RAMADHAN ET LES MALADIES avis juridique et médical   21/08/10 ACMV  Dr Saïd DJEZRI  Ramadhan 2009 بسم الله الرحمان الرحيم
Ramadhan et les maladies <ul><li>Plan : </li></ul><ul><li>Avis juridique : non abstinence  du jeûne du mois ramadan. </li>...
<ul><li>L’avis des savants   : </li></ul><ul><li>la non observance du jeûne en cas de maladie est permise pour : </li></ul...
Avis juridique  21/08/10 ACMV  Dr Saïd DJEZRI  Ramadhan 2009 <ul><li>En rapport avec l’alimentation : </li></ul><ul><li>To...
Adaptation de l’organisme en période de jeûne <ul><li>Le jeûne comporte 2 phases  : </li></ul><ul><li>Une phase d’adaptati...
Adaptation de l’organisme en période de jeûne <ul><li>Adaptations physiologiques de l’organisme. </li></ul><ul><li>En deho...
Mécanismes physiologiques  homéostasie glycémique 21/08/10 ACMV  Dr Saïd DJEZRI  Ramadhan 2009 Insuline   En période de re...
Ramadhan et diabète  <ul><li>2 types de diabète </li></ul><ul><ul><li>Diabète de type I  :  DID  </li></ul></ul><ul><ul><l...
Ramadhan et diabète  <ul><li>Les risques du jeûne chez le sujet diabétique  </li></ul><ul><ul><li>Hypoglycémies. </li></ul...
Ramadhan et diabète :  avis médical  <ul><li>Quels sont les diabétique qui peuvent jeûner ? </li></ul><ul><li>Les diabétiq...
<ul><li>Quels sont les diabétiques qui ne peuvent pas jeûner ?  </li></ul><ul><li>Diabétiques de type 1 difficiles à équil...
Ramadhan et diabète  <ul><li>RECOMMANDATIONS  D'après les résultats de l'étude Epidiar (Epidemiology of Diabetes  </li></u...
les maladies  incompatibles avec le jeûne <ul><li>les maladies chroniques  ou de longue durée  (ALD30) (incurables) </li><...
les médicaments et examens médicaux compatibles avec le jeûne <ul><li>Les comprimés a diffusion sublinguale (orodispersibl...
Ramadhan et les maladies  En conclusion. <ul><ul><li>Conseils au jeûneur musulman atteint de maladie de longue durée  </li...
Ramadhan et les maladies
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ramadhan et les maladies

16 488 vues

Publié le

Ramadan et les maladies
Avis juridique et médical

Publié dans : Santé & Médecine
1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
16 488
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 273
Actions
Partages
0
Téléchargements
88
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • La régulation de la glycémie est un processus physiologique un peu compliqué, qui fait intervenir pour l’essentiel deux organes : le foie et le pancréas, et dans le pancréas, deux hormones : l’insuline bien sûr, mais aussi le glucagon. (1) La régulation de ces hormones pancréatiques est elle-même complexe, mais c’est à ce niveau qu’interviennent les incrétines. Ces hormones interviennent en amont du pancréas puisque ce sont des hormones digestives (2, 7) , qui vont venir réguler la sécrétion d’insuline et de glucagon.   Homéostasie glycémique. Rôle physiologique de l’insuline et du glucagon     Lors d’un repas, la glycémie s’élève ; le «signal glucose» entraîne la sécrétion d’insuline par les cellules bêta du pancréas. L’insuline stimule la capture du glucose par les tissus périphériques et diminue la production de glucose par le foie. (1) La glycémie est ainsi ramenée à la normale. À l’inverse, en période de jeûne, la glycémie baisse, l’insuline n’est plus sécrétée. C’est le glucagon qui est alors libéré par les cellules alpha du pancréas. Le glucagon stimule la production de glucose par le foie et la glycémie remonte à un niveau normal. Cette homéostasie glucidique est profondément déréglée dans le diabète de type 2. Le diabète de type 2, est caractérisé par une résistance à l’insuline associée à un déficit de la sécrétion d’insuline ; mais il est lié aussi, même si c’est moins connu, à une hyperproduction de glucagon. (1)
  • Ramadhan et les maladies

    1. 1. RAMADHAN ET LES MALADIES avis juridique et médical 21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009 بسم الله الرحمان الرحيم
