.fr/cid47653/liste-des-responsables-academiques-et-des-ipe.html7. http://www.transfertdetechnologie.fr/html/pdf/profil_de_poste.PDF8. http://media.education.gouv.fr/file/15/1/7151.pdf9. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid5777/les-structures-de-transfert-et-de-diffusion-de-technologies.html10. http://blogree-ac-reims.com/11. http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/44/13/89/Presentation-Assises-def.pdf12.http://www.oseo.fr/votre_projet/innovation/outils_en_ligne/competences_pour_innover292
  • 293. 4.4 avrilMéthode de travail - Aspects graphiques (2011-04-05 16:39) - moiraudjpLe travail mené avec mes étudiantes fait l’objet de synthèses sur les projets en cours. Je trouvetrès intéressant de lister les représentations graphiques des concepts maniés. J’ai choisi de mettreen lien ceux qui me paraissent les plus significatifs.Nous manipulons très souvent les concepts de réseau, de transversalité, de gestion de blog ...Les étudiants traduisent graphiquement ces idées.A suivre :-)[slideshow][gallery columns=”2” orderby=”title”]Enseignement en ligne. De la radio au smartphone (2011-04-09 14:29)- moiraudjpJe suis de la génération du baby boom, celle des trente glorieuses ... Pas d’internet, pas de mondesvirtuels, pas de plateformes de formation mais déjà des besoins de formation de masse et déjà unestructure de formation en ligne. A cette époque l’augmentation de l’age scolaire avait nécessitél’embauche de nombreux instituteurs, Il fallait les former. C’est grâce à la radio scolaire que cettegrande entreprise de formation a eu lieu. L’OFRATEME et France Culture ont permis de formerles instituteurs et leurs élèves.Je trouve émouvant avec 40 ans d’écart d’étudier ce qui a été un instrument de ma formation ...Chaque semaine mon instituteur appuyait sur le bouton de poste radio massif qui trônait sur lebureau. J’entends encore les musiques de Mozart (la flûte enchantée), Stravinsky (l’oiseau de feu)et Prokofiev (Pierre et le Loup).Ces enjeux et ces constructions de formations interrogent fortement mes problématiques de cedébut de 21ème siècle, des outils différents mais des questionnement similaires.Grâce à mon instituteur de CM1 - CM2 et directeur d’école, j’ai retrouvé les livrets de formationau chant et à la poésie.Le livret de l’instituteur N°1[slideshare id=7561776 &doc=ofrateme2-110408085843-phpapp01]Le livret de l’instituteur N°2[slideshare id=7551917 &doc=ofrateme-110407125545-phpapp02 &type=d] 293
  • 294. QR code et mémento de travail - Premiers pas (2011-04-13 21:41) - moiraudjp L’année scolaire n’est pas encore achevée qu’il faut déjà penser àla prochaine rentrée. Voici la première mouture du mémo que je vais donner aux étudiantes depremière année. Ce document sera distribué sous forme de polycopié mais il permettra (pour lesdétenteurs de smartphone) de poursuivre la réflexion sur le net.Bien sûr ce travail est expérimental, il ne s’agit pas d’opérer une scission entre les possesseurs desmarphone et les autres. La [1]version classique est consultable sur le blog et les cours en présentielpermettront de mettre en perspective les enjeux des cours.Il n’en reste pas moins que ce travail est une première interrogation, une construction d’un scénariod’usage sur les liens entre un objet et le numérique. Le polycopié évolue. Les étudiants aimentdisposer d’un support papier qui est synthétique, les QR codes permettent enfin de concilier,l’inconciliable - La synthèse et le développement.[slideshare id=7617911 &doc=intention-qrcode-110413135127-phpapp02 &type=d]1. http://dsaa.apinc.org/objectifs-des-cours/memento/Mondes virtuels - Synthèse (2011-04-15 19:56) - moiraudjpUne synthèse de mon travail dans les mondes virtuels. Ce travail est en appui du [1]bilan quej’avais établi après six mois de pratique pour l’année scolaire 2009 - 2010.[2]bilan monde virtuel 2010[slideshare id=7642092 &doc=innovant-110415122913-phpapp01]1. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/06/16/bilan-2010/2. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/06/16/bilan-2010/Serious play et modèle pédagogique (2011-04-17 15:33) - moiraudjp Le travail que je mène depuis plusieurs années déborde le cadre de maclasse, il fait l’objet de billets, de communication et de conférences. Je ne peux que me féliciterde ces orientations mais mon but est au final de tenter d’expliquer à mes pairs le sens du travail294
  • 295. à des fins de mutualisation.Les méthodes de transmission sont nombreuses, de la plus formelle dans la sphère universitaire(je ne suis ps toujours sûr d’être au niveau) aux discussions informelles au lycée sur le sens denotre métier. Je vais tenter de réfléchir aux modèles de formation en mélangeant les analysesformelles et les logiques des serious games (serious play). Je vais tenter de scénariser des situa-tions d’apprentissage / enseignement numérisés en utilisant des légos. Je ne sais pour l’instantquels seront les aboutissements de ces tentatives mais j’entends les mener avec un sérieux absoluet une logique d’organisation structurée.Les images ci-dessous me serviront d’illustrations pour mes propos futurs et pourquoi pas de basede travail pour faire réfléchir des groupes sur les enjeux de formation. Je m’aperçois que de nom-breux collègues innovent, structurent des processus intelligents mais ne vont pas jusqu’au bout deleur logique. Ils ont du mal, ne veulent pas, n’ont pas le temps, pas le réflexe de formaliser leurtravail. Alors pourquoi pas avec des légos ? Peut-on réfléchir en s’affranchissant de la syntaxe ?Je pense que oui dans un cadre organisé.Grâce à twitter j’ai été informé de l’existence de cette vidéo. Elle présente le travail de Jean-Claude Bermond du CNRS (Grand Prix Fondation EADS 2010) qui travaille sur les réseaux(”mathématiques discrètes”). On y parle de légos et les représentations graphiques des réseaux ysont omniprésentes - C’est[1] ici ou [2]iciNB : Ce billet me permet de stocker mes travaux en direct. Ces mises en scène me permettrontde rédiger des billets par la suite.[slideshow][3]Toutes les images sur Picasa1. http://www.youtube.com/watch?v=S0vrQc2nnn82. http://www.youtube.com/watch?v=BSNeYXnDXmM&feature=related3. https://picasaweb.google.com/moiraudjp/LegosSimulationsNumérique et relations entre les acteurs éducatifs (2011-04-19 19:08)- moiraudjpJe vais entamer une série de billets consacrés à la modélisation des processus d’apprentissage. Lesenseignants sont confrontés à une multitude de bouleversements dans leur métier, l’introductiondu numérique n’étant pas la moindre.Il est toujours difficile de parler de ces enjeux profession-nels, les difficultés pour expliquer ces processus sont nombreuses. Au risque d’être réducteur(reproche qui pourra m’être adressé) il me semble possible de définir deux axes dans les pratiquesenseignantes.1 - La première est celle de l’enseignant de terrain qui introduit du numérique dans ses pratiques.Il décrit son travail par le prisme d’un ou des outil(s) qu’il maîtrise (plus ou moins parfaitement)dans sa pratique quotidienne. Il peut être médiatisé, enfler dans la blogosphère. L’écueil principal 295
