République Algérienne Démocratique
et Populaire
Université d'Alger- Faculté de
Médecine
Département de Chirurgie Dentaire
...
supervisé par : Pr Stambouli
année universitaire :2013/2014
Plan
I. Introduction.
II. Rappels sur l'embryogénèse dentaire
...
Bibliographie
● EM-p 22-57143Embryologie de la dent M. Goldberg
● Cours 2012/2013 Master .Pr rafeel
nefussi.université P7
...
caudale et en direction céphalique ou il présente
a partir du 24 eme jour des dilatations appelées
vésicules primaires: le...
...Vers le 36ème jour, sur la partie inférieure du bourgeon
nasal apparaissent 2 épithélia odontogènes.
Enfin, vers le 38è...
un embryon humain de 7 semaines où l'on peut voir les
procès maxillaire et mandibulaire ainsi que le procès
nasal que nous...
IV. Morphogenèse primaire des
lames dentaires
1 les épaississements épithéliaux :
Au 28ème
jour, des épaississements épith...
La forme générale de la lame primitive est celle d’un fer
à cheval, puisqu’elle suit le bord des futurs maxillaires
Le més...
mésenchymateuse ; de petits renflement épithéliaux : les
bourgeons ; futurs organes de l email des dents
temporaires.
Ains...
germe. Chaque stade est surtout caractérisé par la
morphologie particulière du constituant épithéliale :
bourgeon, cupule ...
mésenchymateuse.
Membrane basale et interactions
épithéliomésenchymateuses.
L’ectoderme oral et le mésenchyme sous-jacent ...
basale qui les sépare en formant un feuillet continu qui va
jouer un rôle déterminant dans leurs interactions. À
quelques ...
b)stade de Cupule
On peut subdiviser ce stade en deux stades : le stade de
cupule jeune . le stade de cupule âgée Ce stade...
tapisse toute la partie épithéliale de la cupule sur sa
surface interne regardant les cellules ecto-
mésenchymateuses. Ell...
dissocier et prendre une forme étoilée restant unies
simplement par des desmosomes. Ces cellules de
remplissage prennent a...
dentaire
A stade de la cloche :
partie épithéliale :
une 4e couche cellulaire appelée « stratum intermédium
» s'intercale ...
distinguer morphologiquement les différents germes
dentaires.
Partie périphérique:
La partie périphérique donne le sac fol...
pour la canine temporaire qui sera à l’origine de la canine
permanente (C) et une lame secondaire pour la 1ère
Molaire tem...
transforme en préaméloblastes, les cellules
fibroblastiques de la périphérie de la pulpe dentaire vont
commencer leur diff...
VII. Morphogenèse de la racine
(rhizagenèse) :
Lorsque s’achève la formation de la couronne, la zone de
réflexion de l’org...
Lorsque les premières couches de dentine ont été
élaborées dans la région radiculaire, la gaine épithéliale
de Hertwig se ...
VIII.Morphogenèse du
parodonte :
L’os alvéolaire :
Lorsque s’organise le complexe épithélio-conjonctif
qu’est le follicule...
anatomo-histologique n’est visible avec ce dernier.Sa
fonction est cependant totalement différente de l’os basal
car, enti...
L’autre partie péri-radiculaire va être le singe de
transformations importantes : c’est à son niveau que se
produisent les...
formation de précément.
• La différenciation de précurseurs en cémentoblastes :
les cellules de la gaine de Hertwig,l’osté...
éruption un système ligamentaire qui, en s’orientant
progressivement deviendra véritablement fonctionnel,
mais lorsque la ...
