Bilan Mamadou - regime Ikililou

525 vues

Publié le

Ikililou a enfin pris sa décision; bonne ou mauvaise, en tout cas c'est la sienne et ça l'engage. Il soutient la candidature de son vrai vice-Président Mamadou aux élections présidentielles de 2016 après avoir passé cinq bonnes années de règne ensemble et sans partage.


Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
525
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bilan Mamadou - regime Ikililou

  1. 1. 1 WASHILEEE!!! YENTSI YFOU SHA NAZI RIHUNDRE BILAN IKILILO - U / MAMADO - U : UN PAYS EN RUINE, UNE POPULATION DESESPEREE 26 mai 2011 - 26 mai 2016
  2. 2. 2 I. INTRODUCTION Ikililou a enfin pris sa décision; bonne ou mauvaise, en tout cas c'est la sienne et ça l'engage. Il soutient la candidature de son vrai vice-Président Mamadou aux élections présidentielles de 2016 après avoir passé cinq bonnes années de règne ensemble et sans partage. Une décision qui a surpris plus d'un, car en effet, de nombreuses voies proches se sont élevées pour lui conseiller le contraire, c'est à dire tout sauf "MAMADOU". Lui même, aurait laissé entendre à ceux qui le croyaient qu'effectivement, tout sera sans "MAMADOU. Fidèle à lui même, c'est plutôt l'inverse qui s'est produit. Mais pourquoi lui aurait-on déconseillé Mamadou? Parce que MAMADOU est un personnage terrible. Dinosaure de la dernière génération, il capitalise une longévité record dans la scène politique et a toujours su duper les régimes successifs, pour briguer le même maroquin (Finances) sous prétexte d'être l'intime des partenaires et par conséquent de pouvoir redresser les finances du pays et relancer la croissance. Les résultats ont toujours été accablants: des situations économiques dramatiques ponctuées par des scandales politico financiers sans précédents. Les comoriens se souviendront des situations suivantes en guise d'illustrations:  Les nombreux scandales financiers qui caractérisaient l'ancien système CEFADER-CADER et pour lequel MAMADOU se targuait d'en être le pionnier  Le chaos économico-financier du temps du feu le Président Taki, illustré par le cumul de 20 mois d'arriérés de salaires des fonctionnaires et le fameux "BUDGET DE GUERRE", une œuvre encore malhabile, de Mamadou  Les immenses scandales financiers sous le régime de Sambi dont les fonds de la citoyenneté économique, couverts par Mamadou, toujours patron des Finances. 12 mois d'arriérés de salaires ont été encore cumulés dont la moitié a été apurée par le Qatar.  Sous Iklilou, les dossiers pleuvent comme la pluie: Les contrat d'exploration pétrolière, les moteurs de la MAMWE, le dossier du fioul lourd, le dossier Handouli, et encore la citoyenneté économique en sont les plus marquants. Mais en dépit de ce tableau sombre, Ikililou persiste et signe: Mamadou ou rien. Une attitude bien suspecte, qui témoigne de la haute complicité avec laquelle les deux hommes ont évolué pendant tout leur règne et c'est pourquoi il s'avère opportun de dresser leur bilan. Dresser le bilan de 5 ans de règne de Ikililou et Mamadou c'est d'un côté caractériser cette complicité et définir ses étendues et de l'autre, refléter à travers la situation sociale et économique actuelle du pays, le vrai visage de celui (Mamadou) qui prétend solliciter la confiance des comoriens pour les conduire vers une autre aventure. Car en effet, en cette période charnière de la vie politique de notre pays, aucune erreur ne serait admise. La vigilance doit alors être de mise chez les comoriens car comme disait l'adage : " les nuages sont les vrais signes de la pluie" (ye dalili ya nvua nde mayingu). Cinq ans d'impuissance,
  3. 3. 3 d'incompétence et d'incapacités et par conséquent de chaos total ne nous suffisent-ils pas? Nous croyons que si. A bons entendeurs. SYNTHESE DU BILAN
