DOSSIER DE PRESSE 2015
Seconde Edition
CONTACT PRESSE
Agence ELEKTRON | Lucie MISUT
01 45 26 05 03  lucie@elektron-presse...
Edito
«Pour cette deuxième session "Fukushima mon amour", plus de trois après le séisme qui ravagea le Japon nous
montrant...
SOMMAIRE
SECONDE EDITION DE FUKUSHIMA MON AMOUR .............................................................................
SECONDE EDITION DE FUKUSHIMA MON AMOUR
Fukushima une histoire inachevée :
Le 11 mars 2011, un très violent séisme se produ...
Un lieu dédié
Pendant plus de trois mois, les artivistes exposeront des œuvres uniques, toutes liées à la catastrophe
Japo...
UN COLLECTIF DE 50 ARTIVISTES
Des artistes de renom prennent la parole (par ordre alphabétique)
Cedric ATHIAS - Valeria AT...
Richard DI ROSA
Né le 18 mai 1956 à Paris. Richard Di Rosa, né en 1963 à Sète, est un
sculpteur français. Surnommé « Buddy...
« Fuckuchimio », toile acrylique, 80 x 80 cm
Lydie JEAN DIT PANNEL
Lydie Jean-Dit-Pannel, hantée par un séjour dans la
rég...
« Acid rain », Peinture sur toile, 200 x 150 cm
Dominique FURY
Elle a été pop dans les années 70, elle le reste aujourd’hu...
Philippe PERRIN
Philippe Perrin, dandy postmoderne à l'humour corrosif et au
lyrisme explicite, démiurge mystico-trash au ...
des quatre coins du Monde et de vêtements de grandes maisons.
« Cracheur de feu », sculpture évoquant la centrale nucléair...
Sébastien LAYRAL
Sébastien Layral vient du bois et de la terre, il porte la sérénité
altière du Causse sur l'épaule. Né à ...
L’EQUIPE
Pascal MAUGEIN Artiviste, il est aussi l'initiateur du collectif « Fukushima mon Amour » qu'il a
développé avec s...
REMERCIEMENTS AUX SPONSORS ET PARTENAIRES
1
er
sponsor officiel de l’ouverture de l’exposition FUKUSHIMA mon
amour datant ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dossier de presse - fukushima mon amour, Paris 2015 autum

600 vues

Publié le

Fukushima mon amour

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
600
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
18
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier de presse - fukushima mon amour, Paris 2015 autum

  1. 1. DOSSIER DE PRESSE 2015 Seconde Edition CONTACT PRESSE Agence ELEKTRON | Lucie MISUT 01 45 26 05 03  lucie@elektron-presse.co
  2. 2. Edito «Pour cette deuxième session "Fukushima mon amour", plus de trois après le séisme qui ravagea le Japon nous montrant une fois de trop que le risque zéro dans le nucléaire était un mensonge éhonté. Nous, artivistes de tout poil nous sommes levés en nombre pour dire et redire avec nos pinceaux, marteaux, couleurs, photo... notre vigilance et notre indignation. Tandis qu’à Paris s’ouvre La 21eme conférence sur le climat à Fukushima, Tepco déverse les eaux contaminées dans la mer et les rivières. À fukushima daiichi, les nettoyeurs se battent toujours contre l’ennemi que l'on ne voit pas. La technologie pour traiter le cœur des réacteurs n'existe pas. A grand coup de propagande mensongère on fait revenir les habitants dans des villes fantômes mal décontaminées. Les cancers se multiplient. Le constat est accablant. Les chemins de mémoire sont semés d'embûches par ceux qu'on nomme : la croissance, le pouvoir, les jeux olympiques. Aujourd’hui, on en vient aux mains aux parlements japonais, le gouvernent Shinzō Abe s'en va-t’en- en guerre, vote des budgets colossaux pour La Défense mais ferme des filières de sciences humaines dans 26 universités. Comme de coutume pour l'équinoxe le 21 septembre dernier la cloche japonaise de la paix a sonné aux Nations Unies, mais personne ne semble plus l'entendre. " Ça recommencera" écrivait Marguerite Duras... Amis partisarts ne lâchons rien, restons mobilisés ! La bête est là ! Changeons le système pas le climat! » Pascal Maugein Initiateur de Fukushima Mon amour