27
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

1 colloque embryologie de la dent.dr haroun

1 209 vues

Publié le

0 commentaire
5 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 209
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
89
Commentaires
0
J’aime
5
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

1 colloque embryologie de la dent.dr haroun

  1. 1. République Algérienne Démocratique et Populaire Université d'Alger- Faculté de Médecine Département de Chirurgie Dentaire CHU – Beni Messous Service d'Odontologie Conservatrice Professeur :Stambouli Embryologie de la dent realisé par : Dr Haroun.Zakaria 1
  2. 2. supervisé par : Pr Stambouli année universitaire :2013/2014 Plan I. Introduction. II. Rappels sur l'embryogénèse dentaire III. Embryogenèse bucco-faciale IV. Morphogenèse primaire des lames dentaires IV 1. Les épaississements épithéliaux IV 2. la lame primitive IV 3. la lame dentaire IV 4 les germes dentaires V. Morphogenèse primaire du germe dentaire V 1. Stade du bourgeon V 2. stade de la cupule VI. Morphogénèse coronaire définitive du germe dentaire VI 1. Stade de la cloche VI 2 . Différenciation cellulaire et élaboration des matrices minéralisés IV 2 .1.differnciation de l odontoblaste IV 2 . 2.differnciation de l ameloblaste VII.Morphogènse de la racine VIII.Morphogènse du parodonte (os alveolaire; cémentogenese;fibres de sharpey) CONCLUSION 2
  3. 3. Bibliographie ● EM-p 22-57143Embryologie de la dent M. Goldberg ● Cours 2012/2013 Master .Pr rafeel nefussi.université P7 ● La Dent normale et pathologique. De boeck university ● Embryologie Dentaire ; Introduction à la biologie du développement ; R.Benoit, M.Lemire et C.PELLERIN I. Introduction L'embryologie de l'organe dentaire se produit au niveau d'un seul des trois feuillets qui constitue l'embryon, le feuillet ectoblastique ; a ce stade deux groupes de cellule migrent au niveau de la face et s'associent pour créer chaque dent : -le groupe des cellules ectoblastiques. -le groupe des cellules de la crête neurale. Histologiquement, l'odontogenèse débute pendant les étapes initiale du développement cranio-facial II. Rappels sur l’embryogénèse dentaire : Chez l'embryon humain, dès le 22 eme jour , le tube nerveux se ferme lentement en direction 3
  4. 4. caudale et en direction céphalique ou il présente a partir du 24 eme jour des dilatations appelées vésicules primaires: le rhombencéphale , le mésencéphale t le prosencéphale; ce dernier communique jusqu' au 27 eme jour avec la cavité amniotique par le neuropore antérieur III. Embryogenèse bucco-faciale à la fin du stade de neurulation, on observe un mouvement antéro-postérieur qui ramène la partie antérieure (céphalique) de l’embryon sur la partie cardiaque. L’espace ainsi créé entre l’ébauche cardiaque et la partie céphalique est à l’origine de la future cavité buccale appelée encore à ce stade stomodéum. Pendant ce mouvement antéro-postérieur, on observe la formation de plicatures qui donneront les arcs pharyngés. C'est à partir du 1er arc pharyngé que se développent les procès maxillaire et mandibulaire ....Vers le 28ème jour, il y a prolifération des masses cellulaires latérales du 1er arc dans la zone distale (antérieure), puis dédoublement de ce premier arc menant à la formation dans sa partie supérieure du procès maxillaire et dans sa partie inférieure du procès mandibulaire. ...Vers le 30ème jour, on observe dans la partie supérieure du procès mandibulaire et sur la partie inférieure du procès maxillaire le développement d’un épithélium différent de l’épithélium oral : c'est l’épithélium odontogène . ...Vers le 35ème jour, la partie antérieure du bourgeon céphalique va proliférer pour donner le bourgeon nasal 4
  5. 5. ...Vers le 36ème jour, sur la partie inférieure du bourgeon nasal apparaissent 2 épithélia odontogènes. Enfin, vers le 38ème jour, on peut observer la formation d’un épithélium odontogène (EO) continu par la fusion des différents epithelia. En résumé, l'’EO maxillaire est formé par la fusion de : 4 épithélia : 2 venant du procès maxillaire 2 venant du bourgeon nasal. Au niveau mandibulaire, c’est la jonction des 2 épithélia odontogène émanant de la partie supérieure du procès mandibulaire qui donne l’épithélium odontogène mandibulaire. 5