    2. 2. Ramadhan et les maladies <ul><li>Plan : </li></ul><ul><li>Avis juridique : non abstinence du jeûne du mois ramadan. </li></ul><ul><li>Avis médical : les maladies incompatibles avec le jeûne du mois de ramadan </li></ul>21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009
    3. 3. <ul><li>L’avis des savants : </li></ul><ul><li>la non observance du jeûne en cas de maladie est permise pour : </li></ul><ul><li>Maladie qui aggraverait le jeûne, </li></ul><ul><li>Maladie dont le jeûne retarderait la guérison , </li></ul><ul><li>Maladie qui rendrait difficile de supporter le jeûne, même si le jeûne n’aggrave pas et ne retarde pas la guérison de cette maladie… </li></ul><ul><li>Les autres personnes non concernées par le jeûne du mois de ramadan. </li></ul><ul><li>La femme enceinte qui craint pour sa santé ou pour le fœtus </li></ul><ul><li>La femme qui allaiter et supporte péniblement le jeûne de ramadan </li></ul><ul><li>La femme, en période de menstrues (règles) </li></ul><ul><li>La femme, en période de lochies (suites de couches) </li></ul><ul><li>l’âgée avancé ( > 85 ans) </li></ul><ul><li>Etre impubère </li></ul><ul><li>Le malade mental </li></ul><ul><li>Voyage </li></ul><ul><li>Soif intense </li></ul><ul><li>Un travail très pénible. </li></ul>21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009 Allah a dit: « Celui qui est malade ou qui voyage jeûnera ensuite un nombre de jours équivalent. Dieu veut la facilité pour vous, Il ne veut pas vous mettre dans la difficulté ». ( Sourate 1, verset 184)
    4. 4. Avis juridique 21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009 <ul><li>En rapport avec l’alimentation : </li></ul><ul><li>Tout aliment qui passe par la gorge et atteint l’estomac </li></ul><ul><li>Boire ou manger pendant la journée, que ce soit par oubli ou de manière volontaire ou même par contrainte. </li></ul><ul><li>Vomissement volontaire </li></ul><ul><li>Régurgitation ou vomissement qui passe au delà de la gorge est arrive à l’estomac </li></ul><ul><li>Les autres cas : </li></ul><ul><li>Rapport sexuel volontaire ou sous contrainte </li></ul><ul><li>l'émission de sperme provoquée par le regard continu, l'imagination, ou le toucher. </li></ul><ul><li>l'intention de rompre son jeûne, même sans manger ni boire </li></ul><ul><li>le fait de renier sa foi </li></ul>Actes annulant le jeûne d’après l’opinion des grands juristes
    5. 5. Adaptation de l’organisme en période de jeûne <ul><li>Le jeûne comporte 2 phases : </li></ul><ul><li>Une phase d’adaptation : (10 jours). </li></ul><ul><ul><li>L’organisme passe d’un régime classique à un régime de rigueur   </li></ul></ul><ul><ul><li>Asthénie (fatigue), céphalées (maux de tête) , fringale (sensation de faim) </li></ul></ul><ul><li>Une phase d’équilibre </li></ul><ul><ul><li>Disparition des difficultés ressenties lors de la 1 ère phase </li></ul></ul><ul><ul><li>Souvent, perte de poids modeste (sauf si excès) </li></ul></ul>21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009
    6. 6. Adaptation de l’organisme en période de jeûne <ul><li>Adaptations physiologiques de l’organisme. </li></ul><ul><li>En dehors du jeûne l’hormone digestive la plus secrétée : Insuline </li></ul><ul><ul><li>l’entrée du glucose dans les cellules pour être consommé et transformé en énergie </li></ul></ul><ul><ul><li>la mise en réserve du surplus d’énergie. </li></ul></ul><ul><li>Au cours du jeûne : l’insuline laisse sa place au glucagon (hormone hyperglycémiante) </li></ul><ul><ul><li>transforme les réserves de graisses en glucose </li></ul></ul><ul><ul><li>atténuant les manifestations d’hypoglycémie </li></ul></ul>21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009
    7. 7. Mécanismes physiologiques homéostasie glycémique 21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009 Insuline En période de repas En période du jeûne