  • 296. est de voir ce travail disparaître avec l’outil (effet feu de paille). Être un enseignant reconnu maisdans l’incapacité de déborder le seuil de sa classe. Je parlerai de ”praticien autocentré ” (j’aiparfois peur d’être dans cette catégorie). L’enseignant bricoleur, innovant mais (trop souvent)éloigné des lieux [indispensables] de la recherche, là où le temps de la réflexion, de la publicationet de la trace est inscrit dans le cSur de métier (publier dans un blog, twitter ... n’est pas, de monpoint de vue un acte de recherche). Un travail centré sur une expérience, descriptif, foisonnant,actif, productif, utile voire indispensable mais avec un manque d’enracinement conceptuel.2 - La seconde posture est celle de l’enseignant ayant une grande maîtrise théorique des concepts(enseignant chercheur), qui est reconnu par une communauté identifiée de spécialistes. Ces travauxsont indispensables pour comprendre les enjeux du métier parce qu’ils fixent le socle conceptuelindispensable. Le quotidien du métier d’enseignant (submergé par une multitude de tâches) renddifficile le temps de pause réflexif. En une vingtaine d’année d’enseignement, j’ai rarement ététémoin de discussions enragées sur les modèles de formation (c’est probablement la faiblesse demon propos - m’appuyer sur ma seule expérience cf N° 1).J’ai du mal à déterminer où se situe le point d’équilibre satisfaisant entre l’usage et la recherche.Pour cette série de billets je tenterai de mettre en scène des situations pédagogiques qui permet-tront, à partir de simulations, de poser les jalons d’une réflexion que j’ose penser compréhensiblepour mes collègues enseignants, peut être une amorce de connexion entre pratique et réflexion ?(Le propos n’est-il pas prétentieux ?)N°1 - Les relations entre acteurs dans les réseaux numériquesL’introduction du numérique dans les dispositifs d’apprentissage pose la question des rapports en-tre les acteurs. J’ai déjà rédigé des billets [1]ici et [2]ici en ce sens. Mes tentatives de formalisationavec les légos m’ont permis de les formaliser en image1. On peut distinguer plusieurs situations : • La relation hiérarchique • Le relation duale • La relation triangulaire • La relation réticulaireIl appartient aux enseignants, aux équipes des établissements, dans le cadre de leurs cours, auxétablissements, lorsqu’un ENT est introduit, de réfléchir aux nouvelles relations qu’induisent lenumérique. C’est évidemment une nouvelle organisation, il n’est pas possible de renoncer à cetteanalyse - réflexion. Dans un établissement scolaire les relations entre les acteurs sont protéiformes.Au cours d’une session de formation (enseignement et apprentissage) on doit en principe être con-fronté à tous les genres de liens sociaux, le hiérarchique, le dual, le triangulaire et le réticulaire. Ilme semble important d’analyser les moments de formation et leur qualification. Là ou la réflexiondevient complexe c’est qu’il est fréquent d’avoir à associer les diverses relations - Exemple tra-vailler avec ses élèves en mode collaboratif (réticulaire), c’est forcément respecter les directivesqui fondent notre métier (programmes, référentiel, loi, règlement ...), c’est le hiérarchique. On leconstate la structuration d’une séance de formation est extrêmement complexe du point de vue296
  • 297. des relations entre acteurs.NB : Le parti pris de modéliser une situation par la médiation d’un environnement construit ,même si elle peut paraître surprenante, décalée pourquoi pas novatrice, est une idée très ancienne.Les plans reliefs qu’utilisaient les rois pour simuler les batailles étaient déjà la mise en forme dece principe. [3]Le palais des beaux arts de Lille possède une collection remarquable. A propos desplans cartes le site du musée précise :”Les Plans-Reliefs sont des maquettes au 1/600ème des villes fortifiées par Vauban, situées auxfrontières de l ancien royaume de France. Ils offrent une représentation très précise et évocatricede ces villes sous l Ancien Régime : d un grand intérêt documentaire pour la connaissance dutissu urbain, des monuments et des fortifications, ils montrent aussi les faubourgs et la campagneenvironnante sur une étendue parfois importante.A les admirer, on oublierait presque que le propos de leur réalisation était avant tout militaire.En effet, c est sous Louis XIV, que l on prit conscience du rôle essentiel des places fortes dansla conduite des guerres et la consolidation des frontières. Louvois, alors Secrétaire d Etat à laguerre, décida de faire exécuter des maquettes ayant pour but de « faire toucher au doigt et àl Sil tous les défauts » de ces places et de les faire « corriger » (lettre de Vauban à Louvois, de1695). C est d ailleurs pour les besoins de l artillerie que l on figure une part aussi considérable del environnement de ces villes.Les procédés d exécution se perfectionnent et s affinent au long des XVIIIe et XIXe siècles, jusqu àce que les progrès de l artillerie après 1870 fassent perdre à ces maquettes toute utilité pratique.Sur la centaine de plans encore existant, seize sont exposés à Lille, grâce à une convention passéeentre l Etat et la Ville en 1987 (les autres sont au musée des Plans-Reliefs aux Invalides de Paris): sept places fortes du Nord de la France dont [4]Lille, huit situées aujourd hui en Belgique et cellede Maastricht aux Pays-Bas, datant pour l essentiel du XVIIIe siècle et illustrant une provincefrontière maintes fois dévastée par les guerres. Les maquettes du musée de Lille témoignent, pourcertaines villes, d un état aujourd hui disparu et permettent une comparaison riche d enseignementavec les places fortes encore conservées.”La relation duale - La plus répandue dans notre exercice quotidien est celle de la relation frontale.Une classe, un enseignant, un cours dans le cadre d’un champ disciplinaire, une unité de lieu etune unité de temps. Ce type de relation est assez développé pour plusieurs raisons :- Le besoin de faire passer une notion fondamentale puisque nous sommes dans une démarched’acquisition de savoirs disciplinaires. Il est parfois indispensable de faire passer un savoir dans lesens descendant. A titre d’expérience, lorsque je dois définir le concept de responsabilité (article1382 du code civil) j’explique, je définis sans avoir recours à une quelconque collaboration oucoopération, le frontal me semble adapté sur ce point particulier. 297