  6. 6. un embryon humain de 7 semaines où l'on peut voir les procès maxillaire et mandibulaire ainsi que le procès nasal que nous venons de mettre en place. Il est à noter que certaines pathologies importantes telles les fentes palatines ainsi que les fentes labiales encore appelées bec de lièvre ont pour origine un problème de fusion entre le procès maxillaire et le procès nasal.- Des pathologies plus bénignes comme les agénésies dentaires proviennent également d’une défaillance dans les phénomènes de fusion des procès maxillaire et nasal. 6
  7. 7. IV. Morphogenèse primaire des lames dentaires 1 les épaississements épithéliaux : Au 28ème jour, des épaississements épithéliaux bilatéraux apparaissent sur la face inferieure des bourgeons maxillaires et sur les versants linguaux des bourgeons mandibulaires. Ensuite au 37ème jour, les épaississements de l’arc mandibulaire se rejoignent sur la ligne médiane. 2 la lame primitive : Accentuant sa prolifération, cet épaississement épithélial s’enfonce dans le mésenchyme sous-jacent pour former le mur plongeant ou lame primitive constituée de 4 à 6 couches cellulaires. La couche la plus profonde montre des cellules prismatiques à noyaux allongés, orientées perpendiculairement à la membrane basale et densément disposées. 7
  8. 8. La forme générale de la lame primitive est celle d’un fer à cheval, puisqu’elle suit le bord des futurs maxillaires Le mésenchyme sous-jacent présente une condensation cellulaire aux limites encore mal définies mais en rapport avec la lame primitive épithéliale. Des figures de mitoses s’observent dans les deux tissus, traduisant une intense prolifération cellulaire. Vers le 40ème jour de la vie intra-utérine, le volume de la langue s’accroit et la lèvre inférieure s’individualise. La lame épithéliale se creuse d’un sillon superficiel (futur sillon vestibulaire ou sillon labio-gingival) par la lyse rapide de ses cellules les plus superficielles donnant une lame dentaire et une lame vestibulaire ; ainsi se dessine la séparation des régions labiales ou jugales des territoires maxillaires. 3 la lame dentaire : C’est à ce stade et à partir de la lame primitive, se constitue une expansion linguale ou palatine : c’est la lame dentaire. En regard de cette lame épithéliale, la condensation des cellules mésenchymateuses se précise (alors qu’elle s’affaiblit au niveau de la lame vestibulaire). Entre la langue et l'arc mandibulaire ou s'est enfoncée la lame dentaire; un sillon profond s'installe: le sillon lingual 4 les germes dentaires : Dans chaque futur maxillaire ; peu de temps après la formation de la lame dentaire et a partir de celle-ci ; s individualisent ;de place en place , coiffés par des regroupements régionalisés de cellules 8
  9. 9. mésenchymateuse ; de petits renflement épithéliaux : les bourgeons ; futurs organes de l email des dents temporaires. Ainsi se constitueront les bourgeons : des deux incisives , de la canine , de la 1 ere molaire temporaire (hémi- arcade) ; puis le bourgeon de la 2 eme molaire temporaire apparaitra ( a la 10 eme semaine) a l'extrémité postérieure de la lame dentaire , suivi plus tard (16 eme semaine) par celui de la 1 ere molaire définitive V. Morphogenèse primaire du germe dentaire Le germe dentaire associe des formations d'origine différente, épithéliale et mésenchymateuse. Sa morphogenèse primaire regroupe des stades successifs depuis l'apparition du bourgeon jusqu' a la constitution du follicule dentaire, le terme 'stade' correspondant en quelques sorte a un 'instantané' du développement du 9
  10. 10. germe. Chaque stade est surtout caractérisé par la morphologie particulière du constituant épithéliale : bourgeon, cupule cloche dentaire a) stade de bourgeon: Partie épithéliale: elle se présente sous la forme d’un cylindre qui s'enfonce dans l’ectomésenchyme. En coupe, de l’extérieur vers l’intérieur, on peut reconnaître différentes structures histologiques : Membrane basale Cellules basales Cellules de remplissage A la fin du stade de bourgeon, il peut être distingué dans la partie apicale de ce cylindre épithélial (rond vert sur le schéma), une zone particulière constituant le Noeud de l'Email Primaire (NEP). Ce NEP joue un rôle analogue à la crête apicale ectodermique dans le développement du membre. Il est constitué d’un petit nombre de cellules ne présentant aucune différence morphologique mais on peut, grâce à des techniques d'hybridation in situ, mettre en évidence des molécules de signalisation et des facteurs de transcription qui ne sont pas exprimées par les autres cellules épithéliales. Partie ecto-mésenchymateuse : les cellules ecto- mésenchymateuses sont en périphérie des cellules épithéliales. A ce stade, elles ne présentent aucune caractéristique histologique si ce n’est la faible matrice extracellulaire se traduisant par une forte densité cellulaire ecto-mésenchymateuse. Partie périphérique: Au stade de bourgeon, elle ne se distingue pas vraiment de la partie ecto- 10