  4. 4. 4  Le bilan de Iklilou/Mamadou, s'apprécie à travers les trois indicateurs suivants:  La gouvernance politico-institutionnelle  La gouvernance économique et financière et  La gouvernance sociale I. GOUVERNANCE POLITICO-INSTITUTIONNELLE  Sur le plan politique, l'amateurisme, le laisser-aller et l'absence de vision ont laissé s'installer l'anarchie dans l'exercice de la démocratie et favorisé la recrudescence des menaces séparatistes et la montée insipide d'une nébuleuse de partis politiques sans vrai cap de navigation. Les sorties et déclarations pompeuses et défiantes de Sambi en sont des illustrations.  La diplomatie d'Iklilou/Mamadou a été boueuse et s'était limitée à de nombreuses missions infructueuses et bouffeuses de deniers publics et aux accréditations sans effets. Aucune retombée n'a été notée en marge de celles des partenaires classiques. Par ailleurs, la question de Mayotte n'a été qu'une simple rhétorique sans vrai contenu car Ilkliou/Mamadou n'ont pris aucune mesure de recouvrement de cette partie du territoire national; pire encore, l'humiliation subie par les Comores lors des jeux des îles de 2015 dans l'île de la Réunion n'a été suivie d'aucune réaction conséquente. Au contraire, l'humiliant a continué sa politique d'isolement de notre pays en le privant de l'organisation des jeux de 2019.  S'agissant de l'Administration, elle a été complètement laminée et réduite à néant. Durant tout le mandat d'Iklilou/Mamadou le zéro Etat a été une règle générale et la corruption et le clientélisme ont été érigés en système de gouvernance, une continuité de l'œuvre de Sambi. En témoigne l'ascension fulgurante de l'actuel Ministre des Relations extérieures, un personnage léger, sans compétence et sans expérience et qui n'est placé à ce poste stratégique que grâce à ses affinités avec Iklilou. Son passage au Ministère des Relations extérieures a été ponctué par de nombreux scandales administratifs en particulier "LE SCANDALE DES PASSEPORTS" lequel a contribué à ternir l'image du pays.  Le classement de Transparency International par rapport à la corruption est de: 123ème sur 180 pays au temps d'AZALI contre 174ème sur 180 pays sous Sambi et 154ème sur 180 pays sous Iklilou. Autrement dit, Sambi est plus corrompu qu'Iklilou Dhoinine. La commission anti corruption mise en place par Iklilou n'est qu'un trompe l'œil et est restée impassible et impuissant face au système méprisant de pillage des deniers publics mis en place par le régime d'Iklilou/Mamadou.  Les scandales politico-financiers ont ainsi largement dominé le règne d'Iklilou/Mamadou; les plus abjects sont les suivants:  Les fonds de la citoyenneté économique, dont la gestion a été calamiteuse  Le dossier d'attribution illicite de licence d'exploration du pétrole,
  5. 5. 5  Les nouveaux moteurs de la MAMWE financés par la BAD  Le dossier fioul lourd,  Le dossier Handouli,  Les fonds de réhabilitation des routes  Les fonds de la fondation "FATMA" destinés aux petits ports  Les menaces, remplacements et intimidations d'agents et personnels des sociétés d'Etat et de l'administration ainsi que la dilapidation des deniers publics pour susciter au forceps, leur voix et organiser le cafouillage des élections de 2016 ont aussi caractérisé le système Iklilou/Mamadou. Le plus flagrant est le remplacement du Président du Tribunal de 1ère instance de Moroni, un acte fort suspect. II. GOUVERNANCE ECONOMIQUE ET FINANCIERE 2.1 Une situation économique honteuse  Durant le règne de Iklilou/Mamadou la situation économique a été l'une des plus catastrophiques que la pays ait connue. Le régime est l'un des plus détestables en matière de gouvernance économique. En voici les illustrations majeures: 2.1.1 Des infrastructures de développement économique indignes ENERGIE  Le pays a vécu dans l'obscurité durant tout le règne de Iklilou/Mamadou soit 5ans/5ans avec un taux de délestage de 6,5 jours sur 7 soit plus de 86%, un niveau jamais égalé et qui caractérise l'incompétence notoire du régime.  