  • 298. - La relation frontale peut être une conséquence technologique de situation. La configuration d’unétablissement est un élément très important. Les facteurs de blocage sont nombreux, on peut citersans ordre établi, une absence d’équipement numérique dans la salle de cours, un éloignement dela salle informatique, l’insuffisance numérique des équipements ... Le dual (professeur - classe) estici subit.La relation duale- La crainte de l’introduction du numérique dans son dispositif de formation. Le passage aunumérique peut être anxiogène pour de nombreux enseignants car il demande de ”revisiter sesclassiques”. L’outil est la partie immergée du dispositif. Il nécessite d’acquérir en plus de nou-velles compétences, accepter d’avoir moins de maîtrise que ses élèves (sur la partie manipulatoireen tout cas). Une prise de risque pour faire simple.- La conviction que le mode traditionnel de formation se suffit à lui même (”il a fait ses preuvesdepuis longtemps”) il est jugé pertinent par l’enseignant, l’instrumentation numérique n’a pas desens particulier.La relation duale instrumentée - L’introduction du numérique n’équivaut pas forcément une remiseen cause fondamentale des procédés anciens de formation. Technologie ne rime pas avec innova-tion. Il existe de nombreuses situations pour lesquelles le rapport de formation est encore frontalmais avec... machine. La question qui se pose est de savoir si ce procédé donne une valeurajoutée à la leçon ? Le passage au numérique change t-il le rapport d’acquisition dans la classe? L’introduction de nouveaux supports ”multimodaux” (son et vidéo) modifie - t’elle la façonde travailler ? Les changements s’opèrent assurément mais dans quelle proportion ? Quel est lerapport investissement / efficacité pédagogique ?L’image inséré à gauche de ce paragraphe tente de comparer deux situations, celle du coursdispensé dans une classe et celle du cours organisé dans la salle d’informatique. Quelle est ladifférence sinon la différence de lieu et d’outils ? J’avais déjà dans un [5]autre billet envisagé ceparadoxe. Je reste persuadé que cette forme d’organisation limite l’utilisation du numérique à desutilisations de compréhensions logicielles.298
  • 299. La relation hiérarchique - elle est inscrite dans le fonctionnement même de notre administrationet de notre fonction. ”La loi n°83.634 du 13 juillet 1983 article 28 énonce ”Le fonctionnaire”doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique, sauf dans le cas où l ordredonné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public.” Lerefus d obéissance équivaut à une faute professionnelle. La subordination hiérarchique imposeégalement de se soumettre au contrôle hiérarchique de l autorité supérieure compétente et defaire preuve de loyauté dans l exercice de ses fonctions. Le devoir d obéissance impose enfin aufonctionnaire de respecter les lois et règlements de toute nature” - Source - [6]Direction généralede l’administration et de la fonction publique. Le mode hiérarchique est consubstantiel à lastructure de l’administration. Mon propos n’est pas de juger de sa pertinence parce que je lepense profondément utile et justifié. Ce qui m’intéresse ici est la confrontation de deux logiques,l’une verticale (hiérarchie) l’autre horizontale (le réseau). Comment fait-on pour concilier lesdeux logiques ? Le numérique fait bouger les lignes de fracture. Je n’ai pas de réponse à cetteinterrogation mais il me semble qu’elle mérite une réflexion soutenue.Le réseauLa relation réticulaire - Ce type de relation est certainement celui qui incarne le mieuxl’introduction du numérique dans les dispositifs d’apprentissage. Il est loisible aux divers ac-teurs de produire du contenu (institutionnel, enseignants du primaire, enseignants du secondaire,enseignants du supérieur, communautés de pratiques enseignantes, entreprises privées ...) et dele partager. La mise en connexion des ordinateurs complexifie, par conséquent, les systèmes rela-tionnels entre les membres de la communauté éducative. Les échanges d’informations ne sont pluslimités à un lieu et un temps. Les divers outils numériques (matériels et immatériels) ouvrentdes perspectives larges - Travailler dans et hors la classe, ouvrir des relations inter-établissements,faciliter l’ubiquité et le nomadisme. De mon point de vue la création d’un réseau ne se décrètepas, elle nécessite l’adhésion des membres à un projet commun.En conclusion faut-il choisir un mode de relation plutôt qu’un autre ? Y aurait-il les vertueuxde la relation réticulaire et les impies de la relation frontale ? Le réseau fragilise t-il la voiehiérarchique ? La présentation séquentielle des formules dans l’article semblerait l’indiquer mais... La pratique de terrain tend à me démontrer au quotidien que la réalité est beaucoup pluscomplexe (réellement complexe). Prenons comme étalon de mesure la semaine d’un enseignant.Il me paraîtrait invraisemblable de soutenir que son travail puisse être complètement réticulaire(du collaboratif et du coopératif) ou totalement soumis aux injonctions de la hiérarchie ou bienencore totalement dans un schéma frontal. C’est bien le mixage de cet ensemble qui semble êtrele plus proche de la réalité . L’analyse des situations à aborder dans la semaine est le préalable auchoix pédagogique. C’est dans cet équilibre subtil, que probablement, se construisent les savoirs,s’élaborent les modes d’enseignement et d’apprentissage.[7]Les photos sur Picasa 299
  • 300. [slideshow]1. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/11/29/biennale-mobilite-teleportation-et-education/2. http://moiraudjp.wordpress.com/2008/10/08/travail-collaboratif-2/3. http://www.pba-lille.fr/spip.php?article634. http://www.pba-lille.fr/spip.php?article625. http://moiraudjp.wordpress.com/2010/09/18/organisation-classe/6. http://www.fonction-publique.gouv.fr/article518.html?artsuite=67. https://picasaweb.google.com/moiraudjp/LegosSimulations#slideshow/5599936215074920706L’espace du web la cartographie imaginaire (2011-04-26 20:55) - moiraudjpLa lecture du billet de la 27ème région intitulé ”comment habiter le lycée ?” est un bel exemplepour comprendre comment illustrer nos analyses sur web et pédagogie. Cette image illustre lesenjeux de l’introduction du numérique dans les processus d’apprentissage et d’enseignement. A lafaçon des grands navigateurs du 15 ème siècle, nous sommes en train de cartographier nos espacesnumériques[1]27 ème région1. http://moiraudjp.files.wordpress.com/2010/11/capture-d_c3a9cran-2010-11-25-c3a0-07-40-24.pngFormation hybride - Blended learning (2011-04-27 09:54) - moiraudjpN° 2 - La formation hybride dans le secondaire - Des légos © et des simulationsLa présence du numérique dans les formations du secondaire est d’une extraordinaire complexité,plusieurs raisons militent pour cette argumentation :300