  11. 11. mésenchymateuse. Membrane basale et interactions épithéliomésenchymateuses. L’ectoderme oral et le mésenchyme sous-jacent vont interagir et contribuer à la formation d’une membrane 11
  12. 12. basale qui les sépare en formant un feuillet continu qui va jouer un rôle déterminant dans leurs interactions. À quelques variations tissulaires près, les composants majeurs des membranes basales (MB) sont le collagène de type IV, la laminine, le nidogène/entactine et des protéoglycanes du type héparane sulfate (HSPG), le perlecan en particulier . D’autres molécules matricielles sont associées, parmi lesquelles des chondroïtine sulfates protéoglycanes et des phospholipides .Tout épithélium est séparé du tissu conjonctif par une membrane basale, mais cette dernière présente des variations importantes, se traduisant par des différences de structure et en particulier d’épaisseur, de composition (isoformes) et des pro- priétés spécifiques liées aux fonctions jouées au sein de chaque tissu, lors des étapes du développement embryonnaire ou au stade adulte. Condensation mésenchymateuse. Face à l’intrusion de la lame dentaire, les cellules mésenchymateuses dérivées des crêtes neurales et du mésenchyme para-axial migrent au voisinage de l’épaississement épithélial initial qui prend rapidement la forme d’un bourgeon. La condensation ou l’agrégation de cellules mésenchymateuses peut résulter des changements d’adhérence des cellules . 12
  13. 13. b)stade de Cupule On peut subdiviser ce stade en deux stades : le stade de cupule jeune . le stade de cupule âgée Ce stade est caractérisé par un évasement de la partie épithéliale. En effet, la prolifération épithéliale progresse et rencontre cette densité cellulaire ecto-mésenchymateuse qu’elle va contourner en prenant la forme d’une cupule. Partie épithéliale: à partir de ce stade, la masse épithéliale prend le nom d'organe de l’émail. Elle est constituée de différentes strates cellulaires. De l’extérieur vers l’intérieur : La strate cellulaire Externe : Elle est constituée d’une seule couche cellulaire qui tapisse toute la partie épithéliale de la cupule et est appelée Epithélium Dentaire Externe (EDE) Ensuite, sous cet épithélium externe, des cellules constituant la masse épithéliale de la cupule et qui sont des cellules de remplissage sans dénomination particulière à ce stade. Enfin, la strate cellulaire Interne : Elle est constituée d’une seule couche cellulaire qui 13
  14. 14. tapisse toute la partie épithéliale de la cupule sur sa surface interne regardant les cellules ecto- mésenchymateuses. Elle est appelée Epithélium Dentaire Interne (EDI). EDE et EDI sont séparés des cellules ecto- mésenchymateuses par une membrane basale (MB) Le NEP est toujours présent. Partie ecto-mésenchymateuse: Au sein de la densité cellulaire regardant l'EDI, Il y a apparition d'une vascularisation sans organisation particulière Partie périphérique: Une organisation cellulaire périphérique se forme qui créé une nouvelle entité: le sac folliculaire (SF). Il commence à s'individualiser sous forme de strates cellulaires relativement inorganisées. Différences avec le stade de cupule jeune: Partie épithéliale: On note la disparition du NEP. On note également une modification morphologique des cellules de remplissage. Ces cellules expriment des glycoaminoglycans fortement hydrophiles. Ceci va provoquer une entrée hydrique et les cellules vont se 14
