Volet Formation
Faits saillants de l’étude bibliométrique
de l’activité scientifique en Tunisie
Hammamet, 11 mai 2015
Gouv...
2
Portrait bibliométrique, 2002-2013
Partie I
Analyse comparative
3
• Comparer la performance scientifique 
de la Tunisie à celle d’autres pays 
comparables
• Identifier ses forces et faib...
4
• Comparaison de la Tunisie au MOAN, EU28, 
OCDE et à une sélection de sept pays
Afrique du Sud, Algérie, Égypte, 
Grèce...
Indicateurs bibliométriques de base
5
• Nombre de publications: Nombre de publications 
produites par une entité donnée
• ...
Indicateurs d’impact
6
• Moyenne des facteurs d’impact relatifs (MFIR):
Indicateur de la qualité de la production scientif...
Indicateurs de coopération scientifique
7
• Coopération internationale: Articles comprenant des auteurs 
d’au moins deux p...
Méthode – Coopérations
8
Dénombrement coopérations basé sur les co-publications
Institut Supérieur de 
Gestion de Tunis (I...
9
Contexte global, 1996-2013
• 26 M d’articles entre 1996 et 2013
• Présence dans les articles: OCDE ≈ 20M (76%), 
EU28 ≈ ...
10
Productivité – articles par 1000 habitants
•La différence avec 
les pays européens 
et les pays de 
l’OCDE est 
moindre...
11
Tunisie vs. MOAN, 2002-2013
• La Tunisie est en croissance rapide
• Son impact et sa visibilité scientifiques sont tout...
12
Comparaison vis-à-vis le MOAN, 1996-2013
• L’Iran et Israël sont les plus actifs, avec 240 000 articles chacun, suivis ...
13
Impact scientifique MOAN-10, 1996-2013
• Seul Israël a un impact scientifique au-dessus de la moyenne mondiale sur 
l’e...
14
Production scientifique – pays sélectionnés, 1996-2013
• Production se situant entre 30 000 (Algérie et Maroc) et 
190_...
15
Impact scientifique – pays sélectionnés, 1996-2013
• Le Portugal, la Grèce et l’Afrique du Sud ont un impact en 
croiss...
16
Coopération de la Tunisie, 2002-2013
• 69% des articles comprennent des auteurs 
d’au moins deux institutions
• Coopéra...
17
Coopération de la Tunisie, scale-free, 2002-2013
18
Coopération des pays du MOAN-10, 2002-2013
• La coopération au plan national de la Tunisie semble adéquate, en 
compara...
19
Coopérations des pays sélectionnés, 2002-2013
• Vis-à-vis les sept pays sélectionnés, la Tunisie se trouve 
au centre p...
20
Avec qui la Tunisie coopère-t-elle?
• Les principaux collaborateurs de la Tunisie sont la 
France (11 000 articles en c...
21
Les avantages de la coopération internationale
• La Tunisie augmente considérablement son impact 
lorsque la recherche ...
22
Les avantages de la coopération internationale
• En ce moment, les primes de visibilité (PV) les plus 
élevées sont ass...
23
La prime de visibilité à la coopération
24
La prime de visibilité à la coopération
25
Analyse par champs d’activités, 2002-2013
• Près du tiers des articles scientifiques de la Tunisie sont 
dans les scien...
26
Analyse par champs d’activités, 2002-2013
• Les sciences naturelles représentent le quart de la 
production scientifiqu...
27
Analyse par champs d’activités, 2002-2013
• 2% (900 articles) de la recherche tunisienne porte 
sur l’économie et les s...
28
Analyse par champs d’activités, 2002-2013
• Les sciences de la santé représentent 30% de la 
production scientifique tu...
29
Positionnement global, 2002-2013
EVOL
BIOMAR
BIOVEG
ECOL
ENTOMO
ZOOL
CHIMANAL
CHIMGEN
CHIMORG
CHIMPHYS
CHIMINORG
CHIMME...
30
Positionnement sciences appliquées, 2002-2013
AGR
FOREST
HORT
PECH
SCIANIM
SCIALIM
SCIVET
CONST&DESIGN
GENINDUST
AUTOMO...
EVOL
BIOMAR
BIOVEG
ECOL
ENTOMO
ZOOL
CHIMANAL
CHIMGEN
CHIMORG
CHIMPHYS
CHIMINORG
CHIMMED
POLYM
MATHAPPL
MATHCOMP
MATHGEN
ST...
