MTO@LE MUR OBERKAMPF

1 106 vues

Publié le

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 106
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
238
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

MTO@LE MUR OBERKAMPF

  1. 1. MTO @ LE MUR OBERKAMPFETAPE 1 :ETAPE 2 :
  2. 2. ETAPE 3 :ETAPE 4 :ETAPE 5 :10 AVRIL 2013 :
  3. 3. ETAPE 6 :MA REPONSE :Le MUR est (et corrigez moi si je me trompe) "un lieu de soutient à la création urbaine. Il offre à un nouvel artiste toutes lesdeux semaines un accès à un mur de 3m par 8 en plein Paris". Le projet et lengagement de linstitution me semble tout à faitlouables et le protocole parfaitement acceptable puisque rémunéré correctement. Cependant les conditions de performancesdonnées sont celles du graffiti légal ( concept assez antinomique selon moi, mais ce nest pas le sujet ici ), ces conditions ainsi quela localisation très fréquentée ne me semblèrent donc pas appropriées, pour de multiples raisons, à un travail de peintureréaliste à grande échelle, dit "street art labeur" comme certains lappel à juste titre. Sentiment renforcé par le fait que jenobtins aucune réponses lorsque je demandais à trois reprises pour peindre sur 2 ou 3 jours. Jai donc décidé dabandonner larémunération et de produire un projet entièrement "à la débrouille", plus proche selon moi, des réels enjeux dun travailéphémère à-même la rue.Jai imaginé un projet de, avec et pour la rue.Je choisit de remettre en jeu le projet TAGTICAL MEDIA, projet expérimental déjà entamé à Berlin entre 2010 et 2012, lidéeici était de remplacer une exposition fixe en un seul point de Paris par une déambulation photographique dans les rues au fil demes écrits sur les murs, sorte de zoom des phrases comiques, poétiques ou engagées qui apparaissent gribouillées au feutre unpeu partout sur les murs et les rideaux de fers de Belleville.Sous entendu donc que le M.U.R reste vierge, comme une sorte de tableau décole laissé noir en appel aux graffeurs, tagueurs,écrivains locaux de tous poils et que seul le code ( la clé dentrée du projet ) viennent se présenter au public lors du vernissageafin douvrir laccès au diaporama déambulatoire, puis disparaisse afin de "LAISSER PARLER LE M.U.R". Je trouvais aussiintéressante cette inversion de lartiste invité échangeant sa place avec la voix de la rue. Lexpérience était en quelques sortes :" Paris sous mes bombes ... et pendant deux semaines le M.U.R. est à tout le monde. "Le code était apporté au public sur un carton pliable par un homme de la rue à qui javais proposé 20 euros pour tenir le cartontrente minute au lieu et à lheure du vernissage. Je lui avait promis le double une fois le travail effectué pensant que vousaccéderiez à ma requête expliquée dans le message et que vous lui rembourseriez ma facture de 20 euros de bombes aussicontenue dans la lettre qui accompagnait le carton.
  4. 4. TAGTICAL MEDIA expérience n°2 : "Paris sous mes bombes"LIEN DU CODE : http://www.flickr.com/photos/mto-tm/sets/72157633127630800/show/Expérimentations textuelles taguées sur les murs de Paris et en français,suite dun travail entamé a Berlin depuis 2010, principalement en anglais et en allemand.Sous-jacente était aussi évidemment la question du rapport pérformeur-spectateur ..... question plus ou moins bien soulevée/formulée dans larticle de Elle (L), à lire ici : http://quandlm.wordpress.com/2013/04/07/mto-le-m-u-r-oberkampf/Je considère en effet que ce nest pas au public de décider de ce qui doit lui être présenté, cest a lartiste de choisir dans queldirection il désire emmener son public, ceci à ses propres risques et périls. Jai choisit dapporter au M.U.R. une part moinsconnu et moins facilement accessible de mon travail, je nai pas pour autant le sentiment davoir fauter ou fait les choses pardessous la jambe. Mon action constitue certes une provocation, mais je considère malgré tout avoir joué le jeu du M.U.R. Je neme suis pas présenté physiquement à vous, et je nai pas fournit le type de travail auquel vous vous attendiez, pourtant je vous aibel et bien délivré un travail réalisé spécifiquement pour loccasion. Je conçoit que mon absence vous aie un temps soit peudéstabilisé car je nai effectivement pas joué selon VOS règles mais cest bien là la seule et unique provocation.Je fut donc assez surpris de constater la violence avec laquelle le projet fut reçu : déni de performance, arrachage daffiche,reprogrammation dans les 2 jours, mail menaçant .... Je trouve aussi dommage de ne pas avoir pu suivre pendant les deuxsemaines complètes lévolution du tableau noir. Les deux premiers jours commençaient plutôt bien ... :Le fait que le projet ne fasse pas lunanimité ne me dérange et ne me surprend pas plus que ça. Jai par exemple trouvé ceci trèsdrôle bien quun poil mesquin:mais cest larrêt abrupte du projet que je trouve le plus regrettable. Je trouve dommage que vous ayiez résumé et/ou comprisecette action simplement comme une attaque personnelle sans rien de plus. Je continue à penser que cette mise en scène faisaitsens dans son contexte. Si mon seul but était de vous "cracher à la gueule", je peu vous assurer que je naurais pas dépenséedénergie à la réalisation de ce projet et naurai pas envoyé de messager. Une simple absence aurai été assez claire je pense.Au passage, je fut dailleurs aussi surpris que vous ayiez refusez de payer le messager en lui remboursant ma facture comme jevous le demandais dans la lettre. 20 euro ne représente presque rien pour vous sur les 150 euros de factures que vousremboursez normalement à chaque artistes et ce monsieur nétait pas un complice sinon un "employé" de la performance. Cet
  5. 5. argent aurait par contre fait une énorme différence pour lui. Mais ne vous en faites pas, je suis passé le lendemain lui remettrela somme manquante par soucis déquité.Alors en conclusion je poserai honnêtement la question sans aucune ironie ou animosité : Pourquoi ce genre de travail naurai t-il pas sa place au M.U.R ? Pourquoi nest ce apparemment pas une part valable/validable de mon travail ? Il y a bien euréalisation dun projet, alors pourquoi ce travail na til pas été considèré comme un travail ? Je conçois très bien que vouspuissiez ne pas aimer, mais pourquoi ne pas le tolérer ? Il y a déjà eu bien pire sur le M.U.R me semble til ! Mais surtout,jaimerais savoir ceci :Lorsque lon dirige "The urban art outdoor spot in Paris" comment peu-t-on ne pas sattendre à ce que se pose un jour laquestion de laction minimaliste ou purement conceptuel ? ..... le noir, quoi !, le black out !surtout apres ça :La différence (justement) est elle si grande ici ?ETAPE 7 :Pas détape 8 à lheure daujourdhui ….

×