Rapport comment lancer une entreprise

997 vues

Publié le

Rapport comment lancer une entreprise

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
997
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
28
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport comment lancer une entreprise

  1. 1. Comment lancer une entreprise ? Présenté par : - Soukaina NAJIHI - Meryem ABOUNASR - Soukaina BOUJADI - Soukaina AJANKAR
  2. 2. Nous souhaitons adresser nos remerciements les plus sincères à notre professeur M NACEUR ACHTAICH qui nous a toujours aidé et apporté ses directives et remarques pertinentes .Nous le remercions encore pour l’occasion qu’il nous a donné pour affronter ce monde merveille d’entreprenariat
  3. 3. INTRODUCTION Tout projet de création d'entreprise commence par une idée , qu'elle naisse de l'expérience, du savoir-faire, de la créativité ou d'un simple concours de circonstance, l'idée prend souvent la forme d'une intuition ou d'un désir qui s'approfondit et mature avec le temps. Il n'y a pas de bonnes idées en soi, mais seulement des idées qui peuvent être opportunément développées par les personnes qui les ont conçues et d'autres qui resteront de simples velléités. L’idée doit donc être protégée contre la concurrence pour cela la meilleur solution est de la mettre dans une structure économique et juridique comme une entreprise. C’est la raison pour laquelle on a opté à réaliser cet exposé. Pour vous Permettre de connaître les diverses tâches à accomplir pour lancer une entreprise. Et vous aider concrètement à franchir toutes les étapes qui mènent de l’idée à la création. La procédure qu’on a suit se structure de la façon suivante : 1. Trouver l’idée 2. Choisir un marché approprié 3. Les formes juridiques de l’entreprise 4. Capital nécessaire pour démarrer une entreprise 5. Recherche de financements pour démarrer une entreprise 6. Acheter ou créer une entreprise
  4. 4. 1. Trouver l’idée Souvent lorsqu’un débutant en entreprenariat a décidé de créer sa première entreprise, il sait qu’il a un désir brûlant de le faire mais n’a pas forcément d’idée précise, ni sources d’inspiration pour la trouver. Il y a grosso modo deux voies différentes que vous pouvez suivre : soit trouver une idée d’entreprise “classique”, soit trouvé une idée innovante. - Plus votre idée n’est nouvelle, plus vous devez vous interroger sur la capacité de vos futurs clients à l'accepter ! - Plus votre idée est classique, éprouvée, qui existe déjà – depuis parfois longtemps –, plus vous devez réfléchir à sa réelle utilité par rapport à l'offre déjà existante sur le marché. Mais quelle que soit l’idée, elle est besoin d’une source d’inspiration pour qu’elle naisse En voici quelques-unes :  Trouver une idée à partir de vos passions  Trouver une idée à partir de vos compétences  Trouver une idée à partir d’une compétence qui est aussi une passion (ou l’inverse)
  5. 5. Trouver une idée à partir de vos passions Alors si vous décidez de fouiller vos listes de passion en cherchant une idée vous devrez être conscient de ses avantages et inconvénients :  Avantages  Vous serez motivé, voire très motivé essentiellement par le domaine dans lequel vous vous lancez (en plus de la motivation que vous aurez à créer votre entreprise !).  Vous avez beaucoup plus de chances de développer des compétences, parfois hors du commun, dans un domaine que vous aimez .  Vous avez le potentiel de réaliser un de vos rêves en devenant bon dans un domaine que vous adorez tout en gagnant de l’argent grâce à lui.  Inconvénients  Vous devrez malgré tout développer des compétences de zéro ou presque, ce qui peut être difficile à faire rapidement, ou vous devrez vous associer avec quelqu’un qui possède cette compétence technique, ou encore en embaucher un (ce qui augmente les risques puisque vous aurez une charge supplémentaire à payer tous les mois).  Parfois le fait de travailler dans une passion associe sur le long terme des sensations déplaisantes avec elle (clients mécontents, stress, difficultés financières, etc.) qui font que vous allez de moins en moins apprécier cette passion, au point qu’elle ne soit