32
Positionnement sciences de la santé, 2002-2013
MICROBIO
ARTH&RHUMAT
ONCOL
ANASTHES
CHIRURG
DENT
DERMATO
ENDOCRINO
GASTR...
33
Positionnement SSH&A, 2002-2013
ADM&GESTION
ECON
ETUDDEV
FIN
SCISOC
ART&HUM
Impactscientifique
Plus bas <---Niveau mond...
34
Portrait bibliométrique, 2002-2013
Partie II
Production scientifique
par secteur et par institution
35
Production scientifique par secteur, 2002-2013
• La majorité des publications sont produites par les universités, 
et c...
Impact scientifique des secteurs, 2002-2013
36
0
0,2
0,4
0,6
0,8
1
1,2
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
M...
37
Institutions les plus actives par secteur, 2002-2013
Groupe / Pays nb. articles %part. IC évol.
MONDE 20 555 883 N/A 1,...
38
Institutions connaissant le plus de croissance, 2002-2013
Groupe / Pays nb. articles %part. IC évol.
MONDE 20 555 883 N...
39
Institutions à fort impact scientifique, 2002-2013
Groupe / Pays nb. articles IC MCR
MONDE 20 555 883 1,5 1,0
 
TUNISIE...
40
Spécialités des universités, 2002-2013
• Plusieurs universités tunisiennes affichent un impact 
supérieur à la moyenne ...
41
Spécialités des universités, 2002-2013
• Université de Tunis El Manar : Agriculture; génie; physique et 
astronomie; te...
42
Spécialités des universités, 2002-2013
• Université de Monastir : Agriculture; mathématiques et 
statistiques; recherch...
43
Spécialités des centres de recherche, 2002-2013
• Centres de recherche: actifs dans tous les domaines, 
représentent en...
44
Spécialités des centres de recherche, 2002-2013
• Institut National de Recherche Agronomique :
Agriculture
• Centre de ...
45
Coopérations des institutions et secteurs, 2002-2013
46
Coopérations des institutions et secteurs, 2002-2013
47
Coopérations des institutions et secteurs, 2002-2013
48
Conclusions et suggestions
• La production scientifique de la Tunisie croit 60% 
plus rapidement que celle du monde
• L...
49
Conclusions et suggestions
• Bien que l’impact scientifique de la recherche 
tunisienne soit modeste, il est possible d...
50
Conclusions et suggestions
• La production scientifique de la Tunisie présente une 
importante pierre d’assise pour une...
Volet Formation
Merci de votre attention
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Faits saillants de l’étude bibliométrique de l’activité scientifique en tunisie science-metrix

850 vues

Publié le

Faits saillants de l’étude bibliométrique de l’activité scientifique en Tunisie - Science-Metrix

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
850
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
35
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Faits saillants de l’étude bibliométrique de l’activité scientifique en tunisie science-metrix

  1. 1. Volet Formation Faits saillants de l’étude bibliométrique de l’activité scientifique en Tunisie Hammamet, 11 mai 2015 Gouvernance 
  2. 2. 2 Portrait bibliométrique, 2002-2013 Partie I Analyse comparative
  3. 3. 3 • Comparer la performance scientifique  de la Tunisie à celle d’autres pays  comparables • Identifier ses forces et faiblesses • Identifier les champs  scientifiques prometteurs Buts de l’étude bibliométrique
  4. 4. 4 • Comparaison de la Tunisie au MOAN, EU28,  OCDE et à une sélection de sept pays Afrique du Sud, Algérie, Égypte,  Grèce, Malaisie, Maroc, Portugal • L’étude est basée sur: – La banque de données Scopus – comprend plus de 25 M  d’articles évalués par les pairs – Articles scientifiques publiés entre 2002-2013 pour la  majorité des analyses et 1996-2013 pour certaines  analyses Approche globale