  3. 3. SOMMAIRE SECONDE EDITION DE FUKUSHIMA MON AMOUR ............................................................................ 5 Fukushima, une histoire inachevée ......................................................................................... Une exposition engagée .......................................................................................................... Un lieu dédié ............................................................................................................................ Horaires et Accès ..................................................................................................................... UN COLLECTIF DE 50 ARTIVISTES ................................................................................................ 7 Des artistes de renom prennent la parole (de A à Z) ............................................................... Un message pour un avenir meilleur ....................................................................................... L’ EQUIPE ............................................................................................................................ 9 LES PARTENAIRES ET SPONSORS ............................................................................................... 10
  4. 4. SECONDE EDITION DE FUKUSHIMA MON AMOUR Fukushima une histoire inachevée : Le 11 mars 2011, un très violent séisme se produit à 6h46 du matin, heure française, au large des côtes nord- est du Japon. À la suite du séisme, l'île principale du Japon, Honshu, se déplace de 2,4 m vers l'est. Le séisme entraîne l'arrêt automatique des réacteurs des centrales nucléaires dans les provinces et les transports sont interrompus dans toutes les provinces de l'est, en particulier à Tokyo. Le bilan provisoire, le 25 mars, dépasse les 27.000 morts et disparus dont 10.066 morts confirmés et 17.443 disparus. Le samedi 12, une explosion se produit dans la centrale de Fukushima Daiichi, le toit du bâtiment qui abrite le réacteur 1 s'effondre. Des rejets radioactifs très importants se produisent au même moment que l'explosion. A partir du 17, des tonnes d'eau de mer sont déversées par hélicoptère pour refroidir les réacteurs. Le jour suivant, l'Agence de sûreté nucléaire japonaise relève de 4 à 5 (sur 7) le niveau de l'accident sur l'échelle internationale INES. Le 19, les toits des bâtiments des réacteurs 5 et 6 sont percés pour éviter des explosions d'hydrogène. Le 21, le lait et plusieurs légumes verts de la région interdits à la vente tandis qu'un niveau d'iode radioactif plus de trois fois supérieur à la norme est relevé dans l'eau de mer non loin de Fukushima. Quatre ans plus tard, l'impact économique de l'accident de Fukushima-Daiichi sur le nucléaire planétaire apparaît toujours contrasté. Il est majeur ou insignifiant, selon la région du monde observée. Aujourd’hui, 80.000 habitants de la région de Fukushima sont toujours des réfugiés. Il reste 245.000 personnes vivant dans des préfabriqués à la suite du tsunami. Les victimes de la centrale sont réfugiées dans tout l’archipel, dont la grande majorité qui vit dans la capitale Japonaise. Une exposition engagée Le collectif Fukushima mon amour a vu le jour en décembre 2013, pour dénoncer le silence des médias sur un sujet aux conséquences dramatiques pour l’humanité. Ce collectif Fukushima mon amour, allusion évidente au film d’Alain Resnais, refuse de céder à la désespérance et à l’inanité de l’entreprise mémorielle. Ces 50 artistes de renommée internationale amènent une vision artivisite et citoyenne, plus forte que le silence. C’est une vraie tribune d’expression aux solutions humanistes de gouvernance mondiale. Aujourd’hui pour cette seconde édition placée sous le climat de la COP 21, ce sont 50 artistes qui ont répondu présents pour se mobiliser et lancer un cri d’appel humaniste pour les prochaines générations.