    8. 8. Ramadhan et diabète <ul><li>2 types de diabète </li></ul><ul><ul><li>Diabète de type I : DID </li></ul></ul><ul><ul><li>Mécanisme auto – immun   destruction cellules béta du pancréas </li></ul></ul><ul><ul><li>qui sécrètent l’ insuline . Sujet jeune. </li></ul></ul><ul><ul><li>Pas de production d’insuline par le pancréas. L’apport de l’insuline </li></ul></ul><ul><ul><li>dépend des Injections . Traitement   insuline </li></ul></ul><ul><ul><li>Diabète type II : DNID </li></ul></ul><ul><ul><li>Déficience ou résistance à l’insuline, Glucagon est prépondérant, > 50 </li></ul></ul><ul><ul><li>aine , diabète gras. </li></ul></ul>21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009
    9. 9. Ramadhan et diabète <ul><li>Les risques du jeûne chez le sujet diabétique </li></ul><ul><ul><li>Hypoglycémies. </li></ul></ul><ul><ul><li>Déshydratation. </li></ul></ul><ul><ul><li>Effets de la rupture du jeune. </li></ul></ul><ul><ul><li>Hyperglycémie et acido – cétose   coma. </li></ul></ul><ul><ul><li>Variation du poids </li></ul></ul><ul><ul><li>Déséquilibre des pathologies associées (polypathologie). </li></ul></ul><ul><ul><li>Attention aux hypo – hyperglycémies </li></ul></ul>21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009
    10. 10. Ramadhan et diabète : avis médical <ul><li>Quels sont les diabétique qui peuvent jeûner ? </li></ul><ul><li>Les diabétiques indemnes </li></ul><ul><li>De complications dégénératives (visuelles, artérielles, neurologiques, et rénales ) </li></ul><ul><li>De toute affection intercurrente ( infection, insuf cardiaque, chirurgie …etc.) </li></ul><ul><li>Chez les diabétiques de type 2 stables avec un traitement oral n’exposant pas aux hypoglycémies (biguanides : Glucophage ®, stagid ®…) </li></ul><ul><li>Chez les diabétiques de type I bien équilibré et avec un schéma de traitement simple ( 1 injection) </li></ul>21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009
    11. 11. <ul><li>Quels sont les diabétiques qui ne peuvent pas jeûner ? </li></ul><ul><li>Diabétiques de type 1 difficiles à équilibrer avec un schéma de plusieurs injections d’insuline par jour </li></ul><ul><li>Diabète compliqué (rétinopathie, artériopathie, neuropathie et néphropathie) </li></ul><ul><li>Affection intercurrente ( infection, déshydratation, insuffisance cardiaque ) </li></ul><ul><li>Diabète gestationnel </li></ul><ul><li>Allah, a dit : « Ne vous tuez pas ». (Sourate 4 : verset 29). </li></ul><ul><li>Le Prophète a dit : « Certes, Allah aime à ce que l’on emploie Ses </li></ul><ul><li>dispenses comme Il désapprouve qu’on Lui désobéisse ». </li></ul>Ramadhan et diabète : avis médical 21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009
    12. 12. Ramadhan et diabète <ul><li>RECOMMANDATIONS D'après les résultats de l'étude Epidiar (Epidemiology of Diabetes </li></ul><ul><li>and Ramadan), menée auprès de 12.243 patients de 13 pays musulmans </li></ul><ul><li>Consulter son médecin 2 mois avant le mois de ramadan : éducation et adaptation du traitement selon le risque de complications </li></ul><ul><li>surveiller fréquemment la glycémie (surtout en cas d'insulinothérapie) et de se nourrir de façon équilibrée, en évitant les nourritures grasses et sucrées. </li></ul><ul><li>Prendre des sucres complexes ou lents( pâtes, riz, PDT, pain) au repas du Shour et des sucres simples ou rapides au repas du Iftar. Boire suffisamment avant et après le jeûne. </li></ul><ul><li>Faire de l'exercice physique dans la journée mais surtout sans excès , la marche , les prières des Tarawihs sont très conseillées. </li></ul><ul><li>Rompre immédiatement le jeûne , si la glycémie est < 0,7 g/l (4 mmol/l) dans les premières heures du jeûne ou si la glycémie est > 3 g/l (16.5 mmol/l). </li></ul><ul><li>Diabète de type II , éviter les ADO à durée d’action longue avec risque d’hypoglycémie élevé. Préfere les biguanides (Glucophage®) aux sulfamides (Daonil® ). Les nouvelles molécules : Glinides (Novonorm®) ½ vie 1 heure, durée d’action 4 – 6 heures. </li></ul><ul><li>Enfin, pour les femmes enceintes diabétiques ou atteintes d'un diabète gestationnel, les auteurs soulignent que le jeûne présente un haut risque pour la mère et l'enfant. </li></ul><ul><li>(Diabetes Care, septembre 2005, vol. 28, n° 9, p. 2.305-2.311) </li></ul>21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009