  6. 6. plus passionnante… Cela n’arrive pas à chaque fois mais c’est un risque, en particulier si votre domaine est stressant à pratiquer tous les jours, et que vous n’avez pas vraiment pratiqué cette passion auparavant à un niveau professionnel. Trouver une idée à partir de vos compétences  Avantages  Vous avez déjà les compétences techniques nécessaires pour travailler dans le domaine choisi, ce qui vous permettra de vous focaliser sur le fait de trouver vos premiers clients, et les autres aspects de l’entreprise à maîtriser (finances, recrutement, management, etc.).  Le fait que vous ayez de l’expérience dans ce domaine peut vous donner de nombreux atouts pour démarrer : une base de clientèle existante, un réseau de fournisseurs et de partenaires, une plus grande crédibilité, etc.  Si vous avez gagné votre vie jusqu’à présent grâce à cette compétence, en étant salarié, il peut sembler encore plus naturel pour vous que l’étape suivante soit la création d’une entreprise dans le même domaine, ce qui peut réduire votre peur de vous lancer dans l’aventure et vous pousser à agir.  Inconvénients  cette voie d'accès à la création d'entreprise peut donner un sentiment de sécurité factice : vous êtes expert dans votre domaine, mais vous ne maîtrisez pas forcément les autres facettes du "métier de créateur" (commercialisation, gestion,
  7. 7. etc.). N'oubliez pas, par ailleurs, que vous devez être en mesure d'appréhender le marché visé pour pouvoir "faire votre place" face aux concurrents.  Si vous n’êtes vraiment pas passionné par le domaine, une fois passé l’enthousiasme initial de la création d’entreprise vous courez le risque de vous ennuyer à mourir et de ne pas avoir l’impression de réaliser quelque chose qui en vaille vraiment la peine. Trouver une idée à partir d’une compétence qui est aussi une passion (ou l’inverse)  Avantages  C’est l’idéal : vous êtes à la fois passionné par le sujet et compétent. Vous aurez donc à la fois l’expérience, la compétence et la motivation qui seront de grands atouts pour votre réussite.  Comme vous avez déjà pratiqué cette passion et… que c’est resté une passion, vous aurez plus de “résistance à l’usure” que si vous partez d’une passion dans laquelle vous n’avez pas de compétence (voir plus haut). C’est encore mieux si vous avez déjà pratiqué cette passion à un niveau professionnel, car dans ce cas vous avez enduré le stress qui entoure ce métier et avez su garder votre passion intacte. Il y a des chances pour qu’elle le reste après votre création d’entreprise.  Inconvénients
  8. 8.  L’inconvénient majeur est que démarrer votre entreprise dans un domaine qui vous passionne et dans lequel vous êtes compétent pourrait vous faire oublier que gérer une entreprise demande d’autres compétences que la simple compétence technique. Vous devrez aussi apprendre à la gérer au niveau financier, à trouver de nouveaux clients et à les convaincre d’acheter vos produits et vos services, éventuellement à recruter et manager,. Et maintenant après que vous avez trouvé l’idée, vous pouvez passer à l’étape suivante qui est l’étude de marché . 2. Etude de marché : L’objectif fondamental d’une entreprise est de satisfaire les besoins des clients, Avant de lancer une entreprise, il est impératif de déterminer s’il existe un marché pour le produit ou le service envisagé 2.1 Qu’est ce qu’une étude de marché L’étude de marché est un travail de collecte et d’analyse d’information qui a pour objectif d’identifier les caractéristiques d’un marché, Et de savoir si l’idée du projet est réalisable et si elle est Susceptible de faire la différence avec les concurrents. 2.2 Pourquoi effectuer une étude de marché? L’étude de marché permet de répondre aux questions suivantes :