Le dossier "Exploration pétrolière" est gérée dans l'opacité absolue et les Comores sont aujourd’hui sous la sellette de la justice internationale pour cause d’octroi illégal par Mamadou de la License d’exploration des ressources minières (Gaz et Pétrole) à une société complice. Un conflit a été ainsi né entre le vice-président Fouad Mohadji et Mamadou qui assurait l'intérim du premier lorsqu'il accomplissait sa forfaiture.  Le dossier du fioul lourd dont le montant du contrat s'élève à 15milliards de FC a été géré dans l'opacité absolue et le pays est actuellement assommé par l'emprunteur Exim Bank de payer les premières échéances pendant que le projet est dans l'impasse. EAU  Durant tout le règne d' Iklilou/Mamado, soit 5ans, la capitale Moroni ainsi que les zones périphériques ont été dépourvues d'eau 6 jours sur 7 soit 86% des cas.  Toutes les adductions d'eau en milieu rural ont été non fonctionnelles et plus de 80% des communautés rurales ont vécu sans eau durant tout le mandat d'
  6. 6. 6 Iklilou/Mamadou, une situation pitoyable, jamais vécue pour une population impuissante. TRANSPORT: Où sont passés les milliards destinés aux routes ?  Plus de 70% du réseau routier a été entièrement défoncée et donc non praticable et le taux de réhabilitation n'a pas atteint 20%. Une région importante comme le washili est devenue entièrement enclavée car aucune route interne n'est praticable.  Plus de 30 milliards de Fc sont destinés à réhabiliter les routes dans l’ensemble des trois îles financés en grande partie par le Qatar et Oman. Le marché a été octroyé par copinage à des entreprises inaptes mais sélectionnées en fonction de leur affinité avec le pouvoir en place. Les coûts des travaux ont été multiplié par trois par rapports aux coûts normaux. Que sont devenus les Ports secondaires« fantômes » ?  Initiés au temps de Sambi, au moment où le vice-président Mamadou était en charge des finances, ces Ports n’ont jamais vu le jour ; le financement par des mystérieuses ONG telle la « Fondation Fatma » n’a jamais fait l’objet d'opération transparente. Que sont devenus, les projets de construction des ports secondaires et celui du port de Moroni ? Combien ont-ils coûté ? Où sont passés l’argent de la « Fondation Fatma » ? Seul le Vice-Président Mamadou et ses prédécesseurs pourront nous apporter des réponses TOURISME  La fréquentation touristique a connu une chute drastique de plus de 70% et le pays classé parmi les pays dangereux à éviter pour cause de terrorisme  Aucune infrastructure hôtelière n'a été mise en place pour augmenter les capacités d'accueil et réduire le chômage.  Pire encore, Iklilou et Mamadou ont avalisé l'acte odieux de Sambi consistant à détruire l'hôtel Galawa, unique fleuron du tourisme comorien; 2.1.2 Une gestion chaotique des finances publiques Une gestion des finances publiques fondée sur le clientélisme et la violation des textes  La masse Salariale est passée de 50% des recettes en 2006 à 80% des recettes aujourd’hui. Elle est donc passée de 1 milliard FC à 2 milliards. Les causes principales sont les recrutements abusifs à des fins électoraux. On comptabiliserait plus de 400 recrutés sans postes budgétaires et sans profil. A défaut de pouvoir créer des emplois dans le secteur privé pour résorber les milliers de jeunes au chômage, le pouvoir a choisi la solution de la facilité : offrir des illusions d’emplois précaires et sans avenir
  7. 7. 7  Les fonds de réduction de la pauvreté issus des remises de la dette (du point de décision au point d’achèvement) n’ont jamais été affectés dans des actions de lutte contre la pauvreté, comme cela devrait l’être. On comptabiliserait près de 2 milliards de remise de la dette en 2014 sans que le comorien moyen ait bénéficié d'aucune retombée.  Les exonérations douanières, sources principales de toutes les fraudes et détournements de fonds publics sont devenues monnaie courante sous l’autorité du vice-président Mamadou.  