  15. 15. dissocier et prendre une forme étoilée restant unies simplement par des desmosomes. Ces cellules de remplissage prennent alors le nom de réticulum étoilé (RE). Les cellules de l’Epithélium Dentaire Interne faisant face à l’ectomésenchyme s’allongent et prennent une morphologie caractéristique Donc en coupe et de l'extérieur vers l'intérieur, l’organe de l’émail constituant la partie épithélial du futur germe dentaire sera formé de : Epithélium Dentaire Externe (EDE) Réticulum Etoilé (RE) Epithélium Dentaire Interne (EDI) Partie ecto-mésenchymateuse: elle prend le nom de papille ecto-mésenchymateuse. La vascularisation est beaucoup plus organisée et il y a un début d'innervation. Partie périphérique: le SF s'organise en strates cellulaires. VI. Morphogénèse coronaire définitive du germe 15
  16. 16. dentaire A stade de la cloche : partie épithéliale : une 4e couche cellulaire appelée « stratum intermédium » s'intercale entre le REet l'EDI. Des Noeuds d'Email Secondaires (NES) apparaissent. Ils sont localisés dans les zones des futures cuspides. (Ils sont mentionnés en bleu sur le schéma) Les cellules de l’EDI dans la zone centrale de la cloche se modifient morphologiquement en prenant une forme encore plus allongées en rapport avec un phénomène de différenciation cellulaire pour donner les futurs améloblastes à l'origine de l'émail. EDI et EDE en périphérie de la cloche se juxtaposent pour donner la gaine de Hertwig qui par prolifération cellulaire va s'enfoncer dans l'ecto-mésenchyme. Cette structure épithéliale sera à l'origine de la formation radiculaire. Partie ecto-mésenchymateuse: Une innervation se développe et un axe vasculaire se forme. A la périphérie, les cellules ecto-mésenchymateuses qui font face aux cellules de l'EDI séparées de ce dernier par une membrane basale se différencient en odontoblastes. Ces cellules seront à l’origine du tissu dentinaire coronaire. Les germes étaient avant ce stade dans une gouttière osseuse. Cette gouttière va se cloisonner pour se transformer en crypte osseuse. Désormais, chaque germe sera individualisé par rapport au germe adjacent. C'est donc à ce stade de cloche, grâce à ces phénomènes de différenciation cellulaire odontoblastique et améloblastique que la morphologie coronaire dentaireva s'établir. Dès qu'il y a différenciation cellulaire, une morphologie dentaire se met en place, ce qui permet de 16
  17. 17. distinguer morphologiquement les différents germes dentaires. Partie périphérique: La partie périphérique donne le sac folliculaire à l'origine du ligamentdento-alvéolaire appelé encore ligament parodontal ou « desmodonte » ou EPVD pour Espace Pluripotentiel Volumétrique Desmodontal Autres évènements histologiques : C’est au stade de cloche que se forme la lame dentaire secondaire responsable des germes des dents permanentes chez l’être humain. Il se forme une lame dentaire secondaire par lame dentaire primaire pour chacun des germes temporaires. Il y aura donc une lame secondaire pour l’incisive centrale temporaire qui sera à l’origine de l’incisive centrale permanente (I1) ; une lame secondaire pour l’incisive latérale temporaire qui sera à l’origine de l’incisive latérale permanente (I2), une lame secondaire 17
  18. 18. pour la canine temporaire qui sera à l’origine de la canine permanente (C) et une lame secondaire pour la 1ère Molaire temporaire qui sera à l’origine de la 1ère prémolaire permanente PM1)… Par contre, la lame dentaire primaire de la 2ème molaire temporaire sera à l’origine de 4 lames dentaires secondaires, chacune d’entre elles donnant un germe permanent qui seront en partant de la zone antérieure : le germe de la 2ème Prémolaire permanente (PM2), le germe de la 1ère molaire permanente (M1), le germe de la 2ème molaire permanente (M2)et enfin le germe de la 3èmemolaire permanente (M3). Il se forme donc 16 lames dentaires secondaires par arcade dentaire On note également l’apoptose de la lame dentaire primaire et donc il n’y aura plus de liaison entre la cavité orale et le germe dentaire temporaire en formation. B Différenciation cellulaire et élaboration des matrices minéralisés Différenciation des odontoblastes : Sous l’influence de l’épithélium adamantin interne, qui se 18