  9. 9.  Quelle sera ma clientèle (taille, catégorie socio-professionnelle, âge) ?  Comment mon entreprise peut-elle s’accaparer une part de marché ?  Quels sont les atouts de mon produit ou de mon service ?  Comment mon produit ou mon service va-t-il être commercialisé et sous quelle forme ?  Quelle est la réglementation du secteur, voire, du produit ou du service à commercialiser ?  Quels seront les concurrents actuels et futurs de mon produit ou de mon service ?  Quel sera le chiffre d’affaires escompté ?  Quelle stratégie à mettre en place pour le réaliser ?  Quels sont les moyens humains et matériels à mettre en oeuvre pour réaliser le chiffre d’affaire ? 2.3 Les principaux axes d’une étude de marché :
  10. 10.  Définition de marché cible : La clientèle de l’entreprise doit être identifiée de manière précise : individus, détaillants, collectivités, grossistes, industriels, etc. Aussi Le rapport qualité/ prix doit être déterminé avec précision afin d’inciter les clients à s’approprier (prendre) du produit ou du service de l’entreprise.  Analyse de concurrence : La connaissance approfondie des concurrents permet d’identifier :  Leurs forces et leurs faiblesses (c’est à dire capacité de production et de commercialisation, modes de vente, caractéristiques de leurs produits,…)  leurs politiques de prix (politique de promotion de vente, prix pratiqués,…)  Le choix des fournisseurs : Le choix des futurs fournisseurs de l’entreprise ne doit pas se faire uniquement sur la base de leurs prix mais également sur la qualité de leurs produits.
  11. 11. Aussi, il faut sélectionner plusieurs fournisseurs en s’assurant qu’ils vont soutenir l’entreprise dans les situations difficiles (difficultés financières, commandes exceptionnelles,…) et qu’ils vont respecter les délais d’approvisionnements de l’entreprise. 2.4. Méthodologie de réalisation d’une étude de marché : Pour réaliser une étude de marché, On recourt aux trois outils suivants :  La recherche documentaire : via les sources et canaux d‘informations, son objectif principal est de prendre connaissance des informations existantes, les structurer et les intégrer.  Une étude qualitative : est une étude qui consiste à collecter et analyser des informations permettant de bien connaître les besoins de la population cible, son comportement, ses attentes (Entretien, Group Focus)  Une étude quantitative : est une étude qui consiste à rechercher des informations chiffrées quantifiables et des données statistiques. Pour faire cette étude Préparer les informations pertinentes à demander. (sondage par questionnaire, test de dégustation. 2.5 Principales sources d’informations : Les principales sources d’informations pour la connaissance de l’environnement et du secteur d’activité, on trouve :  Les centres régionaux d’investissement (CRI)  Les chambres de commerce d’industrie et de services (CCIS) est un établissement public qui s'investit pleinement pour accompagner les entreprises à chaque étape de leur croissance et quelque soit leur secteur d'activité.
  12. 12.  Les foires et salons professionnels  La presse économique (l’économiste, la vie économique,….)  Les associations d’aide à la création d’entreprises :  Fondation Banque Populaire  Réseau Maroc Entreprendre 3. Marketing Mix : L’étude de marché permet de définir le marketing-mix, c’est à adire l’ensemble des moyens commerciaux dont dispose l’entreprise pour toucher les clients. Des variables qui comprennent : Produit Prix Place (distribution) Promotion (communication) Qualité Caractéristiques et options Marque Style Garantie Tarif Remise Rabais Conditions de paiement Conditions de crédit Canaux de distribution Points de vente Stocks et entrepôts Moyens de transport Publicité Promotion de ventes Force de vente Relations publiques
  13. 13. 4. Les formes juridique 1. A la base de tout projet de création d’entreprise, il y a une activité qui concerne le niveau juridique. C’est une étude qui fait pour déterminer ou bien de choisir la structure juridique de notre entreprise. Au Maroc il y a obligatoirement deux types d’entreprises : Type d’entreprise Entreprise individuelle Entreprise sociétaire  Pour la première forme c’est-à-dire l’entreprise individuelle ou bien en nom personnel, c’est la structure de références des artisans, des commerçants, des professions libérales. L’entrepreneur est seul sans associés, il a le statut de travailleur indépendant.
