Chapitre 4 : Le regard de la                photographie●   Par sa ressemblance avec le reflet : support à    limaginaire ...
Roland Barthes                                          La chambre claire, 1980                                           ...
« ça a été »dans la Photographie, je ne puis jamais nier que la chose aété là (…) et puisque cette contrainte nexiste que ...
1 – une image qui nous regarde●   Regard porté sur le monde    ●   par le photographe,    ●   par le spectateur●   Impress...
Gaétan Gatien de Clérambault1872-1934Drapé, Maroc 1915-1920
… la photo enveloppe son spectateurselon Barthes :                                        Photographie                    ...
2 – Le vol de lâme●   Tout se passe comme si la photographie pouvait    réellement contenir quelque chose des modèles●   I...
3 – Faire partie du décor    La photographie :●   Contient tous les éléments du décor : physique,    naturel, humain●   Co...
Linvention du corps, M.A. Descamps, 1986                Stade du miroir social●   Lombre, première forme du reflet :      ...
Chapitre 4 – Le cinéma et sa salle                  obscure●   Projection accélérée : 24 images/sec●   Imaginaire de la du...
Page 59Ainsi, ce nest pas la distinction entre image fixe et animé qui fondelopposition entre la photographie et le cinéma...
Chapitre 6 – Lagitation télévisuelle●   Espace de diffusion privé●   Lécran émet sa propre lumière    1 - Un repère famili...
2 – Les limites du « visuel »●    Un reflet du monde (info, téléréalité)●   Visuel vs imagé : donne plus à voir quà représ...
Marshall McLuhan                                                              (1911-1980)●   «Le message, cest le médium» ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Tisseron Le bonheur dans l'image Chapitres 4-5-6

1 051 vues

Publié le

Serge Tisseron, Le bonheur dans l'image, Les empêcheurs de tourner en rond, 1996 (2°ed, 2003)
Chapitre 4, 5 et 6
Séminaire Arts Numériques, Master Arts et Création Numérique, UVHC, 2011

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 051
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
147
Actions
Partages
0
Téléchargements
16
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tisseron Le bonheur dans l'image Chapitres 4-5-6