  5. 5. Indicateurs bibliométriques de base 5 • Nombre de publications: Nombre de publications  produites par une entité donnée • Indice de spécialisation (IS): Indique l’intensité de la  recherche d’une entité (pays ou institution) dans un  champ de recherche donné par rapport à la  moyenne mondiale  • Indice de croissance (IC): Indique la croissance de la  production scientifique d’une période à l’autre. Les  périodes utilisées dans cette étude sont 2002-2007  et 2008-2013
  6. 6. Indicateurs d’impact 6 • Moyenne des facteurs d’impact relatifs (MFIR): Indicateur de la qualité de la production scientifique  basé sur la capacité à publier dans les revues  scientifiques à haut impact • Moyenne des citations relatives (MCR): Indicateur  de l’impact de la production scientifique basé sur la  capacité à produire des articles scientifiques  hautement cités • % des articles dans les 10% ou 1% plus cités:   Pourcentage des articles parmi les plus cités
  7. 7. Indicateurs de coopération scientifique 7 • Coopération internationale: Articles comprenant des auteurs  d’au moins deux pays • Coopération nationale: Articles comprenant au moins deux  institutions d’un même pays • Coopération intra-sectorielle: Articles comprenant des  auteurs d’au moins deux institutions d’un même secteur • Coopération intersectorielle: Articles comprenant des  auteurs d’au moins deux institutions provenant de secteurs  différents • Prime de visibilité (PV): Indique l’impact scientifique des  articles écrits en coopération par rapport aux articles sans  coopération
  8. 8. Méthode – Coopérations 8 Dénombrement coopérations basé sur les co-publications Institut Supérieur de  Gestion de Tunis (ISG) Institut de  recherche en  informatique  de Toulouse  (IRIT) Emirates College of  technology Direction Générale de l’Aviation Civile France United Arab Emirates Tunisie Co-publication  au plan des  pays Co-publication au plan  institutionnel
  9. 9. 9 Contexte global, 1996-2013 • 26 M d’articles entre 1996 et 2013 • Présence dans les articles: OCDE ≈ 20M (76%),  EU28 ≈ 9M (35%), MOAN ≈ 850k (3%) • OCDE et EU28 ont l’impact scientifique le plus élévé 0 500 000 1 000 000 1 500 000 2 000 000 2 500 000 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Nombred'articles Année de publication 0,0 0,2 0,4 0,6 0,8 1,0 1,2 1,4 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Moyennedescitationsrelatives(MCR) Année de publication MONDE OCDE EU28 MOAN
  10. 10. 10 Productivité – articles par 1000 habitants •La différence avec  les pays européens  et les pays de  l’OCDE est  moindre lorsqu’on  relativise par la  taille de la  population •La Tunisie produit  plus de trois fois  plus d’articles par  habitant que la  moyenne du  MOAN MONDE 0.32 EU28 1.42 OCDE 1.20 Danemark 3.63 Suisse 4.69 MOAN 0.16 Suède 3.32 Islande 3.61 Finlande 2.99 Norvège 3.18 Israel 2.12 Pays-Bas 2.89 Australie 3.08 Malte 1.08 Slovénie 2.56 Luxembourg 2.71 Qatar 0.85 Belgique 2.50 Nouvelle-Zél. 2.64 Tunisie 0.51 Royaume-Uni 2.38 Canada 2.42 Iran 0.51 Irlande 2.35 Israël 2.12 Arabie Saoudite 0.47 Autriche 2.33 États-Unis 1.67 Koweït 0.42 Portugal 1.81 Rép. Corée 1.43 Liban 0.41 Estonie 1.79 Japon 0.96 Oman 0.38 Allemagne 1.73 Chili 0.48 Émir. Arabes U. 0.37 Rép. Tchèque 1.72 Turquie 0.47 Jordanie 0.35 France 1.63 Mexique 0.15 Bahreïn 0.28 Espagne 1.59 Égypte 0.16 Italie 1.43 SEL8 Algérie 0.12 Grèce 1.40 Portugal 1.81 Maroc 0.11 Croatie 1.33 Grèce 1.40 Palestine 0.11 Slovaquie 1.12 Malaisie 0.78 Libye 0.06 Hongrie 0.92 Tunisie 0.51 Iraq 0.05 Pologne 0.91 Afrique du Sud 0.29 Syrie 0.02 Lituanie 0.83 Égypte 0.16 Djibouti 0.02 Roumanie 0.65 Algérie 0.12 Yémen 0.01 Bulgarie 0.51 Maroc 0.11
