1
Centre National de la Fonction Publique Territoriale
4èmes Rencontres territoriales de la propreté urbaine
Bordeaux, 5 n...
2
mon approche
l'analyse des systèmes de valeurs
contemporains
dans une visée constructive
la question de la soutenabilité...
3
la tragédie des biens communs
la voie publique comme bien commun :
un problème de valorisation
les biens publics comme b...
4
la tragédie des biens communs
Hardin 1968
Hardin Garrett, 1968, "The tragedy of the commons", Science,
13 décembre 1968,...
5
les stratégies hard
 celle recommandée par Hardin :
une contrainte consentie
= supprimer la liberté d'accès aux biens c...
6
l'appropriation comme stratégie soft
non pas la privatisation mais l'appropriation
 ne pas rester dans le système binai...
7
l'appropriation comme stratégie soft
pourquoi une stratégie soft est préférable
le soft power est plus efficace et plus ...
8
l'appropriation comme stratégie soft
pourquoi l'appropriation des communs pose
problème (Ivan Illich)
parce que les pers...
9
appropriation et propreté
la thèse inquiétante de Michel Serres
Le mal propre : polluer pour s’approprier ?, Le Pommier,...
10
appropriation et propreté
i c'est par un mouvement (pervers) « civique »
que sont mus ces salisseurs
 on ne peut pas l...
11
éthique du propre
le propre et le sale sont des « constructions
culturelles »
comme disent les sciences humaines
(const...
12
éthique du propre
≠ le soft, l'action publique culturelle
nous en cherchons les savoir-faire
13
éthique du propre
ma suggestion : une réappropriation éthique
de soi et de son environnement, dans un même
effort
le ph...
14
éthique du propre
réappropriation éthique et comportement
vertueux :
le paradigme du papier gras (…)
15
éthique du propre
l'appropriation éthique, au delà de la
contrainte :
Lawrence Kohlberg, Christine M. Korsgaard
→ les d...
16
bilan en 4 points
 pour que les biens communs
soient/deviennent/restent des biens propres
(clean) il faut qu'ils soien...
17
bilan en 4 points
 pour qu'ils soient appropriés l'action « hard »
risque d'être contre-productive
« ne faites pas ça ...
18
bilan en 4 points
 l'action « soft » consistant à suggérer « ne
faites pas ça parce que vous êtes chez vous ! »
est so...
19
bilan en 4 points
 une appropriation éthique du commun est
possible mais en modifiant profondément nos
systèmes de val...
20
plus
michel.puech@paris-sorbonne.fr
http://michel.puech.free.fr
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Michel Puech Les biens communs comme biens "propres" Bordeaux 2015 11 05, Rencontres territoriales de la propreté urbaine

8 800 vues

Publié le

Une éthique de la propreté qui passe par une éthique de l'appropriation des espaces communs. Support de réflexion avec les ingénieurs territoriaux et le Centre National de la Fonction PubliqueTerritoriale

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 800
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5 844
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Michel Puech Les biens communs comme biens "propres" Bordeaux 2015 11 05, Rencontres territoriales de la propreté urbaine