  19. 19. transforme en préaméloblastes, les cellules fibroblastiques de la périphérie de la pulpe dentaire vont commencer leur différenciation. Ces cellules se rangent en pseudo-palissade, perpendiculairement à la membrane basale. Elles prennent une forme polygonale puis ovale.Les organites cellulaires deviennent matures et commencent ainsi à l’élaboration de la prédentine. •Différenciation des améloblastes : L’histodifférenciation de l’organe de l’email (en 4couches cellulaires distinctes) est réalisée très tôt au cours de l’organogenèse dentaire, dès le stade de la cloche. Au moment où les odontoblastes se rangent en palissades à la surface de la pulpe, les cellules de l’épithélium adamantin internes atteignent leur taille définitive. Elles ont alors une forme prismatique et sont tassées en colonnes, perpendiculairement à la surface de la membrane basale, et leur noyau est allongé. Dès qu’une première couche de prédentine est déposée, les cellules de l’épithélium interne, ou préaméloblastes, alignées, se différencient rapidement en améloblastes.Ainsi sera déposée la matrice de l’email. Dans la région des futures cuspides, elle sera immédiatement minéralisée au contact de la jonction amélo-dentinaire. Tandis que se forment les couches successives d’email et de dentine, les odontoblastes et les améloblastes sont éloignés les uns aux autres. Les cellules de la réflexion de l’organe de l’email continuent à proliférer et permettent la différenciation de nouveaux améloblastes et par conséquent de nouveaux odontoblastes. Cette activité permet d’agrandir l’organe de l’email et la croissance de la couronne. Lorsque la forme générale de la couronne est acquise, et que le processus arrive à son terme, l’organe de l’email commence à régresser 19
  20. 20. VII. Morphogenèse de la racine (rhizagenèse) : Lorsque s’achève la formation de la couronne, la zone de réflexion de l’organe de l’email continue à se développer, ses deux feuillets restent solidaires et vont former une lame épithéliale appelée gaine de Hertwig qui va s’enfoncer dans le conjonctif sous jacent. Remarque:Dans les cellules des multiradiculées, la gaine de Hertwig se plisse et par fusion de replis, des racines s’individualisent. Les cellules du feuillet interne de la gaine de Hertwig, tournées vers la pulpe, bien que devenues incapables de se transformer en améloblastes, conservent leur capacité inductrice sur les cellules pulpaires, provoquant la transformation des cellules pulpaires périphériques en odontoblastes. Celles-ci se multiplient, se rangent en palissade et sécrètent la dentine radiculaire. Du coté externe, la gaine de Hertwig ne provoque aucune réaction du conjonctif voisin, lequel ne subit aucune transformation tant que persiste cette gaine épithéliale. 20
  21. 21. Lorsque les premières couches de dentine ont été élaborées dans la région radiculaire, la gaine épithéliale de Hertwig se désagrège progressivement et de proche en proche. Le contact direct de la dentine avec le conjonctif qui l’entoure, transforme celui-ci en cément. En périphérie du cément, les fibres conjonctives du sac dentaire, s’organisent en faisceaux fibreux qui se fixent d’une part à l’os alvéolaire et d’autre part au cément. Ainsi va s’édifier le ligament alvéolo-dentaire, principal constituant du parodonte. 21
  22. 22. VIII.Morphogenèse du parodonte : L’os alvéolaire : Lorsque s’organise le complexe épithélio-conjonctif qu’est le follicule dentaire, on observe dans le conjonctif périphérique qui l’entoure, des condensations « en coulées » qui, par minéralisation calcique, vont former les travées osseuses. Celles-ci se disposent en forme de coupe sous le follicule et au fur et à mesure de la minéralisation de ce follicule, les bords de la coupe s’allongent et arrivent à entourer presque totalement l’organe folliculaire lorsque la couronne d’email est formée. Seule persiste à la partie supérieure, un orifice en entonnoir qui se rétrécit vers le haut. L’os alvéolaire qui apparaît vers le 4ème mois de la vie intra-utérine, se forme par appositions periostiques, il prend naissance sur l’os basal, mais aucune limite 22