  11. 11. 11 Tunisie vs. MOAN, 2002-2013 • La Tunisie est en croissance rapide • Son impact et sa visibilité scientifiques sont toutefois sous la  moyenne mondiale et sous la moyenne de la région du MOAN Tunisie MOAN Monde Nb. Articles 39 492 727 932 20 555 883 Indice de croissance (IC) 2,4 2,3 1,5 Moyenne des citations relatives (MCR) 0,7 0,9 1,0 Moyenne des facteurs d'impact relatifs (MFIR) 0,8 1,0 1,0
  12. 12. 12 Comparaison vis-à-vis le MOAN, 1996-2013 • L’Iran et Israël sont les plus actifs, avec 240 000 articles chacun, suivis par  Égypte avec 105_000 articles et l’Arabie Saoudite avec 72 000 articles • La Tunisie occupe le 5e rang avec 43 500 articles et le 6ième rang pour ce  qui est de sa croissance (IC = 2,4) 0 5 000 10 000 15 000 20 000 25 000 30 000 35 000 40 000 45 000 Nombred'articles Année de publication Iran Israel Arabie Saoudite Égypte Tunisie Algérie Maroc Émirats Arabes Unis Jordanie Liban Qatar Iraq Koweït Oman Syrie Palestine Malte Libye Bahreïn Yémen Djibouti
  13. 13. 13 Impact scientifique MOAN-10, 1996-2013 • Seul Israël a un impact scientifique au-dessus de la moyenne mondiale sur  l’ensemble de la période, mais l’Arabie saoudite franchit la barre en 2011 • L’impact scientifique de la Tunisie est l’un des plus bas parmi les dix pays  les plus actifs du MOAN
  14. 14. 14 Production scientifique – pays sélectionnés, 1996-2013 • Production se situant entre 30 000 (Algérie et Maroc) et  190_000 (Grèce) articles au total pour les pays sélectionnés • Indice de croissance compris entre 2 pour le Maroc et 8 pour  la Malaisie 0 5 000 10 000 15 000 20 000 25 000 Nombred'articles Année de publication Production scientifique des 8 pays selectionnés Malaisie Portugal Grèce Afrique du Sud Égypte Tunisie Algérie Maroc
  15. 15. 15 Impact scientifique – pays sélectionnés, 1996-2013 • Le Portugal, la Grèce et l’Afrique du Sud ont un impact en  croissance et au dessus de la moyenne mondiale • Quoiqu’en hausse, encore ici, l’impact scientifique de la  Tunisie est généralement en deçà de celle des comparables 0,0 0,2 0,4 0,6 0,8 1,0 1,2 1,4 Moyennedescitationsrelatives(MCR) Année de publication 8 pays sélectionnés Malaisie Portugal Grèce Afrique du Sud Égypte Tunisie Algérie Maroc Monde
  16. 16. 16 Coopération de la Tunisie, 2002-2013 • 69% des articles comprennent des auteurs  d’au moins deux institutions • Coopération nationale = 37%, comparable aux  pays sélectionnés et aux pays de l’OCDE et de  l’EU28, et supérieur au pays du MOAN • Coopération internationale = 43%, similaire au  pays sélectionnés et aux pays de l’OCDE et de  l’EU28, mais inférieur au pays du MOAN
  17. 17. 17 Coopération de la Tunisie, scale-free, 2002-2013
  18. 18. 18 Coopération des pays du MOAN-10, 2002-2013 • La coopération au plan national de la Tunisie semble adéquate, en  comparaison des autres grands producteurs scientifiques du MOAN • Par contre, comparée à celle de l’Arabie Saoudite, des Émirats  Arabes Unis, et du Liban, sa coopération internationale est quelque  peu faible
  19. 19. 19 Coopérations des pays sélectionnés, 2002-2013 • Vis-à-vis les sept pays sélectionnés, la Tunisie se trouve  au centre pour ce qui est de la coopération nationale,  internationale, et totale.
  20. 20. 20 Avec qui la Tunisie coopère-t-elle? • Les principaux collaborateurs de la Tunisie sont la  France (11 000 articles en coopération), les États- Unis (990), l’Espagne (965), le Canada (930) et  l’Italie (890). • 1/3 des publications Tunisiennes sont produites  avec la France, ce qui représente 65% des  coopérations internationales de la Tunisie.   • La Tunisie collabore peu avec les autres pays du  MOAN, mais on note une augmentation marquée  de la coopération avec l’Arabie Saoudite et le  Qatar depuis 2010.