  14. 14.  Le deuxième type c’est-à-dire l’entreprise sociétaire c’est une forme la plus appropriées pour une entreprise dont la taille dépasse une certaine dimension. Une société est un contrat qui érige en personne morale. Par contrat on entend les statuts par les quels deux ou plusieurs personne (les associés) mettent en commun de apports en vue de partager les bénéfices qui en résultent. Après rédaction des statuts et la réalisation des apports les associes demandent l’immatriculation de leur société au registre de commerce pour en faire une personne morale (une personne morale est un groupement de personnes, sujet de droits et d'obligations) distincte des associés ; à ce titre la société peut posséder un patrimoine, passer des contrats, ou intenter une action en justice par l’intermédiaire d’un organe de gestion ou de direction. Dans ce deuxième type on distingue plusieurs cas de sociétés : Entreprise sociétaire Société anonyme SA Société en nom collectif SNC Société à responsabilité limitée SARL Société en commandite par actions SCA Société en commandite simple SCS
  15. 15. Cas de société anonyme (SA) Certaine d’entreprise surtout de grand dimensions nécessite des capitaux importants, il peut être nécessaire de faire appel à un certain nombre des associers.la SA en limitant la responsabilité de ses actionnaires aux capitaux investis permet d’augmenter à l’infini le nombre d’associés grâce aux caractéristiques essentielles suivantes :  Actionnaires : 5 actionnaires au minimum.  Capital social minimum : 300.000 DH sans appel public à l’épargne et 3.000.000 DH avec appel public à l’épargne  Le capital : libéré au moins du quart, le reste dans un délai maximum de 3 ans.  Les actions : Représentant le capital social, elles peuvent revêtir la forme nominative ou au porteur, la valeur minimale de l’action est de 100 DH.  Responsabilité des actionnaires : Limitée à leurs apports  Administration : 2 modes de gestion : - Le conseil de surveillance et le directoire (peu suscité) - Le conseil d’administration composé d’au moins trois administrateurs et au maximum de 12 d’entre eux  La mission du ou des commissaires aux comptes : C’est un véritable audit financier et juridique, les commissaires aux comptes sont nommés par l’assemblée générale ordinaire des actionnaires pour 3 années. Cas de société en nom collectif SNC Cette forme juridique convient plus particulièrement pour les entreprises de petite taille elle se particularise par les caractéristiques suivantes :  Associés : Deux au minimum et doivent tous les deux être commerçants
  16. 16.  Responsabilité : Indéfinie et solidaire des associés (les associés sont solidaires responsables sur leurs biens personnels, des dettes de leurs société)  La gérance : Assurée par un ou plusieurs gérants nommés par les statuts. A défaut de nomination par les statuts, la gérance est conjointe. Cas de société à responsabilité limitée SARL C’est une société qui se situe entre une société en nom collectif en ce sens que les associés détiennent des parts sociales (et non des actions) et une société anonyme(SA) car la responsabilité des associés ne peut dépasser la valeur de leurs apports dans le capital social. Parmi ses caractéristiques:  Associés : Le nombre minimum est de 2 ou 1 (associé unique) le maximum est de 50  Capital social minimum : 10.000 DH, composé de parts sociales d’une valeur minimale de 10 DH Les parts sociales doivent être souscrites en totalité. Les parts sociales représentant une participation en numéraire peuvent être libérées du quart uniquement. Un délai de 5ans à partir de la date d’immatriculation est accordé pour la libération du capital non appelé par une simple décision de la gérance. Les parts sociales ne peuvent pas être représentées par des titres négociables.  