Le FMI a suspendu son programme FRPC aux Comores depuis 2014, suite à la mauvaise gouvernance et à l’absence de résultats tangibles des repères quantitatifs. Une gestion opaque des Fonds de la citoyenneté économique : Estimé à plus de 150 milliards de Fc, soit l’équivalent de plusieurs centaines de km de routes, ces fonds ont été gérés dans l’opacité totale :  Ces fonds n'ont figuré dans aucune loi des finances publiques. Ce qui est contraire à la constitution qui stipule que toutes les ressources de l’Etat doivent figurer dans la loi des finances  Pire encore, le fond a été utilisé en partie pour des intérêts privés.  De 2013 à 2015, le vice-président Mamadou avait payé les fonctionnaires avec de l’argent de la citoyenneté et des dons de l'Arabie Saoudite. Où sont donc passées les recettes de l’Etat destinées à payer les salaires des fonctionnaires durant cette période ? On estime à 8mois, soit l’équivalent de 12 milliards de FC Des marchés publics de gré à gré :  Malgré la nouvelle réglementation sur les marchés publics et l'existence de la commission anti corruption, plus de 90% des marchés publics ont été attribués abusivement à des entreprises proches du pouvoir non forcément compétitives. Des recettes douanières purement volatilisées  Le nombre de containers dédouanés au port de Moroni est passé de 3000 à 10 000 (soit plus du triple) entre 2006 et 2014, pendant que les recettes sont passées de 12 milliards à 14 milliards. Une illogisme qui ne laisse pas de doute quant au pillage systématique et la ruine de l'Etat. Des entreprises publiques en ruine totale  La mauvaise gestion des entreprises publiques a systématiquement précipité leur effondrement et privé l'Etat d'une importante manne financière: La SCH (société comorienne des hydrocarbures)
  8. 8. 8  Avant 2006, l’entreprise versait dans les caisses de l’Etat l’équivalent de 220 millions de Fc par mois, comme taxe unique. Aujourd’hui, la contribution de la société aux recettes de l'Etat est nulle, soit une perte pour l'Etat de plus de 2milliards de FC par an. COMORES TELECOM  L’entreprise est au bord de la faillite après avoir opéré des recrutements massifs pour des objectifs électoraux. On trouve parmi les recrutés, entre autres, des diplômés de tourisme, de géographie, de lettres modernes etc....., du mépris à la fois pour les recrutés et pour le pays entier.  Le sureffectif dans l’entreprise est flagrant et les centaines d’employés recrutés ne disposent ni de siège, ni de bureau pour travailler.  La masse salariale a été multipliée par 5 entre 2006 et 2015, pendant que le chiffre d’affaire a été multiplié par 1,5, un gâchis qui conduit la société tout droit vers l'abysse, au vu et au su du régime iklilou. MA_MWE :  Elle est l'illustration parfaite du caractère ridicule et de l'incompétence du pouvoir Iklilou/Mamadou; Une société sous perfusion permanente via les partenaires et qui continue bizarrement de plonger dans l'abysse. Les recrutements massifs à but purement électoral et sans nécessité en sont parmi les causes et le personnel accuse plus de 6 mois d'arriérés de salaires. ONICOR :  La société est tombée en faillite. Elle ne dispose plus de fonds propres pour effectuer ses propres commandes. A chaque commande, l’Etat doit jouer le facilitateur auprès de la Banque et des fournisseurs. AIMPSI / COMAIR :  Devenues des sociétés qui ne recrutent que les personnes proches du pouvoir, les deux sociétés continuent à se dégrader dans la fourniture des services de base. Et pourtant des jeunes qualifiés qui pourraient apporter du savoir-faire sont délaissés et gonflent le rang des chômeurs. 2.1.3 Des secteurs économiques abandonnés  Durant tout le règne d'Iklilou/Mamadou aucune politique de soutien ou de relance de l'économie n'a été entreprise; en voici quelques illustrations. Un secteur primaire (Agriculture, pêche) en déliquescence totale  Les investissements en faveur des secteurs de l'agriculture et la pêche sont réduits de plus 80% et les paysans sont complètement abandonnés;