  21. 21. 21 Les avantages de la coopération internationale • La Tunisie augmente considérablement son impact  lorsque la recherche s’effectue en coopération  internationale • Cette augmentation est particulièrement marquée  lors des coopérations avec les pays de l’EU28 et  l’OCDE • Toutefois, les coopérations avec la France demeurent  sous la moyenne mondiale en terme d’impact 
  22. 22. 22 Les avantages de la coopération internationale • En ce moment, les primes de visibilité (PV) les plus  élevées sont associées à des nombres de  coopérations relativement modestes (entre 50 et  100 publications), comme c’est le cas avec Israël,  Afrique du Sud, Suède, Danemark et République  Tchèque • Les collaborateurs bien établis (plus de 500 co- publications) et générant un fort impact sont le  Royaume-Uni, la Belgique, l’Allemagne, l’Italie, les  États-Unis, le Canada, l’Algérie, l’Espagne et le Maroc
  23. 23. 23 La prime de visibilité à la coopération
  24. 24. 24 La prime de visibilité à la coopération
  25. 25. 25 Analyse par champs d’activités, 2002-2013 • Près du tiers des articles scientifiques de la Tunisie sont  dans les sciences appliquées (13 000 articles) • Un grand nombre d’articles sont publiés dans le génie et les  technologies des communications et de l’information (TIC) • On observe une forte croissance (IC = 3) dans les disciplines  que sont les TIC, agriculture, pêcheries et foresterie, et les  technologies habilitantes et stratégiques • Dans les TIC, les principales spécialités sont  l’intelligence  artificielle et le traitement de l’image (2 100 articles) ainsi  que la réseautique et les télécommunications (1 700  articles)
  26. 26. 26 Analyse par champs d’activités, 2002-2013 • Les sciences naturelles représentent le quart de la  production scientifique de la Tunisie (10 000 articles) • La Tunisie est active dans toutes les disciplines des  sciences naturelles (biologie, chimie, mathématique et  statistique, physique et astronomie et sciences  environnementales et de la terre) • Les disciplines possédant le plus grand nombre  d’articles en sciences naturelles sont la biologie  végétale et botanique (1_300 articles), les  mathématiques générales (1 150) et la physique  appliquée (1 400)
  27. 27. 27 Analyse par champs d’activités, 2002-2013 • 2% (900 articles) de la recherche tunisienne porte  sur l’économie et les sciences sociales • Par contre, le domaine est en forte croissance (IC =  4,15) • La majorité des articles proviennent de la discipline  économie et sciences de la gestion • Seulement 112 articles dans le domaine des arts et  humanités ont été produits durant cette période • Le domaine croit à la même vitesse que la moyenne  du pays (IC de 2,4) 
  28. 28. 28 Analyse par champs d’activités, 2002-2013 • Les sciences de la santé représentent 30% de la  production scientifique tunisienne (12 000 articles) • Les Établissements publics de santé (EPS) produisent 2/3  des publications tunisiennes dans ce domaine • La médecine clinique fournit la majorité des publications • Les disciplines psychologie et sciences cognitives ainsi  que santé publique et soins de santé affichent une faible  production scientifique • Plusieurs disciplines et spécialités des sciences de la  santé ont un taux de croissance inférieur à la moyenne  du pays