  • 301. • Le secondaire forme des élèves de la sixième au BTS (soit une amplitude de neuf ans d’études - Hors redoublement) ; • Les outils à disposition sont d’une grande diversité et leurs fonctionnalités disparates ; • Les programmes sont plutôt élaborés pour une situation en présentiel ; • Le temps de travail est organisé sur une base temporelle archéo-digitale; • Les compétences dans le domaine du numérique sont partagées.Ce billet tentera (modestement) de réfléchir à la question suivante - Peut-on développer une for-mation hybride (”blended learning”) dans l’enseignement secondaire ?Tout d’abord définissons la notion de formation hybride :”Alors que la notion d’enseignement bimodal évoque la coexistence de dispositifs d’enseignementparallèles au sein d’un même établissement, la formation hybride (aussi appelée apprentissagemixte, ou Blended Learning) fait référence à l’intégration de ces deux types de formation, c’est-à-dire la présence et la distance, les technologies étant utilisées afin de soutenir le processusd’enseignement-apprentissage. Elle est orientée vers le suivi de l’apprenant, l’ouverture desressources et le développement d’espaces de mutualisation et d’interaction. Selon la définitionproposée par Charlier, Deschryver et Peraya, elle se caractérise par ”l’introduction intentionnelledans un dispositif de facteurs innovants : l’articulation du présentiel et de la distance soutenuepar un EIAH” (Environnement Informatique pour l’Apprentissage Humain).”L’hybridation repose sur plusieurs paramètres : l’apprentissage visé, les caractéristiques des ap-prenants,le besoin et la facilité de mise à jour du contenu, la possibilité d’économies d’échelle,l’intégration organisationnelle et la gestion du changement, ainsi que les ressources disponibles.Elle s’effectue à plusieurs niveaux : 1. Juxtaposition : l’hybridation peut être simple (chaque composante est utilisée de façon indépendante), en série (les composantes se suivent selon un ordre spécifique) ou en parallèle (les composantes permettent de réaliser la même tâche). 2. Intégration : dans cette hybridation systémique, les composantes se soutiennent mutuelle- ment et se renvoient l’une à l’autre. 3. Collaboration : dans l’hybridation assistée, les composantes sont complétées par du tutorat, du coaching ou du mentorat, ainsi que des activités collaboratives. Elle se caractérise par l’émergence de communautés de pratiques. 301
  • 302. 4. Expansion : dans l’hybridation implantée, le système inclut des ressources sur les lieux de travail, des médias électroniques, le Web et des équipements mobiles. Le transfert des apprentissages s’en trouve facilité.” - [1]Vers l’UQAM bimodale - site non officiel- L’introduction intentionnelle dans un dispositif de facteurs innovants - Les acteurs du mondepédagogique sont maintenant imprégnés (sinon habitués) par ces environnements numérisés. Dansles collèges, dans les lycées les usages se développent grâce à des usages bricolés (les édupunks).Les collectivités locales sont largement engagées dans des programmes d’investissement et dans[2]les développements des ENT . La construction de scénario a priori paraîtrait indiquée pourrépondre aux enjeux de l’introduction de ces innovations.- L’enseignement secondaire un système complexe qui articule présentiel et distantiel - Nos modesactuels de formation intègrent le numérique mais peut -on en déduire que nous sommes en présencede ”blended learning” ? Sommes nous au début, au stade de la juxtaposition ou bien est -on ca-pable d’aller jusqu’à l’expansion ? (voir supra) L’enseignement secondaire commence avec desélèves de sixième (âgés de 11 ans) et s’achève au post bac lycée avec les sections de BTS (âgésde 20 ans), il agrège le collège, le lycée, l’enseignement général, l’enseignement technologique etl’enseignement professionnel. Une grande variété de situation pour lesquelles il faut penser le”blended learning” en tenant compte des contextes spécifiques (formation initiale, formation paralternance, VAE, période de stage, période de cours uniquement, période en entreprise et périodeen cours ...) et aux motivations des élèves.L’objectif d’intégration du numérique dans un dispositif de formation est un pari constant sur lacapacité d’autonomie des élèves hors la classe. Sont -ils suffisamment matures pour s’insérer dansun dispositif de ”blended learning” ? Le rapport d’autonomie au travail est très différent pour unélève de sixième et un étudiant de dernière année de BTS, il s’agit donc de bâtir des modèlesadaptés au public à former, une fluidité des scenarii adaptée à la fluidité des parcours.- Une formation, des enseignants et des cadres, mutualisée ?Les constructions des formations hybrides, dans le secondaire, sont parfois (souvent ?) pensées parune seule personne (l’enseignant). C’est probablement un contresens au temps du numérique detype web 2.0 Les modèles à construire impliquent les enseignants et leurs élèves et d’autres acteurssi besoin. J’ai eu le plaisir de participer à un ”brainstorming” avec un [3]programmiste dans lecadre des réunions de la [4]27ème région, le résultat m’a paru très enrichissant. Dans la mesureoù les constructions numériques entrelacent les relations verticales et horizontales, l’efficacité dunumérique pourrait passer par une formation spécifique réunissant en même temps des acteursde la filière (élèves, enseignants, chef d’établissement, corps d’inspection). J’entends par là uneformation transversale commune qui intègrerait dans une unité temps et espace, les enseignants,les chefs d’établissement et les corps d’inspection . Elle pourrait se fixer comme objectif finall’élaboration de modèles de formation / apprentissage. Dans cette perspective élargie, il seraitpossible de penser le ”blending learning” dans sa richesse et diversité. J’ai scénarisé des situations pédagogiques à l’aide de Légos ©, fruit de302