  9. 9. 9  L'AFD, principal bailleur du secteur s'est désengagé des secteurs à partir de 2012 sans le moindre souci des autorités.  Des fonds octroyés par la BAD pour promouvoir la sécurité alimentaire sont détournés de leur objet;  Les importations de produits alimentaires sont augmentés de plus de 60%  La vanille, principal spéculation pourvoyeuse de fonds est ruinée; le prix du kg vert est tombé à 1000FC ou moins contre 25000FC sous AZALI  Le projet HAIRU sur la pêche financé sur fonds Qatari se trouve dans l'impasse pour cause de manque de transparence et de légèreté du pouvoir. Les 5000 emplois promis sont devenus une chimère et le kilo de poisson continue de grimper avec des planchers de 2000FC. Des secteurs secondaires et tertiaires sans repères  Les nombreuses potentialités de développement d'un tissu industriel local n'ont jamais été exploitées surtout dans le secteur de l'agriculture.  Aucune politique d'encouragement et d'exploitation des compétences techniques des jeunes cadres n' a été esquissée et plus de 80% des marchés de services sont traités avec des compétences extérieures, en particulier la région d'Afrique de l'Est ou de l'Océan Indien (Tanzanie, Kenya, Maurice, Madagascar,.....) en particulier les marchés d'audits, d'élaboration de politiques sectorielles, d'achat d'équipements, d'agence d'exécution etc..... III. GOUVERNANCE SOCIALE  Sur le plan social, les indicateurs principaux sont tous au rouge: 3.1 Une éducation en pleine détérioration 3.1.1. Mauvaise qualité de l’enseignement  La qualité de l’enseignement du primaire au secondaire n'a cessé de se dégrader ; et cela pour plusieurs facteurs, dont notamment l’absence de coordination des programmes scolaires et manque de vision des autorités politiques en charge d’améliorer le système actuel de l’éducation qui est inadaptée aux besoins actuels et futurs du pays. Les taux de réussite aux examens (Bac + BEPC) sont les plus bas jamais connus.  La prolifération anarchique et incontrôlée d'écoles privées d'enseignement général et professionnel, a aussi terni l'image de l'école et contribué à son effritement. 3.1.2 Des bourses octroyées par faveur et non par mérite  Les bourses d’études supérieures sont réparties entre les autorités politiques du régime (Chef de l'Etat, Ministres, Gouverneurs...) tels des petits pains et octroyées par clientélisme. Aucune politique basée sur l'adéquation avec les besoins en formations nationales et les capacités de l'université des Comores n'est mise en place.
  10. 10. 10  Beaucoup de bourses de premier cycle sont octroyées pour des études dispensées à l'Université des Comores 3.1.3 Dégradation du système Universitaire  Les principales dégradations subies par l'Université pendant le régime d'Iklilou/Mamadou sont les suivantes:  Aucune mesure d'extension des capacités d'accueil n'a été prise pendant que le nombre d'étudiants est passé de 500 en 2003 à plus de 10 000 en 2015  Les arriérés de salaires des enseignants ne faisaient que s'accumuler  Aucune politique de diversification et d'adéquation des filières d'enseignement n'a été définie  L'absence de contrôle et par conséquent de transparence dans la gestion des projets universitaires a été une règle, et les autorités de l'Université sont interpellées par les députés pour gestion opaque de deniers publics.  Aucune mesure d'amélioration de la vie universitaire n'est prise: (Pas de bourses, pas de transport, pas d'internat, pas de restauration, pas de lieux de loisirs et divertissement, pas de possibilités de connexion ou de recherche...) 3.2 Une santé gravement malade  Durant le règne d'Iklilou/Mamadou le système de santé est caractérisé par:  Des hôpitaux entièrement délabrés et transformés en mouroirs, comme l'hôpital de référence national, El Marouf  Des conditions de travail précaires ayant entrainé des grèves répétitifs et continus du personnel médical (6 mois de grève sont observés en 2015 et 7 mois d'arriérés de salaires sont cumulés).  Une augmentation fulgurante des évacuations sanitaires surtout d'Anjouan vers Mayotte sans prise en charge avec des déperditions inquiétantes en mer.  