Gérance : La S.A.R.L peut être dirigée par un ou plusieurs gérants choisis parmi les associés ou personnes tierces étrangères à la société. Leur responsabilité civile et/ou pénale peut être engagée.  Responsabilité : Limitée aux apports des associés. En cas d’apport en nature, les associés sont solidairement responsables de la valeur attribuée à ces apports.  Le commissaire aux comptes : Obligatoire lorsque le chiffre d’affaires est supérieur à 50 Millions de dirhams (5 millions
  17. 17. d’euros). L’avis de constitution doit être fait dans un délai de 30 jours après immatriculation de la société au registre de commerce et doit comporter le numéro de registre de commerce Cas de société en commandite par actions SCA C’est une forme juridique qui se situe entre une société en nom collectif (SNC) par la présence d’associés (commandités) indéfiniment responsables et qui se chargent de la gestion, et une société anonyme (SA) par la présence d’associés (commanditaires) qui détiennent des actions librement négociables et sans le consentement préalable des autres associés.  Associés : Composés des associés commandités, indéfiniment et solidairement responsables, et des associés commanditaires, tenus dans la limite de leurs apports.  Associés commanditaires : Leur nombre ne peut être inférieur à 3  Capital social minimum : 300.000 DH si elle ne fait pas appel public à l’épargne et 3.000.000 DH si elle fait appel public à l’épargne.  Le capital : Doit être libéré au moins du quart, le reste doit l’être dans un délai de 3 ans  Les actions : Représentant le capital social, elles peuvent revêtir la forme nominative ou au porteur la valeur minimale de l’action est de 100 DH  Gérance : Le ou les premiers gérants sont désignés par les statuts. Au cours de l’exercice de la société, les gérants sont désignés par l’assemblée générale ordinaire des actionnaires avec accord de tous les commandités, sauf clause contraire des statuts  Commissaires aux comptes : Obligation de nommer un commissaire aux comptes. Cas de société en commandite simple SCS
  18. 18. Société constituée entre les commanditaires apporteurs de fonds (responsables à hauteur de leurs apports) et les commandités seuls gérants et solidairement responsables de leur gestion. Les commandités ont la qualité de commerçant. 5. Capital de départ Quand une personne désire démarrer une entreprise, elle doit être consciente qu’une certaine somme d’argent est nécessaire pendant le processus de démarrage pour payer des dépenses avant que l’entreprise ne perçoive des revenus. Cet argent est appelé le capital de départ. Il sert à deux choses :  Les dépenses pré-opérationnelles (investissements)  Les dépenses opérationnelles de départ (fonds de roulement) Les dépenses pré-opérationnelles sont de l’argent qu’une personne qui démarre une entreprise devra payer avant que son entreprise ne commence à fonctionner (vendre, produire ou fournir des services). Acheter du terrain, construire un atelier, acheter des machines, des outils ou des équipements de bureaux etc. Les dépenses opérationnelles de départ apparaissent quand la nouvelle entreprise commence à fonctionner, pour couvrir les dépenses immédiates avant que les revenus engendrés par les ventes ne rentrent dans l’entreprise. En général, cette période peut être courte pour les activités de commerce alors que pour les activités de production, plusieurs mois peuvent se passer entre le moment où commencent la production et le moment où l’entreprise perçoit le produit de leur vente.
