1
Thierry Boutemy
Par Maïté Turonnet, publié le 11/02/2008
Source : http://www.lexpress.fr/styles/thierry-boutemy_473424.h...
2
Vous avez travaillé avec Sofia Coppola sur le tournage de son film Marie-Antoinette.
Comment s'est passée cette collabor...
3
Des coquelicots, des tiges de blé, des boutons- d'or: on a l'impression que vous faites vos
bouquets avec des fleurs sau...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Thierry boutemy interview

141 vues

Publié le

Thierry boutemy interview

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
141
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
41
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Thierry boutemy interview

  1. 1. 1 Thierry Boutemy Par Maïté Turonnet, publié le 11/02/2008 Source : http://www.lexpress.fr/styles/thierry-boutemy_473424.html Ce Normand installé à Bruxelles est la nouvelle révélation de la création florale. Rencontre avec un passionné du végétal prônant un style libre, vivant et romantique. Thierry Boutemy, fleuriste à Bruxelles, est un garçon sensible. Et ses bouquets lui ressemblent. Graminées, fleurs des champs, brassées de tulipes, tiges élancées et feuilles graciles: autant de poèmes éphémères qui séduisent la cinéaste Sofia Coppola, le couturier Dries Van Noten, mais aussi tous les amoureux qui veulent le dire avec des fleurs. Et pas seulement à l'occasion de la Saint-Valentin. Vous êtes français, mais vivez à Bruxelles. Les fleurs y seraient-elles plus belles? Pas les fleurs, mais les gens. Ils sont plus aimables. J'aurais bien aimé m'installer à Paris, comme Christian Tortu, mon maître en toutes choses, mais je viens de la campagne et cette ville est trop dure pour moi. Bruxelles est un bon compromis entre une métropole et une agglomération provinciale. Le rythme est plus doux, la qualité de vie meilleure, moins agressive. La contrepartie, c'est un certain conformisme des goûts: mon travail peut y sembler parfois déroutant, pas assez classique...
  2. 2. 2 Vous avez travaillé avec Sofia Coppola sur le tournage de son film Marie-Antoinette. Comment s'est passée cette collaboration? L'idée était de réaliser des compositions de fleurs "naturelles" d'époque. Il y avait des trucs très impressionnants et d'autres tout modestes. J'ai adoré ce travail, ça correspond bien à ce que j'aime, complètement artistique, sans but commercial. J'allais même chercher des fleurs ou des herbes dans les champs de la région. Et Dries Van Noten, qui est belge, c'est à Bruxelles que vous l'avez rencontré? Non, j'ai travaillé pour lui à Paris, à l'occasion de l'ouverture de sa boutique du quai Malaquais. C'était une réalisation très raffinée, très précise, où la fleur était centrale, sans être noyée dans de grosses gerbes. Dries aime les fleurs, les jardins, c'était un vrai partage créatif. J'ai aussi travaillé pour Lanvin, en fleurissant une sorte d'arcade pour un défilé. Alber Elbaz, qui lui aussi est un homme très attentif, très bienveillant, m'a demandé un travail raffiné, ultra- précis. Et franchement gratifiant pour moi.
  3. 3. 3 Des coquelicots, des tiges de blé, des boutons- d'or: on a l'impression que vous faites vos bouquets avec des fleurs sauvages ou toutes fraîches cueillies dans un jardin de curé. J'aime les contes de fées, les histoires rattachées à l'enfance, au rêve. Et, par-dessus tout, j'aime la simplicité. Mes bouquets ne sont pas très structurés, pas parfaits, et sont même un peu "bordéliques". C'est difficile à réaliser, mais si je faisais autre chose apparemment plus travaillé, j'aurais le sentiment de me trahir. Et de trahir les fleurs elles-mêmes... C'est à cause de leur fragilité, de leur fugacité que les fleurs m'émeuvent, même si ce cycle de vie et de mort souvent me trouble. Elles vivent, se flétrissent, meurent et restent belles à chaque âge. Je serais incapable de les forcer à l'artificiel, comme dans ces compositions figées que l'on voit un peu partout. Je trouve ça complètement faux. Vos fleurs préférées? Les pivoines! Elles sont si généreuses! Le pavot aussi, les renoncules, la camomille, les bleuets, les herbes champêtres qui jouent dans le vent, les roses de jardin. Les fleurs parfumées aussi, comme les jacinthes ou les tubéreuses; mais surtout pas les lys, dont l'odeur est trop puissante. Bien sûr, ce sont de fausses "naturelles" qui viennent des serres de Hollande (ma boutique n'est pas assez riche pour avoir des fournisseurs indépendants), mais ce n'est pas grave: je préfère cela et pratiquer des prix raisonnables, accessibles à tout le monde, plutôt que le contraire. Ah oui, j'oubliais: en ce moment, je me passionne pour les tulipes. Il y en a de tellement magnifiques! Un conseil pour la Saint-Valentin? Rien ne me paraît plus délicat que d'offrir un bouquet: c'est si personnel... Alors, conseiller les autres serait bien prétentieux. Ceux qui viennent chez moi à cette occasion, ou pour la Fête des mères, sont parfois déçus de ne pas y trouver une seule rose rouge. Mais elles sont hors de prix et à l'opposé de ma préférence. En revanche, puisqu'on est en pleine saison, j'ai beaucoup d'anémones. C'est très beau, les anémones. Vous ne trouvez pas?

×