De nombreux décès causés par les grèves, le manque de gaz et les mauvaises conditions de travail  Une absence honteuse de toute politique d'assistance sociale en particulier pour les maladies émergentes (Cancer, AVC, hypertension, diabète...)  Un laisser aller dangereux dans le secteur des médicaments avec des importations massives illicites et anarchiques de médicaments dangereux, non contrôlés et non autorisés;  La dissolution de la PNAC (Pharmacie autonome des Comores) et son remplacement par la CAMUC (Centrale d'achat des médicaments) c'est à dire l'abandon de la dimension technique et scientifique au profit de la dimension purement commerciale.  De nombreux animaux et produits alimentaires importés sans aucun contrôle sanitaire exposant la population et le cheptel national, à des dangers mortels. L'Université a été transformée en un champ de ruine durant tout le mandat d'Iklilou/Mamadou
  11. 11. 11  Des cliniques et cabinets médicaux privés anarchiques, et irrespectueux de la règlementation. 3.3 Des pouvoirs d'achat laminés et une augmentation de la pauvreté  Le règne d'Iklilou/Mamadou est aussi caractérisé par:  Une nette augmentation de la pauvreté atteignant plus de 45% de la population  Une augmentation catastrophique du taux de chômage surtout chez les jeunes, atteignant le taux astronomique 25%  L'effondrement du cours de la vanille  L'accumulation d'arriérés de salaires (payés après sur don Saoudien)  L'arrêt complet des activités économiques, conséquence de l'absence d'électricité durant tout le mandat.  Une inflation dangereuse jamais connue, touchant en particulier les produits de base tel que l'indique le tableau suivant: Produits Avant Azali Période Azali Période Sambi Période Iklilou PRODUITS ALIMENTAIRES Riz ordinaire 200 Fc /kg 225 Fc /kg 350 Fc /kg 400 Fc/kg 1Kg de Sucre 300 Fc /kg 300 Fc/kg 500 Fc/kg 600Fc/kg 1 Kg de viande 1100 Fc/kg 1100 Fc /kg 1800 Fc /kg 2200 Fc /kg 1kg de Poisson 800 Fc /kg 900 Fc /kg 2000 Fc /kg 2500 Fc/kg HYDROCARBURES Pétrole lampant 150 Fc /litre 175 Fc /litre 400 Fc /litre 400 Fc / litre PRODUITS DE CONSTRCUTION Tonne du ciment 65000 Fc /tonne 65000 Fc /tonne 75000 Fc /tonne 75000 Fc /tonne Fer 6 600 Fc 600 Fc 800 Fc 800 Fc Fer 8 800 Fc 800 Fc 1100 Fc 1250 Fc Fer 10 1150 Fc 1150 Fc 1400 Fc 1500 Fc PRODUITS PHARMACEUTIQUES Médicaments Droits de douane (10%) Droits de douane (0%) Droits de douane (11%) Droits de douane (11%) 3.4 Des pénuries chroniques et gravissimes  Le régime d'Iklilou/Mamadou et le régime des pénuries:  Pénurie d'électricité  Pénurie d'eau  Pénurie de carburant
  12. 12. 12  Pénurie de gaz à l'hôpital  Pénurie d'argent 3.5 Le cas du pèlerinage  Le dossier du pèlerinage sous le règne d'Iklilou/Mamadou est l'un des plus accablants; en effet, non seulement que les budgets proposés aux pèlerins ont été démesurés mais jamais, les préparatifs n'ont été salutaires, signe de l'incompétence du régime.  Nombreux ont été les pèlerins dont le voyage pour le pèlerinage 2015 a été purement et simplement annulé pour cause de manque de moyens de transport suffisants.  Pire encore les campagnes de pèlerinage ont toujours été ponctués par des séries d'arnaque et de détournements de l'argent des pèlerins. Le Président de la commission du pèlerinage a même été incarcéré et passé des mois dans les prisons saoudiennes lors du dernier pèlerinage de 2015 pour cause de malversations. 3.5 Le cas des déchets  Jamais un régime n'a démontré une véritable impassibilité face à la problématique des déchets depuis l'indépendance des Comores. Durant le règne d'Iklilou/Mamadou les déchets et immondices de toutes sortes se sont fortement accumulées et ont "orné" la capitale Moroni et disséminé des odeurs pestilentielles au vu et au su des autorités du régime, au premier chef desquels se trouvaient le Vice-Président chargé des Finances. La capitale Moroni est devenue invivable et les souffrances des populations insupportables, en particulier sur le plan sanitaire avec la prolifération des affections cutanées, des problèmes respiratoires et autres affections graves.