  19. 19. Les dépenses pendant cette période sont appelées dépenses opérationnelles de départ ou fonds de roulement. La distinction entre ces deux catégories de dépenses se fait à partir du moment où les paiements sont effectués : soit avant que l’entreprise ne commence à fonctionner, soit après qu’elle ait démarré. Après ces deux derniers chapitres qu’on a présentés, je crois que vous êtes capable de choisir la structure juridique pour votre entreprise, et de même vous êtes conscients qu’une certaine somme d’argent est nécessaire pour la démarrer. Maintenant on vous laisse de découvrir la partie finacière. 6.Recherche de financements pour démarrer une entreprise De nombreux entrepreneurs potentiels ont des idées et des projets d’affaires prometteurs. Toutefois, le financement nécessaire à la concrétisation de leurs projets n’est pas nécessairement disponible. Il en résulte que bon nombre de micros et petites entreprises potentielles ne voient jamais le jour. L’objectif de cette partie est de présenter les différentes catégories d’investissement que vous pouvez essayer d’obtenir :
  20. 20.  La famille et les amis Traditionnellement appelé “love money”, ce premier niveau se compose de tous vos proches que vous avez convaincus d’investir dans votre projet en vous prêtant un peu d’argent. Il s’agit souvent de prêts sans taux d’intérêt, mais si vous vous retrouvez dans la situation où vous ne pouvez pas les rembourser, cela peut engendrer des tensions très dommageables pour votre vie sociale et affective. Une très bonne manière de “lever” ses premiers fonds, mais à manier avec précaution : le “love money” doit être composé de petits prêts que vos proches peuvent facilement consentir en fonction de leurs moyens, pour vous soutenir plutôt que pour faire une opération rentable. • Les prêts d’honneur : Les prêts d'honneur sont des crédits à moyen terme qui sont accordés par des organismes non bancaires à un taux réduit ou nul. Ils ont pour objectif d’aider au financement des besoins durables d'une création d'entreprise et visent à développer l’économie locale et nationale, sans rechercher la rentabilité sur les prêts effectués. ces prêts se faisant généralement sans garantie personnelle. Il est donc très intéressant d’en obtenir surtout qu’ils servent souvent de leviers pour obtenir le prêt bancaire derrière (obtenir un tel prêt est un gage de crédibilité et le banquier sera heureux de partager les risques). Certains organismes conditionneront le déblocage du prêt qu’ils vous ont accordé à l’obtention d’un prêt bancaire. C’est logique de leur point de vue, puisqu’obtenir un prêt bancaire est un gage de sérieux et de crédibilité pour eux. • Le prêt bancaire : quel que soit le montant des autres investissements que vous obtiendrez, le prêt bancaire est souvent un passage obligé, car bon nombre d’investisseurs ne vous prêteront l’argent promis que si vous avez réussi à convaincre une banque de placer de l’argent en vous. En
  21. 21. effet, un banquier ne vous prêtera de l’argent que s’il estime que le risque qu’il encourt est très faible. Autrement dit s’il estime que votre projet tient la route et que vous pouvez le mener à bien. Dans tous les cas, il ne faut surtout pas hésiter à aller voir le plus de banques possible et les organismes qui pourraient vous aider à obtenir ce prêt. De plus, il convient d’avoir un très bon dossier de présentation, incluant un bon business plan et une étude de marché prometteuse. • Les subventions : ce sont carrément des dons, du gouvernement ou d’organismes qui veulent redynamiser un secteur, voire la création d’entreprises tout entière. Elles ne sont pas destinées à être remboursées, mais sont définitivement acquises à l'entreprise, sauf si celle-ci ne satisfait pas à toutes les conditions qui sont stipulées pour leur octroi. Il n’est pas facile d’en obtenir et quand c’est le cas cela peut vous prendre plusieurs mois avant de toucher les fonds. • Le capital risque : Le capital risque consiste, pour des investisseurs professionnels, à prendre des participations minoritaires et temporaires dans le capital d'entreprises naissantes ou très jeunes. Il ne s’agit donc pas d’un prêt classique (vous n’aurez rien à rembourser si votre entreprise se plante) : ces investisseurs ne gagneront de l’argent que s’ils arrivent à revendre leur part avec une grande plus-value (peut-être à vous-même !) quelques années plus tard. Ce type de financement n’est pas pour tout le monde : seules les entreprises ayant un grand potentiel – ce potentiel étant souvent lié à un caractère innovant – vont intéresser les business angels et capitaux risqueurs. L’intérêt est qu’outre de l’argent, vous bénéficiez aussi de