  5. 5. Un lieu dédié Pendant plus de trois mois, les artivistes exposeront des œuvres uniques, toutes liées à la catastrophe Japonaise de 2011, qui a engendré des semaines d’angoisse à chaque frontière. C’est donc là la vision d’un monde entrelacé entre catastrophes et nucléaires, tirant peu d’enseignements de ces grands désastres humains et technologiques. L’exposition « Fukushima Mon amour » a choisi d’investir un lieu à sa mesure dans le nouvel espace du 18bis Boulevard Voltaire à Paris. Une salle dédiée aux disciplines du corps et sur l’ouverture d’une humanité consciente. Ces 50 artistes de renommée internationale amènent une vision artiviste et citoyenne, plus forte que le silence. C’est une vraie tribune d’expression aux solutions humanistes de gouvernance mondiale. Horaires et accès La galerie 18bis est située au 18bis Boulevard Voltaire, 75011 Paris. Ouverture de 11 heures à 19 heures du lundi au samedi du 17 septembre au 24 décembre 2015. L’accès est gratuit. Possibilité de visite privée, pour cela merci de contacter l’agence de relations presse.
  6. 6. UN COLLECTIF DE 50 ARTIVISTES Des artistes de renom prennent la parole (par ordre alphabétique) Cedric ATHIAS - Valeria ATTINELLI - AURELE - Philippe BERRY - Philippe CALANDRE Fred CALMETS - Arno CLEMENTE JACQUES - Valerie CICCARELLI - Arnaud COHEN Céline CROZE - Maxence DE BAGNEUX - Jean Charles DE CASTELBAJAC - Richard DI ROSA Jacques FIVEL - FRANKYART - Dominique FURY - Valèry GRANCHER Marine HARDEMAN - Joël HUBAUT - Louis JAMMES - Lydie JEAN-DIT-PANNEL - JENCRI Pierre JOSEPH - Vanessa KIMA Philippe LA GAUTRIERE - Valentina LACMANOVIC Sébastien LAYRAL - Léa LE BRICONTE - Estelle MARIA REY- Roberto MARTINEZ Pascal MAUGEIN - MISSASAMI - Camille MORAVIA - Jiro NAKAYAMA - Valèrie NEWLAND Benjamin NITOT – ARTISTE OUVRIER - Philippe PERRIN - Bernard PRAS - RENK - Vicent SCALI Philippine SCHAEFER - Jonas SUNSET - Tsuneko TANIUCHI - Jimmy TOMEN - TRISTAM Dune VARELA - Vuk VIDOR -Yolande ZAUBERMAN - Pierre ZIEGLER … Quelques-unes des œuvres exposées : AURELE Né à Paris en 1963, Aurèle est un artiste globe-trotteur qui habite le monde.Il commence son travail sur le chien Bob dès 1986 à partir d’une affichette trouvée dans les rues de New-York « Reward 100$ Bob the bullTerrier ». Il expose sa première œuvre d’art en 1987, dépose la formule du jaune soleil à l’INPI en 1989 et en habille l’obélisque de la place de la Concorde à Paris. Il expose à la Galerie Lara-Vinci à Paris, à la galerie du Jour en 1995 « Think or Thanks a Lot » et « Lost Dog in Translation » en 2004 chez agnès b. Tokyo entre autre, et participe à de nombreuses expositions collectives dans le monde. Depuis 30 ans, Aurèle veut faire prendre conscience de l’état du monde et de la nécessité de réagir. Son LostDogCo2, chien géant composé de plantes dépolluantes transformant les produits contaminant dans l’air en eau et en Co2, a fait partie de l’exposition universelle de Shanghai 2010 qui a eu pour thème le développement durable en milieu urbain. « LostDogFukushima (I will not be irradiated)», résine, 50 x 60 x32 cm