  29. 29. 29 Positionnement global, 2002-2013 EVOL BIOMAR BIOVEG ECOL ENTOMO ZOOL CHIMANAL CHIMGEN CHIMORG CHIMPHYS CHIMINORG CHIMMEDPOLYM MATHAPPL MATHCOMP MATHGEN STATS ACOUST FLUIDPLASM OPTIQ PHYSCHIM PHYSAPPL PHYSPART PHYSGEN PHYSMATH GEOCHGEOPH GEOL METEO PALEONT SCIENV AGR FOREST HORT PECH SCIANIM SCIALIM SCIVET CONST&DESIGN GENINDUST AUTOMOB GENBIOMED GENCHIM GENCIV GENENV GENELECT GEOMAT GENMEC RECHOPER ARCHINFO GENLOGIC INFODIST INTELLART RES&TELECOM SYSTINFO CALCINFO BIOINFO BIOTECH ENERG STRAT&SEC MATER NANO OPT&PHOTON ANASTHES ARTH&RHUMAT CHIRURG DENT DERMATO ENDOCRINO GASTROENT IMMUNO MEDCLINGEN MEDGEN&INT MEDLEGALMEDNUCL MEDSPORT MEDTROP NEURO OBSTET ONCOL OPHTAL ORTHOP ORL PATHOL PEDIAT PHARMACO PSYCHIAT CARDIO&HEMATO SYSTRESP URGENTOL UROL&NEPHRO PSYCHOL BIOCHIM GENET MICROBIO MYCOL NUTRI PHYSIOL TOXICOL VIRO SANTEPUB ADM&GESTION ECON ETUDDEV FIN SCISOC ART&HUM Impactscientifique Plus bas <---Niveau mondial ---> Plus élevé  Spécialisation (IS) Plus bas <----- Niveau mondial -----> Plus élevé 
  30. 30. 30 Positionnement sciences appliquées, 2002-2013 AGR FOREST HORT PECH SCIANIM SCIALIM SCIVET CONST&DESIGN GENINDUST AUTOMOB GENBIOMED GENCHIM GENCIV GENENV GENELECT GEOMAT GENMEC RECHOPER ARCHINFOGENLOGIC INFODIST INTELLART RES&TELECOMSYSTINFO CALCINFO BIOINFO BIOTECH ENERG STRAT&SEC MATER NANO OPT&PHOTON Impactscientifique Plus bas <---Niveau mondial ---> Plus élevé Spécialisation (IS) Plus bas <----- Niveau mondial -----> Plus élevé 
  31. 31. EVOL BIOMAR BIOVEG ECOL ENTOMO ZOOL CHIMANAL CHIMGEN CHIMORG CHIMPHYS CHIMINORG CHIMMED POLYM MATHAPPL MATHCOMP MATHGEN STATS ACOUST FLUIDPLASM OPTIQ PHYSCHIM PHYSAPPL PHYSPART PHYSGEN PHYSMATH GEOCHGEOPH GEOL METEO PALEONT SCIENV Impactscientifique Plus bas <---Niveau mondial ---> Plus élevé Spécialisation (IS) Plus bas <----- Niveau mondial -----> Plus élevé 31 Positionnement sciences naturelles, 2002-2013
  32. 32. 32 Positionnement sciences de la santé, 2002-2013 MICROBIO ARTH&RHUMAT ONCOL ANASTHES CHIRURG DENT DERMATO ENDOCRINO GASTROENT IMMUNO MEDCLINGEN MEDGEN&INT MEDLEGAL MEDNUCL MEDSPORT MEDTROP NEURO OBSTET OPHTAL ORTHOP ORL PATHOL PEDIAT PHARMACO PSYCHIAT CARDIO&HEMATO SYSTRESP URGENTOL UROL&NEPHRO PSYCHOL BIOCHIM GENET MYCOL NUTRIPHYSIOL TOXICOL VIRO SANTEPUB Impactscientifique Plus bas <---Niveau mondial ---> Plus élevé  Spécialisation (IS) Plus bas <----- Niveau mondial -----> Plus élevé 
  33. 33. 33 Positionnement SSH&A, 2002-2013 ADM&GESTION ECON ETUDDEV FIN SCISOC ART&HUM Impactscientifique Plus bas <---Niveau mondial ---> Plus élevé Spécialisation (IS) Plus bas <----- Niveau mondial -----> Plus élevé 
  34. 34. 34 Portrait bibliométrique, 2002-2013 Partie II Production scientifique par secteur et par institution
  35. 35. 35 Production scientifique par secteur, 2002-2013 • La majorité des publications sont produites par les universités,  et cette production connaît une très forte croissance 0 1 000 2 000 3 000 4 000 5 000 6 000 Nombred'articles Année de publication Tunisie Universités Centres de recherche EPS Autres 28 323 5 066 8 123 1 245 72% 3% 13% 21%
  36. 36. Impact scientifique des secteurs, 2002-2013 36 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Moyennedescitationsrelatives Année de publication Tunisie Universités Centres de recherche EPS Autres Monde
  37. 37. 37 Institutions les plus actives par secteur, 2002-2013 Groupe / Pays nb. articles %part. IC évol. MONDE 20 555 883 N/A 1,5   TUNISIE 39 492 100% 2,4   Universités 28 323 71,7% 2,9 Université de Carthage 5 860 14,8% 2,5 Université de Monastir 4 779 12,1% 2,4 Université de Sfax 7 187 18,2% 3,3 Université de Tunis El Manar 8 039 20,4% 2,7   Centres de recherche 5 066 12,8% 2,6 Centre de Biotechnologie de Borj Cedria 1 056 2,7% 1,4 Centre de Biotechnologie de Sfax 700 1,8% 3,1 Institut National des Sciences et Technologies de la Mer 434 1,1% 5,3 Institut Pasteur 671 1,7% 2,0   EPS 8 123 20,6% 1,7 Hôpital Charles Nicolle de Tunis 1 134 2,9% 1,5 Hôpital Farhat Hached de Sousse 1 165 2,9% 1,6 Hôpital Fattouma Bourguiba de Monastir 997 2,5% 1,9 Hôpital Habib Bourguiba de Sfax 1 063 2,7% 2,0 Hôpital La Rabta de Tunis 1 271 3,2% 1,6  