  13. 13. 13 IV. IMPACTS DE L'ACTION IKLILOU/MAMADOU Le règne d'Iklilou/Mamadou a eu de nombreux impacts négatifs visibles sur le bien être des comoriens, toutes couches sociales confondues. Ces impacts s'aperçoivent à travers le vécu quotidien des comoriens mais aussi à travers les indicateurs macroéconomiques du pays, lesquels avaient connu des effondrements incommensurables. En voici quelques illustrations comparatives: 4.1 Impact sur les indicateurs macroéconomiques  Le PIB par tête est passé de 150221fc/habitant (avant Azali) à 154000fc/hab (sous Azali) puis redescendu à 141 000 fc/hab sous Iklilou/Mamadou  La croissance économique est passé de 0% (avant Azali) à 4,8% (sous Azali) puis redescendue à 0,5% sous Iklilou/Mamadou  Les exportations sont passées de 4milliards fc (avant Azali) à 12 milliards (sous Azali) puis redescendues à 7 milliards sous Iklilou/Mamadou. 4.2 Impact sur les indicateurs sociaux  Le chômage est passé de 20% (avant Azali) à 14% (sous Azali) puis rebondi à 24% sous Iklilou/Mamadou.  Le rang de l'indice de développement humain (IDH) est passé de 141ème (avant Azali) à 134ème (sous Azali) puis rebondi à 163 ème sous Iklilou/Mamadou. 4.3 Impacts sur la gouvernance  La corruption a fortement augmenté et les détournements de deniers publics, progressé, de manière fulgurante. Le classement de transparency International en est l'illustration parfaite.
  14. 14. 14 V. CONCLUSION  Le règne d'Iklilou/Mamadou est caractérisée par la confusion, la gabegie, l'incertitude et la paupérisation grandissante de la population.  Il est aussi caractérisé par l'incompétence, la fainéantise et la poursuite de la politique de mendicité instaurée par leur prédécesseur.  Bref, il est caractérisé par la mauvaise gouvernance au sens large.  La notion d'Etat a donc été vidée de son substance car le népotisme, l'impunité, l'injustice, bref, tout sauf ce qui peut caractériser un vrai Etat démocratique, ont été érigés en règle d'or et en système de gouvernance.  Les souffrances de la population ont été immenses sur tous les plans et jamais apaisées et pourtant, cette même population a accordé à ce régime une indulgence et une compréhension inouïes et rares pour un régime aussi creux, insensible et affreux.  Les comoriens, toutes couches confondues, témoigneront devant Dieu, des humiliations subies et du mépris dont ils ont fait objet durant le règne d'Iklilou/Mamadou: les pillages sans scrupule et monstrueuses des deniers publics, les pénuries incessantes et le délabrement de toutes les conditions de vie resteront entre autres, gravés et à jamais dans les esprits des communautés.  Les Comoriens doivent donc tirer leurs propres leçons et éviter d'être taxées d'avoir "la mémoire de poule" car en cette période charnière de leur vie où on leur donne une dernière chance pour réimprimer leur destin, l'erreur et la bêtise sont à éviter au profit de la vigilance et de la détermination. Ils doivent se rappeler de cette sagesse africaine qui dit ceci: " SI TU T'APPROCHES DU MEME MARIGOT TU RISQUES DE TROUVER LE MEME CROCODILE". ou en français: "LES MEMES CAUSES PRODUISENT LES MEMS EFFETS"  A Bons entendeurs
  15. 15. 15
  16. 16. 16

×