  7. 7. Richard DI ROSA Né le 18 mai 1956 à Paris. Richard Di Rosa, né en 1963 à Sète, est un sculpteur français. Surnommé « Buddy » en référence à Buddy Holly, il est rattaché au mouvement français de la figuration libre avec son frère Hervé Di Rosa, Rémi Blanchard, François Boisrond et Robert. Entre en 1974 à l’ESAG, école de dessin Met de Penninghen. Travaille d’abord comme graphiste illustrateur pour différentes maisons de textile et ensuite comme maquettiste, puis comme directeur artistique dans différentes agences de publicité. De 1980 à 1984, il crée des affiches pour le cinéma ; crée régulièrement des décors de théâtre À partir de 1984, il se consacre totalement à la sculpture. Vit et travaille à Paris. « Petit nuage de Fukushima », sculpture, 20 x 7 x 7 cm Jean Charles DE CASTELBAJAC Jean-Charles de Castelbajac, né le 28 novembre 1949 à Casablanca, est un créateur de mode français descendant d'une ancienne famille noble de Bigorre, mais également un costumier, un designer, auteur et collectionneur. Tout au long de sa carrière, ayant le goût des rencontres, il sait s'entourer d'artistes contemporains qui participent à ses créations, et collabore depuis des décennies avec de nombreuses marques variées du domaine de l'habillement, de la consommation, ou du mobilier. « Ophèlia Blue Bird », peinture sur toile 60 x 60 cm Joël HUBAUT Né en 1947 à Amiens, vit et travaille entre Paris et la Normandie Joël Hubaut est un précurseur du mixage, il développe une œuvre hybride, fictionnelle et transversale par la multiplicité des supports et la variété des actions. Depuis 1970, son travail est placé sous le signe de la « dérive épidémik» et du « mix ».
  8. 8. « Fuckuchimio », toile acrylique, 80 x 80 cm Lydie JEAN DIT PANNEL Lydie Jean-Dit-Pannel, hantée par un séjour dans la région de Fukushima, réalise une poésie engagée faisant face aux risques et aux désastres du nucléaire civil et militaire. Elle utilise comme vecteur le personnage qu’elle s’est fabriqué pendant 10 ans, la « dame papillon », qu’elle fait coïncider avec un personnage iconique, Psyshé, qui lui sert de guide, de façon poétique et ironique. « psyché per Amour » , photographie couleur, 80 x 45 cm Pascal MAUGEIN Pascal Maugein né en 1961, vit et travaille entre Paris et le Maroc. Son parcours artistique l'a amené à devenir un touche-à-tout créatif avec ses incursions réussies dans le monde de l'art contemporain, de la photographie et du design. Il est le créateur du monumental Vaisseau II Mille pour les célébrations de l'an 2000 à Paris. Artiviste, il est aussi l'initiateur du collectif « Fukushima mon Amour » qu'il a développé avec son ami partisart Aurèle LostDog et avec qui, il partage le commissariat des expositions. « Nuke Diktat Les Fleurs du mal », drapeau japonais-Mutant Post- Fukushima, tissus cousus et cire, 139 x 98 cm RENK Renk est né en 1987, il a grandi comme un enfant unique: son frère et sa sœur sont beaucoup plus âgés que lui. A Rennes, sa ville d’origine, il fréquente le milieu artistique par tradition familiale mais il doit prendre le chemin de l’école et se plier aux méthodes de l’éducation nationale. Ça ne passe pas : ses années de primaire et secondaire sont rythmées par les conseils de discipline en tous genres, d’un établissement, d’un internat à l’autre, jusqu’à se trouver viré de l’académie entière. La peinture est devenue sa seule activité depuis 2010.