  38. 38. 38 Institutions connaissant le plus de croissance, 2002-2013 Groupe / Pays nb. articles %part. IC évol. MONDE 20 555 883 N/A 1,5   TUNISIE 39 492 100% 2,4   Universités 28 323 71,7% 2,9 Université de Gabès 998 2,5% 5,3 Université de Gafsa 210 0,5% 13,0 Université de Jendouba 233 0,6% 5,5 Université de Kairouan 67 0,2% 8,6 Université de Sousse 1 527 3,9% 4,0   Centres de recherche 5 066 12,8% 2,6 Centre de Recherche et des Technologies de l'Energie de Borj Cedria 315 0,8% 12,7 Centre de Recherche et des Technologies des Eaux de Borj Cedria 280 0,7% 8,3 Centre National de Recherche en Sciences des Matériaux 126 0,3% 125,0 Centre Régional des Recherches en Horticulture et Agriculture Biologique  24 0,1% 7,0 Institut des Régions Arides de Médenine 338 0,9% 4,5 Institut National de Recherche et d'Analyse Physico-Chimique 149 0,4% 4,5 Institut National des Sciences et Technologies de la Mer 434 1,1% 5,3   EPS 8 123 20,6% 1,7 Centre National de Transfusion Sanguine 81 0,2% 2,2 Hôpital Razi de Manouba  138 0,3% 3,1 Hôpital Tahar Sfar de Mahdia 163 0,4% 3,4 Institut Mohamed Kassab d’orthopédie de Tunis  118 0,3% 2,3
  39. 39. 39 Institutions à fort impact scientifique, 2002-2013 Groupe / Pays nb. articles IC MCR MONDE 20 555 883 1,5 1,0   TUNISIE 39 492 2,4 0,7   Universités 28 323 2,9 0,7 Université de Gabès 998 5,3 0,9 Université de Gafsa 210 13,0 0,8 Université de Jendouba 233 5,5 0,8 Université de Sfax 7 187 3,3 0,8 Université de Tunis 2 151 3,1 0,8   Centres de recherche 5 066 2,6 0,9 Centre de Biotechnologie de Borj Cedria 1 056 1,4 1,0 Centre de Biotechnologie de Sfax 700 3,1 1,0 Centre de Recherche et des Technologies de l'Energie de Borj Cedria 315 12,7 0,9 Centre de Recherche et des Technologies des Eaux de Borj Cedria 280 8,3 1,1 Centre National de Recherche en Sciences des Matériaux 126 125,0 1,2 Institut National de Recherche et d'Analyse Physico-Chimique 149 4,5 0,9   EPS 8 123 1,7 0,4 Centre d'Assistance Médicale Urgente (CAMU) 39 1,1 0,5 Centre National De Greffe De Moelle Osseuse (CNGMO) 135 1,6 0,6 Hôpital Fattouma Bourguiba de Monastir 997 1,9 0,5 Institut National « El Mongi Ben Hamida » de Neurologie de Tunis 188 1,5 0,6 Institut National de la Santé Publique (INSP) 72 1,1 0,5 Institut Salah-Azaïz 352 1,0 0,6  
  40. 40. 40 Spécialités des universités, 2002-2013 • Plusieurs universités tunisiennes affichent un impact  supérieur à la moyenne mondiale dans des domaines  ou des disciplines spécifiques • Les universités qui obtiennent l’impact le plus élevé le  font en sciences appliquées; les universités de Gafsa,  de Gabès, Jendouba, Sfax et Monastir atteignent ou se  situent très près du niveau mondial dans ce domaine • Les publications des universités en sciences de la santé  sont plus citées que la moyenne tunisienne et que la  moyenne des EPS
  41. 41. 41 Spécialités des universités, 2002-2013 • Université de Tunis El Manar : Agriculture; génie; physique et  astronomie; technologies habilitantes et stratégiques • Université de Sfax : Agriculture; génie; sciences environnementales  et de la Terre; technologies habilitantes et stratégiques. MCR en  médecine clinique et en chimie supérieures à la moyenne  tunisienne, ainsi que la plus haute MCR en technologies des  communications et de l’information de la Tunisie (0,58), qui  demeure bien en dessous de la moyenne mondiale. • Université de Carthage : Agriculture; génie; sciences  environnementales et de la Terre. MCR en médecine clinique  supérieure à la moyenne tunisienne.