    13. 13. les maladies incompatibles avec le jeûne <ul><li>les maladies chroniques ou de longue durée (ALD30) (incurables) </li></ul><ul><li>Les maladies psychiatriques (psychoses chroniques graves : trouble grave de la personnalité, schizophrénie, arriération mentale, PHC, PMD) </li></ul><ul><li>Maladies métaboliques : diabète type I et II; maladies métaboliques héréditaires nécessitant un traitement prolongé spécialisé. </li></ul><ul><li>Maladies neurologiques : AVC invalidant, épilepsie grave, affections neurologiques et musculaires graves, maladie de Parkinson évoluée, sclérose en plaques. </li></ul><ul><li>Maladies cardio – vasculaires : insuffisance cardiaque congestive, troubles du rythme importants, cardiopathies valvulaires évoluées;   cardiopathies congénitales ; artériopathies chroniques avec manifestations ischémiques; hypertension artérielle sévère; maladie coronaire. </li></ul><ul><li>Maladies respiratoires : insuffisance respiratoire chronique O2 dépendante, mucoviscidose. </li></ul><ul><li>Maladies infectieuses : tuberculose active; lèpre; bilharziose compliquée; infection par le virus du SIDA. </li></ul><ul><li>Maladies cancéreuses : les cancers évolués et métastasés, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique. </li></ul><ul><li>Maladies hématologiques et auto – immunes : hémophilies et affections constitutionnelles de l'hémostase graves ; hémoglobinopathies, hémolyses, chroniques constitutionnelles et acquises sévères ; insuffisances médullaires et autres cytopénies chroniques ; déficit immunitaire primitif grave nécessitant un traitement prolongé, périartérite noueuse, lupus érythémateux aigu disséminé, sclérodermie généralisée évolutive ; </li></ul><ul><li>Maladies rhumatologiques : polyarthrite rhumatoïde évolutive; spondylarthrite ankylosante grave </li></ul><ul><li>Maladies rénales : néphropathies chroniques à un stade avancé, syndrome néphrotique primitif ; </li></ul><ul><li>Maladies digestives : rectocolite hémorragique et maladie de Crohn évolutives ; maladies chroniques actives du foie et cirrhoses . </li></ul>21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009
    14. 14. les médicaments et examens médicaux compatibles avec le jeûne <ul><li>Les comprimés a diffusion sublinguale (orodispersible), les collyres, les gouttes nasales, </li></ul><ul><li>les suppositoires, les sprays, les aérosols (l’asthme), l’oxygène médical, </li></ul><ul><li>Les injections IM, et IV (non nutritives), et la PL, </li></ul><ul><li>Le limage, l’extraction d’une dent, le nettoyage des dents, l’usage de cure-dents ou de brosse à dent, à condition de ne rien avaler. </li></ul><ul><li>Le rinçage de la bouche, le gargarisme, l’usage d’un pulvérisateur pour soigner une affection buccale localisée, à condition de ne rien avaler. </li></ul><ul><li>Les substances absorbées par la peau (les crèmes, les pommades et les médicaments en patch), </li></ul><ul><li>Les gaz anesthésiants </li></ul><ul><li>Le toucher : rectal, vaginal, </li></ul><ul><li>Les sondes : vésicales et rectales. </li></ul><ul><li>L’échographie avec ou sans introduction d’une sonde dans le rectum ou le vagin </li></ul><ul><li>Endoscopie : gastrique, bronchique, vésicale, célioscopie s/ AL. </li></ul><ul><li>Biopsie s/ AL. </li></ul><ul><li>  Sauf cas d’urgence, il est conseillé de différer les examens après le jeûne. </li></ul><ul><li>L’ Académie Islamique de Jurisprudence, p. 213. </li></ul><ul><li>  </li></ul><ul><li>  </li></ul>21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009
    15. 15. Ramadhan et les maladies En conclusion. <ul><ul><li>Conseils au jeûneur musulman atteint de maladie de longue durée </li></ul></ul><ul><ul><li>Consulter son médecin généraliste ou spécialiste 2 mois avant le mois du ramadan, </li></ul></ul><ul><ul><li>Le jeûne du mois de ramadan doit soumise à la double autorisation du faqih et du médecin, </li></ul></ul><ul><ul><li>Interrompre le jeûne au moindre souci urgent de santé, </li></ul></ul><ul><ul><li>Il est conseillé de différer les examens non urgents après le mois du ramadan </li></ul></ul>21/08/10 ACMV Dr Saïd DJEZRI Ramadhan 2009

    ×