  1. 1. Chapitre 4 : Le regard de la photographie● Par sa ressemblance avec le reflet : support à limaginaire de soi §2 : le vol de lâme● Intégration symbolique dans une communauté plus vaste §3 : faire partie du décor● En écho au « ça a été » de Barthes : présence du passé● « ça a été ensemble » : fort pouvoir denveloppe, ensemble de relations
  2. 2. Roland Barthes La chambre claire, 1980 Journal de deuil, 2009● Idée récurrente : les photographes sacharnent à capter le vivant, témoignant en fait de lobsession de la mort● Rideau = symbolique du dévoilement, voire du caché, idée dun dévoilement de soi ou dun chemin vers le caché en soi, linconscient.  / légende de Zeuxis et Parrhasios
  3. 3. « ça a été »dans la Photographie, je ne puis jamais nier que la chose aété là (…) et puisque cette contrainte nexiste que pour elle,on doit la tenir, pour lessence même, le noème de laPhotographie (…) ce que jintentionnalise dans une photo,ce nest ni lArt, ni la Communication, cest la Référence, quiest lordre fondateur de la Photographie. Le nom du noèmede la Photographie sera donc : « ça a été » cela que je voisa été là, et cependant tout de suite séparé ; il a étéabsolument, irrécusablement présent, et cependant déjàdifféré.On dit souvent que ce sont les peintres qui ont inventé laphotographie (…) Je dis : non, ce sont les chimistes. Laphoto est littéralement une émanation du référent (…)rayons différés dune étoileauthentification prime sur la représentation
  4. 4. 1 – une image qui nous regarde● Regard porté sur le monde ● par le photographe, ● par le spectateur● Impression dun regard porté sur le spectateur lui-même : elle lui impose un point de vue qui nest pas le sien● Spectateur est à la fois ● sujet de ce quil regarde ● objet de limage quil regarde
  5. 5. Gaétan Gatien de Clérambault1872-1934Drapé, Maroc 1915-1920
  6. 6. … la photo enveloppe son spectateurselon Barthes : Photographie (spectrum)● 3 points de vue ● Spectrum : la photographie représente ce moment où je ne suis ni un sujet ni un objet ● Spectator : certaines provoquent de Spectateur « menues jubilations », dautres (spectator) lindiffèrent, comprendre la raison de cet attrait ● Operator● Caractéristiques qui déclenchent le sentiment ● Studium : il ressent un « affect moyen » une sorte dintérêt culturel, social, politique.Lecture raisonnée, conventionnelle. Nuance du « I like » ● Punctum : cest la piqûre, le petit trou, la petite tâche (coup de dé en latin). Cest le hasard qui à la fois me « point » mais aussi me meurtrit. Nuance du « I love »
  7. 7. 2 – Le vol de lâme● Tout se passe comme si la photographie pouvait réellement contenir quelque chose des modèles● Imaginaire de la représentation : 3 axes ● Confirmation de limage de soi : « se voir de lextérieur » stade du miroir individuel, socia . Reste un reflet visuel et statique.l ● Inclusion dans une même représentation du sujet et de son environnement ● Appartenance du sujet à un groupe humain plus vaste
  8. 8. 3 – Faire partie du décor La photographie :● Contient tous les éléments du décor : physique, naturel, humain● Contient le photographe lui-même Photographie (spectrum) Observateur de la Réalité Réalité Photographe (operator) Spectateur (spectator)
  9. 9. Linvention du corps, M.A. Descamps, 1986 Stade du miroir social● Lombre, première forme du reflet : Le mythe de la caverne● Introduire lordre et la raison : Conquête de la perspective● Limage naturelle de lhomme ● Mythe du regard aveuglant ● Trois périodes : totémisme, fétichisme, nudisme.
  10. 10. Chapitre 4 – Le cinéma et sa salle obscure● Projection accélérée : 24 images/sec● Imaginaire de la durée, du mouvement, de la temporalité : durée illimitée vs présent éternel de la photographie● Renoncer à notre propre rythme intérieur pour adhérer à celui de la projection
  11. 11. Page 59Ainsi, ce nest pas la distinction entre image fixe et animé qui fondelopposition entre la photographie et le cinéma, mais linvention dun dispositif,la salle obscure.Dans la photographie, les spectateurs sont confrontés à leur solitude face àune image quils sont invités chacun à explorer du regard pour en recréer laprofondeur écrasée et dégager sa valeur de signe. Non seulement lecaractère stable de limage permet cette exploration stable et minutieuse,mais encore lécrasement des différents plans de limage sur la surface dusupport y invite. Rien de semblable au cinéma : limage va trop vite ! Mais cette impossibilité est contournée par un dispositif scénique. Faute de pouvoir entrer dans limage, les spectateurs sont invités à entrer dans une pièce obscure où ils sont physiquement immergés dans la lumière du projecteur qui traverse la salle pour se projeter devant eux. Ils se laissent alors entraîner ensemble dans lillusion dune perception partagée où la nécessité du signe sefface derrière le plaisir fusionnel alimenté par la narration et le dispositif optique.
  12. 12. Chapitre 6 – Lagitation télévisuelle● Espace de diffusion privé● Lécran émet sa propre lumière 1 - Un repère familier p 62 Limage télévisée, qui est par définition changement permanent et irruption permanente de la nouveauté, sest finalement trouvée rangée au service de notre perception de la stabilité et de la continuité.
  13. 13. 2 – Les limites du « visuel »● Un reflet du monde (info, téléréalité)● Visuel vs imagé : donne plus à voir quà représenter● Un contenu nomade en recherche de contenant La lucarne du poste de TV enveloppe certes les objets qui y sont représentés. Mais son cadre est bien plus une limite quune enveloppe. Les côtés de lécran sont comme les parois dun aquarium. Mais il manque à limage TV la matière continue qui lierait entre eux les objets qui sy trouvent. Zapping : le sens est donné par sa propre quêteuu 3 – Séduire pour exister● Appel au spectateur : nostalgie dinteractivité Illusion dintimité, aucune sensori-motricité, dispositf optique● Cf expérience Mac Luhan
  14. 14. Marshall McLuhan (1911-1980)● «Le message, cest le médium» : ce nest pas le contenu qui affecte la société, mais le canal de transmission lui- même.● deux grandes catégories : ● les médias « chauds », participation dun seul de nos sens. Linformation reçue très riche, la participation du cerveau faible. ● les médias « froids » sadressent à plusieurs sens et sont plutôt pauvres, participation très importante pour compenser cette pauvreté. Ainsi, à cause de la très grande différence de qualité des images, le cinéma est « chaud », alors que la télévision est « froide »

×