  23. 23. anatomo-histologique n’est visible avec ce dernier.Sa fonction est cependant totalement différente de l’os basal car, entièrement voué à la dent, il nait et disparaît avec elle. Ainsi se forme cet os qui enchâsse les racines dentaires et les sépare les unes des autres. Il présente une corticale externe vestibulaire, linguale ou palatine et une corticale interne radiculaire. C’est du coté de la corticale interne, que les remaniements osseux sont les plus fréquents par la suite. C’est d’ailleurs dans cette zone interne que pénètre le système ligamentaire ou desmodonte dans l’espace compris entre la corticale interne et la racine dentaire. C’est dans cet espace que s’organisent le cément et le desmodonte. Point important: Le germe dentaire est entouré du sac folliculaire. Plus à distance, des travées osseuses sont en formation. Il s’agit d’un os de membrane, donc d’un processus ne passant pas par la cascade chondrocyte-ostéoblaste, mais où les cellules progénitrices se différencient directement en ostéoblastes. Il faut cependant noter qu’en culture, les cellules du cartilage de Meckel se différencient en ostéoblastes. La notion de différence de mode d’ossification entre l’ossification de membrane et l’ossification endochondrale pourrait donc être battue en brèche. Remarque : au fur et à mesure que la racine a grandi, le sac conjonctif, qui n’était que folliculaire au début (avant la formation de la racine) s’allonge comme étiré par cette poussée radiculaire. Une partie du sac devient donc péri- coronaire et conserve son individualité jusqu’à l’éruption de la couronne. 23
  24. 24. L’autre partie péri-radiculaire va être le singe de transformations importantes : c’est à son niveau que se produisent les phénomènes de la cémentogenèse et que se constitue le système fibrillo-ligamentaire se Sharpey. Cémentogenèse : Ayant terminé son rôle, la gaine de Hertwig est progressivement dissociée, disloquée et a été remplacée par une substance a cellulaire apparue aux dépens de la zone interne du sac conjonctif péri radiculaire, dans cette substance, se différencient des éléments cellulaires : les cémentoblastes qui se déposent en une seule rangée au contact de la paroi dentaire, puis apparaît un réseau de fibrilles pré-collagènes (différent des fibres de Sharpey). Le cément (formé dans la zone la plus proche de la dentine) semble faire corps avec la racine. En fait il en reste séparé histologiquement par une membrane. De même que la dentine, le cément peut continuer de s’apposer même lorsque la dent a terminé sa croissance. Point important: Mécanismes moléculaires et cellulaires menant à la cémentogenèse • La prolifération cellulaire s’effectue sous l’influence de facteurs de croissance tels le TGF␤ ou l’EGF. • La migration est soumise à l’effet chémoattractif de molécules de la MEC. • L’adhésion de cellules indifférenciées (cellules souches ou progénitrices) se produit sur les surfaces dentinaires radiculaires. L’ostéopontine, la fibronectine, la ténascine, une protéine de 55 kDa, la BSP et des protéines d’adhésion jouent des rôles clés. La fibronectine est associée à l’adhésion cellulaire dans les aires de 24
  25. 25. formation de précément. • La différenciation de précurseurs en cémentoblastes : les cellules de la gaine de Hertwig,l’ostéonectine/SPARC, les Gla-protéines, la BSP, des protéoglycanes jouent un rôle clé dans ces processus. • La biosynthèse et la sécrétion de la matrice cémentaire sont sous le contrôle des cémentoblastes. Système fibrillaire de Sharpey : En même temps que les cémentoblastes apparaissent, le sac périradiculaire change de structure. Les fibres conjonctives qui le constituaient étaient disposées tangentiellement à l’axe de la racine, elles disparaissent et laissent place à des faisceaux fibreux qui, eux, sont orientés, en gros perpendiculairement au contour de la racine, l’extrémité interne de ces fibrilles fait partie du cément : c’est le cément fibrillaire. L’extrémité externe est englobée dans la corticale interne de l’os alvéolaire en plein développement. Ainsi se constituent progressivement les fibres de Sharpey qui vont constituer, lorsque la dent aura fait son 25
  26. 26. éruption un système ligamentaire qui, en s’orientant progressivement deviendra véritablement fonctionnel, mais lorsque la dent est encore incluse physiologiquement, ce système n’est qu’ébauché. Ainsi, l’ensemble cémonto-fibrillaire (appelé encore parfois périodont) est un ensemble capable d’assurer, selon les besoins, l’adaptation fonctionnelle des éléments de soutien de la dent aux efforts mécanique auxquels celle-ci est soumise. Conclusion L'organe dentaire au même titre que d’autres organes (cheveux, glandes etc..) est le résultat d’un dialogue moléculaire entre un épithélium et un mésenchyme. Chaque dent est l’expression d’une signalitique moléculaire site spécifique permettant l’expression d’une combinatoire d’homéogènes spécifiques à chacune des dents. 26
  27. 27. 27

×