  • 303. réflexions que je qualifierais de recherche / action. J’ai modélisé en évacuant les repères despécialité et je n’ai conservé que des éléments invariants. Le ”blended learning” tel que nous lepratiquons dans le secondaire s’exerce dans la salle de classe et au domicile des apprenants. L’imageci contre représente les deux espaces. L’espace bleu, au fond, symbolise la salle de classe, l’espaceblanc au premier niveau formalise le domicile des élèves. Deux lieux de formation spécifiquesselon le niveau de formation. La notion d’espace, dans l’idée que je me fais de la formation, estlimitée à l’espace école et au domicile des acteurs. La (presque) ”démocratisation” des solutionsmobiles (smartphones, tablettes, MP3) permet de concevoir des environnements de formation mo-biquitaires (”mobiquitous learning”), travailler dans le bus, le train, le métro ... Le secondaireest cependant la période de fixation des fondamentaux (le socle). Apprendre induit l’existenced’un environnement propice c’est-à-dire un endroit calme favorisant la concentration. C’est aussidisposer d’un temps suffisant long pour travailler efficacement. L’utilisation des temps interstitielsn’est pas une solution à rejeter d’emblée mais elle me parait plus adaptée pour un public engagédans une démarche de L.L.L (Life Long Learning ou formation tout au long de la vie) ou pour unpublic étudiant capable d’autonomie.La mise en place d’un cours qui ”augmente” le présentiel doit être élaboré de façon globale : quelssont les outils et quelles sont les fonctionnalités induites ? Comment peut-on, doit-on articuler leprésentiel et le distantiel ? Qui sont les acteurs impliqués ? Quelles sont les ressources produites ?La solution la ”moins disante ” étant de se contenter de mettre en ligne desressources. L’insertion du distantiel, potentiellement, transforme la nature du métier enseignant.Il est nécessaire de maîtriser des compétences supplémentaires (technologiques, rédactionnelles,organisationnelles, juridiques). Peut-on penser ce type de formation sans intégrer une dose detutorat ? Si la réponse est non, il y a un changement de paradigme du métier, être professeurn’est pas être tuteur et inversement, ce ne sont pas les mêmes compétences, l’interaction n’estplus la même, les temps sont revisités. Même si je suis convaincu des possibilités du ”blendedlearning”, en l’état il augmente la quantité de travail. Le temps de travail numérique hors classeest loin d’être pris en compte dans le service des enseignants du secondaire (en tout cas de façonformelle). Là ou l’université est en capacité de déterminer une chaine de la formation en ligne, etd’opérationnaliser les postes, le professeur du secondaire reste encore largement l’homme-orchestre(concepteur, enseignant, ingénieur pédagogique, tuteur). Le ”blended learning” en classe - Premier espace de formation du disposi-tif. Il est modulable, on peut le concevoir comme un dispositif classique en opérant le choix detransmettre les savoirs frontalement, en instrumenté ou pas. Ou en tentant de développer desméthodes coopératives et / ou collaboratives grâce à la souplesse des fonctionnalités de diversoutils numériques.Le ”blended learning” hors la classe. NSud gordien de cette réflexion pour le secondaire. Lalongueur du processus de formation, rappelé en introduction (formation étalée sur 9 ans) inscrit 303
  • 304. en toile de fond la difficulté de l’exercice. Comment trouver une trame commune? Quels sont les modèles pertinents adaptés aux niveaux de formation. De mon point de vue dansun dispositif hybride, il faut encadrer les élèves pour la partie hors la classe, la mise en ligne deressources ne se suffit pas à elle même. Il est par conséquent nécessaire de penser, d’organiser cetencadrement hors site , il faut l’expliquer précisément avant tout exercice du genre (je n’évoquepas les besoins en équipement mais ils sont implicites et complexifient d’autant l’analyse). Ce tra-vail hors la classe trouvera sa cohérence, sa viabilité que si l’enseignant peut expliquer précisémentaux élèves les enjeux de la construction élaborée. Il me semble que le stade du tutorat peut êtredifficilement mis en Suvre dans toute son ampleur puisque le professeur est aussi tuteur (or cesont deux activités différentes)Le blended learning et son organisation formelle - Un dispositif hybride repose sur la construc-tion d’un cadre technologique. Quels outils faut-il utiliser , quelles sont leurs fonctionnalités? Il convient de lister les matériels à disposition - Simple à formuler, beaucoup plus difficile àmettre en Suvre. Les établissements scolaires sont gérés à la fois par l’État et les collectivitéslocales, les situations sont (sur le court terme) forcément hétérogènes. Il appartient aux équipesde calibrer l’existant et d’en déterminer les possibles. L’expérience du C.G des Landes, [5]uncollégien, un ordinateur portable - [6]La tablette Apple au conseil général de Corrèze - [7]L’ENTla classe.com dans le département du Rhône - [8]l’ENT Lillie en île de France ... Le ”blendedlearning” est conditionné par la structure architecturale de l’établissement. Comment ont étépensées les salles de cours ? Sont- elles reliées à internet ? y a t-il dessalles informatiques ? Comment peut -on y accéder et selon quelles modalités ? Y a t-il unprojet de rénovation de l’établissement ? Si oui comment l’équipe pédagogique et l’équipe dedirection peuvent-elles faire des propositions pour associer les représentations architecturales etles représentations pédagogiques ?Le dernier point que je souhaite aborder sont les moyens d’encadrement du travail des élèves horsl’établissement ? J’ai malheureusement peu lu de littérature à ce sujet, je resterai volontairementsur le mode de l’interrogation. • Comment éviter la fracture numérique au domicile des élèves, sachant que posséder un ordinateur n’est pas suffisant ? • Comment vérifier que les dispositifs construits permettent effectivement aux élèves d’apprendre ? • Commente expliquer aux élèves les enjeux et comment les motiver ?304
  • 305. [slideshow]————————Lire • Sur Educnet- [9]Dossier blended learning • Jacques Rodet - [10]Blended learning selon Sébastien Fraysse1. http://sites.google.com/site/versluqambimodale/Home/la-formation-hybride2. http://www.educnet.education.fr/services/ent/scolaire/deploiement/depl-ent3. http://fr.wikipedia.org/wiki/Programmiste4. http://www.la27eregion.fr/5. http://www.landesinteractives.net/un-coll%C3%A9gien-un-ordinateur-portable6. http://www.correze.fr/fr/education-jeunesse/ordicollege/index.html7. http://www.rhone.fr/education_culture_loisirs/colleges/ent_laclasse_com8. http://lilie.iledefrance.fr/fr/accueil9. http://www.educnet.education.fr/veille-education-numerique/juillet-aout-2009/etudes-avantages-apprentissage-mixte-blended-learning10. http://sites.google.com/site/jacquesrodet/Home/mes-documents/bloc-notes/blendedlearningselonsebastienfraysse4.5 maiStructure d’un blog. (2011-05-03 10:14) - moiraudjpDiaporama sur les enjeux de structure d’un blog. Un outil simple ou des fonctionnalités à organiser?[slideshare id=7813264 &doc=structure-110503012731-phpapp01]Blog multimodal - Le son (2011-05-07 14:43) - moiraudjpTest de la solution [1]sound cloudL’avantage (et la complexité par ricochet) d’intégrer une solution numérique est de pouvoir tra-vailler sur quatre dominantes : Le texte, l’image, le son et la vidéo. Ma façon d’aborder lapédagogique peut s apparenter au personal learning environment c’est-à-dire ”agréger de solutionshétérogènes au profit d’un projet homogène”, enseigner et apprendre (Jean-Paul Moiraud Liège -2009). La solution sound cloud semble être une voie possible pour une captation en ligne et uneinsertion dans un billet de blog (les deux solutions étant compatibles). Comme toute solution dePLE elle est forcément non stable car on a aucune garantie de pérennité du service, on dépendtrès souvent du droit américain (terms of services) et on a aucune garantie de la gratuité garantie”/.../ SOUNDCLOUD may change or modify the products, services and functionalities of theWebsite and/or Services at any time without notice. /.../” 305