  42. 42. 42 Spécialités des universités, 2002-2013 • Université de Monastir : Agriculture; mathématiques et  statistiques; recherche biomédicale; technologies habilitantes et  stratégiques. Obtient aussi une MCR supérieure à la moyenne  tunisienne en médecine clinique • Université de Tunis : Génie; mathématiques et statistiques;  médecine clinique; sciences sociales; technologies habilitantes et  stratégiques. Obtient aussi une des plus hautes MCR en économie  et sciences de la gestion (0,53) • Université de Sousse : Physique et astronomie; technologies  habilitantes et stratégiques • Université de la Manouba : Médecine clinique; recherche  biomédicale • Université de Gabès : Biologie; chimie; génie; physique et  astronomie
  43. 43. 43 Spécialités des centres de recherche, 2002-2013 • Centres de recherche: actifs dans tous les domaines,  représentent entre 5% (économie et sciences sociales) et 18%  (sciences naturelles) des articles dans chaque domaine • Centre de Biotechnologie de Borj Cedria : Agriculture;  biologie; génie; sciences environnementales et de la terre;  technologies habilitantes et stratégiques • Centre de Biotechnologie de Sfax : Agriculture; biologie;  génie; technologies habilitantes et stratégiques. Obtient aussi  une MCR supérieure à la moyenne tunisienne en sciences de  la santé • Institut Pasteur : Obtient une MCR en sciences de la santé  (médecine clinique et recherche biomédicale) supérieure à la  moyenne tunisienne
  44. 44. 44 Spécialités des centres de recherche, 2002-2013 • Institut National de Recherche Agronomique : Agriculture • Centre de Recherche et des Technologies de l’Énergie de Borj Cedria : Physique et astronomie; technologies  habilitantes et stratégiques • Centre de Recherche et des Technologies des Eaux de Borj Cedria : Génie; technologies habilitantes et  stratégiques. • Institut National de Recherche en Génie Rural, Eaux et Forêts : Agriculture • Institut de l’Olivier : Agriculture
  45. 45. 45 Coopérations des institutions et secteurs, 2002-2013
  46. 46. 46 Coopérations des institutions et secteurs, 2002-2013
  47. 47. 47 Coopérations des institutions et secteurs, 2002-2013
  48. 48. 48 Conclusions et suggestions • La production scientifique de la Tunisie croit 60%  plus rapidement que celle du monde • La production par capita de la Tunisie la place au  quatrième rang du MOAN
  49. 49. 49 Conclusions et suggestions • Bien que l’impact scientifique de la recherche  tunisienne soit modeste, il est possible de palier la  situation en augmentant la coopération  internationale • Il y a toutefois lieu de diversifier la coopération  internationale – la Tunisie a une trop grande part de  ses coopérations avec la France • Il y a lieu d’identifier les pays avec lesquels la Tunisie  peut augmenter sa coopération de façon stratégique
  50. 50. 50 Conclusions et suggestions • La production scientifique de la Tunisie présente une  importante pierre d’assise pour une stratégie  d’innovation:  le secteur des sciences appliquées y est  comparativement très développé • Toutefois, présentement, ce qui peut freiner  l’innovation est la faible fréquence de la coopération  intersectorielle • Plus spécifiquement, il semble qu’il faille pousser  davantage la collaboration entre les différents  secteurs de la recherche et l’industrie
  51. 51. Volet Formation Merci de votre attention

×