L'entrepreneur profil

337 vues

Publié le

profil entrepreneuriale

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
337
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'entrepreneur profil

  1. 1. Naïssan LEMJID 2e LAC Culture Entrepreneuriale 1 L’entrepreneur : L’entrepreneur est un individu qui organise, agit et assume le risque pour une création ou la reprise d’une entreprise. Il dispose de la capacité de transformer une volonté, un besoin, un talent, un désir, une vision… en quelque chose de concret. A. Motivations et handicaps à la décision d’entreprendre Certains facteurs peuvent attirer une personne vers la création d’entreprise. D’autres facteurs peuvent, par contre, la contrarier à faire ce choix. Il s’agit respectivement des motivations positives et négatives. 1. Les motivations positives : Les entrepreneurs créent des entreprises pour des raisons diverses. Cela leurs permet de gagner plus d’argent que ce qu’ils auraient obtenu entant que salariés ; cela leur confère également un certain prestige et une satisfaction personnelle qui se base sur le sentiment d’indépendance et la sensation d’avoir la liberté et le pouvoir de prendre des décisions. La création d’entreprise leur permet également d’avoir le sentiment d’avoir réalisé quelque chose de différent et d’utile. 2. Les motivations négatives : Plusieurs facteurs qui se traduisent, généralement, par une situation de rupture ou de transition dans la vie personnelle ou dans la carrière, peuvent contraindre un individu à entreprendre. Autrement dit, ces facteurs font que la personne ne choisit pas de crée son entreprise mais s’y trouve obligée. Il s’agit, par exemple, de la difficulté d’intégrer le marché de travail (le chômage), d’une déception dans la carrière professionnelle, de l’existence de mauvaises conditions de travail (salaire faible, travail ennuyeux…) ou encore suite à un désaccord avec un employeur. Malgré ces motivations positives et négatives, il existe des facteurs qui peuvent bloquer chez une personne la décision de créer une entreprise. 3. Les facteurs bloquant l’entrepreneuriat : Il existe des facteurs qui bloquent chez un individu sa volonté de créer une entreprise. Parmi les facteurs qui éloignent l’individu devant le risque inhérent à l’entrepreneuriat, nous pouvons citer : - Une carrière professionnelle attrayante - La perception d’une insuffisance des ressources nécessaires à la réalisation du projet - Le manque d’expérience et le manque de préparation du projet - Le manque d’engagement de l’entourage familial - La responsabilité et les obligations familiales
  2. 2. Naïssan LEMJID 2e LAC Culture Entrepreneuriale 2 Remarque : Notons qu’il est préférable, sans être indispensable, d’avoir de l’expérience avant d’entamer la démarche de création d’entreprise. En effet, l’expérience permet d’acquérir un capital technique (savoir faire professionnel, astuces du métier), un capital financier (on accumule de l’argent gagné pendant les premières expériences de travail) et un capital social (les relations avec les futurs partenaires). B. Profil de l’entrepreneur Les entrepreneurs se distinguent du reste de la population par diverses qualités. Notons toutefois que ces qualités ou caractéristiques ne sont pas innées mais s’acquièrent au cours de la vie. 1. La confiance en soi : - Se sentir capable de faire quelque chose - Se percevoir positivement et être fier de ses réussites. - Exprimer son point de vue, même s’il diverge de l’opinion généralement véhiculée. - Accepter à nouveau une chose que l’on n’a pas réussi la première fois. Pour son renforcement : - Estimer qu’on peut atteindre ses buts grâce à sa compétence et à son habileté. - Constater son efficacité personnelle suite à ses expériences de réussite. 2. La motivation : vouloir faire quelque chose - Avoir beaucoup d’initiative, apporter de nouvelles idées. - Rester enthousiaste dans la réalisation d’un projet - Continuer malgré les embûches. Pour son renforcement : - Se donner des buts présentant des difficultés croissantes. - Prendre le goût du défi et anticiper le plaisir de la réussite. 3. L’effort : être disposer à « travailler double » - Accomplir des tâches déplaisantes avec une attitude positive. - Accepter de différer la satisfaction immédiate au profit de la récompense à venir. - Se donner une méthode de travail pour faciliter la réalisation du projet. Pour son renforcement : - Estimer que les chances de réussir dépendent des efforts fournis. - Tenir compte du futur dans les choses à faire dans le présent.