  • 306. ”/.../ The legal relationship between SOUNDCLOUD and USER shall be subject to the laws ofthe Federal Republic of Germany excluding the UN Convention on Contracts for the InternationalSale of Goods (CISG) and excluding the principles of conflict of laws (international private law)-SOUNDCLOUD and the USER agree to submit to the exclusive juridiction of the courts at thedomicile (registered office) of SOUNDCLOUD for resolution of any dispute, action or proceedingarising in connection with these Terms of Use and SOUNDCLOUD s Website and Services. /.../”MAIS ... l’insertion de fichiers son est possible.Je livre ici un possible technologique qui ne dispense pas de se poser a priori les questions de base: • Quelle est mon intention pédagogique en intégrant du son ? • Quel est mon contexte pédagogique ? Qui est mon public, le spectre pédagogique allant de la maternelle au master 2 (pourquoi pas les études doctorales)La seconde étape consiste à se donner les moyens de didactiser le document sonore pour le rendreintelligible dans un processus de formation. Vous l’aurez compris résoudre un enjeu technologiquen’est pas enseigner, n’est pas apprendre.[soundcloud url=”http://api.soundcloud.com/tracks/14842652” params=”show comments=true&auto play=false &color=ff7700” width=”100 %” height=”81” ]Mode d’emploi[slideshow]Cliquer sur les images pour les agrandir[gallery columns=”2” orderby=”title”]1. http://soundcloud.com/Monde virtuel - L’instrumentum et le negotium (2011-05-14 11:58)- moiraudjpQuoi de plus anodin, en apparence, qu’une séance de remise de diplômes à l’université. Le 10mai 2011 j’ai assisté à la cérémonie de fin de formation qu’organisait la faculté de droit virtuelle(FDV) de Lyon 3 Jean Moulin pour ses étudiants de master. Le diplôme sanctionnait le suivid’ un module de cours de droit des affaires canadiens / Québécois. Apparemment pas de quoinourrir une chronique de blog ou alors une rubrique gastronomique pour la qualité du buffet quisuivait ce moment sympathique.Anodin, pas si sûr ....306
  • 307. Le cours de droit des affaires canadiens fut dispenséau sein du monde virtuel [1]second life (cinq séances de cours) dans lequel sont reproduits lesbâtiments de l’université Jean Moulin (Quai Claude Bernard). Une façon particulièrement effi-cace de reconstituer une unité de lieu et de temps pour des acteurs géographiquement éparpillés.Notons pour plus de précisions que les étudiants suivaient les cours de leurs domiciles, l’avocateintervenante dispensait son cours du Canada et l’équipe technico - pédagogique intervenait aussià distance (France).L’idée même de bâtir ce module de formation relevait du pari fou, l’expression de projet hors solme paraît appropriée et pourtant .... On ne peut assurément pas circonscrire la pertinence de cemodule au seul périmètre numérique de l’espace utilisé ([2]Le campus virtuel de Lyon 3), il fautlui associer la construction intellectuelle scénarisée qui a permis de créer une réelle interaction en-seignants / apprenants. Je nomme ce travail d’amont comme l’ intention pédagogique. Il s’agissaitbien sûr de former des étudiants mais ... en mobilisant un ensemble d’acteurs (les enseignantsorganisateurs de la FDV, une avocate canadienne, les étudiants), des outils (le monde virtuel) etde ressources (les cours). L’ensemble interagissant de façon dynamique (un maillage).L’image ci-contre s’appuie sur le principe de la cartographie des temps anciens parce que la nav-igation dans les mondes virtuels ressemble encore à une grande aventure pour explorer une terraincognita. Percevoir l’ensemble de ce monde c’est se donner les moyens d’explorer toutes les îlesqui le composent. Innover c’est naviguer dans les embruns, franchir des mers d’ interrogations,relier des acteurs postés sur les différentes îles, c’est tracer au compas son chemin sur la cartemarine (scénariser). En quelques termes ramassés il faut : • Convaincre les étudiants du bien fondé du projet ; • Bousculer des habitudes de formation assises sur le principe d’unité de lieu et de temps (un cours dans un amphithéâtre, un TD dans une salle de cours) ; • Travailler en interaction distante synchrone avec un groupe constitué autour du projet de formation ; • Harmoniser une multitude de solutions techniques, à la fois matérielles et logicielles ; • Gérer et susciter les interactions pendant les séances de formations ; • Identifier les compétences à maîtriser pour chacun des acteurs. Le parcours de formation instrumenté par un monde virtuel complexifie l’exercice du métier d’enseignant et du métier 307
  • 308. d’apprenant. Chaque acteur du dispositif doit mobiliser simultanément, ses aptitudes à maîtriser le dispositif technique et sa capacité à suivre l’enseignement de spécialité. La notion de compétence doit s’entendre et s’interpréter de façon différenciée pour l’enseignant et pour les apprenants ; • Faire reconnaître (accepter ?) ce mode de formation comme un élément à part entière du dispositif universitaire de formation. Je suppose que des résistances sinon des oppositions peuvent surgir face à l’émergence d’un tel modèle innovant. Rappelons que la résistance, la défiance à l’introduction des nouvelles technologies est une question qui jalonne l’histoire de l’humanité. Citons à titre d’illustration un passage de Phèdre. Lorsque Thot, le dieu des scribes, explique au pharaon l’intérêt de l’écriture, la réponse du pharaon est cinglante : « Il ne produira que l oubli dans l esprit de ceux qui apprennent, en leur faisant négliger la mémoire. En effet, ils laisseront à ces caractères étrangers le soin de leur rappeler ce qu ils auront confié à l écriture /&/ tu n offres à tes disciples que le nom de la science sans la réalité » - Mythe de Theut - Phèdre 274 b 277 a . La querelle des anciens et des modernes existe toujours et encore ...Nous sommes aux débuts, aux balbutiements du e.learning via les mondes virtuels ( je croissavoir que c’est la seule expérience sur l’ensemble des universités lyonnaises). Ils sont encorelargement identifiés dans les