  1. 1. 1 Centre National de la Fonction Publique Territoriale 4èmes Rencontres territoriales de la propreté urbaine Bordeaux, 5 novembre 2015 Les biens communs comme biens « propres » made on a PC with LibreOffice propriété ? propreté !
  2. 2. 2 mon approche l'analyse des systèmes de valeurs contemporains dans une visée constructive la question de la soutenabilité au sens le plus large améliorer ses outils philosophiques y compris pour la propreté des espaces communs
  3. 3. 3 la tragédie des biens communs la voie publique comme bien commun : un problème de valorisation les biens publics comme biens communs → le cas particulier des lieux de passage et des infrastructures de transport un problème fins/moyens : le transport est un simple moyen des moyens de moyens ≠ fin, ≠ valeur
  4. 4. 4 la tragédie des biens communs Hardin 1968 Hardin Garrett, 1968, "The tragedy of the commons", Science, 13 décembre 1968, vol. 162, no 3859, p. 1243 1248.‑ le mécanisme de « tragédie des biens communs », modèle des questions de soutenabilité le cas envisagé est la surpopulation le modèle est : les champs communaux, puits, moulin, rivières, etc. le principe est : tout le monde abuse des biens communs qui se dégradent et deviennent inutilisables
  5. 5. 5 les stratégies hard  celle recommandée par Hardin : une contrainte consentie = supprimer la liberté d'accès aux biens communs  celle recommandée par les économistes néolibéraux : privatiser (les biens) et/ou monétiser (le « service rendu » par l'environnement) = supprimer les biens communs pour en faire des biens « propres » au sens de : privés  celle pratiquée en moyenne = un hybride des deux précédentes : interdictions et répression monétisée (amendes) renforcées par discours moral (stratégie « soft ») →
  6. 6. 6 l'appropriation comme stratégie soft non pas la privatisation mais l'appropriation  ne pas rester dans le système binaire propriété privée total-laisser-faire chez moi ou chez quelqu'un tout-est-permis une expression ambiguë...
  7. 7. 7 l'appropriation comme stratégie soft pourquoi une stratégie soft est préférable le soft power est plus efficace et plus durable Nye Joseph S., The future of power, PublicAffairs, 2011. → stratégies de persuasion par incitation Joule Robert-Vincent et Jean-Léon Beauvois, Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, Presses universitaires de Grenoble, 1987. → stratégies de nudge Thaler Richard H. et Cass R. Sunstein, Nudge, La méthode douce pour inspirer la bonne décision, (2008), trad. Vuibert, 2010. inciter sans que l'incitation soit perceptible notamment : ni contraindre ni récompenser
  8. 8. 8 l'appropriation comme stratégie soft pourquoi l'appropriation des communs pose problème (Ivan Illich) parce que les personnes humaines en ont été dépossédées par délégation à des institutions (...) hypothèse : la vraie tragédie des biens communs est celle de leur désappropriation
  9. 9. 9 appropriation et propreté la thèse inquiétante de Michel Serres Le mal propre : polluer pour s’approprier ?, Le Pommier, 2008. on salit pour s'approprier « Urine, fumier, sang, sperme : les fondements vécus du droit de propriété » application : les individus qui se sentent désappropriés (participe passif) des espaces communs les salissent pour se les rapproprier tag, crotte du chien (via le chien, c'est son propriétaire qui marque son territoire dans la jungle urbaine), mégot (un mini-urban- warrior qui résiste au système en fumant et en jetant ses mégots sur le sol)
  10. 10. 10 appropriation et propreté i c'est par un mouvement (pervers) « civique » que sont mus ces salisseurs  on ne peut pas les faire changer d'attitude en faisant appel à leur « civisme » mais en mettant en œuvre de la réappropriation qui est ce qu'ils cherchent symboliquement pas facile à l'intérieur d'une structure de domination...
  11. 11. 11 éthique du propre le propre et le sale sont des « constructions culturelles » comme disent les sciences humaines (constructivistes) le système de valeur de la souillure et de la purification est une structure sociale forte dans les cultures humaines Douglas Mary, De la souillure: essais sur les notions de pollution et de tabou,(1966) trad. La Découverte, 2001. → une structure de pouvoir, des valeurs idéologiques = le hard → la violence symbolique du salisseur ... légitime la violence répressive... … qui accroît la désappropriation → cercle vicieux
  12. 12. 12 éthique du propre ≠ le soft, l'action publique culturelle nous en cherchons les savoir-faire
  13. 13. 13 éthique du propre ma suggestion : une réappropriation éthique de soi et de son environnement, dans un même effort le philosophe norvégien Arne Naess des sources non nord-occidentales (philosophies asiatiques, Gandhi)
  14. 14. 14 éthique du propre réappropriation éthique et comportement vertueux : le paradigme du papier gras (…)
  15. 15. 15 éthique du propre l'appropriation éthique, au delà de la contrainte : Lawrence Kohlberg, Christine M. Korsgaard → les degrés d'appropriation de la norme 1. la contrainte directe (punition / récompense) la stratégie hard qui marche... tant qu'elle marche 2. la contrainte morale interpersonnelle, la pression du groupe les stratégies soft qui peuvent marcher 3. l'internalisation éthique de la norme la réelle appropriation éthique : la norme fait partie de soi
  16. 16. 16 bilan en 4 points  pour que les biens communs soient/deviennent/restent des biens propres (clean) il faut qu'ils soient appréhendés comme des biens réellement communs = appropriés
  17. 17. 17 bilan en 4 points  pour qu'ils soient appropriés l'action « hard » risque d'être contre-productive « ne faites pas ça parce que vous n'êtes pas chez vous ! » → « je fais ça justement parce que je ne suis pas chez moi ! » ou « je fais ça aussi chez moi ! » le jour où il n'y a plus de contrainte (de répression) il n'y a plus de norme
  18. 18. 18 bilan en 4 points  l'action « soft » consistant à suggérer « ne faites pas ça parce que vous êtes chez vous ! » est souvent illusoire mais c'est parce qu'elle utilise à tort le système binaire « chez moi vs. tout-est-permis »
  19. 19. 19 bilan en 4 points  une appropriation éthique du commun est possible mais en modifiant profondément nos systèmes de valeur sur deux points : a) la propriété privée (passage à une économie de fonctionnalité par ex) = développer un mode d'appropriation des communs qui ne soit ni « chez moi » ni « pas chez moi » b) responsabilité directe des micro-actions individuelles = passage à une éthique post-politique et post-institutionnelle, centrée sur l'individu
  20. 20. 20 plus michel.puech@paris-sorbonne.fr http://michel.puech.free.fr

×