  9. 9. « Acid rain », Peinture sur toile, 200 x 150 cm Dominique FURY Elle a été pop dans les années 70, elle le reste aujourd’hui en précisant qu’elle fut et demeure « cyber punk Aujourd’hui, de simples emballages plastiques, ceux-là mêmes qui par millions polluent les océans, les plages et les campagnes, deviennent sous les doigts de Dominique Fury des créatures hybrides et gracieuses, sortes de jolies méduses qui ondulent dans un aquarium. Il y a sans cesse des trouvailles de ce genre dans l’œuvre en constante évolution de cette artiste hors normes Fury nous offre le monde tel qu’elle le capte « The day after », sérigraphie aérosols sur toile or, 100 x 100 cm. Louis JAMMES Louis Jammes est né en 1958 à Carcassonne, France. Il vit et travaille entre Perpignan et Paris. D’abord tenté par le cinéma, Louis Jammes choisit finalement de s’exprimer par la photographie. Comme reporter, dans des villes et des pays qui souffrent ou sont en guerre. Son regard n’est pas celui du correspondant de guerre : il ne souhaite pas « informer », ni rendre compte d’une réalité brute – il s’intéresse aux hommes, aux enfants, aux victimes… « Principe de réalité N° 27 : La Lampe Rouge », Triptyque de 3 tirages Lambda, 100 x 80 cm
  10. 10. Philippe PERRIN Philippe Perrin, dandy postmoderne à l'humour corrosif et au lyrisme explicite, démiurge mystico-trash au sourire de faussaire façonnant un univers pétri à la sueur du ring, au sang des idoles du grand banditisme, à la légende noire et dorée du Rock'n’roll, aux relents nauséabonds d'un monde qui n'en finit plus de se saccager lui-même. Ses flingues, lames de rasoirs, menottes et couteaux géants, ses mises en scènes, ses photographies, ses autoportraits, corroborent en toute désinvolture les hypothèses chères à Baudrillard sur la perte du signe dans un monde qui n'est même plus en crise mais juste en proie à un irréversible processus catastrophique et à un gigantesque dérèglement de toutes les valeurs. « Heaven », Lithographie digitale, 200 x 160 cm Léa LE BRICOMTE Entre douceur et violence, Léa Le Bricomte manie sans cesse des objets dont la charge semble aussi érotique que la réputation explosive. Ses obus par exemple, sont remplis de miel : est-ce une allusion aux fluides sexuels ou au fait que les abeilles sont de bons soldats ? Une spirale de menottes en latex, des préservatifs usagés moulés dans du plomb ou des « Balles glissantes » faites à base de vaseline… chaque fois, le désir est le détonateur de cette œuvre fougueuse. « Free Rider », Obus 18 pounders augmenté, roues de skateboard (Noires/rouges), courtesy Galerie Lara Vincy, Paris. Jacques FIVEL Jacques Fivel est un artiste aux mille et une vies. De celles-ci, il garde un tas de souvenirs qui s'amoncellent dans son loft industriel du 20ème arrondissement de Paris. Un lieu fascinant, truffé d'objets de récupération, d'œuvres d'art
  11. 11. des quatre coins du Monde et de vêtements de grandes maisons. « Cracheur de feu », sculpture évoquant la centrale nucléaire violement attaquée par une scie à glace japonaise. Bernard PRAS Bernard Pras est né en 1962 à Roumazières-Loubert (France). À la fin des années 1980, après plusieurs années de doute et de recherches sur la forme, il commence à trouver sa propre voie artistique en mettant au point le principe de l'aqua gravure, puis en 1994, en réalisant des installations et assemblages d'objets hétéroclites à la manière d'Arcimboldo dont la composition globale ne prend réellement forme pour le spectateur que par le truchement de la photographie qui recrée l'image plane voulue par l'artiste. « La vague », Photographie Cibachrome sous Diassec, 120 x 160 cm Roberto MARTINEZ Roberto Martinez, vit et travaille à Paris, artiste et éditeur. Enseigne l’image dans l’art contemporain à l’Université de Paris 8 St-Denis, ainsi qu’à l’école des Beaux-Arts de Rueil-Malmaison et Ensa Bourges. « Principe de réalité N° 27 : La Lampe Rouge », Triptyque de 3 tirages Lambda, 100 x 80 cm