représentations collectives comme un simple outil, au mieux unsympathique divertissement, une organisation où l’instrumentum prime sur le négotium. La for-mation qui vient de s’achever fait vaciller les fondements de ces représentations stéréotypées. Elledémontre que c’est l’activation des fonctionnalités du monde virtuel qui donne une réelle cohérencepédagogique (interactivité, ubiquité, maîtrise des échanges numériques,analyse de documents ju-ridiques, évaluation et validation de l’information, traitement et exploitation d’informations ...)S’il est vrai que les étudiants ont acquis des savoirs disciplinaires (droit des affaires canadien),ils ont aussi acquis des compétences numériques qu’ils pourront réutiliser en situations profes-sionnelles et qu’ils pourraient intégrer dans un processus de validation de compétences de type[3]C2i2e métier du droit. J’ai le sentiment que cette expérience démontre avec brio qu’un courspeut déboucher sur deux types de certifications sans avoir à fractionner les enseignements (maispeut être me fourvoie je ?)J’attends avec impatience la nouvelle expédition des explorateurs de la FDV, ils cartographierontde nouvelles îles.[slideshow][youtube =http://www.youtube.com/watch?v=V0mrZOXB2Jc]1. http://secondlife.com/2. http://maps.secondlife.com/secondlife/Lutece/206/199/223. http://www.c2i.education.fr/spip.php?rubrique12ClavEd - Un clavier pour collaborer (2011-05-26 07:15) - moiraudjpUn nouveau terme commence à apparaître dans notre paysage numérique le Claved. Que dit leweb de ce néologisme ?- ”Une discussion hebdomadaire en ligne sur l’éducation, inspirée du #EdChat en anglais. L’idéeest d’échanger des meilleures pratiques, des réflexions et des outils sur divers thèmes liés à308
  • 309. l’éducation via Twitter, lors d’une certaine plage horaire. Pour ce faire, rien de plus simple!Il vous suffit de faire une recherche du mot-clé #ClavEd (pour clavardage + éducation) dans unmoteur de recherche Twitter le mercredi à 12h (EST) ou 20h (EST) et d’inclure le #ClavEd à vostweets pour joindre à la discussion.” -[1] Site #clavedChristine Renaud est à l’origine du principe, Christine Vaufrey a réalisé une entrevue sur le sitede [2]ThotA l’appui des explications rédigées, j’ai mis en ligne une ressource vidéo pour illustrer le propos.La thématique du claved organisé par Christine Vaufrey était : ” L’isolement des enseignantsinnovants”[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=mkLnDxbudKk]La version réduite[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=iRYv8tmYlIY]1. http://claved.posterous.com/2. http://www.cursus.edu/dossiers-articles/articles/6925/christine-renaud-claved-sur-twitter-est/4.6 juinForum des enseignants innovants - Passé, présent, futur (2011-06-02 14:15)- moiraudjpLe forum des enseignants innovants s’est tenu les 20 et 21 mai 2011 à Lyon, comme chaque annéeil rassemble, à l’initiative du [1]café pédagogique, des enseignants dits innovants. Cet évènementqui s’inscrit désormais comme un temps fort du paysage éducatif pose une question qui tutoie leparadoxe - L’innovation pédagogique est-elle une question ancienne ? Là où nous pensons inter-roger,en permanence, le futur, nous donnons de l’ écho au passé pour mieux parler au final denotre présent professionnel - l’éducation.L’innovation est bien évidemment le futur parce que les ordinateurs, les tablettes tactiles, lessmartphones, les TBI, l’internet et le web2.0 ... ”sont entrés par effraction” (Pierre Funkua - ENSYaoundé Rés@Tice - décembre 2007) dans nos métiers. Il faut, il faudra sur une temporalitélongue modifier nos façons d’enseigner, les élèves leurs façons d’apprendre.L’innovation c’est aussi le passé en permanence revisité. Beaucoup d’étapes de l’histoire tech-nologique ont généré une querelle des anciens et des modernes, les tenants de la tradition, contreles tenants de la modernité. Déclinons nos classiques avec un dialogue de Platon, celui de Phèdre.Theuth, le dieu des scribes, explique au pharaon l intérêt de l écriture :”blâmant ceci, approuvant cela. Ainsi Thamus allégua, dit , au dieu Theuth beaucoup de raisonspour et contre chaque art en particulier. Il serait trop long de les parcourir ; mais lorsqu’ils 309
  • 310. en furent à l’écriture : cette science, ô roi ! lui dit theuth rendra les égyptiens plus savants etsoulagera leur mémoire. C’est un remède que j’ai trouvé contre la difficulté d’apprendre et desavoir. Le roi répondit : industrieux Theut, tel homme est capable d’enfanter les arts, tel autred’apprécier les avantages ou les désavantages qui peuvent résulter de leur emploi ; [275a] et toi,père de l’écriture, par une bienveillance naturelle pour ton ouvrage tu l’as vu tout autre qu’iln’est : Il ne produira que l oubli dans l esprit de ceux qui apprennent, en leur faisant négliger lamémoire. En effet, ils laisseront à ces caractères étrangers le soin de leur rappeler ce qu ils aurontconfié à l écriture et n’en garderont eux mêmes aucun souvenir. Tu n’as donc point trouvé unmoyen pour la mémoire, mais pour la simple réminiscence, et tu n offres à tes disciples que le nomde la science sans la réalité; car, lorsu’ils auront lu beaucoup de choses [275b] sans maîtres, ilsse croiront de nombreuses connaissances, tout ignorant qu’ils seront pour la plupart, et la fausseopinion qu’il sauront de, leur science les rendra insupportables dans le commerce de la vie” »Mythe de Theut Phèdre 274 b 277 a .”Quelle modernité ! Nous nous posons encore les mêmes questions au 21ème siècle, nous sommesposés ces questions à Lyon cette année et nous continuerons encore longtemps. L’introduction denouveaux procédés suscite des réactions, des polémiques. On colle des étiquettes ([2]innovants,défricheurs, [3]e.francs-tireurs ...) à ceux qui tentent difficilement de faire bouger les lignes defracture. La seule et vraie question qui se pose, bien au-delà des outils, est : comment apprendreet enseigner ? Je me permettrais de citer ici Marcel Lebrun qui dit que ”dans e.education il y asurtout éducation”La question qui se pose au présent est de savoir si nous sommes réellement des professeurs inno-vants (ce qui est flatteur) ou plus modestement des enseignants qui ont à un moment donné deleur carrière cessés de mettre la tête dans le guidon pour regarder devant, là où se situe le sommetde la cote. Sous couvert d’innovation ne sommes nous pas dans un processus de réflexion sur lesenjeux didactiques, pédagogiques et politiques de la profession ? Innovation ou réflexivité ? Jelaisse volontairement la question en suspend.PS : j’ai eu le grand prix du numériqueLes vidéos de synthèse du forum des enseignants innovants réalisées par Thierry FoulkesN° 1[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=Xzp76ZKXz-c]N° 2[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=lG5hyHGfJ-Q]La vidéo de mon projet avec un extrait de pratique dans les mondes virtuels[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=lKIunjCVbY8]1. http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2011/06/03062011Accueil.aspx2. http://www.lemonde.fr/education/article/2011/05/21/quand-les-enseignants-innovent_1525306_1473685.html3. http://billaut.typepad.com/jm/2010/03/connaissezvous-jean-paul-moiraud-un-efranctireur-dans-notre-education-nationale.html310