  22. 22. l’expérience et du réseau de ces investisseurs si vous réussissez à les convaincre, ce qui peut être un atout considérable. Résultat : Si personne ne veut vous prêter de l'argent pour lancer votre entreprise, c'est peut-être une bonne indication que votre entreprise a peu de chance de réussir. Un entrepreneur peut parfois s'enticher d'une idée fantastique qui est, en fait, une solution en quête d'un problème. C'est une bonne idée de profiter du rejet pour procéder à une remise en question - peut-être devriez-vous chercher une autre idée. 7.Acheter ou créer une entreprise Après que vous avez obtenu tous les financements dont vous avez besoin ,maintenant c’est le moment de choisir entre le rachat ou la création de entreprise  Rachat d’une entreprise existante : Pour quelqu’un qui n’a jamais été entrepreneur, le rachat d’une affaire que l’on dirige ensuite offre de nombreux avantages puisque la clientèle est déjà constituée, les procédures déjà
  23. 23. établies, et le personnel déjà formé. Les stocks et les locaux sont en place. De plus, les établissements financiers financeront plus facilement le rachat d’une entreprise (à condition qu’elle soit rentable) qu’une création, d’autant plus que les prévisions financières peuvent être soutenues grâce aux chiffres que l’entreprise a déjà réalisé par le passé. Enfin, les chances de réussite sont généralement plus importantes sur une opération de rachat que sur une création d’entreprise. Face aux nombreux avantages que présente une reprise d'entreprise, il existe néanmoins quelques inconvénients qu'il ne faut pas négliger. Ils peuvent être cependant limités si la préparation à la reprise est rigoureuse :  Marché du produit ou service peut-être en recul  Le commerce a peut-être une mauvaise réputation dans le voisinage.  Marchandises peut-être démodées  Création d’une nouvelle entreprise : certaines personnes qui veulent devenir entrepreneur pensent que la meilleure méthode consiste à créer une entreprise au lieu d’acquérir une entreprise déjà existante. Cette démarche procure, il est vrai, beaucoup de satisfactions : • libre de concevoir et de gérer l'entreprise selon votre vision. • lié ni aux règles, ni à l'historique.
  24. 24. • possibilité d'exploiter un nouveau créneau sur le marché. Toutefois, elle comporte aussi des risques peut-être plus élevés que la première.  Cela peut prendre du temps avant que votre entreprise ne soit rentable.  Le succès de votre entreprise n'est pas garanti et il existe un taux élevé d'échecs pour les nouvelles entreprises.  Il est plus difficile d'obtenir du financement parce que les prêteurs ou les investisseurs prennent un risque en appuyant votre idée. Partir de rien pour créer son entreprise peut être accablant pour les apprentis entrepreneurs. Si vous avez une bonne idée d'entreprise et que vous êtes prêt à travailler fort pour la mettre sur pied, vous devriez peut-être créer votre propre entreprise. Toutefois, si vous voulez prendre une longueur d'avance et éviter certaines des embûches courantes liées au démarrage d'une entreprise, alors acheter une entreprise existante pourrait s'avérer un choix judicieux.
  25. 25. Conclusion Ça y est, après moult épreuves vous avez triomphé de tous les obstacles, vous pouvez maintenant fêter ce succès et célébrer cet évènement inoubliable qui sera marqué à jamais dans vos mémoire. Puis remettez-vous au travail. À fond. travaillez d’arrache-pied pour trouver vos premiers clients , consacrez tous vos efforts à cela sans relâche, Créer votre entreprise a été une aventure merveilleuse et éprouvante, et une nouvelle encore plus passionnante et dangereuse vous attend à présent : la faire croître pour qu’elle survive, puis pour qu’elle vous offre ce que vous attendez d’elle, que ce soit la joie de faire ce que vous aimez pour longtemps, l’argent, la liberté et l’indépendance, la satisfaction profonde d’apporter de la valeur à la société tout en étant payé à votre juste valeur, le plaisir de contribuer en créant des emplois. N’oubliez pas de garder toujours devant vos yeux que ‘’Pour accomplir de grandes choses, il ne suffit pas uniquement d’agir, mais aussi de rêver , pas seulement de planifier mais aussi d’y croire ’’

×