  12. 12. Sébastien LAYRAL Sébastien Layral vient du bois et de la terre, il porte la sérénité altière du Causse sur l'épaule. Né à Rodez, la colline forte, il fait corps d'emblée avec l'élémentaire. Pour noter son appartenance à une lignée, il évoque volontiers des hommes durs au mal, un rapport direct aux choses et aux êtres, un art de se tenir campé. Rugosité primitive... aujourd'hui toile brute des tableaux qu'il tend et empèse lui-même, laboureur de la terre initiale. De l'enfance, dont il livre peu, émerge le désir vif, dès l'âge de huit ans, de prendre une voie différente. Pas celle du père ou du clan, pas celle assignée par le jugement d'autrui, les convenances ou les normes. Loin des sirènes de la possession, il s'agit de créer, d'imaginer... Après avoir rêvé d'être chirurgien puis curé, le voici pris dans les vagues d'une envie constante de dessin. Une certaine continuité, si on y réfléchit bien. Le désir, dont il sera tellement question plus tard, peut sans doute se formuler ainsi : circuler entre les lignes, prendre place là où l'on n'est pas attendu, devenir autre. « 760 I love never LOST the way to Paris”, canevas sur toile, 260 x 160 cm
  13. 13. L’EQUIPE Pascal MAUGEIN Artiviste, il est aussi l'initiateur du collectif « Fukushima mon Amour » qu'il a développé avec son ami partisart Aurèle LostDog et avec qui, il partage le commissariat des expositions. Aurèle LostDog Depuis 30 ans, Aurèle veut faire prendre conscience de l’état du monde et de la nécessité de réagir. C’est dans cette optique qu’il a fait appel à ses amis artivistes pour ce beau projet et cette deuxième édition ; 50 artistes ayant répondu à l’appel. Aurèle programme, avec l’équipe du 18Bis Galerie, une série d’événements consacrée aux solutions que l’on peut apporter aux citoyens qui se sentent perdus, comme lui, dans cette crise que traverse l’Humanité. Gildas GENTIL est un homme de défi contre l’ordre établit qui s’engage dans l’aventure « Fukushima mon amour » pour tenter de transmettre et livrer une exposition d’art contemporain, afin de rendre à la création artistique son principe de nécessité intérieure. Ancien trader et chef d’entreprise dans la finance, ainsi que l’évènementiel, Gildas a changé de voie en se consacrant au Yoga depuis plus de 4 ans, co-fondateur de Yoga4life. Pour lui, l’esprit préside à la connaissance. De sensibilité Yogique et Artiviste, il nous invite à nous ouvrir au pouvoir et message de l’art comme champ d’investigation de l’âme humaine en vibration. Eva PONTY s’intéresse aux ‘’solutions que l’on peut apporter via l’art, la science et les démarches citoyennes, voire spirituelles, pour remettre l’être humain au centre de nos préoccupations’’. Fille du violoniste de jazz Jean-Luc Ponty, Eva a grandi en Californie et pratique depuis plus de 30 ans le Hatha Yoga, trouvant dans cette discipline une voie vers l’Union, sens étymologique en Sanskrit. Avec son partenaire Gildas, elle a fondé Yoga4life en 2014, et donne régulièrement des cours à Paris dans le 3ème arrondissement et aussi dans la salle de yoga de la galerie du ’18Bis’’. Elle est auteure de la méthode ANGLAIS ORAL ACCELERE© et co-fondatrice de centres de formation d’anglais depuis 2001.
  14. 14. REMERCIEMENTS AUX SPONSORS ET PARTENAIRES 1 er sponsor officiel de l’ouverture de l’exposition FUKUSHIMA mon amour datant du 17 septembre 2015. Yohanna EDGE, partenaire de l’exposition FUKUSHIMA mon amour, soutient cette deuxième édition avec une équipe de professionnels qui sont des experts dans l’événementiel, la mode et le stylisme. Partenaire du ’18 Bis’ galerie, la marque Anglais Oral Accéléré© a permis à celle-ci d’occuper ce bel espace de 160 M², situé tout près de la Place de la République. Partenaire des programmes de cours de yoga et méditations qui se tiennent régulièrement au 18Bis Galerie avec la participation d’artistes du collectif de FUKUSHIMA mon amour et d’animateurs de différentes associations.

×