  • 311. Bricolage - Quelques réflexions (2011-06-06 15:51) - moiraudjpMon métier d’enseignant, mes pratiques se sont construites petit à petit. Je ne fais pas partiede ces personnes qui ont eu la vocation très tôt, j’ai découvert, j’ai aimé, j’ai eu la passion enpratiquant, en tâtonnant, une forme de construction atmosphérique (des pointillés mis en contactqui révèlent au final une cohérence).Ce n’est que depuis quelques années que j’arrive à structurer mes propos. Le BRICOLAGE adonc été très présent dans mes constructions.Voici les textes qui m’inspirent pour parler du bricolage. Quelques réflexions sur cette notion :Extrait d’un texte rédigé cette année (2011)Certains enseignants en parallèle aux outils institutionnels développent des environnements per-sonnels que la recherche qualifie de PLE (personal learning environment).«This paper will not answer all the questions. Instead we seek to explore some of the ideas behindthe Personal Learning Environment and consider why PLEs might be useful or indeed central tolearning in the future. Of course this is not so much a technical question but an educational one,although changing technologies are a key driver in educational change. The paper will start bylooking at the changing face of education and go on to consider the different ways the so called net generation is using technology for learning. We will go on to examine some of the issuesaround Personal Learning Environments and the emergent trends in the way PLEs are being in-troduced.» - Ubiquitous computing. The term ubiquitous computing refers to two technologicaldevelopments. The first is the growing ubiquitous nature of internet connectivity with the develop-ment of wireless and GSM networks, as well as the spread of broadband, resulting in connectivitybecoming available almost everywhere in the future. It is also expected that devices will be ableto search for and seamlessly switch to utilise available networks. The second and associated useof the term is for the many different devices now able to access the internet, including mobilecommunication devices such as PDAs but also household appliances and industrial and electronictools and machinery.» Graham Attwell1 (2007) - Elearning paperOn pourrait qualifier cette démarche comme une expression du bricolage au sens où Levi Straussl entend dans la pensée sauvage («répondre à des besoins immédiats pour une personne à l universinstrumental clos»)La pensée sauvage«Une forme d’activité subsiste parmi nous qui, sur le plan technique, permet assez bien de con-cevoir ce que, sur le plan de la spéculation, put être une science que nous préférons appelerpremière plutôt que primitive : c’est celle communément désignée par le terme de bricolage.Dans son sens ancien, le verbe « bricoler » s’applique au jeu de balle et de billard, à la chasse età l’équitation, mais toujours pour évoquer un mouvement incident: celui de la balle qui rebondit,du chien qui divague, du cheval qui s’écarte de la ligne droite pour éviter un obstacle. Et, denos jours, le bricoleur reste celui qui Suvre de ses mains, en utilisant des moyens détournés parcomparaison avec ceux de l’homme de l’art. /&/Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâches diversifiées ; mais, à la différence de 311
  • 312. l’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matières premières et d’outilsconçus et procurés à la mesure de son projet: son univers instrumental est clos, et la règle deson jeu est de toujours s’arranger avec les « moyens du bord », c’est-à-dire un ensemble à chaqueinstant fini d’outils et de matériaux,hétéroclites au surplus, parce que la composition de l’ensemble n’est pas en rapport avec le projetdu moment, ni d’ailleurs avec aucun projet particulier, mais est le résultat contingent de toutesles occasions qui se sont présentées de renouveler ou d’enrichir le stock, ou de l’entretenir avecles résidus de constructions et de destructions antérieures. L’ensemble des moyens du bricoleurn’est donc pas définissable par un projet (ce qui supposerait d’ailleurs, comme chez l’ingénieur,l’existence d’autant d’ensembles instrumentaux que de genres de projets, au moins en théorie) ; ilse définit seulement par son instrumentalité, autrement dit, et pour employer le langage même dubricoleur, parce que les éléments sont recueillis ou conservés en vertu du principe que « ça peuttoujours servir ». De tels éléments sont donc à demi particularisés : suffisamment pour que lebricoleur n’ait pas besoin de l’équipement et du savoir de tous les corps d’état, mais pas assez pourque chaque élément soit astreint à un emploi précis et déterminé. Chaque élément représente unensemble de relations, à la fois concrètes et virtuelles ; ce sont des opérateurs, mais utilisables envue d’opérations quelconques au sein d’un type./&/l’exemple du bricoleur. Regardons-le à l’Suvre : excité par son projet, sa première démarchepratique est pourtant rétrospective il doit se retourner vers un ensemble déjà constitué, forméd’outils et de matériaux ; en faire, ou en refaire, l’inventaire enfin et surtout, engager avec luiune sorte de dialogue, pour répertorier, avant de choisir entre elles, les réponses possibles quel’ensemble peut offrir au problème qu’il lui pose. Tous ces objets hétéroclites qui constituent sontrésor, il les interroge pour comprendre ce que chacun d’eux pourrait « signifier », contribuantainsi à définir un ensemble à réaliser, mais qui ne différera finalement de l’ensemble instrumen-tal que par la disposition interne des parties. Ce cube de chêne peut être cale pour remédier àl’insuffisance d’une planche de sapin, ou bien socle, ce qui permettrait de mettre en valeur le grainet le poli du vieux bois. Dans un cas il sera étendu, dans l’autre matière. Mais ces possibilitésdemeurent toujours limitées par l’histoire particulière de chaque pièce, et par ce qui subsiste enelle de prédéterminé, dû à l’usage originel pour lequel elle a été conçue, ou par les adaptationsqu’elle a subies en vue d’autres emplois. /&/ les éléments que collectionne et utilise le bricoleursont « précontraints ». D’autre part, la décision dépend de la possibilité de permuter un autreélément dans la fonction vacant