  3. 3. Naïssan LEMJID 2e LAC Culture Entrepreneuriale 3 4. Le sens de responsabilités : faire ce qui doit être fait. - Assumer et réaliser ce qui a été convenu par l’équipe, le groupe, l’organisation ou soi-même. - Accomplir les tâches assignées en sachant que, si on ne les fait pas, cela peut avoir des répercussions négatives. - Etre reconnu pour sa capacité à mener à terme les tâches dont on est responsables. Pour son renforcement : - Faire quelque chose par devoir après l’avoir choisi. - Maîtriser une situation à laquelle on s’est soumis par volonté personnelle. 5. L’initiative : passer à l’action : - Transformer un problème en action à entreprendre. - Ne pas ce laisser figer par une situation. - Poser des questions, chercher des manières de mieux faire les choses. Pour son renforcement : - Penser qu’agir augmente ses chances de réussite. - Penser à l’apprentissage qu’on peut tirer de l’action. 6. La persévérance : terminer ce qui a été commencé : - Démontrer sa capacité à poursuivre un projet jusqu’à ce qu’il soit réalisé. - Faire encore et encore la même chose jusqu’à l’obtention d’un résultat satisfaisant. - Passer par-dessus les frustrations et les problèmes rencontrés et poursuivre l’objectif initial malgré les embûches. Pour son renforcement : - Donner relativement plus d’importance à l’avenir qu’au présent. - Croire que les événements de la vie sont souvent prévisibles (locus de contrôle). 7. La solidarité : collaborer en vue d’un but commun : - Se sentir responsable des choix et décisions du groupe ou de l’organisation. - Etre compréhensif envers les collègues de travail. - Porter attention aux sentiments des autres et les soutenir quand ils rencontrent des difficultés.
  4. 4. Naïssan LEMJID 2e LAC Culture Entrepreneuriale 4 Pour son renforcement : - Croire que l’on peut être utile pour les autres et que les autres peuvent apporter quelque chose. - Estimer qu’on peut atteindre ses buts en ayant des relations respectueuses et cordiales avec les autres. 8. L’esprit d’équipe : agir en synergie avec les autres : - Travailler avec d’autres en tenant compte des respensabilités de chacun. - Apporter ses idées et multiplier les efforts pour la réalisation du projet de groupe. - Travailler pour atteindre l’objectif visé, tout en considérant l’opinion des différents membres du groupe. Pour son renforcement : - Organiser les activités nécessaires pour atteindre les buts fixés. - Dans ses propres activités, faire preuve de méthode et d’organisation. 9. La débrouillardise : faire face à l’imprévu : - Démontrer de la flexibilité et de la souplesse face aux changements. - Reconnaître que les embûches font partie di quotidien. - Etre capable de réagir en cas d’accident, d’imprévu, de refus, de défection. - Etre un adepte du « système D 1 » Pour son renforcement : - Envisager les difficultés qui peuvent se présenter dans la réalisation d’un projet et prévoir différentes solutions. - Considérer qu’on peut toujours voir autrement, agir autrement. 10. La détermination : se concentrer sur ce qu’on a à faire. - Etre capable de surmonter l’épuisement. - S’engager à atteindre des buts tout en contrôlant les irritants (stress et émotions). Pour son renforcement : - Elaborer un échéancier réaliste et stimulant. - Bien organiser son temps chaque jour, afin de pouvoir s’occuper au maximum du but à atteindre. 1 L’une des plus belles inventions françaises, c’est "le système D". N’importe quel Français peut expliquer - avec une certaine fierté - que "D", ça veut dire : "débrouiller, se débrouiller", ou dans une version plus populaire "se démerder". Le système D, c’est le moyen qu’on utilise pour se tirer d’une situation passablement embrouillée ou apparemment sans issue. C’est l’art de se débrouiller.
  5. 5. Naïssan LEMJID 2e LAC Culture Entrepreneuriale 5 Caractéristiques le plus souvent trouvées chez les entrepreneurs par les spécialistes du comportement - Novateurs - Leaders - Capables de prendre des risques modérés - Indépendants - Créateurs - Énergiques - Originaux - Optimistes - Orientés vers les résultats - Flexibles - Besoin de réalisation - Internalité - Implication à long terme - Apprentissage - Utilisation des ressources - Agressivité - Sensibilité envers les autres - Tendance à faire confiance - Argent comme mesure de performance - Tolérance à l’ambiguïté et à l’incertitude Plus on tentera d’établir avec précision le profil entrepreneurial, plus grand sera le nombre de caractéristiques identifiées.

×